Tout ce que vous vouliez savoir sur le Delaware, l'histoire, les gens de l'économie et plus - Histoire

Tout ce que vous vouliez savoir sur le Delaware, l'histoire, les gens de l'économie et plus - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Informations de base

Abréviation postale: DE
Indigènes : Delawaren

Population. 2010: 967,171
Âge légal pour conduire: 18
(16 avec éd. du conducteur)
Âge de la majorité: 18
Âge moyen: 36

Chanson d'état : "Notre Delaware"
Paroles : Georges : B. Hynson
Musique: Est-ce que M.S. brun

Revenu médian des ménages :$63,068

Capitale..... Douvres
Entré dans l'Union..... 7 décembre 1787 (1er)

Constitution actuelle adoptée : 1897

Surnom: Premier état
État du diamant
Petite merveille

Devise:
"Liberté et Indépendance"

Origine du nom :
Nommé d'après Sir Thomas West, Lord De La Warr, premier gouverneur colonial de Virginie.

USS Delaware

Gares ferroviaires
Colonie du Delaware

Économie du Delaware

AGRICULTURE: poulets, maïs,
oeufs, fruits, soja, légumes.

EXPLOITATION MINIÈRE: composés de magnésium,
sable et gravier.

FABRICATION: produits chimiques,
électronique, instruments, papier
produits, plastiques.


Géographie du Delaware

Superficie totale: 2 489 milles carrés
Aire d'atterrissage: 1 955 milles carrés
Espace aquatique : 535 milles carrés
Centre géographique: Comté de Kent
11 km. S de Douvres
Le point le plus haut: Route d'Ebright
Comté de New Castle (442 pieds)
Point le plus bas : Océan Atlantique
(niveau de la mer)
Température la plus élevée enregistrée.: 110˚ F (21/07/1930)
Température la plus basse enregistrée.: -17˚ F (1/17/1893)

À l'exception du coin nord-ouest de l'État (qui est vallonné), le Delaware est extrêmement plat avec des terres fertiles très propices à l'agriculture. La côte atlantique de l'État a des plages couvertes de dunes.

Villes

Wilmington, 70 851 ;
Douvres, 36 047 ;
Newark, 31 454 ;
Middletown, 18 871
Smyrne, 10 023
Milford, 9,559
Seaford, 6 928
Georgetown, 6 422
Elsmere, 6 131
Nouveau château, 5 285

Histoire du Delaware

1638 Peter Minuit a établi la première colonie blanche permanente dans le Delaware
appelé Nouvelle Suède.
1655 Peter Stuyvesant capture la Nouvelle Suède en la réclamant pour la Hollande.
1735 Les quakers s'installent dans le Delaware.
1777 La bataille de Brandywine est combattue et perdue par le général Washington
troupes.
1787 Le Delaware est devenu le premier État à ratifier la Constitution.
1800 Les Dupont migrent de France vers le Delaware et établissent une poudre à canon
plante.
1861-65 Pendant la guerre civile, le Delaware ne se sépare pas de l'Union.
1951 Ouverture du pont commémoratif du Delaware.

2000- Ruth Ann Miner devient la première femme gouverneur de l'État

Des personnes célèbres


John Dickinson

E.I. du Pont

Thomas Garret

Henri Heimlich

Sites nationaux du Delaware

1) Fort Christine
Fort Christina (plus tard rebaptisé Fort Altena ; Suédois : Fort Kristina) fut la première colonie suédoise en Amérique du Nord et la principale colonie de la colonie de la Nouvelle Suède. Construit en 1638 et nommé d'après la reine Christine de Suède, il était situé à environ 1,6 km à l'est du centre-ville actuel de Wilmington, Delaware, au confluent du ruisseau Brandywine et de la rivière Christina, à environ 3 km en amont de l'embouchure de la Christina sur la rivière Delaware.

2) Église de la Sainte-Trinité
L'église a été construite en 1698-1699 dans la colonie suédoise de la Nouvelle-Suède à partir de granit bleu local et de briques suédoises qui avaient été utilisées comme ballast de navire. L'église était située sur le site du cimetière de Fort Christina, qui date de 1638. On prétend qu'il s'agit de « la plus ancienne église du pays encore debout telle qu'elle a été construite à l'origine ». Il y aurait plus de 15 000 sépultures dans le cimetière. Les services de l'Église luthérienne ont eu lieu en suédois jusqu'au XVIIIe siècle.[4]

3) Quartier historique de New Castle
New Castle a été installé à l'origine par la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales en 1651, sous la direction de Peter Stuyvesant, sur le site d'un ancien village aborigène, "Tomakonck" ("Place du castor"), pour affirmer leur revendication sur la région basée sur entente préalable avec les habitants autochtones de la région. Les Néerlandais ont initialement nommé la colonie Fort Casimir, mais cela a été changé en Fort Trinity (en suédois : Trefaldighet) à la suite de sa saisie par la colonie de la Nouvelle-Suède le dimanche de la Trinité, 1654


Tout ce que vous vouliez savoir sur les bébés « 3 parents »

Qui sont les trois « parents » du garçon ?
La mère et le père du garçon sont un couple jordanien qui a déjà perdu deux enfants à cause d'une maladie génétique appelée syndrome de Leigh. La mère porte les gènes de cette maladie dans son ADN mitochondrial, qui se trouve dans les mitochondries génératrices d'énergie de la cellule. Alors que nous héritons de la majeure partie de notre ADN de nos deux parents, l'ADN mitochondrial n'est transmis que par nos mères. Pour éviter de transmettre l'ADN mitochondrial pathogène, John Zhang et ses collègues du New Hope Fertility Center de New York ont ​​utilisé les mitochondries d'un ovule appartenant à une autre femme – une donneuse anonyme.

Quelle quantité d'ADN provient de chaque personne ?
Presque tout l'ADN du garçon proviendra de sa mère et de son père. C'est parce que la plupart de nos gènes - environ 20 000 au total - se trouvent dans le noyau de la cellule, seulement 37 se trouvent dans les mitochondries. Dans la nouvelle procédure, l'équipe de Zhang a retiré le noyau de l'un des ovules de la mère et l'a inséré dans un ovule de donneuse, dont le propre noyau a été retiré. Cet ovule a ensuite été fécondé avec le sperme du père. L'embryon résultant avait donc de l'ADN nucléaire de ses parents et de l'ADN mitochondrial du donneur.

A quoi servent ces 37 gènes mitochondriaux ?
Ceux-ci codent principalement pour les enzymes qui maintiennent le fonctionnement des mitochondries. Bien qu'un dysfonctionnement puisse déclencher une maladie dévastatrice, il est peu probable que les gènes codent pour les traits les plus évidents que les gens héritent de leurs parents.

Publicité

Mais parce qu'elles alimentent les cellules, les mitochondries pourraient indirectement affecter d'autres choses en modifiant le fonctionnement des cellules. Quelques études ont suggéré que l'ADN mitochondrial pourrait influencer les capacités athlétiques d'une personne, sa durée de vie et même son QI. Les mécanismes exacts ne sont pas clairs.

Les bébés « trois parents » ne sont-ils pas nés auparavant ?
Oui, mais en utilisant une technique différente. Dans les années 1990, Jacques Cohen et ses collègues de l'Institute for Reproductive Medicine and Science de Saint Barnabas dans le New Jersey ont été les premiers à injecter du liquide provenant d'œufs sains – y compris leurs mitochondries – dans des œufs de femmes ayant subi plusieurs cycles d'échec. FIV. L'espoir était que les mitochondries données stimuleraient les œufs en déclin.

L'équipe a essayé sa technique 30 fois sur 27 personnes, et 17 bébés sont nés. Mais deux fœtus ont développé une maladie génétique, dans laquelle ils n'avaient pas de chromosome X. L'une de ces grossesses s'est soldée par une fausse couche, l'autre a été avortée. Cela a entraîné des problèmes de sécurité. En 2001, la Food and Drug Administration des États-Unis a écrit aux cliniques de fertilité aux États-Unis, leur demandant de cesser d'utiliser la méthode et de demander à la place l'approbation de la FDA elle-même dans tous les cas. La méthode, appelée transfert ooplasmique, est tombée en disgrâce à ce stade.

La nouvelle méthode est-elle sûre ?
En ce qui concerne la sécurité, il est trop tôt pour le savoir. Le petit garçon est le premier à naître avec la nouvelle méthode, nous avons donc trop peu de naissances pour tirer des conclusions. Pour l'instant, cependant, il semble que le garçon - maintenant âgé de 5 mois - soit en bonne santé.

Les principales préoccupations sont que certaines mitochondries défectueuses pourraient avoir glissé à travers le filet. Il est pratiquement impossible de laisser derrière soi toutes les mitochondries de l'œuf de la mère lors du retrait du noyau, même avec la main la plus stable. Et le niveau de mitochondries mutées qui peuvent provoquer des symptômes varie selon la maladie. Une préoccupation est que les «mauvaises mitochondries», même en petites quantités, pourraient être plus efficaces pour se répliquer que les «bonnes» mitochondries, ce qui finira par faire pencher la balance et provoquer des maladies plus tard.

Une deuxième préoccupation est que le fait d'avoir des mitochondries provenant de deux sources pourrait perturber la relation normale entre le noyau et les mitochondries, bien qu'il ne soit pas clair si c'est le cas. C'est un bon signe que le garçon est en bonne santé, mais il devra être surveillé de près au cours des prochaines années.

La procédure est-elle légale ?
Cela dépend de l'endroit où vous voulez le faire. Une technique similaire a été approuvée au Royaume-Uni l'année dernière, bien que, à notre connaissance, personne dans le pays ne l'ait encore essayée. Les embryologues qui souhaitent effectuer la procédure au Royaume-Uni doivent d'abord demander une licence, puis doivent suivre un cadre juridique et éthique. Ils doivent également suivre de près le développement de tout bébé qui naît.

Aux États-Unis, c'est à la FDA d'approuver la procédure avant qu'elle ne puisse être exécutée légalement. L'Institut de médecine du pays a recommandé de le faire en février, au moins pour les fils, qui ne pourront pas transmettre l'ADN mitochondrial qu'ils reçoivent du donneur. La FDA n'a pas encore pris de décision. Zhang dit qu'il a essayé de demander l'approbation de la FDA, mais que l'organisation lui a dit qu'il n'y avait aucun département mis en place qui pourrait examiner sa demande. Il a donc effectué le traitement au Mexique, où, comme il le dit “il n'y a pas de règles”. Il espère continuer son travail au Mexique, en Chine et au Royaume-Uni.

Pourquoi est-ce si controversé ?
Certaines personnes n'aiment pas l'idée qu'un bébé ait trois parents biologiques et soutiennent que l'ADN mitochondrial contribue dans une certaine mesure à façonner des caractéristiques importantes, telles que la personnalité. Mais le consensus scientifique est que l'échange de mitochondries est similaire au changement d'une batterie - il est peu probable qu'il ait beaucoup, le cas échéant, d'influence sur le comportement d'une personne.

D'autres ont fait valoir que la technique est inutile. Après tout, cela n'aidera pas ceux qui sont déjà nés avec des maladies mitochondriales. Souvent, les parents ne découvrent pas qu'ils sont porteurs de ces maladies jusqu'à ce qu'ils donnent naissance à des enfants malades. Et ceux qui savent qu'ils pourraient transmettre une maladie ont d'autres options, comme l'utilisation d'un ovule de donneuse. La technique est spécifiquement destinée aux personnes porteuses des gènes de la maladie, mais qui souhaitent avoir un enfant génétiquement apparenté à elles.

Une autre préoccupation est qu'en créant un nouveau mélange de matériel génétique, les embryologistes créent des changements génétiques durables qui seront transmis de génération en génération, avant que nous ayons une chance de savoir s'ils sont dangereux. Certains prétendent que cela nous engage sur une pente glissante de modification de la lignée germinale – une pente qui pourrait éventuellement conduire à des « bébés sur mesure ».

Pourrait-il avoir d'autres utilisations ?
Potentiellement. Certains embryologistes pensent que des mitochondries inefficaces pourraient être la cause de l'infertilité liée à l'âge et que les ovules de femmes plus âgées ne parviennent pas à former des embryons viables car ils manquent essentiellement d'énergie. C'est l'idée derrière Augment - un traitement qui utilise les mitochondries des propres cellules souches ovariennes d'une femme pour rajeunir ses ovules. L'équipe derrière ce projet a annoncé sa première naissance l'année dernière. Cependant, beaucoup sur le terrain restent sceptiques – doutant que les cellules souches ovariennes existent réellement.

Si les cellules souches ovariennes n'existent pas, mais que la théorie derrière l'idée de rajeunissement s'accumule, alors les mitochondries prélevées sur les ovules de jeunes femmes pourraient être utilisées comme alternative.


Contrairement à d'autres chercheurs de personnes, CheckPeople essaie de garder les choses aussi simples que possible pour nos utilisateurs. Lorsque vous êtes prêt à effectuer une recherche avec CheckPeople, il vous suffit de connaître le prénom et le nom de la personne. C'est ça! Cependant, si la personne a un nom très courant (c'est-à-dire John Smith), il sera avantageux d'avoir quelques autres éléments d'information en main. Vous pouvez affiner vos résultats de recherche si vous connaissez la ville et l'état dans lesquels la personne vit actuellement, ou une ville et l'état dans lesquels elle a déjà vécu.

Vous pouvez également effectuer une recherche inversée de numéro de téléphone en entrant simplement le numéro de téléphone portable ou fixe de la personne. Recherchez n'importe quel numéro de téléphone pour savoir à qui il appartient et obtenez même plus de détails sur cette personne. Surprenez un mystérieux appelant récurrent en flagrant délit ou découvrez à qui votre partenaire continue d'envoyer des SMS. Vous pouvez même trouver leur empreinte cybernétique, y compris des blogs, des images, des comptes de médias sociaux et plus encore.


Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les climats passés de la Terre

Dans Printemps silencieux, Rachel Carson considère l'armoise occidentale. « Car ici, le paysage naturel est éloquent du jeu des forces qui l'ont créé », écrit-elle. « Il se déploie devant nous comme les pages d'un livre ouvert dans lequel nous pouvons lire pourquoi la terre est ce qu'elle est et pourquoi nous devons préserver son intégrité. Mais les pages ne sont pas lues. Elle déplore la disparition d'un paysage menacé, mais elle peut tout aussi bien parler de marqueurs du paléoclimat.

Pour savoir où vous allez, vous devez savoir où vous avez été. Cela est particulièrement vrai pour les climatologues, qui doivent comprendre l'ensemble des changements de la planète afin de tracer le cours de notre avenir. Mais sans machine à remonter le temps, comment obtiennent-ils ce genre de données ?

Comme Carson, ils doivent lire les pages de la Terre. Heureusement, la Terre a tenu des journaux. Tout ce qui dépose des couches annuelles de coraux océaniques, des stalagmites de grottes, des arbres à longue durée de vie, de minuscules créatures marines à carapace enregistre fidèlement les conditions du passé. Pour aller plus loin, les scientifiques draguent des carottes de sédiments et des carottes de glace du fond de l'océan et des pôles glacés, qui écrivent leurs propres mémoires dans des rafales de cendres et de poussière et de bulles de gaz longtemps piégés.

Dans un sens, donc, nous avons des machines à remonter le temps : chacun de ces proxy raconte une histoire légèrement différente, que les scientifiques peuvent tisser ensemble pour former une compréhension plus complète du passé de la Terre.

En mars, le Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution a organisé un symposium de trois jours sur l'histoire de la température de la Terre qui a réuni des enseignants, des journalistes, des chercheurs et le public pour améliorer leur compréhension du paléoclimat. Lors d'une conférence en soirée, Gavin Schmidt, modélisateur climatique et directeur du Goddard Institute for Space Studies de la NASA, et Richard Alley, géologue de renommée mondiale à la Pennsylvania State University, ont expliqué comment les scientifiques utilisent les climats passés de la Terre pour améliorer les modèles climatiques. nous utilisons pour prédire notre avenir.

Voici votre guide du passé climatique de la Terre, pas seulement ce que nous savons, mais comment nous le savons.

Comment regardons-nous le climat passé de la Terre ?

Il faut un peu de créativité pour reconstruire les incarnations passées de la Terre. Heureusement, les scientifiques connaissent les principaux facteurs naturels qui façonnent le climat. Ils comprennent les éruptions volcaniques dont les cendres bloquent le soleil, les changements dans l'orbite de la Terre qui déplacent la lumière du soleil vers différentes latitudes, la circulation des océans et de la glace de mer, la disposition des continents, la taille du trou d'ozone, les explosions de rayons cosmiques et la déforestation . Parmi ceux-ci, les plus importants sont les gaz à effet de serre qui piègent la chaleur du soleil, en particulier le dioxyde de carbone et le méthane.

Comme Carson l'a noté, la Terre enregistre ces changements dans ses paysages : dans les couches géologiques, les arbres fossiles, les coquillages fossiles, même l'urine de rat cristallisée, essentiellement tout ce qui est vraiment ancien qui est préservé. Les scientifiques peuvent ouvrir ces pages de journal et leur demander ce qui se passait à ce moment-là. Les cernes des arbres sont des archivistes particulièrement diligents, l'enregistrement des précipitations dans leurs carottes de glace des anneaux annuels peut conserver des comptes rendus extrêmement détaillés des conditions saisonnières remontant à près d'un million d'années.

Les carottes de glace révèlent des couches annuelles de chutes de neige, de cendres volcaniques et même des vestiges de civilisations mortes depuis longtemps. (Goddard de la NASA / Ludovic Brucker)

Qu'est-ce qu'une carotte de glace peut nous dire d'autre ?

« Wow, il y en a tellement », dit Alley, qui a passé cinq saisons sur le terrain à creuser la glace de la calotte glaciaire du Groenland. Considérez ce qu'est réellement une carotte de glace : une coupe transversale de couches de neige remontant à des millénaires.

Lorsque la neige recouvre le sol, elle contient de petits espaces d'air remplis de gaz atmosphériques. Aux pôles, les couches plus anciennes sont enfouies et comprimées dans la glace, transformant ces espaces en bulles d'air passé, comme l'écrivent les chercheurs Caitlin Keating-Bitonti et Lucy Chang. Smithsonian.com. Les scientifiques utilisent la composition chimique de la glace elle-même (le rapport des isotopes lourds et légers de l'oxygène dans H2O) pour estimer la température. Au Groenland et en Antarctique, des scientifiques comme Alley extraient des carottes de glace d'une longueur inconcevable, de plus de trois kilomètres !

Les carottes de glace nous indiquent la quantité de neige tombée au cours d'une année donnée. Mais ils révèlent aussi de la poussière, du sel marin, des cendres d'explosions volcaniques lointaines, voire la pollution laissée par la plomberie romaine. « S'il est dans les airs, il est dans la glace », dit Alley. Dans le meilleur des cas, nous pouvons dater les carottes de glace de leur saison et de leur année exactes, en comptant leurs couches annuelles comme les cernes des arbres. Et les carottes de glace préservent ces détails exquis qui remontent à des centaines de milliers d'années, ce qui en fait ce qu'Alley appelle "l'étalon-or" des proxys paléoclimatiques.

Attendez, mais l'histoire de la Terre n'est-elle pas beaucoup plus longue que cela ?

Oui, c'est vrai. Les scientifiques paléoclimatiques doivent remonter des millions d'années en arrière et pour cela, nous avons besoin de choses encore plus anciennes que des carottes de glace. Heureusement, la vie a une longue histoire. Les archives fossiles de la vie complexe remontent à environ 600 millions d'années. Cela signifie que nous avons des indicateurs précis des changements climatiques qui remontent à peu près aussi loin. L'un des plus importants sont les dents des conodontes, des créatures éteintes ressemblant à des anguilles, qui remontent à 520 millions d'années.

Mais certains des indicateurs climatiques les plus courants à cette échelle de temps sont encore plus minuscules. Les foraminifères (connus sous le nom de “forams”) et les diatomées sont des êtres unicellulaires qui ont tendance à vivre sur le fond marin et ne sont souvent pas plus grands que le point à la fin de cette phrase. Parce qu'ils sont dispersés sur toute la Terre et existent depuis le Jurassique, ils ont laissé un solide enregistrement fossile aux scientifiques pour sonder les températures passées. En utilisant des isotopes d'oxygène dans leurs coquilles, nous pouvons reconstituer les températures des océans il y a plus de 100 millions d'années.

"Dans chaque promontoire, dans chaque plage sinueuse, dans chaque grain de sable, il y a une histoire de la terre", a écrit Carson. Il s'avère que ces histoires se cachent également dans les eaux qui ont créé ces plages et dans des créatures plus petites qu'un grain de sable.

Foraminifères. (Ernst Haeckel)

Quelle certitude avons-nous pour le passé profond ?

Pour les paléoclimatologues, la vie est cruciale : si vous disposez d'indicateurs de la vie sur Terre, vous pouvez interpréter la température en fonction de la répartition des organismes.

Mais lorsque nous sommes remontés si loin qu'il n'y a même plus de dents de conodontes, nous avons perdu notre indicateur principal. Au-delà de cela, nous devons nous fier à la distribution des sédiments et aux marqueurs des glaciers passés, que nous pouvons extrapoler pour indiquer approximativement les modèles climatiques. Ainsi, plus nous remontons en arrière, moins nous avons de mandataires et moins notre compréhension devient granulaire. « Cela devient de plus en plus brumeux, de plus en plus brumeux », déclare Brian Huber, un paléobiologiste du Smithsonian qui a aidé à organiser le symposium avec son collègue chercheur paléobiologiste et conservateur Scott Wing.

Comment le paléoclimat nous montre-t-il l'importance des gaz à effet de serre ?

Les gaz à effet de serre, comme leur nom l'indique, agissent en piégeant la chaleur. Essentiellement, ils finissent par former une couverture isolante pour la Terre. (Vous pouvez en savoir plus sur la chimie de base ici.) Si vous regardez un graphique des périodes glaciaires passées, vous pouvez voir que les niveaux de CO2 et les périodes glaciaires (ou la température mondiale) s'alignent. Plus de CO2 équivaut à des températures plus chaudes et moins de glace, et vice versa. « Et nous connaissons le sens de la causalité ici », note Alley. “C'est principalement du CO2 à (moins) de glace. Pas l'inverse.”

Nous pouvons également revenir sur des instantanés spécifiques dans le temps pour voir comment la Terre réagit aux pics de CO2 passés. Par exemple, au cours d'une période de réchauffement extrême au cours de l'ère cénozoïque de la Terre, il y a environ 55,9 millions d'années, suffisamment de carbone a été libéré pour doubler environ la quantité de CO2 dans l'atmosphère. Les conditions chaudes qui en ont résulté ont fait des ravages, provoquant des migrations massives et des extinctions à peu près tout ce qui vivait a déménagé ou s'est éteint. Les plantes ont fané. Des océans acidifiés et réchauffés à la température des baignoires.

Malheureusement, cela pourrait être un signe avant-coureur de l'endroit où nous allons. « C'est ce qui fait peur aux modélisateurs climatiques », déclare Huber. "Au rythme où nous allons, nous sommes en quelque sorte en train de remonter le temps jusqu'à ces périodes de chaleur extrême. C'est pourquoi comprendre le rôle du dioxyde de carbone dans les changements climatiques passés nous aide à prévoir les changements climatiques futurs.

Cela semble assez mauvais.

Je suis vraiment impressionné par la quantité de données paléoclimatiques dont nous disposons. Mais comment fonctionne un modèle climatique ?

Excellente question ! En science, vous ne pouvez pas créer un modèle si vous ne comprenez pas les principes de base qui sous-tendent le système. Donc, le simple fait que nous soyons capables de faire de bons modèles signifie que nous comprenons comment tout cela fonctionne. Un modèle est essentiellement une version simplifiée de la réalité, basée sur ce que nous savons des lois de la physique et de la chimie. Les ingénieurs utilisent des modèles mathématiques pour construire des structures sur lesquelles des millions de personnes comptent, des avions aux ponts.

Nos modèles sont basés sur un cadre de données, dont une grande partie provient des proxys paléoclimatiques que les scientifiques ont collectés aux quatre coins du monde. C'est pourquoi il est si important que les données et les modèles soient en conversation les uns avec les autres. Les scientifiques testent leurs prédictions sur des données d'un passé lointain et tentent de corriger les divergences qui surviennent. "Nous pouvons remonter le temps et évaluer et valider les résultats de ces modèles pour faire de meilleures prédictions sur ce qui va se passer à l'avenir", déclare Schmidt.

C'est joli. J'ai entendu dire que les modèles ne sont pas très précis, cependant.

De par leur nature même, les modèles sont toujours faux. Considérez-les comme une approximation, notre meilleure estimation.

Mais demandez-vous : ces suppositions nous donnent-elles plus d'informations que nous n'en avions auparavant ? Fournit-il des prédictions utiles que nous n'aurions pas autrement ? Nous permettent-ils de poser de nouvelles et meilleures questions ? « Au fur et à mesure que nous rassemblons tous ces éléments, nous obtenons quelque chose qui ressemble beaucoup à la planète », explique Schmidt. "Nous savons que c'est incomplet. Nous savons qu'il y a des choses que nous n'avons pas incluses, nous savons que nous avons mis des choses qui sont un peu fausses. Mais les modèles de base que nous voyons dans ces modèles sont reconnaissables comme les modèles que nous voyons tout le temps dans les satellites.

Alors faut-il leur faire confiance pour prédire l'avenir ?

Les modèles reproduisent fidèlement les modèles que nous voyons dans le passé, le présent et, dans certains cas, le futur de la Terre. Nous sommes maintenant au point où nous pouvons comparer les premiers modèles climatiques - ceux de la fin des années 1980 et des années 1990 sur lesquels l'équipe de Schmidt à la NASA a travaillé - à la réalité. « Quand j'étais étudiant, les premiers modèles nous disaient comment il se réchaufferait », explique Alley. “Cela arrive. Les modèles sont à la fois prédictifs et explicatifs : ils fonctionnent. Selon votre position, cela peut vous faire dire « Oh ! Nous avions raison !” ou “Oh non ! Nous avions raison.”

Pour vérifier l'exactitude des modèles, les chercheurs retournent directement aux données paléoclimatiques qu'Alley et d'autres ont collectées. Ils exécutent des modèles dans un passé lointain et les comparent aux données dont ils disposent réellement.

« Si nous pouvons reproduire d'anciens climats du passé où nous savons ce qui s'est passé, cela nous indique que ces modèles sont un très bon outil pour savoir ce qui va se passer à l'avenir », déclare Linda Ivany, une scientifique paléoclimatique. à l'Université de Syracuse. Les proxys de recherche d'Ivany sont d'anciennes palourdes, dont les coquilles enregistrent non seulement les conditions annuelles, mais aussi des hivers et des étés individuels remontant à 300 millions d'années, ce qui en fait un moyen précieux de vérifier les modèles. « Plus les modèles réussiront à récupérer le passé », dit-elle, « plus ils seront efficaces pour prédire l'avenir. »

Le paléoclimat nous montre que le climat de la Terre a radicalement changé. Cela ne signifie-t-il pas que, dans un sens relatif, les changements d'aujourd'hui ne sont pas un gros problème ?

Lorsque Richard Alley tente d'expliquer la gravité du changement climatique d'origine humaine, il invoque souvent un phénomène annuel particulier : les incendies de forêt qui flambent chaque année dans les collines de Los Angeles. Ces feux sont prévisibles, cycliques, naturels. Mais il serait fou de dire que, puisque les incendies sont la norme, il n'y a rien de mal à laisser les incendiaires aussi allumer des incendies. De même, le fait que le climat ait changé au cours de millions d'années ne signifie pas que les gaz à effet de serre d'origine humaine ne constituent pas une menace mondiale sérieuse.

"Notre civilisation repose sur un climat et un niveau de la mer stables", explique Wing, "et tout ce que nous savons du passé dit que lorsque vous mettez beaucoup de carbone dans l'atmosphère, le climat et le niveau de la mer changent radicalement."

Depuis la révolution industrielle, les activités humaines ont contribué à réchauffer le globe de 2 degrés F, un quart de ce que Schmidt considère comme une « unité d'âge glaciaire » le changement de température que la Terre subit entre un âge glaciaire et un autre âge glaciaire . Les modèles d'aujourd'hui prévoient un réchauffement supplémentaire de 2 à 6 degrés Celsius d'ici 2100, au moins 20 fois plus rapide que les épisodes de réchauffement passés au cours des 2 derniers millions d'années.

Bien sûr, il y a des incertitudes : « Nous pourrions avoir un débat pour savoir si nous sommes un peu trop optimistes ou non », déclare Alley. "Mais pas beaucoup de débats pour savoir si nous sommes trop effrayants ou non." Considérant à quel point nous avions raison avant, nous devrions ignorer l'histoire à nos risques et périls.

À propos de Rachel E. Gross

Rachel est la rédactrice scientifique, couvrant les histoires derrière les nouvelles découvertes et les débats qui façonnent notre compréhension du monde. Avant de venir au Smithsonian, elle a couvert la science pour Slate, Wired et The New York Times.


Les colonies du milieu

Les colonies du milieu de New York, New Jersey, Pennsylvanie et Delaware offraient des terres agricoles fertiles et des ports naturels. Les agriculteurs cultivaient des céréales et élevaient du bétail. Les colonies du milieu pratiquaient également le commerce comme la Nouvelle-Angleterre, mais en général, elles échangeaient des matières premières contre des articles manufacturés.

Un événement important qui s'est produit dans les colonies du milieu pendant la période coloniale a été le procès Zenger en 1735. John Peter Zenger a été arrêté pour avoir écrit contre le gouverneur royal de New York. Zenger a été défendu par Andrew Hamilton et déclaré non coupable en aidant à établir l'idée de la liberté de la presse.

New York

Les Hollandais possédaient une colonie appelée New Netherland. En 1664, Charles II accorde la Nouvelle-Pays-Bas à son frère James, duc d'York. Il n'avait qu'à le prendre aux Hollandais. Il est arrivé avec une flotte. Les Hollandais se sont rendus sans combattre.

New Jersey

Le duc d'York accorda des terres à Sir George Carteret et Lord John Berkeley, qui nommèrent leur colonie New Jersey. Ils ont accordé des concessions libérales de terres et la liberté de religion. Les deux parties de la colonie ne furent réunies en colonie royale qu'en 1702.

Pennsylvanie

Les Quakers étaient persécutés par les Anglais et souhaitaient avoir une colonie en Amérique.

William Penn reçut une subvention que le roi appela Pennsylvanie. Penn souhaitait commencer une « sainte expérience ». La première colonie était Philadelphie. Cette colonie est rapidement devenue l'une des plus importantes du Nouveau Monde.

La déclaration d'indépendance a été écrite et signée en Pennsylvanie. Le Congrès continental s'est réuni à Philadelphie jusqu'à ce qu'il soit capturé par le général britannique William Howe en 1777 et contraint de déménager à York.

Delaware

Lorsque le duc d'York obtint la Nouvelle-Pays-Bas, il reçut également la Nouvelle-Suède qui avait été fondée par Peter Minuit. Il a rebaptisé cette zone, Delaware. Cette région est devenue une partie de la Pennsylvanie jusqu'en 1703, date à laquelle elle a créé sa propre législature.


Tout ce que vous vouliez savoir sur le Delaware, l'histoire, les gens de l'économie et plus - Histoire

DELJIS reste cependant pleinement opérationnel, la plupart sinon tout le personnel de DELJIS travaille à distance.

Nous n'acceptons aucun visiteur public pour le moment.

Nous demandons aux agents de police et/ou au personnel de la justice pénale d'utiliser, dans la mesure du possible, la ressource du service d'assistance DELJIS afin que nous puissions consigner adéquatement tout problème.

La formation est dispensée virtuellement dans la mesure du possible. Si vous prévoyez de suivre une formation et que vous avez des questions, veuillez envoyer un e-mail au groupe de formation à l'adresse indiquée dans le portail Web DELJIS.

Paiement électronique des contraventions disponibles dès maintenant !
- Cliquez ici

Le Delaware lance un programme de notification des victimes à l'échelle de l'État
- Informations VIGNE

Message du directeur général (Earl McCloskey)

Je suis heureux de vous accueillir sur la page d'accueil de DELJIS. J'espère que chaque fois que vous visiterez ce site, vous en apprendrez plus sur DELJIS. DELJIS a pour mission unique de « servir ceux qui servent les autres ». Gardez à l'esprit que l'information habilite ses utilisateurs autorisés.

Au nom du Conseil d'Administration de DELJIS et moi-même, nous vous invitons à explorer notre page d'accueil. Ce site identifiera et expliquera mieux les systèmes soutenus par DELJIS au sein de la communauté de la justice pénale. De plus, vous verrez pourquoi le Delaware a l'honneur d'avoir le système de justice pénale le plus intégré du pays.

Si vous avez des problèmes, des commentaires ou des questions concernant DELJIS et son objectif, sa mission ou sa fonction, vous pouvez m'envoyer un e-mail directement : - Earl McCloskey


Aussi fort que la mort

Tout est calculé pour que l'œuvre ressemble à la mort elle-même : elle est à la fois pathétique et terrifiante, calme et terrible. Écrit pour quatre solistes (soprano, contralto, ténor et basse), chœur et orchestre symphonique, Mozart excluait tous les instruments à vent (flûte et hautbois), jugés trop joyeux, afin de ne garder que le cor de basset, ancêtre de la clarinette, avec un son plus sourd. Triste et solennel, l'orchestre est parfait pour une messe de requiem, et l'écriture de Mozart elle-même est sobre, voire austère : il n'y a pas d'effets scintillants ni de solos virtuoses.

Le spectaculaire est ailleurs : le chœur s'enrichit et sa puissance se fait pleinement sentir. Dans le Meurt Irae, le jour du jugement, une tempête massive frappe : les voix terribles du choeur montrent la colère divine de Dieu venant sur l'homme, suivie de tentatives pour adoucir cette colère, puis à nouveau des cris de terreur… Tout tremble d'angoisse, de fièvre et d'impatience. La dernière composition de Mozart atteint un point d'excellence sublime.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.


Tout ce que vous vouliez savoir sur le Delaware, l'histoire, les gens de l'économie et plus - Histoire

Spondylolisthésis est un terme médical qui décrit un alignement anatomique anormal entre deux os de la colonne vertébrale. Cette anomalie anatomique existe depuis l'antiquité. Il a été décrit pour la première fois dans la littérature médicale moderne par un obstétricien belge nommé Dr Herbinaux. En 1782, le Dr Herbinaux remarqua que l'alignement anormal de la colonne lombaire et du bassin dans les cas très graves rendait l'accouchement naturel difficile. Il fut le premier à nommer cette condition dans laquelle un corps vertébral est glissé vers l'avant par rapport à celui en dessous.

Le terme spondylolisthesis vient de deux mots grecs : “spondy” (σπονδυλος) qui signifie “vertebra” et “listhesis” (ὁλισθος) qui signifie “a slip”.

Quelle est la fréquence du spondylolisthésis?

Le spondylolisthésis affecte le plus souvent la colonne lombaire inférieure, généralement aux niveaux L4/5 ou L5/S1. Le spondylolisthésis est une affection très fréquente, survenant chez environ 5% de la population. Le type le plus courant de spondylolisthésis est un glissement dégénératif qui se produit au niveau L4/5. This type of slip is caused by degeneration of the intervertebral disk and the facet joints. Natural aging results in an increase in the “sloppiness” of the joint, much like a worn bushing in a car. Here are two images that depict the changes that occur as the disk degenerates. The gel-like substance inside the disk shrinks, the edges of the disk become irregular, and bone spurs develop.

In this series of images, I use a CV joint from a car to illustrate how the spine is a mechanical joint and many years of “wear and tear” will cause the joint to become sloppy.

The Medical Definition of a degenerative spondylolisthesis

A recent clinical consensus paper was produced by the North American Spine Society will be referenced throughout this guide. Their version of the “best working definition” of a degenerative lumbar spondylolisthesis is as follows: an acquired anterior displacement of one vertebra over the subjacent vertebrae, associated with degenerative changes, without an associated disruption or defect in the vertebral ring.

The key elements in this definition — anterior slip, degenerative change, and no disruption of the vertebral ring are easy to demonstrate in a typical case of spondylolisthesis. As the disk deteriorates it becomes less capable of absorbing all of the forces of normal human movement. Because the joint has increased “play” or “sloppiness” L4 starts to slip forward with respect to L5. Here are X-rays and an MRI scan of a typical case of a grade 1 spondylolisthesis. Flexion and extension X-rays are often used to evaluate how much abnormal motion occurs at the level of the spondylolisthesis.

The second most common type of spondylolisthesis that we see occurs at L5/S1. This condition is especially common in people who have repetitively extended their spine during athletics in adolescence. The theory is that repetitive hyperextension of the spine during athletics results in a stress fracture. This stress fracture called a spondylolysis. The stress fracture occurs in a part of the vertebral body called the pars inter-articularis which disrupts the continuity of the vertebral ring. The lack of a connection between the posterior and anterior parts of the L5 vertebral body allows the L5 vertebral body to slip forwards with respect to S1. The association between adolescent athletics and this condition is very strong. About 95% of competitive gymnasts and about 35% of competitive football players have X-ray evidence of the stress fracture that may result in a spondylolisthesis later on in life.

This condition usually develops in two stages. First, the patient has an episode of low back pain during their adolescence which is when the stress fracture of the pars interarticularis occurs. Then as the disk starts to degenerate later in life, they begin to complain of low back and leg pain. In contrast to a degenerative spondylolisthesis, this type of slip does involve a disruption of the vertebral ring, so this is often called an “isthmic” spondylolisthesis

Symptoms of spondylolisthesis

Patients with spondylolisthesis complain of low back pain and pain along the course of the nerves that are pinched by the spondylolisthesis. The narrowing of the normal space available for the nerve roots in the spinal canal is called stenosis. The back pain typically occurs in the area of the lower lumbar spine and often radiates around the abdomen and into the buttocks. The location of the nerve root pain depends upon where the slip is occurring and where the nerve roots are compressed.

Nerve root compression due to stenosis is called a radiculopathy: radix is the greek word for “root” and pathos a word for “a disease of”. Pain and numbness in the legs as the result of a spondylolisthesis occurs in patterns called a radiculopathy that are very characteristic. The human body is divided into a series of dermatomes which can be visualized as a map of where the nerves travel after the leave the spinal canal. When the root of the nerve is affected, the entire course of the nerve is typically painful, numb, or the skin in this area is unusually sensitive. For example, here is a map of the normal dermatomes of the body, and then three diagrams of an L4, L5, and S1 radiculopathy. Patients with a spondylolisthesis at L4/5 usually have L5 nerve root pain due to compression of the L5 nerve root in the neural foramen. Patients with a slip at L5/S1 usually have both L5 nerve and S1 root pain due to tension on the nerve roots. For example, a patient with an L4/5 spondylolisthesis will usually describe low back pain at the base of the spine, radiating into the buttocks. There is usually also pain and numbness along the sides of the legs, down the front and sides of the calves, with numbness and tingling in the feet.

If your major problem is pain and numbness in the legs, and especially if it is only affecting one leg, you may be a good candidate for a microscopic decompression instead of a fusion. If you are interested in exploring this option, I may be able to review your MRI scan for you.

The pain that is associated with spondylolisthesis is variable. It is often worse with standing. Many patients find that the length of time they can walk comfortably gets shorter and shorter as the disease progresses. We call this finding “limited walking endurance”. This is often an indicator of how severely the patient is affected and how much nerve root compression they have. Patients who are able to walk for more than an hour rarely need operative treatment. Those who can only walk for a few hundred yards before they are limited by back and leg pain are more likely to require surgery. These patients will often experience substantial relief once their spondylolisthesis is corrected. While the pain associated with a spondylolisthesis is usually worse when the patient is on their feet, many patients have a hard time sleeping at night because the nerve root pain keeps them awake.

Xray and MRI findings in spondylolisthesis.

The best test for diagnosing a spondylolisthesis is a lateral Xray of the lumbar spine with the patient standing. It is important that the patient is standing because there are some slips that return to their normal position when the patient lies down. This is why some cases of spondylolisthesis are not apparent on supine X-rays or an MRI scan. The best test for evaluating the degree of nerve root compression and spinal stenosis caused by spondylolisthesis is an MRI scan of the lumbar spine.

Here are a series of X-rays and MRI scans showing the relevant anatomic finding in a typical L4/5 degenerative spondylolisthesis. Click on these images to enlarge them to full size

And here are the X-rays and MRI scans of a patient with an L5/S1 spondylolisthesis with bilateral pars defects.

Non-operative treatment of spondylolisthesis

Physical Therapy: While it may not be possible to reverse the degenerative changes that occur with aging, it is possible to strengthen the muscles that surround the spine. I have written a blog post about this particular point, which can be read here: reversing spondylolisthesis

PT helps to stabilize the lumbar spine and will often result in a decrease in symptoms of low back and leg pain to the point where surgery becomes unnecessary. This type of therapy MUST emphasize active rehabilitation, which means that the patient must work actively to strengthen the muscles of the abdomen, low back, and core. Massage, hot pack treatments, and electrical stimulation may feel good at the time, but their effects are usually temporary. While massage feels great, it usually does NOT result in sustained relief. The type of therapy that we employ emphasizes core conditioning and strengthening and our therapists will instruct you on how to do these exercises properly. If your symptoms are relatively mild and you are still able to exercise, hike, and play some sports, then often a Pilates or a Yoga program may be very beneficial, less costly, and more convenient than going to a physical therapist.

Medical Management

Non-steroidal pain relievers like Aspirin, Tylenol, Motrin, and Ibuprofen are very helpful in the management of spondylolisthesis. The medications can calm down the inflammation that accompanies degenerative disk disease. This often makes it possible to participate in physical therapy with less pain. If you can do PT, it makes it possible to work harder to strengthen the muscles of the low back and abdomen.

Selective Nerve Root Blocks: In our clinic we have specialists who perform selective nerve root blocks with injectable medications like Cortisone and Kenalog. These are much stronger than the anti-inflammatories you can take by mouth. These injections are performed in the surgical center and are done using an intra-operative X-ray machine to make sure that the medication is injected in the same area where the nerve root compression is occurring. In our experience, nerve root blocks are very helpful for patients. They will often result in a sufficient reduction in pain so that physical therapy is tolerable. The block may also interrupt the “cycle of inflammation” to the point where the symptoms are manageable and surgery can be avoided indefinitely.

Why you should avoid narcotics

In our experience, using narcotic pain medications on a daily basis for the treatment of the pain associated with a spondylolisthesis is a bad idea. Because spondylolisthesis is a condition that tends to worsen with time, most people who start taking narcotics find it very difficult to stop. The use of narcotic pain medications for an open-ended diagnosis is dangerous. This is because there is not a defined point in the future when we know that the pain will spontaneously resolve. For example, if a patient has a fracture, we know that the pain will subside once the fracture heals. However, with a spondylolisthesis, because there is not a possibility of spontaneous correction, the patient will continue to perceive a need for narcotics on a regular basis. This quickly leads to tolerance as the medications become less effective with time and their routine use becomes habit forming. For more information on my philosophy about the use of narcotic pain medications, click here.

What the establishment says about non-operative care for spondylolisthesis

The North American Spine Society’s consensus statement on non-operative care for spondylolisthesis is a follows: The majority of patients with symptomatic degenerative lumbar spondylolisthesis and an absence of neurologic deficits will do well with conservative care. Patients who present with sensory changes, muscle weakness, [or a short walking endurance] are more likely to develop progressive functional decline without surgery. Progression of slip correlates with jobs that require repetitive anterior flexion of the spine. Slip progression is less likely to occur when the disc has lost over 80% of its native height and intervertebral osteophytes have formed. Progression of clinical symptoms does not correlate with progression of the slip.

Surgery for spondylolisthesis: do you need it?

Here is what the North American Spine Society has to say: Surgery is recommended for treatment of patients with symptomatic spinal stenosis associated with low grade degenerative spondylolisthesis whose symptoms have been recalcitrant to a trial of medical and interventional treatment. In our clinic we agree with this statement.

What this means to us is that patients who have symptoms that can be clearly attributed to their spondylolisthesis should first be educated about their condition. Next they should consider physical therapy and lifestyle changes that we believe are associated with improvements in back pain. If they continue to have pain they should consider a selective nerve root block to temporarily reduce the inflammation in the nerve roots — as long as this is seen as a bridge to making physical therapy more tolerable. Surgery should only be considered when the patient has continued symptoms that do not improve with physical therapy or medical management.

Our technique for the surgical correction of spondylolisthesis is designed to achieve four goals

1. relieve the nerve root compression that is causing pain and numbness in the legs

2. stabilize the unstable spinal segment that is slipping, only if necessary

3. improve the alignment of the spinal canal

4. provide the patient with a durable solution that will improve their quality of life for years to come.

While there is a great deal of debate about the best surgical technique for the treatment of spondylolisthesis, the NASS clinical guidelines do state that surgical decompression with fusion is recommended for the treatment of patients with symptomatic spinal stenosis and degenerative lumbar spondylolisthesis…and that …decompression and fusion is recommended as a means to provide satisfactory long-term (greater than 4+ years) results for the patient. For example, on a recent Spine Surgery Board Certification Examination administered by the American Academy of Neurological Surgeons, the following question was asked: A 47 year old dentist presents with a 5 year history of intractable low back pain refractory to several courses of physical therapy and numerous medications. He has recently developed bilateral L5 radiculopathy. MR imaging demonstrates grade II anterolisthesis of L4 on L5 with resulting L4-5 central canal stenosis and bilateral neuroforaminal stenosis. The BEST treatment option is:

  1. dorsal column stimulator
  2. anterior lumbar interbody cage fusion
  3. laminectomy and pedicle screw fusion
  4. epidural steroid injection
  5. laminectomy with facetectomy

The correct answer, according to the AANS, is #3. Here is their explanation: This patient has failed reasonable attempts at non-operative management and has an anatomical abnormality that corresponds to his clinical symptomatology. Surgical correction is the best option. Decompression alone in the presence of spondylolisthesis in a relatively young patient is associated with a high incidence of progressive listhesis and worsening pain.

Here’s where I disagree. I think that it in carefully selected patients, a microscopic decompression with meticulous physical therapy and rehabilitation can result is excellent clinical results. When I am able to alleviate someone’s leg pain so that they can go back to working out and keep their core strong, they are happy.

I’d be happy to give you second opinion if you are interested in whether or not a fusion is necessary in your case

In the meantime, here is a series of pictures from our operating room during correction of a spondylolisthesis of the spine using a traditional approach…

Here are a series of x-rays that demonstrate the correction of spondylolisthesis with a decompression and fusion of the slip performed in our clinic in Monterey, California. You can click on each of these Xrays to enlarge them to full size.

L4.5 degenerative spondylolisthesis repaired with an L4.5 lumbar decompression, instrumented fusion, and reduction of spondylolisthesis.

L5/S1 isthmic spondylolisthesis repaired with an L5/S1 lumbar decompression, instrumented fusion, and reduction of spondylolisthesis.

I’ve also got a large number of patients that haven’t needed a stabilization. Instead, I’ve done a microscopic decompression for them, especially if they only have pain and numbness in one leg. If they are able to decrease the chance of future progression of the spondylolisthesis with lumbar spine strengthening exercises, they are delighted with the opportunity to live without a fusion every day.

If you’ve already had an MRI scan and are intrested in discussing your options, I will review your MRI scan for and tell you whether or not I think a microscopic decompression rather than a fusion will work in your case.

To learn more about your options for non-fusion treatment of spondylolisthesis, click here: MRI review.


Learn More About The Lenni Lenapes

Lenape Indian Tribe An overview of the Leni Lenape people, their language and history.

Lenape Language Resources Lanape language samples, articles, and indexed list of links.

Lenape Delaware History and Culture Related links about the Lenni Lenape people past and present.

Lenape Words Lenape Indian vocabulary lists.

Native Languages of the Americas website © 1998-2020 Contact us Follow our blog


Trait 5: Surround Sound

Gen Z may appear to be obsessed with their screens, but they value audio as an escape from visual stimulation overload.

Audio isn’t just background noise, said 50% of the study respondents it plays a huge role in their everyday lives. So silence can be golden too. To raise awareness of the International Day for the Elimination of Violence Against Women, Marie Claire ran a campaign of 30-second silent spots on Spotify. Listeners assumed there was a glitch and looked at their phones, only to see a message explaining the danger of staying silent about violence. Powerful, impactful communications such as this leave a lasting impression with Gen Z.

Scroll down to the infographic below to see more of the Culture Next Trends study’s most interesting insights. And millennials, keep your FOMO in check: we took a look at your generation, too.


Voir la vidéo: Le modèle américain


Commentaires:

  1. Mezikinos

    triste

  2. Quesnel

    pensée très utile

  3. Sebastiano

    the Definitive answer, it is worth knowing ...

  4. Tolman

    Bonjour, la mise en page du blog pour une raison quelconque est dispersée dans le firefox : (Peut-être pouvez-vous le réparer ?

  5. Denton

    Quelque chose comme ça, rien ne sort

  6. Telemachus

    Excusez-moi, j'ai pensé et la pensée a enlevée



Écrire un message