Château de La Gane

Château de La Gane


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le Château de la Gane est un château historique à Saint-Exupéry-les-Roches, Corrèze, Nouvelle-Aquitaine, France construit en 1286 pour Pierre-André de la Ganne.

La tour ouest a été construite au XVe ou XVIe siècle. Il fut hérité par Guillaume de La Brosse en 1432. En 1510, il fut acquis par Antoine Andrieu, un bourgeois qui se maria dans la noblesse et fut ensuite anobli.

Histoire du château de La Gane

Le château a été fondé en 1286 par Pierre-André de la Ganne. Bâtiment composite, le château comporte plusieurs parties d'époques différentes disposées en forme de carré.

A l'ouest, une tour ronde de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle, flanquée d'une tourelle enserrant un escalier à vis, abrite une chapelle couverte d'une voûte à croisées d'ogives. L'intérieur était recouvert de boiseries néogothiques. A l'est, le corps de logis rectangulaire date de la même époque. Il est flanqué d'une tourelle d'escalier carrée, vissée intérieurement. Il a trois étages avec des plafonds à poutres apparentes.

En 1772, il est acquis par Jean-Joseph de Parel d'Espeiruc de la Chatonie et le corps de logis est prolongé, côté sud, par une aile basse.

En 1804, il est acquis par Louis-Paul de Selve de Bity. Après cela, la tour et le bâtiment principal ont été réunis, probablement à la place d'un élément de liaison manquant.

Château de La Gane aujourd'hui

Le château a été inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques en décembre 1980.

Se rendre au château de La Gane

Le moyen le plus simple d'atteindre le château de La Gane est en voiture, l'approche du château se trouve juste à côté de la D45.


Newgrange - Site du patrimoine mondial

Newgrange est une tombe à couloir vieille de 5 200 ans située dans la vallée de la Boyne, dans les Terres ancestrales d'Irlande.

Newgrange a été construit par des agriculteurs de l'âge de pierre, le monticule mesure 85 m (279 pi) de diamètre et 13 m (43 pi) de haut, soit une superficie d'environ 1 acre.

Un passage mesurant 19m (62ft) mène à une chambre avec 3 alcôves. Le passage et la chambre sont alignés avec le soleil levant les matins autour du solstice d'hiver.

Newgrange est entourée de 97 grosses pierres appelées pierres de bordure dont certaines sont gravées d'art mégalithique, la plus frappante est la pierre d'entrée.

L'accès au monument de Newgrange se fait par le centre des visiteurs de Brú na Bóinne.


Newgrange est un monument de l'âge de pierre (néolithique) situé dans la vallée de la Boyne, dans le comté de Meath, c'est le joyau de la couronne des Terres ancestrales d'Irlande. Newgrange a été construite il y a environ 5 200 ans (3 200 av. J.-C.), ce qui la rend plus ancienne que Stonehenge et les grandes pyramides de Gizeh. Newgrange est un grand monticule circulaire de 85 m (279 pi) de diamètre et 13 m (43 pi) de haut avec un passage en pierre de 19 m (63 pi) et des chambres à l'intérieur. Le monticule est entouré de 97 grandes bordures, dont certaines sont gravées de symboles appelés art mégalithique.

Newgrange a été construite par une communauté agricole qui a prospéré sur les riches terres de la vallée de la Boyne. Knowth et Dowth sont des monticules similaires qui, avec Newgrange, ont été désignés site du patrimoine mondial par l'UNESCO.

Les archéologues ont classé Newgrange comme une tombe à couloir, mais Newgrange est maintenant reconnue pour être bien plus qu'une tombe à couloir. Temple antique est une classification plus appropriée, un lieu d'importance astrologique, spirituelle, religieuse et cérémonielle, tout comme les cathédrales actuelles sont des lieux de prestige et de culte où des dignitaires peuvent être inhumés.

Newgrange est un grand monticule en forme de rein couvrant une superficie de plus d'un acre, retenu à la base par 97 pierres de bordure, dont certaines sont richement décorées d'art mégalithique. Le couloir intérieur de 19 m de long mène à une chambre cruciforme à toit en encorbellement. La quantité de temps et de travail investis dans la construction de Newgrange suggère une société bien organisée avec des groupes spécialisés responsables de différents aspects de la construction.

Newgrange fait partie d'un complexe de monuments construit le long d'un méandre de la rivière Boyne connu collectivement sous le nom de Brú na Bóinne. Les deux autres monuments principaux sont Knowth (le plus grand) et Dowth, mais dans toute la région, il y a jusqu'à 35 monticules plus petits.


Château de Pierre

Qu'est-ce qui le rend spécial ?

Castle Rock est le point de repère géologique le plus formidable du comté de Sweetwater. Castle Rock surplombe la ville de Green River et est situé près du centre-ville. Cette formation rocheuse a été appelée de nombreux noms différents au fil des ans, notamment Citadelle, Indian Head Rock et Green River Butte. Castle Rock se compose de strates horizontales et de nombreuses couches de roche sont riches en poissons et plantes fossilisés, un témoignage du vaste lac qui englobait la majeure partie de la région.

Où est-ce?

Au-dessus de la ville de Green River le long de la I-80. Castle Rock peut également être atteint en remontant l'extrémité nord de la 3rd West Street à Green River.


Château de La Gane - Histoire

Histoire ancienne (1100-1650)

Nous commençons par nos premiers documents écrits liés à la région. Cependant, il convient de rappeler qu'il y a une histoire non écrite dans le paysage. Par exemple, les « fairyforts » dans la paroisse, par ex. à Tubrid, se trouvaient les premières maisons de ferme, datant d'environ 400 après JC. Ainsi, ces gens auraient construit un monticule de terre, l'auraient fortifié et construit une maison d'habitation, dont il ne reste généralement qu'une partie du monticule dans le paysage. Ils étaient généralement sur un terrain surélevé afin que les habitants aient une bonne vue de la région. On estime qu'il y a environ 45 000 « fairyforts » en Irlande. Cependant, comme il n'y a pas eu de fouilles sur ces fermes préhistoriques de la localité, il faut commencer par l'histoire écrite.

L'une des premières informations enregistrées concernant Mooncoin se trouve dans le "Catalogue Of the Bishops of Ossory" (British Museum - Londres). Il précise qu'en 1220, l'évêque d'Ossory (De Turville) « acquit un bois près de Clonmore ». Nous pensons maintenant que ce bois est l'endroit où se trouve actuellement Kilnaspic, et par la suite où 'Kilnaspic' tire son nom, c'est-à-dire Coill-na-easpag - 'le bois des évêques'. Ironiquement, le nom n'a rien à voir avec une église, qui y a été construite bien plus tard. 'Tuer' est généralement la version anglicisée du mot irlandais pour église. L'évêque d'Ossory possédait également beaucoup de terres à Clonmore, et c'est la raison pour laquelle nous avons ces archives. L'église possédait ces terres pendant de nombreux siècles et en 1460, l'évêque Hackett construisit un manoir à Clonmore le long des rives de la Suir. C'était plus ou moins une maison d'été où il pouvait se retirer de Kilkenny City pendant les mois d'été, très probablement en prenant un bateau sur la Nore et en remontant la Suir.

La paroisse actuelle de Mooncoin est généralement appelée la " Burgagerie de Rathkieran " dans ces premiers registres d'Ossory d'environ 1200 (dans de nombreux registres jusqu'aux années 1800, ce que nous appelons maintenant la paroisse de Mooncoin est en fait appelée la " paroisse de Rathkieran'). C'est parce que l'église paroissiale principale était à Rathkieran pendant des centaines d'années. En fait, il existe une trace de Donnail O' Fogertach, alors évêque d'Ossory, y étant enterré le 8 mai 1178 (cette église primitive a disparu depuis longtemps et il semble y avoir un certain nombre d'églises construites sur le site). Les ruines de l'église actuellement à Rathkieran aujourd'hui sont celles de l'église protestante reconstruite et dont le toit a été refait en 1727 (cette église a été renversée vers 1880 avec juste une arche restante) - cependant cette église est enregistrée comme étant presque identique à l'église catholique précédente. Il existe également des preuves qu'avant 1118, Rathkieran était sa propre mer sainte, c'est-à-dire qu'elle était son propre sous-diocèse et a été absorbée par Ossory après cette date. À environ 200 mètres au nord-est de Rathkieran, près d'Ashgrove, il y a un Rath ou une colline/un monticule appelé « le Corrig ». C'est là que les moines attachés à l'église Rathkieran auraient eu leur résidence il y a près de 1000 ans.

Il convient de rappeler que toute église qui existait dans la paroisse au moment de la Réforme des années 1540 aurait été reconsacrée en tant qu'églises protestantes (anglicane/église d'Irlande) du jour au lendemain. L'Église d'Irlande est devenue l'Église d'État officielle. Les taux de conversion étaient toutefois très faibles en Irlande. Mais cela n'a pas empêché la construction de plusieurs églises dans la paroisse pour encourager les habitants à rejoindre la nouvelle religion d'État. En fait, ce qui est maintenant la paroisse catholique de Mooncoin, était composée de cinq sous-paroisses distinctes, avec une église dans chacune de ces sous-paroisses (également appelées paroisses civiles). Ce sont Rathkieran (l'église principale), Aglish/Portnascully, Tubrid, Polerone, Ballytarsney et Clonmore. Ardera était plus tard sa propre paroisse civile. Il y avait aussi une église privée, probablement construite par la famille Bowers, connue sous le nom de "Kilaspy" (à ne pas confondre avec Kilnaspic) - bien qu'il existe des preuves qu'une église existait également sur ce site à l'époque médiévale. Les ruines de cette église sont situées dans un champ à Grange près de Silverspring. En outre, les ruines de l'église de Polerone sont encore visibles près de la rivière Suir (église d'Irlande), certaines ruines d'église et un cimetière sont toujours à Rathkieran (église d'Irlande), certaines ruines de fondation et pierres tombales de Tubrid sont accessibles par un champ (église de Irlande), Aglish (Église d'Irlande) a pour la plupart disparu, mais la dernière église de Portnascully est toujours visible. L'église de l'Église d'Irlande la plus récente construite était l'église Graigavine près de Cloncunny/Emil, qui se trouvait dans la paroisse civile de Clonmore. Il a servi les membres de l'Église d'Irlande de 1818 à 1906 après la fermeture des cinq autres églises de l'Église d'Irlande. Étonnamment, étant donné qu'il y avait à un moment donné entre 5 et 6 églises de l'Église d'Irlande à Mooncoin, il n'en reste plus actuellement. Graigavine a duré moins de quatre-vingt-dix ans, les paroissiens de l'Église d'Irlande devant alors adorer à Piltown (le toit et les murs de Graigavine ont été pour la plupart enlevés dans les années 1960).

Il y avait de légères différences entre la paroisse catholique romaine utilisée aujourd'hui (composée de Kilnaspic, Mooncoin et Carrigeen) et les paroisses civiles, en ce sens que certaines ne se chevauchent pas comme on pourrait s'y attendre. Par exemple, la ville de Cashel se trouve dans l'actuelle paroisse catholique romaine de Mooncoin, mais dans la paroisse civile, elle était à Fiddown (maintenant dans la paroisse de Templeorum). De même, certaines parties de l'actuelle paroisse de Kilmacow relevaient de la paroisse civile de Rathkieran.

En dehors de l'histoire de l'église, nous savons que les principaux propriétaires terriens de la région à partir de 1400 environ étaient les Butlers of Grannagh (Granny) Castle - (qui étaient une branche de la famille Butler basée au château de Kilkenny). Des années plus tard, le comte de Bessborough basé à Kildalton, Piltown, était le principal propriétaire foncier de la baronnie d'Iverk. La baronnie d'Iverk comprenait les paroisses modernes de Mooncoin, Kilmacow, Piltown et Fiddown. La baronnie se composait à l'origine de 41 369 acres et tire son nom de « Uibh Eire », les « descendants d'Ere » d'une ancienne famille septentrionale. À l'origine, le principal siège du pouvoir d'Iverk était le château de Granagh et plus tard Bessborough à Piltown (le domaine de Bessborough possédait encore environ 25 000 acres en 1875).

Conquête cromwellienne de l'Irlande

Il existe également des informations détaillées sur le Mooncoin des années 1650, lorsqu'Oliver Cromwell et son armée ont conquis l'Irlande et ont ensuite établi des registres officiels lorsque les habitants ont été transplantés. En effet, Oliver Cromwell est passé près de Mooncoin après avoir pris le contrôle de Wexford Town et New Ross. Il a traversé les montagnes Walsh et, en regardant Mooncoin et ses environs, il aurait dit "C'est une terre pour laquelle il vaut la peine de se battre".

Tout d'abord, quelques informations sur la « conquête » de l'Irlande par Cromwell. Il y a eu une rébellion en Irlande, principalement en Ulster, en 1641 où de nombreux planteurs protestants ont été tués par les Irlandais locaux (environ 5000 tués). Il y avait à peu près le même nombre de catholiques tués en représailles. Les journaux « tabloïds » de Londres s'emballèrent au cours des années qui suivirent, exagérant considérablement le nombre de colons protestants tués. Cromwell considérait son invasion en 1649 comme une vengeance contre les « misérables irlandais barbares » pour ces actes commis en 1641. Il avait également besoin de reprendre le contrôle du pays car il y avait une confédération (type de gouvernement) à Kilkenny City qui gouvernait la plupart des pays. La Confédération de Kilkenny était composée d'un mélange de membres catholiques et protestants fidèles au roi d'Angleterre (Charles I) que Cromwell avait arrêté et finalement exécuté. Cromwell s'est plutôt rangé du côté du Parlement de Westminster. Lorsque Cromwell a navigué pour l'Irlande, c'était la première fois qu'il quittait l'Angleterre et il est arrivé (avec un grave mal de mer) à Ringsend, Dublin en août 1649.

Cromwell est le plus tristement célèbre en Irlande pour le génocide qu'il a commis à Drogheda, dans le comté de Louth, où 3000 hommes, femmes et enfants ont été massacrés (cela s'est produit le 11 septembre 1649, leur propre « 9/11 »). Les morts étaient pour la plupart catholiques. Même à l'époque, cela était considéré comme choquant, car les femmes, les enfants et les personnes âgées étaient généralement épargnés lors des guerres du XVIIe siècle. Il est également accusé de ne pas donner « quartier ». C'est à ce moment que les gens se rendent, ils sont censés être épargnés et faits prisonniers. Cromwell sentait cependant qu'il faisait le travail de Dieu et que Dieu était de son côté. Si les choses fonctionnaient pour lui, ce qu'elles faisaient souvent (météo, etc.), c'était Dieu qui le guidait vers la victoire. La seule ville qui a remporté un succès était Clonmel. Ici, Cromwell a perdu environ 2 000 hommes.

Peu de temps après la conquête de l'Irlande par Cromwell, il a lancé une politique de « transplantation ». Cela impliquait de déplacer les propriétaires terriens autochtones qui ne s'étaient pas rangés de son côté vers les comtés de l'ouest (où la terre était plus pauvre "en enfer ou à Connaught"). Cela a été décidé en vertu de l'« Act of Settlement ». Cette loi a défini que, pour payer la masse salariale de l'armée de Cromwell qui était en Irlande depuis 1649, il a été décidé de les payer avec des terres des Irlandais conquis, par opposition à l'argent réel qui était rare. À un moment donné, les dirigeants de Dublin et de Londres faisaient pression pour retirer tous les catholiques de Connaught. Cependant, il fut alors décidé de déplacer uniquement les terres possédant des catholiques et de leur donner un tiers ou deux tiers en valeur, de leurs terres conquises, à Connaught. Les catholiques les plus pauvres et les ouvriers sont restés sur place, afin de travailler la terre pour leurs nouveaux propriétaires. Les protestants déjà basés à Connaught avaient la possibilité d'échanger leurs terres contre de meilleures terres à Leinster ou Munster. Tous les prêtres catholiques ont également reçu l'ordre de quitter le pays. Un homme qui avait fourni des milliers de chevaux pour Cromwell a reçu de vastes étendues de terres dans le sud de Kilkenny, Tipperary et Carlow pour son paiement. Il était connu sous le nom de Ponsonby, mais la famille reçut plus tard le titre de « Earls of Bessborough ».

Voici un extrait de la documentation officielle à Londres datée d'avril 1653 :

Ils (les propriétaires terriens catholiques) ont jusqu'au 1er mai 1654 pour se déplacer et se transplanter dans la province de Connaught et le comté de Clare, ou l'un d'entre eux y habitera et demeurera.

En janvier 1654, au Grocers Hall de Londres, des représentants d'aventuriers et de soldats se réunissent pour tirer au sort les terres qu'ils prendraient en Irlande. Une sorte de coup de chance selon le rang etc.

Lorsque les familles devaient être transplantées, l'homme de la famille devait d'abord se rendre à Loughrea, dans le comté de Galway. Loughrea était le centre d'administration de la transplantation. Ici, il a dû enregistrer et jalonner une concession provisoire et ériger une cabane tout en laissant la famille s'occuper des récoltes et des animaux. Il est ensuite revenu pour sa famille et ses « chatels » (principalement « bovins noirs et chevaux »). Cependant, de nombreuses familles n'ont pas pu respecter la date limite du 1er mai 1654 et ont donc demandé des prolongations. Certains ont été accordés, ce qui a permis aux femmes et aux enfants de rester à Kilkenny à l'été 1654 pour récolter les récoltes. Cependant, ils ont dû donner une grande partie de ces récoltes aux nouveaux propriétaires terriens en guise de compensation. Tous les Irlandais natifs en dehors de leur propre localité ont dû porter des cartes d'identité pour faciliter le bouleversement.

Mooncoin n'a pas échappé à ce plan de transplantation. Il convient de noter que 58 % des terres du comté de Kilkenny ont été confisquées et remises aux soldats Cromwelliens/parlementaires. Certaines preuves de ce bouleversement sont encore présentes dans le paysage aujourd'hui avec les ruines du château de Corluddy et du château de Grange qui ont été abandonnés en 1653, avec leurs propriétaires, les Grant et les Walsh respectivement, qui ont déménagé à Connaught. Il est difficile d'imaginer le traumatisme que ces personnes ont vécu à cette époque. Beaucoup auraient été vieux et auraient dû faire le difficile voyage jusqu'à Galway à pied, ou à cheval s'ils avaient de la chance, pour ne plus jamais revoir Mooncoin ou leurs anciennes maisons. Quelques années auparavant, la ville de Kilkenny était prospère et la « capitale » de l'Irlande, avec l'économie locale se portant extrêmement bien. Plus près de nous, cinq ans auparavant, la famille Walsh qui vivait au château de Grange avait accueilli le nonce pontifical de Rome, ce qui était un immense privilège. Le nonce pontifical aurait été l'une des personnes les plus puissantes et les plus influentes d'Europe à l'époque. Maintenant, la famille de sept personnes était en route pour Connaught.

Voici un extrait des certificats accordés au peuple natif Mooncoin transplanté de la région de Mooncoin (1653-1655) - Des soldats Cromwelliens auraient repris leurs terres à Mooncoin, peut-être sous-louées à Ponsonby. Remarque : les différentes familles portant le nom de « Grant » étaient toutes liées d'une manière ou d'une autre. Ils étaient donc tous « goudronnés avec le même pinceau ». 'Glengrant' tire son nom de cette famille. A noter également : l'orthographe des lieux est la façon dont elle s'écrivait à l'époque :

Contre-Réforme 1700+

Les églises protestantes de la paroisse ont eu beaucoup de mal à survivre car la population de la communauté protestante continuait à être très faible. Après la Réforme, l'idée était que la population catholique déclinerait et que la population protestante augmenterait à mesure que les gens se convertiraient pour éviter les sanctions sévères. Ainsi, au bout de quelques générations, les catholiques seraient en déclin. Les chiffres de conversion en Angleterre et au Pays de Galles étaient élevés mais ils ne tenaient pas compte de la persévérance (/entêtement) des Irlandais ! Même après l'introduction des lois anti-catholiques les plus strictes - les lois pénales qui sont entrées en vigueur entre 1690 et 1710 - les habitants catholiques de Mooncoin refusaient toujours de se convertir. Là où un prêtre catholique pouvait être trouvé, la messe était généralement célébrée à l'extérieur dans un « mass bush » ou « mass rock ». Par exemple, il y avait un rocher de masse près de Polerone et des arbres de masse à Tubrid et à Ardera. Le service religieux était alors peu fréquent pour les catholiques, les baptêmes, les mariages et les funérailles étant le seul contact avec les prêtres. Lorsqu'un catholique mourait, il obtenait généralement la permission du vicaire local d'être enterré dans l'enceinte de l'église protestante (généralement Rathkieran). Les archives montrent qu'en 1776 - juste au moment où les lois pénales ont commencé à être assouplies (ou ignorées) - le vicaire de la paroisse de Portnascully n'avait que trois membres dans sa congrégation, contre 433 catholiques qui vivaient dans cette paroisse. Mais il est possible que certains catholiques aient assisté au service dans les églises protestantes car ils n'avaient pas d'église à eux. Ce serait donc considéré comme une zone « grise » avec de nombreux vicaires locaux fermant « les yeux aveugles » sur les catholiques qui assistent à leur service.

Il n'y avait pas de lieux de culte catholiques physiques dans la paroisse jusqu'en 1752, lorsque l'Église catholique a commencé à réapparaître. Ensuite, nous avons un enregistrement qu'une « maison de masse » a été construite à Kilnaspic. Les catholiques n'étaient pas autorisés à avoir des «églises» en soi, donc une maison au toit de chaume a été utilisée pour contourner la loi. La première chose qui me vient à l'esprit est l'éloignement de l'emplacement. C'était de l'autre côté d'une colline et certainement assez caché et pas dans le visage des gens (il était situé juste en bas de la colline de l'église actuelle de Kilnaspic - au bout du cimetière actuel). Deuxièmement, le terrain sur lequel la maison de masse a été construite appartenait au comte de Bessborough, il était donc manifestement d'accord avec cela.

Le père de la paroisse moderne - si vous excusez le jeu de mots - était le père James Purcell qui a été le premier prêtre catholique à se fonder entièrement dans la paroisse depuis la Réforme. Il est arrivé en 1748 et était responsable non seulement de la paroisse de Mooncoin, mais aussi de la majeure partie de la paroisse de Kilmacow. Le père Purcell a loué une maison et 40 acres à Middle Quarter près de la maison - décrite comme un manoir - du vicaire de l'Église d'Irlande pour la paroisse qui vivait à Polerone. Le père Purcell était de Kilkenny City et né en 1707. Il a déménagé son frère et ses parents à Mooncoin pour vivre avec lui et travailler à la ferme. Ses parents sont décédés à peine deux ans plus tard en 1750, à quatre mois d'intervalle, et ont été enterrés dans le cimetière de Rathkieran (bien sûr, alors toujours contrôlé par l'Église d'Irlande, ce qui montre que la relation entre les deux religions était assez amicale).

Il y avait trois églises catholiques / maisons de messe utilisées à partir de la fin des années 1700. Ce n'est peut-être pas une coïncidence si les trois divisions catholiques de la paroisse - Mooncoin, Carrigeen et Kilnaspic - n'ont pris aucun des noms des plus anciennes paroisses civiles/Église d'Irlande (telles que Tubrid, Rathkieran, etc.). Ainsi, il ne pouvait y avoir aucune confusion ou confusion entre l'Église d'Irlande et les paroisses catholiques. Leur était une maison de messe catholique (plus tard une église) construite à Ballytarsney. Puis, à partir du début des années 1800, après l'assouplissement encore plus poussé des lois pénales, des églises ont été construites dans les trois paroisses avec une école paroissiale attenante dans chacune. Une nouvelle église a été construite en 1802 à Mooncoin et était située dans ce que nous appelons le « vieux cimetière » sur la rue Chapel (d'où vient ce nom). Cela a remplacé l'église de Ballytarsney. En général, dans Mooncoin, il n'y a pas beaucoup de preuves de conflit entre les différents croyants à travers les siècles. De nombreux catholiques ont assisté à la messe (et, comme indiqué, ont été enterrés) dans des églises protestantes car ils n'avaient pas d'église à eux jusqu'aux années 1700. Ce serait donc considéré comme une zone « grise » avec de nombreux vicaires locaux fermant « les yeux aveugles » sur les catholiques assistant à la messe.

Voici quelques extraits des archives d'Ossory de 1837 qui font référence aux églises de l'Église d'Irlande dans la région :

(* note 'Glebe house' est la maison des recteurs locaux)

"Moncoin", Mont-Coin, ou [Mooncoin], un village et lieu extra-paroissial, localement dans la paroisse de Poleroan, baronnie d'Iverk contenant 102 maisons et 495 habitants. Dans les divisions R.C., cet endroit est le chef d'une union ou d'un district, comprenant les paroisses de Rathkyran, Aglishmartin, Portnescully, Poleroan, Clonmore, Ballytarsna, Tubrid et une partie de Burnchurch, dans laquelle l'union se trouve trois chapelles.
[Extrait d'un dictionnaire topographique d'Irlande (1837)]
Registres paroissiaux
Paroisse civile : RC Paroisse : Mooncoin
Premiers actes : naissances. Déc 1797 mariages. janvier 1772.

"Polerone", ou Poleroan, une paroisse, dans la baronnie d'Iverk, comté de Kilkenny, et sur la rive nord-est de la rivière Suir contenant 1245 habitants. Le vivant est un presbytère, dans le diocèse d'Ossory, uni par acte du conseil, en 1680, aux presbytères de Potnescully et Illud, ensemble constituant l'union de Poleroan, dans le don de la Corporation de Waterford, dans qui le presbytère est inapproprié. Il y a une glebe-maison [maison du vicaire] avec une glebe de 4 1/4 acres. Une soixantaine d'enfants sont scolarisés dans une école privée.

RATHKIERAN

"Rathkieran", ou Rathkyran, une paroisse, dans la baronnie d'Iverk, comté de Kilkenny contenant 1408 habitants, dont 120 sont dans le village. La paroisse comprend 4197 acres statutaires et le village contient 22 maisons. Le vivant est un presbytère, dans le diocèse d'Ossory, et sous le patronage des Vicaires Choral de la cathédrale de Kilkenny le presbytère est propre au doyen et au chapitre. A Moncoin se trouve une école sous la direction des religieuses, dans laquelle se trouvent environ 250 filles et dans une école privée environ 200 garçons, il y a aussi une école du dimanche.

"Aglish", ou Aglishmartin, une paroisse, dans la baronnie d'Iverk, comté de Kilkenny, sur la rivière Suir, et sur la route de Waterford à Carrick-on-Suir contenant 401 habitants, dont 142 sont dans le village. Il comprend 2414 acres statutaires, et est un presbytère, dans le diocèse d'Ossory, et sous le patronage de la Couronne : les dîmes s'élèvent à £96.18.5 1/2. Il n'y a ni église ni glebe-house, la glebe se compose de 2 1/2 acres.

BALLYTARSNEY

"Ballytarsney", une paroisse, dans la baronnie d'Iverk, comté de Kilkenny la population est rendue à la paroisse de Poleroan. La paroisse est située sur la route de Waterford à Limerick et mesure environ cinq stades britanniques de longueur et de largeur, comprenant 1116 acres statutaires. C'est un presbytère et presbytère, dans le diocèse d'Ossory, et fait partie de l'union de Clonmore.

"Clonmore", une paroisse, dans la baronnie d'Iverk, comté de Kilkenny, et province de Leinster, à 2 1/2 milles (S. S. E.) de Piltown, sur la route postale de Limerick à wateford. Contenant 702 habitants. Les sièges principaux sont Silverspring et Cloncunny. Le vivant est presbytère et presbytère, dans le diocèse d'Ossory, uni à ceux de Ballytarsney, et sous le patronage de l'évêque. La glebe-house [maison des vicaires] a été construite en 1817 : la glebe comprend 11 acres. L'église a été érigée en 1818 [Graigavine], Dans les divisions R. C. cette paroisse est dans l'union ou le district de Mooncoin.

"Portnascully", ou Portnescully, une paroisse, dans la baronnie d'Iverk, comté de Kilkenny contenant 1084 habitants. C'est un presbytère, dans le diocèse d'Ossory, faisant partie de l'union de Poleroan le presbytère est inconvenant dans la corporation de Waterford. contient la chapelle de Carrigeen. Environ 240 garçons sont scolarisés dans deux écoles privées, il y a aussi une école du dimanche.

"Tubbrid", ou Tubrid, une paroisse, dans la baronnie d'Iverk, comté de Kilkenny contenant 213 habitants et comprenant 980 acres statutaires, tel qu'attribué en vertu de la loi sur la dîme. C'est un presbytère, dans le diocèse d'Ossory, faisant partie de l'union de Fiddown. Dans les divisions R.C., il fait partie de l'union ou du district de Mooncoin. Une école de jour, dans laquelle environ 100 enfants sont enseignés [à côté de l'église Kilnaspic], est aidée par les contributions du curé et une école du dimanche est organisée dans la R.C. chapelle.

Géographie historique
Townlands (1851)

Recensement et généalogie de 1821

Comme le savent de nombreuses personnes intéressées par la généalogie, le premier recensement complet en Irlande est le recensement de 1901. Ce recensement est disponible gratuitement sur le site Web d'Irish National Achieves (les livres sur l'attribution de la dîme qui répertorient les chefs de la plupart des ménages de Mooncoin vers 1830 sont également disponibles gratuitement là-bas - Les dîmes étaient une taxe sur toutes les personnes pour l'entretien de l'église protestante de l'État au temps - il a ensuite été considéré comme un impôt injuste étant donné que plus de 85% de la population était catholique).

La paroisse de Mooncoin, cependant, a eu une chance incroyable par rapport aux informations récupérées lors des recensements précédents. Premièrement, le contexte de l'achèvement des recensements en Irlande Les recensements ont été effectués tous les 10 ans à partir de 1821 (1821 étant le premier recensement officiel du gouvernement britannique qui dirigeait l'Irlande à l'époque). Beaucoup de gens se demandent alors ce qui est arrivé à tous les registres du recensement de 1821 à 1891 ? Les recensements de 1861 et 1871 ont été volontairement détruits par le gouvernement peu de temps après que toutes les données aient été analysées. Les recensements de 1881 et 1891 ont été &lsquopulpés&rsquo par le gouvernement britannique pendant la Première Guerre mondiale en raison d'une pénurie de papier à l'époque. La grande majorité des extraits de recensements restants ont été détruits pendant la guerre civile irlandaise en juin 1922 lorsque les quatre tribunaux de Dublin ont été incendiés. Le bureau des archives irlandais était situé dans le même complexe et plus de 1000 ans d'histoire ont également été brûlés à l'époque.

Comme indiqué, la paroisse de Mooncoin a été très chanceuse (par rapport à de nombreuses régions d'Irlande), par rapport à ce qui a survécu des recensements précédents.

1841/1851 : Les seules transcriptions relatives à l'ensemble du comté de Kilkenny à avoir survécu des recensements de 1841/51 sont les townlands d'Aglish et de Portnahully (visibles au centre national de généalogie, Kildare St, Dublin 2).

1831 : les seules transcriptions concernant l'ensemble du comté de Kilkenny à avoir survécu au recensement de 1831 sont les townlands Aglish, Clonmore, Kilmacow, Pol(e)rone, Rathkieran et Tybroughney (consultables à la Bibliothèque nationale, Kildare St, Dublin 2) .

1821 : Pour le recensement de 1821, il subsiste une transcription complète du recensement de la paroisse de Mooncoin. Encore une fois, Mooncoin est très chanceux, car un homme du nom d'Edmond Walsh Kelly (dont la famille venait de Glengrant et Licketstown (Carrigeen)), qui s'intéressait à la généalogie, a transcrit le recensement original de 1821 pour la région avant qu'il ne soit détruit. en 1922 (il est également responsable des autres relevés de recensement mentionnés ci-dessus). Les transcriptions du recensement ont ensuite été copiées par sa nièce Kathleen Kelly (Tramore) en 1976, qui les a rendues disponibles pour publication. Ces transcriptions sont toutes stockées à la Bibliothèque nationale d'Irlande et sont connues sous le nom de « carnets Walsh-Kelly » (GO MS 684). Ce recensement a été publié pour la première fois dans le livre 'Mooncoin - 1650-1977'.
Le recensement de 1821 étant le premier du genre, les informations auraient été moins détaillées qu'aujourd'hui. Les transcriptions du recensement de 1821 sont disponibles ci-dessous. Cliquez simplement sur le townland spécifique pour ouvrir la déclaration. Remarque : la personne répertoriée est le fils ou la fille du chef de ménage, sauf indication contraire.


Racines familiales / Généalogie Mooncoin

De nombreuses personnes ont émigré de la paroisse de Mooncoin au fil des ans. Voici quelques conseils lorsque vous essayez de localiser des ancêtres

-Rassemblez autant solide informations que possible, c'est vital, par ex. à peu près les dates auxquelles vos ancêtres ont quitté Mooncoin. De même, la ville d'origine de la personne est très importante. Il ne suffit pas de savoir que votre ancêtre venait de Kilkenny (!) ou même de Mooncoin. La commune spécifique est très importante (ex : Dournane). Ceci est particulièrement important si votre ancêtre avait un nom très commun comme Walsh, Delahunty ou Mackey, qui sont très populaires dans la région. En outre, la tradition en Irlande était de nommer le premier fils après le grand-père paternel et la première fille après la mère paternelle. Le deuxième fils/fille a ensuite été nommé du côté maternel. Ainsi, si un grand-père avait une famille nombreuse, plusieurs de ses petits-enfants pourraient porter le même nom que lui ! C'est pourquoi les dates sont très importantes. C'est aussi, par exemple, pourquoi il y a eu autant de Michael, Patrick, John et Richard Walsh de Mooncoin au fil des ans ! Cela aide également, lorsque nous ne connaissons pas exactement le nom des générations précédentes, nous pouvons deviner lors de la recherche en comparant les noms des petits-enfants les plus âgés.
Faites également attention aux changements d'orthographe des noms au fil des ans. De nombreuses personnes qui ont émigré en Amérique ne savaient ni lire ni écrire, de sorte que les fonctionnaires du côté américain épelaient souvent le nom phonétiquement. Cela a été aggravé probablement par les accents des Irlandais ! Par exemple, Henebery, qui est toujours un nom populaire dans la région, a connu de nombreuses variantes au fil des ans Henneberry, Henebery, Henebry et aussi une version américaine Hanabery (qui a probablement été corrompue comme défini ci-dessus). La même chose peut être dite pour les townlands locaux, ils ont considérablement changé l'orthographe (principalement abrégé) au fil des ans, par ex. Polérone était Polleroan. Kilnaspic était Killinaspic (essayez donc un certain nombre de combinaisons lors de la recherche).

-One of the best, and freely available sources of information is the 1901 and 1911 censuses of Ireland (from the national achieves of Ireland website). Also, on this Mooncoin website, the census of 1821 for the parish is published (above), which we are very fortunate to have surviving.

-Civil records the vast majority of Births, Deaths and Marriages were recorded in Ireland from 1864 for Catholics and 1844 for peoples of the Church of Ireland faith. These are available from www.irishgenealogy.ie.

-Catholic Church records these are very important as they predate the civil records. In Mooncoin's case, genealogists are very lucky once again, as most marriages and births from 1779 onwards are recorded (Mooncoin was ahead of its time as many parishes did not do this for many years after). These are available from the National Library of Ireland website.

-Other sources include Griffiths Valuation (cir 1850) which is freely available online. This was a land survey but recorded the head of each landowning household in the parish. Likewise, many genealogy websites have records (for a fee) of ship passengers who emigrated from Ireland. These would include the address where the person was travelling from and going to.

The Rev. Carrigan's history of Mooncoin

A volume of books called "The History and Antiquities of the Diocese of Ossory" (1905) by the Rev William Carrigan (d 1924), has become the de facto reference when completing any type of research or study about Kilkenny. The books (in four volumes) were the result of fives years work by a local priest William Carrigan who was born in Ballyfoyle Co Kilkenny and have a thorough breakdown of the history of Kilkenny villages.

The books are no longer in print but are available in local libraries. Also, priests ordinated in the diocese of Ossory received the books as a gift on their ordination.

Click the link below to read extracts from "The History and Antiquities of the Diocese of Ossory" that are specific to Mooncoin

Mooncoin Extracts from Carrigans Book (volume 4)

Sinnott's Cross Ambush

A Black and Tan ambush occurred at Sinnott's Cross, Tubrid (at the Piltown end of Clogga) during the Irish war of independence(1919-1921), on the 18th June 1921. At this time Ireland was under the control of the British Empire and many of the people of Ireland rebelled against their control to try and gain Independence. Michael Collins (nationalist icon from Cork), along with Richard Mulcahy, were the main driving forces behind the Irish Independence movement after 1918. Michael Collins was the IRA Director of Intelligence and was actively involved in providing funds and arms to the IRA units that needed them. In early 1921 Michael Collins sent a dictate to the commanders in Kilkenny City ordering them to proceed with ambushes and other activities in County Kilkenny. The reason for Michael Collins anguish was the fact that a lot of the British army resources, including the Black and Tans, were being focused on Cork, Tipperary and Dublin. So Collins needed the Crown Forces to start spreading their resources more widely, so to take the pressure off other areas. In this vicinity, most of the activities during the War of Independence were focused in west Kilkenny (with the 7th Kilkenny Battalion in Callan being the most active). In light of this order by Collins and others in high command in Kilkenny, an ambush occurred near Sinnott's Cross, Mooncoin, in June 1921.

It is with great credit to these Mooncoin men that they actually proceeded with an ambush. It would have been easy and less dangerous to do nothing and wait for others to do the 'dirty work'. But these local men felt it was right and the most just thing to do. They had nothing to gain in the short term, but perhaps had a lot to lose. These losses could have included their farms, their jobs, their freedom or their own lives. This was because Marshall law was running in Kilkenny at this time in 1921 which meant they could be executed without trial. In fairness to these Mooncoin men, they were quite ordinary people. They did want war or killing. Sometimes its hard for people to understand the need for this by looking through the lens of the Ireland today. But it was because of their sacrifice that we now live in a thriving Republic with its own parliament, culture and identity.

Now just to set the national scene as it was in June 1921 when the Sinnott's Cross ambush occurred. The country was in turmoil for nearly two years at this stage due to the 'Tan War' as it was called, or what we now call the Irish War of Independence. People in Mooncoin would have been glued to the daily newspapers. And in general, the tide of sympathy was turning towards the Irish revolutionaries even from people that would previous have had moderate views. If we flash back just 8 months before the Sinnott's Cross ambush, the world was following with bated breath to Terence MacSwinney's hunger strike in England. His subsequent death was an international sensation reaching the front pages in the U.K. and America. Then just a few weeks later (7 months before Sinnott's Cross), the Croke Park Massacre occurred. This was a response to Michael Collins's assassination of British detectives. Then to make matters worse, the Black and Tans burnt down Cork city centre, just 6 months before Sinnott's Cross. As a quick summary, the Black and Tans were a mercenary force setup by the British. They basically had a licence to 'do what they liked' with no repercussions from their superiors. History would show that this backfired badly on the British, as the majority of people that were affected by the Black and Tans were law abiding, innocent people. The Black and Tans enemy was basically all Irish people which is why they burned down creameries and farmhouses or killed innocent people without trial. This ironically was beneficial to Michael Collins and the leaders as people really started backing them. That was their downfall.

To provoke the Black and Tans to come to Clogga the local IRA men broke into and stole objects from the local landlord who lived near the mill. The Landlord reported this and this caused the Black and Tans to come to Clogga. Also, the previous year (1920), Piltown Courthouse was burnt down. Pat 'the fox' Walsh (Richtén Walsh's later Swithin Walshs) of Clogga was the leader that day.

At a turn on the road, very near Sinnott's Cross, the local IRA members waited and then ambushed the Black and Tans killing one and injuring another. The Black and Tans did not know who committed the attack and vowed to "burn every house in Clogga to the ground". But thanks to the local miller, this did not happen. The miller at the time, Mennell, was from England and told the Black and Tans that it was an outside unit of the IRA. The Black and Tans trusted him and so did not harm anyone in Clogga.

It is important to highlight the fact that all men that took part that day were from the Mooncoin area. They came from all different walks of life, big and small farmers,labourers, shop keepers etc. They put their own life's and their families lives at risk to fight for a cause in which they truly believed in. There was no financial or other rewards, but the sacrifices could have been huge. It would have been a lot easier not have taken part but they obviously believed strongly enough to do so.


In Limbo

Tyrrell is a common Irish surname but as with so many others, its origin is Anglo-Norman. At a date around the 1170s Hugh Tyrel (or Tirrell) came to this country and acquired the Barony of Fertullagh, County Westmeath running to some 39,000 acres, as well as land in Castleknock closer to Dublin. The Tyrrells thereafter flourished, in part because like so many others of their ilk they gradually became integrated with the indigenous population. The best-remembered member of the family is Captain Richard Tyrrell who in July 1597 defeated a superior force of English soldiers at a place in Westmeath thereafter known as Tyrrellspass. The Berminghams likewise were a Norman family, the first of whom Richard de Bermingham came to Ireland in the 1170s. Initially they settled in County Galway but also became established further east. Thomas Bermingham, the last Baron of Athenry and Earl of Louth died without a male heir in 1799 and with his death the main branch came to an end. More than half a century earlier, the Tyrrells and the Berminghams had coincided when in 1735 Walter Bermingham sold Grange Castle, County Kildare to Thomas Tyrrell.





Today set in the midst of a series of stone enclosures Grange Castle is most likely a 15th century tower house, one of a number of defensive properties built by the Berminghams in this part of the country, not least nearby Carrick Castle, which is earlier in date but now in poorer condition. Grange has survived better no doubt because it remained in use as a domestic residence. In addition, at some date in the late 16th/early 17th century it was modernised, as can be seen by the larger window openings, the tall chimney stacks (indicating an increased number of hearths) and the ornamental crenellations around the roofline. Further improvements appear to have occurred not long after the castle was acquired by the Tyrrells when a single storey house was added to the immediate west. Linked to the castle at the rear, this evidently contained the main reception rooms, with the older section presumably being utilised as sleeping quarters. The main point of access was through the house, via a fine carved limestone doorcase, its pediment containing the Tyrrell coat of arms and their motto Veritas Via Vitae (a variant of Christ’s words in St John’s Gospel, ‘I am the way, the truth and the life.’).





Grange Castle remained in the ownership of the Tyrrells until 1988 when responsibility for the mediaeval structure was handed over to the state. However the later house, and surrounding outbuildings remain in the ownership of the family. In the mid-1990s a charitable trust was established to restore the property with the intention that it be opened to the public. Over the course of several years a considerable amount of work was undertaken to improve both house and grounds. However in 2003 this enterprise came to a close and it appears that ever since the place has sat empty, and a prey to vandals. The castle itself is secure, the only access being via a locked door to the rear of the house. The latter however is easily accessed and accordingly has suffered some despoliation. At the same time the damage is not so grave to render the project beyond re-activation, and perhaps this will occur. For the moment Grange Castle appears to be in limbo.


Strategies for playing Midnight Castle

When you are doing a round of HOS do you pause to collect all 3 morphing flowers before going to the next scene?

I'm happy if I get 2. It seems like they'll morph as I'm clicking to go to another room. I've found I can go back into the room (even after doing a HOS) and it will still be there for me to snap up.

Do you play the new HOS scenes quickly or do you play them slowly so they don’t level up so soon?

In my main game, at first quickly, then slooowly, then quickly again. As other players have said, you get more coin in the longer wait times.

In my second game, I use wands to collect the six objects for 6,000 + 3,100 for time and use 6 wands.

How many rounds of HOS do you usually complete a day? In my main game I only play what i have to. In my second game I don't have much open and play rounds, don't keep track.

Do you feed pets as soon as food is available or do you wait for a Daily Quest that requires feeding pets?

I was feeding right away, but now am saving up food.

Do you ever use diamonds to bring the Airship back early so you can send it more often than every 4 hours?

Do you play the Game Table every 12 hours? Do you have any strategy for which character to play and when?

Main game yes, second game didn't even open it.

Do you have a limit that you will not go beyond when spinning the Fortune Wheel?

Main game 300, but have spent more on occasion. 2nd game only the freebie!

When doing quests, do you read what the character says at the top of the quest before and after the quest? (I often forget to do this and lose parts of the story line.)

How many games of Midnight Castle do you have as different players?

How do you keep your pointer finger or wrist in shape?

Don't have that problem. My shoulder gets sore.

Statistics: Main / 2nd
Level and tasks? 28 lvl 775 quests / 15 227
Time spent playing? 12d 6h 44m / 2d 12h 30m
Flowers collected? 12,224 / 2726
HOS completed? 4,835 / 1179
Achievements? 67 / 37
Pets? 10 / 2 xmas 2 regular

Do you have any other tips for players?

You can scroll through the vertical list of friends and click on them to go to them in the horizontal list. And the scroll wheel on the mouse has saved my pointer finger.

Re:Strategies for playing Midnight Castle

Currently, I am on level 25 and have 26 HOS. It took me 37 minutes to run through them today.

I usually get at least 2 flowers, sometimes too impatient to wait for the third.

I never seem to be ready to quit when I've run through all the HOS so I run back to those new ones because they don't take an hour to become available again. When I open a new area and have a few HOS that are not built up, I start my "rounds" with them and catch them again at the end.

How many rounds of HOS do you usually complete a day? It depends a lot on how busy I am. Right now I'm getting in a lot of play because I got sick - a cold that's threatening to turn into a sinus infection. I have a lot of time on my hands right now but that's going to dry up when I get my health back.

Do you feed pets as soon as food is available or do you wait for a Daily Quest that requires feeding pets? The thought of pets going hungry is too strong for me to do anything but feed them as soon as I can. Silly, isn't it?

Do you ever use diamonds to bring the Airship back early so you can send it more often than every 4 hours? Non.

Do you play the Game Table every 12 hours? Do you have any strategy for which character to play and when? I play the characters that have items, then finish the round trying for coin. I haven't acquired the achievements for winning items and coins yet so I play whenever I can. Also, I haven't had the opportunity to play the dragon.

Do you have a limit that you will not go beyond when spinning the Fortune Wheel? It depends a lot on how much I have and what's on the wheel. It took me a while to figure out why coins matter.

When doing quests, do you read what the character says at the top of the quest before and after the quest? Oui

How many games of Midnight Castle do you have as different players? 1

How do you keep your pointer finger or wrist in shape? (mine is sore) I use a cordless trackball mouse. I never have any discomfort. I love it.

Statistiques:
What level are you on and how many tasks have you completed? 25, 623 quests
How much time have you spent playing? 7d 11h 42 min
How many flowers have you collected? 1461
How many HOS completed? 4056
How many achievements? 58
How many pets? 4

Do you have any other tips for players? The best thing I've done for my game is to read the forums. Thank you all so much for posting. I've been a slow learner, stumbling through the game, until I found the forum and started reading.


Return to Rosthwaite

The Cumbria Way leaves the river after a short distance and beings to ascend slightly, before taking you through a gap in a boundary wall. You will then reach a junction where you will need to turn left (it is signposted for Rosthwaite). You will pass a large cave during this section of the walk that is worth viewing. You will eventually reach a gate that you will need to go through, and the track then follows the River Derwent back to the stone bridge that you crossed at the beginning of the walk just outside of Rosthwaite.


Who Was H. H. Holmes?

H. H. Holmes was born Herman Webster Mudgett in New Hampshire in 1861. As an adult, he abandoned his young wife and child in 1885 to move to Illinois. Once there, he changed his name to Holmes, reportedly as an homage to the fictional English detective Sherlock Holmes, the literary creation of author Sir Arthur Conan Doyle.

Soon after his arrival in the Chicago area, Holmes took up work at a pharmacy located near Jackson Park. Eight years later, Jackson Park would become the site of the 1893 World’s Fair.

The Columbian Exposition, as it was called, was designed by some of America’s leading architects, including Frederick Law Olmstead, and included exhibits from more than 40 countries.

The event attracted more than 27 million visitors to Chicago, an incredible number considering the limited transportation options of the time. Holmes took advantage of some of the many visitors to the city, including young women who came to Chicago for jobs at the fairgrounds.


The Most Endearing of All Castles in Dublin: Drimnagh Castle

The grey-limestone Drimnagh Castle is another of the smaller castles in Dublin. It’s located three miles from the city centre within the suburb of the same name. It, too, has a claim to fame as it’s been featured repeatedly in the TV series The Tudors.

As Seen in The Tudors: Some sections depicting the rooms of Hever Castle were shot in the innards of Drimnagh and the steps leading into its moat were used to depict ‘Traitor’s Gate’ in the Tower of London.

Drimnagh in black and white. (Robynlou Kavanagh) CC-BY-2.0.

Drimnagh (pronounced Drim-Na) is an interesting little spot, and it dates from Norman times. It was built in the early 1200s, and was the home of the de Berneval family, although it passed into the hands of other nobles. It came close to being demolished back in 1986, and was narrowly saved from destruction by conservationist Peter Pearson.

The castle has an impressive, beamed, Great Hall and the entrance is through a grandiose front gate – a perfect arch topped by three tall windows. However, the feature that makes Drimnagh so special is its peaceful moat, which surrounds 2/3 of the castle. The moat is naturally fed by the nearby stream.

It’s an easy trip from the centre of Dublin city and is being extensively restored – but it isn’t really a major tourist attraction (it’s adjacent to a noisy all-boy’s school). However, the guides are knowledgable, the castle is interesting, and it is surrounded by lovely, well cared for c17th gardens, filled with delicate clipped hedges and a tweeting dovecote.


Grange Castle Co Kildare

Above Image: A boundary wall entrance from the estate.

Above Image: A walled garden entrance

Above Image: A view from the overgrown garden

Above Image: What appears to be part of a mill wheel

Above Image: Part of the abandoned visitor centre


We have spent quite a bit of time in the Kildare/Offaly border area visiting among others Carrick Castle and Blundell Castle (See earlier posts here & here) and we were informed of on one trip of another De Bermingham Castle called Grange. This Castle lay fairly close to Carrick so we diverted to take a look.
Grange Castle is a tower house constructed in 1460 by the aforementioned De Berminghams and is admired for its ornate battlements and chimneys which were added to the original structure in the 1600's. The Castle remained in De Bermingham hands until 1735 when it was sold to the Tyrell family who held ownership until 1988. It was then passed to the OPW by Robert Tyrell. The lands are held by the Tyrell trust who received grants to help restore the Castle to its former glory. Unfortunately any further plans were abandoned in 2003 even though a lot of restorative work had been carried out including restoration of the great hall inside and the addition of a visitor tearoom and an office. The trust had tourism in mind but alas it now lies abandoned and is unfortunately looking as if it might return to its semi ruinous state.
We found entry by a field gate on the western perimeter of the estate and this seemed the best way to approach as the gate on the northern end was further away from the Castle. There was no distinct pathway so we just followed the direction of the Tower until we came across and entrance way to it. It is partly surrounded by more modern buildings one being a 19th century house. I was surprised to see glass in some of the windows as I was expecting more of a ruin. At this point, although there were no prohibitive signs, we began to wonder if anybody was occupying any of the adjacent buildings, security guards or such, as we were unaware initially on our visit that it had undergone some restoration. It didn't take long to realise that it was in fact abandoned and had been for some time.
We peered through the window of one of the ancillary buildings to see if there was any access but there was just debris strewn around. Many of the windows have been broken and interiors tampered with, signs of the mindless vandalism that abandoned buildings tend to attract. We walked around the area and found further outbuildings one containing some bags of plaster left over presumably from the restoration work. The gardens which look as if some landscaping had taken place are now overgrown including a very wild walled garden with an arched entrance. I've often seen a great castle and it's land in latter ruination but it was interesting to witness what it looks like in its onset.
The Tower itself is to my eyes magnificent and still holds a lot of its charm. It is very slightly marred by the derelict buildings adjacent but its architecture is so unusual to the general tower house types that it is definitely worth the time to seek it out. It would be nice to get a chance to see inside but with its large padlocked gate it doesn't look like this will be anytime soon.
To find Grange Castle take the R401 out of Edenderry and about 4KM along the road you will spot the ruins of Carrick Castle on your right. About 250m past the ruins there is a left hand turn It has Grange Castle signposted. Follow this narrow road until you reach a T-Junction. Turn left and about 100m down the road you will find a field gate angled away from the road. It is possible to park on the grass margin in front of the gate. Once over the gate use the Tower as a guide to head in the right direction


Voir la vidéo: La CASC ouvre les portes de son château


Commentaires:

  1. Uchdryd

    Je voudrais savoir, merci beaucoup pour une explication.

  2. Novak

    Bravo, on vous a visité par une excellente pensée

  3. Dominick

    C'est ridicule.

  4. Samoel

    Je suis désolé, mais, à mon avis, vous vous trompez. Écrivez-moi dans PM.

  5. Kazirisar

    I find this to be a lie.

  6. Zulkirg

    Je suis d'accord que le message a réussi. Bon travail!



Écrire un message