Edouard Bellamy

Edouard Bellamy


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Edward Bellamy est né à Chicopee Falls, Massachusetts, le 26 mars 1850. Son père, Rufus King Bellamy, était pasteur baptiste, tandis que sa mère, Maria Louisa Putnam Bellamy, était calviniste. Bellamy a étudié le droit mais déterminé à devenir écrivain, il a commencé à travailler pour le journal Springfield Union. Il a ensuite déménagé au Poste de New York.

Bellamy a également publié plusieurs romans dont Le duc de Stockbridge (1879), Le processus du Dr Heidenhoff (1880) et La soeur de Mlle Ludington (1884). Bellamy est devenu socialiste après avoir lu Le Commonwealth coopératif : une exposition du socialisme moderne par Laurence Gronlund.

Regarder en arrière paru en 1888. Situé à Boston, le héros du livre, Julian West, tombe dans un sommeil hypnotique et se réveille en l'an 2000, pour découvrir qu'il vit dans une utopie socialiste où les gens coopèrent plutôt qu'ils ne rivalisent. Edward W. Younkins a soutenu : « Ce roman de réforme sociale a été publié en 1888, à une époque où les Américains étaient effrayés par la violence de la classe ouvrière et dégoûtés par la consommation ostentatoire de la minorité privilégiée. et les grands trusts dominaient l'économie nationale. L'auteur utilise ainsi des projections de l'année 2000 pour examiner la société de 1887. Bellamy présente aux Américains des portraits d'un avenir désirable et de leur présent. Il définit sa société parfaite comme l'antithèse de sa société actuelle. société. Regarder en arrière incarne sa méfiance à l'égard des marchés libres et son admiration pour la planification centralisée et la conception délibérée."

Le roman a connu un grand succès et s'est vendu à plus de 1 000 000 d'exemplaires. C'était le troisième best-seller de son époque, après La Case de l'oncle Tom et Ben Hur. Comme l'a souligné son biographe Franklin Rosemont : « La transformation sociale décrite dans Regarder en arrière a à son tour transformé, ou plutôt libéré, la personnalité humaine. Dans la vision de Bellamy de l'an 2000, l'égoïsme, la cupidité, la méchanceté, la folie, l'hypocrisie, le mensonge, l'apathie, la soif de pouvoir, la lutte pour l'existence et l'anxiété quant aux besoins humains fondamentaux sont toutes choses du passé. »

Des clubs Bellamy ont été créés dans tous les États-Unis pour discuter et propager les idées du livre. Ses idées ont également été bien reçues en Europe. Alfred Salter, membre du Parti travailliste en Grande-Bretagne, a lu le livre dans sa jeunesse et, avec sa femme, Ada Salter, a tenté de construire l'utopie de Bellamy à Bermondsey.

Le livre de Bellamy a également inspiré le mouvement Garden City. Comme Stanley Buder, l'auteur de Visionnaires et urbanistes : le mouvement Garden City et la communauté moderne (1991), a souligné : « Bellamy a également envisagé un cadre environnemental adapté à son nouvel ordre social. Son Boston de l'an 2000 est une petite ville ressemblant à un parc. Des maisons soignées et sans ostentation remplies de commodités font face à de larges boulevards bordés d'arbres. les blanchisseries publiques et les réfectoires centraux soulagent la corvée des tâches ménagères et mettent fin à l'isolement de la vie domestique. Dominant la ville se trouvent de beaux et spacieux édifices publics d'architecture classique et d'une blancheur éclatante qui constituent le centre de la vie communautaire. Inutile de dire que les bidonvilles, les saloons, et l'excitation des foules ou l'incitation à flâner avant que les vitrines ne soient éliminées. L'avenir de Bellamy promettait une vie efficace et ordonnée. L'auteur combinait ingénieusement le contrôle de l'État en matière de production et de distribution avec l'initiative privée dans les arts pour projeter ce qu'il considérée comme une société vraiment satisfaisante et libérale.

Selon Benjamin Flower : « Edward Bellamy possédait une personnalité charmante et aimable. Il n'avait rien de réformateur militant en lui, bien qu'il fût un homme qui tenait fermement à ses convictions. Erich Fromm a soutenu que c'est "l'un des livres les plus remarquables jamais publiés en Amérique". Les personnes qui ont affirmé avoir été profondément influencées par le livre sont Heywood Broun, Elizabeth Cady Stanton, Daniel De Leon, Eugene Debs, Julius Wayland, Charlotte Perkins Gilman, Upton Sinclair, Scott Nearing et Elizabeth Gurley Flynn.

Un fervent partisan de la nationalisation des services publics, les idées de Bellamy ont encouragé la fondation de ce qui est devenu connu sous le nom de clubs nationalistes. Il devint également rédacteur en chef de The Nationalist (1889-1891) et de The New Nation (1891-1894).

celle de Bellamy Égalité (1897) était une tentative de répondre aux critiques de Regarder en arrière. Le livre a souligné le rôle central des femmes dans le changement social radical. Il a également fourni une affirmation audacieuse des droits des animaux et de la conservation de la nature sauvage. Peter Kropotkin a fait valoir qu'il ne connaissait "aucun autre travail socialiste... qui équivaut à celui de Bellamy Égalité."

Edward Bellamy mourut de tuberculose à Chicopee le 22 mai 1898.

J'ai vu la lumière pour la première fois dans la ville de Boston en 1857. « Quoi ! vous dites : « dix-huit cinquante-sept ? C'est une erreur étrange. Il veut dire dix-neuf cinquante-sept, bien sûr. Je vous demande pardon, mais il n'y a pas d'erreur. C'était vers quatre heures de l'après-midi du 26 décembre, un jour après Noël, en l'an 1857, et non en 1957, que j'ai respiré pour la première fois le vent d'est de Boston, qui, j'assure le lecteur, était à cette période reculée marquée par le même qualité pénétrante qui la caractérise en cette année de grâce, 2000.

Ces déclarations semblent si absurdes à première vue, surtout quand j'ajoute que je suis un jeune homme apparemment d'une trentaine d'années, qu'on ne peut reprocher à personne de refuser de lire un autre mot de ce qui promet d'être une simple imposition sur sa crédulité. . Néanmoins, j'assure sincèrement le lecteur qu'aucune imposition n'est prévue, et je m'engage, s'il me suit quelques pages, à l'en convaincre entièrement. Si je peux donc supposer provisoirement, avec le serment de justifier l'hypothèse, que je sais mieux que le lecteur quand je suis né, je continuerai mon récit. Comme tout écolier le sait, dans la dernière partie du dix-neuvième siècle, la civilisation d'aujourd'hui, ou quelque chose de semblable, n'existait pas, bien que les éléments qui devaient la développer fussent déjà en effervescence. Rien, cependant, ne s'était produit pour modifier la division immémoriale de la société en quatre classes, ou nations, comme on peut mieux les appeler, puisque les différences entre elles étaient bien plus grandes que celles entre toutes les nations de nos jours, des riches et des pauvres. , les instruits et les ignorants. J'étais moi-même riche et aussi instruit, et possédais donc tous les éléments du bonheur dont jouissaient les plus fortunés de cette époque. Vivant dans le luxe et m'occupant uniquement de la poursuite des plaisirs et des raffinements de la vie, je tirais les moyens de ma subsistance du travail des autres, sans rendre aucune sorte de service en retour. Mes parents et grands-parents avaient vécu de la même manière, et je m'attendais à ce que mes descendants, si j'en avais, jouiraient d'une existence aussi facile.

Mais comment pourrais-je vivre sans servir le monde ? tu demandes. Pourquoi le monde aurait-il supporté dans une oisiveté totale celui qui a pu rendre service ? La réponse est que mon arrière-grand-père avait accumulé une somme d'argent sur laquelle ses descendants vivaient depuis. La somme, vous en déduirez naturellement, devait être bien grande pour ne pas s'être épuisée à supporter trois générations dans l'oisiveté. Ceci, cependant, n'était pas le fait. La somme avait été à l'origine loin d'être importante. Elle était, en effet, beaucoup plus grande maintenant que trois générations s'y étaient appuyées dans l'oisiveté, qu'elle ne l'était d'abord. Ce mystère d'utilisation sans consommation, de chaleur sans combustion, semble magique, mais n'était qu'une application ingénieuse de l'art aujourd'hui heureusement perdu mais porté à une grande perfection par vos ancêtres, de déplacer le fardeau de son soutien sur les épaules des autres. L'homme qui avait accompli cela, et c'était le but recherché, était censé vivre des revenus de ses investissements. Expliquer à ce stade comment les anciennes méthodes de l'industrie ont rendu cela possible nous retarderait trop. Je m'arrêterai seulement maintenant pour dire que l'intérêt sur les investissements était une espèce d'impôt à perpétuité sur le produit de ceux qui s'occupaient de l'industrie qu'une personne possédant ou héritant de l'argent pouvait prélever. Il ne faut pas croire qu'un arrangement qui semble si contre nature et si absurde selon les notions modernes n'a jamais été critiqué par vos ancêtres. C'était l'effort des législateurs et des prophètes dès les premiers âges d'abolir l'intérêt, ou du moins de le limiter au taux le plus bas possible. Tous ces efforts avaient pourtant échoué, comme ils le devaient nécessairement tant que les anciennes organisations sociales prévalaient. Au moment où j'écris, vers la fin du XIXe siècle, les gouvernements avaient généralement renoncé à essayer de réglementer le sujet.

Les questions que je devais poser avant de pouvoir acquérir ne serait-ce qu'un aperçu des institutions du vingtième siècle étant interminables, et la bonhomie du Dr Leete apparaissant également, nous restâmes assis à discuter pendant plusieurs heures après le départ des dames. Rappelant à mon hôte le point où notre causerie s'était interrompue ce matin-là, j'exprimai ma curiosité d'apprendre comment l'organisation de l'armée industrielle était faite pour stimuler suffisamment la diligence dans l'absence de toute inquiétude de la part de l'ouvrier quant à son gagne-pain.

« Il faut comprendre d'abord, répondit le docteur, que la fourniture d'incitations à l'effort n'est qu'un des objets recherchés dans l'organisation que nous avons adoptée pour l'armée. L'autre, tout aussi important, est d'assurer aux les chefs de file et les capitaines de la force, et les grands officiers de la nation, des hommes aux capacités éprouvées, qui se sont engagés par leur propre carrière à maintenir leurs partisans à leur plus haut niveau de performance et à ne laisser aucun retard. C'est à ces deux fins que s'organise l'armée industrielle. Vient d'abord le grade non classé des ouvriers ordinaires, hommes de tout travail, auquel appartiennent toutes les recrues pendant leurs trois premières années. Ce grade est une sorte d'école, et très stricte, dans laquelle on enseigne aux jeunes gens des habitudes d'obéissance, de subordination et de dévouement. Tandis que la nature diverse du travail effectué par cette force empêche le classement systématique des travailleurs qui est ensuite possible, pourtant des dossiers individuels sont tenus, et excellent ce reçoit une distinction correspondant aux peines qu'encourt la négligence. Cependant, nous n'avons pas pour politique de permettre à l'imprudence ou à l'indiscrétion de la jeunesse, lorsqu'elle n'est pas profondément coupable, de handicaper la future carrière des jeunes hommes, et tous ceux qui ont franchi le grade non classé sans honte sérieuse ont une chance égale de choisir la vie l'emploi qu'ils aiment le plus. L'ayant choisi, ils y entrent comme apprentis. La durée de l'apprentissage diffère naturellement selon les professions. A la fin, l'apprenti devient un ouvrier à part entière et un membre de son métier ou de sa guilde. Maintenant, non seulement les dossiers individuels des apprentis pour l'habileté et l'industrie sont strictement tenus, et l'excellence distinguée par des distinctions appropriées, mais sur la moyenne de son dossier pendant l'apprentissage dépend la position donnée à l'apprenti parmi les ouvriers à part entière.

« Alors que les organisations internes des différentes industries, mécaniques et agricoles, diffèrent selon leurs conditions particulières, elles s'accordent dans une division générale de leurs travailleurs en premier, deuxième et troisième grades, selon leur capacité, et ces grades sont dans de nombreux cas subdivisés Selon son statut d'apprenti, un jeune homme se voit attribuer sa place d'ouvrier de première, deuxième ou troisième année. La plupart tombent dans les classes inférieures, augmentant à mesure qu'ils deviennent plus expérimentés, lors des reclassements périodiques. Ces reclassements ont lieu dans chaque industrie à des intervalles correspondant à la durée de l'apprentissage dans cette industrie, de sorte que le mérite n'a jamais besoin d'attendre longtemps. pour s'élever, ni ne peut se reposer sur les réalisations passées à moins qu'ils ne tombent dans un rang inférieur. L'un des avantages notables d'un grade élevé est le privilège qu'il donne au travailleur je n choisir laquelle des diverses branches ou processus de son industrie il suivra comme spécialité. Bien sûr, il n'est pas prévu qu'aucun de ces processus soit disproportionnément ardu, mais il y a souvent beaucoup de différences entre eux, et le privilège d'élection est donc très prisé. Dans la mesure du possible, en effet, les préférences même des ouvriers les plus pauvres sont prises en compte pour leur assigner leur ligne de travail, car non seulement leur bonheur mais leur utilité s'en trouvent accrus. Tandis que, cependant, le souhait de l'homme de grade inférieur est consulté dans la mesure où les exigences du service le permettent, il n'est pris en considération qu'après que les hommes de grade supérieur ont été pourvus, et souvent il doit accepter le deuxième ou le troisième choix, ou même avec une affectation arbitraire lorsque de l'aide est nécessaire. Ce privilège d'élection accompagne chaque reclassement, et lorsqu'un homme perd son grade, il risque aussi d'avoir à échanger le genre de travail qu'il aime contre un autre de moins à son goût. Les résultats de chaque reclassement, donnant le statut de chaque homme dans son industrie, sont publiés dans les journaux publics, et ceux qui ont obtenu une promotion depuis le dernier reclassement reçoivent les remerciements de la nation et sont publiquement investis de l'insigne de leur nouveau grade. »

"Je juge, alors, qu'il y a eu une certaine littérature remarquable produite dans ce siècle."

« Oui », a déclaré le Dr Leete. "Ce fut une ère d'une splendeur intellectuelle sans exemple. L'humanité n'a probablement jamais connu auparavant une évolution morale et matérielle, à la fois aussi vaste dans sa portée et brève dans son temps d'accomplissement, que celle de l'ancien ordre au nouveau au début partie de ce siècle. Quand les hommes ont réalisé la grandeur de la félicité qui leur était arrivée, et que le changement par lequel ils étaient passés n'était pas simplement une amélioration des détails de leur condition, mais l'ascension de la race vers un nouveau plan d'existence avec une perspective illimitée de progrès, leurs esprits ont été touchés dans toutes leurs facultés par un stimulus, dont l'explosion de la renaissance médiévale offre une suggestion mais en fait faible. et la productivité littéraire à laquelle aucun âge antérieur du monde n'offre quelque chose de comparable."

« A propos, dis-je, en parlant de littérature, comment les livres sont-ils publiés maintenant ? Est-ce que cela aussi est fait par la nation ?

"Certainement."

« Mais comment le gérez-vous ? Le gouvernement publie-t-il tout ce qui lui est apporté d'office, aux frais du public, ou exerce-t-il une censure et n'imprime-t-il que ce qu'il approuve ?

« Ni l'un ni l'autre. L'imprimerie n'a aucun pouvoir de censure. Elle est tenue d'imprimer tout ce qui lui est offert, mais ne l'imprime qu'à la condition que l'auteur défraie le premier coût sur son crédit. Il doit payer pour le privilège du public. l'oreille, et s'il a un message digne d'être entendu, nous considérons qu'il sera heureux de le faire. Bien sûr, si les revenus étaient inégaux, comme autrefois, cette règle ne permettrait qu'aux riches d'être auteurs, citoyens étant égaux, il mesure simplement la force du motif de l'auteur. Le coût d'une édition d'un livre moyen peut être économisé sur le crédit d'une année par la pratique de l'économie et quelques sacrifices. Le livre, une fois publié, est placé sur vente par la nation.

— L'auteur recevant une redevance sur les ventes comme chez nous, je suppose, suggérai-je.

"Pas comme chez vous, certes", répondit le Dr Leete, "mais néanmoins d'une manière. Le prix de chaque livre se compose du coût de sa publication avec une redevance pour l'auteur. L'auteur fixe cette redevance à n'importe quel chiffre il lui plaît. Bien sûr, s'il le met déraisonnablement élevé, c'est sa propre perte, car le livre ne se vendra pas. Le montant de cette redevance est mis à son crédit et il est déchargé de tout autre service à la nation pour une période aussi longue que ce crédit au taux de l'allocation pour l'entretien des citoyens lui suffira.Si son livre a un succès moyen, il a ainsi un congé de plusieurs mois, un an, deux ou trois ans, et s'il produit entre-temps autre œuvre réussie, la remise de service est prolongée dans la mesure où la vente de celle-ci peut justifier.Un auteur de grande acceptation réussit à se soutenir par sa plume pendant toute la période de service, et le degré de capacité littéraire de tout écrivain, tel que déterminé par la voix populaire, est donc la mesure de l'opportunité qui lui est offerte de se consacrer à la littérature. A cet égard, le résultat de notre système n'est pas très différent de celui du vôtre, mais il y a deux différences notables. En premier lieu, le niveau d'éducation universellement élevé donne aujourd'hui au verdict populaire une certitude sur le mérite réel de l'œuvre littéraire qu'elle était à votre époque aussi loin que possible d'avoir. En second lieu, il n'y a plus aujourd'hui de favoritisme d'aucune sorte pour interférer avec la reconnaissance du vrai mérite. Chaque auteur a précisément les mêmes facilités pour porter son œuvre devant le tribunal populaire. A en juger par les plaintes des écrivains de votre époque, cette égalité absolue des chances aurait été très prisée. »

L'autosuffisance n'existe pas dans une société civilisée. Dans un état de société si barbare qu'il ne connaît même pas la coopération familiale, chaque individu peut éventuellement subvenir à ses besoins, même alors pendant une partie de sa vie seulement ; mais à partir du moment où les hommes commencent à vivre ensemble, et constituent même la société la plus grossière, l'autosuffisance devient impossible. Au fur et à mesure que les hommes se civilisent et que la subdivision des occupations et des services s'effectue, une dépendance mutuelle complexe devient la règle universelle. Tout homme, aussi solitaire que puisse paraître son métier, est membre d'un vaste partenariat industriel, aussi grand que la nation, aussi grand que l'humanité. La nécessité d'une dépendance mutuelle devrait impliquer le devoir et la garantie d'un soutien mutuel.

L'histoire humaine, comme tous les grands mouvements, était cyclique et retournait au point de départ. L'idée d'un progrès indéfini dans une ligne droite était une chimère de l'imagination, sans aucun analogue dans la nature. La parabole d'une comète illustrait peut-être mieux encore la carrière de l'humanité. Tendant vers le haut et vers le soleil depuis l'aphélie de la barbarie, la race n'atteignit le périhélie de la civilisation que pour replonger une fois de plus vers son but inférieur dans les régions du chaos.

Quant à la classe comparativement petite des crimes violents contre les personnes, sans rapport avec aucune idée de gain, ils étaient presque entièrement confinés, même de votre temps, aux ignorants et aux bestiaux ; et de nos jours, où l'éducation et les bonnes manières ne sont pas le monopole de quelques-uns, mais universels, on n'entend presque jamais parler de telles atrocités.

"Je pense que tu as raison," répondis-je. « J'avais l'habitude de céder au discours sur la valeur inestimable du droit de suffrage, et la dénonciation de ceux que n'importe quel stress de pauvreté pourrait inciter à le vendre pour de l'argent, mais du point de vue auquel vous m'avez amené ce matin Je suis enclin à penser que les gens qui ont vendu leurs votes avaient une idée bien plus claire de l'imposture de notre soi-disant gouvernement populaire, limité à la classe de fonctions que j'ai décrites, que n'importe lequel d'entre nous, et que s'ils se sont trompés, c'était, comme vous le suggérez, en demandant un prix trop élevé."

« Mais qui a payé les votes ?

« Vous êtes un contre-examinateur impitoyable, dis-je. « Les classes qui avaient intérêt à contrôler le gouvernement, c'est-à-dire les capitalistes et les demandeurs d'emploi, faisaient l'achat. Les capitalistes avançaient l'argent nécessaire pour obtenir l'élection des demandeurs d'emploi, étant entendu ce dernier devrait faire ce que les capitalistes voulaient. Mais je ne dois pas vous donner l'impression que la plupart des voix ont été achetées d'emblée. Cela aurait été un aveu trop ouvert de l'imposture du gouvernement populaire ainsi que trop cher. L'argent a contribué par les capitalistes pour se procurer l'élection des candidats à des postes a été principalement dépensé pour influencer le peuple par des moyens indirects.Des sommes immenses sous le nom de fonds de campagne ont été collectées à cet effet et utilisées dans d'innombrables dispositifs, tels que feux d'artifice, oratoire, processions, fanfares, barbecues et toutes sortes d'appareils dont le but était de galvaniser le peuple à un degré d'intérêt suffisant pour l'élection pour passer par la motion de vote. n'a pas réellement assisté à une élection américaine au XIXe siècle pourrait même commencer à imaginer le grotesque du spectacle. »

« Il semble donc, dit Edith, que les capitalistes non seulement s'occupaient du gouvernement économique comme leur domaine spécial, mais qu'ils géraient aussi pratiquement l'appareil du gouvernement politique.

« Oh, oui, les capitalistes ne pouvaient pas du tout s'entendre sans le contrôle du gouvernement politique. Le Congrès, les législatures et les conseils municipaux étaient tout à fait nécessaires comme instruments pour mettre en œuvre leurs projets. De plus, afin de se protéger et de protéger leurs propriété contre les émeutes populaires, il était bien nécessaire qu'ils eussent la police, les tribunaux et les soldats dévoués à leurs intérêts, et le président, les gouverneurs et les maires à leur disposition. »

« Il me vient à l'esprit, docteur, dis-je, qu'il aurait valu encore mieux à une femme de mon temps de dormir jusqu'à présent que pour moi, vu que l'instauration de l'égalité économique semble avoir signifié pour plus pour les femmes que pour les hommes."

— Edith n'aurait peut-être pas été contente de la substitution, dit le docteur ; "mais vraiment il y a beaucoup dans ce que vous dites, car l'établissement de l'égalité économique signifiait en fait incomparablement plus pour les femmes que pour les hommes. A votre époque, la condition de la masse des hommes était abjecte par rapport à leur état actuel, mais la beaucoup de femmes était abject par rapport à celui des hommes. La plupart des hommes étaient en effet les serviteurs des riches, mais la femme était soumise à l'homme, qu'il soit riche ou pauvre, et dans ce dernier cas, le plus courant était ainsi le serviteur d'un serviteur. Si bas dans la misère qu'un homme puisse être, il en avait une ou plusieurs plus bas encore que lui dans la personne des femmes dépendant de lui et soumises à sa volonté. Tout au fond du tas social, portant le fardeau accumulé de toute la masse, était la femme. Toutes les tyrannies de l'âme, de l'esprit et du corps que la race a endurées, ont finalement pesé sur elle avec une force cumulative. ont été un puissant soulèvement pour elle pourrait-elle seulement att atteint son niveau. Mais la grande Révolution ne l'a pas simplement élevée à l'égalité avec l'homme, mais les a tous deux élevés avec la même poussée puissante à un niveau de dignité morale et de bien-être matériel autant au-dessus de l'ancien état de l'homme que son ancien état avait été au-dessus de celui de la femme. Si donc les hommes doivent de la reconnaissance à la Révolution, combien les femmes doivent-elles lui estimer plus grande la dette ! Si pour les hommes la voix de la Révolution était un appel à un niveau de vie plus élevé et plus noble, pour la femme c'était comme la voix de Dieu l'appelant à une nouvelle création."

« Sans doute, dis-je, les femmes des pauvres ont eu un temps assez abject, mais les femmes des riches n'étaient certainement pas opprimées.

« Les femmes riches, répondit le docteur, constituaient une proportion numériquement trop insignifiante de la masse des femmes pour mériter d'être considérée dans un exposé général de la condition de la femme à votre époque. Nous ne considérons d'ailleurs pas leur sort. préférable à celle de leurs sœurs plus pauvres. Il est vrai qu'elles n'enduraient pas d'épreuves physiques, mais étaient au contraire choyées et gâtées par leurs hommes protecteurs comme des enfants trop gourmands ; mais cela ne nous semble pas une sorte de vie à D'après les récits et les tableaux sociaux contemporains, les femmes riches vivaient dans une atmosphère de serre chaude d'adulation et d'affectation, tout à fait moins favorable au développement moral ou mental que les conditions plus dures des femmes pauvres. Une femme d'aujourd'hui, si elle était condamnée à retourner vivre dans votre monde, demanderait au moins de se réincarner en femme de broussailles plutôt qu'en femme riche à la mode. genre de femme qui caractérisait le plus complètement la dégradation du sexe à votre âge."

Edward Bellamy possédait une personnalité charmante et adorable. Il n'avait rien du militant réformateur en lui, bien qu'il fût un homme inébranlable dans ses convictions. Regarder en arrière a été suivi par un certain nombre de visions sociales et de romans illustrant le bonheur, le développement et le progrès des peuples de l'État fraternel. Plus tard est apparu Bellamy's Égalité, un travail sur lequel il a consacré beaucoup de temps et de réflexion, dans l'espoir de répondre aux nombreuses objections à ses projets sociaux tels qu'ils sont exposés dans Regarder en arrière.

L'utopie de Bellamy s'adressait à un lectorat de la classe moyenne aspirant à une vie sociale plus pleine, sans insécurité sur les factures ou souci de statut et de mobilité descendante. Ils désiraient des commodités raffinées, un cadre attrayant et plus de loisirs, mais pas une vie d'oisiveté ou de luxe. Regarder en arrière est orienté vers le consommateur et accorde peu d'attention aux détails du système d'usine de 1887 ou à la nouvelle technologie industrielle de l'an 2000. Il décrit cependant en détail le processus de distribution-utilisation des cartes de crédit, la commande de marchandises à partir de grands entrepôts et leur livraison au moyen de tubes pneumatiques.

Bellamy a également envisagé un cadre environnemental adapté à son nouvel ordre social. L'auteur a ingénieusement combiné le contrôle de l'État en matière de production et de distribution avec l'initiative privée dans les arts pour projeter ce qu'il considérait comme une société vraiment satisfaisante et libérale.

Le roman populaire d'Edward Bellamy, Regarder en arrière 2000-1887, est fréquemment cité comme l'un des livres les plus influents en Amérique entre les années 1880 et les années 1930. Ce roman de réforme sociale a été publié en 1888, à une époque où les Américains étaient effrayés par la violence de la classe ouvrière et dégoûtés par la consommation ostentatoire de la minorité privilégiée. Regarder en arrière incarne sa méfiance à l'égard des marchés libres et son admiration pour la planification centralisée et la conception délibérée.

Regarder en arrière est un argument promotionnel et une tentative d'éduquer le public américain de manière informelle par le biais du roman romantique. De ce point de vue, c'est comme le monumental d'Ayn Rand Atlas haussa les épaules (1957) - les deux présentent des plans pour l'avenir et ont été des sources potentielles de changement social. Regarder en arrière a lancé un mouvement politique national basé sur un système de socialisme scientifique et systématique alors que les lecteurs de l'époque embrassaient le roman de Bellamy. Au début des années 1890, il y avait 165 clubs Bellamy. Dans Regarder en arrière, Bellamy a qualifié son idéologie de « nationalisme » et n'a jamais utilisé le terme de « socialisme ». Cette idéologie considérait la nation comme collectivement activée dans la poursuite de la subsistance et de la survie. En tant que philosophie de contrôle collectif de l'économie nationale, son objectif était de rationaliser les fonctions de production et de distribution. À ce jour, de nombreux intellectuels américains ont été attirés par un tel système de paternalisme économique.

Julian West, un aristocrate privilégié de trente ans en 1887 à Boston, est le personnage principal et le narrateur de Regarder en arrière. Issu d'une famille bourgeoise, il se croyait supérieur aux masses laborieuses et croyait mériter sa vie privilégiée. West est la troisième génération de sa famille à avoir beaucoup d'argent. Il est sur le point d'épouser Edith Bartlett lorsqu'une maison qu'il fait construire sera achevée. Les grèves avaient retardé l'achèvement de la maison de West et il considérait donc simplement les conditions de travail comme une gêne en raison des revers de sa construction. Il regardait les grèves avec colère et dédain. West était indifférent au grand fossé entre les riches et les pauvres et les écarts entre les classes sociales.

Le 30 mai 1887, jour de la décoration, Julian assiste à des cérémonies célébrant et commémorant les anciens combattants de la guerre civile avec Edith Bartlett et sa famille. Il souffre d'un trouble du sommeil et à son retour chez lui, il se retire dans sa chambre à coucher souterraine insonorisée et ignifuge. Dans la chambre voûtée isolée, le Dr Pillsbury, un magnétiseur de formation, plonge Julian dans un profond sommeil de transe. Seuls le Dr Pillsbury et le serviteur de Julian, Sawyer, savaient comment le réveiller. Cette nuit-là, la maison brûle et on suppose que Julian est mort dans l'incendie avec Sawyer. Edith pensait aussi que Julian avait péri. Même elle n'était pas au courant du trouble du sommeil, de l'hypnose et de la chambre à coucher. La voûte du sous-sol n'est pas découverte et West est laissé tranquille pour dormir pendant 113 ans avec ses organes et ses fonctions dans un état d'animation suspendue.

En l'an 2000, le Dr Leete, médecin à la retraite, découvre la voûte et le corps sans âge et non corrompu de Julian (il n'a pas vieilli d'un jour) alors qu'il fait des fouilles pour un nouveau laboratoire. La fouille révèle la cave cachée et le corps parfaitement conservé de West. Lorsque Julian se réveille, il rencontre le Dr et Mme Leete et leur fille, Edith, et il se retrouve sur un territoire très inconnu - le 20e siècle est très différent du 19e. Tout au long du reste du roman, West interroge Leete sur les changements qui se sont produits. En tant que porte-parole du XXe siècle et des idées de Bellamy sur la réforme sociale, le Dr Leete répond systématiquement et rationnellement aux questions de Julian et à ses préoccupations. À son tour, West sert de porte-parole pour le public du XIXe siècle de Bellamy. C'est à travers les yeux de West que le lecteur perçoit les contrastes entre l'ordre ancien et la nouvelle utopie.


Regarder en arrière

Références assorties

…principalement pour son roman utopique Regarder en arrière, 2000–1887.

…Edward Bellamy, dans son roman Regarder en arrière (1888), envisageait une société planifiée en l'an 2000 dans laquelle la technologie jouerait un rôle manifestement bénéfique. Même des figures littéraires de l'époque victorienne tardive comme Lord Tennyson et Rudyard Kipling ont reconnu la fascination de la technologie dans certaines de leurs images et de leurs rythmes.

Placer dans

celui d'Edward Bellamy Regarder en arrière (1888) était à la fois une mise en accusation du système capitaliste et une représentation imaginative d'une utopie réalisée par une société collectiviste en l'an 2000. Howells's Voyageur d'Altruria (1894) a plaidé pour un État égalitaire dans lequel le gouvernement enrégimente la vie des hommes. Les…

…animé le roman utopique le plus vendu Regarder en arrière (1888), par le journaliste américain Edward Bellamy. En Angleterre, les ecclésiastiques anglicans Frederick Denison Maurice et Charles Kingsley ont initié un mouvement socialiste chrétien à la fin des années 1840 au motif que le

…son roman utopique extrêmement populaire Regarder en arrière (1888). Dans l'utopie de Bellamy, hommes et femmes étaient enrôlés dans le service national à l'âge de 21 ans, à la fin de leurs études, où ils restaient jusqu'à l'âge de 45 ans. La société réformée de Bellamy avait ainsi, comme son protagoniste Julian West…

cette ligne comprenait celle d'Edward Bellamy Regarder en arrière (1888), dans lequel un Bostonien se réveille d'un sommeil mystique en l'an 2000 pour trouver l'industrie nationalisée, la distribution égale des richesses à tous les citoyens et les divisions de classe éradiquées – un processus que Bellamy a appelé le nationalisme. Des clubs nationalistes de Bellamy ont vu le jour dans tout le pays pour discuter de son…


Regarder en arrière du futur

Quand Edward Bellamy a publié son roman utopique Regarder en arrière en 1888, il ne l'aurait jamais qualifié de science-fiction. Comment pourrait-il? Bien que dans les années 1860, Jules Verne ait commencé à produire des romans d'aventure spéculatifs&mdashVoyage au centre de la terre, De la Terre à la Lune, Vingt mille lieues sous les mers, et bien d'autres qui ont longtemps été considérés comme l'un des premiers ouvrages de science-fiction, il n'y avait aucune étiquette à appliquer à ce que faisait Bellamy. Verne a appelé ses livres Voyages Extraordinaires, ce qui fait certainement partie de l'attrait visionnaire de la science-fiction. Comme H.G. Wells, dont les romans La machine à remonter dans le temps (1895) et La guerre des mondes (1898) sont également considérés comme des proto&ndash de la science-fiction, ou encore Edgar Allan Poe et Mary Shelley (son roman de 1826, Le dernier homme, se déroule dans un monde futur décimé par la peste), Bellamy jalonne un territoire qui n'a pas encore été déterminé. Les projections sur la technologie et l'avenir se sont heurtées aux angoisses contemporaines pour créer un genre qui est depuis devenu si omniprésent que de nombreux lecteurs tiennent ses récits pour acquis comme des clichés.

La science-fiction, cependant, a toujours offert plus que prévu. Situé en 2000, Regarder en arrière imagine une Amérique qui a supprimé la guerre, la pauvreté et les impôts, vue par un voyageur du temps nommé Julian West. Comme un Rip Van Winkle des derniers jours, West s'endort en 1887 et se réveille 113 ans plus tard dans un monde transformé. Il rencontre un guide qui lui révèle les avancées de cette société où les gens partent à la retraite à 45 ans et les entreprises sont nationalisées. En son temps, Regarder en arrière a fait sensation, il s'est vendu à 400 000 exemplaires au cours de la première décennie après sa publication et a conduit à la création de centaines de soi-disant clubs nationalistes aux États-Unis. Ce que cela suggère, c'est que la réponse au livre&mdashand sa pertinence&mdash avait moins à voir avec le monde qu'il imaginait qu'avec celui dans lequel il est apparu.

FUTUR CHOC

Comme tant d'écrivains spéculatifs, Bellamy invoquait l'avenir comme moyen de réfléchir sur des questions qui le concernaient, personnelles ou autres. Consommateur qui a passé un an à Hawaï en cure de repos, il a renoncé à une carrière dans le journalisme en raison de ses exigences physiques. Tout aussi important, il écrivait à une époque et dans un lieu, l'Amérique de la fin du XIXe siècle, qui avait été frappée par des perturbations économiques et politiques, de la dépression des années 1870 à l'émeute de Haymarket de 1886. Pour Bellamy, le roman était moins un ensemble de pronostics qu'une extrapolation du présent. En effet, malgré toutes ses tendances utopiques, la fiction de Bellamy ne l'a pas sauvé il est mort de tuberculose à l'âge de 48 ans, une décennie après Regarder en arrière apparu.

Le roman se déroule à Boston, mais son influence transcende un temps ou un lieu unique. D'une part, la description de Bellamy de l'architecture future (&ldquo j'étais dans une vaste salle pleine de lumière,» écrit-il,&ldquo reçu non seulement des fenêtres de tous les côtés, mais du dôme, dont la pointe était à cent pieds au-dessus») a inspiré Los Angeles&rsquos Bradbury Building, avec son atrium et son grand plafond de verre, qui imprègne les espaces intérieurs de lumière naturelle. La construction de ce bâtiment, en 1893, peut aussi être vue comme un geste de science-fiction, une tentative de repenser le présent et d'imaginer comment nous pourrions vivre autrement. C'est ce que fait toujours la science-fiction, cadrer les possibilités, positives et négatives, conjecturer sur ce qui peut arriver en refondant ou en recadrant où nous sommes. Ayant grandi à Manhattan dans les années 1970, j'ai traversé une ville dégradée : sale, en ruine, surpeuplée, illuminée par des lumières de viol éblouissantes. Il est logique que j'aie été attiré par la science-fiction granuleuse de l'époque, le travail d'écrivains qui comptaient également avec une version de cette expérience, ce que cela signifiait de vivre à cette époque et dans ce lieu particuliers.

C'est là, bien entendu, le mécanisme nécessaire de toute fiction, son « bourdonnement d'implication », pour reprendre l'expression de E.M. Forster. En quoi la science-fiction pourrait-elle être différente ? C'est le fiction autant que le science, après tout, cela donne au genre son poids. Dans des romans comme Thomas M. Disch&rsquos 334, qui se déroule dans les années 2020 et s'articule autour des résidents d'un projet de logements sociaux dans le Lower East Side de New York, et de Robert Silverberg. Mourir à l'intérieur, narré par un précognitif qui perd sa seconde vue, j'ai rencontré un paysage urbain, un ensemble de circonstances, que j'ai reconnu.

Les deux ont été publiés en 1972 et offrent des arcs de désespoir silencieux encadrés par la décadence culturelle. Appelez cela de la science-fiction en tant que réalisme social projectif, bien que ce que le genre, dans sa forme la plus incisive, fournisse d'autre ? &ldquoIls parlent de la fin du monde&rdquo,&rdquo Disch écrit, &ldquo les bombes et tout, ou sinon les bombes alors sur les océans qui meurent et les poissons, mais avez-vous déjà regardé l'océan ? J'avais l'habitude de m'inquiéter, je l'ai fait, mais maintenant je me dis et tant pis. Et si le monde se terminait ?&hellip La fin du monde. Laissez-moi vous parler de la fin du monde. C'est arrivé il y a cinquante ans. Peut-être une centaine. Et depuis, c'est charmant. Je suis sérieux. Personne n'essaie de vous déranger. Vous pouvez vous détendre. Vous savez quoi? je Comme la fin du monde.&rdquo

VIVRE AU BOUT DU MONDE

C'est époustouflant de lire la ligne de Disch sur aimer la fin du monde en ce moment, à une époque qui se sent tout aussi lourde, et réalise que nous vivons dans une version du futur qu'il a cherché à représenter. La même chose est vraie du roman de Harry Harrison de 1966, Faire de la place! Faire de la place!, qui imagine 35 millions de personnes vivant à New York à la fin de 1999. Chacun de ces livres est une sorte d'anti&ndashRegarder en arrière, projetant moins d'utopie que son antipode. Et pourtant, il en fut toujours ainsi. Vingt ans après la période de Regarder en arrière, dans la décennie de 334, nous sommes confrontés non pas à moins de problèmes ou de solutions, mais plutôt à des divergences. Disch&rsquos riff sur la fin du monde résonne non pas parce que le monde se termine (le monde se termine toujours sous une forme ou une autre) mais parce qu'il se termine d'une manière différente. Nous occupons le présent nous-mêmes. Cela signifie que Disch&mdashlike Bellamy ou Harrison&mdashn&rsquot essayaient de prédire l'avenir qu'il spéculait, comme le fait tout écrivain, sur qui nous sommes et comment nous vivons. &ldquoIl avait trente-huit ans&rdquo,&rdquo Philip K. Dick écrit dans son roman Hugo Award&ndashwinning 1962, L'homme du haut château, &ldquoand il se souvenait des jours d'avant-guerre, les autres fois. Franklin D. Roosevelt et le World&rsquos Fair l'ancien meilleur monde.&rdquo

L'homme du haut château reste parmi les pierres de touche du genre, bien qu'il se déroule non pas dans le futur mais dans un présent alternatif, dans lequel les puissances de l'Axe ont gagné la Seconde Guerre mondiale. (Le livre est la source de la série télévisée du même nom.) L'Amérique est divisée en protectorats allemand et japonais, avec les Rocheuses comme tampon. Mais même cela est plus conditionnel, plus insaisissable que ce à quoi on pourrait s'attendre.

Tard dans le roman, Nobusuke Tagomi, un fonctionnaire japonais à San Francisco, se retrouve à Portsmouth Square, où il tombe dans une rêverie à son retour, il n'est plus dans son histoire mais dans la nôtre. &ldquoQu'est-ce que c'est ?&rdquo demande-t-il, désignant la forme montante de l'autoroute Embarcadero, qui n'est pas en construction dans son monde. La séquence est brève, quelques pages seulement avant que la ville de Tagomi&rsquos ne se remette en place. Ce qu'il souligne cependant, c'est un clivage qui anime l'écriture de Dick&rsquos, la frontière floue entre artifice et authenticité. Quel monde est authentique ? Celui du roman ou celui dans lequel on lit ?

La réponse, insiste Dick, est les deux, ou ni l'un ni l'autre, ou, plus précisément, cela dépend. Pour Tagomi, le lapsus rappelle que la relation entre la réalité et l'illusion est toujours en va-et-vient. Oui, le San Francisco du roman est une fiction, mais il est aussi infiltré par la ville telle qu'elle existe réellement. Ce mouvement est souligné par le fait qu'en dehors du roman, dans le San Francisco d'aujourd'hui, l'Embarcadero Freeway a disparu depuis 30 ans maintenant. Ce ne sont donc pas des prédictions que nous recherchons, mais des possibilités.

HISTOIRES ALTERNATIVES

Dick n'était guère le premier romancier à trafiquer des histoires alternatives L'homme du haut château, a-t-il affirmé, a été influencé par le roman de Ward Moore de 1953, Apportez le jubilé, dans lequel la Confédération gagne la guerre civile. Il n'était pas non plus le dernier Harry Turtledove, pour sa part, à avoir fait carrière avec de tels livres (parmi eux, une série entière dans laquelle le Sud a été victorieux) et des écrivains non-genre tels que Philip Roth (Le complot contre l'Amérique) et Michel Chabon (L'Union des policiers yiddish) ont également plongé dans le territoire.

Ce que Dick a apporté, cependant, était un avantage contre-culturel sain, aiguisé par ses expériences de maturité à Berkeley, où il a vécu jusqu'à son départ pour le comté d'Orange en 1972. Dans L'homme du haut château, cela ressort de l'utilisation nouvelle du Je Ching, ou Book of Changes, l'ancien texte chinois popularisé en Occident par des explorateurs et artistes psychédéliques dont Terence McKenna et John Cage. Non seulement les personnages du roman se tournent vers l'oracle (comme l'appelle Dick) tout au long du roman, mais aussi l'auteur dans la composition de l'œuvre. La stratégie injecte un souffle d'aléatoire, de sérendipité, dans la moelle du récit. Tagomi&rsquos glisse, par exemple&hellip à travers cet objectif, il devient plus qu'un point d'intrigue, c'est un indicateur, un panneau indicateur, un rappel de l'inconnaissabilité de tout.

La perspective est dans la lignée de Disch ou même de Silverberg, leur irrévérence ironique. De même, J.G. Ballard, figure incontournable de la nouvelle vague de science-fiction britannique du début des années 1960, dont la collection 1970, L'exposition des atrocités, a été écrasé avant sa publication par son éditeur américain potentiel, Doubleday, à cause d'une histoire intitulée &ldquoWhy I Want to Fuck Ronald Reagan&rdquo,» qui inclut des fantasmes sexuels sur le gouverneur de Californie d'alors, ainsi qu'&ldquo une ontologie unique de la violence et du désastre. & rdquo Si un tel contenu semble relativement banal maintenant, eh bien, c'est toute l'idée, n'est-ce pas ? Si la science-fiction n'est pas prédictive, elle n'en est pas moins imaginative elle s'écrit au présent vers le futur, une manière d'envisager comment et où l'on veut vivre.

Pour Ballard, cela avait à voir avec l'érotisme de la violence, la rage bouillonnante sous la surface du calme de banlieue. &ldquoDans une société totalement saine,», écrivit-il un jour, &ldquo la folie est la seule liberté.» La déclaration explique beaucoup de choses. &ldquoPourquoi je veux baiser Ronald Reagan» a fait l'objet d'un procès pour obscénité en Grande-Bretagne en 1968 lorsque son avocat a demandé à Ballard pourquoi l'histoire n'était pas obscène. , il n'a pas comparu comme témoin pour sa propre défense.

Et pourtant, l'expression ultime de la sensibilité contre-culturelle de Ballard est peut-être une autre histoire de L'exposition des atrocités, &ldquoL'assassinat de John Fitzgerald Kennedy considéré comme une course automobile de descente,» inspiré par Alfred Jarry&rsquo &ldquoLa Crucifixion considérée comme une course cycliste en montée», un chef-d'œuvre du symbolisme français du début du siècle. Comme Jarry, Ballard repousse les limites non seulement du genre mais aussi de la narration acceptée. &ldquoSans doute qu'Oswald a gravement raté le coup,», écrit-il, quelques années seulement après l'assassinat du président. &ldquoMais une question reste sans réponse : qui a chargé le coup de canon ?&rdquo

ENFANTS DE LA GUERRE FROIDE

Une telle sensibilité, avec son commentaire social, n'est pas spécifique aux années 1960, mais plutôt à plus d'une décennie auparavant, poussée par les incertitudes politiques de la guerre froide. Ray Bradbury&rsquos Fahrenheit 451 (publié en 1953 et écrit sur une machine à écrire de location dans le sous-sol de la bibliothèque UCLA Powell) a été inspiré par les préoccupations de l'auteur concernant le maccarthysme. &ldquo J'écrivais sur ce que je commençais à remarquer,&rdquo m'a-t-il dit en 2002. &ldquoA propos de la façon dont nous encourageions les gens à être stupides.&rdquo

Le thème émerge dans le personnage principal du roman, Montag, qui est un pompier, quelqu'un qui brûle des livres considérés comme dangereux jusqu'à ce qu'il devienne assez curieux pour prendre un risque et lire. &ldquoSi vous ne voulez pas qu'un homme soit malheureux politiquement&rdquo,&rdquo Bradbury écrit, &ldquodon&rsquot lui donner deux côtés à une question pour l'inquiéter, lui en donner un. Mieux encore, ne lui en donnez pas.&hellip Donnez aux gens des concours qu'ils gagnent en se souvenant des paroles de chansons plus populaires ou des noms de capitales d'État ou de la quantité de maïs que l'Iowa a cultivé l'année dernière. Remplissez-les de données incombustibles, bourrez-les tellement de &lsquofacts&rsquo qu'ils se sentent bourrés, mais absolument &lsquobrilliants&rsquo d'informations. Ensuite, ils sentent qu'ils réfléchissent, ils obtiennent un sens de mouvement sans bouger. Et ils seront heureux, parce que les faits de ce genre ne changent pas.

Pour nous, vivant à une époque marquée par les robots et les fausses nouvelles, ce passage semble inconfortablement prémonitoire, comme si Bradbury anticipait notre monde. Mais encore une fois, et essentiellement, il reflétait ce qu'il voyait. Sa vision semble pertinente, peut-être, parce que les choses ne changent pas tant que ça. Nous vivons à la limite, à la merci de nos meilleures et pires impulsions, comme nous l'avons toujours fait. Le futur, comme le présent, n'est pas figé mais fluide c'est ce que nous faisons.

Jack Finney tisse un message connexe dans son roman de 1955, Les voleurs de corps, une autre allégorie de l'ère McCarthy, se déroulant à Mill Valley et adaptée à l'écran quatre fois. De même, Harlan Ellison, dont l'histoire de 1967 & ldquoI Have No Mouth and I Must Scream & rdquo se déroule dans un avenir apocalyptique où la guerre froide est devenue chaude et la poignée de survivants humains sont gardés en captivité par des machines sensibles. &ldquoLa guerre froide a commencé,&rdquo écrit-il, &ldquoet est devenue la Troisième Guerre mondiale et a continué. C'est devenu une grande guerre, une guerre très complexe, ils avaient donc besoin d'ordinateurs pour la gérer.»

Ici, Ellison répond à une paire de menaces perçues : l'annihilation nucléaire et l'IA. L'avenir qu'il imagine n'est pas utopique mais sombre. Le thème, le fil conducteur, est commun, une histoire dans laquelle l'humanité se surpasse. Un tel point devient explicite dans Damon Knight&rsquos &ldquoShall the Dust Praise Thee?&rdquo&mdasha histoire de trois pages publiée à l'origine dans Ellison&rsquos anthologie multi-auteurs révolutionnaire Visions dangereuses (1967). O ÉTIEZ-VOUS ?&rdquo

RETOUR VERS LE FUTUR

Apocalypse, cependant, peut arriver de différentes manières. C'est ce que nous apprenons maintenant. Qui a besoin de guerre nucléaire ou de machines voyous quand nous avons des pandémies et un effondrement environnemental ? Il suffit de faire douter de l'efficacité de toute utopie.

Dans le même temps, tous les fantasmes dystopiques, sauf les plus terribles, impliquent au moins un murmure de survie, ce qui les rend sinon optimistes, du moins tournés vers l'avenir. L'histoire d'Octavia E. Butler & ldquoSpeech Sounds & rdquo&mdash pour laquelle elle a remporté son premier prix Hugo, en 1984 & mdash imagine Los Angeles après une pandémie, les survivants sont pour la plupart incapables de communiquer. Le récit décrit les efforts d'une femme seule, Rye, pour voyager du centre-ville à Pasadena, un voyage qui aurait été une réflexion après coup. En chemin, elle rencontre un homme qui accepte de la conduire, avant qu'il ne soit tué dans un éclair de violence aléatoire. "Elle avait trouvé et perdu l'homme si rapidement", écrit Butler. «C'était comme si elle avait été arrachée au confort et à la sécurité et qu'elle avait reçu une raclée soudaine et inexplicable. Sa tête ne s'éclaircissait pas. Elle ne pouvait pas penser. » Et pourtant, que peut-elle faire d'autre ? Le même acte a laissé deux enfants orphelins, et elle n'a plus d'autre choix que de s'occuper d'eux. En perdant une connexion, un compagnon, elle en a trouvé deux autres.

C'est un moment important, suggérant que la clé de la survie est la persévérance, ce qui est toute l'idée. Nous ne pouvons pas nous protéger de ce qui va arriver, nous ne pouvons qu'imaginer comment nous pourrions réagir. Dans la science-fiction, cette imaginaire devient à la fois personnelle et collective : l'histoire de la survie de Rye mais aussi celle de nous tous. L'art de la possibilité encore, un genre qui, même dans sa forme la plus apocalyptique, est également transformateur, s'appuyant sur la perturbation comme charge esthétique. Dans son roman de 1985, Toujours à la maison, Ursula K. Le Guin décrit une société agraire du nord de la Californie appelée les Kesh, vivant dans des siècles. Les mers se sont levées et la grille s'est effondrée, mais le livre, conçu en grande partie comme une collection de mythes, de chansons et d'autres artefacts, devient une célébration de l'adaptabilité.

Comme la société futuriste de Regarder en arrière, la culture que Le Guin dépeint a fait disparaître l'industrie et la cupidité. Il ne fait pas, pour la plupart, la guerre. Mais il a une technologie, un vestige d'autrefois, qu'il a adapté à ses besoins. La vision est similaire à celle de Kim Stanley Robinson&rsquos Bord du Pacifique (1990), le troisième roman de sa trilogie des Trois Californies, qui imagine aussi une utopie soucieuse de l'environnement construite sur les détritus de l'ancien monde. Le futur comme prolongement du présent. Un monde dans lequel le cataclysme et le changement climatique mènent à la possibilité. Si vous ne croyez pas que cela pourrait arriver, regardez simplement par votre fenêtre, où, grâce à l'intercession du verrouillage, l'air en Californie est maintenant aussi pur qu'il l'a été depuis des années. Qui aurait pu prévoir ça ? Mais c'est là où nous en sommes maintenant, dans un présent&mdashas aussi étrange que n'importe quelle science-fiction&mdash qui était autrefois un futur imprévu, comme, bien sûr, le futur l'est toujours.


Aperçus généraux

Towers 1982 est un ouvrage de référence standard fournissant des détails biographiques et un contexte pour Regarder en arrière. Rosemont 1979 est une bonne introduction à l'auteur, aux thèmes de ses écrits et aux Réponses à Regarder en arrière. Widdicombe et Preiser 2002 vont au-delà des bases en réimprimant des œuvres de fiction et de non-fiction qui ne sont pas facilement disponibles. Voir aussi MacDonald 2003 (cité dans Regard en arrière, 2000-1887) pour une édition particulièrement complète du roman, y compris le contexte biographique et historique et des extraits d'œuvres supplémentaires de Bellamy et de ses contemporains.

Rosemont, Franklin. "Free Play and No Limit: Une introduction à l'utopie d'Edward Bellamy." Correspondance culturelle 10-11 (automne 1979) : 6-16.

Introduction approfondie à Bellamy et à ses écrits, discutant également du mouvement nationaliste et de l'influence de Bellamy dans le pays et à l'étranger. Répond aux commentaires et critiques des détracteurs, soulignant que beaucoup ont ignoré les opinions plus révolutionnaires de Bellamy. Identifie des thèmes dans des œuvres antérieures et leur inclusion dans Regarder en arrière.

Towers, Tom H. « Edward Bellamy (26 mars 1850-22 mai 1898). » Dans Réalistes et naturalistes américains. Vol. 12, Dictionnaire de biographie littéraire. Edité par Donald Pizer et Earl N. Herbert, 14-23. Détroit : Gale, 1982.

Biographie accessible et discussion sur les romans de Bellamy. Fournit un contexte économique et social qui aide à expliquer Regarder en arrière popularité. Tout en reconnaissant l'impact et le statut du roman comme l'une des utopies les plus connues du pays, Towers méprise les autres romans de Bellamy. Un peu daté dans son évaluation que ses premières œuvres montrent peu de sa conscience sociale ultérieure. Disponible via la base de données d'abonnement Dictionary of Literary Biography Complete en ligne.

Widdicombe, Toby et Herman S. Preiser, éd. Revisiting the Legacy of Edward Bellamy (1850-1898), auteur américain et réformateur social : écrits non collectés et non publiés, perspectives savantes pour un nouveau millénaire. Lewiston, New York : Edwin Mellen Press, 2002.

Particulièrement utile pour les chercheurs qui souhaitent approfondir les écrits de Bellamy. Réimprime des nouvelles et des articles de journaux pour la première fois depuis leur publication originale et offre un aperçu d'essais biographiques inédits et des carnets personnels de Bellamy. Examine le développement de thèmes importants pour Regarder en arrière et Égalité, y compris le féminisme et l'égalité économique. Comprend une mise à jour de Widdicombe 1988 dans Bibliographies et essais critiques sur Bellamy, dont plusieurs qui discutent de son importance actuelle.

Les utilisateurs sans abonnement ne peuvent pas voir le contenu complet de cette page. Veuillez vous inscrire ou vous connecter.


L'exactitude d'Edward Bellamy : prédire l'avenir avec la science-fiction

Il y a un petit livre fascinant dont vous n'avez probablement jamais entendu parler qui s'appelle Regard en arrière : 2000-1887, mais il y a un peu plus de cent ans, il était très populaire. En fait, à l'époque, c'était le troisième roman le plus vendu, et il faisait quelque chose que peu d'autres œuvres de fiction osaient faire : il prédisait l'avenir.

À l'époque où la science-fiction n'existait pas techniquement et que la proto-science-fiction fantastique de Jules Verne était relativement nouvelle, Edward Bellamy a écrit ce roman qui non seulement qualifie, mais involontairement, la science-fiction, mais a fait des prophéties audacieuses sur la façon dont la vie fonctionnerait dans l'année 2000.

Prédire notre avenir est une tradition de longue date de la science-fiction, mais ces prédictions se révèlent rarement vraies. Alors pourquoi s'embêter ? Quel est l'intérêt d'écrire sur un futur qui n'arrivera jamais ?

Maintenant que nous sommes confortablement au-delà de l'an 2000, cela vaut la peine de regarder en arrière une fois de plus pour voir ce qui s'est réalisé. Peut-être alors l'intention de ce livre, et la science-fiction en général, deviendront claires.

Tout d'abord, un bref résumé : un dandy de la fin du 19e siècle à Boston se fait hypnotiser pour l'aider à dormir (un professeur de magnétisme animal, quel qu'il soit, le convainc que c'est le seul moyen de lutter contre l'insomnie). Cela fonctionne un peu trop bien, et cet homme se réveille pour découvrir qu'il a dormi 113 ans. Naturellement, les nouveaux locataires de la maison, un certain Dr Leete et sa famille, sont assez surpris de trouver cet anachronisme qui hiberne dans leur sous-sol.

À travers une série de conversations, le Dr Leete explique comment l'humanité a complètement repensé son économie et sa société afin qu'il n'y ait pas de pauvres, que les gens n'aient qu'à travailler quelques heures par jour dans un travail qu'ils aiment, et ils prennent tous leur retraite à 45 ans pour vivre. de loisirs et de recherche créative.

C'est l'un de ces livres, et il ne faut pas longtemps pour se rendre compte que Bellamy n'avait pas bien compris.

En fait, tout s'effondre avec le recul. L'histoire n'a pas été tendre avec les idées adoptées dans Regarder en arrière. Fondamentalement, il se lit comme un manifeste marxiste, plein de longs soliloques sur les idéaux communistes, ou peut-être simplement sur le socialisme exagéré. Quoi qu'il en soit, pour une oreille moderne, cela semble terriblement naïf et même dangereux. Le terme même d'« armée industrielle » pour décrire la population suffit à raviver les peurs de l'époque de la guerre froide.

Pour être juste, cela a été écrit à une époque où ces idées n'avaient pas été testées et n'avaient pas le bagage émotionnel et historique qu'elles portent maintenant. Et il y a quelques prédictions intéressantes sur la technologie dans la société, même si la technologie est une considération secondaire dans ce livre.

L'une des choses que Bellamy semblait prédire avec le plus de précision est Amazon. Oui, la boutique en ligne. Bellamy a imaginé une version de l'espace de viande d'Amazon où chaque produit est exposé, les gens choisissent ce qu'ils veulent, et il est livré chez eux dans la journée (via un ensemble de tubes, ce qui est un détail particulièrement délicieux à la lumière de la blague sur le Internet étant une série de tubes). Il décrit également l'utilisation des « cartes de crédit », qui fonctionnent davantage comme des cartes de débit, mais sont néanmoins une représentation assez précise de la façon dont nous faisons des affaires à cette époque.

Avec un peu d'étirement, il est même possible de voir la prédiction de Bellamy d'un service de musique à la demande acheminé directement aux foyers via des fils téléphoniques comme une prévision assez décente de services tels que Pandora ou Spotify. À tout le moins, c'est une préfiguration des stations de radio.

Quoi qu'il en soit, la prédiction principale, tout l'intérêt du roman, est si douloureusement inexacte qu'elle pourrait facilement donner l'impression que le livre est un peu un gâchis.

Regarder en arrière est un exemple parfait de la vraie raison derrière la science-fiction et les prédictions futuristes, en général. Ce n'est pas censé être une feuille de route, mais une inspiration pour penser différemment le présent.Prenez, par exemple, Jeu d'Ender par Orson Scott Card. Il est souvent crédité de prédire Internet, les médias sociaux, les jeux vidéo multijoueurs et même les iPad avec une précision effrayante. Malgré cela, Card était moins intéressé à prédire l'avenir qu'à nous faire réfléchir à notre place actuelle dans l'univers et à la façon dont nous traitons les gens qui ne sont pas comme nous.

Laissant de côté toute l'égarement et l'optimisme follement infondé dans Regarder en arrière, cela vaut toujours la peine d'être lu pour cette raison. L'espoir pour l'avenir de l'humanité, la conviction que les choses peuvent s'améliorer, sont plus importants que n'importe lequel des détails réels que l'histoire a depuis remis en question.

Par exemple, la citation suivante sonne toujours vraie. Parlant de l'ancien point de vue du commerce et des affaires, le Dr Leete dit : " C'était la croyance sincère. que les seuls éléments stables de la nature humaine, sur lesquels un système social pouvait être fondé en toute sécurité, étaient ses pires tendances. Ils avaient appris et croyaient que l'avidité et l'égoïsme étaient tout ce qui maintenait l'humanité ensemble. "

Bellamy ne savait pas que l'économie dans son propre livre pouvait également faire ressortir des "propensions" terriblement mauvaises chez l'humanité, mais cela ne fait rien pour émousser la critique de notre propre système. C'est le vrai pouvoir de la science-fiction "prédictive" : décrire comment les choses peuvent changer pour le meilleur ou pour le pire et faire réfléchir les gens sur la façon dont cela se rapporte à leur vie actuelle. De cette façon, il reste étonnamment pertinent à notre époque.

Pour chaque prédiction selon laquelle le congrès n'aura besoin de se réunir qu'une fois tous les cinq ans (Ha!), il y a une approche étonnamment progressive des femmes dans la main-d'œuvre. Pour chaque prédiction que les travailleurs construiront des allées couvertes dans les rues de Boston chaque fois qu'il pleut ("ce serait considéré comme une imbécillité extraordinaire de permettre au temps d'avoir un effet sur les mouvements sociaux du peuple."), il y a un douloureux parabole exacte sur la condition humaine. Pour chaque affirmation troublante selon laquelle il existe une prédisposition génétique au crime, l'accent est mis sur l'éducation et un emploi satisfaisant pour chaque personne.

Derrière l'enthousiasme juvénile pour une restructuration économique radicale, le vrai message est que l'humanité peut s'améliorer, que nous pouvons tous être plus compatissants.

C'est un avenir hilarant, écoeurant, trop optimiste, qui ne s'est jamais réalisé, et il y a tellement de choses qui ne vont pas. Encore Regarder en arrière vaut toujours la peine d'être lu. Les détails ne fonctionnent pas, mais le sentiment sous-jacent peut encore se réaliser. C'est une prédiction que nous devrions tous nous efforcer de réaliser.


Ce livre à succès a transformé le socialisme en une tendance de la classe moyenne dans les années 1880

Edward Bellamy n'avait pas l'intention de commencer un mouvement. Né dans le Massachusetts en 1850, il a été journaliste pendant la majeure partie de sa vingtaine, avant que la tuberculose ne l'oriente vers l'écriture de fiction sur une vie plus reposante. C'était un de ses romans, Regard en arrière, 2000-1887, qui est devenu la pierre angulaire d'un mouvement national, dynamisant des milliers de membres dans 165 groupes à travers le pays.

Bellamy, selon les mots de l'historien Arthur Lipow, s'est imposé comme « le premier critique du capitalisme de laissez-faire en Amérique préconisant une alternative collectiviste pour trouver un public large et enthousiaste ». Son roman de 1888, bien que peu lu aujourd'hui, est devenu un succès fulgurant, se vendant à 210 000 exemplaires la première année, atteignant un pic de 10 000 volumes par semaine. Il est devenu le troisième livre américain le plus vendu du siècle, derrière Ben-Hur : Un conte du Christ et La Case de l'oncle Tom.

Mais non seulement Regarder en arrière, avec sa vision d'une utopie heureuse et tranquille, résonne chez des milliers de lecteurs : elle les a galvanisés.

Regard en arrière, 1887-2000 raconte l'histoire de Julian West, un Bostonien de naissance noble, qui se réveille d'un sommeil à la Rip van Winkle en l'an 2000. le travail des autres, ne rendant aucune sorte de service en retour. Mais ce monde ancien et injuste est depuis longtemps derrière lui. La société a supprimé les tensions entre le travail, le capital et les inégalités en adoptant un ordre mondial collectiviste. Il n'y a pas de partis politiques en guerre, et les élections qui ont lieu tous les cinq ans servent en quelque sorte de maintien législatif. Les citoyens travaillent de 21 à 45 ans, puis prennent leur retraite. Tout le monde reçoit une rémunération égale, quelle que soit la profession, pour éliminer les tensions de l'inégalité matérielle.

Un personnage nommé Dr Leete emmène West – Virgile à son Dante – pour le guider à travers un nouveau monde courageux dont le principe fondamental est « que tous ceux qui font de leur mieux le méritent également, que ce soit grand ou petit ». Bien qu'il y ait un salaire égal pour tous, il existe des distinctions et des rangs de position auxquels les citoyens peuvent aspirer au sein du corps principal de la société. Cette collecte et cette coordination massives de main-d'œuvre sont chargées de l'agriculture, ainsi que de la gestion des blanchisseries et des cuisines publiques et d'autres programmes qui éliminent le besoin de domestiques. A la fin de 1891, Regarder en arrière avait vendu 500 000 exemplaires.

« Quand le siècle d'or arrivera », a écrit un lecteur californien à Bellamy, « votre nom recevra l'hommage de la race humaine de cette période comme étant le seul écrivain du 19e siècle capable de voir, de ressentir et de décrire « la meilleure façon ». '"

La première organisation dédiée au socialisme utopique de Bellamy a été créée en 1888, appelée Boston Bellamy Club №1. Les membres comprenaient des vétérans comme Thomas Wentworth Higginson, chef du premier régiment noir de l'Union.

Bellamy, dont l'ambition principale était de créer «un conte de fées de félicité sociale», a mis du temps à se préparer à son nouveau rôle de leader politique et philosophique, mais il a finalement fait de la réforme son nouveau métier.


Edward Bellamy - Histoire

Bellamy, E. (1888/1997). Regarder en arrière. New York, NY : édition d'épargne de Douvres.

Edward Bellamy a écrit son roman utopique en grande partie en réponse à la crise croissante qu'il a reconnue entre les travailleurs et les patrons qui a entraîné une effusion de sang comme l'émeute de Haymarket en 1886. Comme la plupart des réformateurs sociaux de son époque, il a averti que « l'inhumanité de l'homme envers l'homme » conduirait à l'effondrement social. Il a rejeté l'idée que l'inégalité sociale est innée à la condition humaine. De plus, il a rejeté l'idée que le progrès, « était une chimère de l'imagination, sans analogue dans la nature » (p. 31). [Remarque : toutes les citations proviennent de l'édition Signet Classic]. La parabole de l'entraîneur de Bellamy illustre avec force le sentiment que l'humanité, poussée par la faim, oblige les frères et sœurs à se serrer les uns contre les autres dans une vaine tentative de s'asseoir au sommet d'un transport social se précipitant vers le désastre.

Au vingtième siècle de l'imagination de Bellamy, le Nationalisme - la Grande Confiance - offre une réponse à l'individualisme rampant. La nation unifiée dirigée par un seul capitaliste guérit les crises du travail en achevant la convergence inévitable de l'industrie humaine : concentré sous un même toit, avec une centaine d'anciens commerçants faisant office de commis" (p. 53). Cette Grande Confiance est plus qu'un gouvernement. Le nouveau nationalisme n'aboutit à rien de moins qu'à une patrie fraternelle :

Alors que nous explorerons plus en détail les implications de cette patrie sur les libertés individuelles dans de futures conversations, examinons quatre thèmes clés de ce nouvel ordre : (1) la centralité de la vie publique, (2) l'égalité du travail, (3) l'élimination de l'argent. , et (4) le socialisme scientifique. Ensuite, nous examinerons trois thèmes du national-socialisme dans Regard en arrière.

La centralité de la vie publique

La centralité de la vie publique renvoie à la notion selon laquelle la valeur des relations humaines peut être trouvée dans la coopération mutuelle, et non dans l'individualité. Compte tenu de la période économique troublante des années 1880, ce sentiment peut difficilement sembler révolutionnaire. Au contraire, elle aurait pu apparaître comme un baume nécessaire aux crises de la vie publique. Les résultats de cette centralité de la vie publique n'apparaissent qu'en contraste avec la relative austérité de la vie privée :

Comme Bellamy l'illustre davantage dans son image de corvées du XIXe siècle portant des centaines de milliers de parapluies individuels pour éviter la pluie, les citoyens de Boston 2000 ont construit des parapluies mécaniques et sociaux qui couvrent chaque individu. Se référant à nouveau à la parabole de l'entraîneur de Bellamy, nous passons à un deuxième thème de Regarder en arrière, l'égalité du travail.

Dans Looking Backward, le travail partagé est le moteur de l'ordre social.

Le rôle du travail dans cette société imaginaire peut être comparé au mieux à l'utopie de Thomas More. Rappelez-vous dans cette notion idéalisée de la vie publique comment chaque individu doit travailler pour obtenir les fruits du travail social. De plus, le travail confère des droits de citoyenneté et, en corollaire, suscite une certaine méfiance envers ceux qui ne travaillent pas dans les lieux qui leur sont assignés. Pourtant, dans Bellamy's Looking Backward, les joies d'un concert harmonieux, non les craintes de représailles, sont ce qui motive les ouvriers de son armée industrielle : « L'ouvrier n'est pas citoyen parce qu'il travaille, mais travaille parce qu'il est citoyen » (p. 100). La valeur du travail à Boston 2000 n'est pas non plus perdue pour les femmes. Outre les besoins de la maternité, les femmes sont également tenues de remplir les rangs de l'armée industrielle. Cependant, étant donné que Bellamy est une utopie victorienne, certaines inégalités sexuelles parviennent à perdurer.

Contrairement au sexisme subtil qui demeure dans son utopie, l'argent est introuvable dans Looking Backward de Bellamy. À sa place, un système de répartition des richesses garantit que tout le travail est évalué de manière égale.

Tous les citoyens qui travaillent reçoivent le même crédit. Naturellement, certains travaux sont jugés plus difficiles que d'autres. Le rôle du gouvernement est donc d'ajuster les conditions de travail (horaires, vacances, etc.) pour s'assurer qu'aucun emploi nécessaire ne reste vacant en raison de sa difficulté excessive. Pour autant, aucun travailleur ne gagne plus de crédit qu'un autre et aucun ne peut exploiter le travail stocké de ses collègues. Avec l'élimination de la richesse, Boston 2000 ne connaît relativement aucun crime ni désordre social.

L'optimisme nécessaire pour imaginer cette société perfectionnée émerge du socialisme scientifique, l'hypothèse qu'une société bien gérée marquée par l'efficacité de la machine peut assurer l'égalité et l'amélioration de la condition humaine. Le socialisme scientifique est une réponse aux excès de l'individualisme tels que perçus par les réformateurs sociaux du XIXe siècle. Pourquoi, ont-ils demandé, les spécifications techniques nécessaires à un gouvernement parfait devraient-elles être laissées à la volonté et aux idiosyncrasies humaines ? Ne pouvons-nous pas laisser les questions techniques aux machines, ou au moins aux gouvernements qui fonctionnent comme des machines ?

Nous visitons le Boston imaginaire d'Edward Bellamy avec l'idée optimiste que la volonté humaine n'est pas prédéterminée, que le destin humain n'est pas gravé dans la pierre. Contrairement au Puritan Boston de John Winthrop qui tentait de réconcilier la volonté de Dieu avec l'ambition humaine, Looking Backward place le destin de l'humanité entre ses propres mains. Une fois que nous avons appris à façonner de meilleures machines et à construire de meilleures villes, nous pouvons reconstruire les âmes humaines : « les conditions de la vie humaine ont changé, et avec elles les motifs de l'action humaine » (p. 57). Comme nous le découvrirons bientôt, bien sûr : la capacité de remodeler si radicalement la condition humaine comporte des risques énormes. À ce point, nous tournons maintenant.

Regard en arrière d'Edward Bellamy envisage une forme optimiste de national-socialisme. Le nationalisme fait référence à un État inclusif, une patrie qui prend soin de son peuple. Le socialisme fait référence à la libération du potentiel individuel. Cette forme de gouvernement cherche à représenter la volonté du peuple au sens large. Au lieu des lois, des banques et des coutumes artificielles, un individu dans cette nouvelle ère est directement représenté par l'État. Comme dans l'utopie de More, même la famille n'est qu'une liaison temporaire entre l'individu et l'État.

Bellamy, bien sûr, est mort bien avant que les implications les plus horribles de sa vie publique idéalisée ne se produisent. Les expériences du vingtième siècle avec le fascisme, le communisme et d'autres formes de collectivisme semblent étrangement similaires au texte optimiste de Bellamy. Dans son avant-propos de l'édition Signet Classic de Looking Backward, Erich Fromm décrit trois critiques courantes de l'utopie de Bellamy : elle est antidémocratique, mécanisée et statique. Comme nous le verrons, ces critiques ne sont pas seulement fondées philosophiquement, elles résident également dans l'histoire.

Regarder en arrière est antidémocratique

D'une manière similaire à la République de Platon, Edward Bellamy a rejeté ce qu'il considérait comme un individualisme rampant - l'impulsion égoïste des gens, des entreprises et des gouvernements à poursuivre leurs propres intérêts au détriment du bonheur humain. Le suffrage universel, par extension, n'était qu'une règle de foule institutionnalisée aux yeux de Bellamy. Les États-Unis du futur idéalisé se sont débarrassés de la plupart des fonctions juridiques et politiques - même s'ils ont conservé nombre des noms d'eux-mêmes. Ainsi, un président peut être trouvé en l'an 2000, mais il ne répond pas aux caprices du public. Au contraire, le président émerge comme un général de l'armée industrielle, choisi dans ses rangs à la retraite. Tous les votes sont limités aux citoyens retraités qui, comme les anciens étudiants, n'ont aucun intérêt direct dans l'impact de leurs décisions, si ce n'est le bénéfice global pour leur alma mater. Après tout, comme l'explique le Dr Leete, la discipline serait ruinée « si les travailleurs avaient un suffrage à exercer, ou quelque chose à dire sur le choix. Mais ils n'ont rien » (p. 133). Aux oreilles contemporaines, cette dimension de Regarder en arrière peut sembler troublante. Cependant, le vote a été remplacé par une récompense beaucoup plus alléchante : l'assurance que le gouvernement est dirigé par des experts.

Regarder en arrière est trop mécanisé

Cette notion de gouvernement par les experts suppose une forme perfectionnée de bureaucratie dans laquelle toutes les décisions sont prises avec efficacité et précision. Considérez la description que fait Bellamy du gouvernement central : « La machine qu'ils dirigent est en effet vaste, mais si logique dans ses principes et si directe et simple dans son fonctionnement, qu'elle fonctionne presque toute seule » (p. 129). Pour certains critiques, le résultat est un système dans lequel les êtres humains agissent comme des machines. Tout au long du livre, les références à l'efficacité du gouvernement scientifique comparent les institutions humaines perfectionnées aux machines : « L'offre est adaptée à la demande comme un moteur au gouverneur qui régule sa vitesse » (p. 162).

Certes, cette vision aurait séduit les lecteurs du XIXe siècle qui se sont lassés des conflits financiers et politiques continus qui ont suivi le leadership apparemment inepte de leurs fonctionnaires. La question demeure cependant sur le rôle de l'éthique et de l'humanisme au sein du gouvernement mécanique. Une réponse trouvée au vingtième siècle était le fascisme - un système politique étrangement préfiguré par Bellamy :

Comme nous le voyons à peine moins de quatre décennies après la publication de l'utopie de Bellamy, les Européens fatigués de la misère économique adopteront la même réponse mécanisée et paieront un prix terrible.

Regarder en arrière est trop statique

Le paradoxe sous-jacent du roman de Bellamy est son désir d'envisager une amélioration perpétuelle au sein d'une société stable. Certes, le Dr Leete dépeint une époque d'innovation après la suprématie du parti nationaliste :

Une telle nouvelle ère suit naturellement la notion socialiste scientifique d'une utopie de progrès. Cette utopie postule un individu libéré de la Grande Chaîne de l'Être et des cercles vicieux de la faim et de la dépravation humaine. Pourtant, en réalisant ce paradis de l'ouvrier, quel changement peut s'ensuivre ? On peut trouver un aperçu significatif dans la discussion du Dr Leete sur le Congrès en l'an 2000.

Les États-Unis nationalisés, menant un monde de nations utopiques vers la voie inévitable de l'amélioration humaine, n'ont pas encore maîtrisé la nature. Le Dr Leete parle de catastrophes naturelles occasionnelles qui peuvent ralentir la production. Il rend compte des changements dans les goûts populaires et même de la rareté du crime (généralement imputé aux familles génétiquement déficientes). Mais l'avenir de son monde ressemble à peu près à son présent : « la prospérité matérielle de la nation coule sans interruption de génération en génération, comme un fleuve qui s'élargit et s'approfondit sans cesse » (p. 162-163).

Cette métaphore organique peut sembler étrange, étant donné les penchants mécanistes de Regard en arrière de Ballemy. Cependant, comme nous l'explorerons plus tard dans le semestre, les formes de vie publique les plus idéalisées cachent une machine sous leurs jardins bien entretenus. Dans cette utopie : « Que la nation frappée par la famine assume la fonction qu'elle avait négligée et règle pour le bien commun le cours du ruisseau vivifiant, et la terre fleurirait comme un jardin, et aucun de ses enfants n'en manquerait. bonne chose" (p. 216-217). Looking Backward offre une vision convaincante, qui a été adoptée par des millions d'Américains et une multitude de mouvements utopiques avant la Première Guerre mondiale. Cependant, même si nous aspirons à nous promener sur les larges boulevards de Bellamy et à contempler ses grands bâtiments, nous devons également regarder en arrière vers le monde qui a réellement suivi le chemin envisagé par le rêve fantaisiste de l'utopiste.


Edward Bellamy - Histoire

EDWARD BELLAMY, NATIONAL SOCIALISTE & FRANCIS BELLAMY, SERMENT D'ALLÉGEANCE,
ASSOCIATION NATIONALE DE L'EDUCATION & ASSOCIATION NATIONALE DE L'EDUCATION

Edward Bellamy et son périodique New Nation (1891-94) ont promu Karl Marx et le livre "Capital" associé à la propagande d'Edward Bellamy. Bellamy a utilisé les clubs New Nation et Nationalism pour promouvoir son dogme national-socialiste. http://rexcurry.net/edward-bellamy-national-socialist.html

Ce qui suit est une photographie d'une publicité de la Nouvelle Nation lancée par Edward Bellamy http://rexcurry.net/edward-bellamy-karl-marx.jpg

Marx a dit « La mission principale de toutes les autres races et peuples, grands et petits, est de périr dans l'holocauste révolutionnaire ».

Bellamy (1850-1898), produit de souche puritaine anglo-saxonne, a été perturbé par l'immigration massive de nouveaux arrivants d'Europe centrale et méridionale dans les villes du nord-est.

Son dogme et celui de Marx ont conduit à l'Holocauste socialiste (dont l'Holocauste faisait partie) sous Staline, Mao et Hitler :

60 millions de morts sous l'Union des Républiques socialistes soviétiques

50 millions sous la République populaire de Chine

20 millions sous le Parti national-socialiste des travailleurs allemands.

En 1935, longtemps après que Bellamy eut cessé de vendre son périodique &ldquoNew Nation&rdquo associé au livre de Marx, l'Université de Columbia a demandé à trois personnes de préparer des listes indépendantes des 25 livres les plus influents depuis 1885. Les juges étaient le philosophe John Dewey, l'historien Charles Beard et l'éditeur de l'Atlantic Monthly, Edward Weeks. Sur chacune des listes, le roman de Bellamy & ldquoLooking Backward & rdquo (promu dans la New Nation) figurait parmi les deux premiers livres.En tête de liste de chaque homme se trouvait Karl Marx&rsquos &ldquoDas Kapital.&rdquo

Le livre de Bellamy avait été un best-seller international, traduit dans toutes les langues principales, y compris, il est triste de le constater pour tant de personnes brutalisées, russes, chinoises et allemandes.

L'utilisation par Bellamy de groupes (clubs de nationalisme) pour promouvoir le national-socialisme de son livre fournit une autre comparaison avec la croissance du national-socialisme dans les années 1930 sous le Parti national-socialiste des travailleurs allemands et Adolf Hitler, auteur du livre "Mein Kampf". à quel point le dogme était influent à cette époque.

Le cousin et cohorte d'Edward Bellamy, Francis Bellamy, était à l'origine du soi-disant « salut nazi », le geste aux bras raides utilisé sous le national-socialisme allemand. Le salut était en fait le "salut américain" en ce sens qu'il venait du serment d'allégeance de François, qui commençait par un salut militaire qui était ensuite étendu vers l'extérieur pour pointer vers le drapeau. http://rexcurry.net/pledge-allegiance-pledge-allegiance2.jpg

Les deux Bellamy se sont qualifiés de nationaux-socialistes et ont vanté le « socialisme militaire » (leur terme. Ils voulaient que toute la société imitent l'armée). Ils ont influencé les pires socialistes du monde, y compris le Parti national-socialiste des travailleurs allemands et ses rituels (chants robotiques aux drapeaux et aux dirigeants), le dogme et les symboles (y compris l'utilisation de la croix gammée pour symboliser les lettres S qui se chevauchent pour le « socialisme » sous le national-socialisme allemand). Ce qui précède sont quelques-unes des découvertes dans le travail du documentariste Dr. Rex Curry. http://rexcurry.net/pledgebackward.html

Les Bellamy ont également prêché le dogme mortel de « l'égalité économique ». http://rexcurry.net/edward-bellamy-new-nation.jpg

Les Bellamy voulaient que le gouvernement s'empare de tous les établissements d'enseignement et crée une "armée industrielle" pour répandre leur dogme.

Le magazine Nationalist a également été lancé par Edward Bellamy, avec l'aide de Henry Willard Austin. Notez que l'organisation d'édition a été nommée "THE NATIONALIST EDUCATIONAL ASSOCIATION" par similarité délibérée avec la National Education Association (NEA). Ceci est une photographie du Nationalist Magazine d'Edward Bellamy http://rexcurry.net/edward-bellamy-the-nationalist.jpg

Pour en savoir plus sur Edward Bellamy, visionnez la vidéo suivante http://www.youtube.com/watch?v=BssWWZ3XEe4

Ce qui précède est une première page du magazine New Nation et il répertorie le rédacteur en chef, Edward Bellamy, qui a prêché le dogme mortel de « l'égalité économique ».
Edward Bellamy http://rexcurry.net/edward-bellamy-the-nationalist.jpg ASSOCIATION NATIONALE D'ÉDUCATION

ASSOCIATION NATIONALE POUR L'ÉDUCATION http://rexcurry.net/edward-bellamy-the-nationalist.jpg Edward Bellamy
Ci-dessus, le Nationalist Magazine créé par Edward Bellamy, avec l'aide de Henry Willard Austin. Notez que l'organisation d'édition a été nommée "THE NATIONALIST EDUCATIONAL ASSOCIATION" par similitude délibérée avec la National Educational Association.

Le choix d'Edward Bellamy de "The New Nation" comme nom de son magazine/journal hebdomadaire (de 1891 à 1894) est intéressant en ce qu'un autre magazine portant un nom similaire - "The Nation" (qui a commencé en 1865) avait vanté une perspective politique différente pour un bien avant la publication de Bellamy. Et lorsque « The Nationalist », la première publication de Bellamy, un magazine mensuel, a commencé en 1889, son rédacteur en chef était Henry Willard Austin. A cette époque (en 1889), l'ancien magazine Nation appartenait à Henry Villard. Pendant la vie du magazine "New Nation" de Bellamy, l'ancien magazine "Nation" exprimait un point de vue antisocialiste. Le nom "New Nation" choisi par Bellamy visait-il à contraster le point de vue pro-socialiste de son magazine ? Voir le travail du documentariste Dr. Rex Curry (auteur de "Pledge of Allegiance Secrets"). http://rexcurry.net/edward-bellamy-national-socialist.html

Notez que l'organisation de publication du magazine "Nationalist" de Bellamy a été nommée "THE NATIONALIST EDUCATIONAL ASSOCIATION" par analogie délibérée avec la National Education Association (NEA). Ceci est une photographie du Nationalist Magazine d'Edward Bellamy http://rexcurry.net/edward-bellamy-the-nationalist.jpg

En 1888, Cyrus Field Willard, un journaliste de Boston, proposa à Bellamy "que ce serait une bonne idée d'organiser une association pour diffuser les idées contenues dans votre livre." Bellamy répondit à Willard le jour de l'indépendance en 1888 avec la proposition de promouvoir le socialisme dans les "Clubs Nationalistes". L'utilisation de groupes pour promouvoir le national-socialisme de son livre fournit une autre comparaison avec la croissance du national-socialisme dans les années 1930 sous le Parti national-socialiste des travailleurs allemands et Adolf Hitler, auteur du livre "Mein Kampf." http://sites.google.com /site/francisbellamy/edward-bellamy-regarder-en-arriere

Au milieu des années 1930, la fille de Bellamy, Marion, a eu des allocutions dans tout le pays (dont une à Portland en novembre 1936) où elle a continué à promouvoir son dogme du national-socialisme. Une brochure de quinze pages, "Edward Bellamy Today", comprend le texte de sa conférence.

Edward Bellamy était le cousin et la cohorte d'un autre national-socialiste américain tristement célèbre, Francis Bellamy, auteur du Serment d'allégeance (qui était à l'origine du salut au bras raide adopté plus tard par le Parti national-socialiste des travailleurs allemands, comme l'a montré le Dr Curry) . http://rexcurry.net/pledge-allegiance-pledge-allegiance2.jpg

Les Bellamy voulaient que le gouvernement s'empare de tous les établissements d'enseignement et crée une "armée industrielle" pour répandre leur dogme.

Plus tard, l'ancien magazine Nation adoptera le dogme pro-socialiste de Bellamy, longtemps après que Bellamy et son magazine aient cessé d'exister.

Le magazine Nation a commencé en juillet 1865 à Manhattan. L'éditeur était Joseph H. Richards, et le rédacteur en chef était E.L. Godkin, critique libéral classique du nationalisme, de l'impérialisme et du socialisme. Le magazine est resté à "Newspaper Row" à Manhattan pendant 90 ans. Wendell Phillips Garrison, fils de William Lloyd Garrison, a été rédacteur en chef littéraire du périodique de 1865 à 1906.

En 1881, Henry Villard, journaliste devenu baron des chemins de fer, acquiert The Nation et le convertit en un supplément littéraire hebdomadaire pour son quotidien le New York Evening Post.

En 1918, le rédacteur en chef du magazine devint le fils d'Henry Villard, Oswald Garrison Villard, et il vendit l'Evening Post. Il a fait de The Nation une publication d'actualité et lui a donné une orientation socialiste. La prise de contrôle de Villard a incité le FBI à surveiller le magazine pendant environ 50 ans. Le FBI avait un dossier sur Villard depuis 1915. Presque tous les rédacteurs en chef de The Nation de l'époque de Villard aux années 1970 ont été examinés pour des activités et des liens "subversifs". Lorsque Albert Jay Nock, peu de temps après, publia une chronique critiquant Samuel Gompers et les syndicats pour leur complicité dans la machine de guerre de la Première Guerre mondiale, The Nation fut brièvement suspendu du courrier américain.

Sous Henry Villard, les bureaux de The Nation ont été transférés au siège de l'Evening Post à Broadway. Le New York Evening Post deviendra plus tard un tabloïd : le New York Post. C'était un tabloïd de l'après-midi à tendance socialiste dirigé par la propriétaire Dorothy Schiff de 1939 à 1976.

La Nation continue d'être connue pour sa politique socialiste. http://rexcurry.net/swastika3swastika.jpg

Eric Foner, le professeur socialiste d'histoire qui a passé une grande partie de sa carrière à l'Université de Columbia, a cité Lincoln au nom de la préservation de l'Union des Républiques socialistes soviétiques. Dans son livre "Lincoln Unmasked", l'auteur Thomas DiLorenzo cite un article de février 1991 dans "The Nation" intitulé "Lincoln" Lesson", dans lequel Foner dénonce les mouvements de sécession en Lettonie, Lituanie, Estonie et Géorgie, et appelle Mikhaïl Gorbatchev à les réprimer avec la même cruauté que Lincoln a montrée au Sud. Selon Foner, aucun "chef d'une nation puissante" ne devrait tolérer "le démembrement" du socialisme soviétique. « La guerre de Sécession », a expliqué Foner avec enthousiasme, « était une étape centrale dans la consolidation de l'autorité nationale aux États-Unis. » Et puis : « L'Union, Lincoln croyait passionnément, était un gouvernement permanent. Gorbatchev serait certainement d'accord. » Les socialistes américains modernes rejettent avec vantardise le mythe de Lincoln sur l'esclavage et ils déclarent que la soi-disant « guerre civile » de Lincoln était la suppression violente de l'indépendance, exactement ce que Foner voulait voir sous le socialisme soviétique.

Le patriotisme est le dernier refuge des canailles. Dans "L'histoire de la liberté américaine", l'historien Eric Foner observe que le serment rituel d'allégeance de 1890 du socialiste Francis Bellamy (un autre adorateur de Lincoln et de la guerre d'agression du Nord) s'est rapidement joint à la pratique consistant à se tenir debout pour le jeu de " Bannière étoilée" ainsi que le jour du drapeau. http://rexcurry.net/pledge-allegiance-pledge-allegiance2.jpg

Le dogme socialiste est le même dogme qui a été vanté à la fin du 19e siècle par les nationaux-socialistes aux États-Unis. Francis Bellamy (auteur du "Pledge of Allegiance") et son cousin et acolyte Edward Bellamy (auteur du livre pathétique "Looking Backward") voulaient que le gouvernement prenne en charge toute la nourriture, les vêtements, les abris, les biens et services et crée une "armée industrielle" pour imposer leur " le socialisme militaire." Voir le documentaire vidéo sur http://www.youtube.com/watch?v=BssWWZ3XEe4

C'était la motivation derrière le "Pledge of Allegiance" de Francis Bellamy au drapeau, l'origine du salut aux bras raides adopté plus tard par le Parti national-socialiste des travailleurs allemands (voir les travaux de l'historien Dr Rex Curry, auteur de "Pledge of Allegiance Secrets") . http://rexcurry.net/pledge-allegiance-pledge-allegiance2.jpg

Cela a conduit à l'utilisation de la croix gammée comme lettres S pour le "socialisme" sur le drapeau sous le national-socialisme allemand. http://rexcurry.net/swastika3swastika.jpg

C'est le même dogme qui a conduit à l'Holocauste socialiste (dont l'Holocauste faisait partie):

60 millions de morts sous l'ex-Union des républiques socialistes soviétiques

50 millions sous la République populaire de Chine

20 millions sous le Parti national-socialiste des travailleurs allemands. http://rexcurry.net/socialists.html

Aujourd'hui, le drapeau symbolise l'autoritarisme aux USA. Les faits historiques ci-dessus expliquent la taille et la portée énormes du gouvernement d'aujourd'hui, et de l'État policier des États-Unis, et pourquoi il se développe si rapidement. Ce sont des raisons de minarchie : des réductions massives du gouvernement, de la fiscalité, des dépenses et du socialisme.

En 1867, Bellamy n'a pas réussi à obtenir un rendez-vous à West Point, au lieu de cela, il a étudié la littérature pendant un an à Union College à Schenectady, NY Il a passé une grande partie de l'année suivante à Dresde, en Allemagne, où il a été impressionné par la prospérité de la Chine appartenant à l'État travaux.
http://rexcurry.net/edward-bellamy-national-socialist.html

À ses débuts, la manufacture de Meissen China appartenait au roi de Saxe en 1830, elle appartenait à l'État de Saxe. Après la Seconde Guerre mondiale, la plupart des équipements ont été envoyés à l'Union des Républiques socialistes soviétiques (un ancien allié de l'Allemagne sous le Parti national-socialiste des travailleurs allemands) dans le cadre des réparations de guerre. les fours qui n'avaient pas été démantelés ont pu reprendre la production. La société est devenue une société par actions socialiste soviétique en Allemagne. La quasi-totalité de la production a été envoyée en Union des Républiques socialistes soviétiques. Après l'établissement de la République démocratique allemande sous l'influence de l'Union des Républiques socialistes soviétiques, l'entreprise a été cédée à la propriété du gouvernement allemand en 1950. Après la réunification allemande en 1990, l'entreprise à nouveau détenue par l'État de Saxe qui est le unique propriétaire.


Edward Bellamy utilise d'abord le terme « carte de crédit » dans « Regard en arrière »

Portrait d'Edward Bellamy édité numériquement à partir de la collection en ligne de la Bibliothèque du Congrès.

Dans son roman utopique Looking Backward (1887), décrivant la vie en 2000, Edward Bellamy a utilisé le terme carte de crédit onze fois&mdashla première description de l'utilisation d'une carte pour les achats.

"Le livre raconte l'histoire de Julian West, un jeune américain qui, vers la fin du 19ème siècle, tombe dans un profond sommeil induit par l'hypnose et se réveille cent treize ans plus tard. Il se retrouve au même endroit ( Boston, Massachusetts), mais dans un monde totalement changé : Nous sommes en l'an 2000 et, pendant qu'il dormait, les États-Unis se sont transformés en une utopie socialiste. Le reste du livre expose les réflexions de Bellamy sur l'amélioration de l'avenir. les thèmes sont les dangers de la bourse, l'utilisation des cartes de crédit, les avantages d'un système juridique socialiste, la musique et l'utilisation d'une « armée industrielle » pour faciliter les tâches.

« Le jeune homme trouve facilement un guide, le docteur Leete, qui lui fait visiter et lui explique toutes les avancées de cette nouvelle ère, notamment des heures de travail drastiquement réduites pour les personnes effectuant des travaux subalternes et une livraison de marchandises quasi instantanée, semblable à Internet. bénéficie à 45 ans, et peut manger dans l'une des cuisines publiques. La capacité de production de l'Amérique appartient à l'échelle nationale, et les biens de la société sont également distribués à ses citoyens. Une partie considérable du livre est le dialogue entre Leete et l'Ouest où l'Ouest exprime sa confusion sur le fonctionnement de la société future et Leete explique les réponses en utilisant diverses méthodes, telles que des métaphores ou des comparaisons directes avec la société du XIXe siècle.

"Bien que le roman de Bellamy n'ait pas traité de la technologie ou de l'économie en détail, les commentateurs comparent fréquemment Regarder en arrière avec les développements économiques et technologiques réels. Par exemple, Julian West est emmené dans un magasin qui (avec ses descriptions de la suppression des intermédiaires pour réduire les déchets d'une manière similaire aux coopératives de consommateurs de son époque basées sur les principes de Rochdale de 1844) ressemble quelque peu à un club d'entrepôt moderne comme BJ's, Costco ou Sam's Club. Il introduit en outre un concept de cartes de crédit dans les chapitres 9, 10 , 11, 13, 25 et 26, mais ceux-ci ne ressemblent en rien aux instruments de financement par emprunt. Tous les citoyens reçoivent un montant égal de « crédit ». Ceux qui ont des emplois plus difficiles, spécialisés, dangereux ou désagréables travaillent moins d'heures. Bellamy prédit également que les sermons et la musique seront disponibles à la maison via le câble "téléphone". Bellamy a qualifié la philosophie derrière la vision de "nationalisme", et son travail a inspiré la formation de plus de 160 N. Clubs nationalistes pour propager ses idées" (article Wikipédia sur Looking Backward, consulté le 02-07-2012)


Edward Bellamy - Histoire

EDWARD BELLAMY & FRANCIS BELLAMY CHRONOLOGIE Ils ont influencé le nazisme.
Edward Bellamy Memorial Association http://rexcurry.net/edward%20bellamy.jpg Henry George, Francis Bellamy & Regard en arrière sur le serment d'allégeance

Des informations effrayantes sur l'histoire du Serment d'allégeance se trouvent sur http://rexcurry.net/book1a1contents-pledge.html (avec des photographies historiques choquantes).
Pour des informations fascinantes sur le symbolisme, voir http://rexcurry.net/book1a1contents-swastika.html
Écoutez l'audio sur les radios du monde entier sur http://rexcurry.net/audio-rex-curry-podcast-radio.html

Wikipedia, l'encyclopédie gratuite annonce les découvertes historiques du Dr Rex Curry. http://rexcurry.net/wikipedia-the-free-encyclopedia.html
Wikipedia stimule les recherches étonnantes du Dr Curry sur http://rexcurry.net/america-first-committee-charles-lindbergh-wikipedia-org-wiki.html
Amazon.com adopte comme politiques les recommandations de l'historien Dr Rex Curry http://rexcurry.net/amazon-com-book-reviews-tags-discussions.html

Les cousins ​​Bellamy ont également répandu le symbole de la croix gammée moderne (sous forme de deux lettres S pour "socialisme"). http://rexcurry.net/swastika3swastika.jpg

La recherche fait partie des découvertes à couper le souffle du célèbre historien Dr. Rex Curry (auteur de "Pledge of Allegiance Secrets"). http://rexcurry.net

1740 Joseph Bellamy et sa cohorte plus âgée, Jonathan Edwards, tous deux du Connecticut, étaient parmi les dirigeants d'un mouvement connu sous le nom de « The Great Awakening », un renouveau religieux qui a frappé le pays en 1740. Joseph Bellamy a écrit et parlé abondamment en faveur de son fantasme utopique. Joseph Bellamy (1719-1790) était l'arrière-grand-père de Francis Bellamy, Edward Bellamy, Charles Bellamy et Franklin Bellamy. Charles Joseph Bellamy a été nommé d'après Joseph Bellamy et a vanté des idées similaires à celles d'Edward. Le mouvement "Le Grand Réveil" avait commencé en Europe. Il a balayé l'Angleterre avec la montée du méthodisme sous John Wesley, Charles Wesley et George Whitfield. Whitfield est venu dans ce pays et est devenu un leader du mouvement ici.

1762 Joseph Bellamy a prononcé un sermon à l'Assemblée générale du Connecticut et a dénoncé la concurrence, blâmé la concurrence pour la pauvreté et a préconisé une vague « coopération ».

1781 Jonathan Bellamy (1781 - 1845), un marchand prospère du comté de Washington, dans l'État de New York, était le grand-père de Francis Bellamy et d'Edward Bellamy.

1794 Joseph Bellamy et Jonathan Edwards publient « The Millennium, or the Thousand Years of Prosperity » dont Joseph prétend qu'il va bientôt commencer et se poursuivre jusqu'à la perfection. Le livre contient également une tentative de promouvoir un accord explicite et une union visible de personnes dans un travail extraordinaire pour l'avancement du « royaume » sur terre, conformément aux prophéties de Joseph Bellamy et Jonathan Edwards. Ce millénaire était encore « imminent » à l'époque du livre d'Edward Bellamy « Looking Backward : 2000-1887 » dans lequel Edward fait également des prédictions de prospérité éternelle à travers le national-socialisme. Edward pensait à l'origine que le délai pour atteindre le national-socialisme dans « Looking Backward » serait de mille ans, ou bien plus longtemps que la période 2000-1887 qu'Edward a finalement sélectionnée à des fins promotionnelles. Le Parti national-socialiste des travailleurs allemands avait pour but de promulguer un règne de mille ans de prospérité pour tous, comme l'avait prédit Adolf Hitler.

1806 Après « l'humiliante défaite de l'État allemand contre Napoléon en 1806, un nouveau système d'enseignement a été l'instrument à partir duquel la vengeance prussienne a été façonnée, un système qui a réduit les êtres humains au cours de leurs années malléables à des pièces de machines fiables, des machines humaines dépendantes de l'État pour sa mission et son but », selon l'auteur John Taylor Gatto. "Lorsque les Hussards de la Mort de Blucher détruisirent Napoléon à Waterloo", cela fut interprété comme une confirmation de la valeur de l'école prussienne. (1815).

1816 Naissance du roi Rufus Bellamy (1816 - 1886). Il était le père de Frederick, Edward et Charles. Rufus était un frère cadet de David Bellamy (le père de Francis Bellamy). Rufus et David ont tous deux passé leur vie dans le ministère à prêcher leurs versions de l'utopie. Rufus et sa femme (Maria Putnam Bellamy) ont prêché à leurs trois fils la nécessité de l'altruisme militant. Charles et Edward Bellamy ont continué à écrire des histoires utopiques et des contes fantastiques. Charles a écrit « Étaient-ils des pécheurs ? et "The Breton Mills" (1879) dans lequel il a utilisé un vague altruisme pour justifier un gouvernement socialiste. Edward a suivi la même voie avec « La religion de la solidarité » et son fantasme utopique totalitaire « Looking Backward », tous deux considérés comme faisant partie du dogme du « socialisme chrétien ». Les deux frères se sont inspirés de leur cousin, Francis Bellamy (auteur du Serment d'allégeance).

1819 Le nom de Rome NY est choisi lors d'une élection. De nombreuses villes de l'État de New York portent des noms issus de l'histoire classique (Albany, Ithaca, Syracuse, Troy, Utica) et c'est pourquoi New York est l'État de l'Empire romain.

1843 (publié en février 1844) Karl Marx écrit son tristement célèbre, "Sur la question juive". Les marxistes et les socialistes ne s'intéressaient à personne qu'ils considéraient comme « le faible, » seulement aux fidèles, et leur « langage de justice sociale » concernait un plan totalitaire pour un homme nouveau, ou plus exactement une fourmi soldat dans une fourmilière.

La prise de contrôle des écoles par le gouvernement dans les années 1840 a été vanté par des gens comme Horace Mann, qui adorait le système enrégimenté qu'ils ont vu en Prusse dans les années 1840. Ils ont importé en gros un stratagème pour apprivoiser ce qu'ils considéraient comme la nouvelle classe ouvrière immigrée dangereusement anarchiste, entraînant les jeunes de cette sous-classe à se présenter dans une installation du gouvernement central, à mémoriser les mêmes opinions superficielles et à marcher au son des cloches du gouvernement. Finalement, pour chanter robotiquement la prière du matin au drapeau du gouvernement. Une éducation de base leur suffirait pour occuper leurs places dans l'armée industrielle. Aucune réflexion critique ne se produirait, car cela pourrait les amener à remettre en question les dirigeants. La prise de contrôle et la destruction des écoles par le gouvernement ont commencé au milieu des années 1800 selon John Taylor Gatto, ancien enseignant de l'année (public) de l'État de New York et auteur de "Dumbing Us Down: The Hidden Curriculum of Compulsory Schooling" et du " Underground History of American Education », sous-titré « A Schoolteacher's Intimate Investigation Into the Problem of Modern Schooling » (34 $ postpayé, Oxford Village Press, 725 McDonough Road, Oxford, NY 13830.)

1847 L'école de l'Académie de Rome est conçue comme une école non gouvernementale dans une réunion de citoyens. La ville n'est constituée sous le nom de "Rome, New York" que 23 ans après le début de l'école. En 1848, l'Académie de Rome ouvre ses portes avec un directeur et six professeurs. Ce fut une école non gouvernementale pendant 20 ans jusqu'en 1869.

1847 Naissance de FREDERICK BELLAMY.

1848 Publication du Manifeste communiste de Karl Marx.

1850 EDWARD BELLAMY est né (et est mort en 1898).

1852 Naissance de CHARLES JOSEPH BELLAMY (et mourut en 1910).

1855 Naissance de FRANCIS BELLAMY (et mourut en 1931). Tout au long de sa vie, il a travaillé avec son cousin Edward Bellamy.

1857 Création de l'Association nationale de l'éducation.

1859 David Bellamy (le père de François) a accepté un appel à la First Baptist Church de Rome, NY et s'y est installé avec Francis (4 ans).

1861-1865 La guerre civile contre l'indépendance du sud. Bellamy était un jeune pendant la guerre et s'est préoccupé de la discipline militaire. Francis Bellamy a expliqué plus tard que la guerre civile ne concernait pas l'esclavage, mais le socialisme et la centralisation du gouvernement aux États-Unis. Décrivant son inspiration pour le serment d'allégeance, Francis Bellamy a déclaré : « Cela a commencé comme une communication intensive avec les points saillants de notre histoire nationale, de la Déclaration d'indépendance à l'élaboration de la Constitution. avec le sens de la guerre civile avec le aspirations du peuple.
"La vraie raison de l'allégeance au drapeau est la" république pour laquelle il représente ". Et que signifie cette vaste chose, la République ? Pour que cette idée de One Nation soit claire, il faut préciser qu'elle est indivisible, comme Webster et Lincoln avaient coutume de le répéter dans leurs grands discours. » Francis Bellamy n'a pas évoqué l'esclavage dans ses propos.

1867, le livre Das Kapital de Karl Marx est publié.

1867 Le Parti de la Prohibition est formé pour interdire l'alcool en amendant la Constitution des États-Unis. Edward et Francis soutiendraient l'interdiction dans les années à venir. En savoir plus sur http://rexcurry.net/drugs-prohibition-party-today.html

1868-9 Edward Bellamy passe un an à Dresde, apprend à parler et à écrire l'allemand, assiste à des conférences et étudie le socialisme allemand. Son séjour eut lieu peu après la guerre entre la Prusse et l'Autriche. La Saxe, dont Dresde était la capitale, s'était rangée du côté de l'Autriche, avait été conquise par la Prusse, puis avait rejoint la Fédération de l'Allemagne du Nord. Cela intéresserait tous ceux qui détestent le monstrueux Parti national-socialiste des travailleurs allemands, car la Prusse a conduit à la formation de l'empire allemand, et après la Première Guerre mondiale, la Prusse a continué d'exister en tant que plus grand Land (État) de la République de Weimar et sous le Parti national-socialiste des travailleurs allemands (après la Seconde Guerre mondiale, il a été dissous par décret du Conseil de contrôle allié en 1947). Bellamy était un échec cuisant à West Point, mais il aimait le militarisme prussien et le système éducatif. Alors que Bellamy était en Allemagne, les premiers syndicats allemands ont été fondés et le Parti des travailleurs allemands (Die Deutsche Arbeiterpartei) a publié son programme de clichés socialistes que Bellamy a répété dans son best-seller (Looking Backward) et ses autres écrits pour le reste de sa vie. Le frère d'Edward, Frederick, a écrit que les lettres d'Edward étaient pleines de socialisme allemand qu'« il avait beaucoup lu et étudié à la maison ». (voir Sylvia E. Bowman "L'année 2000"). Le frère d'Edward, Frederick, a déclaré qu'Edward avait parlé et lu sur le socialisme avant qu'Edward ne se rende en Allemagne. Frédéric écrivit que les lettres qu'Edward lui avait adressées d'Allemagne étaient pleines de socialisme allemand qu'« il avait beaucoup lu et étudié à la maison ». (voir le livre de 1958 de Sylvia E. Bowman L'an 2000). (Die Deutsche Arbeiterpartei : Ihre Prinzipien und ihr Programm. - Berlin : Jonas, 1868. - 32 p. 23 cm voir aussi Karl Marx : Randglossen zum Programm d. deutschen Arbeiterpartei (1875) (Critique du Gothaer de programme. Notes marginales pour le programme du Parti travailliste allemand) et "Sur la question juive" écrit en 1843 (publié en février 1844) par l'antisémite Karl Marx. Voir Friedrich Engels : La question militaire prussienne et le Parti travailliste allemand (Écrit à la fin de janvier au 11 février 1865) et Friedrich Engels : Bismarck et le parti travailliste allemand (écrit à la mi-juillet 1881).
(Le parti d'Hitler (le Parti national-socialiste des travailleurs allemands ou Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei ou NSDAP) s'appelait à l'origine le Parti des travailleurs allemands et a ensuite ajouté l'expression « national-socialisme » au début de son nom. Hitler avait suggéré que son parti soit nommé le « Parti révolutionnaire social. » Le parallèle inquiétant des idées de Bellamy et des socialistes américains peut être vu dans le programme en 25 points du NSDAP).

Edward Bellamy est retourné aux États-Unis et a terminé ses études de droit.

Charles J. Bellamy termine également ses études de droit et écrit finalement Everybody’s Lawyer publié par Peoples Publishing Co. à Springfield, MA.
Il donne des résumés sur les « parties plus pratiques de la common law » telles que les poursuites, le mariage, le divorce, les témoignages, les voyages en train et plus encore.

En 1869, un district scolaire public doté d'un Conseil de l'éducation a été créé et l'Académie de Rome est devenue "Rome Free Academy" une école publique.

1870 La ville de Rome est constituée. Francis Bellamy et son père y ont vécu 10 ans avant qu'elle ne soit constituée sous le nom de "Rome".

1872 François est diplômé de l'Académie Libre de Rome (RFA - le lycée gouvernemental qui existe toujours).

1872 Edward Bellamy, travaillant comme journaliste indépendant, a écrit "Éducation nationale" qui a été publié dans "L'âge d'or".

1873 Francis Bellamy entre à l'Université de Rochester où il étudie pour le ministère baptiste.

1874 La religion de la solidarité est écrit par Edward Bellamy. Il combine le socialisme avec la religion et soutient que l'individualité est une illusion et/ou est sans importance. Il préconise que chaque individu se subsume à tout et n'importe quoi d'autre, comme répété plus tard dans Regarder en arrière.

1877 An Atlas Of Topographical Anatomy: After Plane Sections Of Frozen Bodies (1877) par Wilhelm Braune (Auteur), Edward Bellamy (Traducteur, Bellamy agissant comme traducteur de la langue allemande).

1878 A Süd Deutsch Volklied (South German Peoples' Song) a été écrite en allemand sur la couverture intérieure du carnet de Bellamy et datée de « Grenade, 4 janvier 1878 ». (voir Edward Bellamy d'Arthur Morgan de Columbia University Press 1944).

1878 Six contre un : une idylle de Nantucket. Le premier roman d'Edward Bellamy est basé sur son voyage à Hawaï en 1877. Publié à New York, par Putnam.
Le premier chapitre dépeint une île paisible, ordonnée et isolée, éloignée du stress de la vie urbaine. Le personnage Addie Follet a une passion mystique pour la mer.

1879 Le duc de Stockbridge. Edward Bellamy publie en série cette romance historique traitant de la rébellion de Shays (1786-87). Son cousin, Francis Bellamy, le terminera et le publiera sous forme de livre en 1900. Le roman se déroule dans l'ouest du Massachusetts et dépeint des vétérans de la guerre d'Indépendance qui croient qu'ils ont troqué le règne d'un roi contre le règne des « riches ». C'est la glorification de l'armée par Edward et son objectif d'utiliser l'armée pour prendre le contrôle du gouvernement et de toute la société. Voir http://www.gutenberg.org

1879 Les Moulins Bretons - Une romance de Charles Joseph Bellamy est publiée G.P. Les fils de Putnam à New York.

1880 Edward et son frère Charles fondent un trihebdomadaire, le Springfield Penny News, qui devient le Springfield Daily News.

1880 Dr. Heidenhoff's Process par Edward Bellamy est publié à New York, par D. Appleton and Co. 1880 voir http://www.gutenberg.org
Il s'agit d'un médecin qui peut éradiquer les mauvais souvenirs de l'esprit d'un individu afin qu'il puisse à nouveau être heureux dans la vie. Cela aurait été un processus précieux pour éradiquer les mauvais souvenirs de l'ensemble socialiste (dont l'Holocauste faisait partie):

60 millions massacrés sous l'Union des Républiques socialistes soviétiques

50 millions sous la République populaire de Chine

20 millions sous le Parti national-socialiste des travailleurs allemands. http://rexcurry.net/wholecaust-museum.html

1882 Naissance de Franklin Delano Roosevelt.

1882 Edward Bellamy épouse Emma Sanderson. Elle vivait avec la famille Bellamy depuis l'âge de treize ans et Edward l'appelait « remorqueurs ». Edward s'était initialement opposé à l'idée du mariage, et il l'a dit à Emma après qu'elle lui ait avoué son amour pour lui. Les points de vue d'Edward sur le mariage auraient pu être similaires aux points de vue de son frère, Charles, quelque peu expliqués plus tard dans le livre de Charles "An Experiment in Marriage" (1889). Edward a embrassé l'idée du mariage après qu'Emma se soit fiancée à un autre homme. Edward et Emma ont eu deux enfants.

1884 La soeur de Mlle Ludington (A Romance of Immortality) d'Edward Bellamy est publié à Boston, par J.R. Osgood and Co. voir http://www.gutenberg.org

1884 ou 1885 La sortie : Suggestions pour la réforme sociale, de Charles J. Bellamy (Putnams), bourdonne sur la répartition équitable des richesses. Arthur Morgan a déclaré qu'il "est à bien des égards aussi audacieux et radical dans ses propositions que l'est la propre utopie d'Edward Bellamy". La présentation d'Edward dans Looking Backward est comparable à celle utilisée par Charles dans L'issue. Il est mentionné dans The Nation Magazine Volume: 040, Issue # 1024 of February 12, 1885. Comparez également Edward's Comment y arriverons-nous en 1891.

1886 Émeute de Haymarket Square à Chicago

1886 Le Dr Edward Aveling et son épouse Eleanor -la fille de Karl Marx- ont écrit que lorsqu'ils ont fait une tournée aux États-Unis et ont prêché l'évangile du socialisme aussi loin à l'ouest que le Kansas, ils ont été surpris par la prévalence de ce qu'ils ont appelé le « socialisme inconscient » et que le « peuple américain... attendaient d'entendre dans leur propre langue ce qu'est le socialisme ».

1887 La bible du socialisme militaire d'Edward Bellamy "Looking Backward" est publiée et devient un best-seller international traduit dans toutes les langues principales, y compris le russe, le chinois et l'allemand, et inspire la création de 167 "clubs nationalistes" dans le monde entier. En son temps, il n'était vendu que par Oncle Tom's Cabin et Ben-Hur (situé à Rome). Le livre apparaît par titre dans de nombreux écrits marxistes majeurs de l'époque. "C'est l'un des rares livres jamais publiés qui a créé presque immédiatement après son apparition un mouvement politique de masse." (Eric Fromm, p vi) 165. Le livre était populaire parmi l'élite de la Russie pré-révolutionnaire, et la femme de Lénine était connue pour avoir lu le livre, car elle en avait écrit une critique. voir http://www.gutenberg.org

1888 (novembre) Bellamy passa personnellement un contrat avec un interprète pour traduire Looking Bacward en allemand. À la fin de l'année, les ventes du livre ne dépassaient pas dix mille, mais les ventes ont augmenté rapidement par la suite. (voir Morgan, p. 65).

1888 Un moment de folie de Charles Joseph Bellamy est publié à New York, par A. L. Burt.

1888-91 (juin) Edward Bellamy devient rédacteur en chef de The Nationaliste magazine et la « Nationalist Educational Association » (NEA) est formé pour publier le magazine et il est nommé avec une similitude délibérée avec la National Education Association. http://rexcurry.net/nationalistmagazine.jpg

1888 James Upham dans le département Premium du Compagnon de la jeunesse lance son School Flag Movement, une campagne de quatre ans pour mettre des drapeaux américains dans les écoles publiques afin de promouvoir la fin des écoles non gouvernementales et de promouvoir le « nationalisme ».

1888 (décembre) Création du premier club nationaliste à Boston pour discuter et mettre en œuvre les principes de Looking Backward Francis Bellamy est membre fondateur.

1888 Les clubs nationalistes obtiennent le soutien de la Société théosophique et de Madame Helena Petrovna Blavatsky. Les mentions de Blavatsky Regarder en arrière et son auteur a eu un impact financier clair sur le Nationalisme selon Arthur E. Morgan dans sa biographie, Edward Bellamy, 1948, pp. 260-75 voir aussi The Key to Theosophy par H. P. Blavatsky, pp. 44-5. -- K.V.M.]
Les théosophes voyaient dans le mouvement nationaliste un moyen pratique de promouvoir leur « idéal de fraternité universelle ». Un symbole pour Madame Blavatsky et la Société théosophique comprend une croix gammée ou hakenkreuz http://rexcurry.net/bellamy-blavatsky-brooch.gif Son livre "La doctrine secrète, la synthèse de la science, de la religion et de la philosophie" est considéré comme son magnum opus et a été initialement publié en deux volumes en 1888. Le succès de la publication a coïncidé avec "Looking Backward" d'Edward Bellamy et avec son mouvement nationaliste. Dans La Doctrine Secrète, Blavatsky postule que les "Aryens" sont la cinquième de ses "races racines", les datant d'il y a environ un million d'années, les faisant remonter à l'Atlantide. C'était une idée également reprise par Alfred Rosenberg, et retenue comme doctrine par la Société de Thulé. L'idée a finalement influencé le Parti national-socialiste des travailleurs allemands. Blavatsky a beaucoup voyagé en Allemagne, en Inde et dans le monde entier (Le monde ésotérique de Madame Blavatsky : Réminiscences et impressions de ceux qui l'ont connue par Daniel H. Caldwell : Chapitre 14, Allemagne et retour en Inde 1884-1885 Chapitre 15, De l'Inde à l'Italie et à l'Allemagne, 1885 Chapitre 16, Allemagne 1886).

1889 (18 février) Création de la Société des socialistes chrétiens à Boston. Francis Bellamy est vice-président en charge de l'éducation.

1889 Regarder en arrière a été traduit et publié en Suède et au Danemark, et une traduction norvégienne, Tilbageblik, a été publiée aux États-Unis au début des années 1890. Le « programme Det nationalistiske » a été discuté dans la revue norvégienne à large diffusion Kringsjaa, et d'autres périodiques et journaux norvégiens ont inclus des rapports sur le mouvement nationaliste pendant sa période de pointe d'activité. Voir Lars Ahnebrink, "A Contribution to Scandinavian Socialism" dans Bowman et al., Edward Bellamy Abroad, 261–82114.

1889 Hitler né le 20-4-1889. Mort en 1945.

1889 Edward Bellamy a écrit la nouvelle, « Un écho d'Antietam », dans laquelle il glorifie le militarisme via un groupe d'hommes marchant pour rejoindre l'armée de l'Union.

1889 Une expérience dans le mariage de Charles Joseph Bellamy est publié par Albany Book Co.

1889 Edward Bellamy écrit « À qui cela peut venir » imprimé dans le mensuel nationaliste. Il y décrit l'évolution des hommes pour se rendre compte que « la vie est cachée dans nos frères, dans la race » et non dans le « petit moi ». On dit que l'égoïsme est un suicide. Plus tard, le monde verra que le socialisme est un suicide.

1890 Étaient-ils des pécheurs ? par Charles Joseph Bellamy est publié à Springfield, Mass., par Author's Pub. Co.

1890 (octobre) The Theosophist approuve Edward Bellamy, son livre, et le Parti nationaliste, et fait des remarques sur les théosophes impliqués dans la formation du parti et agissant comme ses « travailleurs et partisans les plus actifs et les plus ardents ». p 62. Il y a aussi une remarque au sujet de la traduction en allemand de « La clé de la théosophie » (p. 61). http://www.amazon.com/Theosophist-October-1890-April-1891/dp/1417921811/ref=si3_rdr_bb_product/104-2419291-8946309

1890 (13 novembre 1890) Edward Bellamy a écrit pour L'Union Chrétienne, "Quelques idées fausses sur le nationalisme." Dans l'article, il déclare : « Le nationalisme n'est pas basé sur la maxime 'À chacun selon ses besoins, de chacun selon ses capacités.' Bien sûr, pour des raisons de conscience, chaque homme est tenu de faire tout ce qu'il peut, et les besoins des autres sont des revendications sacrées sur son service, mais les capacités et les besoins sont indéterminés, et ne pourraient donc pas être la base d'une réglementation pour être appliqué par la société. Le principe du nationalisme est le suivant : de tous également à tous également. »

1891-94 Edward Bellamy devient rédacteur en chef du New Nation.Il y écrit des chroniques sur les "Talks on Nationalism". Bellamy vendrait son hebdomadaire combiné à celui de Karl Marx. Capitale comme un forfait. http://rexcurry.net/edward-bellamy-karl-marx.jpg

1891 (30 janvier) Edward Bellamy Comment y arriverons-nous est publié dans la Twentieth Century Library, No. 30, Fortnightly, New York.
comparer La sortie : Suggestions pour la réforme sociale, par Charles Bellamy en 1885.

1891 (juillet) Francis Bellamy défend ouvertement et publiquement la forme de socialisme d'Edward Bellamy dans l'article "The Tyranny of All the People" dans The Arena July, 1891 (p. 180-191). "Les socialistes croient en l'extension intrépide du gouvernement parce qu'ils ont une idée claire et élevée de la nation comme une relation organique en dehors de laquelle l'individu ne peut pas se réaliser." Et « Le gouvernement démocratique, si socialiste qu'il puisse devenir, n'est rien d'autre qu'une démocratie exprimant sa propre volonté. Si l'individu est amené à abandonner certaines de ses libertés pour le bien de tous, il s'abandonne à un paternalisme de tout le peuple. C'était mieux. appelé, une fois pour toutes, un fraternalisme. Le socialisme vise à produire un environnement où non seulement la Règle d'Or, mais la Loi de l'Amour auront une chance vivante." La "République de la règle d'or" est une référence à la société socialiste autoritaire dans laquelle Julian West se réveille dans le livre d'Edward Bellamy "Looking Backward".

Les publicités de 1891 répertorient ensemble les livres de Charles Bellamy, Edward Bellamy et Karl Marx http://rexcurry.net/bellamy-charles-brother1891.pdf
et sur http://rexcurry.net/bellamy-charles-edward1891.pdf

1892 L'année où Francis Bellamy a écrit le serment d'allégeance était l'année d'ouverture du poste d'immigration d'Ellis Island. Beaucoup de gens, y compris les Bellamy, craignaient l'immigration et les « nouveaux immigrants » venant d'Europe du Sud et de l'Est et du pourtour méditerranéen. La plupart des immigrants n'avaient pas la foi chrétienne protestante connue de la majorité des Américains. Selon les mots d'Emma Lazarus, ils étaient les « déchets misérables » des « rivages grouillants » plus anciens (son célèbre poème utilisant ces mots a été apposé sur la Statue de la Liberté). La marée de l'immigration a atteint ses plus hauts sommets. Le sectarisme à la Bellamy s'est développé.

1892 (4 juillet) Edward Bellamy écrit « Fourth of July 1992 » dans le Boston Globe. Le révisionnisme historique de Bellamy redéfinit la Révolution américaine comme menant inexorablement à son fantasme utopique et l'article fait allusion à « Looking Backward » en prédisant, d'ici 1992, une « nouvelle déclaration d'indépendance » qui promulguera le dogme de Bellamy et abolira les distinctions de « » employeur et employé, capitaliste et prolétaire » et qu'il viendra « pacifiquement ou de force ».

1892 En août, Francis Bellamy termine la rédaction du Serment d'allégeance (avec un salut du bras tendu). James Upham et Francis Bellamy étaient rédacteur en chef et rédacteur en chef adjoint du Compagnon de la jeunesse à l'époque. Francis avait reçu la mission de préparer une célébration pour Columbus Day, et il utilise la mission comme excuse pour épouser son dogme. The Pledge est publié dans le magazine "Youth's Companion" le 8 septembre 1892, avec un article ("The Meaning of the Four Centuries") dans lequel le révisionnisme historique de Francis Bellamy redéfinit la "découverte de l'Amérique" de Colomb comme menant inexorablement au Bellamy. fantasme utopique. L'article fait allusion à « Looking Backward » en prédisant une prise de contrôle de l'éducation par le gouvernement qui finira par adopter le dogme de Bellamy. C'était aussi un moyen pour Bellamy et Upham de se comporter comme les socialistes le font toujours et d'utiliser le gouvernement pour séparer les gens de leur argent dans les écoles publiques (écoles socialistes) en plaçant des drapeaux dans chaque école. C'est un processus encore suivi aujourd'hui (En Floride, une loi a été imposée dictant que les drapeaux dans les écoles étaient trop petits et ordonnant que des drapeaux plus grands soient placés dans chaque salle de classe, y compris les classes collégiales et universitaires http://rexcurry.net/debate- florida-legislature.html . D'énormes sommes d'argent ont été gaspillées pour se conformer au nouveau diktat).

1892 (12 octobre, Columbus Day, le 400e anniversaire) Francis Bellamy était président d'un comité des surintendants de l'éducation de la National Education Association et il a utilisé la NEA pour promouvoir son engagement et son dogme (y compris une prise de contrôle par le gouvernement de toutes les écoles). Les écoles publiques commencent à imposer et institutionnaliser la ségrégation par la loi et à enseigner le racisme comme politique officielle.

1894 Henry Demarest Lloyd dit de Regarder en arrière, que le livre a été « débattu par tous jusqu'au cirage du coin ».

1895 New York est devenu le neuvième État à exiger l'affichage du drapeau national dans les écoles publiques.

1896 Plessy v. Ferguson est décidé par la Cour suprême des États-Unis qui maintient une loi gouvernementale imposant et exigeant des sièges séparés mais égaux sur les chemins de fer, et ce raisonnement est appliqué aux écoles publiques qui imposent la ségrégation et enseignent le racisme.

1897 Le livre "Equality" d'Edward Bellamy est publié, la suite de "Looking Backward". La "croix gammée américaine" apparaît pour la première fois comme le "symbole de l'égalité" ( = ) répété sur toute la couverture du livre "Equality". http://rexcurry.net/bellamy-edward-equality-swastika.jpg Alors que la croix gammée/hakenkreuz était le symbole des nationaux-socialistes allemands, le "signe égal" était la "croix gammée" des nationaux-socialistes américains. Bellamy a écrit : « Le nationalisme n'est pas basé sur la maxime 'À chacun selon ses besoins, de chacun selon ses capacités.' Bien sûr, pour des raisons de conscience, chaque homme est tenu de faire tout ce qu'il peut, et les besoins des autres sont des revendications sacrées sur son service, mais les capacités et les besoins sont indéterminés, et ne pourraient donc pas être la base d'une réglementation pour être appliqué par la société. Le principe du nationalisme est le suivant : de tous également à tous également. » (Quelques idées fausses sur le nationalisme, par Edward Bellamy dans The Christian Union, 13 novembre 1890). Le livre Égalité continue l'histoire de Julian West dans l'avenir totalitaire de Bellamy du national-socialisme. En tout ou en partie, il a été traduit en danois et en suédois. voir http://www.gutenberg.org

1898, la législature de l'État de New York impose la première loi obligeant les enfants des écoles publiques à scander robotiquement l'engagement du socialiste. D'autres États suivent.
La législature a exigé que le commissaire à l'éducation fournisse les programmes et le ministère de l'Éducation a publié un livre sur l'histoire du drapeau avec des leçons et des cérémonies suggérées en 1910. L'engagement Balch original était alors recommandé pour les classes élémentaires. Voici un exemple ultérieur concernant le serment d'allégeance http://rexcurry.net/reciting-the-pledge-of-allegiance1918.jpg

1898 Le monde de l'aveugle et autres histoires par Edward Bellamy [Int. par Howells, W. D.] est publié à Boston et à New York, par Houghton, Mifflin and Co.
Le livre est une collection d'histoires courtes, dont l'histoire-titre écrite en 1885, dans laquelle "l'âme de rêve d'un astronome est transportée sur Mars et communique avec ses habitants humains avancés".

1898 Edward Bellamy meurt de consomption (tuberculose). Son livre "Looking Backward" détaille sa weltanschauung, mais il n'a pas eu à revenir sur la plupart des massacres socialistes du monde. Bien qu'Edward Bellamy ait été un échec cuisant à West Point, il aimait le militarisme prussien et le système éducatif prussien et, selon Tom Peyser, "Sur son lit de mort, il a fait passer les heures en arrangeant des soldats de plomb le long des plis de sa couverture."

1900 Francis Bellamy achevé et publié sous forme de livre le travail d'Edward Bellamy 1879 Le duc de Stockbridge. Le roman historique traitant de la rébellion de Shays avait été publié en série en 1879. voir http://www.gutenberg.org

1905, une traduction finlandaise de « Egalité » a été publiée en 1905 à Hancock, Michigan.

1905 « En 1905, des Américains formés à la Prusse, ou des Américains comme John Dewey qui ont fait leur apprentissage auprès de mains formées à la Prusse, étaient aux commandes de chacune de nos nouvelles institutions de formation des enseignants scientifiques : Columbia Teacher’s College, l'Université de Chicago, Johns Hopkins , l'Université du Wisconsin, Stanford", selon l'auteur John Taylor Gatto. « La domination de la vision prussienne et la domination générale de la philosophie et de la pédagogie allemandes étaient un fait accompli parmi les dirigeants de l'école américaine. » Et, « Vous devriez vous en soucier pour la raison impérieuse que les pratiques allemandes ont été utilisées ici pour justifier le retrait de matériel intellectuel du programme, cela peut expliquer pourquoi vos propres enfants ne peuvent pas penser. C'était la manière prussienne de former seulement un cadre de direction à penser. " Et, " De tous les hommes dont la vision a excité les architectes du nouveau Machine scolaire américaine, les plus excitantes étaient un philosophe allemand nommé Hegel et un médecin allemand nommé Wilhelm Wundt. , avec le virus allemand) . a astucieusement parrainé et promu une tournée américaine pour le médecin autrichien Sigmund Freud afin que Freud puisse vulgariser sa théorie selon laquelle LES PARENTS ET LA FAMILLE ÉTAIT LA CAUSE E DE PRATIQUEMENT TOUS LES DÉSADAPTATIONS (c'est nous qui soulignons) – raison de plus pour retirer leurs petites machines pour la sécurité des écoles." Et, " La formation des enseignants en Prusse a été fondée sur trois prémisses, que les États-Unis ont par la suite empruntées. La première d'entre elles est que l'État est souverain, le seul véritable parent des enfants. Son corollaire est que les PARENTS BIOLOGIQUES SONT LES ENNEMIS DE LEUR PROVENANCE Quand l'Allemagne Froebel a inventé la maternelle, ce n'était pas un jardin pour les enfants qu'il avait en tête mais un jardin d'enfants, dans lequel les enseignants nommés par l'État étaient les jardiniers des enfants. La maternelle est destinée à PROTÉGER LES ENFANTS DE LEURS PROPRES MÈRES " Et, « Le dispositif le plus connu pour briser la volonté des jeunes, pratiqué pendant des siècles dans les classes supérieures anglaises et allemandes, était la séparation du parent et de l'enfant À UN ÂGE PETIT. Voici maintenant une institution soutenue par le pouvoir de police de la l'État pour garantir cette séparation. . »

1907, le salut des États-Unis est utilisé dans une scène romaine fictive du film américain "Ben-Hur".

1908 le salut se produit au cinéma dans le "Nerone" italien.

1910 Mort de CHARLES JOSEPH BELLAMY (il est né en 1852).

En 1913, la Federal Reserve Act est imposée, élargissant la capacité du gouvernement à imprimer, contrefaire et gonfler de l'argent, entraînant davantage de dépressions créées par le gouvernement, y compris la Grande Dépression en 1929.

Première Guerre mondiale 1914-1918. Hitler a décerné la Médaille de la Croix de Fer (Ritterkreuz - "Cavalier Cross" ou "Chevalier Croix") . En novembre 1918, le Kaiser et la Maison Hollenzollern étaient tombés. La « patrie » était désormais une république. La guerre était finie.

1914 le salut se produit au cinéma dans "Spartaco" et "Cabiria".

1915 Une édition commémorative de "Looking Backward" est publiée avec une introduction par Sylvester Baxter du Boston Herald, l'un des premiers membres du Boston Nationalist Club en 1888.

1916 Les Wonder Children, leurs quêtes et leurs curieuses aventures, par Charles J. Bellamy. La société MacMillan. 321 pages. Histoires du réveillon de Noël, des trois poissons, de la grotte enchantée, du mauvais garçon, de la clé dorée, du miroir magique, du garçon qui taquinait, des enfers et des trois vœux.

1919 à l'imitation de ces films, le soi-disant "Consul" italien Gabriele D 'Annunzio a emprunté le salut comme outil de propagande pour ses ambitions politiques lors de son occupation de Fiume en 1919. Auparavant, D'Annunzio avait travaillé avec Giovanni Pastrone dans son colossal épique Cabiria (1914). Mussolini avait travaillé avec D'Annunzio.

1919 Anton Drexler, Gottfried Feder et Dietrich Eckart forment ce qui deviendra le parti nazi, et ils utilisent le nom de « Parti des travailleurs allemands ».

1919 L'acte le plus infâme du Parti de la Prohibition a eu lieu en 1919, avec l'adoption du 18e amendement, qui interdisait l'alcool. L'interdiction nationale en vertu du 18e amendement a été abrogée par le 21e amendement en 1933. L'interdiction moderne continue tout comme la perte des droits individuels. Edward et Francis ont soutenu la prohibition. En savoir plus sur http://rexcurry.net/drugs-prohibition-party-today.html

1920 Francis Bellamy prononce le discours "The Pledge of Allegiance: How I Came to Write It" au New York City Stadium.

1920, le Parti national-socialiste des travailleurs allemands (Parti nazi) prend son nom. Le programme du parti comprend la version allemande de l'escroquerie à la sécurité sociale « Nous exigeons que de généreuses améliorations soient apportées aux pensions de vieillesse » et un rachat des écoles par le gouvernement.

1920 Un autre promoteur mystique de l'Inde et de l'Allemagne du national-socialisme était Savitri Devi. Connue sous le nom de « prophétesse hindoue aryenne », elle croyait qu'Hitler était un avatar ou un dieu venu sur terre. Née Maximiani Portas, elle est devenue une fervente admiratrice d'Hitler dans les années 1920, a déménagé en Inde en 1932 en raison de son système de castes et a pris un nom hindou. Plus tard, ses écrits ont été republiés et elle a gagné de nouveaux fans dans les années 1970 alors qu'un nouvel intérêt pour le national-socialisme se répandait. Devi est décédée en 1982, mais l'auteur se vantait que sa combinaison de religion hindoue et d'idéologie raciale nordique était devenue un pont entre le national-socialisme et les mouvements New Age.

Dans les années 1920, le mouvement German American Bund se compose de nationaux-socialistes américains qui soutiennent les nationaux-socialistes allemands. Pendant ce temps, les nationaux-socialistes américains (et leurs enfants dans les écoles publiques) prêtent allégeance au drapeau en utilisant le salut du bras droit. http://rexcurry.net/pledgeapology.html

1922 Francis Bellamy se retire à Tampa, en Floride, et continue de parler et d'écrire sur sa paternité de l'engagement.

1923 Article de Francis Bellamy dans Elks Magazine : « Un credo national de vingt-trois mots : comment la formule patriotique la plus connue en Amérique est entrée en existence. »

1923 Lénine, le fondateur bolchevique (pas Staline), commence son premier camp de concentration (le Goulag) aux îles Solovetsky -ou Solovki- un chapelet de petites îles de la mer Blanche près du cercle polaire arctique.

1924 Le magazine Elks de juin 1924, vol. 3, l'édition n°1 contient "Un credo national de vingt-trois mots" de Francis Bellamy avec des photos de correspondance. Par conséquent, Bellamy a continué à promouvoir son dogme national-socialiste et le salut du bras raide (et le chant robotique aux drapeaux) parmi divers groupes civiques, comme les Bellamys l'avaient fait lorsqu'ils étaient francs-maçons dans les loges maçonniques. http://rexcurry.net/1qb1.html

1925 Mein Kampf est publié et les termes « nazi » et « fasciste » ne sont jamais utilisés dans le livre en référence au Parti. Les termes « socialiste » et « national-socialiste » sont utilisés de façon répétitive en référence au Parti.

1925 Everybody's Magazine FÉVRIER contient un article de Francis Bellamy.

1927 Le mouvement hollandais Bellamy émerge aux Pays-Bas.

1929 Francis Bellamy est cité dans le journal Tampa Tribune au sujet de la promesse et de sa paternité.

1930 percées électorales pour le Parti national-socialiste des travailleurs allemands.

Années 1930 L'épouse et la fille Edward Bellamy (1850–82111898) ont été des personnages clés dans le regain d'intérêt pour Bellamy et ses écrits au cours des années 1930 pendant la dépression créée par le gouvernement. Avec plusieurs autres personnalités notables, dont le journaliste Heywood Broun et l'éducateur John Dewey, les deux femmes Bellamy faisaient partie de ce que Broun a appelé un mouvement « Back to Bellamy ». La fille, Mme Earnshaw, a tenté de relancer le mouvement nationaliste d'Edward et elle a été présidente de l'Alliance internationale des clubs Bellamy.

1930 (juin) Le Smoot-Hawley Tariff Act a imposé les tarifs les plus sévères de l'histoire des États-Unis. Il est vendu comme « nationalisme » pour « protéger » les agriculteurs contre les étrangers. Elle provoque la pauvreté, la misère et exacerbe la dépression mondiale et la rend « Grande » et durable.

1931 Francis Bellamy meurt à Tampa, en Floride, à l'âge de 76 ans. Il est décédé juste au moment où ses idées de salut et d'amp devenaient encore plus infâmes. Il a vécu assez longtemps pour voir une partie du massacre socialiste dans l'Union des Républiques socialistes soviétiques et le début du Parti national-socialiste des travailleurs allemands singeant son salut du bras droit.

1931 Looking Backward publié dans une nouvelle édition avec une introduction par le journaliste Heywood Broun. Broun a suggéré: "Beaucoup de questions à la fois d'humeur et de technique sont encore plus pertinentes en 1931 qu'elles ne l'étaient en 1887." (Un commentaire effrayant alors que le Parti national-socialiste des travailleurs allemands a suivi l'Union des Républiques socialistes soviétiques dans un massacre de masse).

1932 L'égalité d'Edward Bellamy est à nouveau publiée par D. Appleton and Company de New York et Londres 1932. Montre également le copyright de 1924, par Mme Emma Bellamy Hadley. http://rexcurry.net/equality.html

1933 (3-4-1933) FDR prend ses fonctions et impose fébrilement des programmes socialistes dont les camps du Civilian Conservation Corps (CCC) gérés par les militaires.
http://rexcurry.net/bookchapter5a1.html

1933 (3-23-1933) la dictature est imposée par le chef du Parti national-socialiste des travailleurs allemands&# 8217.

1933, l'International Bellamy Association (IVB) est fondée à Rotterdam. À la fin des années 1930, l'IVB comptait environ 10 000 abonnés.

1933 Le Livre d'Or Magazine Date de parution : JUIN 1933 VOL. XVII, No. 102 " UNE SOLUTION POUR LE CHMAGE " par Edward Bellamy jaillit le dogme national-socialiste de Bellamy en Amérique après que les nationaux-socialistes allemands aient imposé la dictature.

1933, le premier camp de concentration commence sous le Parti national-socialiste des travailleurs allemands. Il utilisera la numérotation et éventuellement, à Aushwitz, le tatouage de numéros sur les victimes.

1933 "Back to Bellamy", par Heywood Broun dans World-Telegram (7-19-33), réimprimé dans Broun, It Seems to Me, 1925–82111935 (voir ci-dessous).

1933 L'idée du film "Looking Backward" est mentionnée dans une lettre du 29 août 1933 écrite par CARL LAEMMLE sur la papeterie Universal Pictures Corporation, écrite à Lester Anderson, un des premiers fans de science-fiction (voir Locus Volume 25:4 No.357 Oct 1990 ).

1933 Franklin Delano Roosevelt a été tellement impressionné par le livre de Bellamy "Looking Backward" que Roosevelt a écrit "Looking Forward"
http://rexcurry.net/fdr-franklin-delano-roosevelt-looking-forward.jpg sur la façon dont Roosevelt a imposé le national-socialisme de Bellamy en Amérique.
http://rexcurry.net/book11pledge-ch2a1a.html

1933 L'interdiction nationale en vertu du 18e amendement est abrogée par le 21e amendement. L'interdit moderne perdure aujourd'hui, tout comme la perte des droits individuels. Edward et Francis ont soutenu la prohibition. En savoir plus sur http://rexcurry.net/drugs-prohibition-party-today.html

1934 "Le triomphe de la volonté", réalisé par Leni Riefenstahl, montre le Parti national-socialiste des travailleurs allemands faisant défiler son armée industrielle.Conformément à leur dogme socialiste, Hitler est salué comme un « incarnation de l'altruisme » et les orateurs se réfèrent les uns aux autres comme des « camarades » qui provoqueront une « révolution du peuple et des travailleurs » pour mettre fin à la « lutte des classes » et créer « l'égalitarisme ." http://rexcurry.net/filmrev-triumph-of-the-will.html

1935 Lillian et William Gobitas refusent de se lever et de réciter la promesse à Minersville, en Pennsylvanie et sont persécutés et expulsés. Comme sous le nazisme, les Témoins de Jéhovah et d'autres aux États-Unis ont été persécutés pour avoir refusé d'effectuer le salut du bras tendu et de scander la promesse de manière robotique. Ils ont également été expulsés des écoles publiques et ont dû utiliser les nombreuses meilleures alternatives.

1935 Deux ans après la proclamation par Roosevelt d'un « new deal » pour l'Amérique, Broun écrit : « Je pense qu'il devrait y avoir un grand regain d'intérêt pour l'œuvre d'Edward Bellamy, car les notions qu'il a exprimées avant le début du siècle entrent en articulation et quelques-uns, en effet, en action." Broun, Il me semble, 1925–82111935 (New York : Harcourt, Brace, 1935), 207–821110.

En 1935, le Congrès des États-Unis a imposé l'escroquerie à la sécurité sociale et la numérotation nationale a commencé.

1935 L'Université de Columbia a demandé trois personnes : John Dewey, un philosophe Charles Beard, un historien et Edward Weeks, l'éditeur de Atlantique mensuel – pour répertorier les dix livres les plus influents de 1885 à 1935 sur les trois listes, préparées indépendamment, Regarder en arrière est apparu deuxième sur la liste, le premier étant Karl Marx’s Das Capital. Il montre comment le socialisme de Bellamy était comparé au socialisme de Marx pour le mélange ou comme alternative. Il est important de se rappeler qu'à cette époque de grande influence de Bellamy, le Parti national-socialiste des travailleurs allemands existait depuis 1920, avec des percées électorales en 1930 et une dictature en 1933.

1936 Mme Emma S. Bellamy et Mlle Marion Bellamy se sont adressées à une réunion publique à Portland sur les thèmes « Edward Bellamy tel que je le connaissais » et « Edward Bellamy aujourd'hui ».

1936 Jesse Owens a participé aux Jeux olympiques de 1936 en Allemagne nazie, tandis que ses voisins aux États-Unis fréquentaient des écoles publiques séparées où ils saluaient le drapeau avec le salut nazi.

1937 Edward Bellamy parle à nouveau ! Par la Peerage Press, première édition. http://rexcurry.net/bellamy-edward-speaks-again-francis-bellamy.jpg La diffusion des idées de Bellamy a été renforcée par ces « articles, discours, lettres » supplémentaires. http://rexcurry.net/bookchapter1a1h.html

1937 Le large intérêt international pour le dogme de Bellamy et le renouveau de cet intérêt dans les années 1930 sont reflétés par une édition de 1937 de "Looking Backward" traduite en espéranto (une langue internationale) par LL Zamenhof - et publiée sous les auspices de la Ligue internationale de Bellamy. aux Pays-Bas.

Publication en 1938 de « Talks on Nationalism ». Edward Bellamy est décédé en 1898, mais ce livre ravive son dogme aux États-Unis, en Allemagne et dans le monde entier.
Le national-socialisme de Roosevelt a coïncidé avec la publication en 1938 de « Talks on Nationalism » par Edward Bellamy. C'est un regard terrifiant sur la façon dont les socialistes aux États-Unis ont inspiré le nazisme (le Parti national-socialiste des travailleurs allemands). Edward Bellamy est mort en 1898, mais les gens ont rédigé ce livre en 1938 pour élargir les idées de Bellamy dans le monde entier, aux États-Unis (sous le national-socialisme de Roosevelt) et en Allemagne via les nazis.

1938 John Hope Franklin, « Edward Bellamy et le mouvement nationaliste », Le trimestriel de la Nouvelle-Angleterre, Vol 11, décembre 1938 p. 739-772

1939 Le U.S. Flag Association Committee examine la controverse sur la paternité et estime que Bellamy est l'auteur, pas Upham. Il examine les preuves présentées par David Bellamy et la famille de James Upham.

1939 Le Parti national-socialiste des travailleurs allemands et l'Union des Républiques socialistes soviétiques ont démontré le symbolisme de la croix gammée des socialistes se réunissant, en tant qu'alliés pour envahir la Pologne, dans le cadre d'un pacte visant à diviser l'Europe (le pacte Molotov-Ribbentrop, ou pacte nazi-soviétique) .

1940 Edouard Bellamy, La religion de la solidarité, éd. Arthur E. Morgan, Antioche Ex-libris Company. Publié à titre posthume.

1940, la Cour suprême des États-Unis décide qu'exiger des enfants Gobitas qu'ils saluent le drapeau ou qu'ils soient expulsés ne viole pas leur droit à la liberté d'expression. La violence se produit aux États-Unis contre des personnes qui ne font pas le salut du bras tendu ou ne chantent pas le serment. Les enfants Gobitas quittent les écoles publiques pour de meilleures alternatives.
La décision de la Cour s'ajoute à la longue histoire de persécution et de violence du Pledge. Il y a des violences étudiantes, des violences d'enseignants, des violences policières et des violences de foule. Il y a eu des arrestations et des poursuites. Les enfants sont enlevés à leurs parents sur la demande du gouvernement de «parentalité inapte» si les enfants ne sont pas obligés de s'engager. Certains enfants ont été expulsés des écoles publiques et ont dû utiliser les nombreuses meilleures alternatives. Les écoles gouvernementales ont ensuite persécuté ces écoles non gouvernementales. Pendant ce temps, les écoles du gouvernement ont imposé la ségrégation par la loi et ont enseigné le racisme comme politique officielle. Le comportement des États-Unis était un exemple pendant trois décennies avant les nazis. Comme sous le nazisme, les Témoins de Jéhovah, les Noirs et les Juifs et autres aux États-Unis fréquentaient des écoles publiques qui dictaient la ségrégation, enseignaient le racisme et persécutaient les enfants qui refusaient de faire le salut du bras droit et de chanter robotiquement la Promesse. Les Bellamy ont soutenu la prise de contrôle de l'éducation par le gouvernement.

1941 Début du tatouage des prisonniers des camps de concentration à Auschwitz.

1941 (7 décembre) attaque sur Pearl Harbor. Les États-Unis entrent dans la Seconde Guerre mondiale contre le Japon.

1941 (11 décembre) L'Allemagne et l'Italie déclarent la guerre aux États-Unis et les États-Unis rendent la pareille.

1942 (22 juin) l'engagement a été reconnu par le Congrès dans le Code du drapeau, le salut à bras tendu est remplacé par la main sur le cœur. En 1942, après l'entrée en guerre des États-Unis contre l'Allemagne, le salut est passé du salut du bras raide à la main sur le cœur. Le changement était la forme sur le fond. Les enfants de certaines écoles publiques (écoles socialistes) ont appris que, désormais, ils seraient obligés d'exécuter le chant robotique avec la main droite sur le cœur afin de remplacer l'obéissance aveugle précédente représentée par le vieux salut au bras raide utilisé par l'allemand. nationaux-socialistes que les enfants avaient été forcés de jouer dans le passé. À cette époque, les enfants étaient encore expulsés et persécutés pour avoir refusé de participer, même avec le rituel « nouveau et amélioré ».

1942 correspondance commence entre Margarette S. Miller et d'autres concernant son enquête sur la paternité de l'Engagement.

1943, la Cour suprême se renverse et décide que les étudiants ne peuvent pas être forcés de réciter l'engagement West Virginia Board of Education v. Barnette

Même après le national-socialisme allemand, les écrivains ont continué à couvrir les Bellamy et à ignorer toute comparaison

1944 Elizabeth Sadler, « L'influence d'un livre : celle d'Edward Bellamy Regarder en arrière" Le trimestriel de la Nouvelle-Angleterre, Vol 17, décembre 1944, 530-555

1944 : L'armée allemande adopte le salut du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (qui était en fait le salut « américain » du premier serment d'allégeance de Francis Bellamy). L'armée allemande abandonne le salut militaire standard. Les nationaux-socialistes allemands savent probablement que le gouvernement national aux États-Unis a essayé de faire abandonner le salut du bras raide aux États-Unis (à partir de 1942).

1944 ou 1945 Arthur E. Morgan, La philosophie d'Edouard Bellamy, King's Crown Press, 1945

1944 L'influence d'un livre "Looking Backward" d'Edward Bellamy d'Elizabeth Sadler dans The New England Quarterly, Vol. 17, No. 4 (Dec., 1944), pp. 530-555 fait référence à la nouvelle biographie faisant autorité d'Arthur E. Morgan et déclare « La fille et la veuve de l'auteur rapportent que ces dernières années, elles ont entendu des groupes de Bellamy dans Nouvelle-Zélande, Suisse, France, pays scandinaves [et cetera].

1945 (22 mai) Paul Bellamy, fils d'Edward Bellamy et rédacteur en chef du Cleveland Plain Dealer, écrit une introduction au livre de son père "Looking Backward" (publié par la World Publishing Co., de Cleveland Ohio). Il est intéressant de noter que Paul ne mentionne pas le Parti national-socialiste des travailleurs allemands, ni l'Union des Républiques socialistes soviétiques, ni même la Seconde Guerre mondiale, dans cette introduction au livre de son père le 22 mai 1945.

1945 Bien que le Parti national-socialiste des travailleurs allemands ait transformé le symbole de la croix gammée en formes de « S » superposées pour le « socialisme », la Société théosophique n'a pas modifié la croix gammée sur son logo jusqu'à ce que le NSDAP démontre le dogme mortel du socialisme au monde. http://rexcurry.net/bellamy-blavatsky-brooch.gif
Par la suite, la Société Théosophique a changé son logo afin que les lettres "S" soient maintenant inversées et leur forme a été modifiée pour rendre le symbole moins apparent.
http://rexcurry.net/theosophy-madame-blavatsky-theosophical-society.html La Société Théosophique existe toujours. Il est remarquable de noter qu'au moment où ceci a été écrit, la Société Théosophique d'Amérique (TSA) a continué à maintenir sa succursale de Springfield à Edward Bellamy House, 93 Church Street, Chicopee, MA ainsi que sa bibliothèque.

1945 (30 mai) (quelques semaines seulement après la fin de l'occupation allemande). Le National Bellamy Party (NBP) est fondé par un groupe de six dirigeants de l'International Bellamy Association (IVB) à Groningue. Le président du parti était J. Derksen Staats. L'IVB, qui a été réorganisé après la guerre, n'a pas soutenu activement l'idée d'un parti politique.

1945 (15 août la Seconde Guerre mondiale se termine par la capitulation du Japon). Pourtant, le Wholecaust socialiste (dont l'Holocauste faisait partie) se poursuivra pendant des décennies :

60 millions massacrés par l'Union des Républiques socialistes soviétiques

50 millions par la République populaire de Chine (et le précédent

20 millions par le Parti national-socialiste des travailleurs allemands).

1947 (avril) Van den Muyzenberg et la majorité des membres du National Bellamy Party (NBP) partent pour rejoindre le Parti progressiste pour un gouvernement mondial.

1949 (1er octobre) Mao Zedong promeut également l'idée d'un gouvernement mondial, et il proclame la fondation de la République populaire de Chine. Une effusion de sang massive s'ensuit.

1952 Programmes de cérémonie de remise des prix du jour du drapeau (1952 et 1954), organisés par Margarette S. Miller

1952 Le matériel d'engagement est présenté à la bibliothèque de l'Université de Rochester par David Bellamy le 18 octobre 1952.

1954 Brown v. Board of Education commence à mettre lentement fin à la ségrégation imposée par la loi dans les écoles publiques, le racisme étant enseigné comme politique officielle. http://rexcurry.net/pledge-allegiance-pledge-allegiance.jpg Francis Bellamy et Edward Bellamy ont soutenu le gouvernement (socialisme) pour toutes les écoles. Lorsque le gouvernement a accordé leur souhait, il a imposé la ségrégation par la loi et a enseigné le racisme comme politique officielle. Avant 1943, le serment d'allégeance de Bellamy avait été imposé par la loi, et à des degrés divers, il était encore imposé en 1954 et est toujours imposé, même au-delà de l'an 2000 (notamment suite à l'imposition de l'État policier américain le 11/09/2001 ).

1955 L'Ordre de l'Étoile de l'Est érige une plaque commémorative en l'honneur de Francis Bellamy à Oriskany, New York.

1956 La controverse sur la paternité de Pledge a de nouveau surgi lorsque des reportages ont de nouveau affirmé la paternité d'Upham. La Bibliothèque du Congrès a nommé une équipe de clowns pour « finaliser » officiellement la décision quant à la paternité de l'Engagement. Le service de référence législative de la Bibliothèque du Congrès a publié un rapport affirmant que Francis Bellamy était l'auteur du Pledge en 1957. Margarette Miller a participé au travail et a écrit un livre à ce sujet en 1976.

1958 L'an 2000 : une biographie critique d'Edward Bellamy est publié par Sylvia E. Bowman. Ce n'est pas très critique du tout.

1960 Edition signée Edward Bellamy, Regard en arrière : 2000-1887 avec un attaquant d'Erich Fromm.

1962 Le matériel d'engagement est présenté à la bibliothèque de l'Université de Rochester par Mme David Bellamy le 16 janvier 1962.

1966 La NEA n'a intégré ses membres qu'en 1966 et ce n'est qu'à la fin des années 1960 que la NEA a commencé à soutenir agressivement la même idée dans la plupart des systèmes scolaires publics.

En mai 1966, les étudiants socialistes ont été encouragés à emporter des copies du petit livre rouge de citations de Mao. Ces "gardes rouges" ont utilisé ses citations pour attaquer les "intellectuels" (toute personne pas assez stupide pour embrasser le socialisme) avec des thèmes tels que "Corriger les idées erronées".

1967 et suiv. La pratique américaine du racisme officiel et de la ségrégation dans les écoles publiques a survécu à l'horrible parti nazi, dans les années 1960 et au-delà. Par la suite, l'héritage de Bellamy a provoqué davantage de racisme d'État policier lié aux bus forcés qui ont détruit les communautés et les quartiers et intensifié les hostilités.

1976 Margarette S. Miller écrit « Vingt-trois mots : l'histoire de la vie de l'auteur du serment d'allégeance telle qu'elle est racontée dans ses propres mots. L'introduction est de Frank P. Di Berardino III.

1986 Nancy Snell Griffith. Edward Bellamy : Une bibliographie. [Bibliographies d'auteurs d'épouvantails, no. 78] Metuchen, NJ : 1986. 185 pages.

1988 Peggy Ann Brown. "Edward Bellamy: An Introductory Bibliography," American Studies International, 26.2 (1988): 37-50.

1988 Richard Toby Widdicombe. Edward Bellamy : Une bibliographie annotée de critique secondaire. NY : Garland, 1988. 587 pages.

1991 Merritt Abrash a écrit "Looking Backward: Marxism Americanized" dans M.S. Cummings & N.D. Smith (Eds.), Utopian Studies IV (pp. 6-9). Lanham, MD : University Press of America.

1991 Selon Gail Collins ". beaucoup plus de travailleurs américains lisent Regard en arrière que jamais ne l'ont fait à travers Marx. " Tomorrow Never Knows, The Nation, Vol. 252, numéro 2, 21 janvier 1991.

2000 l'année où le livre de Bellamy a prédit un totalitarisme socialiste utopique. Le nombre de morts pour l'ensemble socialiste (dont l'Holocauste faisait partie) est le suivant :

60 millions par l'Union des Républiques socialistes soviétiques,

50 millions par la République populaire de Chine,

20 millions par le Parti national-socialiste des travailleurs allemands. C'est le pire massacre de l'histoire. Tous les musées de l'Holocauste peuvent quintupler leur taille et leur portée en ajoutant des musées de l'Holocauste.

2003 Le Dr Rex Curry, avocat, aide dans le cadre d'un litige contre le serment d'allégeance qui se déroule devant la Cour suprême des États-Unis. Dans le processus, le professeur Curry remarque que les médias ne diront pas la véritable histoire de l'auteur du serment et ne montreront aucune photo historique du salut original. RexCurry.net est formé pour remettre les pendules à l'heure.

2003 The Oregon Historical Quaterly, Spring 2003, Vol 104 Number 1, contient l'article "Looking Backwards at Edward Bellamy's Influence in Oregon, 1888-1936".

2004 Tampa Florida est l'endroit où Francis Bellamy est mort en 1931 et où son serment d'allégeance est mort aussi, beaucoup plus tard. RexCurry.net a exhumé Francis Bellamy, Edward Bellamy et le gage. Une autopsie atroce a été pratiquée.

2004 Une proposition commence que les musées de l'Holocauste peuvent quintupler en taille et en étendue en ajoutant des musées de l'holocauste, et que Francis Bellamy et le serment d'allégeance devraient être ajoutés aux musées comme à l'origine du salut à bras tendu et du dogme similaire qui a influencé l'holocauste socialiste .

2005 (23 décembre) Des reportages indiquent que Cameron Frazier a refusé de se lever et de réciter le serment d'allégeance au lycée de Boynton Beach et cela a déclenché une bataille constitutionnelle contre son professeur et le conseil scolaire du comté de Palm Beach. Le jeune de 17 ans affirme dans un procès fédéral qu'il a été ridiculisé et puni le 8 décembre lorsqu'il a refusé à deux reprises de se porter garant lors de son cours d'algèbre de quatrième période.

2005 (1er mars) Des reportages indiquent qu'un incident s'est produit dans le canton de Brick, dans le New Jersey. Une vidéo du comportement choquant se trouve sur http://rexcurry.net/pledge-of-allegiance-flag-nazis.html

AU-DELÀ : Au moment de la rédaction de cet article, des recherches sur Internet ont indiqué que le « Lucis Trust » http://www.lucistrust.org/ est une ONG accréditée par l'ONU (en « statut consultatif » auprès du Conseil économique et social des Nations Unies), et un contributeur financier officiellement reconnu aux Nations Unies. Le "Lucis Trust" est né de l'organisation lancée par Alice Bailey en 1922 lorsqu'elle a fondé la "Lucifer Publishing Company" pour publier ses écrits et ceux de Blavatsky et a également publié un magazine intitulé "Lucifer" dans lequel le dogme d'Edward Bellamy était promu. Blavatsky (1831-1891), avec sa « Société théosophique », est considérée comme la mère du socialisme New Age et du socialisme occulte moderne. Bailey (1880-1949, née Alice LaTrobe Bateman) a quitté le groupe de Blavatsky et a fondé sa propre "Arcane School", d'où le terme "New Age" lui-même est né.

Au moment de la rédaction de cet article, des recherches sur Internet indiquaient que l'Edward Bellamy Memorial Association et la Chicopee Historical Society et la Theosophical Society of America (bibliothèque de la TSA et succursale de Springfield) avaient leur siège social à Edward Bellamy House, 91 à 93 Church Street, Chicopee , MA. Des conférences récentes y ont inclus « Découvrir les secrets des annales akashiques » et « l'art-thérapie alchimique » et « Gnose : un ancien chemin d'illumination ». http://rexcurry.net/theosophy-madame-blavatsky-theosophical-society.html
Voici les coordonnées répertoriées : Edward Bellamy Memorial Association, Inc., Stephen Jendrysik, 91 Church Street, Chicopee MA 01020
TÉL : 413 594-6496 Courriel : [email protected]

CLIQUEZ POUR UNE PLUS GRANDE IMAGE D'ENGAGEMENT Edward Bellamy Salut nazi http://rexcurry.net/edward%20bellamy.jpg Edward Bellamy
Edward Bellamy et Francis Bellamy Salut nazi http://rexcurry.net/francis%20bellamy.jpg Edward Bellamy


Voir la vidéo: LOOKING BACKWARD 2000-1887 Novel By Edward Bellamy: Part 01 - Read By Dan Jones. Sleep Story


Commentaires:

  1. Colin

    Et toujours des variantes?

  2. Nekazahn

    Je peux vous recommander de visiter le site, sur lequel il y a beaucoup d'articles sur cette question.

  3. Matunde

    Brave, quel excellent message

  4. Kendriek

    L'opinion très drôle

  5. Jarmann

    Votre demande que je réponds - pas un problème.

  6. Gill

    Vous avez tort. Nous examinerons cela.

  7. Fauzil

    Votre idée est brillante



Écrire un message