27 septembre 1941

27 septembre 1941


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

27 septembre 1941

Septembre 1941

1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930
> Octobre

Europe occupée

Heydrich a remplacé Neurath en tant que protecteur de la Bohême



Signification des mouvements pour l'unification CIO-AFL

De Le militant, Vol. V n° 39, 27 septembre 1941, p.ك.
Transcrit & balisé par Einde O’ Callaghan pour le Encyclopédie du trotskisme en ligne (ETOL).

Les prochaines conventions annuelles de l'AFL (Seattle, 6 octobre) et du CIO (Detroit, 17 novembre) remettront au premier plan la question de l'unité syndicale.

Les syndicalistes militants, qui veulent élaborer une réponse au problème de l'unité non sur la base d'une formule ou d'un idéal abstrait mais sur la base des intérêts concrets de la classe ouvrière, profiteront d'une étude des positions prises par les différents groupes prônant aujourd'hui l'unité CIO-AFL.

Une telle analyse démontrera que le slogan de l'unité en tant que tel n'est pas progressiste aujourd'hui et qu'il sert de couverture à des forces extrêmement réactionnaires et conservatrices opérant contre les meilleurs intérêts du mouvement ouvrier.
 

Les objectifs de Roosevelt

Pourquoi, par exemple, l'administration Roosevelt est-elle si préoccupée par l'unification des deux groupes syndicaux ? Certainement pas pour permettre aux syndicats de mieux lutter pour l'amélioration des conditions de travail et la protection des droits du travail, car plus que jamais ce combat doit être dirigé aujourd'hui contre les efforts du gouvernement ainsi que des patrons.

Le principal intérêt de Roosevelt pour les syndicats, à la fois artisanaux et industriels, est de les lier au programme de guerre, de les amener dans l'intérêt de la « défense nationale » à « faire des sacrifices, à les persuader de donner. un grand nombre de leurs droits durement acquis au nom de « l'unité nationale ». Un mouvement ouvrier divisé, entraînant une concurrence et une lutte pour l'hégémonie qui conduit à une activité organisationnelle accrue, rend la tâche de Roosevelt plus difficile. Roosevelt veut la « paix entre les deux fédérations syndicales comme prélude à la « paix entre les travailleurs et les capitalistes ».

Il n'est pas difficile de voir que l'unité sur la base du programme de Roosevelt réduira, et non augmentera, la force du travail.
 

Les conditions de l'AFL

Dans l'ensemble, les bureaucrates du Conseil de l'AFL occupent aujourd'hui la même position qu'ils occupaient il y a un an lorsqu'ils exprimaient leur volonté d'"unité". le mouvement unifié et laisser les syndicats industriels à la merci de ceux qui s'opposent à leur création.

Une telle unification que souhaite le Conseil de l'AFL serait un coup dur pour l'ensemble du travail, car non seulement elle affaiblirait les syndicats les plus forts du mouvement ouvrier, mais elle encouragerait les patrons à s'en prendre aux autres, artisanaux ou industriels. L'une des conséquences progressives de la scission AFL-CIO était que, dans le sillage de l'esprit pro-syndical engendré par les gains organisationnels des syndicats CIO, l'AFL a également pu ajouter de nombreux nouveaux membres. Le démembrement des syndicats des industries de masse par les dirigeants des syndicats de métier de l'AFL pourrait facilement conduire à la destruction par les patrons des syndicats de métier construits à proximité et autour d'eux.
 

Ce que veulent les Hillmanites

Les Hillmanites du CIO soutiennent également les mouvements vers l'unification. Ils ne sont pas intéressés à voir les syndicalistes de métier devenir la force dominante - car ils se préféreraient bien sûr dans le rôle dominant - mais ils ne s'inquiètent pas non plus de la perspective. Ils sentent qu'ils pourraient facilement se réconcilier avec les Verts et les Wolls. Comme Roosevelt, leur principale préoccupation est de lier les syndicats au gouvernement.

Lors de la convention CIO de l'année dernière, les Hillmanites étaient les principaux défenseurs de la "reprise des négociations d'unité". sortir du CIO et retourner à l'AFL par lui-même, il a choisi de garder ses partisans dans le ClO. La raison en était double. Tout d'abord, son utilisation de l'administration et de la machine de guerre repose sur l'idée qu'il « représente la section dynamique du mouvement syndical, le CIO. S'il revenait à l'AFL, il sombrerait rapidement dans le statut d'un autre Dubinsky, captif du Conseil exécutif de l'AFL.

Deuxièmement, Hillman a gardé ses forces dans le CIO parce que c'est là qu'il peut être le plus utile à l'administration dans sa volonté d'unifier les syndicats sur la base du soutien à la guerre.

Dans l'année qui a suivi la convention d'Atlantic City, les Hillmanites se sont ennuyés au sein du CIO, et il est incontestable qu'ils ont fait des progrès considérables depuis novembre 1940.
 

Rôle des staliniens

L'année dernière, les staliniens ont pleinement soutenu la position de Lewis contre toute proposition d'unité qui ne garantirait pas la victoire du syndicalisme industriel.

Cette année, cependant, ils proclament haut et fort que « les conditions ont changé ». Maintenant, ils soutiennent sans réserve le programme de guerre de Roosevelt. Au lieu de collaborer avec John L. Lewis contre les Hillmanites dans les syndicats, les staliniens ont déclaré la guerre à Lewis, bien qu'il poursuive plus ou moins la même politique syndicale aujourd'hui qu'il y a un an.

La critique de Green et Hillman a entièrement disparu du Travailleur de tous les jours. Les staliniens ont adopté la formule du Conseil exécutif de l'AFL sur les grèves et la défense nationale, à savoir que les syndicats doivent conserver leur droit de grève, mais ils ne doivent pas utiliser ce droit. (Travailleur de tous les jours, 20 septembre)

Les staliniens sont tous azimuts pour l'unification du travail aujourd'hui. Mais l'unification sur la base de leur programme sera différente et pas meilleure que l'unification autour des propositions Roosevelt, Green et Hillman.
 

Lewis’ se tient sur l'unification

Le groupe Lewis est la seule force majeure qui montre des signes de résistance à une unification qui mettra les syndicats de métier en selle et rendra le mouvement ouvrier entièrement soumis au programme de guerre.

Les événements de l'année dernière ont montré à quel point la décision du CIO en novembre dernier de rejeter la proposition de Hillman était correcte. Combien de gains ouvriers en 1941 - l'organisation de Ford, Bethléem, etc. - gagnés grâce à une action militante, auraient été obtenus si la main de fer de la bureaucratie de l'AFL avait dominé un mouvement ouvrier unifié ? Une grande partie de la législation anti-travail rejetée par le CIO cette année ne serait-elle pas devenue loi à ce moment-là si la tendance Hillman-Green dirigeait l'ensemble du mouvement ouvrier ?
 

Le travail des militants

Bien entendu, la poursuite de la scission dans le mouvement ouvrier a ses aspects négatifs aussi bien que ses aspects positifs, et une unification du mouvement ouvrier sur des bases appropriées est souhaitable. Mais les travailleurs conscients ne doivent jamais perdre de vue le fait qu'une unification sur la base des termes Roosevelt-AFL-Hillman-staliniens peut s'avérer plus nuisible qu'aucune unification du tout dans les conditions actuelles.

Aux plans démagogiques et réactionnaires du bloc de guerre Roosevelt dans les syndicats, les ouvriers doivent opposer la lutte pour l'unification du mouvement ouvrier sur la base de la reconnaissance incontestée de la victoire du syndicalisme industriel.


Concentrez-vous sur le héros

Alors que les deux premiers actes du film peignent une belle tapisserie de l'éducation de York dans les bois du Tennessee, le dernier acte met en valeur son honneur et son courage extraordinaires face à l'adversité sur les champs de bataille et dans les tranchées de la Grande Guerre.

Pour un film se déroulant en 1941, "Sergeant York" a un niveau de développement de personnage exceptionnel qui lui permet de transcender la simple propagande. Grâce aux conseils plus que compétents de Hawks, Cooper est libre de livrer l'une de ses performances les plus belles et les plus convaincantes, renforcée par Wycherly en tant que sa mère fidèle et toujours solidaire. L'excellent plâtre de soutien porte son propre poids sans être trop gênant.

"Sergeant York" est un film profondément émouvant qui devrait inspirer même les plus ardents des pessimistes. Son dévouement sincère à l'héroïsme inhabituel, au patriotisme et à l'altruisme est quelque chose dont il faut être témoin. Soyez averti : apportez un mouchoir ou une boîte de mouchoirs pour essuyer toutes ces larmes.

« Sergent York »
Réalisateur : Howard Hawks
Avec : Gary Cooper, Walter Brennan, Margaret Wycherly, Joan Leslie
Non classé
Durée : 2 heures, 14 minutes
Date de sortie : 27 septembre 1941 (États-Unis)
Noté : 5 étoiles sur 5


Randolph appelle à un nouveau mouvement nègre

De Le militant, Vol. V n° 39, 27 septembre 1941, p.ل.
Transcrit & balisé par Einde O’ Callaghan pour le Encyclopédie du trotskisme en ligne (ETOL).

Dans un article publié dans un certain nombre de journaux noirs la semaine dernière, A. Philip Randolph, président de l'AFL Brotherhood of Sleeping Car Porters et directeur national du comité March on Washington, a appelé à l'organisation d'un million de noirs pour lutter contre la discrimination raciale. .

« Les nègres, a déclaré Randolph, ne doivent plus penser en termes de petites unités ou de petites manœuvres. À cette fin, les comités de la Marche sur Washington cherchent à enrôler un million de Noirs pour accroître le pouvoir de frappe et d'entraînement des masses noires pour leurs droits.

« L'histoire récente des affaires internationales et nationales montre qu'il ne suffit pas d'avoir raison. Vous devez également être puissant. Vous devez également construire la machine avec laquelle travailler et lutter pour la justice.

« Il était juste, approprié et juste pour le président de publier un décret exécutif au début des discriminations dans la défense nationale en raison de la race, de la couleur, de la religion ou de l'origine nationale comme il était approprié et juste, le 25 juin. Mais il n'a jamais s'est produit jusqu'au lancement du mouvement Marche sur Washington.

« Un million de nègres s'exprimant à la fois sur un problème vital secoueront l'Amérique et seront certainement entendus de manière sérieuse et respectueuse.

“Laissez les masses noires parler à travers un million de voix.”

Randolph n'indique pas s'il parle simplement de quelque chose qui serait bien ou s'il envisage d'aller de l'avant et de prendre des mesures concrètes pour organiser réellement un mouvement de masse noir.

En tout cas, ses propositions concrètes sont assez vagues. Tout ce qu'il dit à propos du travail d'organisation impliqué dans la création d'un tel mouvement, c'est que ce serait "une tâche herculéenne" et que "il ne se déroulera peut-être pas sur un tempo éclair" parce que le comité de la Marche sur Washington "ne le fait pas". avoir un quart” et donc le travail devra être reporté “avec des bénévoles.”

Aucun travailleur noir ne niera la nécessité d'une organisation de masse qui se battra pour l'égalité. Avec l'expansion de la production, les discours sur la démocratie de plus en plus nombreux, les jeunes appelés à suivre un entraînement militaire, les masses nègres sont prêtes à mener un combat vigoureux pour leurs droits.

L'argent n'est pas la question décisive. Beaucoup d'organisations avec des finances ne peuvent pas gagner l'allégeance des masses - et pour une très bonne raison. Ils n'ont pas le bon programme, ils n'ont pas la bonne structure interne. Voici les [du texte semble manquer ici]

« Laissez les masses noires parler à travers un million de voix », dit Randolph. Oui, mais quels mots Randolph propose comme programme pour cette organisation ? Va-t-il passer des accords avec les pouvoirs en place et annuler l'action militante en échange de promesses, comme l'a fait le Comité de la Marche sur Washington en juin dernier ? Ça va [du texte semble manquer ici]

L'organisation sera-t-elle gérée démocratiquement ? Les masses vont-elles avoir le mot décisif sur les politiques de l'organisation ? Ou l'organisation doit-elle être contrôlée et dirigée par le haut avec un petit comité prenant non seulement les décisions organisationnelles quotidiennes, mais aussi les décisions politiques vitales et fondamentales ?

Tout ce que Randolph a dit sur la question, c'est ceci : « Dans ce document, l'organisation proposée) chaque nègre comptera. Le plus haut sera aussi bas que le plus bas et le plus bas sera aussi haut que le plus haut. C'est peut-être la réponse dans le style de Randolph. Mais là encore, ce n'est peut-être qu'une évasion de la question.

Mais Randolph n'a jamais demandé aux masses de décider quoi que ce soit d'important - le programme de la marche sur Washington, le droit de décider si la marche aurait dû être annulée ou menée à terme, le droit de décider du personnel du comité national. “annoncé” par Randolph après l'annulation de la marche.

Un tel traitement des questions est non seulement dangereux pour l'avenir de l'organisation proposée, mais il tend aussi à freiner les premiers pas. Pour beaucoup de comités locaux penseront :

« Si Randolph ne nous laisse pas décider ce que notre organisation doit faire sur une question comme celle-ci, quelle raison avons-nous de croire que nous serons autorisés à décider de la politique plus tard ? Quelles garanties auront alors contre d'être vendues en aval par un leadership sur lequel nous n'avons aucun contrôle ?”

Nous, trotskystes, n'hésitons pas un instant à critiquer le Comité de la Marche sur Washington et ses lacunes lorsque nos critiques peuvent servir les intérêts des masses. Nous nous sentons d'autant plus libres de le faire que, dès le début, nous avons soutenu sans réserve les actes progressistes du mouvement et l'avons défendu à chaque étape de son développement contre les forces qui l'attaquaient parce qu'il était « trop militant ».

Aujourd'hui, nous faisons nos critiques à l'appel de Randolph non pas parce que nous sommes opposés à la création d'un mouvement de masse nègre mais parce que nous sommes en faveur d'un tel mouvement et que nous voulons voir. il devient une force puissante contre Jim Crowism. Nous exhortons tous les Noirs avancés et conscients de leur classe à rejoindre ce mouvement, à le soutenir et à le construire, et à essayer d'en faire le genre d'organisation qui remportera de réels succès pour les masses. De plus, nous exhortons les Noirs à être vigilants au sein de l'organisation contre toute politique ou procédure préjudiciable.

Si la procédure de Randolph pour annuler la marche en juin dernier avait été correcte et que nous avions dit avant et après qu'aucune erreur plus grave ne pouvait être commise, alors il n'aurait pas à comparaître devant les gens aujourd'hui. et disant qu'un million de nègres sont nécessaires pour être sûrs d'obtenir une audition sérieuse et respectueuse de la classe dirigeante et de son gouvernement.

Nous avons averti que les accords avec les forces de Jim Crow ne pouvaient rien donner, que les Noirs devaient s'organiser pour les combattre jusqu'au bout. L'article de Randolph est la preuve que nous avions raison, que sa procédure passée était incorrecte et inadéquate.

Les nègres peuvent apprendre beaucoup des leçons de cette marche, et c'est leur devoir de le faire s'ils veulent au sein de l'organisation proposée éviter les erreurs que ses dirigeants ont commises dans le passé.


Exécutions effectuées par l'Einsatzkommando 3 le samedi 27 septembre 1941

Le samedi 27 septembre 1941 ou vers cette date, l'Einsatzcommando 3 a assassiné 989 hommes juifs et 1636 femmes juives. Aussi 821 enfants juifs ont été tués. Un total de 3446 personnes sont décédées à cet endroit à Ei&scaroni&scaronkės.

Source de cet enregistrement : Le rapport Jäger (titre complet : Tableau complet des exécutions effectuées dans la zone Einsatzkommando 3 jusqu'au 1er décembre 1941) a été rédigé le 1er décembre 1941 par Karl Jäger, commandant de l'Einsatzkommando 3 (EK 3 ), une unité meurtrière de l'Einsatzgruppe A qui était rattachée au groupe d'armées Nord pendant l'opération Barbarossa. C'est la chronique la plus détaillée et la plus précise des activités d'un individu Einsatzkommando, et un document clé documentant l'Holocauste en Lituanie ainsi qu'en Lettonie et en Biélorussie.

La photo n'est probablement pas dans cette zone mais un exemple d'unités d'exécution allemandes et de leur travail.


Ce jour dans l'histoire de Susanville - 27 septembre 1941

Environ 1200 $ ont été collectés par F. M. Moses et T. K Oliver, chefs du groupe Lassen High School and Junior College pour l'achat de soixante-treize nouveaux uniformes.

La moitié du montant nécessaire pour les tenues a été versée par la commission scolaire tandis que le reste du montant a été constitué de dons d'organismes de services et du conseil municipal.

Le terrain a été jeté pour un nouveau magasin de 20 000 $ et un bâtiment de formation professionnelle pour le lycée et le collège junior de Lassen sous la direction de Roy Cochrane, récemment originaire d'Hollywood, maintenant membre du corps professoral des deux écoles. Dean & Dean de Sacramento sont les architectes de la structure.

Hier soir, les administrateurs de l'école ont refusé à la classe senior de 86 élèves le droit de profiter du « senior senior » annuel cette année.

Le président James A. Brown a déclaré que cela perturberait toute l'école d'envoyer la classe, ses conseillers et ses professeurs lors d'une escapade secrète d'une journée. La plupart des enseignants gèrent plusieurs classes.

Nous sommes toujours à la recherche de nouvelles photos à préserver et à partager dans notre collection de photos historiques et nous aimerions voir la vôtre. Votre photo sera ajoutée à nos archives numériques pour une utilisation future et nous veillerons à ce que vous receviez un crédit dans la mesure du possible. Envoyez votre contribution par e-mail avec votre nom et une brève description de ce que vous avez envoyé à [email protected] Une copie numérique de chaque soumission sera également donnée à la Société historique de Lassen pour être conservée dans ses dossiers.

Vous ne savez pas comment numériser vos photos ?

Nos amis de l'UPS Store ont proposé de numériser gratuitement et professionnellement vos soumissions de photos anciennes. Arrêtez-vous au 2850, rue Main à Susanville et ils se feront un plaisir de vous aider.


Stamford American (Stamford, Texas), Vol. 18, n° 27, éd. 1 vendredi 26 septembre 1941

Hebdomadaire de Stamford, au Texas, qui comprend des informations locales, nationales et nationales ainsi que de la publicité.

Description physique

huit pages : ill. page 22 x 18 po. Numérisé à partir de 35 mm. microfilm.

Informations sur la création

Le contexte

Cette un journal fait partie de la collection intitulée : Stamford Area Newspaper Collection et a été fournie par la Stamford Carnegie Library à The Portal to Texas History, un référentiel numérique hébergé par les bibliothèques de l'UNT. Il a été vu 13 fois. Plus d'informations sur ce problème peuvent être consultées ci-dessous.

Personnes et organisations associées à la création de ce journal ou à son contenu.

Éditeur

Publics

Consultez notre site de ressources pour les éducateurs! Nous avons identifié ce un journal comme un source principale au sein de nos collections. Les chercheurs, les éducateurs et les étudiants peuvent trouver cette question utile dans leur travail.

Fourni par

Bibliothèque Carnegie de Stamford

Plus de 100 ans après sa création, la Stamford Carnegie Library reste fidèle aux fondements de la vision originale d'Andrew Carnegie et au-delà, fusionnant les principes traditionnels de l'illumination avec les termes modernes d'aujourd'hui. La bibliothèque offre aux résidents de tous âges un accès gratuit et égal à un environnement sécurisé et dynamique favorisant l'apprentissage tout au long de la vie.


27 septembre 1941 - Histoire

Fichier MP3
Aujourd'hui, en 1941, le cargo SS Henry Patrick a été lancé avec 13 navires jumeaux lors d'une cérémonie de lancement présidentielle à Baltimore, Maryland. Ces 14 navires étaient les premiers Liberty Ships, une classe de transporteurs de fret bon marché et rapides à construire qui ont aidé à transporter la production industrielle de l'Amérique en temps de guerre vers les champs de bataille d'Europe et du Pacifique.

Les navires Liberty mesuraient 441,5 pieds de long et avaient une largeur de 57 pieds. Lorsqu'ils étaient complètement chargés, ils avaient besoin de près de 28 pieds d'eau pour rester à flot. Leur vitesse de pointe était de 11,5 nœuds, soit près de 13 milles à l'heure. Ils pouvaient transporter 9 100 tonnes de fret, mais de nombreux navires transportaient régulièrement plus que cela.

La conception de base du navire Liberty date de 1940, lorsque le gouvernement britannique a commandé 60 navires pour aider à remplacer les navires marchands perdus au cours de la première année de la Seconde Guerre mondiale. Ceux-ci s'appelaient des navires de la classe Ocean et ont été construits dans des chantiers navals américains. Ils utilisaient du charbon au lieu du pétrole car, alors que la Grande-Bretagne possédait de nombreuses mines de charbon, le pays n'avait pas de gisements de pétrole indigènes. Le premier de ces navires, l'Ocean Vanguard, a été lancé en août 1941.

La Commission maritime des États-Unis a pris la conception de la classe Ocean et l'a modifiée afin que les navires puissent être construits plus rapidement et pour moins d'argent. Le plus grand changement de conception a été la décision de souder des sections du navire ensemble au lieu d'utiliser des rivets. Le rivetage représentait jusqu'à un tiers du coût de la main-d'œuvre pour la construction d'un cargo, de sorte que les économies d'argent pour une flotte de navires Liberty étaient importantes. La conception du Liberty utilisait également du pétrole comme carburant au lieu du charbon comme les navires de la classe Ocean l'utilisaient.

Un groupe d'entreprises d'ingénierie et de construction connu sous le nom de Six Companies a obtenu un contrat du gouvernement fédéral pour construire les premiers Liberty Ships. Henry J. Kaiser, industriel et chef des Six Compagnies, a étudié l'industrie automobile et est arrivé à la conclusion que les grands navires pouvaient être construits de la même manière que les automobiles. Cette méthode à la chaîne était utilisée par tous les chantiers navals qui ont construit des Liberty Ships et a connu un tel succès qu'à la fin de la guerre, un navire est passé d'une pile de plaques d'acier à un produit fini en seulement 30 jours. Au cours de la guerre, le temps moyen de construction était de 42 jours.

En 1941, le gouvernement américain a augmenté le nombre de navires qui devaient être livrés à la Grande-Bretagne de 60 à 200, puis à 306. 117 d'entre eux seraient des navires LIberty. Au moment où les États-Unis sont entrés dans la Seconde Guerre mondiale en décembre 1941, les chantiers navals des Six Compagnies avaient une grande expérience de la conception des cargos. Au total, seize chantiers navals américains des deux côtes ont construit les Liberty Ships. 2 751 d'entre eux ont été construits entre 1941 et 1945. Les navires ont initialement été nommés d'après des Américains célèbres, à commencer par les signataires de la Déclaration d'indépendance. Cependant, tout groupe qui a levé 2 millions de dollars d'obligations de guerre pouvait nommer un navire (dans des limites raisonnables, bien sûr). C'est ainsi que le gouvernement américain en est venu à posséder des navires nommés SS Stage Door Canteen et SS U.S.O.

Plusieurs des Liberty Ships sont devenus célèbres. Le Robert E. Peary a été construit en 4 jours, 15,5 heures après la pose de sa quille, un coup publicitaire unique qui n'a jamais été répété. Le SS Stephen Hopkins a utilisé son canon de pont relativement petit de 4 pouces pour couler un raider commercial allemand lors d'une bataille au canon en 1942. Il a été le premier navire américain à couler un avion de combat allemand pendant la guerre. Le SS Richard Montgomery est devenu et reste tristement célèbre. à ce jour, son épave repose au large des côtes du Kent, dans le sud-est de l'Angleterre, avec près de 1 500 tonnes d'explosifs encore à bord.

Les navires Liberty ont été construits rapidement et souvent par une main-d'œuvre inexpérimentée. À cause de cela, ainsi que du fait que les joints étaient soudés au lieu d'être rivetés et du manque de connaissances sur les causes de la rupture fragile, de nombreux navires ont développé des fissures sur la coque et le pont. 19 de la classe se sont cassés en deux et ont coulé pendant la guerre.

La majorité des navires Liberty ont survécu à la guerre et sont devenus l'épine dorsale de la flotte de fret mondiale. Aujourd'hui, il ne reste que deux navires opérationnels : le SS John W. Brown et le SS Jeremiah O'Brien. Les deux sont des bateaux-musées à voile.


Historique de la production

Il y a deux productions de Brecht Mère courage et ses enfants (Mutter Courage und ihre Kinder) qui sont souvent considérées comme la production « originale ». Chronologiquement, la première production a eu lieu en 1941 à Zurich, après que Brecht soit revenu des États-Unis en Europe dans l'espoir de retourner dans son pays natal, l'Allemagne. La deuxième production, bien plus célèbre, a eu lieu en 1945 à Berlin. Cette production, mettant en vedette l'actrice Helene Weigel, est emblématique. Il a été produit par la propre compagnie de Brecht, The Berliner Ensemble. Weigel, vêtu de haillons, a tiré un chariot en bois branlant en rond autour de la scène, et

La production originale de 1945, avec la légende du décor au-dessus

Des légendes brechtiennes étaient affichées dans des banderoles au-dessus de la scène. Cette production est l'instanciation du théâtre politique épique de Brecht, car il s'agit d'une réaction et d'un commentaire évidents sur l'Allemagne nazie et l'Europe en temps de guerre.

(Les journaux européens mentionnent ces productions : http://zeitungsarchiv.nzz.ch/neue-zuercher-zeitung-vom-28-04-1941-seite-e4.html?hint=3898610http://zeitungsarchiv.nzz.ch/ neue-zuercher-zeitung-vom-26-11-1945-seite-a4.html?hint=3898611)

En 2006, George C. Wolfe a dirigé une reprise de Mère courage à New York avec le Public Theatre. Cette production mettait en vedette Meryl Streep dans le rôle de Courage, avec Kevin Kline dans le rôle du cuisinier. Il a été joué au Delacorte Theatre, une arène en plein air à Central Park. Pour cette production, Wolfe a choisi d'utiliser la nouvelle traduction anglaise de Tony Kushner. Cette traduction visait à une interprétation plus familière de la pièce, en utilisant des blasphèmes supplémentaires, des rimes et un langage modernisé afin de mieux impliquer le public moderne avec le travail stimulant de Brecht. Les chansons brechtiennes de cette production ont été réglées sur une partition originale de Jeanine Tesori. Les décors étaient fabriqués à partir de bois patiné et les légendes des décors, comme dans la production de 1945, étaient présentées dans des bannières au-dessus de l'action, mais cette fois sous forme de projections. Dans l'ensemble, cette production s'est déroulée dans un temps et un espace non spécifiques, bien que ses thèmes résonnent fortement avec le climat de guerre politique de 2006.

Ben Brantley du New York Times, critique de cette production, n'a pas été impressionné par cette interprétation. Il affirme que la production dans son ensemble, et la performance de Streep en particulier, manquaient de cohésion et d'intégrité au chef-d'œuvre de Brecht. Il commente que l'interprétation de Courage par Streep était bâclée et peu convaincante, affirmant qu'elle "souligne le vaudeville de la potence d'une pièce qui a une pertinence bien trop réverbérante en ces jours de guerre". Selon Brantley, son ton peu clair, incohérent et hors cible était une caractéristique écrasante de cette production, avec sa forte dépendance à la comédie et au spectacle et la négligence du verfremdungseffekt et de la complexité. Brantley a cependant estimé que Streep et toute la production brillaient dans les moments de la chanson, remarquant que Streep pourrait facilement poursuivre une carrière dans la comédie musicale de Broadway si elle le souhaitait. Dans l'ensemble, Brantley n'était pas satisfait des éléments incongrus de cette production, des aspects de conception à la performance et au ton de la pièce.

Jeremy McCarter du New York Magazine a également commenté le casting particulier et erroné de Streep, citant à nouveau son manque de solennité, de sang-froid et de grâce. McCarter a également été impressionné et déçu par le niveau de spectacle et de « showbiz » de cette production, avec ses énormes flammes et explosions, et son grand ensemble. Il a noté que la scène extérieure rendait l'atmosphère du spectacle imprévisible. McCarter n'était pas satisfait de la traduction de Kushner, affirmant qu'elle était verbalement difficile et déroutante, ainsi que inutilement vulgaire et simple.

La reprise de 2009 par le National Theatre Mère courage et ses enfants, réalisé par Deborah Warner, mettait en vedette Fiona Shaw dans le rôle de Courage et a également utilisé la traduction de Kushner du texte allemand original. Le spectacle a été présenté sur une scène relativement nue et a présenté de la musique live de Duke Special et de son groupe. Pour cette raison, et l'espace scénique de la salle de concert de la scène du théâtre Oliver, cette production a pris une esthétique et un ton de concert rock (Shaw est entré en haut du spectacle avec des lunettes de soleil). Il a été exécuté sur une scène tournante, avec des techniciens et des membres d'équipage visibles. En plus des bannières sur lesquelles les légendes des décors étaient projetées, cette production utilisait également des enregistrements des légendes, lus à haute voix par Gore Vidal. Les effets sonores de la guerre ont été exécutés par un homme à un pied de micro dans le coin inférieur de la scène.

Charles Spencer, critique de théâtre pour The Telegraph, n'a pas été enthousiasmé par cette production animée. Appelant la production de Warner un « cirque rock and roll », Spencer affirme qu'en dehors de la musique live de Duke Special et de son groupe, cette pièce était fantaisiste et dénuée de sens. Selon lui, Warner et Shaw dans sa performance ont perdu tout sens dans la poursuite du hipness. Avec un ton enjoué et énergique, le magnum opus de Brecht était débarrassé des éléments d'intellectualisme ou de discours politique. Bien que Spencer reconnaisse que cette production fait un clin d'œil aux guerres contemporaines en Irak et en Afghanistan, il dit que ce n'est que cela : un clin d'œil, sans substance ni suite.

Michael Billington de The Guardian n'est pas d'accord avec l'analyse de Spencer sur la performance de Shaw. Bien qu'il note aussi sa désinvolture parfois inappropriée, il remarque qu'elle a admirablement et efficacement capturé les dichotomies que Courage représente et les forces opposées en elle, "Elle est courageuse et lâche, philosophique et pragmatique", mère, femme d'affaires et guerrière. Billington soutient également que la musique n'est pas aussi captivante qu'elle aurait dû l'être et qu'il y avait une saveur définitive non brechtienne dans certains moments, éléments de conception et dramaturgie générale de cette production. Dans l'ensemble, Billington fait l'éloge de cette production pour sa mise à jour de l'ancienne œuvre de Brecht, la rendant accessible à de nouveaux publics et insufflant vie et énergie à son histoire.

Timbre commémorant la production du Berliner Ensemble de 1945

Le plus grand défi, et l'échec éventuel, de ces productions modernes est leur objectif de rendre Brecht accessible, pertinent et intéressant pour le public moderne. Il semble qu'ils essayaient trop fort, et en essayant de rendre le style et l'éclat de Brecht accessibles au public d'aujourd'hui, ils ont perdu l'essence du travail de Brecht. La traduction de Kushner, lien entre ces deux spectacles, semble manquer la distance intellectuelle et le style d'écriture dialectique de l'original de Brecht. Mère courage. Pour ma production, je propose d'utiliser une autre traduction directe, plus fidèle à l'écriture de Brecht. De ces productions, nous pouvons apprendre la nécessité d'embrasser le verfremdungseffekt de Brecht et son manifeste

Brecht et Weigel en répétition

objectifs politiques sans spectacle inutile ni nouveauté fantaisiste. La musique en direct semble améliorer le ton du spectacle, tant que le ton de la musique est conforme au ton souhaité (et vrai) de la production. Bien que ces deux productions, comme les productions originales, aient été produites dans des climats sociaux de guerre, aucune n'aborde directement les effets contemporains des guerres, ce qui était un objectif principal de l'écriture et de la production originales de Mère courage. Sans aborder et s'engager directement dans le climat de guerre et les conceptions et effets modernes de la guerre, ces productions ne pourraient pas saisir les thèmes désespérés et tragiques de la guerre dans la pièce. Ma production de Mère courage et ses enfants reconnaîtra ouvertement les guerres actuelles au Moyen-Orient, tout en reliant peut-être cette période de guerre avec les périodes de guerre du passé, tout comme la production originale l'a fait dans le cadre de la Seconde Guerre mondiale directement abordée sous le couvert de la guerre de Trente Ans.

Billington, Michel. “Mère Courage et ses enfants.” Rév. de Mère courage et ses enfants. Le gardien 27 sept. 2009 : n. pag. Le gardien. La toile. 31 mai 2016. <https://www.theguardian.com/stage/2009/sep/27/mother-courage-and-her-children-review>.

Brantley, Ben. “Mère, courage, chagrin et chanson.” Rév. de Mère courage et ses enfants. Le New York Times 22 août 2006 : n. pag. Le New York Times. La toile. 31 mai 2016. <http://www.nytimes.com/2006/08/22/theater/reviews/22moth.html>.

McCarter, Jeremy. “Le courage de leurs convictions.” Rev. Mère courage et ses enfants. Magazine new-yorkais n.d. : n.d. pag. Théâtre du magazine new-yorkais. La toile. 31 mai 2016. <http://nymag.com/arts/theater/reviews/19669/>.

Spencer, Charles. “Mother Courage And Her Children at the National Theatre, Review.” Rev. of Mère courage et ses enfants. Le télégraphe 28 sept. 2009 : n. pag. Le télégraphe. La toile. 31 mai 2016. <http://www.telegraph.co.uk/culture/theatre/theatre-reviews/6239491/Mother-Courage-And-Her-Children-at-the-National-Theatre-review.html>.

Billington, Michael. “Mère Courage et ses enfants.” Rév. de Mère courage et ses enfants. Le gardien 27 sept. 2009 : n. pag. Le gardien. La toile. 31 mai 2016. <https://www.theguardian.com/stage/2009/sep/27/mother-courage-and-her-children-review>.

“Théâtre Delacorte à Central Park.” Général CentralParkcom. N.p., s.d. Web. 31 May 2016. <http://www.centralpark.com/guide/attractions/delacorte-theatre.html>.

McCarter, Jeremy. “The Courage of Their Convictions.” Rev. of Mother Courage and Her Children. New York Magazine n.d.: n. pag. New York Magazine Theater. Web. 31 May 2016. <http://nymag.com/arts/theater/reviews/19669/>.

“Mother Courage and Her Children.” Encyclopedia Britannica Online. Encyclopedia Britannica, n.d. Web. 31 May 2016. <http://www.britannica.com/topic/Mother-Courage-and-Her-Children>.

“Mother Courage and Her Children.” Wikipédia. Wikimedia Foundation, n.d. Web. 31 May 2016. <https://en.wikipedia.org/wiki/Mother_Courage_and_Her_Children>.

“National Theatre’s Mother Courage Starring Fiona Shaw | Playbill.” Playbill. N.p., n.d. Web. 31 May 2016. <http://www.playbill.com/gallery/national-theatres-mother-courage-starring-fiona-shaw-com-2649?slide=0>.

“Playbill MOTHER COURAGE AND HER CHILDREN Signed: Lynn Redgrave, National Theatre.” EBay. N.p., n.d. Web. 31 May 2016. <http://www.ebay.com/itm/Playbill-MOTHER-COURAGE-AND-HER-CHILDREN-signed-Lynn-Redgrave-National-Theatre-/151776564243>.

Brecht, Bertolt, 19898-1956 Mother Courage and Her Children/playwright 1949 Berliner Ensemble


6. Other Topics and Approaches

The discussion of the past few sections has focused on the views and arguments of select figures within NE. The rationale for this focus has been twofold: first, because the positions and figures in question have been at the forefront of recent discussions of NE and second, because the general epistemological affinity between Kornblith and Goldman in particular (i.e., their common adherence to reliabilism) has allowed us to isolate and appreciate both the central challenges to NE and some of the major points of difference among its advocates. Once again, however, the selective focus above should not obscure the fact that many other naturalistic epistemological theories have been offered (Section 1.2). Thus, for example, in addition to reliabilist (Goldman, Kornblith), pragmatic (Stich), and information-theoretic (Dretske) views, teleo-functional thinking has been used in proffered accounts of both knowledge (Millikan 1984) and epistemic entitlement (Graham 2012). Pollock (1986, 1987), and Pollock and Cruz (1999), seek to understand epistemic justification in terms of conformity to procedural norms of belief-formation, the correctness of which is ensured by the contents of the relevant concepts. And others&mdash&ldquononfactualists&rdquo such as Field (1998), and &ldquoexpressivists&rdquo such as Chrisman (2007)&mdashregard the use of epistemic terms, and the explicit endorsement of specific epistemic norms and evaluations, as essentially a matter of expressing one&rsquos attitudes, pro and con. These and other specific views represent other ongoing attempts to understand various epistemic concepts and/or phenomena in a naturalistic manner. While each faces distinct challenges, qua naturalistic views, the most pressing issues facing them are those discussed above.

In addition to such positions with regard to specific epistemic matters, there are other regions of epistemology in which NE figures prominently. This final section briefly describes three further such areas&mdashsocial epistemology, feminist epistemology, and the debate over (epistemic) rationality.

6.1 Social epistemology

As we have seen, NE is motivated by a variety of concerns about the methods and ideals of TE&mdashfor instance, a reliance upon the a priori, an apsychological, &ldquocurrent time slice&rdquo (Goldman 2011) approach to understanding knowledge or justification, a tendency to overlook or idealize the resources and abilities that actual epistemic subjects possess, and so on. Another aspect of TE that has recently come under much scrutiny is its tendency to treat subjects in rather individualistic terms&mdashi.e., as divorced from their social environment. This too is seen as a serious distortion, given that people&rsquos lives, epistemic and otherwise, are importantly shaped by social forces. (Indeed, according to some, even this way of putting it is misleading, since it paints individuals as explanatorily prior to the social in epistemic matters.) Worth noting here is that even paradigm instances of NE might be charged with being unduly focused on the individual&mdashe.g., with looking to individual psychology as being especially relevant to epistemology, at the expense of areas of empirical study with a more social orientation (cf. Grandy 1994: 346&ndash348).

Social epistemology (SE) is a large and diverse area of research aimed at countering the individualism of TE by studying epistemic phenomena from a properly social perspective. (Sample overviews of SE are Schmitt 1994 and Goldman and Blanchard 2015. Goldman and Whitcomb 2011 is an up-to-date collection of papers on SE and Lackey 2014 is a volume of new papers on collective epistemology specifically.) Just as with NE, different specific theories and theorists within SE maintain closer or more distant relations to TE. Some social epistemologists maintain a view of the individual as the primary locus of epistemic achievement, for example, while others treat entities other than individuals, such as groups or corporations, as having epistemic properties. Some theorists evaluate various social processes and institutions in terms of some more general, non-social feature (e.g., reliability), while others think that the relevant good-making features are not so reducible. Some retain truth as the primary epistemic goal others propose some non-traditional goal. Etc. Across these various approaches, however, many practitioners within SE are motivated by concerns similar to those that animate NE, and many of the forms and themes within NE (Section 1.2) appear here as well. (In terms of the theoretical choice points mentioned just above, Goldman 1999b, for example&mdashas he does with respect to NE en soi&mdashtends to occupy the more &ldquoconservative&rdquo positions the SE of Martin Kusch 2002, for instance, rejects many of the core assumptions of TE and Helen Longino&rsquos 2002 views are, arguably, intermediate between the two.)

6.2 Feminist epistemology

As the reference to Longino in the previous (sub)section suggests, there is a continuity between the issues and concerns addressed within SE and those addressed within feminist epistemology (FE). (For overviews of the latter, see Anderson 2012 Grasswick 2013, esp. Section 1 and Janack n.d. in Other Internet Resources). Like SE (and NE), of course, FE is a broad category, within which many diverse projects and positions are assayed. As Longino puts it,

There is no single feminist epistemology. Instead there are a plethora of ideas, approaches, and arguments that have in common only their authors&rsquo commitment to exposing and reversing the derogation of women and the gender bias of traditional formulations. (1999: 331)

Nonetheless, like SE and NE, historically FE has been motivated by concerns about the ideals and assumptions built into TE&mdashalbeit, of course, from a distinctly feminist perspective. Thus, for example, traditional notions of reason and objectivity have been subjected to critical scrutiny, on the grounds that they embody (usually tacitly) certain characteristically masculine ideals, such as a separation from other people, from the object of knowledge, and from one&rsquos own body and the socio-cultural milieu. (Not surprisingly, here, once again, Cartesian assumptions and aspirations come in for special critical attention.)

Against this general background, many theorists adopt a more or less naturalistic approach to the subject matter&mdashfocusing on particular features of the actual epistemic situation and drawing from a diverse range of areas of empirical study (psychology, gender studies, sociological and historical studies, and others). Among such NE-minded philosophers, however, different theorists once again stake out different positions. Thus, for example, a number of feminist epistemologists (e.g., Antony 1993, Campbell 1998, Nelson 1990) draw upon Quine&rsquos work. Just as in NE, however, others (e.g., Clough 2004, Code 1996) argue that a different sort of naturalistic approach is to be preferred&mdashsometimes, on grounds familiar from those discussed earlier sometimes, because of specifically feminist concerns. So too, just as in both NE and SE, there is disagreement about how much of the original framework of TE&mdashwhich of its concepts, concerns, and assumptions&mdashshould be retained, and how certain of its elements might need to be recast so as to render them acceptable.

6.3 Rationality debates

In addition to being of central interest within TE, rationality is central to our self-conception: Aristotle held that we are &ldquorational animals&rdquo, a presumption built into the very name of our species (&ldquohomo sapiens&rdquo) and the thought that humans are rational, perhaps distinctively so, appears to be part of the popular fabric of thought about ourselves. There is long-standing disagreement among epistemologists as to the nature of epistemic rationality (&ldquorationality&rdquo)&mdashwhich, on one understanding, is distinguished from other forms of rationality by being concerned with the effective pursuit of the distinctively cognitive-epistemic end of true belief. There has also recently arisen heated debate&mdashoften termed &ldquothe Rationality Wars&rdquo&mdashamong psychologists and philosophers of psychology concerning what we should say in the face of empirical findings about humans&rsquo apparently disappointing performance on certain &ldquoreasoning tasks&rdquo. According to some, those results force us to confront the possibility that humans may in fact be quite irrational. According to others, such results, together with a psychologically realistic view of how human reasoning actually proceeds, point up the need to revise standard views of what rationality involves. (Much of the resulting debate recapitulates, in broad terms, the debate within TE as to the nature of justified, or rational, belief. [28] )

For example, well-known experimental findings&mdashe.g., those of Tversky and Kahneman (1982) concerning probabilistic reasoning, and those of Wason (1968) concerning deductive reasoning&mdashcannot be taken to illustrate failures in rationality unless we assume what Stein (1996) calls &ldquothe Standard Picture&rdquo (SP):

According to this picture, to be rational is to reason in accordance with principles of reasoning that are based on rules of logic, probability theory and so forth. If the standard picture of reasoning [rationality] is right, principles of reasoning that are based on such rules are normative principles of reasoning, namely they are the principles we ought to reason in accordance with. (Stein 1996: 4)

According to some, rather than suggesting that humans are irrational, the relevant findings (among many other considerations) give us good occasion to ask whether it is reasonable to see &ldquothe Standard Picture&rdquo as providing the relevant normative standard. Discussion of the ensuing debate would take us too far afield here (but see note 27). For present purposes, it suffices to note that it shares many features with the debate within and about NE. Empirical results and considerations of psychological feasibility play a large role within the rationality debate, and many of the facts and factors appealed to by friends of NE in their critique of TE (see Sections 1.2 and 3.2 above, e.g.) reappear here either as criticisms of SP, or as proffered constraints upon an adequate conception of rationality. Finally, as with debates within and about NE generally, discussions of rationality involve appeals to both normative and psychological considerations, with many of the most contested issues having to do with how best to balance their sometimes-competing claims.


Voir la vidéo: .Siège de Leningrad 8 Septembre 1941 - 27 janvier 1944