Quelles dénominations de pièces étaient utilisées aux États-Unis avant les dollars et les cents ?

Quelles dénominations de pièces étaient utilisées aux États-Unis avant les dollars et les cents ?

Dans la proposition de Thomas Jefferson pour une monnaie décimale, il décrit le statu quo comme :

Le [cent] différera peu du cuivre des quatre États de l'Est, qui est de 1/108 de dollar ; encore moins du penny de New York et de la Caroline du Nord, qui est de 1/96 de dollar ; et un peu plus que le penny ou le cuivre de Jersey, de Pennsylvanie, du Delaware et du Maryland, qui est de 1/90 de dollar.

Par "penny", je suppose qu'il entend le "d" dans le système £sd comme les Britanniques l'utilisaient, mais avili. (Ses calculs ailleurs dans le document cité impliquent qu'un penny sterling était 1/54 d'un dollar espagnol.) Les États avaient également diverses unités appelées « livre » :

Mais qu'est-ce que la livre ? 1547 grains d'argent fin [4,00 $] en Géorgie ; 1289 grains [3,33 $] en Virginie, au Connecticut, au Rhode Island, au Massachusetts et au New Hampshire ; 1031¼ grains [2,67 $] dans le Maryland, le Delaware, la Pennsylvanie et le New Jersey ; 966¾ grains [2,50 $] en Caroline du Nord et à New York. Laquelle adopterons-nous ? A quel Etat donner cette prééminence dont tous sont si jaloux ? Et à qui s'imposent les difficultés d'une nouvelle estimation de leur blé, de leur bétail et d'autres denrées ? Ou allons-nous accrocher la livre sterling, comme un insigne commun, à tous leurs cous ? Celui-ci contient 1718¾ [$4,44] grains d'argent pur.

Notez qu'en DE, MD, NJ, PA, NC et NY, il y avait 240 "cuivres" pour une livre, tout comme dans £sd. Mais en CT, MA, NH et RI, il y avait 360 « cuivres » pour une livre. Qu'est-ce qui explique la disparité? Ces États avaient-ils 30 shillings pour une livre au lieu de 20 ? Ou était un "cuivre" 2/3 d'un penny ?


Le tout premier système national de monnaie aux États-Unis d'Amérique sous l'administration de Washington était un demi-cent, un cent, un demi-dime, un centime, un quart, un demi-dollar, un dollar, un quart d'aigle, un demi-aigle et un aigle (10 $). . Plus tard, il y avait aussi un double aigle. Si vous habitez aux États-Unis, il y a de fortes chances que vous ayez vu ceux-ci se faire colporter dans des publicités télévisées de fin de soirée.

Avant cela, les États-Unis étaient organisés en vertu des articles de la Confédération, chaque État étant responsable de sa propre monnaie. Avant cela, la monnaie la plus répandue et la plus acceptée était en fait des pièces espagnoles de huit.


Les 10 meilleures factures et devises anciennes des États-Unis

L'histoire du dollar américain est antérieure aux États-Unis eux-mêmes. Cela remonte à la guerre d'indépendance lorsque les treize colonies ont émis une monnaie unique pour financer la guerre contre la Grande-Bretagne. Le dollar courant a été émis pour la première fois pendant la guerre civile. Plusieurs autres monnaies ont été introduites avant, pendant et après la guerre, et certaines ont même coexisté aux côtés du dollar courant.

Il est intéressant de noter que la monnaie américaine actuelle comporte des billets dont on ne voit que rarement ou dont on entend parler. Avez-vous déjà entendu parler du billet de 100 000 $? Peut être pas. Bien! Voici dix factures et devises anciennes des États-Unis. Attention, certains ont toujours cours légal même s'ils sont épuisés.


L'histoire cachée du nickel

En plus d'éviscérer des centaines de milliers de vies, la guerre civile a dévasté la masse monétaire des États-Unis alors que des Américains craintifs accumulaient des pièces d'or et d'argent pour la valeur de leurs métaux. Tant de pièces ont été retirées de la circulation que le Congrès a réagi en autorisant la production de billets de banque fractionnaires, certains avec des coupures aussi basses que trois cents. Le papier-monnaie, cependant, s'est avéré difficile à gérer, et le Congrès s'est rapidement tourné vers un métal moins cher pour frapper ses pièces&# x2014nickel.

Les premiers &# x201Cnickels&# x201D de l'Amérique étaient en fait des centimes. À partir de 1859, la Monnaie des États-Unis a utilisé un mélange de nickel et de cuivre pour produire ses pièces de un cent, et en 1865, le Congrès a autorisé le gouvernement fédéral à utiliser une composition similaire pour sa nouvelle pièce de trois cents.

L'année suivante, le Congrès a commencé à débattre de l'opportunité de frapper une pièce de cinq cents à base de nickel, même si les États-Unis avaient déjà une pièce de cinq cents en circulation - en fait, ils en frappaient une depuis sept décennies. L'argent &# x201Chalf-disme&# x201D (prononcé &# x201Chalf-dime&# x201D d'un ancien mot français signifiant un &# x201Ctenth&# x201D) a été la première pièce produite par le gouvernement fédéral, et selon la United States Mint, le le métal pour les pièces initiales frappées en 1795 peut provenir directement de George et Martha Washington&# x2019s de l'argenterie fondue.

Les petites pièces d'argent étaient déjà assez difficiles à suivre dans les bons moments, encore moins lorsqu'elles commençaient à disparaître de la circulation. Comme l'a fait valoir l'industriel américain Joseph Wharton, en utilisant du nickel et du cuivre moins chers, les nouvelles pièces de cinq cents pourraient être plus grosses que les demi-dismes. Wharton a obstinément fait pression sur ses nombreux amis au Congrès pour qu'ils commencent à frapper une deuxième pièce de cinq cents en nickel.

Bien entendu, l'homme d'affaires n'avait qu'un intérêt particulier dans la question étant donné qu'il détenait un quasi-monopole sur la production de nickel aux États-Unis. Il avait repris une mine de nickel à l'extérieur de Lancaster, Pennsylvanie, en 1863, et raffiné le métal à son American Nickel Works à Camden, New Jersey. Les amis de Wharton&# x2019s au Congrès ont non seulement accepté la proposition le 16 mai 1866, mais ont même augmenté le poids de la nouvelle pièce de cinq cents de sorte qu'il fallait encore plus de nickel. Sans surprise, Wharton a finalement fait beaucoup de pièces à partir de la nouvelle pièce, à tel point qu'en 1881, il a fait un don d'argent pour créer la première école de commerce aux États-Unis, la Wharton School de l'Université de Pennsylvanie.

Plusieurs modèles ont été proposés pour le nickel d'origine, dont un avec un buste d'Abraham Lincoln qui a été rejeté par crainte qu'il ne soit particulièrement populaire dans le Sud. Le design approuvé avec un bouclier de l'Union entouré de couronnes de laurier sur le devant et un grand chiffre &# x201C5&# x201D entouré de 13 étoiles et de bandes de rayons sur le dos n'a guère reçu d'éloges en soi. L'édition d'août 1866 de l'American Journal of Numismatics l'appelait &# x201Cla plus moche de toutes les pièces connues,&# x201D qui était en fait une évaluation plus gentille que celle rendue par un lecteur le mois suivant&# x2019s numéro qui a écrit, &# x201CLa devise ‘In God we Trust’ est très opportune, car l'inventeur de cette pièce peut être assuré que le diable ne lui pardonnera jamais.” Pour certains, les étoiles et les barres sur le “Shield Nickel” évoquaient le drapeau confédéré “Stars and Bars”, et la conception complexe ont causé des problèmes de production car le métal dur a endommagé les matrices utilisées dans le processus de frappe. Quelques mois seulement après l'introduction du nickel&# x2019s, les rayons ont été supprimés.

Pendant sept ans, le gouvernement fédéral a frappé deux pièces de cinq cents avant de finalement retirer le demi-disme en 1873. Une décennie plus tard, le nickel a fait peau neuve alors que la déesse de la Liberté apparaissait sur le devant de la pièce. Les faussaires, en particulier, ont apprécié le nouveau design car il ressemblait beaucoup à celui de la pièce de cinq dollars en or et le mot « cents cents » n'apparaissait nulle part sur la pièce. En plaquant à l'or les pièces de monnaie sans centimes, les voleurs entreprenants pourraient faire passer les centimes pour des pièces de cinq dollars. Une fois que la fraude a attiré l'attention du gouvernement, il a ajouté le mot &# x201Ccents&# x201D sur le dos de la pièce.

La révision suivante du nickel a eu lieu en 1913 lorsque James Earle Fraser, un élève du célèbre sculpteur Augustus Saint-Gaudens qui a grandi dans la prairie, a conçu une pièce qui a célébré l'Ouest américain. Pour le devant, Fraser a sculpté la tête d'un amérindien, qui, selon lui, était un composite basé sur des modèles comprenant le chef Iron Tail des Lakota Sioux et le chef Two Moons des Cheyenne. À l'arrière du 𠇋uffalo Nickel” se trouvait un puissant bison. Bien que Fraser ait grandi là où le buffle errait, le modèle de la grande bête de l'Ouest aurait été &# x201CBlack Diamond,&# x201D le plus grand bison en captivité qui paissait dans un environnement plus urbain à New York&# x2019s Central Park Zoo.

À l'approche du bicentenaire de la naissance de Thomas Jefferson&# x2019, le département du Trésor a décidé de lui rendre hommage sur le nickel. Il a organisé un concours public pour la refonte de la pièce&# x2019s, et l'immigrant allemand Felix Schlag a battu 390 artistes pour remporter le concours et le prix de 1 000 $ en 1938. Schlag a basé son profil de gauche du troisième président en manteau et perruque d'époque sur le marbre buste sculpté par le français Jean-Antoine Houdon. L'inverse en vedette Jefferson&# x2019s home, Monticello.

Pour commémorer le bicentenaire de l'achat de la Louisiane et de l'expédition Lewis et Clark, le nickel a subi son premier lifting en 66 ans en 2004 lorsque deux nouveaux modèles ont été utilisés à l'arrière dans le cadre de la United States Mint&# x2019s Westward Journey série de nickels . Le buffle est également revenu à la pièce&# x2019s revers dans une édition 2005. De nouvelles images de Jefferson sont également apparues, et la pièce actuelle présente un nouveau recto conçu par Jamie Franki sur la base d'un portrait de Rembrandt Peale. La pièce représente Jefferson face à l'avant et marque la première fois qu'un buste présidentiel sur une pièce américaine en circulation n'a pas été montré de profil.


Gros centimes

Les pièces d'un cent et demi cents ont été les premières pièces frappées pour la circulation par la monnaie des États-Unis en 1793. De grands cents ont été produits chaque année de 1793 à 1857, à l'exception de 1815. Ces pièces de monnaie classiques des États-Unis sont très à collectionner et ont de nombreuses variétés de matrices juste comme les demi-cents parce que chaque matrice était unique en ce sens qu'elle était faite à la main.

La Monnaie des États-Unis a fait de gros cents au cours des années suivantes :

  • 1793-1793 Cheveux fluides - Chaine AMERICA Revers
  • 1793-1793 Cheveux fluides - Couronne inversée
  • 1793-1795 Casquette Liberty - Planchet Fin
  • 1795-1796 Casquette Liberty - Planchet Lourde
  • 1796-1807 Buste Drapé
  • 1808-1814 Tête Classique
  • 1816-1835 Tête de couronne/matrone
  • 1836-1839 Tête de couronne/matrone - modifiée ("Jeune tête")
  • 1839-1857 Cheveux Tressés

Centre de ressources

Se réfère aux différentes valeurs de l'argent. Les pièces américaines sont actuellement fabriquées dans les six dénominations suivantes : cent, nickel, dime, quarter, demi-dollar et dollar.

Quel est le terme correct pour une pièce d'un cent ?

Le terme approprié est "pièce d'un cent", mais dans l'usage courant, cette pièce est souvent appelée penny ou cent. Plusieurs fois, même le département du Trésor et la Monnaie des États-Unis utilisent le terme penny parce que c'est ce qui est normalement utilisé par le public.

Existe-t-il des plans pour retirer la pièce d'un cent (plus connue sous le nom de « quotpenny ») de la circulation ?

Vous serez peut-être intéressé de savoir que le penny est la dénomination la plus utilisée actuellement en circulation et qu'il reste rentable à faire. De manière significative, c'est le Congrès qui détermine les dénominations des pièces que la Monnaie doit produire et mettre en circulation. Chaque centime coûte 0,81 cent à fabriquer, mais la United States Mint en perçoit un cent. Les bénéfices servent à financer le fonctionnement de la United States Mint et à payer la dette publique. En 2000, ce bénéfice s'élevait à environ 24 millions de dollars. Comme la Monnaie des États-Unis produit les pièces prescrites par le Congrès, elle n'a pas le pouvoir d'abolir une unité monétaire. Si cela était ordonné par une loi promulguée par le Congrès et signée par le président, le département du Trésor étudierait à nouveau la suppression progressive du centime. Parce que la demande existe et que les banques de réserve fédérales ont besoin de stocks pour répondre à la demande, la Monnaie des États-Unis s'engage à produire le centime.

Pourquoi la pièce de cinq cents (le nickel) est-elle plus grosse que la pièce de dix cents (le centime) ? Qu'est-ce qui détermine la taille de nos pièces?

Aujourd'hui, les tailles des pièces des États-Unis peuvent vous aider à les distinguer rapidement, mais n'ont rien à voir avec leurs valeurs. Les prix des métaux fluctuent constamment, de sorte que les valeurs des pièces en circulation ne sont pas liées au contenu métallique. Mais en 1793, lorsque les premières pièces de monnaie américaines ont été produites, la Monnaie des États-Unis a lié la taille des pièces à un métal standard particulier, le dollar en argent. À l'exception du penny en cuivre, toutes les pièces étaient produites avec un contenu métallique proportionnel au dollar, et leurs tailles étaient réglementées en conséquence. La pièce de cinquante cents contenait la moitié de moins d'argent que le dollar, le quart en avait un quart, et la pièce de dix cents ou de dix cents en avait un dixième. La pièce de cinq cents, ou demi-dime comme on l'appelait alors, n'avait qu'un vingtième de l'argent. Mais il était si petit qu'il était difficile à manipuler pour les gens. Ainsi, en 1866, les responsables de la Monnaie des États-Unis ont décidé de l'agrandir en changeant son contenu d'argent et de cuivre en une combinaison de cuivre et de nickel.

Quelles dénominations de pièces ne sont plus produites ?

Il existe un certain nombre de dénominations de pièces que la Monnaie des États-Unis ne produit plus pour la circulation générale. Il s'agit de la pièce d'un demi-cent, de la pièce de deux cents, de la pièce de trois cents, de la pièce de demi-dime (bien qu'elle ait été remplacée par la pièce de cinq cents), d'une pièce de vingt cents et des différentes dénominations d'or. pièces de monnaie. Bien que la Monnaie produise une série de pièces d'investissement en or, celles-ci ne sont pas destinées à la circulation.


Plot twist qui n'est pas une pièce américaine. A cette époque, hawaiii ne faisait pas partie des états-unis

Avez-vous évalué les pesos philippins ? Envoie moi un message!

@Panda4456 a dit :
Plot twist qui n'est pas une pièce américaine. A cette époque, hawaiii ne faisait pas partie des états-unis

Une autre tournure de l'intrigue est celle qui a été frappée par la Monnaie américaine et la raison pour laquelle cette dénomination n'a pas été incluse dans l'ensemble final était qu'il y avait un désir de faire correspondre les dénominations aux pièces de monnaie américaines. Ainsi, bien que ne faisant pas encore partie des États-Unis, certains y pensaient peut-être déjà.

oh oui, le charmant hapawalu.

j/k, jamais vu mais grâce à toi aujourd'hui j'en ai et c'est une perle !

<--- regardez ce qu'il y a derrière le masque !

@LanceNewmanOCC a dit :
oh oui, le charmant hapawalu.

j/k, jamais vu mais grâce à toi aujourd'hui j'en ai et c'est une perle !

J'adore le "HUITIÈME DOL" en bas du revers !

J'ai toujours pensé que la pièce d'or de 2 $ 1/2 avait une dénomination inhabituelle.

@PerryHall a dit :
J'ai toujours pensé que la pièce d'or de 2 1/2 $ US avait une dénomination inhabituelle.

Qui était le mec dans 18whatever qui pensait que tout ce qui concernait l'argent qui commençait par un 3 serait acceptable?

La couleur de cette pièce est tout simplement exceptionnelle !

@koynekwest a dit :
La couleur de cette pièce est tout simplement exceptionnelle !

D'accord à 100%. Celui-ci a l'air magnifique

1868 $5 Double Dénomination $5-25 Franc - Judd-656 Doré, Pollock-729, Bas R.7 - PCGS PR64 POP 1/0 - Ex. Bob Simpson

Voici un 25 francs pièce de monnaie lorsque les États-Unis s'inspiraient de la France. D'accord c'est 5 dollars, mais c'est aussi 25 francs français !

C'est bien de penser à une époque où la France était le leader du monde libre.

@PerryHall a dit :
J'ai toujours pensé que la pièce d'or de 2 $ 1/2 avait une dénomination inhabituelle.

Qui était le mec dans 18whatever qui pensait que tout ce qui concernait l'argent qui commençait par un 3 serait acceptable?

@PerryHall a dit :
J'ai toujours pensé que la pièce d'or de 2 $ 1/2 avait une dénomination inhabituelle.

Qui était le mec dans 18whatever qui pensait que tout ce qui concernait l'argent qui commençait par un 3 serait acceptable?

@PerryHall a dit :
J'ai toujours pensé que la pièce d'or de 2 $ 1/2 avait une dénomination inhabituelle.

Qui était le mec dans 18whatever qui pensait que tout ce qui concernait l'argent qui commençait par un 3 serait acceptable?

Quelqu'un qui avait vu un British Three Pence ?

Les dénominations 3c et $3 sont des éléphants blancs par rapport aux dénominations assorties que les États-Unis ont produites. Aucune dénomination autre que 3 $ n'est un multiple pair de 3c. Toutes les autres coupures mineures divisent également 1 $. Même des dénominations britanniques apparemment étranges comme 3 demi-pence ou 1/3 farthing pourraient être combinées pour faire des coupures plus importantes.

@messydesk a dit :
Les dénominations 3c et $3 sont des éléphants blancs par rapport aux dénominations assorties que les États-Unis ont produites. Aucune dénomination autre que 3 $ n'est un multiple pair de 3c. Toutes les autres coupures mineures divisent également 1 $. Même des dénominations britanniques apparemment étranges comme 3 demi-pence ou 1/3 farthing pourraient être combinées pour faire des coupures plus importantes.

Il y a des émissions de monnaie fractionnaire de 15 ¢.

@planetsteve. J'adore l'oignon. grande satire et humour là-bas. @Zoins. Merci pour la pièce du « huitième dollar ». C'est la première fois que je vois cette dénomination. Salut, RickO

@messydesk a dit :
Les dénominations 3c et $3 sont des éléphants blancs par rapport aux dénominations assorties que les États-Unis ont produites. Aucune dénomination autre que 3 $ n'est un multiple pair de 3c. Toutes les autres coupures mineures divisent également 1 $. Même des dénominations britanniques apparemment étranges comme 3 demi-pence ou 1/3 farthing pourraient être combinées pour faire des coupures plus importantes.

Cela me rappelle plusieurs émetteurs de certificats pendant la guerre civile qui n'ont émis que des billets de 3 cents avec la clause de rachat qu'ils doivent être rachetés en "sommes de dollars pairs", ce qui signifie qu'il faudrait en accumuler 100 pour les racheter.

La dénomination la plus inhabituelle dont je me souviens pour le certificat était un billet de 44 cents du Michigan des années 1830. Cependant, il existe de nombreuses dénominations inhabituelles en devises, y compris les émissions bancaires de 1,25 $, 1,50 $, 1,75 $, 3 $, 4 $, 6 $, 7 $, 8 $, 9 $, 11 $, 12 $, 13 $, 14 $, 15 $, 25 $, 30 $, etc. etc. etc.

Des dénominations quelque peu redondantes, mais pas inhabituelles en soi, mais en 1879, des pièces d'or de 1 $, 2,50 $, 3,00 $, 4,00 $ et 5,00 $ étaient frappées. Oui, le livre rouge appelle les modèles Stellas, mais ils sont répertoriés entre 3 $ et 5 $ d'or, pas dans la section séparée "Modèles américains significatifs".

BST réussi (moi en tant qu'acheteur) avec : Collectorcoins, PipestonePete, JasonRiffeRareCoins

@FredF a dit :
Des dénominations quelque peu redondantes, mais pas inhabituelles en soi, mais en 1879, des pièces d'or de 1 $, 2,50 $, 3,00 $, 4,00 $ et 5,00 $ étaient frappées. Oui, le livre rouge appelle les modèles Stellas, mais ils sont répertoriés entre 3 $ et 5 $ d'or, pas dans la section séparée "Modèles américains significatifs".

Nous avions des pièces de 2 cents, 20 cents et 20 $. Je me demande pourquoi nous n'avions pas de pièces de 2 $ !

Je me souviens avoir lu quelque part que la dénomination de 3 $ était censée être utilisée pour acheter des timbres, qui se présentaient en feuilles de 100 timbres au prix de 3 cents par timbre. Cela signifiait qu'une pièce d'or de 3 $ pouvait être utilisée pour acheter directement une feuille de timbres.

Nous avions des pièces de 2 cents et 20 cents. Je me demande pourquoi nous n'avions pas de pièces de 2 $ !



@DNADave a dit :

Celui-ci est assez inhabituel! Je me demande quelle était la raison de cette dénomination?

Je pense que c'est un jeton de casino. Je les ai également vus à 3,50 $ et d'autres coupures étranges. Image inversée merdique.

Beaucoup de tricherie --- pas de pièces évidemment, mais je n'ai pas pu résister à celles-ci à cause des dénominations. Il me faut encore 1,50 $ pour l'ensemble DC.

/>

@stownsin a dit :
Je me souviens avoir lu quelque part que la dénomination de 3 $ était censée être utilisée pour acheter des timbres, qui se présentaient en feuilles de 100 timbres au prix de 3 cents par timbre. Cela signifiait qu'une pièce d'or de 3 $ pouvait être utilisée pour acheter directement une feuille de timbres.

Je pense que vous confondez les pièces de 3 cents avec le billet de 3 $. La pièce de 3 cents était un affranchissement de 1ère classe. Presque personne n'a acheté 100 feuilles de timbres au 19e siècle. 3 $, c'était beaucoup d'argent.

@PerryHall a dit :
J'ai toujours pensé que la pièce d'or de 2 $ 1/2 avait une dénomination inhabituelle.

Si vous y réfléchissez, il y avait le quart de dollar dans le Coinage Act de 1792, puis il y avait l'aigle (10 $ d'or) et le quart d'aigle.

@stownsin a dit :
Je me souviens avoir lu quelque part que la dénomination de 3 $ était censée être utilisée pour acheter des timbres, qui se présentaient en feuilles de 100 timbres au prix de 3 cents par timbre. Cela signifiait qu'une pièce d'or de 3 $ pouvait être utilisée pour acheter directement une feuille de timbres.

Selon le maître auteur numismatique, Roger Burdette, l'idée était que la pièce de 3 $ aiderait à changer les dénominations des pièces d'or plutôt que de faciliter l'achat de timbres. Ma théorie est que c'était un produit du lobby de l'or, similaire à la législation qui a autorisé la pièce de vingt cents.

Le billet de 3 $ n'était pas un montant inhabituel par rapport aux billets de banque privés de l'époque. À un moment donné, un espace était prévu pour un billet de 3 $ dans la conception d'un billet émis par le gouvernement fédéral, mais il n'a jamais été émis.

Appelez-moi un puriste, mais je ne considère pas les modèles dans la catégorie « dénomination inhabituelle ». Ils n'ont jamais été frappés pour circuler.

Le problème avec le socialisme, c'est que, finalement, vous n'avez plus d'argent pour les autres.

@Lazybones a dit :
Appelez-moi un puriste, mais je ne considère pas les modèles dans la catégorie « dénomination inhabituelle ». Ils n'ont jamais été frappés pour circuler.

Je pense que l'effort était de créer une pièce de monnaie en circulation, même si elle n'a pas réussi tout au long du processus. Ce n'est pas comme si les gens créaient des trucs aléatoires sur un coup de tête.

Les trois cents étaient suffisamment proches en valeur du 1/4 Real hispano-américain (techniquement 3-1/8e cents) pour être interchangeables.

L'or de 3 $ aurait pu être marginalement utile pour rembourser les déposants d'or lors du règlement. Lorsque vous avez déposé de l'or brut, le montant de votre règlement après raffinage était susceptible d'être un montant impair. Lorsque vous avez été payé en or, à moins que vous n'ayez spécifié une certaine dénomination, vous avez reçu 10 $ et/ou 20 $ (selon l'année) et peut-être un 5 $ et peut-être un 2 1/2 $ et peut-être un dollar en or ou deux et le reste en argent et cuivre. C'est sans doute pourquoi San Francisco a frappé de petites quantités de $2-1/2's et $5's en 1854, ainsi qu'un plus grand nombre de dollars d'or.

En ayant une plus grande variété de coupures dans le paiement en espèces de la Monnaie jusqu'à ce qu'il aurait été plus facile de payer autant de montants impairs que possible en or, bien que si j'avais été en charge, je n'aurais pas eu de problème à payer trois Pièces d'or de 1 $ au lieu d'une pièce d'or de 3 $.

Je ne l'avais jamais remarqué auparavant, mais le 1854 3 $ est la seule dénomination en or non frappée à San Francisco cette année-là.

Quelqu'un a-t-il des informations sur les raisons pour lesquelles aucun n'a été émis?

Il y avait à la fois des monnaies D et O émises en 1854, la seule année de la série qui avait deux monnaies de branche. La première menthe S a commencé l'année suivante en 1855.
.
.
Certains problèmes se sont épuisés. Voici un 1857-S :
.
.

"Être estimé être utile" - 1792 Birch Cent --- "Je pense personnellement que nous avons développé le langage à cause de notre profond besoin de nous plaindre." - Lily Tomlin


Demi-dollars en argent (1794-1970, 1976 et 1992 à nos jours)

Nous ne voyons plus souvent des demi-dollars, mais ils constituaient autrefois une partie importante du commerce quotidien. Et jusqu'en 1971, ils étaient en argent !

Bien que le concept d'utiliser une pièce de 50 centimes comme monnaie soit inconnu de beaucoup (parce qu'ils ne sont pas couramment en circulation et ne l'ont pas vraiment été depuis plusieurs décennies maintenant), il existe des demi-dollars en argent rares et précieux qui valent à la recherche de!

Voyez de quoi sont faits les demi-dollars et comment la composition métallique des demi-dollars américains a changé au fil des ans.

Trouvez les réponses à vos questions sur les demi-dollars en argent et la valeur de ces pièces ici :


Histoire de la lire italienne

La lire (pluriel lire) était la monnaie de l'Italie entre 1861 et 2002. Entre 1999 et 2002, la lire italienne était officiellement une "sous-unité nationale" de l'euro. Cependant, les paiements physiques ne pouvaient être effectués qu'en lires, car aucune pièce ni aucun billet en euros n'était disponible.
La lire était également la monnaie du royaume napoléonien d'Italie entre 1807 et 1814.
Le terme provient de la valeur d'une livre d'argent de haute pureté et, en tant que tel, est un parent direct de la livre sterling britannique dans certains pays, tels que Chypre et Malte, les mots lire et livre étaient utilisés comme équivalents avant l'adoption de l'euro. en 2008 dans les deux pays. “L”, parfois sous forme de script croisé (“?”), était généralement utilisé comme symbole. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, il était subdivisé en 100 centesimi (singulier : centesimo), qui se traduit par « un centième ».
Le royaume napoléonien d'Italie a émis des pièces entre 1807 et 1813 en coupures de 1 et 3 centesimi et 1 soldo en cuivre, 10 centesimi en alliage d'argent à 20%, 5, 10 et 15 soldi, 1, 2 et 5 lire en argent à 90% et 20 et 40 lires en or à 90 %. Tous, à l'exception des 10 centesimi, portaient un portrait de Napoléon, les dénominations inférieures à 1 lire montrant également une couronne rayonnée et les dénominations supérieures, un bouclier représentant les différents territoires constitutifs du royaume.
En 1861, des pièces ont été frappées à Florence, Milan, Naples et Turin en coupures de 1, 2, 5, 10 et 50 centesimi, 1, 2, 5, 10 et 20 lires, avec les quatre plus bas en cuivre, les deux plus élevés en or et le reste en argent. En 1863, les pièces d'argent inférieures à 5 lires ont été dégradées de 90% à 83,5% et les pièces d'argent de 20 centesimi ont été introduites. Monnaie est passée à Rome dans les années 1870.
Hormis l'introduction en 1894 de pièces de 20 centesimi en cupro-nickel (plus tard en nickel) et de pièces de 25 centesimi en nickel en 1902, la monnaie est restée pratiquement inchangée jusqu'à la Première Guerre mondiale.

En 1919, avec un pouvoir d'achat de la lire réduit à 1/5 de celui de 1914, la production de tous les types de pièces antérieurs, à l'exception du nickel 20 centesimi, s'arrêta et des pièces plus petites, en cuivre 5 et 10 centesimi et en nickel 50 centesimi furent introduites. , suivi des pièces de 1 et 2 lires en nickel en 1922 et 1923, respectivement. En 1926, les pièces en argent de 5 et 10 lires ont été introduites, de taille et de composition égales aux pièces de 1 et 2 lires antérieures. Des pièces d'argent de 20 lires ont été ajoutées en 1927.
En 1936, la dernière émission substantielle de pièces d'argent a été réalisée, tandis qu'en 1939, les efforts visant à réduire le coût de la monnaie ont conduit à remplacer le cuivre par le bronze d'aluminium et le nickel par l'acier inoxydable. Toute émission de pièces de monnaie a été interrompue en 1943.
En 1951, le gouvernement a de nouveau émis des billets, portant cette fois simplement le titre « Repubblica Italiana ». Les coupures étaient de 50 et 100 lires (remplaçant les billets de la Banque d'Italie) et elles ont circulé jusqu'à ce que les pièces de ces coupures soient introduites au milieu des années 1950. En 1966, des billets de 500 lires ont été introduits (en remplacement à nouveau des billets de la Banque d'Italie) qui ont été produits jusqu'à leur remplacement en 1982 par une pièce de monnaie.
En 1967, des billets de 50 000 et 100 000 lires ont été introduits par la Banque d'Italie, suivis de 20 000 lires en 1975 et de 500 000 lires en 1997.

La frappe des pièces en lires italiennes a été suspendue en 1999 et l'euro a été officiellement introduit en Italie le 1er janvier 2002. Les pièces en euros italiennes ont une disposition différente pour chaque dénomination, bien qu'il y ait beaucoup de thèmes d'œuvres de l'un des plus célèbres et artistes italiens connus. Chaque pièce est créée par un créateur différent, de la pièce d'un cent à la pièce de deux euros, ce sont Eugenio Driutti, Luciana De Simoni, Ettore Lorenzo Frapiccini, Claudia Momoni, Maria Angela Cassol, Roberto Mauri, Laura Cretara et Maria Carmela Colaneri . Tous comportent les 12 étoiles de l'UE, l'année d'impression, les lettres qui se chevauchent “RI” pour Repubblica Italiana ou République italienne et la lettre R pour Rome. Il n'y a pas de pièces en euros italiennes antérieures à 2002, même si elles ont certainement été frappées plus tôt, car elles ont été mises en circulation pour la première fois dans le public en décembre 2001.


1866-83 BOUCLIER NICKEL

Les canons de l'Union et des Confédérés se turent en avril 1865, mais la population civile tarda à abandonner certains comportements acquis au cours des quatre années de guerre civile sanglante. Personne dans le Nord ne se sentait particulièrement charitable envers le Sud, et peu envisageaient sérieusement de reconstruire l'industrie qui y avait existé avant le déclenchement des hostilités en 1861. Les paiements en espèces avaient été suspendus par le gouvernement en 1862 et la paix n'avait pas vu le retour de l'argent ou pièces d'or en circulation. Les citoyens ont continué à accumuler toutes les formes de pièces de monnaie contenant des métaux précieux, et même des centimes de cuivre-nickel ont été mis de côté pour leur valeur intrinsèque limitée.

Pendant la guerre, le gouvernement fédéral a émis des séries après séries de monnaie fractionnaire. Ces “shinplasters” comme on les appelait, se sont rapidement souillés dans la circulation et ont été méprisés par le public. Lorsqu'une autre émission de cinq cents de monnaie fractionnée a été introduite en 1865, cela a suffi pour pousser le directeur de la Monnaie James Pollock à approuver une pièce de cinq cents en nickel. Pollock avait déjà été un adversaire de la monnaie de nickel. Il a vu de ses propres yeux à quel point les pièces de nickel à 12% (les cents de 1857-64) étaient difficiles à frapper et comment le métal dur et cassant se brisait et endommageait les machines de la Monnaie. Il savait aussi à quel point Joseph Wharton était politiquement persuasif dans les couloirs du Congrès. Wharton possédait la plus grande mine de nickel en Amérique et avait fait pression sur le Congrès pendant de nombreuses années pour utiliser le métal dans la monnaie nationale. Mais après que la troisième émission de monnaie fractionnaire de cinq cents ait été publiée auprès d'une opinion publique défavorable, Pollock était finalement convaincu que les meilleurs intérêts de la nation seraient servis en frappant une nouvelle pièce de cinq cents en nickel, même si cela signifiait ajouter à la assortiment déjà large de petites pièces de monnaie alors en usage. Ceux-ci comprenaient le demi-cent, le grand cent, le cuivre-nickel, la pièce de deux cents, le nickel à trois cents, l'argent à trois cents et le demi-dime en argent. La plupart de ces pièces ne circulaient pas en raison de la thésaurisation en temps de guerre. Pollock considérait la pièce de cinq cents en nickel comme une pièce de monnaie temporaire qui circulerait et remplacerait les billets fractionnaires universellement impopulaires jusqu'à ce que le demi-dime en argent puisse revenir en circulation.

En tant que graveur en chef, il incombait à James Longacre de concevoir la nouvelle pièce. Divers motifs ont été exécutés, les plus intéressants présentant des profils de Washington ou de Lincoln, mais la question de la représentation de personnes réelles sur la monnaie était loin d'être résolue. En fait, il s'agissait d'un sujet particulièrement sensible car la monnaie fractionnaire de cinq cents que les nouvelles pièces remplaceraient dépeignait l'image de Spencer M. Clark, alors chef du Bureau des devises, et non de l'explorateur William Clark comme le Congrès avait été amené à le croire. Incapable d'utiliser un portrait, Longacre a simplement modifié le motif qu'il avait utilisé deux ans plus tôt sur la pièce de deux cents. Bien que le design adopté présente un certain équilibre géométrique, il est artistiquement faible. Même le monopoleur du nickel Joseph Wharton, l'homme qui pouvait gagner plus d'argent que quiconque avec la nouvelle pièce, a été déçu. Il a décrit la pièce comme ayant ” . . . une pierre tombale surmontée d'une croix surplombée de saules pleureurs. Le dessin était en fait un bouclier avec la croix de l'Ordre de Calatrava au sommet, flanqué d'une couronne des deux côtés. L'inverse, bien que simplement conçu, était initialement controversé. Le dispositif central montre un grand chiffre 5 et est entouré de treize étoiles avec treize séries de rayons entre les étoiles. Au moment de la publication, certains pensaient que des sympathisants du Sud s'étaient infiltrés dans la Monnaie et avaient placé les confédérés "Stars and Bars" au verso. Les nouvelles pièces ont rarement été bien frappées et plus de matrices ont été brisées en frappant des nickels de bouclier que toutes les autres dénominations additionnées. Au cours des deux premières années d'émission, les rayons ont été conservés au revers, mais au début de 1867, ils ont été éliminés car les responsables de la Monnaie pensaient que cet élément de conception empêchait les pièces de frapper complètement.

As originally proposed, the nickel five-cent piece was to weigh not more than 60 grains (or 3.88 grams expressed metrically) and be composed of 75% copper and 25% nickel. The House Coinage Committee intended for the new coin’s weight to be expressed in metric units, but could not bring itself to publicly state so. The next metric weight would have been four grams, but this unit was mysteriously bypassed and five grams was the weight adopted. But rather than express the weight in this simple term, the enabling legislation required the coin weigh 77.16 grains, the English equivalent of five grams.

Shield nickels were only struck in the Philadelphia Mint, and more than 126 million were produced from 1866 until the next design change in 1883. For such a short-lived series there are a surprising number of rarities. The two key issues are from 1877 and 1878 when only proofs were struck. Among business strikes, the years 1879-1881 are low mintage dates and worth large premiums in all grades. There are two overdates, the 1879/8an overdated proofand the 1883/2. Proofs were struck every year and include one of the most important 19th century raritiesthe proof 1867 nickel with rays. Only 25 pieces are believed to have been struck. Counterfeits are plentiful bearing the dates 1870-76, and they were widely circulated in the New York-New Jersey area during the 1870s. They are not deceptive, however, as the design differs slightly from genuine coins. Striking details are often ill-defined on Shield nickels, and high grade coins that are weakly struck must be graded by the amount of mint luster still remaining. The points to first show wear are the cross and leaves on the obverse and the numeral 5 on the reverse.

Shield nickels are collected by both date and type collectors. Although a relatively short-lived series, it’s challenging to collect by date because of the scarce, low mintage issues. Assembling sets of fully struck coins by date, however, can be somewhat frustrating. Type collectors usually acquire one example each of the Rays and No Rays design. E

In 1883 the Shield nickel was dropped in favor of Charles Barber’s new Greco-Roman headed Liberty nickel. The Shield nickel, though, was the first nickel five-cent piece, and while the design has changed several times since 1866, the basic 5 gram “nickel” has remained a mainstay of our modern coinage system.

PHOTO PROOF – Copyright © 1994-2014 Numismatic Guaranty Corporation. Tous les droits sont réservés.


Knowing the value of your paper money collection is daunting. From Gold Certificates to Republic of Texas & Confederate Notes, mistakes, misprints, error, and obsolete currency, our experts at U.S. Coins and Jewelry have seen it all. Our paper money experts are constantly studying the market to ensure that you get an accurate and fair price for your paper money.

At U.S. Coins and Jewelry, we are the leading source for buying and selling paper money in the Greater Houston Area and have been for over 35 years. Contact us at (713) 597-6367 or fill out our online appraisal form to sell your paper money and currencies today!

Paper currency has been used as a medium for commerce since the early ancient Chinese Dynasties. Paper currency, or often called banknotes, are a type of negotiable currency created by a bank as a promissory note payable on demand. Originally, paper money was used as a promise to deliver coin-based currency in an exchange of commerce. Over the years, the easy&ndashto&ndashcarry paper currency simply became more popular than heavier coins and it cost less to produce.

At U.S. Coins & Jewelry, we buy and sell a large selection of collectible US Currency from small size silver certificates to large size treasury notes, banknotes, and even confederate currency. We also carry unique and obsolete currency, Republic of Texas currency, and high denomination notes such as $500 and $1000 Federal Reserve Notes. Whether you are buying or selling, we have expert appraisers on-site. Our professionals and their expertise in the field of currency knowledge allows us to provide buyers and sellers with the highest quality currency selling services. Plus, our experienced buyers have decades of experience with paper currency and banknote sales.

LEARN MORE ABOUT HISTORICAL CURRENCY

Since the early settlers, currency has been an essential part of commerce. While precious metals like gold and silver were not widely mined, notes were the payment method used as an active currency. Early on, Continental Congress knew the importance of paper currency and the impact it would have on commerce and production.

Through the decades and generations, different forms of currency were created out of necessity, such as Confederate Currency (This is because Silver and Gold was being hoarded or depleted during the time of the Civil War). Fractional Currency and Large Size Currency became important post-Civil War simply because they offered financial resources when the country was rebuilding. As these rare currency notes became more important throughout time, each is shaped by an important historical event that adds to the already high value of these notes.

Even in modern times, Small Size Bank Notes and MPC&rsquos were printed and played an important role in United States currency. At U.S. Coins and Jewelry, we carry a large selection of rare money. Learn more about variations of rare currency by understanding the history of our rare U.S. currency below.

A gold certificate, in general, is a certificate of ownership that gold owners hold instead of storing the actual gold. It has both a historic meaning as a U.S. paper currency (1863&ndash1933) and a current meaning as a way to invest in gold.

Historic Gold Certificates: From 1863 to 1933, the U.S. Treasury issued gold certificates that were redeemable for gold. They were generally for interbank transfers rather than consumer use. In 1933, the U.S. Treasury requested the return of all gold certificates. Not everyone obeyed, and today these documents are rare collectibles. These gold certificates are no longer redeemable for gold. of 1928 Gold Certificates Denominations printed and issued were: $10, $20, $50, $100, $500, $1000, $5000, and $10,000. The four lower denominations are generally available.

A silver certificate, like a gold certificate, is a certificate of ownership that silver owners hold instead of storing the actual silver. Several countries have issued silver certificates, including Cuba, the Netherlands, and the United States.

Historic Silver Certificates: Silver certificates were issued between 1878 and 1964 in the United States as part of its circulation of paper currency. They were produced in response to silver agitation by citizens who were angered by the Fourth Coinage Act, which had effectively placed the United States on a gold standard. The certificates were initially redeemable for their face value in silver dollar coins and available in denominations of One, Five, and Ten Dollars. Besides the historic collector value of these notes, there are several advantages to owning silver certificates.

Of all U.S. paper money, the large-size notes issued before 1929 offer the greatest variety of beautiful, artistic designs, subject matter, and history. Large Size U.S. Type Notes are the most popular area of collecting currency today. The reason is simple: The design and artwork of these pieces of history is simply breathtaking. Their unique themes and symbolic design elements make them prized by collectors worldwide. Large-size notes measure a big 7 3/8 x 3 1/8 inches, and were affectionately nicknamed &ldquoHorseblankets&rdquo because of their huge size! The highly detailed designs on large-size notes are considered some of the finest examples of the art of engraving.

Small-size legal tender notes were printed from 1928 to 1966. They are also sometimes referred to as United States Notes. They will have a red seal and an 8 digital serial number. As a type, most legal tender notes are very common. 1928 $1s are generally considered the rarest and will have the highest premium over face value. 1966A $100 red seals are the least common and are generally worth around 15% more than their regular 1966 counterparts. Do note that some 1928 series $2s and $5s can have a higher value than some others, it all depends on condition and series letter (1928D, 1928F, etc).

The United States issued green seal federal reserve notes for four different high denominations. These notes feature William McKinley ($500), Grover Cleveland ($1,000), James Madison ($5,000), and Salmon Chase ($10,000) as their portraits. Surprisingly, many $500 and $1,000 notes still exist. It is thought that there are over 150,000 $1,000 bills left unredeemed, and over 250,000 $500 bills are available to collectors. However, it is thought that there is less than 700 ultra-high denomination ($5K & $10K) notes left.

$506,000 and $511,000 notes are extremely valuable, and if you have one, we encourage you to contact us. Even $1001 and $502,000 can have high values depending on their serial number and which district issued them.

The Republic of Texas first issued paper money in 1837. This currency was called &ldquoStar Money&rdquo for the small star on the face of the bill. The star money was not face value currency, but rather interest-bearing notes (similar to a treasury bill) that circulated by being endorsed over to the next payee. In 1838, Texas issued &ldquochange notes&rdquo with elaborate designs on the front and blank backs.

In 1839 Texas &ldquoRedbacks&rdquo was issued. The government printed over two million dollars in redbacks, which were initially worth about 37 cents to a U.S. dollar. The Redbacks were issued in the denominations of $5, $10, $20, $50, $100, and $500 bills.

If you have never actually seen an authentic Texas Redback, they are very ornate in their design and very collectible. It&rsquos like touching a piece of early Texas History. But beware, these historic bills have been reproduced as a novelty item, and replicas are very common. If you are interested in buying, selling, or authenticating Republic of Texas Currency, U.S. Coins and Jewelry can help. We offer free appraisal services along with a full line of Authentic Texas Currency.

Confederate paper money is very collectible in today&rsquos market, especially if the money is rare and/or in perfect condition. However, a lot of Confederate Money we see is actually reproductions or fake since it has been reproduced as a novelty item for over a century.

The Confederate States of America released their first issue of paper money when their provisional government was only two months old in April of 1861. The Civil War began that same month. The US Congress, on the brink of bankruptcy and pressed to finance the Civil War, authorized the United States Treasury to issue paper money for the first time that same year. The US notes were in the form of non-interest bearing Treasury Notes called Demand Notes.

The total amount of currency issued under the various acts of the Confederate Congress totaled $3.7 billion. Due to the scarcity of metal, however, the Confederacy never issued coins, instead of releasing seventy different paper note &lsquotypes&rsquo between 1861 and 1865. If you are interested in buying, selling, or authenticating your Confederate Currency, U.S. Coins and Jewelry can help. We offer free appraisal services along with a line of Authentic Confederate Currency.

During World War II The United States issued special currency for the island of Hawaii and for troops in North Africa. The Hawaii notes feature a brown seal and are overstamped with the word &ldquoHAWAII&rdquo on the front and back of the note. Hawaii notes, as they are generally called by collectors, were printed for the Hawaiian Islands for use during World War II. The idea was that if the money supply in Hawaii was taken over by the Japanese that the United States could devalue any money that said Hawaii on it. Today we have wonderful collectible currency associated with a popular state. Hawaii notes are still good today at face value. Most new collectors are attracted to Hawaii silver certificates and federal reserve notes because they are different, but they fall into many collecting categories. If you are interested in buying, selling, or authenticating WWII or Hawaii Notes, U.S. Coins and Jewelry can help. We offer free appraisal services, simply stop by our showroom or click here to contact us.

Error note collecting is very popular and often one of the initial types of notes that attract new collectors and outsiders to the numismatic hobby. These mistakes are aberrations of the production process. They fascinate the viewer and challenge the collector. Paper money errors possess enormous appeal to a wide spectrum of viewers and collectors. Most people already familiar with a &ldquonormal&rdquo note, marvel at the obvious deviation and frequently assume that such a piece must be worth a king&rsquos ransom. Although error notes have always commanded a premium above a generic example of the same, errors are surprisingly affordable especially in light of their relative and absolute rarity. Also, any mistake released through normal banking channels is perfectly legal to own. If you are interested in buying or selling error notes, we offer free appraisal services, simply stop by our showroom or click here to contact us.

Obsolete paper money is a term that is used to describe any state issued banknote that is no longer redeemable at its face value. Every banknote printed before 1860 is considered to be obsolete. Any time you see paper money that has something like &ldquoState of&rdquo written on it, that is an obsolete banknote.

Obsolete paper money was only printed under the authority of the bank. It was never backed by precious metals or by the government. So when ever the bank went out of business then all the paper money it issued instantly became worthless. Obsolete money is valued the same way any other paper money is valued. It is all about condition and rarity.


BRITISH HEROES COINS INCLUDE MULTI-COLORED BRITISH FLAG


TABLE OF CONTENTS FOR THE INTERESTING STUFF CATALOG
ALPHABETICAL LISTING OF COINS AND BANKNOTES IN THE INTERESTING STUFF CATALOG
WEB SITE MAP & SEARCH ENGINE
SECURE ON-LINE CREDIT CARD ORDER PAGE ORDERING INFORMATION

scale with which to judge image sizes

All items are guaranteed to be genuine, unless clearly indicated otherwise.
NOTE: All pictures are of a typical item taken from stock. Because we have multiples of most items, the item you receive may not look exactly the same, however it will be as described.