Char de combat principal T-90 (Russie)

Char de combat principal T-90 (Russie)


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Char de combat principal T-90 (Russie)

Le T-90 n'est pas un nouveau char mais une évolution de la conception du T-72 et offre peu d'avantage sur les chars entrés en service dans les dernières années de l'Union soviétique. Au début des années 90, lorsque l'Union soviétique s'est effondrée, deux chars étaient encore en production : le T-80U développé par le Spetsmash Design Bureau de Léningrad et le T-72B qui avait été développé par le Vagonka Design Bureau de l'usine Uralvagon à Nijni Tagil. Le T-80U était le plus sophistiqué des deux avec un système de conduite de tir supérieur et un moteur à turbine à gaz. Cela se reflétait dans le prix des deux chars, le T-80U étant proposé à l'exportation pour 2 millions de dollars et le T-72 pour environ 1,2 million de dollars. L'imposition de la « suffisance de la défense » pendant l'ère Gorbatchev, puis l'effondrement de l'Union soviétique ont eu un effet catastrophique sur l'industrie des chars russes. La Fédération de Russie ne pouvait plus continuer à se procurer deux types de chars de combat principaux, mais choisir l'un par rapport à l'autre serait catastrophique pour la ville perdante et a donc continué à acheter les deux chars en petit nombre. Les deux usines continuèrent à produire des chars dans l'espoir de nouvelles commandes de l'armée russe ou d'une grosse commande à l'exportation. Nizhni Tagil a commencé à améliorer le T-72B avec la troisième génération de blindage réactif explosif Kontakt-5 (qui a déjà été ajouté au T-80U) développé par NII Stali (Institut de recherche scientifique pour l'acier). Cela a produit le T-72BM, qui a vu un service limité dans le conflit tchétchène. Alors que le T-72 était traditionnellement équipé de commandes de tir moins sophistiquées que le T-80 (car il était destiné aux unités soviétiques de deuxième ligne et aux alliés politiques), le bureau de conception de Vagonka a décidé de rendre le T-72 beaucoup plus compétitif contre le T-80 en ajoutant le système de conduite de tir du T-80. Le résultat fut le T-72BU, bien qu'il ait été décidé de renommer le char T-90 pour l'éloigner du T-72A qui avait mal fonctionné à la fois pendant la guerre du Golfe et, dans une moindre mesure, le conflit tchétchène. En raison de la mauvaise réputation du T-80 pour sa consommation élevée de carburant, sa courte durée de vie du moteur et les pertes subies en Tchétchénie (bien que cela soit dû à une mauvaise tactique et à une mauvaise formation de l'équipage), la décision a été prise de passer progressivement au T-80. 90, la production de T-80U se poursuivant pendant un certain temps afin d'éviter des difficultés économiques et de générer des commandes à l'exportation. Le char lui-même est équipé d'une tourelle T-72BM améliorée (qui a une version NII Stali de l'armure Chobham) et d'un appliqué Kontakt-5. Il possède un dérivé du système de conduite de tir T-80U 1A45, le 1A45T, qui comprend le nouveau calculateur balistique numérique 1V528-1. Il monte le nouveau canon de char 2A46M-1 (ou D-81TM), tel qu'utilisé par le T-80, et peut tirer la nouvelle génération de munitions de canon de char développée par l'Institut de recherche en génie mécanique de Moscou, et le tireur d'élite AT-11 missile. Le T-90 utilise une version modifiée de la coupole du commandant et monte également la suite de défense Shtora-1, développée par VNII Transmash à St Pertersburg en coopération avec Elers-Elektron à Moscou. Le T-90 utilise le moteur diesel multi-carburant V-84MS, qui est une mise à niveau du moteur du T-72BM mais a la même puissance (840 ch). Cela signifie que le T-90 est légèrement plus lent (ses deux tonnes de plus), mais des améliorations sont disponibles, les moteurs diesel V-92 (950 ch) et V-96 (1 100 ch) de l'usine de moteurs de Chelyabinsk. Un T-90S amélioré a récemment été dévoilé et proposé à l'exportation à des clients asiatiques potentiels. Il dispose d'un système de climatisation, d'un viseur thermique et d'un moteur diesel B-92C2 de 1 000 ch qui élève les performances à une vitesse maximale sur route de 65 km/h. L'Inde a exprimé son intérêt pour l'achat du T-90, le Pakistan ayant récemment acheté 320 T-80UD à l'Ukraine.

Longueur coque : 6,86 m. Largeur coque : 3,37 m. Poids : 46 500 kg (combat) ; Hauteur : 2,23 m. Équipage : 3. Garde au sol : 0,47 m. Pression au sol : 0.87kg/sq.cm Vitesse max : 60km/h. Autonomie max (carburant interne) : 500km sur route. Armement : canon principal de 125 mm à âme lisse, 1 x 7,62 mm MG coaxial, 1 x 12,7 mm anti-aérien MG.

BIBLIOGRAPHIE
Foss, Christophe. « Le T-90S amélioré cible le marché asiatique » en L'hebdomadaire de la défense de Jane, 31 mai 2000, p. 37.
Zaloga, Steven. 'T-90 : la norme de l'opportunité russe' dans Revue de l'intelligence de Jane, février 1997, p. 58 - 64.

Char de combat principal T-90 (Russie) - Histoire

T-95 est la désignation informelle commune d'un char russe de quatrième génération [2] qui était en cours de développement à Uralvagonzavod avant d'être annulé en mai 2010.

Le projet a été signalé pour la première fois en 1995 [ citation requise ] et annoncé par des sources officielles russes en 2000, mais aucune donnée concrète n'avait été publiée. Il devait être introduit en 2009, mais a été retardé à plusieurs reprises. Le gouvernement russe a mis fin à sa participation au projet en mai 2010 et a retiré tout financement. [3]

La plupart des informations sur ce char étaient spéculatives. La conception était vraisemblablement un changement significatif par rapport aux chars de l'ère soviétique actuellement en service. En particulier, il devait avoir une nouvelle suspension hydropneumatique avec des fonctionnalités adaptatives, et tout l'équipage allait apparemment être placé dans un compartiment scellé à l'intérieur de la coque, isolé des autres composants du réservoir. [4]

T-95 était un nom donné au char par les médias, ce n'était pas un nom officiel. [4] Selon des sources publiées, le développement d'un nouveau char appelé "Object 195" a commencé au bureau d'études d'Uralvagonzavod au début des années 1990. [4]

Le prototype de char a été annoncé par le ministre russe de la Défense Igor Sergueïev en 2000. Le 10 juillet 2008, le gouvernement russe a annoncé que les forces armées russes commenceraient à recevoir des chars de nouvelle génération supérieurs au char de combat principal T-90 après 2010. " Le T-90 MBT sera l'épine dorsale des unités blindées jusqu'en 2025. Les T-72 et T-80 ne seront pas modernisés et seront éventuellement remplacés par des chars de nouvelle génération, qui entreront en service après 2010", a déclaré une conférence de presse. avec Sergueï Mayev, chef du Service fédéral des contrats de défense. [5]

Le premier jour de Russian Defence Expo 2010 à Nijni Tagil, le directeur du Service fédéral de coopération militaro-technique de la Fédération de Russie, Konstantin Biryulin, a annoncé à la presse que le monopole d'État russe Service fédéral des contrats de défense dévoilait le prototype du nouveau char de combat appelé "Object 195" (T-95) lors d'une projection privée à des invités VIP sélectionnés, bien que le char n'ait pas encore été vu par les journalistes ou confirmé publiquement par l'un des participants. [6]

Cependant, en mai 2010, le vice-ministre de la Défense et chef de l'armement Vladimir Popovkin a annoncé qu'un certain nombre de programmes de développement de nouvelles armes blindées et d'artillerie seraient annulés. [7] La ​​principale victime est le programme Object 195. Popovkin a déclaré que l'armée se concentrerait plutôt sur la modernisation du T-90. [8] [9] La raison invoquée était le fait que le T-95 était déjà obsolète, car il était en développement depuis près de deux décennies, mais certaines sources ont supposé qu'il avait plus à voir avec la récente réduction des effectifs militaires de la Russie. budget, nécessitant des coupes substantielles dans tous les domaines. [3] [8]

Popovkin a confirmé cette décision dans une interview de juin 2010, déclarant que la Russie ne financerait plus et n'allait pas acheter le T-95, mais qu'Uralvagonzavod pourrait continuer à travailler sur le char sans le soutien du gouvernement. Début juillet 2010, comme l'a rapporté le « Bureau d'information de l'Oural » : le ministre de l'Industrie et des Sciences de la région de Sverdlovsk, Alexander Petrov a déclaré qu'Uralvagonzavod finaliserait bientôt un prototype de T-95, de manière entièrement indépendante. Cependant, sans financement de l'État ni permis d'exportation, l'entreprise ne pourrait pas passer à la production. [dix]


La naissance d'une légende

Le T-90 est l'un des chars les plus facilement reconnaissables sur le marché. On l'appelle le « char volant » pour son dynamisme et sa suspension capable de supporter facilement d'énormes charges lorsque le char accélère sur un terrain hors route accidenté. Son développement, par le Bureau de conception technique des transports de l'Oural (UKBTM) à la fin des années 1980 et au début des années 1990, a constitué une étape importante à la fois dans la construction de réservoirs en Russie et dans le monde.

Les chars T-90A répètent à Moscou pour le défilé du 71e anniversaire de la Victoire dans la Grande Guerre patriotique. (Photo : Spoutnik)

Beaucoup pensent que le T-90 n'est rien de plus qu'un T-72B modernisé sur lequel est basé le T-90. À l'origine, le T-90 a en fait été développé comme une modernisation en profondeur de son prédécesseur et les spécifications l'appelaient même un «T-72B amélioré». Mais il a été mis en service sous le nom de T-90 en 1992, et pour une raison, puisque les concepteurs n'ont utilisé que les dimensions hors tout du corps et de la tourelle et du chargeur de char. Dans le même temps, le nombre d'innovations et de développements mis en œuvre dans le T-90 lui permet aisément d'être classé parmi les nouveaux véhicules de combat.


Char de combat principal T-90A de la Russie : tous les ingrédients d'un tueur

Développé à l'origine comme la version d'exportation du char de combat principal (MBT) russe T-90, qui est entré en production pour la première fois en 1992, le T-90S a également été adopté par les forces armées russes sous le nom de T-90A. Ce char de combat était un développement ultérieur du T-72 de l'Armée rouge soviétique.

Fabriqué par Uralvagonzavod à Nizhny Tagil, en Russie, le T-90 trouve son origine dans le programme de l'ère soviétique, qui visait à développer un nouveau char de combat pouvant remplacer les séries T-64, T-72 et T-80.

Une version mise à jour a été développée pour l'exportation, et au début de 2001, l'armée indienne a signé un contrat pour acquérir 310 des nouveaux modèles T-90S. En fin de compte, 124 ont été entièrement achevés en Russie, tandis que, selon Army-Technology, ont été livrés sous une forme "démontée" pour l'assemblage final en Inde. Le premier lot de chars T-90 modernisés est arrivé en Inde en janvier 2004 et le nouveau modèle a été surnommé "Bhishma". Thales de France et Peleng de Biélorussie. Un millier de chars T-90S supplémentaires ont également été produits jusqu'en 2020 sous licence en Inde.

Apparemment, Moscou a aimé ce qu'il a vu dans la version d'exportation améliorée du T-90 et a adopté le modèle pour ses propres forces armées. À la fin de 2007, on estimait que l'armée russe avait acquis environ 200 des versions T-90A.

Bien armé et blindé

L'armement du T-90S comprend un canon à âme lisse de 125 mm 2A45M stabilisé sur deux axes et équipé d'un manchon thermique. Cela permet de remplacer ou de réparer le tube du canon sans démonter l'intérieur de la tourelle. Le canon principal peut tirer une gamme de munitions, notamment APDS (Armor Piercing Discarding Sabot), HEAT (antichar hautement explosif) et HE-FRAG (fragmentation hautement explosive), ainsi que 9M119 Refleks (désignation OTAN AT-11 Sniper) système de missile guidé antichar. Les missiles ont une portée de 100 m à 4 000 m. De plus, le canon peut tirer des projectiles d'obus avec des fusées temporisées.

Le T-90S est équipé d'un système de conduite de tir intégré (IFCS) 1A4GT. L'armement secondaire comprend une mitrailleuse PKT de 7,62 et une mitrailleuse de défense aérienne de 12,7 mm. Les membres d'équipage disposent également de fusils d'assaut AKS-74 de 5,45 mm.

Le T-90A est à la hauteur du surnom de "véhicule blindé" car il est équipé à la fois d'un blindage conventionnel et d'un blindage réactif explosif. Comme pour les versions indiennes, le T-90 est équipé du système Shtora-1, qui comprend un brouilleur infrarouge, un système d'avertissement laser avec quatre récepteurs d'avertissement laser et un système de décharge de grenade. Le MBT est également équipé d'équipements de protection NBC (nucléaire, biologique, chimique).

Le groupe motopropulseur d'origine du T-90 était un moteur diesel V-94 à 12 cylindres, qui développait 840 ch. Le système a été mis à niveau vers la série diesel V-92 à 12 cylindres qui a augmenté la puissance à 960 tandis que les derniers T-90 sont équipés du groupe motopropulseur V-96 à 12 cylindres, qui fournit une puissance massivement améliorée de 1 250 ch. La vitesse maximale est de 40 miles par heure et le réservoir a une portée de 430 miles.

Bien que le T-90 ait été développé il y a plus de 30 ans, il reste un char polyvalent et performant. Il a fait ses preuves dans de nombreux conflits de la guerre du Daghestan, de la guerre du Donbass et de la guerre civile syrienne. Les T-90 ont même été utilisés dans le conflit du Haut-Karabakh de l'année dernière, prouvant qu'ils sont bien adaptés au champ de bataille moderne. Cependant, le char T-14 Armata arrive.


Contenu

Le T-90 tire ses origines d'un programme de l'ère soviétique visant à développer un seul remplacement pour les séries de chars de combat principaux T-64, T-72 et T-80. La plate-forme T-72 a été choisie comme base pour la nouvelle génération de chars en raison de sa rentabilité, de sa simplicité et de ses qualités automobiles. Le bureau de conception Kartsev-Venediktov de Nijni Tagil était responsable du travail de conception et a préparé deux propositions parallèles - la Objet 188, qui était une mise à niveau relativement simple du char T-72B existant (Objet 184), et le plus avancé Objet 187-seulement vaguement lié à la série T-72 et incorporant des améliorations majeures à la conception du châssis et de la tourelle, au blindage, au groupe motopropulseur et à l'armement. Les travaux de développement ont été approuvés en 1986 et les premiers prototypes ont été achevés en 1988. Les véhicules issus de la Objet 187 programme n'ont pas été déclassifiés à ce jour, mais c'était le risque le plus faible Objet 188 mise à niveau qui serait approuvée pour la production en série en tant que T-72BU. [9]

Le T-72BU a été officiellement accepté en service le 5 octobre 1992 par le ministère russe de la Défense et rebaptisé simultanément T-90 à des fins de marketing et de propagande visant à éloigner le nouveau type des variantes T-72 existantes. [dix]

La principale amélioration du T-90 est l'incorporation d'une forme légèrement modifiée du 1A45T plus sophistiqué du T-80U. Irtych système de conduite de tir et un moteur multicarburant V-84MS amélioré développant 830 ch (620 kW). Le T-90 a été fabriqué à l'usine Uralvagonzavod de Nijni Tagil, avec une production de bas niveau depuis 1993 et ​​s'arrêtant pratiquement vers la fin des années 1990 pour le marché indigène. Moins de 200 chars T-90 ont été livrés aux forces terrestres russes avant la reprise de la production en 2005 d'une version améliorée.

En septembre 1995, quelque 107 chars T-90 avaient été produits, situés dans le district militaire de Sibérie. [11]

Face à la diminution des commandes intérieures et à la fermeture définitive de la dernière ligne de coulée à tourelle de l'ex-URSS, propriété d'Azovstal à Marioupol, en Ukraine, [ citation requise ] les concepteurs d'Uralvagonzavod et des experts du NII Stali (Institut de recherche scientifique sur l'acier) à l'aide de données d'essais obtenues à l'époque soviétique, ont créé une nouvelle tourelle soudée pour offrir de nouvelles améliorations et attirer des acheteurs étrangers pour le T-90. L'Inde a manifesté son intérêt pour le T-90 en réponse à l'acquisition par le Pakistan de 320 chars ukrainiens T-84, ce qui était une décision intuitive étant donné que l'Inde détenait les droits de fabrication complète du T-72M1 à Avadi, la production étant facilement adaptée pour assembler le T- 90.

Les 42 premiers chars indiens complets ont été livrés en 2001 et ont été désignés T-90S (Objet 188S), toujours équipé des anciennes tourelles en fonte de la première série (cela a épuisé les stocks restants de tourelles en fonte entreposés à Nijni Tagil) et propulsé par le moteur V-84 développant 840 ch (618 kW). Cela a été suivi l'année prochaine par la livraison de 82 véhicules, désormais équipés des nouvelles tourelles soudées et du moteur V-92S2, générant 1 000 ch (735 kW). Le contrat initial prévoyait le lot suivant de 186 réservoirs, désormais officiellement appelés Bhishma— à compléter en Inde à partir de kits fournis par la Russie, puis progressivement remplacés par des pièces de fabrication nationale, mais le faible taux de production indienne nationale a contraint les autorités indiennes à passer une commande supplémentaire de 124 véhicules complets en 2007 auprès d'Uralvagonzavod.

En 2005, l'armée russe a repris la livraison du T-90, demandant la spécification "originale" pour le véhicule avec une tourelle en fonte. Mais avec la nouvelle commande comptant 14 chars dérisoires et l'important investissement en capital requis pour mettre en place la production de nouvelles tourelles moulées, le ministère russe de la Défense s'est mis d'accord sur une nouvelle configuration très proche du T-90S indien, qui a été rapidement acceptée dans service sans aucun essai car le Objet 188A1 ou T-90A. [12] Cette même année a vu la livraison de 18 nouveaux chars supplémentaires - assez pour équiper environ cinq pelotons de chars. Ces nouveaux chars russes étaient propulsés par le moteur V-92S2, emportaient un T01-K05 Bourane-M viseur du tireur (canal de vision nocturne passif-actif avec un EPM-59G Mirage-K matrice et une distance d'observation maximale de 1 800 m) et étaient protégés par le plus récent blindage réactif Kontakt-5 avec des tuiles explosives 4S22.

Les années 2006-2007 ont vu la livraison de 31 chars T-90A chacun, désormais équipés de viseurs de mitrailleur ESSA entièrement passifs fournis par Peleng en Biélorussie et utilisant la caméra thermique de 2e génération Catherine-FC de Thales, ainsi que l'ERA 4S23 amélioré carrelage. La coentreprise établie sur la base de l'usine optique et mécanique JSC Volzhsky (VOMZ) et Thales Optronics a produit des dispositifs d'imagerie thermique Catherine-FC, qui ont ensuite été utilisés pour développer les observations "ESSA", "PLISA" et "SOSNA-U". systèmes produits pour les véhicules blindés russes, y compris les chars T-72B3 et les versions d'exportation du T-90S (exporté vers l'Inde, l'Algérie et l'Azerbaïdjan).Depuis 2012, la Russie était en mesure de produire des caméras Catherine-XP de 3e génération basées sur la technologie matricielle QWIP [13]

En 2012, le commandant de fabrication russe a combiné un échantillon de système de surveillance et d'observation "T01-K04DT/Agat-MDT" a été présenté au public lors du Forum international des technologies d'ingénierie 2012. Selon l'usine de Krasnogorsky Zavod, Agat-MDT a la capacité d'installer (pour une modernisation ultérieure) à la vue le format UPF domestique nouvellement développé 640×512 par 15 microns, ce qui rend possible à l'avenir d'étendre la plage d'identification des cibles la nuit à 3,5 - 4,0 km sans modification du viseur. [14]

En 2016, l'usine de Krasnogorsk a terminé de tester le Irbis-K système de visée de vision nocturne pour le T-80U et le T-90, avec des premières livraisons prévues pour 2017. L'achèvement de l'Irbis-K, le premier viseur thermique à matrice mercure-cadmium-tellurure (MCT) produit en Russie, a résolu un Les chars russes par rapport à leurs homologues occidentaux. L'Irbis-K est capable d'identifier des cibles à des distances allant jusqu'à 3 240 mètres de jour comme de nuit. [15]

Le dispositif d'imagerie thermique de fabrication russe signifiait non seulement que les chars russes n'auraient plus besoin d'être équipés de pièces étrangères, mais cela signifiait également que la modernisation complète des chars était moins chère. Le nouveau viseur thermique Irbis-K du tireur de char et le système combiné de visée et d'observation du commandant Agat-MDT peuvent être fournis à la version améliorée T-90 (T-90M), remplaçant le système ESSA par la caméra thermique Catherine-FC de Thales.

En 2007, il y avait environ 334 chars T-90 de différents types servant dans la 5e division de chars de la garde des forces terrestres russes, stationnés dans le district militaire de Sibérie, et sept chars T-90 affectés aux marines. [16] Depuis 2008, l'armée russe a reçu 62 chars par an, suspendant les commandes en 2011.

La Russie développe la nouvelle plate-forme de combat universelle Armata (également connue sous le nom de T-14 Armata) qui sera prête à être utilisée d'ici 2016 [ besoin de mise à jour ] . Il devrait utiliser un moteur plus puissant, un blindage amélioré, un canon principal et un chargeur automatique, avec un stockage de munitions séparé de l'équipage. [17]

Les livraisons de chars T-90M améliorés ont commencé en avril 2020 à la Guards Tank Army du district militaire de l'ouest de la RF. Le T-90M ‘Proryv’ a reçu principalement une nouvelle tourelle, le canon 2A46M-5, et un moteur plus puissant. Le Proryv est équipé d'un nouveau système de visée multicanal qui permet d'utiliser des armes à toute heure du jour ou de la nuit et il peut échanger des données avec d'autres véhicules en temps réel. [18] Un nouveau lot a été livré en mars 2021. [19]

Une première variante du T-90S orienté vers l'exportation aurait été combattue lors de l'invasion tchétchène du Daghestan en 1999 au lieu d'être livrée en Inde. Selon Mémoire de défense de Moscou, un véhicule a été touché par sept roquettes antichars RPG mais est resté en action. Le journal a conclu qu'avec un équipement régulier, le T-90 amélioré semble être le char russe le mieux protégé, en particulier avec la mise en œuvre des systèmes défensifs Shtora-1 et Arena. [18]

Pendant la guerre du Donbass à l'été 2014, des éléments de la 136e brigade de fusiliers motorisés de la Garde russe équipés de chars T-90A menant des opérations dans l'oblast de Luhansk en Ukraine ont été identifiés dans des publications sur les réseaux sociaux et les emplacements de leurs photographies géoréférencés par open-source les enquêteurs. [20] [21]

Le T-90A a été déployé en Syrie en 2015 pour soutenir l'implication russe dans la guerre civile syrienne. [22] Début février 2016, les forces de l'armée syrienne ont commencé à utiliser des T-90A au combat. [ citation requise ] Fin février, une vidéo a été divulguée sur Internet qui montrait qu'un T-90 avait survécu à une tourelle frontale directe touchée par un missile TOW à Alep. [23]

Le 15 septembre 2020, un T-90 russe a été accidentellement touché par un missile antichar guidé lors d'exercices organisés dans la région russe d'Astrakhan, causant de graves dommages au véhicule. [24]

L'Azerbaïdjan a utilisé ses chars T-90S pendant le conflit du Haut-Karabakh en 2020. Un T-90 a été endommagé et capturé par les forces arméniennes. [25] [26]

Inde Modifier

En 2001, l'Inde a acheté 310 chars T-90S à la Russie, dont 124 ont été livrés complets (42 comportaient les premières tourelles coulées vues sur les chars russes) et 186 devaient être assemblés à partir de kits livrés à divers stades d'achèvement en mettant l'accent sur le changement production aux moyens nationaux. Le T-90 a été sélectionné car il s'agit d'un développement direct du T-72 que l'Inde fabrique déjà avec 60 % de pièces communes avec le T-90, simplifiant ainsi la formation et la maintenance. L'Inde a choisi d'acquérir le T-90 en réponse à de nombreux retards dans la production de son propre char de combat principal Arjun développé au niveau national, et pour contrer le déploiement pakistanais des chars T-80 de fabrication ukrainienne en 1995-97.

Ces chars T-90S ont été fabriqués par Uralvagonzavod et les moteurs ont été livrés par l'usine de tracteurs de Chelyabinsk. Les chars indiens omettent cependant le système de contre-mesure électronique passif Shtora-1 qui a été jugé obsolète.

Un contrat de suivi, d'une valeur de 800 millions de dollars, a été signé le 26 octobre 2006 pour 330 autres chars de combat T-90S "Bhishma" qui devaient être fabriqués en Inde par Heavy Vehicles Factory à Avadi, Tamil Nadu.

Le T-90S Bhishma (du nom du guerrier gardien du Mahabharata) est un véhicule conçu pour le service indien, améliorant le T-90S et développé avec l'aide de la Russie et de la France. Les chars sont équipés de viseurs thermiques Catherine-FC construits par Thales [27] et utilisent des plaques blindées réactives explosives russes Kontakt-5 K-5. [28] et Kontakt-5 ERA en plus de l'armure primaire qui se compose de plaques stratifiées et de couches de céramique à hautes propriétés de traction. Les nouvelles tourelles soudées développées pour la première fois pour le T-90S indien Bhishma ont une protection de blindage plus avancée que les premières tourelles coulées.

En avril 2008, l'armée indienne a envoyé une demande de proposition à Rafael, BAE Systems, Raytheon, Rosoboronexport, Saab et IBD Deisenroth Engineering pour un système de protection active pour le T-90S Bhishma. [29] Le contrat devrait s'élever à 270 millions de dollars US. Le LEDS-150 de Saab a remporté le contrat en janvier 2009. [30]

Un troisième contrat, d'une valeur de 1,23 milliard de dollars, a été signé en décembre 2007 pour 347 T-90M modernisés, dont la majeure partie sera assemblée sous licence par HVF. L'armée espère déployer une force de plus de 21 régiments de chars T-90 et 40 régiments de T-72 modifiés. L'armée indienne commencerait à recevoir son premier char de combat principal T-90M dans un état complètement renversé de la société russe Uralvagonzavod JSC basée à Nijni Tagil d'ici la fin de 2009. [31] [32]

Le T-90M est doté de l'ensemble de blindage réactif explosif (ERA) boulonné « Kaktus K-6 » sur sa coque frontale et le sommet de sa tourelle (le T-90S a l'ERA « Kontakt-5 »), est équipé d'un système de contrôle environnemental amélioré fourni par la société israélienne Kinetics Ltd pour fournir de l'air refroidi au compartiment de combat, a un volume interne supplémentaire pour loger les systèmes de refroidissement cryogénique pour les imageurs thermiques de nouvelle génération comme l'imageur thermique Catherine-FC de THALES (fonctionnant dans la bande passante de 8 à 12 micromètres) . [31] Au total, l'Inde prévoit d'avoir 2 080 chars T-90 en service d'ici 2020.

Le premier lot de 10 T-90M construits sous licence a été intronisé dans l'armée indienne le 24 août 2009. Ces véhicules ont été construits à l'usine de véhicules lourds à Avadi, Tamil Nadu.

Un achat de ₹ 10 000 crore (1,4 milliard de dollars US) de 354 nouveaux chars T-90SM pour six régiments de chars pour la frontière chinoise a été approuvé [33] en 2012, ce qui porterait le nombre total de chars T-90 dans l'inventaire de l'armée indienne à 2011 et avec un total de près de 4500 chars (T-90 et variantes, T-72 et Arjun MBT) en service actif, le troisième opérateur mondial de chars.

L'Inde prévoit d'avoir 21 régiments de chars de T-90 d'ici 2020, avec 45 chars de combat et 17 chars d'entraînement et de remplacement par régiment, pour un total de 62 chacun. [34]

Le 17 septembre 2013, le ministère indien de la Défense a approuvé la production de 235 chars T-90S sous licence russe pour 1 milliard de dollars. [35]

Le 11 novembre 2019, l'Inde a annoncé que Heavy Vehicles Factory produira 464 chars T-90S. [36]

Autre Modifier

En 2005, les livraisons ont commencé pour une première commande de 185 chars pour l'Algérie. Ceux-ci sont connus sous le nom de T-90SA ("A" est un acronyme pour l'Algérie).

Le comité de défense de la Chambre chypriote a approuvé des fonds en janvier 2009 pour l'achat de 41 chars T-90 de construction russe. L'argent a été inclus dans le budget de la défense 2009. Chypre exploite déjà le char T-80 de fabrication russe. [37] En mars 2010, il a été signalé que Chypre avait opté pour 41 T-80 supplémentaires au lieu d'acheter des T-90. [38]

Des sources anonymes de la défense vénézuélienne ont déclaré que le président Hugo Chavez « veut remplacer les chars de combat principaux AMX-30 obsolètes de son armée par entre 50 et 100 chars de combat principaux T-90 de construction russe », selon un article d'octobre 2008 de l'analyste Jack Sweeney. [39] En septembre 2009, un accord a été annoncé pour 92 T-72 seulement. [40] L'Arabie saoudite a été signalée, en juillet 2008, par le quotidien russe Kommersant être en négociations pour acheter 150 chars T-90. [41] Le ministre libanais de la Défense Elias El Murr a rencontré le ministre russe de la Défense Anatoly Serdyukov en décembre 2008, lorsqu'ils ont discuté de la possibilité d'un transfert d'équipement militaire, y compris des chars T-90. [42] [43]

En février 2010, un accord d'armement a été signé entre la Libye et la Russie. Les détails de la vente n'ont pas été divulgués dans l'immédiat, mais un diplomate russe a déclaré que la Libye voulait 20 avions de combat, des systèmes de défense aérienne, et pourrait également être intéressée par l'achat de "plusieurs dizaines" de T-90 et la modernisation de 140 autres T-72. Cependant, après la répression libyenne contre les manifestants antigouvernementaux au début de 2011, les Nations Unies ont décrété un embargo international sur les armes contre la Libye, entraînant l'annulation des accords d'armement russes. [44] [45]

En avril 2013, Rosoboronexport a demandé l'entrée du T-90S dans un prochain appel d'offres de l'armée péruvienne pour les chars de combat principaux. [46] Le Pérou a cherché à acquérir entre 120 et 170 chars pour remplacer ses chars T-55 vieillissants. Le T-90 a été testé contre le M1A1 Abrams des États-Unis, le Leopard 2A4 proposé par l'armée espagnole, le Leopard 2A6 anciennement exploité par l'armée néerlandaise et les T-64 et T-84 proposés par l'Ukraine. En septembre 2013, seuls le T-90S, le T-80 russe, le T-84 ukrainien et le M1A1 américain étaient encore en compétition. [47] Le 19 septembre 2013, un T-90S a été présenté au commandant en chef des forces terrestres péruviennes et à 300 officiers. Pendant la journée, les capacités de combat et de course du char ont été montrées. La nuit, la précision de toutes les armes à différentes portées, à l'arrêt et en mouvement, a été montrée dans des conditions de visibilité limitée et de terrain montagneux. Un conducteur péruvien de T-55 a été briefé pendant 5 minutes sur les commandes, puis a pu déplacer et faire fonctionner le T-90S, démontrant ainsi les points communs des deux véhicules. [48] ​​La Russie a poussé à la vente de 110 chars T-90S. [49] [ besoin de mise à jour ]

L'Armée populaire du Vietnam serait intéressée par l'achat du T-90MS pour maintenir sa capacité militaire en phase avec ses voisins. [50] Le Vietnam et l'Irak ont ​​signé des contrats pour au moins 150 chars T-90S/SK en 2016. [51]

En décembre 2015, le commandant des forces terrestres de l'armée iranienne a déclaré que l'Iran prévoyait d'acheter des chars T-90 développés par la Russie, étant donné que les sanctions de l'ONU qui visaient l'armée iranienne avaient été levées. [ citation requise ] Cependant, deux mois plus tard, l'Iran a annoncé qu'il n'était plus intéressé par l'achat du T-90 à la Russie, décidant plutôt de développer un modèle similaire au niveau national appelé le "Karrar". En juillet 2016, les médias iraniens ont montré un court clip faisant référence au nouveau char produit dans le pays appelé "Karrar" qui avait une apparence similaire au T-90MS. [52]

Armement Modifier

L'armement principal du T-90 est le canon de char à âme lisse 2A46M 125 mm. Il s'agit d'une version hautement modifiée du canon antichar Sprut, et c'est le même canon utilisé comme armement principal sur les chars de la série T-80. Il peut être remplacé sans démonter la tourelle intérieure et est capable de tirer des sabots antichar perforants stabilisés à l'aileron (APFSDS), antichars hautement explosifs (HEAT-FS) et à fragmentation explosive (HE-FRAG), comme ainsi que des missiles guidés antichars 9M119M Refleks. Le missile Refleks est doté d'un guidage semi-automatique par faisceau laser et d'une ogive HEAT à charge creuse en tandem. Il a une portée effective de 100 m à 6 km et met 17,5 secondes pour atteindre la portée maximale. Les Refleks peuvent pénétrer environ 950 millimètres (37 pouces) de blindage en acier et peuvent également engager des cibles aériennes volant à basse altitude telles que des hélicoptères. [53]

La mitrailleuse lourde antiaérienne télécommandée NSV 12,7 mm (12,7 × 108) peut être actionnée depuis l'intérieur du char par le commandant et a une portée de 2 km et une cadence de tir cyclique de 700 à 800 coups par minute avec 300 coups disponible (le NSV a été remplacé par la mitrailleuse lourde Kord à la fin des années 1990). La mitrailleuse coaxiale PKMT 7,62 mm (7,62 × 54 mm R) pèse environ 10,5 kg tandis que la boîte de munitions contient 250 cartouches (7 000 cartouches transportées) et pèse 9,5 kg supplémentaires. [53]

Comme les autres chars russes modernes, le 2A46M du T-90 est alimenté par un chargeur automatique qui supprime le besoin d'un chargeur manuel dans le char et réduit l'équipage à 3 (commandant, tireur et conducteur). L'autochargeur peut transporter 22 cartouches prêtes à tirer dans son carrousel et peut charger une cartouche en 5 à 8 secondes. [53] Il a été suggéré que les chargeurs automatiques des chars T-90 modernes ont été modifiés pour tirer parti des nouvelles munitions telles que le 3BM-44M APFSDS, qui, comme le M829A3 américain, pénètrent mieux le blindage que les obus plus courts précédents. Les obus HEAT pouvant être tirés à partir du 2A46M comprennent le 3BK21B (avec un revêtement en uranium appauvri), le 3BK29 (avec une pénétration créditée d'équivalent RHA de 800 mm) et le 3BK29M (avec une ogive à charge triple tandem). Additionally the T-90 features the Ainet fuse setting system which allows the tank to detonate 3OF26 HE-FRAG rounds at a specific distance from the tank as determined by the gunners laser rangefinder, improving its performance against helicopters and infantry. [54] Accurate firing range of the HE-Frag-FS 10 km, APFSDS 4 km. [55]

Fire-control system of the T-90 showed the following features of combat shooting during state testing. Heavily armoured targets at ranges of up to 5 km were hit by tank T-90 on the move (up to 30 km/h) with a high probability of hit with the first shot. During state testing made 24 launches of missiles at ranges of 4–5 km and they all hit the target (all missile launches were made by inexperienced professionals). An experienced gunner at speeds of 25 km/h hit 7 real armoured targets located at ranges of 1,500–2,500 m and 54sec. [56] [57]

Fire-control system on the T-90 includes the PNK-4S/SR AGAT day and night sighting system mounted at the commanders station which allows for night time detection of a tank sized target at ranges between 700 and 1100 metres depending on the version of the sight. Early models of the T-90 were equipped with the TO1-KO1 BURAN sight but later models (T-90S) were upgraded to use the ESSA thermal imaging sight, which allows for accurate firing to a range of 5,000–8,000m using the CATHERINE-FC thermal camera produced by Thales Optronique. The gunner is also provided with the 1G46 day sighting system which includes a laser range finder, missile guidance channel and allows tank-sized targets to be detected and engaged at 5 to 8 kilometres (3.1 to 5.0 mi). The driver uses a TVN-5 day and night sight. [53] In 2010, Russia started licensed production of Thales-developed Catherine FC thermal imaging cameras for T-90M tanks, a Russian daily said. [58] These thermal imagers are also present on T-90M "Bhishma" built in India under licence. [31]

In 2012, the Russian-made combined sample of commander supervisory-sighting system T01-K04DT/Agat-MDT was presented to the public. According to Krasnogorsky Zavod (plant), Agat-MDT has the ability to be installed (for further modernization) in the sight of the newly developed domestic UPF format 640×512 by 15 microns, which is possible in the future to extend the range of target identification at night to 3.5 — 4.0 km without sight modifications. [14] In 2016, the Krasnogorsk plant finished testing the Irbis-K night-vision gunner's sighting system for the T-80U and T-90, with first deliveries in 2018. [59] Completion of the Irbis-K, the first Russian-produced mercury-cadmium-telluride (MCT) matrix thermal sight, will bridge a gap with the leading NATO countries in this area. The Irbis-K is capable of identifying targets at ranges up to 3,240 meters during both day and night. [15]

The Russian-made thermal imaging device not only meant that Russian tanks would no longer need to be equipped with foreign parts, but it also meant that complete tank modernization was cheaper. Furthermore, there will be no decrease in demand for the T-72 and the T-90 in the next few years. The new tank gunner’s heat-vision sight Irbis-K and the commander’s combined sighting and observation system Agat-MDT can be supplied to T-72, T-80 and T-90 upgraded versions (T-72B3M, T-80BVM, T-90M. ), replacing Catherine-FC thermal camera from Thales.


Fire control and observation

The T-90S uses the 1A4GT integrated fire control system (IFCS), which is automatic but features a manual override for the commander. The IFCS contains the gunner’s 1A43 day fire control system, gunner’s TO1-KO1 thermal imaging sight with a target identification range of 1.2km to 1.5km and commander’s PNK-S sight.

A 1G46 day sight / rangefinder with missile guidance channel, 2E42-4 armament stabiliser, 1V528 ballistic computer and DVE-BS wind gauge comprise the gunner’s 1A43 day FCS.

A TKN-4S (Agat-S) day / night sight, which has identification ranges of 800m (day) and 700m (night) are included in the commander’s PNK 4S sight.

The driver is equipped with a TVN-5 infrared night viewer.


A Tank for All Seasons: The Russian T-90MS

The T-90MS’ export focus brings into perspective some of its more controversial design choices.

Voici ce que vous devez retenir : Clients are already lining up to buy the improved tank, notably armed forces in the Middle East (including Egypt and Kuwait).

Earlier this week, Russian arms manufacturer Uralvagonzavod (UVZ) released a video of their T-90MS battle tank in action.

The footage, aired by the official channel of the Russian Ministry of Defense, depicts some highlights from the T-90MS’ most recent exercise.

The tank moves at high speeds past a grassy plain, before discharging its 125mm cannon with what appears to be good effect on target (GEOT) the clip ends with the T-90MS making its way down an unpaved road.

In a rarity for these types of demonstration videos, the clip is interspersed with technical footage from inside the tank.

The first fifteen seconds capture the targeting module at work, while the latter half shows the gunner operating the tank’s digitized onboard controls.

Why would UVZ go out of their way to highlight the tank’s inner workings? Consider the context.

The T-90MS is a modernized export version of the T-90 main battle tank, Russia’s staple heavy armor solution from the early 1990’s through 2011. Whereas arms exercise footage is typically intended for domestic consumption, UVZ was trying to reach an altogether different audience: foreign buyers.

Thus, the video aims less for entertainment value and more to demonstrate the T-90MS’ technical capabilities to foreign military experts. Footage of the T-90MS’ four, 360° view cameras is hardly exciting for general audiences, but conveys crucial purchasing information to importers.

The T-90MS will be shown next week at IDEX-2019, the largest arms exhibition in the Middle East. To date, Rosoboronexport-- Russia’s arms export agency-- is on the verge of finalizing T-90MS orders with major clients including Egypt and Kuwait. With several contracts nearing completion, the Russians are looking to double down on the T-90MS’ success at IDEX-2019: “There have been many delegations that have gone through pre-contract motions. This tank is potentially our export leader,” mentionné UVZ chief Alexei Zharich.

The T-90MS is also the successor to the T-90’s prior export variant, the T-90S, offering several key iterative improvements. The T-90MS boasts a slightly more powerful 1,130 horsepower V-92S2F diesel engine, improved 3,500-meter thermal imager, digital computer for monitoring topographical conditions, GLONASS navigation integration, and a revised turret bustle. Among the most impactful changes is the inclusion of modular explosive reactive armor (ERA) panels for increased protection against certain kinds of explosive blasts.

The T-90MS’ export focus also brings into perspective some of its more controversial design choices. In a decision likely taken to suppress manufacturing costs, the UVZ has opted to arm the MS with a variant of the Soviet 2A46 smoothbore cannon found on the original T-90, rather than the newer 2A82-1M found on the recent T-90M and Russia’s upcoming, next-generation Armata tank.

Despite these active measures to maintain market competitiveness, the T-90MS will still come in at 4.5 million dollars per unit, a steep increase over the 2.5-3.5 million dollars per unit of its T-90S predecessor. To capture as many segments of the heavy armor market as possible, the Russians will continue offering the T-90S and even the original T-90. Both are still perfectly viable options in medium and low-intensity conflicts, and rester dans demande across the world.


T-90 Tank

The T-90 is considered a modern unit, with only the elite Kantemirovskaya and Tamanskaya tank divisions equipped by 2010. Derived from the T-72, the GPO Uralvagonzavod T-90 main battle tank is the most modern tank in the army arsenal. The successor to T-72BM, the T-90 uses the gun and 1G46 gunner sights from T-80U, a new engine, and thermal sights. Protective measures include Kontakt-5 ERA, laser warning receivers, and the SHTORA infrared ATGM jamming system.

The price of a T-90 main battle tank (MBT), manufactured by Russia’s Uralvagonzavod plant is $4-7 million, while the price of a T-72 model is $1-2 million. A Russian tank battalion comprises 31 tanks. In 2008 Uralvagonzavod produced a total of 165 T-90 tanks. Over half of the vehicles were exported, and the remaining tanks replaced some of the T-72s in the Russian Armed Forces.

By 1992 the Russian Defense Ministry announced that it could no longer afford to manufacture two MBTs in parallel. Since both the “quality” T-80U and the cheaper “quantity” T-72B were each being built at one plant, and each plant was critical to the economy of the city it was in, the Government gave small orders to both. Omsk built five T-80Us and Nizhni Tagil 15 T-72s, and both built more against the hope of winning large export orders. Nizhni Tagil had built a few T-72BMs, T-72Bs upgraded with a third generation add-on Explosive Reactive Armor (ERA) called Kontakt-5, which was already in service on T-80U.

To further improve the T-72’s export prospects and its chances of being selected as Russia’s sole production MBT, the T-80U’s more sophisticated fire control system was also added to produce a vehicle designated T-72BU. Finally, since worldwide news coverage during Desert Storm had firmly established the image of the T-72 as a burning Iraqi tank, the new model was renamed T-90.

The Russian Defense Ministry made a selection of a single MBT in 1995. The fighting in Grozny had been shown around the world and the reputation of Russian tanks was sullied. Although many casualties were due to bad tactics and many T-72s were also lost, it was the knocked-out T-80s which made an impression. More had been expected of the “quality” M-80 MBT. This is alleged to have tipped the balance against the T-80 in the selection. The T-80 was already more expensive and its delicate, fuel-hungry turbine engine was still giving problems. In January 1996, Col.-Gen. Aleksandr Galkin, Chief of the Main Armor Directorate of the Ministry of Defense, announced that the T-90 had been selected as the sole Russian MBT.

The T-90 went into low-level production in 1993, based on a prototype designated as the T-88. The T-90 was developed by the Kartsev-Venediktov Design Bureau at the Vagonka Works in Nizhniy Tagil. Initially thought by Western observers to be an entirely new design, the production model is in fact based on the T-72BM, with some added features from the T-80 series. The T-90 features a new generation of armor on its hull and turret. Two variants, the T-90S and T-90E, have been identified as possible export models. Plans called for all earlier models to be replaced with T-90s by the end of 1997, subject to funding availability. By mid-1996 some 107 T-90s had gone into service in the Far Eastern Military District.

Of conventional layout, the T-90 represents a major upgrade to every system in the T-72, including the main gun. The T-90 is an interim solution, pending the introduction of the new Nizhny Tagil MBT which has been delayed due to lack of funding. Produced primarily mainly due to its lower cost, the T-90 it will probably remain in low-rate production to keep production lines open until newer designs become available. Several hundred of these tanks have been produced, with various estimates suggesting that between 100 and 300 are in service, primarily in the Far East.

The T-90 retains the 125-mm 2A46-series main gun of the T-72 and T-80 which is capable of firing APDS, HEAT and HE-FRAG projectiles as well as time-fuzed shrapnel projectiles.

The Refleks 9M119 AT-11 SNIPER laser-guided missile with a hollow-charge warhead is effective against both armored targets and low-flying helicopters. The missile, which can penetrate 700-mm of RHAe out to 4000 meters, gives the T-90 the ability to engage other vehicles and helicopters before they can engage the T-90. The computerised fire control system and laser range-finder, coupled with the new Agave gunner’s thermal sight, permit the T-90 to engage targets while on the move and at night. However, this first generation system is probably not as capable as current Western counterpart systems. The tank is fitted with precision laying equipment and an automatic loader to guarantee a high rate of gun fire. Secondary armament includes a coaxial 7.62mm PKT machine gun and 12.7mm machine gun mount to for air and ground targets.

The T-90 features the low silhouette of the earlier Russian tanks, with a low rounded turret centered on the hull, and is fitted with combined passive and active defenses which make the T-90 one of the best protected main battle tanks in the world. The glacis is covered by second generation explosive reactive armor [ERA] bricks, as is the turret. This ERA gives the turret an angled appearance, with the ERA bricks forming a “clam shell” appearance. ERA bricks on the turret roof provide protection from top-attack weapons.

The T-90 is equipped with the TShU-1-7 Shtora-1 optronic counter measures system which is designed to disrupt the laser target designation and rangefinders of incoming ATGM. The T-90 is also equipped with a laser warning package that warns the tank crew when it is being lased. Shtora-1 is an electro-optical jammer that jams the enemy’s semiautomatic command to line of sight (SACLOS) antitank guided missiles, laser rangefinders and target designators. Shtora-1 is actually a soft kill, or countermeasures system. It is most effective when used in tandem with a hard kill system such as the Arena.

During the International Defense Exposition (IDEX) held in Abu Dhabi in 1995, the system was shown fitted to a Russian MBT. The first known application of the system is the Russian T-90 MBT that entered service in the Russian Army in 1993. Shtora-1 is currently installed on the T-80UK, T-80U, T-84 and T-90 MBTs.

The Shtora-1 system comprises four key components, the electro-optical interface station, which includes a jammer, modulator, and control panel a bank of forward-firing grenade dischargers mounted on either side of the turret that are capable of firing grenades dispensing an aerosol screen a laser warning system with precision and coarse heads and a control system comprising control panel, microprocessor, and manual screen-laying panel. This processes the information from the sensors and activates the aerosol screen-laying system. Two infrared lights, one on each side of the main gun, continuously emit coded pulsed infrared jamming when an incoming ATGM has been detected. Shtora-1 has a field of view of 360-degrees horizontally and -5 to +25-degrees in elevation. It contains 12 aerosol screen launchers and weighs 400kg. The screening aerosol takes less than 3 seconds to form and lasts about 20 seconds. The screen laying range is between 50-70 meters.

The T-90 is powered by the V-84MS 618 kW (840 hp) four-stroke V-12 piston multi-fuel diesel engine, which can also run on T-2, TS-1 kerosene and A-72 benzine. This engine results in a power to weight ratio of only 18.06 hp/ton, considerably less than that of the T-80. The tank crew can prepare fording equipment within 20 minutes to negotiate 5 meter deep water obstacles. The tank is also fitted with the NBC protection system and mounted mineclearing equipment.

T-90 – The first production version.

T-90K – Commander’s version of the T-90, with additional communication (station R-163-50K) and navigation equipment (TNA-4-3).

T-90E – Export version of T-90 MBT.

T-90A – Russian army version with welded turret, V-92S2 engine and ESSA thermal viewer. Sometimes called T-90 Vladimir.

T-90S – Export version of the T-90A. These tanks were made by Uralvagonzavod and were updated with 1,000 hp (750 kW) engines made by Chelyabinsk Tractor Plant. These tanks however do not feature the Shtora-1 passive/active protection system. Sometimes called T-90C (Cyrillic letter es looks like a Latin c). These tanks are found with two different turret armour arrays.

T-90SK – Commander’s version of the T-90S, with additional communication and navigation equipment. It differs in radio and navigation equipment and Ainet remote-detonation system for HEF rounds.

T-90S “Bhishma” – modified T-90S in Indian service.

T-90AM – Latest version of the T-90A. The main features include the modernization of the old turret design, which is equipped with a new advanced fire control system “Kalina” (with integrated combat information and control systems), a new automatic loader and a new upgraded gun 2A46M-5, as well as a remote-controlled anti-aircraft gun “UDP T05BV-1”. The new version also includes the Relikt active protection system instead of the Kontakt-5 active protection system. Other improvements include a new 1,250 PS (920 kW) engine, an enhanced environmental control system and satellite navigation systems.

T-90SM – New modernized (M) version of the export tank T-90S, with a 1130HP engine, a PNM Sosna-U gunner view, a 7.62mm turret UDP T05BV-1 RWS, GLONASS, inertial navigation systems and explosive reactive armour (ERA).


T-90 Main Battle Tank (Russia) - History

The T-90S is the latest development in the T-series of Russian tanks and represents an increase in firepower, mobility and protection. It is manufactured by the Uralvagonzavod Plant in Nizhniy Tagil (Potkin's bureau) of the Russian Federation.

The T-90S is in service with the Russian Army and the Indian Army. In February 2001, the Indian Army signed a contract for 310 T-90S tanks. 124 were completed in Russia and the rest are being delivered in "knocked down/semi-knocked down" form for final assembly in India. The first of these was delivered in January 2004. The locally-assembled tanks are christened "Bhishma". The tanks are fitted with the Shtora self-protection system and thermal imagers from Thales of France and Peleng of Belarus.

In January 2005, it was announced that a further 91 T-90S tanks would be procured for the Russian Army. 31 are due to be delivered in 2006.

In March 2006, Algeria signed a contract for the supply of 180 T-90S tanks from Uralvagonzavod, to be delivered by 2011.

In November 2006, India ordered a further 300 T-90 tanks, to be licence-built by Heavy Vehicle Factory (HVF), Avadi. Deliveries are to begin in 2008.

Derived from the T-72, the GPO Uralvagonzavod T-90 main battle tank is the most modern tank in the Russian Army's arsenal. The successor to T-72BM, the T-90 uses the gun and 1G46 gunner sights from T-80U, a new engine, and thermal sights. Protective measures include Kontakt-5 ERA, laser warning receivers, and the SHTORA infrared ATGM jamming system.

Kontakt-5 is a Russian type of third-generation explosive reactive armour. It is the first type of ERA which is effectively able to defeat modern APFSDS rounds. Introduced on the T-80U tank in 1985, Kontakt-5 is made up of "bricks" of explosive sandwiched between two metal plates. The plates are arranged in such a way as to move sideways rapidly when the explosive detonates. This will force an incoming KE-penetrator or shaped charge jet to cut through more armour than the thickness of the plating itself, since "new" plating is constantly fed into the penetrating body. A KE-penetrator will also be subjected to powerful sideways forces, which might be large enough to cut the rod into two or more pieces. This will significantly reduce the penetrating capabilities of the penetrator, since the penetrating force will be dissipated over a larger volume of armour.

By 1992 the Russian Defense Ministry announced that it could no longer afford to manufacture two MBTs in parallel. Since both the "quality" T-80U and the cheaper "quantity" T-72B were each being built at one plant, and each plant was critical to the economy of the city it was in, the Government gave small orders to both. Omsk built five T-80Us and Nizhni Tagil 15 T-72s, and both built more against the hope of winning large export orders. Nizhni Tagil had built a few T-72BMs, T-72Bs upgraded with a third generation add-on Explosive Reactive Armor (ERA) called Kontakt-5, which was already in service on the T-80U MBT.

Kontakt-5 has been succeeded by the newer Kaktus type, which is currently only seen on prototype tanks such as the T-80UM2 "Chiorny Oriol" (Black Eagle) tank.

To further improve the T-72's export prospects and its chances of being selected as Russia's sole production MBT, the T-80U's more sophisticated fire control system was also added to produce a vehicle designated T-72BU. Finally, since worldwide news coverage during Desert Storm had firmly established the image of the T-72 as a burning Iraqi tank, the new model was renamed T-90.

The Russian Defense Ministry made a selection of a single MBT in 1995. The fighting in Grozny had been shown around the world and the reputation of Russian tanks suffered. Although many casualties were due to bad tactics and many T-72s were also lost, it was the knocked-out T-80s which made an impression. More had been expected of the "quality" T-80 MBT. This is alleged to have tipped the balance against the T-80 in the selection. The T-80 was already more expensive and its delicate, fuel-hungry turbine engine was still giving problems. In January 1996, Col.-Gen. Aleksandr Galkin, Chief of the Main Armor Directorate of the Ministry of Defense, announced that the T-90 had been selected as the sole Russian MBT.

The T-90 went into low-level production in 1993, based on a prototype designated as the T-88. The T-90 was developed by the Kartsev-Venediktov Design Bureau at the Vagonka Works in Nizhniy Tagil. Initially thought by Western observers to be an entirely new design, the production model is in fact based on the T-72BM, with some added features from the T-80 series. The T-90 features a new generation of armor on its hull and turret. Two variants, the T-90S and T-90E, have been identified as possible export models. Plans called for all earlier models to be replaced with T-90s by the end of 1997, subject to funding availability. By mid-1996 some 107 T-90s had gone into service in the Far Eastern Military District.

Of conventional layout, the T-90 represents a major upgrade to every system in the T-72, including the main gun. The T-90 is an interim solution, pending the introduction of the new Nizhny Tagil MBT which has been delayed due to lack of funding. Produced primarily mainly due to its lower cost, the T-90 will probably remain in low-rate production to keep production lines open until newer designs become available. Several hundred of these tanks have been produced, with various estimates suggesting that between 100 and 300 are in service, primarily in the Far East.

The T-90 retains the low silhouette of the earlier Soviet tanks. The glacis is well sloped, and is covered by second generation ERA bricks and a large transverse rib that extends horizontally across the glacis. The driver sits at the front of the hull and has a single piece hatch cover that opens to the right, in front of which is a single wide-angle observation periscope. Integrated fuel cells and stowage containers give a streamlined appearance to the fenders. The tank has a toothed shovel/dozer blade on the front of the hull beneath the glacis. There are attachment points beneath the blade for the KMT-6 mine-clearing plow.

The low, rounded turret is centered on the hull. The commander's cupola is on the right side of the turret the gunner's hatch is on the left side. The 125-mm main gun has a four section removable thermal shield. It has two sections in front of, and two sections to the rear of the mid-tube bore evacuator. A 7.62-mm coaxial machine-gun is mounted to the right of the mantlet. The T-90 mounts two infra-red searchlights on either side of the main armament these are part of the Shtora ATGM defense system. The turret is covered with second generation reactive armor on the frontal arc.

This ERA gives the turret an angled appearance, with the ERA bricks forming a "clam shell" appearance. There are ERA bricks on the turret roof to provide protection from top-attack weapons. There are banks of smoke mortars on either side of the turret. The second generation ERA package, combined with the advanced armor technology, makes the T-90 one of the best protected main battle tanks in the world.

The year 1999 saw the appearance of a new model of T-90, featuring the fully welded turret of the Obiekt 187 experimental MBT instead of the cast design of the original T-90. This new model is called "Vladimir" in honor of T-90 Chief Designer Vladimir Potkin, who died in 1999. It is unknown how this design affects the protection and layout of the turret, and whether the frontal armor package was also extensively redesigned (Source: Vasily Fofanov's Modern Russian Armor Page).

There are at least three different variants of the T-90. The Russians confirmed the existence of an export variant in June 1996 with varying equipment and engine fits, and Russian promotional materials have discussed both the T-90S (or "C" in the sometimes-used Cyrillic non-translation) and the T-90SK command variant. The T-90SK command variant differs in radio and navigation equipment and Ainet remote-detonation system for HEF rounds. The T-90 "Vladimir", with a welded turret, is also referred to as T-90M, but it is not an official designation. The official designation for those tanks were T-90A, or T-90SM. Actually, all production T-90s from 2001 onwards have welded turrets, so it only seems logical to assume that the official designation now is T-90S (or "C") - what is confirmed by the fact that all T-90S MBTs sold to India have welded turrets. There are also occasional references to a T-90E, but these appear to be unsubstantiated.


T-90S Main Battle Tank, firing the 125mm 2A46M smoothbore gun.

The T-90S armament includes one 125mm 2A46M smoothbore gun, stabilized in two axes and fitted with a thermal sleeve. The gun tube can be replaced without dismantling inside the turret. The gun can fire a variety of ammunition including APDS (Armour Piercing Discarding Sabot), HEAT (High Explosive Anti-Tank), HE-FRAG (High Explosive Fragmentation) as well as, the APERS (anti-personnel) ammunition, consisting of shrapnel projectiles with time fuzes. By far the most widely used APERS round is a multi-purpose HE/HE-FRAG/FRAG fin-stabilized round. Its versatility has been lately further increased by introduction of a time-fusing system, Ainet. Other APERS rounds include shrapnel and incendiary, but these are a lot less common.

The 2A46 and 2A46M lines of mainguns (internal designations D-81T, D-81TM) were developed by the Spetstekhnika design bureau in Ekaterinburg (former Sverdlovsk), and are manufactured at the Motovilikha artillery plant in Perm.

The T-90S gun can also fire the 9M119Refleks (NATO designation AT-11 Sniper), or the 9M119M Refleks (NATO designation AT-11 Sniper-B) anti-tank guided missile system. The 9M119 missile comes in two variants: the 9K120 Svir, which is fired by the T-72B, T-72S, and 2A45M antitank gun and the Refleks, which is fired by the T-80B, T-80U, and T-90 main battle tank. Les Refleks round is 4 kg heavier and has a 5,000 meter maximum range, whereas the Svir has a 4,000 meter maximum range. The range of the missile is 100m to 4,000m and takes 11.7 sec to reach maximum range. The system is intended to engage tanks fitted with ERA (Explosive Reactive Armour) as well as low-flying air targets such as helicopters, at a range of up to 5km. The missile system fires either the 9M119 or 9M119M missiles which have semi-automatic laser beam riding guidance and a hollow charge warhead. Missile weight is 23.4kg. The gun's automatic loader will feed both ordnance and missiles. Due to high cost of the system, usually only elite regiments shall have those missiles in a loadout.

The Refleks 9M119 AT-11 SNIPER laser-guided missile with a hollow-charge warhead is effective against both armored targets and low-flying helicopters. The missile, which can penetrate 700-mm of RHAe out to 5,000 meters, gives the T-90S the ability to engage other vehicles and helicopters before they can engage the T-90S. The computerized fire control system and laser range-finder, coupled with the new Agave gunner's thermal sight, permit the T-90S to engage targets while on the move and at night. However, this first generation system is probably not as capable as current Western counterpart systems. The tank is fitted with precision laying equipment and an automatic loader to guarantee a high rate of gun fire.

Also fitted is a coaxial 7.62mm PKT machine gun and a 12.7mm air defense machine gun. A 5.45mm AKS-74 assault rifle is carried on a storage rack.

The T-90S has the 1A4GT integrated fire control system (IFCS) which is automatic but with manual override for the commander. The IFCS contains the gunner's 1A43 day fire control system, gunner's TO1-KO1 thermal imaging sight which has a target identification range of 1.2km to 1.5km and commander's PNK-S sight.

The gunner's 1A43 day FCS comprises: 1G46 day sight/rangefinder with missile guidance channel, 2E42-4 armament stabilizer, 1V528 ballistic computer and DVE-BS wind gauge.

The commander's PNK-4S sight includes a TKN-4S (Agat-S) day/night sight which has identification ranges of 800m (day) and 700m (night). The driver is equipped with a TVN-5 infrared night viewer.


T-90S, of the indian Army. The T-90S is one of the best protected MBTs in the world.

The T-90S features the low silhouette of the earlier Russian tanks, with a low rounded turret centered on the hull, and is fitted with combined passive and active defenses which make the T-90S one of the best protected main battle tanks in the world. The glacis is covered by second generation explosive reactive armor [ERA] bricks, as is the turret. This ERA gives the turret an angled appearance, with the ERA bricks forming a "clam shell" appearance. ERA bricks on the turret roof provide protection from top-attack weapons.

The T-90S is equipped with the TShU-1-7 Shtora-1 optronic counter measures system, produced by Electronintorg of Russia, which is designed to disrupt the laser target designation and rangefinders of incoming ATGM. The T-90S is also equipped with a laser warning package that warns the tank crew when it is being lased. Shtora-1 is an electro-optical jammer that jams the enemy's semiautomatic command to line of sight (SACLOS) antitank guided missiles, laser rangefinders and target designators. Shtora-1 is actually a soft kill, or countermeasures system, which is most effective when used in tandem with a hard kill system such as the Arena.


Photos: Lots Of T-90 Main Battle Tanks Supplied By Russia To Syrian Army

The Syrian Military Capabilities blog has released fresh photos of T-90 main battle tanks supplied by Russia to the Syrian army.

More about Russian battle tanks:

Click to see the full-size image

New Israeli Government, Same Strikes On Syria

Northern Syria’s Endless Back-And-Forth

HTS Friends To Start A New War In Nagorno-Karabakh

Ankara Prepares To Plunge Syria’s North Into Pandemonium

When the Syrian nation with Russians win this war and stabilize the country, Syrian will become a major military player in the region! They had learned with the toughest lessons, they are the land where the most powerful military of the world pointed their cannons and proxy warriors. They shall prevail and they will be the strongest.

Best wishes from Brazil to Syrian people. You will win this battle!

The Syrian military has been toughened by years of actual, on the ground combat against the murderers supplied by the US and its puppets. They and the Syrian people have sustained horrific losses in terms of lives lost and destruction to their country. Here in the US we are always exposed to the propaganda generated by the Zionist-allied media that the Israelis are the best fighting force in west Asia. That is utter nonsense. They are only good at killing and tormenting Palestinians. Without the massive military and financial support from Uncle Stupid (Sam) they are lost. Greetings from the Big Apple.

Are you retarded the Palestinians are basicly terrorists who want the deaths of every Israeli jew. you know they did beat Syria and Egypt in one war so the must be better than you think

Tá bravo cara ? Olha só a foto :)

Como não ficar nesses tempos? Salve xD

Lol, estava brincando, tem razão, os tempos não são favoráveis!!

yes God willing thank you!!

1:50 Strange, you didn’t include Kaliningrad as part of Russia.

Nor Kosovo as part of Serbia

Use them well…use them, for good!

Use them against Daesh and al Nusra!

And turkey if they have to!

Syrian needs no less then 300 of these tanks just to fend off the next Zionist invasion of their country, and to counter attack and liberate the Syrian-Golan-Heights from the Jewish-Colonialist.
http://ifamericaknew.org/

Israel won the Golan Heights after a war. If Israel and Syria would go to war again and Syrian would win back the Golan Heights, it would be fair. Israel never built anything really in the GH, it´s pretty wild land however it has a precious view, which made it worth taking at the time.

Hitler won Poland after a war, was that right?

Two totally different cases. By the way part of Poland throughout history pas polish then German then polish again then German again and so on.

syria needs bacteriological weapons against israel

If you say so. What Syria needs is more Kurd autonomy, that would be good for everyone and would keep a power balance translated into peace, Shalom.

The Syrian Kurds and government have recently come to some agreements . They already have autonomy , we will find out soon the new agreements . Peace brother .

such form of autonomy will get kurds. but not that type, that kurds can have own army.

Then Assad will have to convince them that in case of danger, they can rely on SAA. Can they rely on SAA?

i am sure they can. also now is happening this.

i know, kurd say, assad did not protect them before isis. but, in taht time assad lost whole east syria, too.

Besides, kurds do not have an army at least not in Syria, what they have are defense units, hardly an army but still quite effective !

dfense units are form of army.
i think, assad should allow for all minorities use aalso their lenguages in offices in towns, villages whera are present at least 30%.

Zyclon B is another possible option as a bug killer.

It seems you are either proposing another genocide or expressing admiration for the first genocide of jews.

I am surprised and offended that the moderater did not block you for this. The same goes for Krupacek

waepons = regular war
KY camps = genocide.

But the Israeli’s have now discovered natural carbon resources under it – so while always militarily valuable – now potentially financially very valuable as well, so Israel will double down and not give it up.

Yes but i doubt when Israel won the Golan during the war that they knew that there was wealth beneath.

Golan Heights has a pool of oil beneath it estimated to be the equal of Saudi Arabia’s . That is why Israel does not want to give it back to Syria .

Why should they, Syria lost the GH in a war. Maybe all americans should give back the states to the various Indian tribes? Part of Germany was polish before WWII, maybe Germany should give it back to Poland etc…

It is called International Law .
And on Poland , that part that was Polish before WWll , was German before WWl .
Israel should stop playing the victim , and stop victimizing , and settle with the Palestinians . The “two state” solution will not work , because Hamas is Sunni aligned and the West Bank is Shia aligned . A “three state” solution for three separate land masses is achievable . If just the revenue from the Gaza off-shore oil was split three ways , all three countries would be wealthy. The Muslims and the rest of the world can clearly see the injustice to the native Palestinians . Peace is much more enjoyable than war .


Voir la vidéo: Russian T-90 Main Battle Tank


Commentaires:

  1. Israel

    Bien sûr. Et avec cela, j'ai rencontré. Nous pouvons communiquer sur ce sujet.

  2. Argus

    Vous n'êtes pas correcte. Je peux le prouver. Envoyez-moi un courriel à PM, nous en discuterons.

  3. Nijind

    Je pense que vous faites une erreur. Discutons.

  4. Zulusho

    Quel culot!

  5. Uchdryd

    Absolument avec vous, il est d'accord. Il me semble que c'est une bonne idée. Je suis d'accord avec toi.

  6. Wamocha

    Je m'excuse d'interférer ... Mais ce sujet est très proche de moi. Écrivez au PM.



Écrire un message