Dennis Burt au Lido de Venise (2 sur 3)

Dennis Burt au Lido de Venise (2 sur 3)



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Dennis Burt au Lido de Venise (2 sur 3)

Photo de la collection de Dennis Burt

Légende originale : 1945-07-26 Lido Venise 'que pensez-vous de moi Love Dinks xxx'

Copyright Gary Burt 2013

Un grand merci à Gary pour nous avoir fourni ces photos de la collection de son père.


Pourquoi Venise est-elle inondée et que fait-on à ce sujet ?

Tout au long du mois de novembre 2019, Venise a été inondée par les pires inondations de la ville depuis un demi-siècle. Des photographies et des vidéos diffusées dans le monde entier montrent l'emblématique place Saint-Marc de la ville sous l'eau, avec une surtension de 2 mètres de haut menaçant des dommages irréparables à des sites historiques tels que la basilique Saint-Marc. Alors que la ville lutte contre la montée des eaux depuis le Ve siècle, les récentes inondations, dans le contexte du changement climatique, ont suscité un débat sur la vulnérabilité des villes côtières à la montée du niveau de la mer et sur la manière d'atténuer les dommages.

Venise s'est habituée aux inondations périodiques, décrites dans le folklore local comme « acqua alta » (haute eau). Alors que la ville peut subir des inondations près de 60 fois par an pendant les mois d'automne et d'hiver, les dernières décennies ont vu une augmentation notable de la gravité et de la régularité des inondations. La basilique Saint-Marc, par exemple, a été inondée six fois en 1200 ans. Quatre de ces inondations ont eu lieu au cours des 20 dernières années.

Plusieurs facteurs rendent Venise particulièrement sujette aux inondations. Comme détaillé par Reuters, le niveau de la mer autour de la ville côtière augmente depuis des décennies en raison du changement climatique, avec une élévation de 20 centimètres estimée au cours du siècle dernier. Alors que le niveau de l'eau montait, la ville elle-même s'affaissait d'environ un millimètre par an en raison du terrain mou et mouvant sur lequel elle était construite. La base fragile sur laquelle la ville est construite a été encore plus compromise au cours des dernières décennies, la ville pompant de l'eau souterraine à des fins de consommation et d'utilisation industrielle jusqu'aux années 1970.

La situation géographique de Venise a également contribué aux inondations de la ville. Situées sur un lagon marécageux et peu profond au bord de la mer Adriatique, les îles vénitiennes ont été soumises à des variations de marée de 50 cm du niveau de la mer tout au long de l'année. Une série d'îles-barrières connues sous le nom de « barene » ont protégé les îles intérieures des inondations depuis le XIIe siècle, les Vénitiens bloquant les rivières et renforçant les îles-barrières pour améliorer la protection de la ville.

Lorsque les années 1960 ont annoncé l'excavation du Canale dei Petroli, permettant aux pétroliers d'atteindre le port continental près de Venise, les protections séculaires ont été compromises et la lagune érodée. En conséquence, les vents du Scirocco soufflant du sud-est peuvent désormais entraîner de l'eau dans la lagune, ce qui, combiné aux marées hautes, augmente le risque d'inondations graves.

L'attitude changeante des Vénitiens à l'égard de leur environnement bâti a également indirectement augmenté le risque d'inondation. Pendant des siècles, lorsque de nouveaux bâtiments ont été construits dans la ville, ils ont été construits sur les piliers et les fondations des bâtiments anciens, ce qui a régulièrement élevé la ville. Dans une récente interview avec Rolling Stone, l'expert en restauration de Venise Pierpaolo Campostrini a décrit comment les risques d'inondation ont été réduits en construisant la ville plus haut au sacrifice de palais des XIIIe et XVe siècles.

Ils n'étaient pas sentimentaux sur le passé. Ils ne se souciaient pas de préserver les vieux bâtiments. Ils ont juste construit de nouveaux sur les anciens. Et la ville ne cessait de s'élever. Mais bien sûr, nous ne pouvons plus le faire. Maintenant, il y a des contraintes culturelles. Nous ne voulons pas perdre la belle architecture Renaissance que nous avons ici. L'abattre et construire dessus n'est pas une option. Nous devons trouver un autre moyen de le sauver.
-Pierpaolo Campostrini, expert vénitien de la restauration parlant au magazine Rolling Stone

La dernière inondation, qui a couvert 85% de la ville, a attiré l'attention sur la question de savoir comment Venise peut se sauver d'une augmentation des inondations. La solution la plus apparente dans MOSE, un système inachevé de 78 portes tempête dont la construction a commencé en 2003. Ancré par quatre vastes portes rétractables aux entrées du Lido, de Malamocco et de Chioggia, le système a été conçu pour sceller l'ensemble du lagon contre les marées hautes en quinze minutes. Le projet de plusieurs milliards d'euros a cependant été en proie à des dépassements de coûts, des scandales de corruption et des retards. Même s'il est terminé, des questions ont été soulevées quant à l'efficacité de MOSE, avec des craintes que l'utilisation presque quotidienne des barrières n'augmente la pollution et modifie les débits d'eaux usées.

Alors que le projet MOSE peut devenir un exemple impressionnant de l'humanité qui retient le pouvoir de la nature par la force brute, une approche à long terme pour protéger Venise des inondations peut consister à travailler avec la nature plutôt que contre elle. La renaturalisation des îles-barrières pour ralentir la marée et l'arrêt de l'activité industrielle qui nécessite le dragage et l'approfondissement du lagon ont déjà été suggérés comme moyens de rétablir l'équilibre séculaire entre la ville et son environnement naturel. La ville pourrait également se tourner vers d'autres régions pour s'inspirer, y compris les méthodes néerlandaises pionnières en matière de gestion de l'eau, privilégiant l'éthique de « vivre avec l'eau ».

Alors que les villes côtières du monde entier seront confrontées aux problèmes imminents de l'élévation du niveau de la mer, la situation précaire de Venise concerne autant l'incompétence politique locale que les changements environnementaux mondiaux. L'avenir n'offre aucun répit, avec des projections d'inondations désastreuses suggérant que dans 50 ans, la ville connaîtra des inondations annuelles à l'échelle qui font actuellement les gros titres dans le monde entier. Par conséquent, les autorités municipales doivent aller au-delà d'un système de barrières défaillant et prendre des mesures urgentes qui fusionnent l'atténuation à court terme avec une réparation à long terme de la relation symbiotique entre la ville et la lagune, la terre et l'eau, l'urbain et le naturel.


Jours d'été à Venise - rapport de voyage en direct

Je viens d'arriver à Venise et j'écris ceci sur la petite terrasse de ma chambre d'hôtel. Je séjourne à la Pensione La Calcina sur les Zattere, où j'ai réservé une chambre simple pour 3 nuits (avant de déménager dans un autre hôtel mardi. La chambre est absolument minuscule, mais très mignonne, et - elle a une terrasse privée ! Ok, non vue à proprement parler, mais je vois une partie d'un petit canal :).

J'ai voyagé ce matin en train depuis ma ville natale de Berne en Suisse. Le trajet a été confortable (même si le train était plein) et n'a pas semblé trop long (ce qui me fait me demander une fois de plus pourquoi il ne m'est jamais venu à l'esprit de faire cela auparavant). Pour passer le temps dans le train, j'avais apporté avec moi "Une nuit sur l'Orient Express" (un morceau divertissant de poussins éclairé, assez bon pour un voyage en train jusqu'à Venise).

Après être descendu à Venezia Santa Lucia et avoir admiré la vue magnifique sur le Canal Grande, j'ai traversé le Ponte della Costituzione (et j'ai vu ce drôle de « cabine à bulles » mentionné dans Le jeu vénitien !) -passe-ville. Il n'y avait pas une longue file d'attente et j'entrais et sortais du bureau en 10 ou 15 minutes environ. La sympathique jeune femme au comptoir a pris ma photo et a rempli le formulaire pour moi, je n'avais qu'à signer. Alors maintenant, je suis l'heureux propriétaire d'un City Pass Venezia Unica personnalisé de 5 ans, oui ! Je l'ai chargé avec vingt manèges (deux carnets) et j'étais prêt à partir.

J'ai pris le vaporetto directement de P. Roma à Zattere, j'ai rapidement trouvé mon hôtel et je me suis enregistré.

Rafraîchi un peu, maintenant j'écris ceci avant de sortir explorer et errer. De plus, pour ce soir, j'ai réservé une tournée de cicchetti avec airbnb, pour (espérons-le) de la bonne nourriture et de la bonne (espérons-le)

Je pars maintenant, je continuerai plus tard.

Passez un bon moment, profitez de ne pas faire de visites Venise est facile par vous-même,

Il faut noter que La Calcina a une certaine renommée historique auprès des artistes et des écrivains. Bien que les photos suggèrent que les décorations sont grandioses et anciennes, elles ne sont pas les draperies poussiéreuses et froufrous d'il y a 50 ans dont je me souviens.

Veuillez garder vos mises à jour à venir! Nous serons à Venise pour 4 nuits en septembre et j'aime vraiment recevoir des mises à jour en direct de mes compagnons de voyage. Prendre plaisir!

J'adore l'emplacement de La Calcina et le restaurant en face du canal est également agréable. Content de voir ton reportage !

Oh, pouvoir simplement monter dans un train et descendre à Venise. Tellement envieux.

En juin, nous avons passé trois jours d'un voyage en France à nous faufiler à Venise simplement parce que nous avions besoin d'une solution à Venise. Je viens de passer deux jours à errer dans des zones que nous n'avions pas encore traversées. C'est une année de Biennale architecturale, vous devriez donc pouvoir trouver des petites expositions gratuites intéressantes autour de Venise, la plupart dans de petites églises inutilisées ou des zones extérieures. Je ne pense pas que vous soyez loin de l'église où nous avons trouvé les reproductions de la machine DaVinci.

Ne manquez pas votre après-midi Spritz dans un campo calme et profitez du beau temps.

Je porte ma carte Venezia Unica tout le temps.

En Australie, eh bien, c'est bien de se le rappeler.

Sophie, merci pour le conseil. En fait, j'ai envisagé de me promener seul, mais hier, j'avais envie d'avoir de la compagnie et peut-être de découvrir quelques endroits que je n'aurais peut-être pas trouvés par moi-même. La soirée s'est avérée assez amusante et réussie, donc pas de regrets :-).

Denis, merci pour le lien ! Je suis peut-être tombé dessus lorsque j'ai réservé, mais relisez-le maintenant. Et en restant ici, je peux sûrement comprendre pourquoi les gens voudraient venir ici et écrire :-) (je ne fais pas la même chose en ce moment ? Lol)

jtwiz, j'espère que vous apprécierez votre séjour en septembre ! 4 nuits vous donneront une belle première impression de Venise !

PWMW, oui je suis d'accord, c'est un endroit merveilleux !

andrew p, en effet j'ai de la chance ! Le trajet en train était si facile (et très bon marché à 29 € l'aller simple si réservé assez tôt) qu'à l'avenir, je ferai probablement un zoom avant pour le week-end chaque fois que j'aurai besoin d'une solution à Venise !

Et oui, j'attends avec impatience mon premier Spritz ! Hier, il n'y avait que du vin.

Peter, il semble que ma carte aussi ait trouvé sa place dans mon portefeuille. Ne pense pas que je le retirerai quand je rentrerai à la maison :-).

Je continuerai le reportage dans le prochain post.

Donc, sachant que faire une tournée Bacaro n'est en aucun cas nécessaire, je m'y suis toujours accroché et j'y suis allé. Cela semblait être une chose très décontractée offerte par un jeune vénitien qui loue également une chambre airbnb dans son appartement.

Donc, après avoir pris une douche assise (dans ma baignoire sous le toit en pente), j'ai mis des vêtements propres et j'ai commencé à me rendre au Campo SS Giovanni e Paolo où nous devions tous nous retrouver. J'avais plus d'une heure pour m'y rendre, et le but était d'atteindre ma destination sans utilisation excessive d'une carte. De plus, j'ai essayé de prendre un rond-point où je n'avais pas encore marché auparavant, mais j'ai quand même continué à finir dans des endroits qui m'étaient familiers.

En chemin, j'ai continué à chercher les foules contre lesquelles les gens me mettaient en garde si je devais visiter pendant les mois d'été. D'une manière ou d'une autre, ils devaient être ailleurs sur l'île car je me suis retrouvé principalement à marcher seul dans l'étroite calle. Oui, de temps en temps, lorsque j'arrivais à un campo ou à une rue plus large, il y avait du monde, pas seulement des touristes, mais beaucoup de locaux (ou du moins d'italiens) et d'enfants jouant au football, etc. C'était une atmosphère amicale et paisible, mais peut-être que je m'étais préparé au pire et j'ai ensuite trouvé que ce n'était pas si mal du tout.

Comme par magie, sans même le vouloir, je me suis soudain retrouvé debout sur la Piazza San Marco. Et oh oui, là il y avait pas mal de monde. Mais la place est immense, et pour être honnête, elle ne semblait pas plus encombrée que lorsque nous y étions en avril. Même avec la foule, il a réussi à impressionner. Les orchestres jouaient quand je passais devant le Gran Caffè Quadri, et je me suis promis de m'asseoir là un jour et de prendre un sgroppino.

Quoi qu'il en soit, j'ai trouvé ma destination sans trop vérifier la carte, et suis même arrivé un peu en avance. Le campo était presque vide, et bientôt deux jeunes filles se sont approchées de moi et m'ont demandé si j'étais aussi de la tournée. Peu de temps après, nous avons trouvé le reste du groupe et nous nous sommes rendus au premier arrêt, qui était tout près. Heureusement pour nous, car il venait juste de commencer à pleuvoir. Les présentations ont suivi et les premiers verres de vin ont été versés. Le groupe était composé de ces deux jeunes filles américaines, une dame âgée de Tasmanie, une autre dame âgée des États-Unis, notre guide vénitien et sa petite amie, qui nous avaient rejoints spontanément, et moi-même.

Je dois dire que nous nous sommes tellement amusés. Toutes ces personnes étaient intéressantes et intéressées, nous parlions et échangeions des expériences, buvions du vin merveilleux et mangeions de bons cicchetti. Pour moi, il aurait pu y avoir plus de nourriture et moins de vin en fait, car je n'ai pas l'habitude de boire beaucoup d'alcool (j'ai opté pour une boisson sans alcool dans 2 des 4 endroits que nous avons visités), mais j'apprécie la bonne nourriture . Nous avons essayé les spécialités vénitiennes d'actualité, comme le bacalao mantecato, la sarde in saor, la polpette di carne, etc. Je ne les avais pas essayés au bon endroit. Ceux servis à Ai Promessi Sposi étaient bien loin de ce que j'avais mangé en avril! J'y retournerai à un moment donné et les mangerai à nouveau :-).

La tournée s'est terminée à Anica Adelaide à Cannaregio, où nous avons pu nous asseoir et prendre notre dernier verre. Il était censé se terminer à 20h30, mais nous nous sommes quand même assis là à 22h. Les conversations et le vin coulaient à flot, et j'ai trouvé très intéressant d'entendre le point de vue d'un Vénitien sur la situation actuelle à Venise. Triste, comment le maire ne fait apparemment rien pour améliorer la situation des résidents. J'espère faire partie des visiteurs respectueux de ce lieu unique, qui soutient la ville et fait peu de dégâts. Je ne sais pas si c'est un souhait réaliste.

À un moment donné, un ami de notre guide nous a rejoint. Il a un voilier à Sant Elena et emmène des gens nager dans le lagon cet après-midi et m'a invité à les rejoindre. J'attends ça avec impatience !

Après 11 heures, j'ai commencé à me fatiguer et j'ai fait mes adieux. La dame de Tasmanie était également prête à partir alors nous avons marché ensemble jusqu'à la Piazza San Marco d'où elle allait prendre le vaporetto pour le Lido, où se trouvait son logement.

Elle quittait Venise aujourd'hui et avait un billet pour la Biennale qui apparemment est toujours valable aujourd'hui, donc je vais aller voir avant le départ. Je prévois de visiter à nouveau la Biennale au cours de ce voyage, mais aujourd'hui pourrait me donner une première impression de ce à quoi m'attendre. J'ai lu les articles de Katia et j'ai une liste de ce que je veux voir, mais si je ne peux pas tout intégrer, je serai de retour en octobre de toute façon pour le reste.

Après avoir laissé tomber mon compagnon de Tasmanie à l'arrêt du vaporetto, j'avais envie d'une glace. Je n'en avais pas encore eu et je m'étais promis d'en avoir un tous les jours au moins ! Donc retour vers Rialto à ma gelateria préférée SuSo. La première glace devait être « Manet » de SuSo.

J'ai erré un peu la nuit en profitant de mon "Manet", me dirigeant lentement vers l'arrêt du vaporetto du Rialto. Bien sûr sur le chemin j'ai été bavardé, oh ces italiens lol ! Seulement, il n'était pas du tout italien, mais albanais. Maintenant, je ne sais pas ce qui est pire. bien sûr il s'est retrouvé sur le même Vaporetto, et j'ai découvert qu'il s'appelait Mirco, il était à Venise depuis dix ans, avant ça à Florence et 5 ans à Londres, et il travaille comme serveur chez Ai Artisti. Très intéressant, merci mais non, je ne voulais pas boire un verre avec lui (même si je n'avais pas déjà assez bu lol). Il est descendu à San Tomà et c'est tout. Il était gentil et amical, mais je ne pense pas que je dînerai à Ai Artisti.

Je suis descendu à l'Académie et de là, c'était à quelques pas de ma pension.

J'ai bien dormi, le lit et l'oreiller étaient confortables, la climatisation fonctionnait silencieusement, l'hôtel était paisible et calme.


Festival de rock de Venice Beach. 1968. Dennis Stock

À la fin des années 1960, Dennis Stock a capturé les tentatives des hippies californiens de remodeler la société selon les idéaux d'amour et de paix. Il a décrit le voyage comme rien de moins qu'extraordinaire : « Un récent voyage m'a époustouflé à travers cet état d'être, alors que je collectais des images en cours de route pour me souvenir de la qualité éphémère du Grand Voyage.

Cette impression est destinée à un usage personnel uniquement, destinée à être affichée à la maison ou dans d'autres espaces privés. Pour toutes autres utilisations, telles que l'affichage dans des espaces publics ou des institutions, la publication de l'image en ligne ou imprimée, ou toute autre forme d'utilisation, l'autorisation doit être accordée par Magnum Photos. Veuillez contacter la boutique Magnum pour toute question.

Notre équipe d'experts en Fine Print est là pour vous aider à démarrer votre propre collection. Veuillez contacter notre directrice de la galerie Fine Print, Chelsea Jacob à l'adresse [email protected] pour une consultation ou pour organiser une visite des tirages dans l'un des espaces de Magnum à Londres ou à Paris.

Nous vous conseillons un délai de livraison allant jusqu'à 2-3 semaines pour votre impression. Si vous souhaitez votre tirage plus tôt, veuillez contacter Chelsea Jacob à [email protected] pour obtenir des informations sur les stocks. Les petits caractères seront répertoriés à la valeur au détail à des fins d'expédition et les droits de douane à l'importation sont à votre charge et ne sont pas inclus dans votre achat Magnum.

Être auto-compétitif est l'un de mes traits les plus forts

Dennis Stock
© Dennis Stock | Magnum Photos

Dennis Stock est né en 1928 à New York. À l'âge de 17 ans, il a quitté la maison pour rejoindre la marine américaine. En 1947, il devient apprenti du photographe du magazine Life Gjon Mili et remporte le premier prix du concours Life's Young Photographers.

Il a rejoint Magnum en 1951. Stock a évoqué l'esprit de l'Amérique à travers ses portraits mémorables et emblématiques de stars hollywoodiennes, notamment James Dean. D'autres projets notables incluent son travail sur la scène du jazz et sur la contre-culture californienne des années 1960.

Dans les années 1990, il revient à ses origines urbaines, explorant l'architecture moderne des grandes villes et son travail ultérieur se concentre principalement sur l'abstraction des fleurs. Dennis Stock a résidé à Woodstock, New York, jusqu'à sa mort en 2010.


Adieu, ‘Lido’ : Après 32 ans et 22 000 représentations, le rideau tombe sur l'institution vieillissante de Vegas

Lucky Seven Limousine Chauffeur Rena Warden porte une photocopie pliée de sa photo de showgirl « Lido de Paris » pour montrer aux passagers intéressés par le bon vieux temps le long du Strip. Dépliant soigneusement la feuille de papier en lambeaux, elle la lisse sur la table du bar-salon : elle représente une ressemblance très contrastée d'une Rena beaucoup plus jeune, drapée dans un costume daté de vison blanc et d'agneau de Perse.

"Il a été pris en 1970", a déclaré Warden autour d'un verre de vin blanc qu'elle a siroté lors de la soirée d'adieu "Lido" mardi soir. Si le costume existe toujours, il est plus adapté à un musée qu'un modèle à poitrine haute comme celui que Rena était autrefois.

« Je vais appeler mes mémoires ‘Tits and Feathers’ », poursuit-elle en riant.

Depuis 32 ans et demi, le « Lido » et sa troupe de showgirls seins nus, jongleurs habiles, numéros d'animaux et comiques burlesques ont fait deux et parfois trois spectacles par jour, six jours par semaine. Mais ce soir, après 22 000 représentations, le lourd rideau de velours tombe pour la dernière fois sur le « Lido ».

On estime que 5 à 8 millions de dollars en décors, accessoires et costumes iront sur le chemin du chapiteau «Lido de Paris» devant l'hôtel Stardust - victimes d'une stratégie de marketing de casino plus jeune, moins flash-and-trash.

Le spectacle le plus ancien de l'histoire de Las Vegas peut ou non trouver une nouvelle maison le long du Strip. Les rumeurs parmi les acteurs et l'équipe sont qu'un autre hôtel-casino, peut-être le Caesars Palace, juste en bas du Strip de Stardust, pourrait être intéressé.

En attendant, le « Lido » de Las Vegas appartient à l'histoire.

Et quelle histoire : trois décennies sur le Strip qui ont vu Vegas elle-même transformée d'un terrain de jeu louche et corrompu par la foule pour quelques gros joueurs en un Disneyland géré par une entreprise de méchanceté bourgeoise pour des millions de visiteurs chaque année. Lorsque le «Lido» a ouvert ses portes, il a élevé les spectacles de strip-tease à de nouveaux sommets de respectabilité criarde, mais essentiellement de classe moyenne.

Les seins étaient tout aussi nus, bien sûr, mais le « Lido » était le Strip de Las Vegas, et, à l'intérieur du Stardust, c'était Paris .

Ceux qui veulent regarder précisément une heure et 37 minutes de fluff, volant et flutter français devront se rendre au spectacle original (et considérablement moins spectaculaire) à Paris.

"Le spectacle n'a jamais commencé ou terminé avec plus de 30 secondes de retard", se souvient Walter White, un vétéran de 20 ans de l'équipe de scène du "Lido". "Vous pourriez appeler votre femme et lui dire exactement quand vous seriez à la maison pour le dîner."

Pour la plupart, les hommes et les femmes du « Lido » étaient, et sont, des familles de la classe ouvrière qui par hasard dansent, dirigent des projecteurs, cousent des costumes ou des seins nus pour gagner leur vie. Il y a même une grand-mère au travail parmi les filles de la ligne de choeur actuelle. Malgré l'attrait sinistre des femmes grandes et aux longues jambes dont les glandes mammaires sont visibles en public deux fois par nuit, la revue française originale n'a jamais répondu qu'aux valeurs les plus conservatrices en coulisses, selon d'anciens membres de la distribution.

Tracey Heberling, une autre showgirl de l'apogée du "Lido", dirige maintenant une garderie, mais elle se souvient avoir dû sourire, garder le rythme et danser autour de crottes de cheval ou de colombe souvent laissées pour compte par un acte précédent.

"Il y a cette idée de ce qu'est une showgirl, mais la vérité est que nous sommes vraiment très normaux, vous savez", dit Heberling.

Elle a deux fils adultes et va à l'université à UNLV pendant son temps libre. D'autres anciens élèves du Lido dirigent des écoles de danse, des bars à cocktails, des services de nettoyage, des maisons de convalescence. . . et tous sont attristés de voir disparaître le spectacle parisien où ils ont dansé, chanté et joué dans la tradition du vaudeville.

Loin d'apprendre le péché et le vice sur la piste "Lido", les showgirls ont appris l'autodiscipline, a déclaré Heberling. Lorsqu'elle était en travail avec son deuxième fils, elle a insisté pour se maquiller sur le chemin de l'hôpital afin qu'elle soit à son meilleur en public.

"Tout le monde est resté gentil", dit-elle en jetant un coup d'œil à une foule d'une centaine d'anciens danseurs et membres de l'équipe de scène lors de la fête d'adieu mardi soir. Donn Arden, le contemporain de Fred Astaire qui a chorégraphié le premier "Lido" et a ensuite mis en scène plusieurs autres extravagances de Strip, s'est présenté. Il en va de même pour certains des membres de la ligne de choeur d'origine. Le tonus musculaire et le maquillage ont permis à de nombreuses showgirls, dont certaines ont maintenant la soixantaine, d'avoir une ou deux décennies de moins.

Heberling a dansé pour la première fois dans le spectacle en 1960, deux ans après son ouverture. Pendant 15 ans, elle a fait la routine deux fois par soir et se souvient de l'actrice nominée aux Oscars Valerie Perrine, peut-être l'ancienne élève la plus connue de "Lido", lorsqu'elle a fait son tour de showgirl en 1969. L'un des fêtards affiche un 8 par 10 d'un film d'avant Perrine dans un mascara épais avec ses mains en coupe - bien que déguisant à peine - ses seins nus.

Malgré la nature suggestive de telles poses, les nus du «Lido» étaient et sont carrément droits. Entre les spectacles, beaucoup rentrent à la maison pour cuisiner pour les familles et aider les enfants à faire leurs devoirs.

Heberling se souvient que les régisseurs exigeaient autrefois que les danseurs assistent aux services religieux. Le samedi, le "Lido" a organisé un troisième spectacle à 2 heures du matin pour les arrivants tardifs qui étaient venus de la côte est pour le week-end, a-t-elle déclaré. Pour les catholiques comme Heberling, le directeur des divertissements de Stardust, Tommy McDonald, a fait appel à un prêtre à la fin du spectacle pour célébrer la messe du dimanche au lever du soleil dans la salle d'exposition de Stardust.

Mais Las Vegas reste Las Vegas, même au « Lido ». Après plusieurs années d'eucharistie post-"Lido", a rappelé Heberling, le casino a acheté au prêtre une Mercedes verte pour montrer son appréciation et l'église l'a transféré, lui et sa nouvelle voiture, dans des fouilles moins criardes - et potentiellement corruptibles - peu de temps après. .

Les soutiens-gorge à bonnets en C à paillettes roses pendent à côté des plumes d'autruche violettes fanées dans les vestiaires du deuxième étage du showroom «Lido de Paris».

La poussière sur les feuilles en plastique craquelées des faux ficus utilisés pendant la danse de l'amour interdit est si épaisse qu'elle roule en boules graisseuses entre le pouce et les index. Et les deux accessoires satellites argentés dans les coulisses du Stardust Hotel, qui sont utilisés dans un autre des neuf actes du «Lido de Paris», semblent appartenir au Smithsonian, pas à un showroom du Vegas Strip.

Le mois prochain, un spectacle d'usurpation d'identité féminine appelé "Boy-Lesque" qui vient de terminer une course au Sahara déménage dans une autre salle d'exposition de l'hôtel Stardust, tandis que la moquette rouge effilochée de la salle d'exposition "Lido" et de la patinoire, de la piscine, cascade et autres équipements « Lido » de la salle d'exposition font l'objet d'une refonte complète.

À la mi-juillet, une nouvelle revue plus années 90 ouvrira dans le showroom rénové : « Into the Night », avec au programme de la danse hip-hop et un crooner rock « Sting ». Des auditions pour le nouveau spectacle ont eu lieu à Las Vegas et à Los Angeles cette semaine, et d'autres auditions sont prévues à New York au début du mois prochain. La tête d'affiche de "Lido" Bobby Berosini et ses orangs-outans entraînés resteront probablement dans la nouvelle émission, mais la plupart des numéros de production fantastique ne le seront pas.

« Multi-sensoriel. . . haute technologie . . . intense » sont les extraits sonores descriptifs que Kathy Espin, directrice de la publicité du « Lido », utilise pour décrire le nouveau spectacle.

Les seins nus feront bien sûr partie du nouveau spectacle. Le divertissement du public le plus blasé du monde - le jeu de coquilles a choqué les congressistes et les joueurs du week-end qui laissent des milliards de dollars dans le désert avant de rentrer chez eux en Amérique centrale - exige plusieurs ensembles de glandes mammaires sur scène chaque nuit.

Certaines choses ne changent jamais, pense Espin.

Mais les boas à plumes, les strass et les visons qui ont honoré la scène du Stardust's Cafe Continental depuis plus de 32 ans se dirigent vers l'entrepôt ou pire. Le burlesque à saveur gauloise du "Lido" a rassemblé environ 19 millions de personnes dans le coin nord-est du casino de l'hôtel depuis l'ouverture du spectacle le 2 juillet 1958. Bob Hope et les McGuire Sisters étaient dans ce premier public.

Mardi, le plus grand nom à RSVP pour le dernier spectacle était LaToya Jackson, "et elle se présentera à une vente de garage, m'a-t-on dit", a déclaré Espin.

Telle est la gloire fanée du « Lido de Paris ».

Bien que la raison officielle donnée pour la fermeture de l'émission soit que le Stardust veut se moderniser sous ses nouveaux propriétaires, le Boyd Group, la vraie raison est l'énorme dépense de production de l'émission, selon plusieurs sources.

En vertu de son accord avec les propriétaires du nom « Lido », le spectacle doit être produit à Paris puis exporté à Las Vegas – une proposition qui coûte environ 3 millions de dollars en plus de 3 millions de dollars supplémentaires ou plus par an pour la masse salariale, les droits de licence. et autres dépenses. Tous les changements artistiques doivent obtenir l'approbation préalable de Paris.

Le seul autre spectacle français sur le Strip, les «Folies Bergère» du Tropicana, est sous licence de l'original parisien mais entièrement produit à Las Vegas.

Reste que le plus gros défaut de l'édition actuelle du spectacle du « Lido de Paris », intitulée « Allez Lido ! », c'est qu'elle est ancienne.

Dans le passé, les productions changeaient tous les 2 ans et demi, avec de nouveaux costumes, sketchs, accessoires et musique incorporés dans les nouvelles productions afin d'apporter de la variété à une ancienne production. Mais les coûts de production et les tarifs sur de nombreux costumes coûteux importés pour les spectacles ont rendu la règle des 2 ans et demi économiquement prohibitive, selon la superviseure de la garde-robe Annie Plummer. Plutôt que de payer le lourd devoir américain pour renvoyer les décors et les costumes à Paris, ils étaient souvent simplement détruits, a-t-elle déclaré.

En raison de l'escalade des coûts, « Allez Lido ! » est devenu l'édition la plus longue de l'émission. Depuis plus de 13 ans, les mêmes scènes, chansons et costumes de base ont été utilisés.

"Ils portent toujours des bas de cloche sur scène, pour l'amour de Dieu", a déclaré Espin.

Une fois, alors que Siegfried et Roy étaient encore dans le spectacle au début des années 70, le membre de l'équipe de scène Terry Mann se souvient d'un tigre de 250 livres que les deux dresseurs d'animaux avaient attaché à un pilier sur scène. L'animal a mâché la corde et, alors que personne ne regardait, a bondi dans les chevrons au-dessus de la scène. Le spectacle a continué. Les entraîneurs ont sorti le tigre du grenier entre les spectacles, avant qu'il ne puisse tomber à travers le plafond et atterrir sur une table à dîner.

Les chanteurs ont chanté "Chanson D'Amour" tout en glissant dans des abats de colombe lisses et les danseurs ont continué à montrer leurs dents malgré des brosses rapprochées avec un désastre. Une femme est sortie de la scène avec un sourire aux lèvres après s'être fait écraser le cou-de-pied par le sabot d'un éléphant.

Et Walter White se souvient de la fois où un cheval a effrayé sur scène et a traversé le public, marchant sur une femme enceinte avant qu'il ne soit mis aux abois.

« L'enfant est probablement né avec une tache de naissance en fer à cheval sur le front », dit-il en riant.

Rena Warden se souvient de ses propres problèmes mineurs avec les animaux, la nuit où elle a dû danser autour des chameaux dans un rêve d'oasis pendant que les animaux lui crachaient des crachats.


C'est incroyable !

Saviez-vous qu'il y a de nombreuses années, 11 000 pour être exact, l'île de Rottnest faisait partie du continent ? C'est vrai! On pense que l'entrée de la rivière Swan se trouvait juste au nord de l'île. Bien que l'océan ait maintenant englouti Rottnest, l'océan entre celui-ci et le rivage actuel aurait été constitué de lacs et de terres vallonnées.

Lorsque les calottes glaciaires polaires ont commencé à fondre, le niveau de la mer s'est élevé et a rempli les terres et les lacs, entraînant un déplacement de la ligne de rivage à environ cinquante et un kilomètres à l'ouest de Cottesloe. L'action des marées et le vent ont finalement créé les rivages dunes que nous voyons aujourd'hui.

Tiré de Cottesloe, une ville de distinction par Ruth Marchant James, page 3.

Photo de Jaymantri sur Pexels.com


Sept pénis célèbres dans l'histoire

Le pénis. Si connu, mais si énigmatique. Pour de nombreuses femmes, le pénis humain reste l'un des mystères éternels de la vie. Quand nous sommes ici à le fringant Les laboratoires ne sont pas assis à parler de nos vagins, nous sommes assis à parler des pénis des hommes. Comment travaillent-ils? Pourquoi ressemblent-ils à ça ? Quel est le accord? Nous n'avons peut-être pas de réponses, mais nous avons beaucoup de questions. Dans l'esprit de mieux comprendre ce membre insaisissable de l'anatomie masculine, nous vous présentons certains des phallus les plus notoires de l'histoire de l'humanité.

1. John Holmes : Doté de ce qui est peut-être le pénis le plus connu de tous les temps, John Curtis Holmes est né à Ashville, dans l'Ohio, et est devenu le pénis à louer le plus célèbre de l'industrie du cinéma pour adultes, avec quelque 2 500 films classés X. En fin de compte, une affaire de drogue a mal tourné et le VIH a abattu ce grand dans la tradition du pénis. Bien que la taille exacte de son «petit ami» ne soit peut-être jamais connue, les estimations varient entre 10 et 14 pouces.

2. Napoléon Bonaparte : Bien sûr, il a gouverné la France, mais une partie de l'héritage durable de Napoléon concerne son pénis. La rumeur veut que la règle prétendument courte du souverain ait été retirée à titre posthume, momifiée et stockée dans une boîte. Plus récemment, le New York Times l'a signalé dans la collection d'un urologue décédé de Manhattan.

3. John Wayne Bobbitt : Alors que certains phalli sont célèbres pour leur taille, la prétention à la gloire du bandit borgne de Bobbitt a été volée avec un couteau par sa future ex-femme Lorena. Après que le pénis rebelle ait été localisé dans un champ, où Lorena l'avait jeté par la fenêtre de la voiture, les chirurgiens l'ont remis en place. Bobbitt went on to play in the band Severed Parts and starred in “Frankenpenis.”

4. David: Quite possibly the most-viewed penis is that of David, Michelangelo’s famous sculpture of a naked young man. Created in the early 16th century, the statue stands in Florence, Italy, where thousands gather every day to contemplate David and his package.

5. Frank Sinatra: According to Hollywood gossip-mongers, Ol’ Blue Eyes had a giant-sized python in his pants. According to his valet, the crooner had to have his underpants custom-made to accommodate his girth. Supposedly actress Ava Gardner observed: “He only weighs 120, but 100 pounds is c***.”

6. The Minister in “The Little Mermaid”: In the mid-nineties, a Christian group stepped forward to declare that in an early wedding scene in Disney’s “The Little Mermaid,” the minister is sporting an erection. In addition, the videocassette of the film was purported to feature a golden phallus in place of a church spire. An Arkansas woman sued Disney over the incidents but dropped her suit not long after.

7. Rasputin: The Mad Monk lived a life devoted to mysticism and debauchery, and the story of what happened to his genitals after he died is equally colorful. After he was murdered, some say he was castrated. In another twist, some say it fell into the hands of a group of Russian women living in Paris who worshiped it. Finally, his daughter, it’s said, heard of its location, demanded it be returned to her, and kept it until she died. Later, the box turned up in Santa Cruz and what lay inside was a sea cucumber.


ExecutedToday.com

On this date in 1789, Catherine Murphy was led past the hanging bodies of her husband and their other male codefendants at Newgate Prison, secured to a stake, and put to the last burning at the stake in English history.

The convicted coiners — counterfeiting rated as high treason at the time — were the last heirs to gender-specific execution methods before the Treason Act of 1790 gave coin-shaving ladies equal access to the halter.

Though Murphy thereby earned an unenviable historical footnote, the de facto practice on the scaffold had long since been changed to spare lawmen the spectacle of a woman roasting to death. Murphy, in fact, was killed by hanging — and the “burning” part of the sentence only imposed upon her corpse. (This, however, was still more than enough: NIMBYing prison neighbors appalled by the stench of burning flesh had lent their support to the Treason Act’s reforms.)

On this day..

Possibly related executions:


Dennis Burt at the Venice Lido (2 of 3) - History

Most of Italy occupies a long peninsula in the Mediterranean Sea, with the Adriatic and Ionian Seas on the east and the Ligurian and Tyrrhenian Seas to the west the country also includes the Mediterranean's two largest islands, Sicily and Sardinia, and many smaller islands. With this geography Italy has a very long coastline reckoned by geographers at about 7600 km (4722 mi). Guarding this coast are many lighthouses the Directory lists more than 400.

Italy is divided into 20 regions (regioni), many of them well known outside the country in their own right. This page includes the lighthouses of the two regions of Friuli Venezia Giulia and Veneto, which together encircle the northwestern end of the Adriatic Sea. This area includes the important ports of Trieste and Venezia (Venice).

The history of this area is lengthy and complex but a few recent dates are important for understanding lighthouse history. The Republic of Venice, which had controlled much of the Adriatic Sea for many centuries, fell to Napoleon in 1796. At the end of the Napoleonic Wars in 1814 Friuli Venezia Giulia continued as part of the Austrian Empire, while Veneto (Venice) was placed under Austrian rule as part of the Kingdom of Lombardy-Venetia. Lombardy-Venetia was incorporated into Italy following the brief Third Italian War of Independence in 1866. Trieste continued under Austrian control until the Austrian Empire was dissolved following World War I it was annexed to Italy in 1920. After World War II the city of Trieste and the adjoining peninsula of Istria became the Free Territory of Trieste under United Nations supervision. In 1954 the free territory was dissolved and the city of Trieste was returned to Italian sovereignty Istria was incorporated into Yugoslavia and is now part of Slovenia.

The Italian word for a lighthouse is faro, plural fari. This name is usually reserved for the larger coastal lights smaller beacons are called fanali. In Italian isola is an island, isolotto is an islet, secca is a shoal, cabo is a cape, punta is a point of land, baia is a bay, stretto is a strait, fiume is a river, and porto is a harbor.

Aids to navigation in Italy are operated and maintained by the Italian Navy's Servizio dei Fari e del Segnalamento Marittimo (Lighthouse and Maritime Signal Service). Lighthouse properties are naval reservations, generally fenced and closed to the public.

ARLHS numbers are from the ARLHS World List of Lights . EF numbers are from the Italian Navy's light list, Elenco Fari. Admiralty numbers are from volume E of the Admiralty List of Lights & Fog Signals . U.S. NGA List numbers are from Publication 113.

General Sources Fari e Segnalamenti Lighthouse information from the Italian Navy's Servizio dei Fari. Online List of Lights - Italy Photos by various photographers posted by Alexander Trabas. Italy Lighthouses Aerial photos posted by Marinas.com. Majaky: Italie Photos posted by Anna Jenšíková. Lighthouses in Italy Photos by various photographers available in Wikimedia Commons. World of Lighthouses - Italy Photos by various photographers available from Lightphotos.net. Italienische Leuchttürme auf Historischen Postkarten Historic postcard images posted by Klaus Huelse. GPSNavigationCharts Navigation chart information for northeastern Italy.


Porto Piave Vecchia Light, Jesolo, August 2008
Flickr Creative Commons photo by Michael Kesler

Lighthouses of Friuli Venezia Giulia


Lanterna di Trieste, Trieste, March 2008
Wikimedia public domain photo by Tiesse
Vittoria Light, Trieste, April 2015
Wikimedia Creative Commons photo by Molino8

Lighthouses of Veneto (the Venice Region)


Bibione Light, Bibione, July 2018
Flickr Creative Commons photo by Ralf Naegele

Molo Nord Light, Lido di Venezia
photo copyright Capt. Peter Mosselberger used by permission


Isola di Murano Light, Venezia, July 2009
Wikimedia public domain photo by Abxbay


Rochetta Light, Alberoni, May 2014
Wikimedia Creative Commons photo by Marc Ryckaert

Porto Levante Light, Albarella
Servizio Fari photo courtesy of Egidio Ferrighi

Information available on lost lighthouses:

Adjoining pages: North: Austria | East: Slovenia | South: Eastern Italy | West: Lago di Garda

Posted August 21, 2006. Checked and revised September 29, 2020. Lighthouses: 30. Site copyright 2020 Russ Rowlett and the University of North Carolina at Chapel Hill.


Digital and drive-in, film festivals try to salvage a season

FILE - Jury President Cate Blanchett, center, is seated at the start of the opening ceremony of the 77th edition of the Venice Film Festival at the Venice Lido, Italy, on Sept. 2, 2020. This year, three of the four major fall film festivals, including Venice, are going forward despite the pandemic. Those in Venice acknowledge it hasn’t been anywhere near the same. Masked moviegoers in set-apart seats. A barrier walls off the red carpet to discourage crowds of onlookers. Greetings are kiss-less. A little bit of the romance of movies has gone out. (AP Photo/Domenico Stinellis, File)

NEW YORK &mdash This is normally the time of year when flashy premieres march down red carpets and proclamations of Oscar buzz circle the globe. An avalanche of new films topples onto screens. The movie houses of Venice, Telluride, Toronto and New York shake with applause. The movies, more than ever, feel alive.

This year, three of the four major fall film festivals &mdash all but Telluride, which had to cancel &mdash are going forward despite the pandemic. But the movies are a sliver of what they normally are. Most premieres in North America will be held digitally or at drive-ins. For a season predicated on badge-wearing throngs and marquee movies, it&rsquos meant rethinking what a film festival is. Or maybe just doubling down on a mission.

&ldquoA situation like this forces you to assess what is fundamental,&rdquo says Dennis Lim, director of programming for the New York Film Festival. &ldquoWhat do you really need for a festival to happen? You need films and you need audiences. It&rsquos our job to select the films and put them in front of audiences in a meaningful way. If we can&rsquot do that in a cinema, what can we do?&rdquo

The answers, for the programmers of the New York Film Festival and the Toronto International Film Festival, will begin unspooling later this week. TIFF opens on Thursday with the premiere of Spike Lee&rsquos David Byrne documentary &ldquoAmerican Utopia.&rdquo New York follows Sept. 17 with Steve McQueen&rsquos &ldquoLovers Rock.&rdquo Venice, the world&rsquos oldest festival, has been running since last week.

Those in Italy acknowledge Venice hasn&rsquot been anywhere near normal. Masked moviegoers sit in set-apart seats. A barrier walls off the red carpet to discourage crowds of onlookers. Greetings are kiss-less. A little bit of the romance of movies has gone out.

But not all of it. Jury head Cate Blanchett said it was kind of &ldquomiraculous&rdquo that the festival was happening at all. Pedro Almodovar compared months of lockdown to a prison. &ldquoThe antidote to all this is the cinema,&rdquo he said.

Unlike the canceled Cannes Film Festival in May or the improvised virtual edition of SXSW, Venice has managed to host an in-person festival, albeit at a much reduced scale. Toronto and New York are aiming for hybrid festivals. New York has partnered with Rooftop Films to hold drive-ins in Brooklyn and Queens far removed from the festival&rsquos home at Lincoln Center.

Toronto is doing likewise but also with indoor screenings (of just 50 people) at his downtown hub, the TIFF Bell Lightbox. The festival is currently mandating mask-wearing only when moving around a theater, not during the show. Even days before opening night, indoor screenings aren&rsquot completely off the table for New York, should the state&rsquos theaters be reopened.

Both New York and TIFF have, with the same provider, launched digital platforms to host virtual screenings. A limited number of tickets will be available, but the festivals&rsquo reaches will actually expand. Anyone in Canada will be able to buy tickets to TIFF screenings, and New York Film Festival films will be briefly available nationwide.

Still, the major studios aren&rsquot sending any films, nor is Netflix. The postponement of the Academy Awards to late April hasn&rsquot helped. The normal calculus of Oscar season, in which buzz is often built first at the festivals, is on a different timetable this year.

Tom Bernard, co-president of Sony Pictures Classics, believes the race may have changed but the importance of festivals in it remains. The specialty label has several films heading to the festivals including the hit Sundance documentary &ldquoThe Truffle Hunters&rdquo and &ldquoThe Father,&rdquo with Anthony Hopkins and Olivia Colman.

&ldquoWe&rsquove got movies that we&rsquore certainty trying to put into the Oscar race. The festivals certainly do that because that&rsquos been the brand of the festivals for a long time. That hasn&rsquot changed,&rdquo said Bernard. &ldquoIt gives our movies the distinction that rises them above anything that&rsquos streaming and positions them for the theatrical experience, which will be coming back in the future.&rdquo

But it&rsquos also unlikely the festivals &mdash used to having the spotlight for a week or two &mdash will attract the same attention in a year when many have far more pressing concerns than sneak peaks of upcoming films.

&ldquoWe feel that even though there&rsquos a very harsh reality right now, stories are more important than ever,&rdquo said Joana Vicente, executive director and co-head of TIFF. &ldquoWe also need to think about all of the artists who have been affected who need festivals to really give them a platform. This will ensure that the culture stays alive.&rdquo

Many filmmakers don&rsquot want to simply sit out the pandemic. They want to reach audiences however they can, and join conversations like those that have followed the death of George Floyd. McQueen, who has three films from his Small Axe anthology at the festival, called Lim a week after Floyd&rsquos death.

&ldquoThere was a reason they wanted to get this film out now,&rdquo said Lim who heads NYFF with festival director Eugene Hernandez. &ldquoHe had dedicated the films to George Floyd and he wanted us to take a look.&rdquo

Tommy Oliver&rsquos &ldquo40 Years a Prisoner,&rdquo about the face-off between Philadelphia police and the Black liberation group MOVE that led to a violent raid in 1978, had been planned for release next year but will instead debut at TIFF ahead of airing on HBO in December. Through Michael Africa Jr., the grown son of two incarcerated MOVE members, the film captures the long scars left on families and communities by police abuse. Helping audiences understand the history of today&rsquos tragedies, Oliver feels, is vital.

&ldquoThe thing that was the hardest was that Mike and his family wouldn&rsquot get the experience of having an audience watch it at a festival. I&rsquove had it before and it&rsquos an incredible thing,&rdquo says Oliver. &ldquoBut Toronto is an incredible platform. Most of the time, we don&rsquot get to do things exactly as we envision them. It&rsquos about figuring out how to adapt and move with whatever comes up. Is this ideal? No. Will it work? Yes.&rdquo

The lineups at these festivals are still more than you might expect. TIFF boasts new work from Chloe Zhao, Spike Lee, Werner Herzog and Frederick Wiseman. New York has some of those, too, along with films from Sofia Coppola, Christian Petzold, Jia Zhangke, and Garrett Bradley&rsquos acclaimed Sundance entry &ldquoTime.&rdquo

A common thread, festival leaders say, is that filmmakers want to help sustain this vibrant ecosystem of film culture &mdash which on a normal festival night is seen in the teeming festivalgoers outside the Princess of Wales Theatre in Toronto or heard in the hum of chatter throughout Alice Tully Hall in New York. Typically, Vincente and her fellow co-head Cameron Bailey would be fighting traffic to hop from venue to venue to introduce films. This year, aside from a daily drive-in, they&rsquore recording them.

&ldquoThe funny thing is, we feel like the festival started last week or the week before,&rdquo said Vincente. &ldquoWe&rsquore prerecording so much.&rdquo


Voir la vidéo: Italie - Venise 2003 - A-côtés du Carnaval