Le Pacifique - Histoire

Le Pacifique - Histoire

Départ et premières affectations Nous sommes bientôt partis pour le Pacifique. Nous avons quitté Norfolk en transportant une grande péniche que nous avons emmenée à Panama et laissée là-bas. Nous avons traversé le canal et nous sommes rendus dans le Pacifique, et c'est là que nous sommes restés longtemps. Notre premier devoir était d'aller à San Diego et de prendre une cale sèche et de nous mettre en route pour Pearl Harbor. Finalement, nous sommes arrivés à Pearl Harbor et avons travaillé là-bas pendant deux semaines. Nous nous sommes ensuite préparés à remorquer trois barges chargées de bombes et à nous diriger vers le Pacifique profond et notre premier arrêt était dans les îles Gilbert à Funafuti. Nous avons connu de nombreux raids aériens et ils étaient toujours de nuit. Le capitaine Lee s'est assuré que s'il pouvait trouver une provision de bière n'importe où il la trouverait et la monterait à bord. Si nous avions de la bière à bord, nous l'apporterions à Funafuti et à la base aérienne et la partagerions avec les pilotes de chasse. Ils partaient avec la bière et montaient pour la refroidir à 15 000 pieds pendant 30 minutes. De nombreux pilotes de chasse ont reçu beaucoup de temps de combat dans les airs pour refroidir la bière, mais les archives montreraient le contraire.

Île en île
La première île que nous avons envahie était Eniwetok. Nous avons ensuite envahi et pris Kwajalein. La flotte était là pour les bombardements. Il n'y avait rien d'inhabituel et nous avons eu un nombre normal de victimes. Nous étions impliqués dans les îles Makin lorsque les Raiders de Carlson sont arrivés en sous-marins. Nous étions le leurre. Ce fut un fiasco car les Raiders ont décollé de nuit des sous-marins et ont atteint la plage. Ils ont détruit la plupart de la garnison de l'île. Nous ne savions pas qu'ils étaient si peu peuplés de Japonais. Malheureusement, nous avons laissé par inadvertance 10 Marines à Macon. Carlson a reçu beaucoup de critiques parmi ses pairs. Ces 10 que nous avons laissés se sont finalement rendus aux Japonais et malheureusement ils ont tous été décapités.

Le couple de Kwajalein
J'ai trouvé quelques personnes (un homme et sa femme) sur la plage de Kwajalein. J'étais sur la plage et j'ai trouvé ce couple qui parlait anglais, mais ils étaient un peu recroquevillés car ils avaient traversé le bombardement et les troupes frappant la plage. Ils étaient prisonniers des Japonais depuis un certain temps. Les Japonais les attachaient la nuit à des pieux sur la piste d'atterrissage. Ils en attachaient un à une extrémité et un à l'autre et nos avions heurtaient la piste pour creuser des nids-de-poule dans les pistes et s'en prendre aux avions. Ils avaient survécu à tout ça. Je les ai trouvés et ils étaient dans un triste état, alors je les ai ramenés au bateau et je leur ai donné des vêtements et je les ai nourris. Ils étaient très heureux et reconnaissants. Ils avaient probablement 35-37 ans et n'avaient pas d'effets personnels. Ils m'ont donné une ceinture d'herbe qu'ils avaient fabriquée et je ne l'ai jamais ouverte. Il appartient quelque part dans un musée. J'ai toujours la ficelle d'herbe autour de la façon dont ils me l'ont remise. C'était la seule chose qu'ils avaient à remercier. Ils me l'ont donné et je le chéris, mais je ne sais pas quoi en faire. Ce couple n'est pas resté très longtemps sur le navire. Je sais qu'ils ont été emmenés sur un autre navire puis mis en sécurité.

Peur la nuit
Il fut un autre temps où nous devions porter assistance à un porte-avions qui avait été touché par des torpilles la nuit. Nous n'avons rien trouvé et nous avons été attaqués par des avions lance-torpilles japonais. Il n'y a rien de pire qu'une attaque d'avion torpille de nuit à mon avis. C'est parce qu'ils voient votre sillage dans l'eau. Le sillage fluorescent de vos vis. Vous laissez une trace et ils peuvent voir où vous allez et où vous étiez parce que ce phos-fluorescent serait là-bas sur deux ou trois cents mètres. Vous ne pouviez pas dire où ils étaient, sauf quand ils vous ont dépassé et que vous pouviez voir l'échappement. C'est la seule chose que vous puissiez voir. Vous pouviez entendre, mais vous ne saviez jamais exactement où ils étaient. Il y en avait tellement. J'étais sur le dessus avec une équipe d'artillerie pendant que cela se passait et ce qui s'est passé la nuit, c'est que les ponts sont mouillés. Quand vous avez des coups de feu sortants, c'est comme la foudre. Vous ne savez pas de quelle direction ça vient, ça va dans les deux sens. Avec toutes tes 20 nonnes qui sortent, il y a un flash et on dirait qu'il vient juste vers toi. C'est une chose effrayante parce que tous les coups de feu qui sortent ressemblent à ceux qui arrivent. Je me tenais à côté de cette équipe d'artillerie et l'Arapaho a pris un virage serré et m'a fait tomber des pieds et je suis descendu sur le pont principal. Je me suis blessé mais je ne me suis jamais inscrit sur la liste des malades. L'attaque aérienne de nuit est autre chose.

Shell Choc
Une autre chose intéressante à propos des équipages d'armes à feu. Je serais appelé dans une équipe d'artillerie car quelqu'un était à terre. J'arrivais à l'équipe d'artillerie et il y avait toujours des tirs et quelqu'un était inconscient. Je demanderais ce qui s'est passé parce qu'il n'a pas été touché par des éclats d'obus ou quoi que ce soit. Comment est-il tombé ? Est-il allé trop vite ou a-t-il glissé ? « Nous ne savons vraiment pas, mais on aurait dit qu'il avait glissé vers le bas », et j'ai dit : « Ok. » C'est quelque chose que vous rencontrez en tant que secouriste et que vous n'aimez pas faire parce que les gens ont une mauvaise opinion. C'est une convulsion hystérique. Ils essaient de s'échapper. Ils essaient de sortir de la réalité et essaient de s'échapper. Ils ne veulent plus faire face à la réalité, alors ils se forcent à une convulsion et s'évanouissent. Que faites-vous à ce moment-là, c'est les gifler fort sur le visage des deux côtés. Quand tu fais ça, tu as d'autres membres de l'équipe d'artillerie qui te regardent du genre "Qu'est-ce que tu fais, doc ? Qu'est-ce que ce type est blessé." C'est le traitement. Vous devez les sortir de ce dont ils essaient de se cacher. Je me souviens toujours du film de Patton quand il a giflé le soldat parce qu'il a dit qu'il était sous le choc. Ils ne tomberaient pas, ils glisseraient. C'était la clé. Vous devez ramener le patient à la réalité rapidement ou vous pouvez le perdre mentalement. C'est une forme d'anesthésie auto-induite, mais vous ne devez pas le laisser aller trop profondément car vous le perdrez pour de bon.

Se débarrasser des ennuis

Dans l'accalmie entre les invasions, le capitaine Lee était celui qui pouvait se rendre compte, et je pouvais aussi le réaliser, quand les choses en sont arrivées au point où les gens étaient calmes à bord du navire. Quand ils n'ont pas râlé, alors tu t'inquiètes. Il y avait un danger potentiel lorsque l'équipage était calme et ne râlait pas. Quand ils râlent et se plaignent, c'est bien. Je me souviens que le capitaine m'appelait et me demandait ce que j'en pensais. amusez-vous un peu quelque part sur l'une de ces îles." Ils organiseraient en quelque sorte une fête sur la plage, mais cela deviendrait une bataille. Les gars se battraient. Je dirais : "Capitaine, peu importe la façon dont je leur dis de ne pas nager, ils vont entrer dans l'eau et dans le corail et se couper et le corail ne guérit pas." Il disait : "Nous devons faire quelque chose." Alors il prenait la bière et ils passaient quelques heures sur la plage. Il y aurait toutes sortes de combats et ceci et cela. Bientôt, ils seraient tous bras dessus bras dessous pour dire des choses comme : « Tu m'en as sûrement eu un bon là-bas » ou « Tu m'as eu ici. » Ensuite, je passais le reste de la journée à suturer les gens et à m'occuper des coupes de corail et de ceci et de cela. Cela les sortirait du marasme. Ils étaient à nouveau copains.


Le lac américain Une brève histoire de l'Amérique dans le Pacifique

PENDANT LA PLUPART DE son histoire, l'Amérique a été isolationniste. Ceux qui craignent maintenant qu'il se détourne de ses idéaux de libre-échange et d'une perspective internationaliste peuvent oublier à quel point ils sont récents, nés de la nécessité de la guerre froide. En revanche, le sens beaucoup plus ancien de l'Amérique de son propre exceptionnalisme a été nourri en se tournant consciemment vers l'ouest, loin de la monarchie, des classes et des conflits européens. C'était un peuple "occidental" à qui le novus ordo seclorum imprimé sur chaque billet d'un dollar appliqué. Ils ont d'abord traversé le vaste continent nord-américain, et quand ils ont manqué de terre, Manifest Destiny a pris la mer, déroulant une frontière américaine en expansion à travers le Pacifique.

La découverte d'or en Californie en 1848 a tout changé. Non seulement la ruée vers l'or a été le premier des nombreux booms de la Californie, mais elle a changé les perspectives mondiales, incitant Karl Marx à commencer à travailler sur « Das Kapital » et ravivant les espoirs de commerce à longue distance à travers le Pacifique. Des commerçants américains partent par mer, accompagnés de missionnaires, de mineurs de guano, de planteurs et de corps expéditionnaires. À la fin du 19ème siècle, les théories d'Alfred Thayer Mahan, un grand stratège naval qui a plaidé pour la puissance navale américaine décisive, avaient pris racine. Les colonies, les protectorats et les territoires incorporés suivirent bientôt.

Hawaï, avec son superbe port, Pearl Harbour, fut le premier territoire du Pacifique à passer sous domination américaine. Le royaume fut finalement annexé en 1898. La même année, les forces américaines s'emparèrent des Philippines dans le cadre d'une guerre chauvine avec l'Espagne qui avait commencé à La Havane. Après une victoire facile sur les Espagnols à Manille, les Américains se sont retrouvés à mener une contre-insurrection contre les Philippins à la recherche de leur propre république. Le président de l'époque, William McKinley, ne savait pas quoi faire des nouveaux territoires philippins. Mais alors qu’il priait pour être guidé une nuit blanche, il lui vint à l’esprit que la mission de l’Amérique était « d’élever, de civiliser et de christianiser ».

McKinley était tombé dans l'empire avec "pas plus de colonne vertébrale qu'un éclair au chocolat", comme l'a dit Theodore Roosevelt, un fan d'impérialisme musclé. L'école musclée prend vite les choses en main. « L'assimilation bienveillante » serait censée élever les Philippins à un niveau supérieur. Les généraux de la campagne des Philippines avaient presque tous gagné leurs galons en combattant les Amérindiens. Sous les tropiques, ils ont appliqué les mêmes techniques génocidaires de terreur, d'atrocités et de réserves indigènes. En trois ans de combats, entre 200 000 et 700 000 hommes, femmes et enfants sont morts des suites de la brutalité américaine.

Après les premières victoires, la campagne s'est transformée en sable mouvant (avec des échos obsédants au Vietnam, en Afghanistan et en Irak). Dans le sud des Philippines, les troupes américaines combattaient les insurgés musulmans bien après la pacification du reste de l'archipel – et les forces spéciales américaines sont toujours à Mindanao aujourd'hui.

La violence américaine et les décennies de racisme condescendant qui ont suivi expliquent en partie une veine d'anti-américanisme qui refait surface de temps à autre dans un pays qui admire aussi l'Amérique. Les deux émotions vivent dans le même sein philippin, explique Malcolm Cook de l'Institut ISEAS-Yusof Ishak à Singapour. Le ressentiment était évident au début des années 1990, lorsque le Sénat a voté pour l'expulsion des forces américaines des bases philippines et, plus récemment, dans le soudain pivot du président Rodrigo Duterte vers la Chine l'année dernière, et dans son étiquetage du président Barack Obama comme un « fils de pute ».

La plupart des Américains ignorent allègrement l'histoire, considérant le comportement de M. Duterte comme une ingratitude étonnante envers un allié qui, jusqu'à l'indépendance des Philippines en 1946, avait tenté de verser la société de son protégé dans un moule américain, et qui était resté un ami proche depuis. Mais la quasi-ignorance de la mission essentiellement impérialiste qui a amené l'Amérique dans la région en premier lieu n'aide guère à comprendre sa position en Asie aujourd'hui. Une leçon est que les arguments en faveur d'une présence américaine continue en Asie doivent être constamment reformulés.


L'ère de l'exploration

Finalement, des explorateurs blancs d'Europe ont commencé à parcourir cette terre. Cela comprenait les célèbres Lewis et Clark de l'expédition Lewis et Clark, qui sont venus vers l'ouest dans le bassin du fleuve Columbia. Mais, avant l'expédition Lewis et Clark, il y avait d'autres explorateurs, russes, espagnols et anglais, qui ont contribué à compliquer les revendications de chacune de ces nations dans la région du nord-ouest du Pacifique. Vitus Bering, un explorateur danois au service des Russes, entre 1728 et 1742, a conduit à l'occupation de la région qui est devenue l'Alaska par les Russes. L'explorateur espagnol Juan Perez a navigué vers le nord, en 1774, à partir de sa base plus au sud, ce qui a conduit une grande partie de ce qui est aujourd'hui connu sous le nom de sud-ouest américain à faire partie de la zone d'occupation espagnole, qui a finalement abouti à la nation du Mexique - c'est ce que a conduit les Espagnols à commencer à installer des postes militaires le long de la côte californienne, car ils considéraient les Russes au nord comme une menace possible, qui s'est finalement avérée infondée. Le capitaine James Cook, un explorateur anglais, a revendiqué la côte Pacifique de l'Amérique pour la couronne britannique entre les latitudes de 43° et 60° nord, mettant un coin entre les Espagnols et les Russes. Pour compliquer encore plus les revendications sur cette région, un navire marchand de la région de la Nouvelle-Angleterre a atteint l'embouchure du fleuve Columbia en 1792, établissant une revendication pour les États-Unis. Ainsi, il y avait quatre nations qui revendiquaient toutes des terres dans cette région.

Vitus Bering, comme indiqué précédemment, était danois, étant né au Danemark en 1681. Il a rejoint la marine russe en 1703, pendant ce qui était connu dans les États baltes comme la Grande Guerre du Nord. Au fil du temps, ayant acquis du respect et de l'expérience, les Russes lui ont finalement demandé, en 1728, de commander une expédition d'exploration dont le point de départ était la péninsule du Kamtchatka qui s'avance au sud de la Sibérie en Asie orientale, cette expédition du Kamtchatka visait à voir jusqu'où La Sibérie est allée vers l'est, car on ne savait pas alors si l'Asie et l'Amérique du Nord constituaient une seule masse continentale ou non - après s'être dirigée vers l'est, en passant le point le plus oriental de la Sibérie, dans ce qu'on appelle maintenant le détroit de Béring, et après avoir réalisé la côte nord de la Sibérie a continué à se diriger vers l'ouest, a décidé de retourner dans la péninsule du Kamtchatka avant l'approche de la saison hivernale, croyant que son travail était fait. Quelques années plus tard, en 1741, il partit pour une deuxième expédition, au cours de laquelle il découvrit la côte sud de l'Alaska et les îles Aléoutiennes. Ces découvertes de Bering ont aidé à sceller la revendication de la Russie sur la région qui est devenue plus tard connue sous le nom d'Alaska (Frost, 2003).

Juan Perez était un explorateur espagnol qui, dans les années 1700, fut le premier Européen à trouver, explorer et documenter les îles au large de la côte ouest du Canada et de la Colombie-Britannique d'aujourd'hui, ce qu'il fit vers 1774. Il fut également le premier jusqu'à la côte de l'actuel Washington. Les Espagnols, ayant occupé les terres qui sont aujourd'hui le Mexique et le sud-ouest des États-Unis, avaient entendu parler des occupations britanniques et russes de terres plus au nord sur la côte Pacifique de l'Amérique du Nord, alors ils se sont mis à trouver, à rechercher et à documenter les littoral. C'est lors de la deuxième expédition de Perez dans le nord qu'il finit par mourir près de l'île de Vancouver (Sanchez, 2004).

Le capitaine James Cook était un explorateur britannique qui a aidé à dresser des cartes détaillées de Terre-Neuve et des terres autour du golfe du Saint-Laurent avant de se rendre dans l'océan Pacifique pour d'autres missions d'exploration. C'est son troisième voyage, de 1776 à 1776, qui lui permet d'explorer la côte ouest des États-Unis actuels au nord des colonies espagnoles de Californie, après avoir d'abord découvert les îles hawaïennes, ce qui lui permet d'explorer la région qui est appelée région de la côte du Pacifique, jusqu'au détroit de Béring, avant de retourner dans les îles hawaïennes, où il est mort dans une bagarre avec des hawaïens indigènes. Ses deux premiers voyages lui ont donné l'essentiel de sa renommée, car c'est au cours de ces voyages, 1768-71 et 1772-5, qui ont donné au capitaine Cook l'essentiel de sa renommée, car il y a fait le tour du monde, a été le premier Européen pour faire le tour des îles de Nouvelle-Zélande, et a été le premier à explorer la côte est de l'Australie, entre autres (Colingridge, 2003).


Ils ne pourront pas voir votre avis si vous ne soumettez que votre évaluation.

L'image est un exemple d'e-mail de confirmation de billet qu'AMC vous a envoyé lorsque vous avez acheté votre billet. Votre numéro de confirmation de billet se trouve sous l'en-tête de votre e-mail indiquant « Détails de votre réservation de billet ». Juste en dessous, il est écrit « Confirmation de ticket # : » suivi d'un numéro à 10 chiffres. Ce numéro à 10 chiffres est votre numéro de confirmation.

Votre numéro de confirmation de billet AMC se trouve dans votre e-mail de confirmation de commande.


Le chemin de fer du Pacifique

Avant l'avènement du chemin de fer transcontinental, un voyage à travers le continent jusqu'aux États de l'Ouest signifiait une randonnée dangereuse de six mois au-dessus des rivières, des déserts et des montagnes. Alternativement, un voyageur pourrait risquer un voyage en mer de six semaines autour du cap Horn, ou naviguer vers l'Amérique centrale et traverser l'isthme de Panama par chemin de fer, risquant d'être exposé à un certain nombre de maladies mortelles lors de la traversée. L'intérêt pour la construction d'un chemin de fer unissant le continent a commencé peu après l'avènement de la locomotive.

Les premiers trains ont commencé à circuler en Amérique dans les années 1830 le long de la côte est. Dans les années 1840, les réseaux ferroviaires du pays s'étendaient dans l'est, le sud et le Midwest, et l'idée de construire un chemin de fer à travers le pays jusqu'au Pacifique a pris de l'ampleur. L'annexion du territoire californien à la suite de la guerre américano-mexicaine, la découverte d'or dans la région en 1848 et la création d'un État pour la Californie en 1850 ont encore stimulé l'intérêt d'unir le pays alors que des milliers d'immigrants et de mineurs cherchaient fortune en Occident.

Au cours des années 1850, le Congrès a parrainé de nombreuses équipes d'enquête pour étudier les itinéraires possibles pour un chemin de fer transcontinental. Aucun itinéraire particulier n'est devenu un favori évident, car les groupes politiques étaient divisés sur le fait de savoir si l'itinéraire devait être un itinéraire nord ou sud. Theodore Judah, un ingénieur civil qui a aidé à construire le premier chemin de fer en Californie, a promu une route le long du 41 e parallèle, traversant le Nebraska, le Wyoming, l'Utah, le Nevada et la Californie. Il était tellement obsédé par l'idée d'un chemin de fer transcontinental qu'il est devenu connu sous le nom de « Crazy Judah ». Bien que le plan de Juda ait eu du mérite, les détracteurs ont noté les formidables obstacles le long de son itinéraire proposé, dont le plus sérieux était la chaîne de montagnes de la Sierra Nevada. Une ligne de chemin de fer construite le long de cette route nécessiterait de creuser un tunnel à travers des montagnes de granit et de traverser de profonds ravins, un exploit d'ingénierie qui n'a pas encore été tenté aux États-Unis.

En 1859, Judah reçut une lettre de Daniel Strong, un commerçant de Dutch Flat, en Californie, proposant de montrer à Judah le meilleur itinéraire le long de l'ancienne route des émigrants à travers les montagnes près de Donner Pass. L'itinéraire avait une montée progressive et nécessitait que la ligne franchisse le sommet d'une seule montagne plutôt que deux. Judah a accepté et lui et Strong ont rédigé des lettres d'incorporation pour la Central Pacific Railroad Company. Ils ont commencé à chercher des investisseurs et Juda a réussi à convaincre les hommes d'affaires de Sacramento qu'un chemin de fer apporterait des échanges commerciaux indispensables dans la région. Plusieurs hommes décidèrent de le soutenir, dont le grossiste en quincaillerie Collis P. Huntington et son partenaire, le marchand de produits secs Mark Hopkins, Charles Crocker, et l'épicier en gros, bientôt gouverneur, Leland Stanford. Ces bailleurs de fonds seront plus tard connus sous le nom de « Big Four ».

Huntington et ses partenaires ont payé Judah pour arpenter la route. Juda a utilisé des cartes de son enquête pour étayer sa présentation au Congrès en octobre 1861. De nombreux membres du Congrès hésitaient à lancer une entreprise aussi coûteuse, en particulier avec la guerre civile en cours, mais le président Abraham Lincoln, qui était un partisan de longue date des chemins de fer, était d'accord avec Juda. Le 1er juillet 1862, Lincoln signa le Pacific Railway Act, autorisant les concessions de terres et les obligations gouvernementales, qui s'élevaient à 32 000 $ par mile de voie posée, à deux sociétés, la Central Pacific Railroad et l'Union Pacific Railroad.

Presque immédiatement, des conflits éclatèrent entre Juda et ses partenaires commerciaux au sujet de la construction de la ligne du Pacifique central. En octobre 1863, Judah s'embarqua pour New York pour tenter de trouver des investisseurs qui rachèteraient ses partenaires de Sacramento. Bien qu'il ait fait le voyage à Panama et à travers l'isthme en train à plusieurs reprises, il a contracté la fièvre jaune au cours de ce voyage et est décédé le 2 novembre, une semaine après avoir atteint New York. Judah n'a pas vécu pour voir le Central Pacific commencer les travaux, il a quitté Sacramento pour New York quelques semaines avant que le premier rail ne soit cloué le 26 octobre 1863. Les Big Four ont remplacé Judah par Samuel Montague et les équipes de construction du Central Pacific ont commencé à construire la ligne à l'est de Sacramento.

À l'extrémité est du projet, Grenville Dodge et son assistant, Peter Dey, ont étudié la route potentielle que suivrait l'Union Pacific. Ils ont recommandé une ligne qui suivrait Platt River, le long de North Fork, qui traverserait le Continental Divide à South Pass dans le Wyoming et continuerait jusqu'à Green River. Le président Lincoln a favorisé cette route et a décidé que le terminus est du Transcontinental Railroad serait Council Bluffs, Iowa, de l'autre côté de la rivière Missouri depuis Omaha, Nebraska.

Thomas C. Durant, un médecin devenu homme d'affaires, a pris le contrôle de l'Union Pacific Railroad Company en achetant plus de 2 millions de dollars d'actions et en installant son propre homme comme président. "Doc" Durant a créé le Créateur Moblier d'Amérique, un front d'affaires qui semblait être un entrepreneur indépendant, pour construire le chemin de fer. Cependant, Créacutedit Moblier appartenait à des investisseurs de l'Union Pacific et, au cours des années suivantes, elle a escroqué au gouvernement des dizaines de millions de dollars en facturant des frais exorbitants pour le travail. Parce que le gouvernement payait au kilomètre de piste construit, Durant a également insisté pour que l'itinéraire d'origine soit inutilement allongé, ce qui s'est rempli davantage les poches. Peu de temps après l'achèvement du chemin de fer, les stratagèmes commerciaux corrompus de Durant sont devenus un scandale public, le Congrès enquêtant non seulement sur Durant, mais aussi sur ses collègues sénateurs et représentants qui avaient bénéficié de ses relations louches.

Les Big Four du Central Pacific ont formé leur société avec un accord similaire, attribuant le contrat de construction et de fournitures à l'un des leurs, Charles Crocker, qui, pour des raisons d'apparence, a démissionné du conseil d'administration du chemin de fer. Cependant, les Big Four possédaient une participation dans l'entreprise de Crocker et chacun d'eux a profité du contrat.

La course entre les deux compagnies a commencé lorsque l'Union Pacific a finalement commencé à poser des voies à Omaha, Nebraska, en juillet 1865. (Un pont sur la rivière Missouri serait construit plus tard pour relier Omaha à Council Bluffs, le terminus officiel de l'est.) Durant embauché Grenville Dodge comme ingénieur en chef et le général Jack Casement comme patron de la construction. Avec des dizaines de milliers d'anciens combattants de la guerre civile sans travail, l'embauche pour l'Union Pacific était facile. Les hommes, pour la plupart des Irlandais, ont travaillé dur et bien, malgré le fait qu'ils se soient parfois mis en grève lorsque Durant a retenu leur salaire en raison de petits conflits de travail.

Trouver des travailleurs était une tâche plus difficile pour le Pacifique central. Des ouvriers, principalement des immigrants irlandais, étaient embauchés à New York et à Boston et expédiés vers l'ouest à grands frais. Mais beaucoup d'entre eux ont abandonné les travaux ferroviaires, attirés par les mines d'argent du Nevada. En désespoir de cause, Crocker a essayé d'embaucher des Afro-Américains nouvellement libérés, des immigrants du Mexique, et a même demandé au Congrès d'envoyer 5 000 prisonniers de la guerre civile confédérée, mais en vain. Frustré par le manque de main-d'œuvre nécessaire pour soutenir le chemin de fer, Crocker a suggéré à son patron de travail, James Strobridge, d'embaucher des ouvriers chinois. Bien que Strobridge ait été initialement contre l'idée, estimant que les Chinois étaient trop petits pour le travail exigeant, il a accepté d'embaucher 50 hommes à titre d'essai. Après seulement un mois, Strobridge a admis à contrecœur que les Chinois étaient consciencieux, sobres et travailleurs acharnés.

En trois ans, 80 pour cent de la main-d'œuvre du Pacifique central était composée de travailleurs chinois, et ils se sont avérés essentiels à la tâche de poser la ligne à travers la Sierra Nevada. Autrefois considérés comme trop fragiles pour effectuer un travail manuel ardu, les travailleurs chinois ont accompli des exploits incroyables et dangereux qu'aucun autre travailleur ne ferait ou ne pourrait faire. Ils ont creusé des tunnels à travers le granit solide, progressant parfois à peine d'un pied par jour. Ils vivaient souvent dans les tunnels alors qu'ils se frayaient un chemin à travers le granit solide, économisant ainsi un temps et une énergie précieux en entrant et en sortant du chantier chaque jour. Ils étaient régulièrement descendus à pic dans des paniers de fortune sur des cordes où ils perçaient des trous, les remplissaient d'explosifs, allumaient la mèche puis étaient tirés aussi vite que possible pour éviter l'explosion.

Alors que le Pacifique central luttait contre des conditions pénibles en se déplaçant vers l'est à travers les montagnes, les ravins et les blizzards, l'Union Pacific faisait face à la résistance des tribus Sioux, Cheyenne et Arapaho qui voyaient leurs terres envahies et irrévocablement modifiées. Les cheminots étaient armés et souvent protégés par le calvaire américain et les amis indiens Pawnee, mais la main-d'œuvre était régulièrement confrontée à des raids amérindiens qui attaquaient les géomètres et les travailleurs, volaient du bétail et du matériel, et arrachaient des voies et des locomotives déraillées.

Les deux compagnies de chemin de fer se sont battues contre leurs obstacles respectifs pour poser le plus de kilomètres de voies, gagnant ainsi le plus de terres et d'argent. Bien que le Central Pacific ait eu deux ans d'avance sur l'Union Pacific, le terrain accidenté de la Sierra Nevada a limité sa construction à seulement 100 milles à la fin de 1867. Mais une fois à travers les Sierras, les lignes ferroviaires du Central Pacific se sont déplacées à une vitesse énorme. vitesse, traversant le Nevada et atteignant la frontière de l'Utah en 1868. De l'est, l'Union Pacific a terminé sa ligne à travers le Wyoming et se déplaçait à un rythme égal depuis l'est.


Le moteur Jupiter du Central Pacific et le moteur n° 119 de l'Union Pacific se rencontrent le 10 mai 1869 à Promontory Summit, dans l'Utah.

Aucun point final n'avait été fixé pour les deux lignes de chemin de fer lorsque le président Lincoln a signé le Pacific Railway Act en 1862, mais une décision devait être prise rapidement. Au début de 1869, le Central Pacific et l'Union Pacific se rapprochaient dans le nord de l'Utah, aidés par une main-d'œuvre mormone sous contrat avec les deux sociétés. Mais aucune des deux parties n'était intéressée à arrêter la construction, car chaque entreprise voulait réclamer la subvention de 32 000 $ par mile au gouvernement. En effet, à un moment donné, les niveleuses des deux sociétés, travaillant avant les poseurs de voies, se sont en fait croisées car elles n'étaient pas disposées à céder du territoire à leurs concurrents.


L'avion de l'olympien américain Louis Zamperini s'écrase dans le Pacifique

Le 27 mai 1943, un B-24 transportant l'aviateur américain et ancien coureur olympique Louis Zamperini s'écrase dans l'océan Pacifique. Après avoir survécu au crash, Zamperini a flotté sur un radeau dans des eaux infestées de requins pendant plus d'un mois avant d'être récupéré par les Japonais et de passer les deux années suivantes dans une série de camps de prisonniers brutaux. Son histoire de survie a été présentée dans le best-seller de 2010 Ininterrompu par Laura Hillenbrand.

Né en 1917 d'immigrants italiens, Zamperini a grandi à Torrance, en Californie, où il avait fréquemment des démêlés avec la justice. Adolescent, il a canalisé son énergie dans l'athlétisme et est devenu un champion de course de fond. À 19 ans, Zamperini a représenté les États-Unis aux Jeux olympiques de 1936 à Berlin, en Allemagne. Il a couru la course de 5 000 mètres et a terminé à la huitième place, mais son dernier tour rapide a attiré l'attention d'Adolf Hitler, qui a ensuite demandé à serrer la main de Zamperini&# x2019. Après les Jeux olympiques, il était un record sur l'équipe d'athlétisme de l'Université de Californie du Sud&# x2019s.


Événements et programmation

A venir

Faire sauter jusqu'au bord du ciel : Les Américains d'origine chinoise et le pouvoir de la friture
30 septembre 2021, 18h45 (en ligne)

Chef invitée Grace Young. Photographie de Christine Han.

Dans Faire sauter jusqu'au bord du ciel, L'historienne culinaire et auteure de livres de cuisine primée Grace Young explique comment l'ancienne technique du sauté a joué un rôle important dans la vie culinaire des migrants chinois. Aux États-Unis, de nombreuses familles ont utilisé leurs compétences culinaires pour ouvrir des entreprises, y compris des salons de chop suey, où ce plat fade et préparé a gagné en popularité. Young, connue sous le nom de « gourou du sauté » et « thérapeute du wok », démontre son expertise en matière de sauté et partage des conseils sur la maîtrise du wok pour les cuisiniers à domicile alors qu'elle prépare un savoureux sauté de chou à l'ail et de bacon, un plat improvisé dans les années 1940 par l'immigrante Lin Ong qui a utilisé deux ingrédients américains courants pour nourrir ses neuf enfants. Elle raconte l'histoire improbable du wok de sa propre famille de San Francisco et son travail pour documenter l'impact de COVID sur le quartier chinois de Manhattan et pour soutenir la communauté AAPI à l'échelle nationale. Pour 2020 Food History Weekend, l'écrivain Grace Young a organisé une galerie virtuelle spéciale pour le musée, Histoires du quartier chinois, mettant en vedette son travail dans les médias vidéo documentant l'impact de COVID-19 sur le quartier chinois historique de New York.

Ce programme est coparrainé par l'American Food History Project du musée et les Smithsonian Associates.

Programmes passés

Les liens ci-dessous mettent en évidence la programmation passée du musée sur des sujets d'histoire américaine d'Asie-Pacifique.


Politique et gouvernement

La migration des îles du Pacifique a commencé en grande partie après la Seconde Guerre mondiale. Pour certains hommes, le service militaire était la voie de cette migration. Bien que le gouvernement américain n'ait suivi le service actif par origine ethnique que des décennies plus tard, un examen des dossiers de la main-d'œuvre du département américain de la Défense de 1999 fournit quelques informations. Cependant, ces enregistrements ne fournissent pas une image complète. La classification ethnique militaire du personnel en service actif place les Tongans et les Tahitiens dans la catégorie polynésienne. Les Fidjiens font partie des groupes classés comme mélanésiens.

Au 31 mars 1999, les rangs de l'armée comprenaient 534 hommes polynésiens et 113 femmes. Il y avait 34 officiers masculins et cinq officiers féminins. Il y avait aussi dans cette armée à l'époque 102 hommes et 14 femmes mélanésiens. Deux hommes étaient officiers. Dans la Marine au 31 mars 1999, il y avait 251 hommes et 46 femmes polynésiens. Neuf hommes et quatre femmes étaient officiers. En service à cette époque étaient 29 hommes et 11 femmes mélanésiennes. Trois hommes et deux femmes mélanésiens faisaient office d'officiers. Le 31 mars 1999, cinq officiers polynésiens masculins, 56 hommes enrôlés et neuf femmes enrôlées servaient dans le Corps des Marines. Les Mélanésiens représentaient neuf des officiers du Corps des Marines et 11 hommes enrôlés. En service avec l'armée de l'air le 31 mars 1999 étaient 13 hommes polynésiens, et trois étaient des officiers. Sur les 11 femmes polynésiennes en service, une était officier.

Un coup d'œil à toutes les branches de service a indiqué que la Garde côtière a attiré le plus d'insulaires du Pacifique, un peuple descendant d'origines wayfinder. Le 31 mars 1999, 795 hommes polynésiens ont servi dans les garde-côtes. Cinquante et un étaient des officiers de sexe masculin. Sur les 167 Polynésiennes de service, 10 étaient officiers. A cette époque, 143 hommes mélanésiens étaient en service actif avec les garde-côtes, et six étaient des officiers. Deux femmes mélanésiennes servaient également.

RELATIONS AVEC LES ANCIENS PAYS

C'est depuis longtemps une pratique pour les personnes qui migrent aux États-Unis d'envoyer de l'argent à leur famille. C'est ce qu'on appelle un envoi de fonds, et les envois de fonds étaient une source importante de revenus pour les Tonga selon le CIA 1998 World Fact Book.

Tonga est une économie basée sur l'agriculture. Le pays exporte des citrouilles au coprah, à la vanille et à la courge. Le sucre est la principale exportation des Fidji. Le tourisme est une industrie importante. Environ 250 000 personnes visitent les Fidji chaque année. Le tourisme représente 20 % du produit intérieur brut de la Polynésie française. France began stationing military personnel in French Polynesia in 1962. Since then, a majority of the work force is employed by the military or in tourism-related jobs.


History of Pacific University

Founded in 1849, Oregon's Pacific University traces its roots to a log cabin meeting house in Forest Grove where the Rev. Harvey Clark, a Congregationalist minister, and Tabitha Brown, a former teacher from Massachusetts, cared for and educated orphans of the Oregon Trail.


In 1846, a remarkable 66-year-old widow completed a rugged trip west with members of her family to live in the Oregon Territory. Tabitha Moffatt Brown arrived in Oregon with hardly a penny to her name and chose to settle in the West Tualatin Plains

1849 | Pacific University is founded

Brown, the Rev. Harvey Clark and his wife, Emeline, concerned for the welfare of the many orphans in the area, made arrangements to use a local meetinghouse in Forest Grove, Oregon, as a school, which became known as the Orphan Asylum. By 1848, Brown was "house-mother" to the students there and a driving force behind the school.


A view of campus in the 1890s or 1900s. Old College Hall is in the foreground

In the summer of 1848, the Rev. George H. Atkinson came to Oregon, commissioned by the Home Missionary Society of the Congregational Church Association to "found an academy that shall grow into a college. on the New England model." Atkinson and Clark drew up plans for a new educational institution for children, on land donated by Clark. Brown donated $500 and agreed to convert the Orphan Asylum into a new school. On September 26, 1849, the Territorial Legislature gave its official sanction to the new school, establishing by charter the Tualatin Academy. It was the first official act of the new provisional government and predates statehood by nearly 10 years.

To house the academy, Old College Hall was built in 1850. Old College Hall is still in use today. It houses Pacific's museum and is the site of important university traditions, including Sign, Shake and Ring, a tradition unique to Pacific. At those times, the bell can be heard ringing out across campus.

1863 | Pacific awards first baccalaureate degree

By 1854 a new charter had been granted, establishing "Tualatin Academy and Pacific University" and college classes began to be offered. Congregational missionaries were key leaders in the establishment and growth of the university, and that legacy is still regarded as an important influence. Pacific, along with such colleges as Dartmouth, Carleton, Oberlin, Grinnell, Rollins and Pomona, celebrate a tradition that dates back to the establishment of higher education in America more than 350 years ago with the founding of Harvard College by Congregational pioneers on the first American frontier.

As an independent university, Pacific continues to maintain ties with the United Church of Christ Council for Higher Education. The university supports religious pluralism, and is committed to instilling a sense of values and ethics, compassion, caring and conscience in both students and programs.

Pacific awarded its first baccalaureate degree in 1863 - the first in the region. The university established its Alumni Association as the "Society of Alumni."

1896 | Pacific receives a bronze Chinese statue as a gift. It soon becomes a college icon, called Boxer.

Pacific University received a bronze chinese statue as a gift in 1896, courtesy of the Rev. J.E. Walker, a missionary to China and a Pacific alumnus, and Walker's mother, who presented it to the university. The statue of the mythical beast, nicknamed "Boxer" in 1908, became an icon, representing Pacific's spirit, pride and honor.

The Spirit Bench (formerly the Senior bench) was donated by the class of 1908, though the original bench was damaged and replaced in 1990. Today, this campus landmark often sports a new coat of spray paint from students who paint the bench by cover of darkness, a tradition that developed over the decades.

1911 | State approves the offering of teaching certificates

In 1911, Pacific became one of just three colleges authorized by the state to recommend graduates for high school teaching certificates.

1915 | Academy closes as public high schools come on the scene

By 1920, the school had expanded to five buildings, including Herrick Hall (built in 1883), an all-female dormitory that played an important role in enabling more woman to earn degrees by providing an living space for female students, and Carnegie Hall (built in 1912), the university's first library building and one of only three academic libraries built by the Carnegie Endowment in the West — and the only one in the Pacific Northwest.

Female students dressed up for Pacific University's annual Clean-up Day, circa 1920s. In the background, Marsh Hall is visible. Built in 1895, a devastating fire in 1975 gutted 75 percent of the building's interior. It was restored and is home to administrative offices, faculty offices and classrooms today.

1959 | Pacific University's Students of Hawai‘i Club, Nā Haumāna O Hawai‘i, is founded

The annual Pacific University Lu’au, started in 1960, is one of the largest student-produced lu’aus in the continental United States.

Throughout the latter half of the 20th century, Pacific University continued to expand with new academic offerings. Other health professions programs were launched, including Physical Therapy in 1975, Occupational Therapy in 1984, and Professional Psychology in 1985.

1968 | Boxer officially replaces the badger as the school mascot

1985 | Grand opening of Trombley Square, a popular student gathering place at the heart of the Forest Grove campus

1994 | The School of Education (now College of Education) is established

In 1994, the School of Education, now the College of Education, was established through reorganization of the professional teacher education programs that had been part of the College of Arts and Sciences. A year later, the Physician Assistant Studies program was added.

2006 | The Pacific University Health Professions Campus (now Hillsboro Campus) opens

In 2004, the College of Health Professions was formed consolidating all the health programs except for the College of Optometry under one umbrella. Pacific University's Hillsboro Campus opened in 2006 as home of the new college. In the same year, new programs in Pharmacy and Dental Hygiene were established, followed by a Master of Healthcare Administration program in 2008.

2007 | The Lincoln Park Athletic Complex is constructed, offering state-of-the-art athletic facilities

President Phil Creighton's tenure (2003-2009) marked a prosperous and expansive period in university history. A $51 million capital campaign was completed in 2006, helping to fuel a building boom. Projects included the new campus in Hillsboro, a new library, two LEED-certified residence halls, an education and business building and extensive new athletics facilities. During this period, undergraduate enrollment increased by 18.5 percent and graduate enrollment increased by 22 percent, almost exclusively in the health professions.

2009 | Pacific announces its 17th President, Dr. Lesley M. Hallick

2014 | Cascade Hall opens for student residents and is the seventh university building to be LEED-certified for sustainable building design

Students take advantage of a sunny spring day in 2016 to play a game on the grassy lawn in front of Cascade Hall.

In 2009, Dr. Lesley M. Hallick became the university's 17th president. Under her leadership, the university has continued to grow. The Woodburn Campus opened in 2012, offering undergraduate and graduate teacher-preparation programs within the College of Education. In 2013, the College of Business was founded to further develop the existing undergraduate business degree programs and add graduate-level programs.

2019 | Pacific University celebrates the 170th anniversary of its founding

Pacific University continues to plan for the future with Imagine Pacific 2020, a strategic planning effort designed to postion the university for the future while maintaining its core identity as a close community dedicated to learning and discovery.

"We are building on the mission of the university from its earliest roots, an institution established by our founders because they believed deeply in the opportunity of education for all."

— Vision 2020 Strategic Plan

"This page is currently under review by the Indigenous Engagement Committee, a subcommittee of the University Diversity Committee."


HistoryLink.org

Pacific County, named after the Pacific Ocean, is perched at the southwestern corner of Washington state. The ocean forms its western border and the north shore of the Columbia River and Wahkiakum County form its southern border. Grays Harbor County lies to the north and Lewis County to the east. A distinctive geographical feature is the 30-mile-long Long Beach Peninsula, which meets the ocean on its western side and shelters Willapa Bay on its eastern side. In 1851 Pacific County was the third county created in what would become Washington Territory. The economic base of the area's indigenous Chinook and Lower Chehalis peoples as well as of early-arriving settlers was oystering, especially in Shoalwater (later Willapa) Bay, and fishing. Soon lumber became a predominant early industry, followed by cranberry farming, dairy farming, and later, vacationing and tourism. Pacific County's area is nearly 1,000 square miles and the 2005 population was about 21,000 people. The county's four incorporated cities are Raymond, South Bend, Long Beach, and Ilwaco. Of the 39 Washington counties, Pacific County ranks 28th in population and 30th in land area.

Pacific County lies within two geographic subregions of Washington state known as Coastal Plains and the Coast Range. The coastal area consists of a sandy plain characterized by "shallow bays, tidal flats, delta fans and low headlands" that lie between the ocean and the foothills of the Coast Range (Pacific County Agriculture). Long Beach peninsula has one of the longest continuous ocean beaches on the on the Pacific Coast. It is one-to-three miles wide and 30 miles long. The interior side of the peninsula contained bogs, shallow ponds, and lakes.

Inland from the coast, the foothills were heavily forested with western hemlock, Douglas fir, Sitka spruce, western red cedar, and Pacific silver fir. The main hardwood trees are red alder and bigleaf maple. The climate is mild and damp but too cool and cloudy for most crops.

First Peoples

The Chinook Indians were original inhabitants of the lower Columbia River including the future Pacific County. There were more than 40 Chinook settlments in Pacific County, at the mouths of the Nemah, Naselle, Willapa, and Bone rivers, and at Nahcotta, Oysterville, Goose Point, Bruceport, Tokeland, and Grayland. The site of one of their main villages became Chinook.

Along with the Lower Chehalis, the Chinook wintered along Shoalwater Bay. They spoke the Chinook language and traded (mostly fur, fish, and slaves) over thousands of miles with many different peoples. They were master navigators of sea-going canoes, and salmon and oysters formed the core of their economic base. Reflecting their long experience as traders, their name was given to the Chinook Jargon, a trade lingo that included terms from Chinook, English, French, and Nootka.

The Chinook and the Chehalis were eventually decimated by introduced diseases. Many of their descendants, by accepting 80-acre allotments on the much larger Quinault Reservation, attained the privilege of Quinault treaty rights.

The Shoalwater Indian Reservation, consisting of 334.5 acres, was established by an executive order signed by President Andrew Johnson on September 22, 1866. Pacific County's only reservation, it occupies 333 acres on the north shore of Willapa Bay, on the site of an ancient Chinook village. The non-treaty Indians of Shoalwater Bay made their living by fishing, crabbing, and oystering, selling their surplus to canneries much the same as non-Indians. Members of the present-day Shoalwater Bay Tribe are descended from Chinook, Chehalis, and other area tribes. The tribe has 237 enrolled members and a resident service population of 1,148. The tribal center at Tokeland serves both the tribe and the surrounding community.

More than 1,000 Chinook tribal members live at Bay Center on Willapa Bay and in South Bend -- both ancient village sites -- and elsewhere around the region. The tribe has headquarters in Chinook, and continues to seek federal recognition.

Exploration

Pacific County's location on the Pacific Ocean and on the northern shore of the estuary of the Columbia meant that for early explorers arriving by sea, its bays and forested hills often became their first glimpse of the future state of Washington. Bruno Heceta, aboard the Spanish frigate Santiago, mapped the entrance to the Columbia River in 1775. Thirteen years later, in 1788, the British trader John Meares (1756?-1809), aboard the Felice Adventurer, traded with Indians off what is now called Willapa Bay. He did not actually find the river he was looking for and in his disappointment renamed Cape San Roque as Cape Disappointment and Assumption Bay as Deception Bay.

In 1792, British Royal Navy Captain George Vancouver viewed Cape Disappointment as a “conspicuous point” not worthy of investigation, and passed on by. On May 11, 1792, Captain Robert Gray of Boston aboard the Columbia Rediviva sailed into the Columbia River as the first European to do so. Here he encountered Chinook Indians in cedar dugouts with furs and fresh salmon to trade.

The Lewis and Clark expedition first viewed the Pacific Ocean from the sandy beach of the Long Beach Peninsula on November 15, 1805 (after mistakenly thinking a few days before that the rough waves of the Columbia were ocean waves). They arrived at the Chinook’s summer fishing village and stayed 18 days exploring the area. Considering the rain and fog, the party voted to winter on the other side of the river. Thus the future Pacific County was the site of the first election by Americans in the West and the first to include a Native American and a woman (Sacagawea, the Shoshone wife of of one of the expedition's hunters) and an African American (York, Captain Clark's African slave).

At Astoria, across the wide river mouth from the future Pacific County, the American John Jacob Astor established a fur-trading post in 1811, which was by 1813 owned by the Canadian (British) North West Company, and by 1821 by the British Hudson's Bay Company. Extensive trading and familial relationships developed between the Chinook and these British fur traders.

Under Lieutenant Charles Wilkes, the U.S. Exploring Expedition arrived in the summer of 1841. One of the expedition's vessels, the Peacock, sailed the into the mouth of the Columbia on a survey mission, grounded on a sand spit, and was lost, giving its name to Peacock Spit. The crew was saved by nearby Hudson's Bay Co. fur traders and by missionaries. Among those who jumped ship was James DeSaule, the Peacock's black Peruvian cook. He became one of the first non-Indians to settle in the region.

Graveyard of the Pacific

The many shipwrecks at the mouth of the Columbia -- around 2,000 since 1792 -- have given rise to the name "graveyard of the Pacific." It was back and forth over this treacherous estuary that skilled Indian navigators guided their canoes, causing Captain William Clark of the Lewis and Clark Expedition to note their remarkable navigational skills “thro emence waves & Swells” ("18 Days in Pacific County").

More than one early settler in the area arrived by shipwreck. In 1829 the Isabella, bound for the Hudson's Bay Company's Fort Vancouver, wrecked on a shoal. Thus arrived Englishman James A. Scarborough (1805-1855), who in 1843 settled at Chinook Point on the Columbia River. He married a Chinook woman, Ann Elizabeth, and filed a Donation Land Claim for all of Chinook Point and most of Scarboro Hill. He occupied the property until his death in 1855. The land ultimately became Fort Columbia, part of the U.S. Army’s defense of the mouth of the Columbia River. It is now Fort Columbia State Park.

In 1845 a marker was made by cutting off the tops of three fir trees on the crest of the headland, to be used as a navigational aid. In 1856 a lighthouse was built on Cape Disappointment. It was visible 21 miles out to sea, and had a fog bell. The U.S. Army mounted smooth-bore cannon at Fort Cape Disappointment in 1862 (or 1864). Renamed Fort Canby in 1875, the facility continued to serve in defense of the Columbia River until World War II. It is now part of Cape Disappointment State Park.

The U.S. Army Corps of Engineers began dredging the mouth of the Columbia in the 1870s, and still dredges up four to five million cubic yards of sand every year. In 1980, the U.S. Coast Guard opened its National Motor Lifeboat School at Ilwaco. Today, the Coast Guard's related Station Cape Disappointment responds to 300 or 400 maritime calls for assistance each year.

The Confluence Project, unveiled in 2006 at Cape Disappointment State Park, is a $15 million monumental public-art project to commemorate stops by Lewis and Clark in Washington and Oregon. Designed by artist Maya Lin, the project offers lessons in history, celebrates indigenous cultures, and rehabilitates parts of the natural environment.

Formation and Settlement

From 1818 to 1846, the Pacific Northwest, called Oregon, was jointly occupied by Great Britain, represented mostly by Hudson's Bay Co. fur trappers, and by the United States. The first two counties in the future Washington state were created in 1845 by the Provisional Government for Oregon Territory, a body consisting of both British and American settlers. These were Clark (originally named Vancouver) and Lewis. In 1846 Great Britain ceded to the United States the Pacific Northwest below the 49th parallel and in 1848 Congress created Oregon Territory (including Washington and Idaho). The Oregon Territorial Legislature created Pacific County out of the southwestern corner of Lewis County in 1851. Pacific County was thus the third county formed in what would become Washington Territory, and the first formed by the Oregon Territorial Legislature. In 1853 Congress created Washington Territory, comprising Pacific, Lewis, and Clark (renamed Clarke) counties. Pacific County's boundaries were adjusted in 1860, 1867, 1873, 1879, and finally in 1925.

Settlement in the future Pacific County was framed first by nearby Hudson's Bay Co. fur trappers, and after 1848, by the California Gold Rush. This last caused San Francisco to boom and opened a large market for both lumber and oysters. Pacific County, accessible to San Francisco by sea, had both in abundance.

The promotional activities of Elijah White, who hoped to found a great port city on the Columbia, resulted in the new town of Pacific City, located just south of present-day Ilwaco. On February 26, 1852, a federal executive order set aside 640 acres at Pacific City for a military reservation and required residents to leave. By 1858 all that was left of Pacific City was a couple of houses and a sawmill.

Washington Hall, who had surveyed Pacific City for Elijah White, promoted his own town, Chinookville, beginning in April 1850. Despite the Chinooks' resentment of his appropriation of the site of their principal village, settlers elected Hall county commissioner and Chinookville became Pacific County's first county seat. Hall sold lots until July 1855, at this time deeding his worldly goods to his two children, whose mother was a Native American woman to whom Hall was not married. This protected him from challenges to his claims. He continued for five years to sell lots on behalf of his children, sometimes for cash and sometimes for goods such as shingles and salmon, before disappearing in the direction of Idaho.

Shellfish and Fish

During the 1850s, schooners began arriving in Shoalwater Bay, mostly from San Francisco, looking for oysters. One of these was the Robert Bruce. On December 11, 1851, the ship’s cook doped the crew and set the ship on fire. Bill McCarty, who was cutting timbers at Hawk’s Point, along with the Indians he was working with, carried the men ashore. Les Robert Bruce burned to the water line. The stranded men, who in any case had come with the idea of starting an oyster business, settled on the bay, forming what became Bruceport. These “Bruce boys” entered the oyster trade and soon bought two schooners of their own.

In 1854, Chief Nahcati invited R. H. Espy, who had been cutting timber for the San Francisco market, and L. A. Clark, a New York tailor who'd achieved a modest success in the California gold rush, to the site of future Oysterville on the Long Beach Peninsula. There they filed Donation Land Claims and set up an oyster business, shipping canoeloads of oysters to Bruceport for shipment south. Soon vessels from San Francisco were arriving at Oysterville.

Oysterville founders also included the brothers John and Thomas Crellin, who also arrived in 1854. Enmity ensued between the two new oystering groups but this ended when John Morgan, one of the Bruce boys, married Sophia Crellin, sister of John and Thomas. The two companies joined forces and by 1863 were called Crellin & Company. From 1855 to 1892, the county seat was located in Oysterville.

The oyster trade brought one of Washington's earliest chroniclers to the Territory for the first time. James G. Swan (1818-1900) came to the future Pacific County at the invitation of his friend, oysterman Charles J. W. Russell. Swan lived on Willapa Bay from 1852 to 1855, observing the first pioneer settlement grow and getting to know the Chinook and Chehalis inhabitants, including Chief Comcomly's sister as well as Toke, the leader for whom Toke Point and Tokeland are named, and Toke's wife Suis. In 1857 Swan described Indian and pioneer life on the bay in The Northwest Coast, Or, Three Years' Residence in Washington Territory, one of the earliest books about life in Washington.

Native oysters fed San Francisco during the Gold Rush (1848-1864). After they were depleted, first eastern oysters (1893-1920) and then Pacific or Japanese oysters (1920s-1950s) were brought in and farmed. Finally, laboratories in the United States began to grow oyster spat (a minute oyster larva attached to a solid object, usually a piece of oyster shell), making imports no longer necessary. One out of every six oysters consumed in the United States is grown and harvested in Willapa Bay, the “Oyster Capital of the World.”

From the handful of companies farming the bay more than a century ago to the estimated 350 independent growers in Willapa today (many of them Japanese-Americans), Willapa Bay is thought to be the largest farmed shellfish producer in the United States.

Fishing and canning, too, have been essential to the economy. Salmon was one of the first items traded to early explorers. In 1853, Patrick J. McGowan, an Irishman, purchased 320 acres of an old mission grant and founded the town of McGowan on the north shore of the Columbia. Here he established the first salmon-packing company in the state.

Canneberges

Chinook Indians had long harvested the wild cranberries that grew in bogs, and as early as 1847 the berries were exported to San Francisco. In 1880, Anthony Chabot, a native of Quebec who had grown wealthy from engineering ventures in San Francisco, became interested in growing cranberries commercially. In 1881 he bought 1,600 acres of government land and planted 35 acres of cranberries at Seaview, near present-day Long Beach. He brought in several hundred thousand vines from Massachusetts, and production reached 7,500 barrels. Labor was provided by Indians and by Chinese. But eventually pests and mildew brought in with the non-native vines attacked the crop, labor problems developed, and the Chabot bog went to weeds.

Meanwhile another pioneer, Chris Hanson, had planted two acres of cranberries. For a time he was the only producer on the Long Beach peninsula. Between 1909 and 1916 cranberry growing increased there to 600 acres.

About 1912, a grower named Ed Benn introduced cranberries in the Tokeland and Grayland districts of northern Pacific County. Finnish settlers expanded the bog area.

In 1923 the State College of Washington (later Washington State University) established the Cranberry-Blueberry Experiment Station at Long Beach not far from Chabot's original bog to provide technical assistance to growers. Researcher D. J. Crowley worked out sprays to control pests, and overhead sprinkling to protect from winter frost and summer scald. WSU closed its Cranberry Research Station in 1992. Growers formed the Pacific Coast Cranberry Research Association in order to buy the station. They farm the former WSU bogs while WSU continues to support technical personnel.

In the 1930s growers associated with Ocean Spray, a co-op owned by cranberry farmers, to process and market their crops. Growers also affiliated with a national marketing association, the National Cranberry Growers Association. By 1957 the Washington cranberry industry was thriving. Today virtually all the cranberries harvested in the state, about 1.5 million pounds annually, are grown in the Willapa Basin.

More than 90 percent of the Willapa uplands were forested. Approximately 3 percent of the present stands are undisturbed old growth with the majority of the remainder being managed timberlands. Mechanization of logging with steam locomotives and steam donkeys beginning in the 1890s made logging another mainstay of the county’s economy.

In 1892 the sawmill town of South Bend, located on the Willapa River, was named the county seat. The choice was so contentious that, in 1893, South Bend residents forcibly removed county records from Oysterville. Things remained calm for a number of years, until Raymond, an industrial town north of South Bend, took an interest in becoming county seat. To show Raymond how serious it was about keeping the county seat, South Bend built a new courthouse. Designed by C. Lewis Wilson and Co. in Chehalis, was nicknamed "the gilded palace of extravagance," which it was at the time.

Following World War I, the forest-products industry went into a long slow decline. Timber prices dropped in the 1920s and housing construction almost ceased in the 1930s. As the supply of old-growth timber from private lands declined, mills closed. Improvements in highway and rail transport made it possible to ship logs to large, distant mills, creating more pressure on local mills. A building boom in Asia beginning in the 1960s meant that Japanese mills could out-bid local mills for logs, leaving many local workers idle. Although timber sales from state and federal lands provided some jobs, the timber industry became a shadow of its former self.

In the 1980s Weyerhaeuser remodeled its Raymond plant, closed it, and reopened it with worker concessions. In 2001 the plant earned international recognition for its environmental management.

Dairy Farming

Dairy farms were established on stump farms in the hills after the trees were logged. In 1950 there were 150 dairy farms in the county. In 1964 the number of farms had fallen to only 40, but milk production had increased. In 2002 Pacific County had 341 farms with an average size of 152 acres.

Railroads and Roads

Lewis Loomis (d. 1913) owned the Ilwaco Navigation Company and the Shoalwater Bay Transportation Company. In 1888 he built a narrow-gauge railroad from Ilwaco to Nahcotta. Eventually it became part of the Oregon Railroad and Navigation Company, and then a branch of the Union Pacific Railroad. The railroad took its final run on September 10, 1930.

The age of the auto arrived, and the Olympic Loop Highway (U.S. 101) that passes through Raymond and traces the shore of Willapa Bay, was completed in August 1931. The road made the beaches and products of Pacific County more accessible to the rest of the state. Thirty years later, in 1966, the completion of the Astoria-Megler Bridge spanning the Columbia River and connecting Oregon to Washington had a large impact on Pacific County.

Cities and Towns

The four incorporated cities of Pacific County are Raymond, South Bend, Long Beach, and Ilwaco. Tokeland is a quiet seaside village, the center of the Shoalwater Indian Reservation. Bay Center, located on the Goose Point Peninsula of Willapa Bay, is a center of fish farming. Its canneries prepare Dungeness crab, salmon, Pacific oysters, and Manila clams.

Raymond, located on the Willapa River, was started in 1904 and quickly became a center of logging, an industrial mill town. A land company offering free waterfront tracts attracted some 20 manufacturing plants over the next few years. Its business section was originally built on stilts above the tidelands and sloughs of the site. Sawmills proliferated and German, Polish, Greek, and Finnish immigrants arrived to work in them. By 1905, 400 citizens lived in Raymond. The town, named after leading citizen and first postmaster Leslie V. Raymond, incorporated in 1907 and by 1920 had a population of 4,000. During World War I Raymond became a center of shipbuilding.

A notable Raymond firm is the Dennis Company, which started out as a shingle mill and in 1905, as prices dropped due to competition, merged with another mill, becoming the Raymond Shingle Manufacturing Company. This enterprise was blown to bits in a mill explosion later that year and the family turned to hauling firewood gathered from mill leftovers gathered from several companies. The transportation and sales business expanded into hauling coal, then blacksmithing, then moving pianos and furniture. The firm acquired a warehouse and began selling and delivering block ice. By 1925 it was selling and delivering ice, coal, wood, brick, lime, and cement. The Dennis family purchased forestlands and opened an alder mill to build (and deliver) furniture.

Possessing a transportation infrastructure, it was natural, when Prohibition was repealed in 1933, to go into delivery of beer and soda pop, which led to bottling and producing Dennis Quality Beverages such as Red Rock Cola. Eventually all this diverse activity led to opening a retail store in Raymond during the 1940s. Other activities included manufacturing cement, building houses, selling hardware and plumbing supplies, and operating a long-distance trucking business. The firm opened a feed store and a Honda shop, and went into the clothing business, starting with sweatshirts. Today it operates the original store and corporate offices in Raymond, as well as satellite stores in Aberdeen, Elma, Long Beach, and Montesano, plus a concrete plant in Ilwaco. The Dennis Company employs 100 people.

In 2006 Raymond is home to nearly 3,000 people. Manufacturing still provides about 14 percent of the employment. Health, education, and social services provide another 17 percent, as does arts, entertainment, recreation, accommodations, and food services.

South Bend, down the Willapa River from Raymond, was founded in 1869. It was a lumber and sawmill town. In 1889, men associated with the Northern Pacific Railroad bought land there and within five years the town boomed from 150 souls to 3,500. The town went from boom to bust and back to boom several times, with fishing, oystering, canning, and the lumber business providing its economic base. In 1892 it became county seat and in 1910 erected the grand county courthouse, which was placed on the National Register of Historic Places in 1977.

Today South Bend is a community of docks, fishing boats, crab-processing plants, and other enterprises and is home to the county historical museum. As county seat, South Bend houses numerous Pacific County government functions.

Tourists began arriving at the long beach that gives Long Beach its name in the late nineteenth century, attracted to what historian Lucile McDonald calls “Washington’s Cape Cod.” Long Beach, located on the southern part of the peninsula, triples in population each July and August. Tourists are mainly sport fishermen and fisherwomen and beach aficionados who surf, swim, eat oysters, shop, and fly kites (Long Beach is home of the annual Washington State International Kite Festival held the third week in August). In the 1990s Long Beach built a 2,300-foot-long dunes boardwalk, a network of wetland trails, and an interpretive center.

Long Beach was the approximate location of Anthony Chabot's pioneering cranberry operation. WSU's cranberry and blueberry experiment station was established here in 1923.

Long Beach has a population of about 2,300 residents. Hotels, motels, and bed-and-breakfast establishments, as well as gift shops, galleries, and restaurants serving visitors form an important part of the economy.

Ilwaco, located at the southern end of the Long Beach peninsula, is a traditional fishing port. The town was also a center of logging and cranberry growing. The first non-Indian arrivals appeared in the 1840s, and included the American John Pickernell, who came from Champeog, Oregon, after French Canadian and American settlers there had disagreed over political organization. Another early arrival was James DeSaule, the black Peruvian cook on board the Wilkes Expedition's Peacock. DeSaule jumped ship when the vessel went down and eventually moved to Ilwaco and ran a freight service between Astoria (across the Columbia) and Cathlamet.

Ilwaco was originally named Unity in celebration of the end of the Civil War, but was always called Ilwaco, after Elowahko Jim, a son-in-law of the Chinook Chief Comcomly. A plat for the town was filed in 1876 under the name Ilwaco.

A Great Lakes method of trapping salmon led to a population boom to 300 after 1882. This involved traps made of tarred rope webs installed on permanent pilings and gave rise to conflict with gillnet fishers who found their fishing grounds preempted. The latter set nets afire, terrorized night watchmen, and in other ways tried to regain their fishing rights. The "gillnet wars" lasted from 1882 until 1910.

Ilwaco incorporated in 1890, and became a city nearly a century later, on July 13, 1987. It has a history museum, an 800-slip marina, a library, bookstore, coffeehouses and restaurants, an antiques store, and other businesses. The population of about 1,000 swells to 3,000 during the summer months when people come for swimming, boating, fishing, and other recreation.

The State of Washington
Washington State Department of Archaeology and Historic Preservation

Oyster sloop, Shoalwater Bay, 1890

Courtesy UW Special Collections (Freshwater and Marine Image Bank)

Pacific County, Washington

Fort Canby Lighthouse, Cape Disappointment, 1900s

Bay Center, Willapa Bay, n.d.

Photo by Charles Haskins Townsend, Courtesy UW Special Collections (Freshwater and Marine Image Bank)

Railroad depot, Raymond, 1910s

Industrial section, Raymond, 1920s

Pacific County Courthouse, South Bend, 1940s

School, Oysterville, 1900s

Willapa Bay Lighthouse, ca. 1890

Photo by Henry Bamber, Courtesy National Archives (Image No. 26-LG-62-2)

Oyster harvesting near South Bend, 1930s

Centennial celebration, Oysterville, 1954

Long Beach, 1930s

Bargeload of oyster shells, Nahcotta, 1960s

Long Beach, 1960s

Cranberry Bog, Ilwaco, August 2, 2008

Oysterville Church (originally Baptist Church, 1892), Oysterville, August 2, 2008

HistoryLink.org photo by Paula Becker

Grave of siblings Medora Espy and Albert Espy, Oysterville Cemetery, August 2, 2008

HistoryLink.org photo by Paula Becker

Site of first Pacific County Courthouse, Oysterville, August 2, 2008

HistoryLink.org photo by Paula Becker

Oldest post office in Washington run continuously under the same name (1858, current building 1919), Oysterville, August 2, 2008


Voir la vidéo: War Documentary - WW2 - Guerre du Pacifique Pacific War - Full FR