Critique : Volume 50 - Première Guerre mondiale

Critique : Volume 50 - Première Guerre mondiale


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par un après-midi ensoleillé de mai 1917, la paix d'une ville balnéaire anglaise a été brisée lorsqu'un vol de bombardiers allemands Gotha est apparu sans avertissement. Vingt-trois Gothas avaient entrepris d'attaquer Londres lors de ce premier raid de bombardiers, mais des nuages ​​épais les ont forcés à cibler Folkestone et le camp militaire de Shorncliffe à la place. C'était le début d'une nouvelle phase de la guerre visant à détruire le moral du peuple britannique. Les défenses de Londres ont été rapidement révisées pour faire face à cette nouvelle menace, fournissant la base de la défense de la Grande-Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce livre raconte l'histoire du Gotha et des raids massifs de bombardiers Staaken 'Giant' contre Londres.

Charles Townshend a acquis une renommée internationale, en tant que capitaine, lorsqu'il a commandé la garnison assiégée de Chitral (aujourd'hui Pakistan) en 1895. En conséquence, il est devenu connu sous le nom de « Chitral Charlie ». Décoré par la reine Victoria et honoré par le public britannique, son passage dans l'armée est assuré et, en 1916, il reçoit le commandement de la 6e division indienne et est envoyé en Mésopotamie. Ici, il a remporté une série de victoires époustouflantes alors que sa division mal soutenue balayait tout devant elle dans une avance dévastatrice sur le Tigre. Il triompha brillamment à Kurna, Amara et Kut mais ensuite, contre tous les principes du bon sens militaire, il remonta le Tigre pour prendre Bagdad. Désormais dépassé, il a été confronté à un ennemi turc déterminé. Sa division était épuisée et épuisée. Townshend se retira à Kut, où il fut assiégé et contraint à une reddition humiliante. Le mauvais traitement des prisonniers de guerre britanniques par les Turcs n'a fait qu'ajouter à la honte de Townshend. Cette biographie fascinante et objective examine la conduite controversée de Townshend pendant et après le siège et évalue si sa chute dramatique de la grâce et de la popularité était juste.


UNE HISTOIRE ILLUSTRÉE DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

Le texte de cette œuvre est essentiellement une version simplifiée de Keegan & 1999 La première Guerre mondiale, avec le texte complété par de superbes visuels. Keegan a sélectionné près de 500 photographies, affiches, dessins et cartes, un échantillon de documents produits par tous les principaux combattants et clarifiés par de nombreuses légendes de Keegan. Se concentrant fortement sur les hommes et les femmes ordinaires qui portaient les principaux fardeaux, les illustrations se combinent pour montrer le visage du conflit des lignes de front aux fronts intérieurs, apportant une immédiateté à des événements et des expériences de plus en plus éloignés. Ceux qui n'ont pas encore lu les travaux antérieurs apprécieront également la capacité de Keegan à passer facilement des tranchées des fantassins aux quartiers généraux des généraux et aux chambres des diplomates. Il discute de tactique et de technologie, de politique et de diplomatie, avec un flair intellectuel et une prose dont l'élégance reflète ses antécédents de journaliste et d'universitaire. Comme un nombre croissant d'historiens, Keegan considère la Grande Guerre, avec ses niveaux de massacres sans précédent, comme l'événement déterminant du 20e siècle. (Il pense que la Seconde Guerre mondiale, le dernier conflit plus important, ne peut être compris qu'en termes de problèmes non résolus et créés entre 1914 et 1918.) Que les peuples et les dirigeants européens ont tout risqué dans une guerre dont les causes ne justifient en aucun cas ses coûts. pour Keegan plus facile à décrire qu'à expliquer. Son récit de la douleur et de la pitié du conflit est, cependant, une aussi bonne introduction pour les lecteurs en général qu'on peut le trouver dans la presse n'importe où. Et les illustrations de haute qualité devraient inciter même les propriétaires de l'original à l'ajouter à leurs bibliothèques. (Nov.)

Prévision:Cette saison "appartient aux souvenirs de la Seconde Guerre mondiale basés autour de Pearl Harbor, donc la sortie de ce livre n'a pas d'accroche évidente et peut être éclipsée. Néanmoins, sa qualité devrait en faire un vendeur stable sur des tables de cadeaux plus réfléchies.


La discussion du Club de lecture d'histoire

N'hésitez pas à ajouter toutes les informations de discussion liées à ce sujet dans ce fil de discussion.

Comme tout le monde le sait, La première Guerre mondiale par John Keegan a recueilli le plus de votes des membres jusqu'à présent, ce sera donc la prochaine sélection de fil de discussion. Cette prochaine discussion débutera le 21 février 2010.

Synopsis du livre : (Amazon Review)

"Malgré l'avalanche de livres écrits sur la Première Guerre mondiale ces dernières années, il y a eu relativement peu de livres qui livrent un compte rendu complet de la guerre et de ses campagnes du début à la fin.

La Première Guerre mondiale comble superbement le vide. Comme le savent les lecteurs familiers avec les livres précédents de Keegan (y compris La Seconde Guerre mondiale et Six armées en Normandie), il est un historien de la vieille école.

Il n'a pas de nouvelles théories bouleversantes pour défier le statu quo, pas de récits à la première personne pour tirer sur les émotions - ce qu'il a, cependant, est un don pour parler au profane à travers les méandres d'un récit complexe d'une manière qui n'est jamais moins qu'accessible ou engageante.

Keegan n'essaie jamais d'enfoncer son apprentissage dans votre gorge. Là où d'autres auteurs se sont efforcés d'expliquer comment la Grande-Bretagne pourrait jamais se laisser entraîner dans une telle guerre en 1914, Keegan garde son récit pratique.

Le niveau de communication dont nous bénéficions aujourd'hui n'existait tout simplement pas à l'époque, et il était donc beaucoup plus difficile de garder une trace de ce qui se passait. Au moment où un message a finalement atteint la personne en question, la situation a peut-être changé au point de devenir méconnaissable.

Keegan applique cette même théorie de l'histoire « bidon » au reste de la guerre, principalement aux trois grands désastres de Gallipoli, de la Somme et de Passchendaele.

Les généraux n'ont pas envoyé toutes ces troupes à la mort délibérément, Keegan soutient qu'ils l'ont fait par incompétence et incompétence, et parce qu'ils n'avaient aucune idée de ce qui se passait réellement au front.

Alors que La Première Guerre mondiale n'a pas peur de pointer du doigt les généraux qui le méritent, même Keegan doit admettre qu'il n'a pas toutes les réponses.

Si tout cela semble si manifestement futile et un tel gaspillage de vie maintenant, demande-t-il, comment cela aurait-il pu sembler utile à l'époque ?

Pourquoi tant de gens ont-ils continué, sachant qu'ils allaient mourir ? Pourquoi, en effet.

C'est un site qui traite très bien de certains des principaux champs de bataille de la Première Guerre mondiale.

Si vous êtes très sensible, vous ne voudrez peut-être pas parcourir ce site. Comme pour tous les sites de guerre de recherche, cela peut être très triste.

CHAMPS DE BATAILLE DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE :

J'aime ce site sur la Grande Guerre :

Susanna a écrit : « J'aime ce site sur la Grande Guerre :

Un excellent site..merci de l'avoir posté sur ce fil.

L'HÉRITAGE DE LA GRANDE GUERRE (A MÊME DE LA MUSIQUE DE CETTE ÈRE DE GUERRE)

LES ARCHIVES DE DOCUMENTS SUR LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE :

LA SOCIÉTÉ DE LA GRANDE GUERRE - 1914 - 1918

PREMIÈRE GUERRE MONDIALE : TRANCHÉES SUR LE WEB :

BBC - LA GUERRE POUR METTRE FIN À TOUTES LES GUERRES :

PREMIÈRE GUERRE MONDIALE - SOUVENIR DES SOLDATS - ÉTAT DE WASHINGTON :

PREMIÈRE GUERRE MONDIALE - CARTES DE LA GRANDE GUERRE :

CIMETIÈRE MILITAIRE DE BROOKWOOD :

LISTE DES LIVRES SUR LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE :

LISTE DES PERSONNES ASSOCIÉES À LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE :

DES CHERCHEURS TROUVENT UN SUB ENGLISH DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE :

TÉMOIN OCULAIRE DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE :

PREMIÈRE GUERRE MONDIALE : PAR JENNIFER D. KEENE (GOOGLE)

LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE PAR NEIL HEYMAN : (GOOGLE)

LIVRE SOURCE D'HISTOIRE MODERNE D'INTERNET :

ART DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE :

ASSOCIATION DU FRONT DE L'OUEST :

BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

Assez bon compte rendu de la situation de Verdun :

La bataille de Verdun 1916 - la plus grande bataille de tous les temps

Le lien ci-dessus contient de nombreuses photos familières des sites et de divers autres lieux de la Première Guerre mondiale.

Certaines photos originales sont assez bonnes :

La source cite ce qui suit :
Cette brochure a été préparée par la Division de l'information, Garnison de l'armée des États-Unis, Verdun, en tant que texte supplémentaire en conjonction avec le briefing et la visite du champ de bataille de Verdun donnés par ce quartier général.

Notre objectif est de fournir un texte complet et lisible avec des cartes d'accompagnement pour que le visiteur se familiarise avec les événements entourant la bataille de Verdun. Les historiens et les étudiants en histoire militaire trouveront probablement des omissions techniques, cependant, aucune n'a été omise qui aurait un effet important sur le récit.

Ce quartier général est redevable aux recherches exploratoires des majors George S. Long et John F. Hunt, qui ont commencé ce projet en 1959. Cette brochure a été imprimée avec l'aimable autorisation de l'United States Army, Europe, Publications and Training Aids Center.

Quelques photos couleur des champs de bataille de Verdun de 1916 mais en français :

Pas une mauvaise source surtout en ce qui concerne les grandes figures de la guerre : un who's who :

Verdun accueille une sombre cérémonie de la Première Guerre mondiale

Quelques bonnes vidéos de présentation des tranchées allemandes et de Douaumont :

C'est une très bonne vidéo youtube sur Verdun.

Il s'agit d'une brève démo créée par Eagle Films pour un musée de la guerre concernant la bataille brutale et sanglante de Verdun pendant la Première Guerre mondiale. C'était l'un des vingt projets multimédias qui devaient être réalisés sous la direction de Philip Cook.
Catégorie : Film & Animation
Tags: Directeur du musée de la bataille de la Première Guerre mondiale, Philip Cook Eagle Films

Voici une autre vidéo youtube intitulée :

Tout ce que vous devez savoir sur la bataille de Verdun

Les images suivantes montrent les villageois chassés et l'horreur de la bataille elle-même. Certaines parties sont graphiques. Je mets donc un avertissement sur ce lien :

VISION BRITANNIQUE DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE : BBC

Les causes, les événements et les personnes du conflit ont surnommé la « guerre pour mettre fin à toutes les guerres ».

UN GUIDE DES CHAMPS DE BATAILLE DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE :

LE LONG LONG TRAIL (ARMÉE BRITANNIQUE PENDANT LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE)

GROUPE D'ÉTUDE CEF (LISTE ASSEZ COMPLÈTE DES SITES) :

LA PANDÉMIE DE GRIPPE DE 1918 :

HISTOIRES ORALES DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE :

Quelques recommandations : (En cours) - Veuillez également ajouter vos recommandations.

Lyn Macdonald (À propos des infirmières bénévoles - chronique - entrevues)

(A Memoir - triste autobiographie)

Irène Rathbone
(Témoignage d'un pacifiste qui a travaillé sur le front en France et dans les hôpitaux de Londres)

Helen Zenna Smith (Chroniques des expériences de six jeunes femmes anglaises qui ont payé pour servir comme ambulancières volontaires sur les lignes de front en France pendant la Première Guerre mondiale)

/>William Arthur Bishop (héros de la Première Guerre mondiale, compte de Billy Bishop, à travers les yeux de son fils)

[erreur d'image] (Une sorte de préface à The Guns of August)

Merci beaucoup Susanna..c'est ainsi que nous construisons nos listes de lecture respectives. Grands ajouts.

« Aussie Rick », le croiriez-vous, mais la Première Guerre mondiale, principalement le front occidental, est l'un de mes sujets préférés. J'ai lu beaucoup de livres suggérés ci-dessus et je suis d'accord pour dire qu'ils sont parmi les meilleurs. Je dois avouer que Lyn Macdonald est l'un de mes auteurs préférés de la Première Guerre mondiale et je pense toujours que le récit de Martin Middlebrook sur la Somme est toujours l'un des meilleurs jamais écrits couvrant cette terrible bataille. Puis-je également en ajouter d'autres ?

Maintenant, pour certaines de mes recommandations et favoris australiens :

La Grande Guerre des Carlyon

Certains autres titres navals pourraient inclure:
Andrew Gordon Peter Hart Keith Yates

Et quelques titres aéronautiques :
Peter Hart Adrian Hellwig

Rick, bien sûr, vous pouvez en ajouter autant que vous le souhaitez. C'est un excellent moyen de tisser des liens et de parler de cette période de notre histoire.

Voici quelques bons livres couvrant les États-Unis pendant la Première Guerre mondiale. Les deux premiers que j'ai lus, les autres m'attendent quand j'ai le temps :

Pour de bons livres couvrant le théâtre italien pendant la Première Guerre mondiale, je recommande vivement ce titre :

Deux autres titres & intéressants sont :

C'est assez surprenant après toutes ces années :

92 ans plus tard - l'Armée Perdue :

Quelques livres de la Première Guerre mondiale couvrant une bataille importante pour les Australiens :

Merci..c'est probablement mieux ici. J'espère qu'ils réussiront dans leur travail à Fromelles. Cela a dû être si triste pour ces familles de ne pas avoir retrouvé leurs proches à l'époque. Ils étaient tous le fils, le père, le frère, le cousin, le voisin de quelqu'un. tous avaient des noms et des vies avant Fromelles.

Croiriez-vous qu'un enseignant d'une école victorienne (État d'Australie) a passé des années à rechercher des archives, poussant le Mémorial australien de la guerre et le gouvernement australien à creuser à cet endroit. Il a écrit un livre et aidé d'autres auteurs à faire des recherches sur la bataille jusqu'à ce qu'après une enquête, ils commencent enfin à sonder la région et trouvent le charnier. Le dévouement d'un homme pour retrouver ces hommes perdus a changé la vie de tant d'autres personnes.

J'ai toujours cru cela dans de nombreux cas. le dévouement d'une personne peut tout changer dans une situation donnée.

Voici quelques autres de mes préférés, je recommande vivement la série de livres de Malcolm Brown sur le front occidental

et et et enfin par Malcolm Brown

J'ai trouvé son livre sur la Somme et 1918 parmi les meilleurs récits que j'ai lus depuis un certain temps. Un autre compte intéressant est :

Un ajout récent aux livres de la Première Guerre mondiale est ce compte couvrant le développement et l'utilisation des chars :

Merci beaucoup Rick australien. J'ai remarqué que vous avez mis à jour les photos. et je suis étonné du nombre de livres. C'est bien de voir que vous avez laissé la lumière allumée près de votre chaise de lecture parce que vous avez de la lecture sérieuse à faire (sourire).

Bentley, vous faites un excellent travail pour rendre ce club de lecture amusant !

La Première Guerre mondiale est une obsession mineure pour moi. Je visite souvent les champs de bataille. De plus, j'ai lu des centaines de mémoires et d'autres récits de première main - les meilleurs sont parmi les meilleurs ouvrages littéraires jamais écrits. La liste suivante peut sembler un peu hors des sentiers battus, mais ce sont en fait les meilleurs mémoires de la Première Guerre mondiale jamais écrits :

Eh bien, il y en a tellement d'autres, mais c'est un début. Le premier livre, "Il y a un diable dans le tambour", est l'un des meilleurs livres de tout genre que j'ai jamais lu. Juste une lecture incroyable. Et "Toward the Flame" d'Hervey Allen est probablement le meilleur mémoire américain - il se tient là avec le meilleur des mémoires européens.

'Aussie Rick' a écrit: "'Aussie Rick', le croiriez-vous, mais la Première Guerre mondiale, principalement le front occidental, est l'un de mes sujets préférés. J'ai lu beaucoup de livres suggérés ci-dessus et je suis d'accord pour dire qu'ils sont parmi les meilleurs. Je doit avouer."

Aussie Rick - si vous ne l'avez pas déjà fait, lisez The Desert Column d'Ion Idriess, que j'ai recommandé dans mon dernier - d'autres grands mémoires australiens sont :

Tous simplement de superbes comptes australiens.

La cérémonie du souvenir la plus émouvante à laquelle j'aie jamais assisté est The Last Post à la porte de Menin en Belgique. Avec la poésie envoûtante de Binyon, ses cornemuses et tout, cela ne manque jamais de provoquer des frissons. . . et des larmes :

Ed, je répondrai longuement demain. J'ai eu des soins dentaires aujourd'hui et ça me dérange maintenant. Merci pour vos ajouts et je reviendrai demain pour répondre davantage.

Merci aussi pour vos gentils mots.

Bentley a écrit: "Ed, je répondrai longuement demain. J'ai eu des soins dentaires aujourd'hui et ça me dérange maintenant. Merci pour vos ajouts et je reviendrai demain pour répondre davantage.

Va vite mieux, Bentley, les soins dentaires ne sont jamais amusants. :(

Ed a écrit : « La cérémonie de commémoration la plus émouvante à laquelle j'aie jamais assisté est The Last Post à la porte de Menin en Belgique. Avec la poésie envoûtante de Binyon, ses cornemuses et tout, cela ne manque jamais de provoquer des frissons… a.

Je suis d'accord avec vous, Last Post at Menin Gate est obsédant et vous ne pouvez pas vous empêcher de pleurer. J'ai visité le champ de bataille de Gallipoli en 1990 et j'ai pleuré quand ils ont joué à Last Post au Dawn Service également. J'ai visité pas mal de champs de bataille et de sépultures de guerre du Commonwealth en Flandre et en France et c'est parfois déchirant de lire les pierres tombales.
J'ai pris note de vos sélections et j'en recherche quelques-unes que je n'ai pas déjà, merci pour l'information, très appréciée.

Dernièrement, ici en Australie, nous avons vu une augmentation des témoignages de première main de soldats australiens qui ont servi sur le front occidental, je pense que les membres de la famille trouvent de vieux manuscrits qui ont été enterrés ou perdus pendant des années.

par Alexander Stewart (pas un compte australien mais un bon livre)

par Michael Walsh
" 'Brothers in War' est l'histoire immensément puissante et profondément tragique des frères Beechey, et comment ils ont payé le prix ultime pour le roi et le pays. Tous les huit sont allés combattre dans la Grande Guerre sur des champs de bataille aussi éloignés que la France, la Flandre , l'Afrique de l'Est et Gallipoli. Seuls trois seraient revenus vivants. Même au milieu du carnage des tranchées, c'était un traumatisme familial presque sans parallèle. Leurs épouses et leurs amoureux ont été laissés sans vie, leur mère veuve Amy dévastée. C'est une tragédie qui est restée oublié et banalisé pendant près de 90 ans. Jusqu'à maintenant. Conservés dans une petite trousse marron transmise par la plus jeune sœur des frères, Edie, se trouvaient des centaines de lettres envoyées du front par les garçons Beechey : des bouts de papier griffonnés pendant la cuisson ligne, messages sincères écrits d'un lit de mort, correspondances exaspérées détaillant les absurdités de la vie dans les tranchées. De tout cela émerge l'histoire remarquable des frères perdus. Tragique et émouvant, poétique dans son intensité, "Frère s in War" révèle de première main la catastrophe qu'a été la Grande Guerre, racontée à travers une famille obligée de tout sacrifier." - De l'éditeur

Celui-ci est l'un de mes préférés bien que ce soit le récit d'un jeune pilote survolant le front ouest.
par Cecil Lewis


Critique : Tome 50 - Première Guerre mondiale - Histoire

Je pense que c'est un très bon livre pour de nombreuses raisons, mais il est tout à fait évident qu'il a été écrit d'un point de vue britannique (le professeur Ian Beckett du Rutherford College, Université du Kent, est répertorié comme consultant), notamment à cause de ses omissions flagrantes.

Mais commençons par les points positifs. Le livre regorge d'infographies conviviales, d'excellentes cartes colorées, de photos, d'encadrés factuels et d'une couverture assez bonne, bien que brève, de la plupart des aspects de la guerre. Je pense que personne ne va s'ennuyer avec les leçons d'histoire de ce livre.

La seule critique que j'ai de [cette partie du] livre est l'inclusion de trop de points d'exclamation. Toute la guerre était inimaginable, il n'y a aucune raison de continuer à pousser des exclamations !

Passons au premier indice que vous obtenez selon lequel ce livre a été produit en Grande-Bretagne, ce qui serait l'histoire de la campagne de Gallipoli. La zone de la bataille était extrêmement importante les Dardanelles est un détroit étroit menant à la mer de Marmara, le Bosphore et la mer Noire.

Les Dardanelles, un long détroit étroit séparant les Balkans (Europe) le long de la péninsule de Gallipoli de l'Asie Mineure

Il était contrôlé par l'Empire ottoman, bloquant à la fois une route d'approvisionnement vers les Russes et empêchant les Alliés de conquérir les Ottomans. La bataille de Gallipoli s'est avérée être un énorme désastre pour les Alliés, donnant un vrai sens au terme « tir à la dinde » puisque les Turcs avaient un champ de tir ouvert depuis les hauteurs sur les Alliés qui tentaient d'avancer. Mais le plus révélateur : de qui était l'idée, et qui était responsable de sa mauvaise planification et exécution ? Un grand rôle a été joué par Winston Churchill, à l'époque Premier Lord de l'Amirauté, jamais mentionné nulle part dans le livre.

Gaba Tepe (Anzac), l'endroit où les Australiens ont débarqué sur la péninsule de Gallipoli. Photo : Bettmann/Corbis

Churchill ne se présente pas au moins deux fois de plus alors qu'il aurait certainement dû. L'occasion suivante est venue avec le naufrage du Lusitania, qui a été un facteur majeur dans l'entrée des États-Unis dans la guerre. Churchill a longtemps été soupçonné de savoir que le Lusitania serait en danger, mais d'accueillir favorablement l'opportunité d'impliquer les États-Unis. Comme Hampton Sides l'a écrit dans une récente critique du nouveau livre d'Erik Larson sur le Lusitania :

"Peu de temps avant la catastrophe, Churchill avait écrit dans une lettre confidentielle qu'il était "le plus important d'attirer des navires neutres sur nos côtes, dans l'espoir surtout de brouiller les États-Unis avec l'Allemagne". une grande victoire alliée, en disant : « Les pauvres bébés qui ont péri dans l'océan ont porté un coup plus meurtrier à la puissance allemande qu'il n'aurait pu être obtenu par le sacrifice de cent mille combattants.

Mais l'omission la plus importante des nombreux rôles de Churchill vient de la discussion très sommaire du rôle que les Britanniques ont joué dans la disposition du Moyen-Orient - y compris l'Arabie saoudite et la Palestine, dont nous subissons encore les terribles effets aujourd'hui. L'accord secret divisant la vaste masse terrestre de l'Empire ottoman en sphères d'influence britannique et française était connu sous le nom d'accord Sykes-Picot. Les façons dont les Alliés ont décidé de diviser la région étaient assez complexes, mais ont été conçues pour assurer, entre autres, que la Grande-Bretagne aurait accès au pétrole de la région. Comme le souligne un article du “New Yorker” sur l'histoire de l'accord, “la carte originale Sykes-Picot . . . est toujours considérée comme la cause première de tout ce qui s'est passé depuis.”

Mark Sykes de Grande-Bretagne et François Marie Denis Georges-Picot de France

[Et en fait, certaines des idéologies les plus puissantes au Moyen-Orient, telles que le nassérisme en Égypte et le baasisme en Irak et en Syrie, ont été en réponse à l'accord. Un chef de l'État islamique ou ISIS, Abu Bakr al-Baghdadi, a spécifiquement fait référence à son intention d'effacer la honte du pacte secret franco-britannique de 1916, l'accord Sykes-Picot, comme l'un des objectifs de son mouvement.] Certainement il y avait un certain nombre d'autres acteurs importants qui ont divisé le Moyen-Orient comme des pièces sur un échiquier, mais Churchill était un acteur majeur.

T. E. Lawrence (“Lawrence d'Arabie”)

Il y a quelques autres omissions flagrantes, outre celle de Churchill. Le texte donne l'impression que la révolution russe était principalement une réaction à l'écart de richesse, aux échecs de la guerre et aux pénuries alimentaires subis pendant le règne du dirigeant russe de l'époque, Nicolas II. Ceux-ci ont certainement joué un rôle, mais la Russie avait une longue histoire de ces problèmes. La propagation de nouveaux mouvements intellectuels, en particulier le marxisme, à la fois en Russie en particulier et dans toute l'Europe en général, a également apporté une énorme contribution. Le livre rapporte seulement que Lénine, qui était un « révolutionnaire », et son groupe de « bolcheviks » (non défini), ont mis en place un État « communiste » (de même inexpliqué).

Lénine s'adressant aux troupes à Moscou le 25 mai 1919. (Photo de : Sovfoto/UIG via Getty Images)

Enfin, vers la fin du livre, les pertes sont comptées, ainsi que la mention du « choc des obus » (aujourd'hui appelé TSPT) et la seule phrase sur les civils qui « beaucoup plus sont morts de la maladie ou de la famine provoquée par la guerre ». En fait, la pandémie de grippe de 1918-1919, propagée avec l'aide de mouvements de troupes à travers le monde, a fait plus de morts que la guerre elle-même, estimée par le département américain de la Santé entre 30 et 50 millions de personnes. Elle a été citée comme l'épidémie la plus dévastatrice de l'histoire mondiale enregistrée. Un cinquième de la population mondiale a été infecté, dont 28% de tous les Américains. On estime que 675 000 Américains sont morts de la grippe pendant la pandémie, dix fois plus que pendant la guerre mondiale. Cela semble valoir la peine d'être mentionné.

Mais, le fait est qu'il existe de nombreuses histoires de la Première Guerre mondiale, et selon l'historien, le pays d'origine, les archives consultées et l'année de publication, vous verrez de nombreuses versions différentes de ce qui s'est passé. Ce livre fait un excellent travail pour présenter le sujet aux étudiants. Toutes les images et tous les faits époustouflants inspireront sans aucun doute d'autres recherches, au cours desquelles les parties omises de l'histoire deviendront claires.

Évaluation: De superbes cartes et infographies avec de nombreuses photos feront passer le temps pendant que vous apprenez les bases de la Grande Guerre. L'éditeur recommande le livre pour les 7 ans et plus.


Je pense que c'est un très bon livre pour de nombreuses raisons, mais il est assez évident qu'il a été écrit d'un point de vue britannique (le professeur Ian Beckett du Rutherford College, Université du Kent, est répertorié comme consultant), notamment à cause de ses omissions flagrantes.

Mais commençons par les points positifs. Le livre regorge d'infographies conviviales, d'excellentes cartes colorées, de photos, d'encadrés factuels et d'une couverture assez bonne, bien que brève, de la plupart des aspects de la guerre. Je pense que personne ne va s'ennuyer avec les leçons d'histoire de ce livre.

La seule critique que j'ai de [cette partie du] livre est l'inclusion de trop de points d'exclamation. Toute la guerre était inimaginable, il n'y a aucune raison de continuer à pousser des exclamations !

Passons au premier indice que vous obtenez selon lequel ce livre a été produit en Grande-Bretagne, ce qui serait l'histoire de la campagne de Gallipoli. La zone de la bataille était extrêmement importante les Dardanelles est un détroit étroit menant à la mer de Marmara, le Bosphore et la mer Noire.

Les Dardanelles, un long détroit étroit séparant les Balkans (Europe) le long de la péninsule de Gallipoli de l'Asie Mineure

Il était contrôlé par l'Empire ottoman, bloquant à la fois une route d'approvisionnement vers les Russes et empêchant les Alliés de conquérir les Ottomans. La bataille de Gallipoli s'est avérée être un énorme désastre pour les Alliés, donnant un vrai sens au terme « tir à la dinde » puisque les Turcs avaient un champ de tir ouvert depuis les hauteurs sur les Alliés qui tentaient d'avancer. Mais le plus révélateur : de qui était l'idée et qui était responsable de sa mauvaise planification et de sa mauvaise exécution ? Un grand rôle a été joué par Winston Churchill, à l'époque Premier Lord de l'Amirauté, jamais mentionné nulle part dans le livre.

Gaba Tepe (Anzac), l'endroit où les Australiens ont débarqué sur la péninsule de Gallipoli. Photo : Bettmann/Corbis

Churchill ne se présente pas au moins deux fois de plus alors qu'il aurait certainement dû. L'occasion suivante est venue avec le naufrage du Lusitania, qui a été un facteur majeur dans l'entrée des États-Unis dans la guerre. Churchill a longtemps été soupçonné de savoir que le Lusitania serait en danger, mais d'accueillir favorablement l'opportunité d'impliquer les États-Unis. Comme Hampton Sides l'a écrit dans une récente critique du nouveau livre d'Erik Larson sur le Lusitania :

"Peu de temps avant la catastrophe, Churchill avait écrit dans une lettre confidentielle qu'il était "le plus important d'attirer des navires neutres sur nos côtes, dans l'espoir en particulier de brouiller les États-Unis avec l'Allemagne". une grande victoire alliée, en disant : « Les pauvres bébés qui ont péri dans l'océan ont porté un coup plus meurtrier à la puissance allemande qu'il n'aurait pu être obtenu par le sacrifice de cent mille combattants.

Mais l'omission la plus importante des nombreux rôles de Churchill vient de la discussion très sommaire du rôle que les Britanniques ont joué dans la disposition du Moyen-Orient - y compris l'Arabie saoudite et la Palestine, dont nous subissons encore les terribles effets aujourd'hui. L'accord secret divisant la vaste masse terrestre de l'Empire ottoman en sphères d'influence britannique et française était connu sous le nom d'accord Sykes-Picot. Les façons dont les Alliés ont décidé de diviser la région étaient assez complexes, mais ont été conçues pour assurer, entre autres, que la Grande-Bretagne aurait accès au pétrole de la région. Comme le souligne un article du “New Yorker” sur l'histoire de l'accord, “la carte originale Sykes-Picot . . . est toujours considérée comme la cause première de tout ce qui s'est passé depuis.”

Mark Sykes de Grande-Bretagne et François Marie Denis Georges-Picot de France

[Et en fait, certaines des idéologies les plus puissantes au Moyen-Orient, telles que le nassérisme en Égypte et le baasisme en Irak et en Syrie, ont été en réponse à l'accord. Un chef de l'État islamique ou ISIS, Abu Bakr al-Baghdadi, a spécifiquement fait référence à son intention d'effacer la honte du pacte secret franco-britannique de 1916, l'accord Sykes-Picot, comme l'un des objectifs de son mouvement.] Certainement il y avait un certain nombre d'autres acteurs importants qui ont divisé le Moyen-Orient comme des pièces sur un échiquier, mais Churchill était un acteur majeur.

T. E. Lawrence (“Lawrence d'Arabie”)

Il y a quelques autres omissions flagrantes, outre celle de Churchill. Le texte donne l'impression que la révolution russe était principalement une réaction à l'écart de richesse, aux échecs de la guerre et aux pénuries alimentaires subis pendant le règne du dirigeant russe de l'époque, Nicolas II. Ceux-ci ont certainement joué un rôle, mais la Russie avait une longue histoire de ces problèmes. La propagation de nouveaux mouvements intellectuels, en particulier le marxisme, à la fois en Russie en particulier et dans toute l'Europe en général, a également apporté une énorme contribution. Le livre rapporte seulement que Lénine, qui était un « révolutionnaire », et son groupe de « bolcheviks » (non défini), ont mis en place un État « communiste » (de même inexpliqué).

Lénine s'adressant aux troupes à Moscou le 25 mai 1919. (Photo de : Sovfoto/UIG via Getty Images)

Enfin, vers la fin du livre, les pertes sont comptées, ainsi que la mention du « choc des obus » (aujourd'hui appelé TSPT) et la seule phrase sur les civils qui « beaucoup plus sont morts de la maladie ou de la famine provoquée par la guerre ». En fait, la pandémie de grippe de 1918-1919, propagée avec l'aide de mouvements de troupes à travers le monde, a fait plus de morts que la guerre elle-même, estimée par le département américain de la Santé entre 30 et 50 millions de personnes. Elle a été citée comme l'épidémie la plus dévastatrice de l'histoire mondiale enregistrée. Un cinquième de la population mondiale a été infecté, dont 28% de tous les Américains. On estime que 675 000 Américains sont morts de la grippe pendant la pandémie, dix fois plus que pendant la guerre mondiale. Cela semble valoir la peine d'être mentionné.

Mais, le fait est qu'il existe de nombreuses histoires de la Première Guerre mondiale, et selon l'historien, le pays d'origine, les archives consultées et l'année de publication, vous verrez de nombreuses versions différentes de ce qui s'est passé. Ce livre fait un excellent travail pour présenter le sujet aux étudiants. Toutes les images et tous les faits époustouflants inspireront sans aucun doute d'autres recherches, au cours desquelles les parties omises de l'histoire deviendront claires.

Évaluation: De superbes cartes et infographies avec de nombreuses photos feront passer le temps pendant que vous apprenez les bases de la Grande Guerre. L'éditeur recommande le livre pour les 7 ans et plus.


5 fusils de service de la Première Guerre mondiale

Quintus peut être trouvé sur qcurtius.com. Il est l'auteur des livres On Duties, Thirty Seven, Sallust: The Conspiracy Of Catiline And The War Of Jugurtha, et d'autres livres. Son travail a été examiné dans le magazine Taki. Il peut être suivi sur Twitter

Les armées des belligérants qui sont allés à la guerre en 1914 portaient des fusils que l'on pourrait considérer aujourd'hui comme pittoresques. Ils avaient de belles finitions en bois, étaient conçus pour les tirs à longue portée et étaient si robustes qu'ils pouvaient résister à toutes sortes d'abus dans les environnements de tranchées difficiles dans lesquels ils étaient utilisés. Certains de ces fusils sont bien connus, d'autres moins. Nous allons esquisser quelques-uns des principaux fusils de service utilisés en Europe de 1914 à 1918. Le lecteur notera ici l'absence des armes de service de l'Italie et de l'Autriche-Hongrie, mais les impératifs d'espace nous limitent aux seuls grands modèles.

Fusil n° 1 Mk III Lee-Enfield (Royaume-Uni)

On ne peut pas faire mieux que de commencer avec le “Short Magazine Lee-Enfield” ou SMLE. Ce magnifique fusil est considéré par de nombreux experts comme le meilleur fusil de service polyvalent jamais fabriqué. Conçue en 1907, l'arme utilisait une action de boulon remarquablement douce qui pouvait, avec de la pratique, être actionnée à une vitesse très élevée. Son chargeur détachable de 10 cartouches pouvait contenir près de deux fois plus de cartouches que les autres fusils de l'époque, et l'arme était vue à environ 1 000 mètres.

Some models even had an ultra long-range sight used for volley fire to cover open areas no doubt this was rarely used. In trained hands the rifle could fire off around 15 rounds per minute. Designers wanted a rifle that was shorter than the typical service rifle, but one that also combined most of its features.

The weapon was distributed widely over all parts of the British Empire, as well as to Australia and New Zealand. It was expensive to produce and was manufactured to a very high standard, and examples are still occasionally found in use today in odd corners of the world (e.g., Afghanistan). It may be the greatest bolt-action rifle ever made.

Mauser Gewehr 1898 (Germany)

The venerable Mauser served Germany well not only in the Great War but also in the Second World War. And anyone who has actually handled and fired the weapon can easily understand why. This is a combat rifle, pure and simple. Chambered for Germany’s 7.92 mm round, the Mauser was so robust that it could double as a war-club one minute, and a long range sniper rifle the next.

The bolt action used the front-lug locking system, as well as the “straight-pull” chambering action, which was less convenient than the Lee-Enfield. When the magazine was empty, the bolt locked to the rear and could not be closed unless a new clip was fed into the chamber. Its five-round magazine was not ideal, but in practice this seemed to present few problems with the front-line troops. The weapon was popular enough to be manufactured under license abroad in Spain after the war.

Mosin-Nagant Model 1891 (Russia)

Russia in 1914 lacked the industrial base to churn out weapons in the same quantity as the other belligerents, but it did its best under the adverse conditions in which it was operating. Accounts exist of whole infantry units being sent to the front with no arms of any kind, and being told to scavenge them from the fallen on the battlefield.


Conclusion ↑

Federal support for World War I veterans continued into the 21 st century when the last veteran, Frank W. Buckles (1901-2011), died at the age of 110 on 27 February 2011 and was buried in Arlington Cemetery. [51] American losses in the war may have been fewer than European losses, but the legacy of increased governmental responsibility for its soldiers, sailors, marines, and veterans forged a new relationship between the government and its military personnel and between the nation’s civilian medical system and its military institutions. As the nation demanded military service from millions of young men, they and their families and advocates negotiated with the government for new agencies and benefits to care for and compensate them for their service and sacrifice. This negotiation continued in the post-war years as veterans contended with disability and diseases stemming from their service, leaving a legacy of increased expectations regarding government support for future active duty personnel and veterans. Any analysis of war losses, therefore, given the continued disability and suffering as well as the public policy efforts to compensate that suffering, must extend beyond wartime to succeeding generations.


Carol R. Byerly, Independent Scholar


Welcome to Cross & Cockade International !

The purpose of Cross and Cockade International is to provide quality detailed information on, and promote research into, all aspects of aviation up to the end of the First World War. We do this primarily through our quarterly journal available by subscription, and by occasional seminars and informal local meetings. The Society has existed in it's present form since 1970 and in various forms since 1960.

Despite the Covid crisis journal production continues, and the Society will function and develop as planned except for face-to-face contact.

2021 Subscriptions are now available - see Membership menu above. If you have not yet paid for your 2020 Subscription, please do so they are still available. If you are not yet a member and wish to join and receive our quarterly journal, please subscribe using the link to the right or by using the "Membership" menu above.

Notre quarterly journal is at the heart of the Society:

Volume 52/2, Summer 2021 is now available - so all members should have your copy by now.

Our friends in the Western Front Association have invited us to a Zoom seminar "Wings over the Somme" on Monday 19th July at 8pm. Admission is free, but limited to the first 500 applicants. ONLINE: Wings Over the Somme | The Western Front Association .

We have a large selection of mainly WW1 aviation-related books for sale, both our own publications and also many second-hand books. Please click on the Shop menu above.

Air Britain have produced what must be the definitive book on the Bristol F2 "Fighter". Cross and Cockade experts have had a major role in bringing it to publication. Members are allowed a discount on all Air Britain publications, on providing their CCI membership number.

IMPORTANT NOTICE FOR MEMBERS AND CUSTOMERS IN THE EU REGARDING BOOK SALES

We had to temporarily block book sales to EU countries immediately after Brexit until the VAT situation was clarified. However, we are now once again able to sell the bulk of our books and back issues into the EU.

This is due to the EU extending their VAT minimum value threshold to 󌍄 from 01-Jan to 01-Jul-2021. We have conservatively translated this limit to 㾼. Items we are still unable to sell to EU resident customers are digital downloads, which are not covered by this exemption, and of course books valued over 㾼. Subscriptions (for 2020 and 2021) are unaffected, and are available world-wide as usual.

To enable all the availability of as much of as possible of our back catalogue, we have permanently reduced the price of Volumes 39 to 48 from 㿂 /㿃 to 㾼 - and are temporarily (until July 2021) also offering Volumes 49 & 50 at 㾼.

The new pricing is now in place on the web shop.

We’re hopeful that by July 2021 the EU will make available a revised VAT structure, which will once again enable us to trade fully throughout the EU.

Please note this does NOT apply to membership subscriptions and journal postage which will continue to be available as normal.

Upcoming Digital Journal

From 2022, a digital pdf version of the Journal will be available. Members can see a sample pdf version of Vol 51/4 in the Members' Area, above.

This will be an alternative to the printed Journal, not a replacement. Subscription cost will be less for Members wanting the digital version only, and the content will be fully searchable online.

Notre 2021 Calendar is now available - Click here to buy one.

Problème 37 of our popular free email newsletter Wind in the Wires compiled by David Marks, went out in May, containing all the latest events and news relating to our fascinating subject. Subscribe here to receive future issues. Back numbers are available in the link below, under "Useful Stuff". We've over 1,400 subscribers - and it's free - so why not see what you're missing? PLEASE NOTE that if you think you've subscribed, but haven't received your issue, you'd do well to check your spam filter(s)!

Another batch of pre-loved WW1 aviation books will soon be available on the web shop - all at very reasonable prices. Watch this space!

We have an active Facebook page, cared for by Adrian Roberts plus a twitter account@crosscockade which is also growing in popularity.

Current Journal, Vol 52/2:



Articles in this issue:

Floatplanes Over the Desert - L'Escadrille de Port Said 1914-16, Part 1: Ian Burns

The Development of British Airpower on the Western Front to the end of 1915, Part 2: David Spruce

Combat in a Salmson - David Kennedy, 24th Aero Sqdn USAS: David Isby

Whit Sunday Action - the first sinking of a submarine by an aircraft: Mike Ingham

A Camel Fit for a King: 2/Lt Paul King, 204 Sqdn RAF: Stewart Taylor

Gazetteer of British Flying Sites in France, Belgium and Germany, 1914-1920, Part 6: Peter Dye, Roger Austin, Mick Davis


Desert Shield/Storm

1990-1991: Under the command of MG Thomas Rhame, the 1st Infantry Division (Mech) deployed over 12,000 troops.

In response to Iraq’s 1990 invasion of Kuwait, an American-led coalition assembled its forces in Saudi Arabia in Operation Desert Shield. Under the command of MG Thomas Rhame, the 1st Infantry Division (Mech) deployed over 12,000 troops. On February 24, 1991, the Big Red One was the spearhead that pierced the Iraqi defenses. This action allowed the Coalition armored forces to penetrate deep into Iraq and cut off the escape route of the fleeing Iraqi army. In 100 hours of ground combat, the Division destroyed more than 500 tanks and captured more than 11,400 Iraqi prisoners or war.

Soldiers from 1st Platoon, Company C, 2nd Battalion, 16th Infantry, 1st Infantry Division, next to their Bradley Fighting Vehicle and a campfire in the Kuwait desert, 1991.

An M1 Abrams tank in the foreground with oil fires burning in the background in Kuwait, February 1991.

SSG Thomas Inglesby, Scout Platoon, Headquarters and Headquarters Company, 2nd Battalion, 16th Infantry Regiment, 1st Infantry Division, February 25, 1991, just after the first major battle with the Iraqi 52nd Division.

Allen C. Smith, 1st Platoon, Company C, 2nd Battalion, 16th Infantry Regiment, 1st Infantry Division, right, shakes hands with Gen. Norman Schwarzkopf.


About the Book

In an increasingly digital world in which pedagogical trends are de-emphasizing rote learning and professors are increasingly turning toward active-learning exercises, scholars are fleeing traditional textbooks. Yet for those that still yearn for the safe tether of a synthetic text, as either narrative backbone or occasional reference material, The American Yawp offers a free and online, collaboratively built, open American history textbook designed for college-level history courses. Unchecked by profit motives or business models, and free from for-profit educational organizations, The American Yawp is by scholars, for scholars. All contributors&mdashexperienced college-level instructors&mdashvolunteer their expertise to help democratize the American past for twenty-first century classrooms.


Voir la vidéo: La paix impossible 1918-1926. Première Guerre Mondiale - Documentaire


Commentaires:

  1. Shazilkree

    Je vous souhaite tous les plus noirs de la nouvelle année!

  2. Abbott

    Essayons d'être sensé.

  3. Gardataur

    bonhomme de neige

  4. Andreas

    Il est donc infiniment possible de discuter.



Écrire un message