Porte-avions de classe Invincible

Porte-avions de classe Invincible

Porte-avions de classe Invincible

Avec la disparition du CVA-01, l'avenir semblait sombre pour le vol à voilure fixe dans la Royal Navy. Cependant, il était toujours nécessaire de piloter des hélicoptères anti-sous-marins et d'une nouvelle classe de navires servant de centre de commandement et de contrôle pour une force opérationnelle. Ainsi, en 1966-1967, un Naval Staff Requirement a été émis concernant un Command Cruiser qui pourrait remplir cette fonction, déplacer 12 500 tonnes (plus tard 17 500), transporter six hélicoptères Sea King, le système de missiles sol-air Sea Dart et avoir un équipage d'environ 1 000 personnes. Comme le gouvernement de l'époque n'était pas prêt à financer une telle classe de navire en tant que porte-avions, la Marine a inventé un certain nombre d'euphémismes pour cacher la vraie nature de ces navires, comme les appeler Through Deck Command Cruisers, et côté croquis d'élévation montrant un profil conventionnel. Le premier navire a été commandé en 1973 (le déplacement était alors passé à 19 500 tonnes) et a reçu le nom d'Invincible. Un deuxième navire commandé en 1976 (Illustrious) et un troisième en 1978 (Indomitable, plus tard changé en Ark Royal). L'Invincible est entré en service en 1980 et a reclassé les porte-avions. Le pont d'envol mesurait 600 pieds de long, décalé à bâbord, et en dessous il y avait un hangar de 480 pieds avec deux ascenseurs à commande hydraulique. L'effectif était fixé à neuf hélicoptères Sea King, mais l'espace était inclus pour accepter jusqu'à cinq avions Harrier VSTOL. La suite radar devait inclure les types 965, 992R, 1006 et 909. La propulsion, unique pour cette taille de navire, consistait uniquement en turbines à gaz (Rolls Royce Marine Olympus). Alors que le premier de la classe était en construction, des changements ont été annoncés, qui comprenaient la commande de vingt-quatre Sea Harrier, pour remplir le rôle d'intercepteur, et seraient équipés du radar monopulse Ferranti Blue Fox, un système de navigation/attaque intégré, la fourniture pour les missiles air-air et un affichage tête haute. L'inclusion du Harrier a posé un problème car normalement, ces avions utilisent des décollages et des atterrissages courts qui nécessitent plusieurs centaines de pieds de pont, ce qui restreindrait les opérations de l'hélicoptère. La solution était l'inclusion de la rampe de ski à l'extrémité du pont d'envol. La guerre des Malouines de 1982 a représenté un revers de fortune majeur pour la Royal Navy, Hermes et Invincible menant des opérations tout au long de la campagne. Alors que Hermes naviguait pour le Royaume-Uni à la fin du conflit, Illustrious est resté et a finalement été relevé par son nouveau navire jumeau, l'Invincible. À la suite de la guerre des Malouines, les navires ont été modifiés du milieu à la fin des années 1980 pour accueillir le système d'armes rapprochées Goalkeeper et deux canons simples de 20 mm (30 mm sur l'Ark Royal), ainsi que des lanceurs de paillettes supplémentaires, Type 2016 sonar, radar Type 996 et leurres Sea Gnat. Les groupes aériens ont reçu le nouvel hélicoptère Sea King avec le radar Searchwater pour fournir une capacité d'alerte avancée en vol. Dans les années 1990, les navires ont été équipés d'installations supplémentaires pour servir de quartier général de la force interarmées et le système de missiles Sea Dart a été retiré pour laisser plus d'espace aux GR7 Harrier.

Noms : Invincible, Illustrious, Ark Royal.


Porte-avions de classe Invincible - Histoire

Les trois navires ont servi activement dans un certain nombre d'endroits, y compris l'Atlantique Sud pendant la guerre des Malouines, l'Adriatique pendant la guerre de Bosnie et au Moyen-Orient pour l'invasion de l'Irak en 2003.

L'Invincible a été désarmé en 2005 et mis en réserve dans un état de préparation faible. Il a été vendu à une casse turque en février 2011 et a quitté Portsmouth en remorque le 24 mars 2011. Conformément à la Strategic Defence and Security Review, 2010, l'Ark Royal a suivi, déclassé le 13 mars 2011. Cela a laissé l'Illustrious comme le seul navire restant. , servant de porte-hélicoptères de 2011 à 2014, date à laquelle il a également été mis hors service. Après le déclassement d'Invincible en 2005, et avec le retrait d'Illustrious en 2014, l'utilisation des porte-avions de la Royal Navy a temporairement cessé. Cependant, il redémarrera avec la mise en service des nouveaux porte-avions de la classe Queen Elizabeth de la Royal Navy, dont le premier a été lancé en juillet 2014.


La classe Invincible trouve son origine dans une esquisse d'un croiseur d'escorte de 6 000 tonnes, armé de missiles guidés et transportant des hélicoptères, destiné à compléter le porte-avions de flotte de classe CVA-01, beaucoup plus grand. L'annulation du CVA-01 en 1966 signifiait que le plus petit croiseur devait désormais fournir au groupe de travail sur la guerre anti-sous-marine (ASW) des installations de commandement et de contrôle. Deux nouvelles conceptions ont été préparées pour cette exigence, un croiseur de 12 500 tonnes avec des missiles à l'avant, six hélicoptères Westland Sea King et un pont d'envol à l'arrière, quelque peu similaire au Vittorio Veneto de la marine italienne et un plus grand navire de 17 500 tonnes avec un « pont traversant », neuf Sea King et des missiles vers l'avant. En 1970, la conception "à travers le pont" était devenue une exigence du personnel naval pour un croiseur de commande à travers le pont (TDCC) de 18 750 tonnes.

En février 1963, l'avion Hawker P.1127 VTOL (décollage et atterrissage verticaux) avait atterri et décollé du porte-avions Ark Royal et le Hawker-Siddeley Kestrel suivant avait subi des essais à partir du « porte-avions Commando » (un porte-avions hélicoptères en service) HMS Bulwark. Il était donc parfaitement possible que les nouveaux « croiseurs » puissent être utilisés pour faire fonctionner des avions VTOL. Les nouveaux navires étaient appelés "croiseurs à pont traversant" et non "porte-avions". C'était en partie parce que l'annulation du CVA-01 était si récente, mais aussi parce que les navires étaient destinés à servir dans des rôles de croiseurs traditionnels de C3I et de guerre anti-sous-marine, et étaient construits comme des croiseurs. Le nom de "porte-avions" n'apparaissait officiellement en association avec les navires que lorsque les estimations de la défense de 1980 faisaient référence aux Invincibles en tant que tels.

Les problèmes économiques au Royaume-Uni au début des années 1970 ont retardé les progrès sur les nouveaux navires, mais la conception a continué d'évoluer. La commande du premier navire a été donnée à Vickers (Shipbuilding) le 17 avril 1973. À ce jour, la conception était pour un "CAH" de 19 000 tonnes (hélicoptère transportant un croiseur lourd, conçu d'après les symboles de classification de coque de l'US Navy) avec jusqu'à quatorze avion et un lanceur de missiles Sea Dart sur les proues.

Le gouvernement a décidé que le transporteur avait besoin d'avions à voilure fixe pour se défendre contre les avions de reconnaissance soviétiques. En mai 1975, il a autorisé la version maritime du Hawker Siddeley Harrier, qui a été transformé avec succès en Sea Harrier. Cela signifiait que la conception a été retravaillée à nouveau pour inclure un petit complément de ces avions VTOL. Afin de lancer plus efficacement un Harrier lourdement chargé par STOVL (atterrissage vertical à décollage court) à partir du pont d'envol relativement court - 170 mètres (560 pieds) -, un « saut à ski » a été développé. La pente était initialement de 7° lors de l'incorporation dans Invincible et Illustrious et de 12° pour Ark Royal. La classe a également, depuis 1976, un rôle secondaire en tant que porte-hélicoptères, ou LPH, dans le renforcement du flanc nord de l'OTAN en Norvège. En 1998, le HMS Ocean, avec une forme de coque basée sur celle de la classe Invincible, a été commandé spécifiquement pour ce rôle.

Après la guerre des Malouines en 1982, des canons CIWS ont été ajoutés à la conception. Illustrious les a fait installer à la dernière minute avant la mise en service, Ark Royal les a ajoutés dans le cadre normal du processus de construction, et Invincible les a fait installer lors de sa première révision après les Malouines. Initialement, Invincible et Illustrious étaient équipés de deux unités Vulcan Phalanx, qui ont été remplacées par trois systèmes de gardien de but. Ark Royal possède les trois systèmes Phalanx CIWS dont elle était équipée lors de sa construction (elle se distingue facilement de ses sœurs par le radôme blanc distinctif "R2-D2" de la Phalanx). Les contre-mesures électroniques sont fournies par un système de brouillage Thales et un système ECM. Les lanceurs Seagnat fournissent des leurres de paillettes ou de fusées éclairantes. Dans le cadre des améliorations apportées au milieu des années 1990, le Sea Dart a été retiré des trois navires, le gaillard d'avant étant rempli pour augmenter la taille du pont d'envol.


Intérêt étranger :

Au milieu des années 1970, le Shah d'Iran a exprimé son intérêt pour l'acquisition de trois navires de classe Invincible et d'une flotte de vingt-cinq Sea Harrier pour assurer la défense de la flotte. Lorsque la marine iranienne n'a pas pu fournir suffisamment de personnel pour équiper les navires et que la Royal Navy a commencé à se désintéresser du projet, la commande de navires a été annulée en 1976. Une proposition ultérieure d'achat de quatre navires de "type Harrier" a également été rejetée, car étaient plus tard des négociations pour acheter le Sea Harrier.

Le livre blanc sur la défense de 1981 et sa réduction prévue de la taille de la flotte de porte-avions ont marqué l'Invincible comme excédentaire par rapport aux besoins, et le navire a été proposé à la vente à la Royal Australian Navy en juillet 1981 en remplacement du porte-avions vieillissant HMAS Melbourne. La classe avait déjà été envisagée et rejetée comme un remplacement potentiel du navire australien, mais le faible prix de l'offre de 175 millions de livres sterling (285 millions de dollars australiens) et l'état déjà construit du navire ont incité le gouvernement australien à annoncer en février 1982 leur intention d'accepter l'offre britannique. En service australien, le navire aurait été nommé HMAS Australia et fonctionnerait comme porte-hélicoptères jusqu'à ce qu'une décision ultérieure concernant l'acquisition de Sea Harriers soit prise. Le service d'Invincible pendant la guerre des Malouines a montré que les réductions suggérées par le Livre blanc étaient erronées et les deux pays se sont retirés de l'accord en juillet 1982.


Guerre des Malouines :

Avant 1982, le groupe aérien d'Invincible se composait uniquement d'hélicoptères anti-sous-marins Sea King HAS.5 et d'avions Sea Harrier FRS.1. En général, neuf Sea King et quatre ou cinq Sea Harrier étaient embarqués. Cela était dû au fait que la mission initialement envisagée pour les navires était de fournir le cœur des groupes de chasseurs-tueurs ASW dans l'Atlantique Nord pendant une guerre contre l'Union soviétique. Dans ce contexte, l'arme principale du porte-avions ne serait pas son avion de chasse, mais ses hélicoptères ASW. Les combattants étaient à bord pour abattre les avions de patrouille maritime soviétiques occasionnels qui se faufilaient autour du navire et de ses escortes.

La guerre des Malouines a changé cette posture, car elle a prouvé que la Grande-Bretagne devait conserver la capacité d'utiliser la puissance aérienne des porte-avions dans son rôle traditionnel de projection de puissance, à la fois sur terre et contre les flottes ennemies. La guerre des Malouines a vu l'Invincible, et le HMS Hermes, plus grand et plus ancien, rempli à pleine capacité avec le Sea Harrier et la variante d'attaque au sol Harrier GR3 de la Royal Air Force, ainsi que des hélicoptères ASW. Les Harriers de la RAF se sont avérés être une aberration temporaire à l'époque. Cependant, un ajout permanent au groupe aérien habituel a été fait en raison des leçons apprises pendant la guerre : la version Sea King AEW2A (airborne early warning). L'Illustrious a transporté les premiers exemplaires du type lorsqu'il a été précipité vers le sud au lendemain de la guerre des Malouines pour relever l'Invincible de sa garde autour des îles.

Au lendemain des Malouines, le groupe aérien typique était composé de trois Sea King AEW, neuf Sea King ASW et huit ou neuf Sea Harrier. L'analyse des performances du Sea Harrier pendant la guerre a conduit à la nécessité d'une mise à niveau, dont l'approbation a été accordée en 1984. Le Sea Harrier FA2 est entré en service en 1993 et ​​déployé sur Invincible en Bosnie en 1994. Le FA2 était équipé du radar Blue Vixen qui est décrit comme l'un des radars Doppler à impulsions les plus avancés au monde. Le FA2 emportait l'AIM-120 AMRAAM. La nouvelle construction finale Sea Harrier FA2 a été livrée le 18 janvier 1999. D'autres améliorations ont été apportées à la classe au cours des années 1980 et au début des années 1990, en particulier pour augmenter l'angle de saut à ski sur Invincible et Illustrious pour correspondre à la pente de 12° de l'Ark Royal .


Modernisation:

Au cours des années suivantes, trois autres changements ont été apportés. L'un était la suppression du système Sea Dart, créant un parc de pont accru pour les avions. Les magasins Sea Dart ont été convertis pour augmenter le stockage d'armes air-sol et de nouvelles installations de briefing pour les équipages ont été créées sous le pont d'envol prolongé, à la fois pour soutenir l'embarquement des Harrier GR7 de la RAF en tant que partie de routine du groupe aérien. Les navires étaient tous équipés pour gérer les hélicoptères Merlin, car le Merlin HM1 remplaçait le Sea King HAS6 dans le rôle d'ASW embarqué. Après l'intégration du Harrier GR7, les déploiements typiques comprenaient sept ou huit de ces avions, poussant le Merlin sur les auxiliaires de classe Fort qui l'accompagnaient.

Les derniers déploiements en temps de guerre de la classe les ont vus dans leur rôle secondaire de LPH, car il a été officiellement jugé que les Sea Harrier ne pouvaient jouer aucun rôle utile dans les missions. Au cours de ces déploiements, la classe a embarqué des hélicoptères RAF Chinook, au lieu de leur effectif à voilure fixe.

Le dernier carénage d'Invincible remonte à 2004.

Illustrious a subi un réaménagement de 40 millions de livres sterling sur 16 mois à Rosyth Dockyard en 2010 et 2011 en vue de son nouveau rôle de porte-hélicoptères lors du réaménagement du HMS Ocean.


R 06 HMS Illustre


L'USMC Harrier II à bord du HMS Illustrious - Juillet 2007




2014


1982


Hélicoptère Apache du Royal Army Air Corps - Juillet 2011


Hélicoptère Apache du Royal Army Air Corps - Juillet 2011


Royal Navy Sea Harrier FA.2


Royal Navy Sea Harrier FA.2


Royal Navy Sea Harrier FA.2


Royal Air Force Harrier GR.7


Royal Air Force Harrier GR.7


Royal Navy Sea Harrier FA.2


Royal Navy Sea Harrier FA.2


Royal Air Force Harrier GR.7


Royal Air Force Harrier GR.7


Royal Navy Sea Harrier FA.2

Le HMS Illustrious est un porte-avions léger de la Royal Navy et le deuxième des trois navires de classe Invincible construits à la fin des années 1970 et au début des années 1980. C'était le cinquième navire de guerre et le deuxième porte-avions à porter le nom d'Illustrious, et son équipage l'appelait affectueusement « Lusty ». En 1982, le conflit dans les Malouines nécessita que l'Illustrious soit achevé et se précipita vers le sud pour rejoindre son navire jumeau HMS Invincible et le porte-avions vétéran HMS Hermes. À cette fin, il a été avancé de trois mois pour être achevé au chantier naval de Swan Hunter, puis mis en service le 20 juin 1982 en mer en route vers le chantier naval de Portsmouth pour embarquer des magasins et un équipage supplémentaires. Elle est arrivée aux Malouines pour relever l'Invincible le 28 août 1982 dans un passé de vapeur. De retour au Royaume-Uni, il n'a été officiellement mis en service dans la flotte que le 20 mars 1983. Après la guerre des Malouines, il a été déployé dans le cadre de l'opération Southern Watch en Irak, puis de l'opération Deny Flight en Bosnie dans les années 1990 et de l'opération Palliser en Sierra Leone en 2000. Une vaste remise en état en 2002 l'a empêchée de participer à la guerre en Irak de 2003, mais elle a été réparée à temps pour aider les citoyens britanniques piégés par la guerre du Liban en 2006.

Après le retrait de son avion à voilure fixe British Aerospace Harrier II en 2010, Illustrious a été l'un des deux porte-hélicoptères de la Royal Navy. En 2014, il était le plus ancien navire de la flotte active de la Royal Navy : (après 32 ans de service) et ne sera pas remplacé avant la mise en service du HMS Queen Elizabeth en 2017. Le ministère britannique de la Défense a annoncé le 10 septembre 2012 qu'une fois désarmé, l'Illustrious serait préservé pour la nation.


Construction:

Illustrious, le deuxième des trois porte-avions de la classe Invincible, a été posé à Swan Hunter sur la rivière Tyne en 1976 et lancé en 1978. Alors que le navire approchait de la fin de sa période d'équipement, la guerre des Malouines a éclaté. En conséquence, le travail sur Illustrious a été considérablement accéléré. La guerre a été gagnée avant qu'Illustrious puisse être terminée, mais elle a rendu un service utile par la suite. Jusqu'à ce que l'aérodrome de la RAF sur les îles Falkland soit réparé, la défense aérienne de la région était la responsabilité de la Fleet Air Arm. Après le retour d'Hermès au Royaume-Uni, Invincible est resté en poste dans l'Atlantique Sud jusqu'en septembre 1982. Pour soulager Invincible, l'Illustrious nouvellement achevé a été rapidement déployé, avec le 809 Naval Air Squadron (Sea Harrier) et le 814 Naval Air Squadron (Sea King) embarqués . De plus, deux Sea King du 824 Naval Air Squadron étaient rattachés au groupe aérien, qui avait été converti pour opérer dans le rôle AEW. L'Illustrious a été déployé si rapidement qu'il a été mis en service alors qu'il était en mer. Le contre-amiral Derek Refnell a commandé le groupe opérationnel de secours depuis Illustrious au cours de cette période. Après la réparation de l'aérodrome de la RAF, l'Illustrious est retourné au Royaume-Uni pour une période de croisière et de préparation complète, et a été officiellement mis en service le 20 mars 1983.


Historique des opérations :

Le navire n'a connu aucune autre action pendant le reste des années 1980, mais a continué d'être un atout précieux pour la Royal Navy en montrant le drapeau et en participant à des exercices partout dans le monde. Au cours de ces années, le navire a reçu plusieurs améliorations lors des travaux de radoub, notamment un saut à ski plus raide pour permettre aux Harriers de l'escadre aérienne de décoller avec une charge utile plus importante. Au cours d'une « période de maintenance et de défectuosité prolongée », de nombreuses modifications ont été apportées au navire, y compris le retrait de ses défenses antimissiles Sea Dart pour un coût de douze millions de livres. Cela a permis un espace de pont supplémentaire qui lui permet de transporter jusqu'à 22 avions, y compris le Harrier GR7.

Le 3 avril 1986, il a subi une défaillance catastrophique de la boîte de vitesses qui a presque mis fin à la carrière navale du navire. Tout juste au début de son tour du monde « flottez le drapeau » autour du monde, vers 23h30 alors qu'elle atteignait le plein régime du moteur, les vapeurs d'huile entourant la boîte de vitesses ont explosé, provoquant un incendie qui a duré bien plus de quatre heures. À un moment donné, le capitaine a fait des préparatifs pour abandonner le navire, mais a ensuite été annulé par l'amiral de la flotte qui croyait que le navire pouvait être sauvé. Il n'y a pas eu de morts ni de blessés graves, mais le voyage a été reporté de plusieurs mois tandis que le navire était mis hors service pour des réparations importantes.

Au cours des années 1990, la tâche principale des porte-avions de la Royal Navy était d'aider à maintenir la zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Bosnie pendant la guerre. Les trois porte-avions de la marine ont parcouru la région en rotation. En 1998, il a opéré dans le golfe Persique à l'appui de l'opération Southern Watch, l'application anglo-saoudienne de la zone d'exclusion aérienne au-dessus du sud de l'Irak.

En 2000, elle a dirigé le groupe de travail 342.1, un groupe de travail naval comprenant des navires HM - Ocean, Argyll, Iron Duke, Chatham - et de nombreux navires auxiliaires de la Royal Fleet dans l'opération Palliser, qui visait à rétablir la paix et la stabilité en Sierra Leone.

Un déploiement de combat pour le navire a eu lieu en 2001. Un grand exercice britannique, Saif Sareea II a eu lieu à Oman à la fin de 2001. Au cours de l'exercice, les attaques terroristes contre le World Trade Center ont eu lieu. Illustrious est resté sur le théâtre tandis que d'autres éléments du groupe de travail sont retournés au Royaume-Uni. Illustrious avait à son bord des éléments des Royal Marines, prêts pour d'éventuelles opérations de combat en Afghanistan. Aucun déploiement n'a été effectué avant que l'Illustrious ne soit relevé par l'Ocean au début de 2002 et ne retourne à Portsmouth après sept mois en mer.

À la mi-2003, le navire a subi une nouvelle remise en état à Rosyth Dockyard. Cette remise en état impliquait la reconstruction totale du tremplin, l'ajout de meilleures communications et la reconfiguration du navire afin qu'il puisse basculer plus rapidement entre les rôles de porte-avions léger et de porte-hélicoptères. Le carénage aurait dû lui permettre de se poursuivre jusqu'en 2014, date à laquelle il était prévu que le premier des porte-avions de la classe Queen Elizabeth entrerait en service. Illustrious est retourné à Portsmouth après l'achèvement du carénage en décembre 2004.

Elle a été reconsacré en 2005, et après la mort de la marraine d'origine du navire, la princesse Margaret, sa fille Lady Sarah Chatto a accepté d'y participer dans un nouveau rôle d'« amie du navire ».

Illustrious et le HMS Gloucester ont aidé à l'évacuation de citoyens britanniques de Beyrouth à la suite de la crise israélo-libanaise de 2006. Plus tard cette année-là, dans le cadre des activités du jour du Souvenir de la Royal Navy, Illustrious a remonté la Tamise le vendredi 10 novembre 2006. Il était amarré à Wood Wharf, à quelques centaines de mètres en amont du Royal Naval College, Greenwich, Londres, jusqu'à mercredi 15 novembre. Pendant son séjour, les événements commémoratifs de la guerre des Malouines en 2007 ont été annoncés à son bord.

Illustrious a effectué deux semaines d'exercices en série de vols à voilure fixe dans la mer du Nord à 32 km au large de Hartlepool en mars 2007, au cours desquels sept Harrier GR9 du n°4 Squadron RAF, Joint Force Harrier ont atterri sur son pont d'envol. Également au cours de ces exercices, sept membres de son équipage ont dû être transportés par avion à l'hôpital de Middlesbrough le 13 mars, souffrant d'inhalation de vapeurs et d'irritations de la gorge et des yeux après un accident avec des produits chimiques lors du nettoyage des toilettes d'un junior. Illustrious a navigué jusqu'à Portsmouth, où ils l'ont rejoint à sa sortie de l'hôpital. Du 25 au 30 mai 2007, après un exercice en mer Baltique, Illustrious a été le premier porte-avions britannique à visiter Tallinn, en Estonie. La visite a permis à l'équipage du navire de se reposer après l'exercice Baltic, a servi de visite diplomatique et a également impliqué des exercices navals et aériens avec les forces de défense estoniennes.

Ensuite, en juillet 2007, Illustrious a participé à un exercice de force opérationnelle interarmées (JTFX) dirigé par les États-Unis au large de la côte est des États-Unis (pour lequel elle a accueilli 14 jets Harrier américains et 200 Marines américains) avant de retourner à Portsmouth le mois suivant. .

Le porte-avions a appareillé de Portsmouth le 21 janvier 2008 à la tête du groupe de travail multinational 328.01, dans le cadre de l'opération Orion 08, qui de janvier à mai 2008 a effectué des exercices et des visites diplomatiques dans vingt ports de la Méditerranée, de l'Afrique, du Moyen-Orient. , et l'Asie du Sud-Est. Cependant, le 23 janvier, alors qu'il était encore au large des côtes du sud de l'Angleterre, il retourna à Portsmouth pour réparer un défaut mineur dans un congélateur de viande. Il a été jugé important de réparer cela avant de naviguer vers un climat plus chaud, et le porte-parole de la Marine, Anton Hanney, a déclaré que voler avec un plombier d'urgence pendant qu'il était en route coûterait plus cher que de faire demi-tour alors que Illustrious était encore dans la Manche. Il repart à 13 heures le 24 janvier[18] et rattrape les 24 heures perdues. Ses escales comprenaient La Valette, Malte, du 26 au 29 février 2008.

Cette mission de 2008 a été filmée et diffusée sur Channel 5 en tant que documentaire télévisé en 6 parties Warship diffusé les lundis à partir du 19 mai 2008. Ce documentaire visait à montrer la vie à bord du porte-avions désormais vieillissant de la même manière que le HMS Ark Royal a été montré. dans le marin de 1976. Illustrious était commandé par le capitaine Steve Chick CBE BSc, qui avait également commandé le HMS Chatham lors du documentaire Shipmates de la BBC en 2005.

Fin juillet, il était de retour à Portsmouth où il a participé à la journée portes ouvertes de la marine de 2008. Elle s'est avérée populaire auprès des visiteurs et la file d'attente pour la visiter était longue. A son bord, elle exposait une maquette grandeur nature de l'avion de combat interarmées F-35 qui remplacera les Harriers alors utilisés par le navire. Elle était le seul porte-avions à faire partie de l'événement, bien que l'Invincible inactif soit également visible du public.

Le 17 octobre elle, avec HMS Cattistock, a navigué dans Liverpool où elle était ouverte au public le samedi 18 octobre. Le 4 novembre, il s'amarre à Greenwich, arrivant pour prendre part à la semaine du souvenir de la Royal Navy. La maquette du F-35 est restée sur le pont.

Le 7 mai 2009, il est retourné à Greenwich pour servir de pièce maîtresse de la célébration par la Royal Navy d'un siècle d'aviation navale britannique à bord d'exemples de tous les hélicoptères opérationnels de la Marine.

À partir du 8 juin, elle participe à l'exercice Loyal Arrow dans le nord de la Suède. L'exercice a duré jusqu'au 16 juin. Le 17 juin 2009, elle arrive à Tallinn. Le 27 juin 2009, il se trouvait dans le port d'Oslo, en Norvège.

Le 22 octobre 2009, il est arrivé à Liverpool pour une visite de six jours et a amarré au terminal de croisière. Il y a eu un survol le long de la rivière Mersey le 23 octobre dans le cadre des célébrations marquant le centenaire de l'aviation navale cette année-là. Illustrious a été ouvert au public les 25 et 26 octobre et a quitté Liverpool le 27 octobre 2009.

Dans le cadre de l'examen stratégique de la défense et de la sécurité, et en plus de la suppression de la force Harrier et du navire jumeau d'Illustrious, l'Ark Royal, il a été annoncé qu'une courte étude serait menée pour déterminer si Illustrious ou Ocean était la plate-forme d'hélicoptère la plus viable. La décision a ensuite été prise de conserver Ocean à plus long terme. En mai 2011, Illustrious a été rendu opérationnel après un radoub de 40 millions de livres sterling, et il a été remis à la flotte après des essais en mer fin juillet 2011. a ensuite été retiré du service. Le ministère de la Défense a également annoncé qu'Illustrious, en tant que dernier des porte-avions de la classe Invincible, sera conservé en tant que mémorial "en reconnaissance du service rendu par ces navires pour protéger le Royaume-Uni au cours des 30 dernières années".

En mars 2012, Illustrious a participé à l'exercice « Cold Response » avec le Bulwark, le RFA Mounts Bay et d'autres navires de la Royal Navy. Il s'agissait d'un exercice de jeux de guerre d'hiver de l'OTAN mené dans le nord de la Norvège, où elle a testé ses capacités en tant que porte-hélicoptères. Illustrious s'est vu décerner le Trophée Bambara, le trophée est remis chaque année à une unité ayant le meilleur bilan en matière de sécurité des vols, lors de « Cold Response ». Après « Cold Response », elle a ensuite participé à l'exercice « Joint Warrior » avec des navires de Norvège, des Pays-Bas et des États-Unis et du Cougar 12 en Méditerranée. En mai 2013, dans le cadre du 70e anniversaire des commémorations de la bataille de l'Atlantique, 'Illustrious' a remonté la Tamise et a été amarré à Greenwich où il a été utilisé pour une réception de charité au profit de l'héritage de l'aviation de la Royal Navy. .

Il a été déployé dans le cadre de l'exercice COUGAR 13 à l'automne 2013 avec le HMS Bulwark, le HMS Westminster, le HMS Montrose et 6 navires RFA. Elle a été détournée du groupe de travail COUGAR 13 en décembre 2013 pour aider aux efforts de secours en cas de catastrophe du typhon Haiyan aux Philippines et est finalement retournée à Portsmouth le 10 janvier 2014.

Illustrious a brièvement amarré à Rosyth au cours de la première semaine de juillet 2014, dans un quai adjacent au HMS Queen Elizabeth, pour la cérémonie de baptême de la reine Elizabeth le 4 juillet 2014, elle a quitté Rosyth le lendemain. Elle est revenue à HMNB Portsmouth le 22 juillet à la fin du service actif. Elle a été désarmée à HMNB Portsmouth le 28 août 2014. La Royal Navy espère préserver le navire, et en août 2014, il a été signalé que Kingston upon Hull et deux autres villes avaient soumis des offres pour elle.


HMS Illustre (R06)

Rédigé par : Rédacteur en chef | Dernière édition : 26/09/2016 | Contenu &copiewww.MilitaryFactory.com | Le texte suivant est exclusif à ce site.

Pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), le porte-avions est devenu le nouveau symbole de puissance en matière de guerre en haute mer. Le Royaume-Uni a rejoint d'autres puissances mondiales - en particulier les États-Unis et le Japon - pour déployer une importante force de transport pendant la guerre et le type de navire était en grande partie responsable des premiers succès japonais et des triomphes retentissants des Alliés pendant la campagne du Pacifique. Ce record de guerre mit officiellement fin au règne des grands navires à gros canons dans l'histoire navale. Au cours des décennies qui ont suivi, la Royal Navy a finalement réduit sa force de porte-avions et perdu une grande partie de ses capacités de lancement à voilure fixe dans un contexte de contraintes budgétaires et d'un paysage politique changeant. L'initiative prometteuse "CVA-01" consistait à lancer une nouvelle génération de porte-avions britanniques dans le but de remplacer les types anciens et vieillissants qui avaient été construits même avant la guerre. Avec deux navires prévus, cette initiative a finalement été abandonnée lors de la révision du Livre blanc sur la défense de 1966.

En 1967, une nouvelle entreprise a été mise de l'avant, appelant à un navire "croiseur de commande" d'un déplacement de 12 500 tonnes. Au lieu des capacités à voilure fixe - qui nécessitaient souvent un gros navire et se sont avérées coûteuses à construire et à entretenir - cette classe de navire serait utilisée pour soutenir le lancement et la récupération d'hélicoptères (systèmes à voilure tournante). Jusqu'à six hélicoptères de la marine "Sea King" seraient utilisés simultanément le long d'un pont d'envol. La conception de base a ensuite augmenté en portée et un arrangement de transporteur "à travers le pont" a été sélectionné, ce qui a augmenté le déplacement à 19 500 tonnes. Le nom de pont traversant a contribué à garantir que la conception irait de l'avant dans la sphère politique - "porte-avions" portant avec lui la connotation négative de gros et cher. Le déplacement et les dimensions plus importants permettraient également de prendre en charge la forme navalisée du chasseur d'attaque à décollage et atterrissage verticaux BAe « Harrier » (VTOL) (connu sous le nom de « Sea Harrier »). La nouvelle classe de navires a été nommée la classe Invincible et constituerait trois navires dirigés par le HMS Invincible et suivis par le HMS Illustrious et le HMS Indomitable.

Avec le HMS Invincible posé en juillet 1973, le HMS Illustrious a suivi lorsqu'il a été commandé en mai 1976. Le troisième de la classe a suivi en décembre 1978 et la pression du public l'a forcé à être renommé HMS Ark Royal. Les navires ont été mis en service respectivement en juillet 1980, juillet 1982 et novembre 1985 et, malgré leur catégorisation de « croiseur de commandement », ces navires étaient des porte-avions légers de part en part.

Le pont d'envol droit caractérisait le groupe avec la voie située sur le côté bâbord de la coque. À la proue se trouvait un dispositif de levage de saut à ski installé pour aider les jets à voilure fixe VTOL Harrier pendant le lancement (cette structure reposait sur le côté bâbord de la section de proue). Les zones de lancement d'hélicoptères étaient également positionnées de ce côté, car la superstructure de l'île était disposée à tribord. Plusieurs ascenseurs desservaient le pont d'envol et les ponts des hangars en dessous. L'équipage complet comptait 685 personnes avec 366 autres servant dans l'escadre aérienne (dans le cadre de la Fleet Air Arm - FAA).

Dimensionnellement, le navire achevé avait une longueur de 677 pieds, une largeur de 90 pieds et un tirant d'eau de 24 pieds. Le déplacement était de 19 500 tonnes. Ses machines comprenaient 4 turbines à gaz Rolls-Royce Olympus TN1313 avec 8 générateurs diesel Paxman "Valenta" développant une puissance combinée de 112 000 chevaux à 4 arbres. La vitesse maximale dans des conditions idéales pourrait atteindre 28 nœuds avec des distances allant jusqu'à 5 000 milles marins. Au moment de sa mise en service, Illustrious et son groupe ont marqué les plus grands navires à être alimentés uniquement par des turbines à gaz - d'autres étant généralement alimentés par des moyens nucléaires.

En raison de la nature de la conception des porte-avions en général, l'armement embarqué au-delà de l'escadre aérienne était en grande partie défensif. La portée à longue portée d'Illustrious était assurée par un lanceur double tirant le système de missiles sol-air "Sea Dart". Vingt-deux rechargements ont été effectués. La défense rapprochée s'effectuait au moyen d'installations Phalanx CIWS de 2 x 20 mm à l'avant et à l'arrière. Ceux-ci ont finalement été remplacés par le système "Gardien de but". Une paire de canons automatiques à canon unique de 20 mm complétait l'ajustement défensif. Au-delà de l'escadre aérienne et de l'armement, Illustrious transportait également une multitude de suites à vocation défensive et offensive - radars de recherche aérienne, radars de guidage de missiles, radars de navigation/direction, un système désormais sonar, des échosondeurs et des lanceurs de paillettes.

Illustrious' commissioning was on June 20th, 1982 which saw it appear operationally during the Falklands War with Argentina. This was not by sheer chance for the Illustrious was purposely hurried in its construction and trials to provide a relief vessel for Invincible during the conflict. She entered the active warzone with a complement of ten Sea Harrier aircraft and eleven Sea King helicopters. Nine of the helicopters were fitted with Anti-Submarine Warfare (ASW) kits while the remaining pair were for the Airborne Electronic Warfare (AEW) role (a typical peacetime air wing consisted of five Sea Harriers and ten helicopters).

Beyond the stated use of Sea Kings, Illustrious eventually fielded various medium-class helicopter types during her career. This has included the Boeing Ch-47 "Chinook" tandem-rotor transport, the Hughes AH-64 "Apache" attack helicopter, the AgustaWestland AW101 "Merlin" multi-role platform, and the AgustaWestland Lynx series. Before the end, she could field up to 22 Harrier strike fighters.

It was eventually decided to field a rotation of two aircraft carriers at any one time allowing the third to enter scheduled refits as needed. At one point, Invincible was considered for sale to Australia (as the HMAS Australia) but this process was cancelled due to the Falklands commitment. Illustrious was eventually brought up to a modernized standard that began with Ark Royal and Invincible followed.

Illustrious was then on station in the Middle East theater during "Operation Southern Watch" which attempted to curtail airborne actions by the government of Iraq, at odds with the West since its invasion of neighboring oil-rich Kuwait. The warship was then on station during the United Nations involvement in the Yugoslav Wars of the 1990s. Her next major commitment became Sierra Leone during 2000 and she followed this up with a refit period in 2002 - forcing her to miss all of the coalition invasion of Iraq in 2003. Her services were in play once more, this time in a humanitarian role, while retrieving British citizens from war-torn Lebanon in 2006.

All things changed for the vessel when the aging Harrier line (by this time improved "Harrier II" models) was eventually removed from her flight deck in 2010. From this point forward, the warship was used strictly as a conventional helicopter carrier until she was decommissioned on August 28th, 2014. It is intended that the vessel will be spared the scrapman's torch and set aside for preservation. Her successor is to become HMS Queen Elizabeth, the new generation of British carrier that includes HMS Prince of Wales. Commissioning of these vessels is scheduled around 2016.

During her time at sea, she fought under the motto of "Vox Non Incerta", meaning
No Uncertain Sound", and earned herself the nickname of "Lusty".


Invincible-class aircraft carrier

Les Invincible classer was a class of light aircraft carrier operated by the Royal Navy. Three ships were constructed: HMS Invincible, HMS Illustrious et HMS Ark Royal. The vessels were built as aviation-capable anti-submarine warfare (ASW) platforms to counter the Cold War North Atlantic Soviet submarine threat, and initially embarked Sea Harrier aircraft and Sea King HAS.1 anti-submarine helicopters. With cancellation of the aircraft carriers renewal programme in the 1960s, the three ships became the replacements for Ark Royal and Aigle fleet carriers and the  Centaur-class light fleet carriers, and the Royal Navy's sole class of aircraft carrier.

The three vessels saw active service in a number of locations, including the South Atlantic during the Falklands War, the Adriatic during the Bosnian War, and in the Middle East for the 2003 Invasion of Iraq.

Invincible was decommissioned in 2005 and put in reserve in a low state of readiness. [4] [5] She was sold to a Turkish scrapyard in February 2011, [6] and left Portsmouth under tow on 24 March 2011. [7] Pursuant to the Strategic Defence and Security Review,�, Arche Royale followed, decommissioning on 13 March 2011. This left Illustrious as the sole remaining ship, serving as a helicopter carrier from 2011 to 2014 when it was decommissioned as well. [8] [9] The Royal Navy was without an aircraft carrier for the first time in nearly a century, until the commissioning of the first of two  Queen Elizabeth-class aircraft carriers in December 2017.


HMS Ark Royal was armed with three mk15 Phalanx close-in weapon systems (CIWS) from Raytheon and General Dynamics. Each Phalanx CIWS had one 20mm M61A1 Vulcan Gatling-principle gun which fired 3,000 rounds a minute to a range of 1.5km.

HMS Invincible and Illustrious each had three Thales Nederland (formerly Signaal) Goalkeeper CIWS. Goalkeeper’s Gatling principle 30mm gun provided a maximum firing rate of 4,200 rounds a minute with a range of 1,500m.

All three carriers were also equipped with two GAM-B01 20mm guns from Oerlikon-Contraves and BAE Systems, which have a maximum range of 2km and firing rate of 1,000 rounds a minute.


Modernisation

In later years, three other changes were made. One was the removal of the Sea Dart system, creating an increased deck park for aircraft. The Sea Dart magazines were converted to increase air-to-surface weapons stowage, and new aircrew briefing facilities created under the extended flight deck, both to support the embarkation of RAF Harrier GR7s as a routine part of the air group. The ships were all fitted to handle Merlin helicopters as the Merlin HM1 replaced the Sea King HAS6 in the carrier-borne ASW role. Following the integration of the Harrier GR7, typical deployments included seven or eight of those aircraft, pushing the Merlin onto the carrier's accompanying Fort-class auxiliaries.

The last wartime deployments of the class saw them in their secondary LPH role, as it was officially judged that Sea Harriers could provide no useful role in the missions. During those deployments, the class embarked RAF Chinook helicopters, in lieu of their fixed-wing complement.

Invincible ' s last refit was in 2004. [5]

Illustrious underwent a 16-month £40 million refit at Rosyth Dockyard during 2010 and 2011 in preparation for her new role as a helicopter carrier during the refit of HMS océan. [9]


The U.S. Navy's Future: What About a Light Aircraft Carrier?

They have the added benefit of being significantly cheaper.

Voici ce que vous devez retenir : Un nouveau Gué-class supercarrier costs around $13 billion. Un Amérique-class assault ship costs just $3 billion.

The U.S. Navy is beginning to deploy its nine amphibious assault ships with large numbers of fixed-wing F-35B Lightning II stealth fighters, in essence transforming the 40,000-ton-displacement vessels into light aircraft carriers.

Cheaper and easier to build and maintain than 100,000-ton supercarriers are, light carriers might seem like an attractive option for many navies that are trying to enhance their at-sea aviation capabilities.

But the U.K. Royal Navy, which is struggling to afford the two 70,000-ton reine Elizabeth-class carriers it’s building for a total of $10 billion, should ignore light carriers, U.K. Defense Journal’s George Allison argued. This despite the Royal Navy having operated 22,000-ton Invincible-class carriers are recently as 2014.

“Operational experience shows that larger carriers have significant advantages,” Allison wrote.

Par exemple, le Invincible class typically hosted around 12 Sea Harriers and with that their decks were fairly crowded. Tabloids often like to quote 12 as the maximum number of F-35Bs the new reine Elizabeth class will be able to carry, however this is nonsense.

The smaller the carrier, the fewer aircraft it can support and the greater waste of resources it becomes when compared to larger carriers. The smaller the carrier, the more the vessels size restricts the performance of the aircraft on board.

Les trois Invincible-class carriers, which the reine Elizabeth class will replace, operated small and relatively low-performance Sea Harriers. The larger F-35 that will operate from the new carriers is more effective than the Sea Harrier. It carries much more and it flies much faster and much farther.

It’s also a more complicated aircraft, requiring more equipment and personnel. A carrier accommodating as many F-35Bs as the Invincible accommodated Sea Harriers would be far larger by necessity in order to effectively operate the modern, larger aircraft.

The U.S. Navy might object to this line of reasoning. USS Guêpe in March 2019 deployed to the Indo-Pacific region with no fewer than 10 F-35Bs on board. An assault ship usually embarks just six F-35s or older AV-8B Harrier jump jets.

A Lightning carrier would embark between 16 and 20 F-35s, compared to the roughly 40 strike fighters that a supercarrier normally carries. A Lightning carrier should be able to sustain 40 sorties per day, the Marines estimated. Un nouveau Gué-class supercarrier, by contrast, is supposed to be able to sustain 160 sorties per day.

"While the amphibious assault ship will never replace the aircraft carrier, it can be complementary, if employed in imaginative ways," the Corps stated. "A Lightning carrier, taking full advantage of the amphibious assault ship as a sea base, can provide the naval and joint force with significant access, collection and strike capabilities."

And a light carrier could help the Navy shift to a more survivable fleet design. Worrying over the increasing lethality of Chinese and Russian anti-ship missiles, in early 2019 the Navy proposed to decommission the supercarrier USS Harry S. Truman 25 years early in the 2020s, dropping the fleet of large flattops to 10 in the medium term and as few as nine in the long term.

Un nouveau Gué-class supercarrier costs around $13 billion. Un Amérique-class assault ships costs just $3 billion. A light carrier based on an amphibious ship "might be a low-risk, alternative pathway for the Navy to reduce carrier costs if such a variant were procured in greater numbers than the current carrier shipbuilding plan," California think-tank RAND explained in a 2017 report. "Our analysis suggests a two-to-one replacement."

Japan, too, is converting two assault ships into light carriers embarking F-35Bs. South Korea in theory could do the same with its own two assault ships. But the British fleet should stick to large carriers, Allison wrote.

Larger vessels do not have to be resupplied as often, impacting both the effectiveness of the carrier and her vulnerability. Because a carrier is more vulnerable when being replenished, the vessel typically withdraws from station for that function. Much of the time lost is the time spent heading away from station and returning. The smaller the carrier, the more time lost and a bigger logistics chain required in support.

A larger ship is likely to survive damage that will sink or disable a smaller one. The smaller the proportion of a ship that gets damaged, the better the chance that the ship can survive the damage and keep on fighting. It takes sheer size to provide enough protection against all the weapons likely to be used against a carrier, from bombs to cruise missiles to torpedoes.

Les reine Elizabeth-class carriers “are not the largest class of carrier in the world but they are most likely the smallest and least expensive carrier the Royal Navy could build which still have the advantages that large carriers offer,” Allison concluded.

David Axe serves as Defense Editor of the National Interest. He is the author of the graphic novels War Fix, War Is Boring and Machete Squad. This piece was originally featured in April 2019 and is being republished due to reader's interest.


Invincible class aircraft carrier

The German light carrier BMS Brandebourg (R 05) passing by Jacksonville, Dixieland en route to Belize on May 21st, 2004.

Les Invincible-class aircraft carriers are a class of small aircraft carriers that serve in the Chilean, German, Iranian, Portuguese, and West Japanese navies from the 1980s onwards. The vessels were built as aviation-capable anti-submarine warfare (ASW) platforms to counter the he vessels were built to counter the American submarine threat in the North Atlantic. Originally intended for service in the Royal Navy, however budgetary limitations would force the Admiralty to end up cancelled the three Invincible-class carriers in favour of the King George VI-class supercarriers. The British government would end up selling two to Germany and one to West Japan. In the mid-1980s, Chile, Iran, and Portugal would end up purchasing Invincible-class CVLs of their own.


Design [ edit | modifier la source]

The CS Invinicble (CVA-01) class would have displaced 54,500 tons (although the ship was said to displace 53,000 tons "in average action condition"), with a flight deck length (including the bridle arrester boom) of 963 ft 3 in (293.60 m) The size of the flight deck, combined with steam catapults and arrester gear would have enabled the carriers to operate the latest jets. The aircraft complement would have included 36 F-4 Phantom II fighter/ground-attack aircraft and/or Blackburn Buccaneer low-level strike aircraft, four early-warning aircraft, five anti-submarine helicopters and two search-and-rescue helicopters. The large 'Broomstick' radar dome above the central island on the carrier was planned to be a Type 988 Anglo-Dutch 3D radar, which would subsequently be fitted on the Royal Netherlands Navy Tromp class frigates, although this would not have been fitted to the final carrier as Britain pulled out of the project.


Voir la vidéo: PORTE-AVIONS: Immersion au sein du GROUPE AÉRONAVAL!!