Comment savons-nous que l'empire Tiwanaku existait réellement en tant qu'empire

Comment savons-nous que l'empire Tiwanaku existait réellement en tant qu'empire



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

L'article de Wikipédia ainsi que des articles scientifiques comme Janusek 2002 et Ortloff et Kolata 1993 traitent l'existence historique de l'empire Tiwanaku comme un fait sans offrir aucune preuve le corroborant.

Les articles ne sont pas en libre accès (désolé !) mais la perspective devient claire à partir des résumés. Les articles discutent ensuite des preuves archéologiques des modèles de peuplement, de la technologie, des artefacts, etc.

Je comprends que les études archéologiques peuvent offrir des preuves solides d'une civilisation culturellement et technologiquement avancée, mais comment peut-on établir que cette civilisation constituait un État ou un empire ?

Les cultures précolombiennes en Amérique du Sud n'avaient (presque certainement) aucun système d'écriture, donc les récits historiques contemporains n'existent pas. Y a-t-il peut-être des preuves provenant de sources historiques ultérieures?

J'ai jeté un bref coup d'œil à (une traduction anglaise de) "La première nouvelle chronique et bon gouvernement" de Guaman Poma, écrit par un membre de la noblesse provinciale péruvienne amérindienne. Il donne probablement le premier compte rendu complet de l'histoire inca et pré-inca de la région. Cependant, ce qu'il produit dans son chapitre sur l'histoire pré-inca ("Chapitre des âges des Indiens") est un mélange assez bizarre de récit biblique, de philosophie chrétienne espagnole contemporaine et de mythologie amérindienne. D'autres sources historiques sont probablement similaires.

En tout cas, je ne vois aucune valeur historique dans ce chapitre particulier de l'œuvre de Guaman Poma - mais peut-être que les historiens ne sont pas d'accord et parviennent à en tirer quelque chose d'utile ? Ou peut-être existe-t-il d'autres sources plus informatives ?


Eh bien, voici ce que Wikipédia dit actuellement sur le sujet :

Il existe de nombreuses théories sur le type d'État de Tiwanaku, une opinion est qu'il s'agissait d'un empire militaire de grande envergure, tandis qu'une autre théorie est qu'il était le centre des pèlerinages religieux régionaux et des routes commerciales des caravanes de lamas sans grande autorité politique. L'empire Tiwanaku était très probablement le résultat de la colonisation directe des régions voisines et de la domination culturelle sur des régions plus éloignées, où l'influence de Tiwanaku était basée sur la religion, la culture et le commerce au lieu du contrôle militaire et politique direct. L'empire ressemblait davantage à une fédération de communautés régionales autonomes pour lesquelles Tiwanaku était le centre de la religion, de la culture et du commerce.

Donc en gros, il y avait clairement une sorte de culture commune au sein de cette région, centrée sur Tiwanaku. Mais ils ne savent pas si c'était un empire militaire à part entière (comme disons l'empire asyrien), ou plus ou une relation de type colonial, comme la diaspora grecque du 8 av.


Des indices de religion mystérieuse découverts dans le plus haut lac du monde

Des artefacts en or, des coquillages précieux et des preuves de sacrifices d'animaux dans le lac Titicaca indiquent un système de croyances qui a aidé à organiser l'ancien État de Tiwanaku, affirment les chercheurs.

Il y a environ 1 200 ans, un récif au milieu du lac Titicaca dans ce qui est maintenant la Bolivie est devenu le dépositaire des biens les plus précieux d'un peuple. En 2013, une cache étincelante de ces objets a été déterrée par des archéologues sous-marins. Six ans plus tard, les chercheurs pensent qu'ils savent maintenant ce que représentent les objets, preuve d'une religion qui a aidé l'État de Tiwanaku à devenir une force dominante dans la région.

Les résultats des fouilles ont été révélés dans un article publié aujourd'hui dans la revue Actes de l'Académie nationale des sciences. Des objets en or, des ornements en métal, des pierres semi-précieuses et des brûleurs d'encens récupérés sur le site suggèrent que le récif, situé près de l'île du Soleil, qui abrite plusieurs sites sacrés de Tiwanaku, était autrefois utilisé comme site rituel pour l'ancien État.

Les anthropologues sont toujours en train de rassembler les détails de la religion qui a contribué à faire de l'État de Tiwanaku, qui existait entre environ 500 après JC et 1 000 après JC et s'étendait jusqu'au Chili et au Pérou à son apogée, si puissant. Le peuple de Tiwanaku n'a pas laissé de traces importantes de puissance militaire, et l'on pense que l'État a amassé l'influence de la religion et du commerce. Et bien que les archéologues aient découvert de nombreuses preuves archéologiques des croyances religieuses de Tiwanaku, ils sont toujours en train de reconstituer les significations de la religion et comment elle a pu contribuer à l'expansion de l'État.

Les artefacts trouvés sur le site, connu sous le nom de récif de Khoa, comprennent deux médaillons en or qui représentent la divinité à face rayonnée de Tiwanaku et des plaques métalliques qui représentent un hybride mythique puma-lama. Des plongeurs ont également récupéré les restes d'animaux réels, dont les ossements d'au moins trois jeunes lamas sacrifiés.

Une autre découverte surprenante a été cinq articles fabriqués à partir de Spondyle coquilles et une coquille complète. Les mollusques étaient importants pour les premières cultures andines, mais sont originaires de l'océan Pacifique et non du lac Titicaca. Le fait que les coquillages se trouvaient à plus de 1 200 milles de leur habitat le plus proche indique à la fois les relations commerciales du peuple Tiwanaku et la grande valeur des coquillages.

« Trouver autant Spondyle était vraiment remarquable », a déclaré José M. Capriles, anthropologue et professeur adjoint d'anthropologie à la Penn State University et l'un des auteurs de l'article.

Pourquoi les adorateurs de Tiwanaku ont-ils laissé des objets si précieux dans le haut lac des Andes ? Capriles considère les sacrifices comme la preuve d'une tradition religieuse en devenir, qui a aidé l'État de Tiwanaku à croître et à prospérer. En utilisant des matériaux précieux et désirables dans les rites, les fidèles de Tiwanaku ont montré leur engagement envers leurs nouvelles traditions religieuses – des coutumes qui sont « énormes en termes de construction de sociétés », dit Capriles. "Ces divinités que les gens créent deviennent des institutions qui régissent le comportement."

Cette nouvelle religion a jeté les bases des normes morales et comportementales. « Si vous vous comportez bien, vous êtes immortel », dit Capriles. "Mais si tu es mauvais, tu vas être puni par la divinité du chef." Cela signifiait également que les gens pouvaient se déplacer d'un endroit à l'autre, sûrs que leurs croyances communes les empêcheraient d'être perçus comme des étrangers. Selon l'équipe, cela a aidé l'État de Tiwanaku à se développer.

À son apogée, la société avait accumulé une influence politique, un pouvoir économique et un cachet culturel importants. Mais après son effondrement vers 1 000 après JC, il a été éclipsé par les cultures qui l'ont suivi. "Le Tiwanaku est le plus grand empire amérindien dont beaucoup d'Américains n'ont jamais entendu parler", explique Paul Goldstein, archéologue au département d'anthropologie de l'UC San Diego, également affilié au Scripps Center for Marine Archaeology. (Goldstein n'était pas impliqué dans la recherche.) "Chaque fois que nous trouvons quelque chose qui reflète la complexité de la société, cela ajoute à notre connaissance plus approfondie des origines des sociétés complexes dans le monde."

L'État de Tiwanaku peut sembler loin, mais pour Capriles, ses artefacts aident à donner vie à ses habitants. « Ils étaient reconnaissants, ils ont fait des offrandes », dit-il. "C'étaient juste des gens comme vous et moi."


Puma Punku

Si les pyramides étaient presque surhumainement difficiles à créer il y a plusieurs milliers d'années, alors combien plus difficile aurait-il été de construire Puma Punku ?

On pense que Puma Punku contenait autrefois un grand quai et une structure massive en quatre parties. Pourtant, tout ce qui reste aujourd'hui sont les ruines mégalithiques de certains événements cataclysmiques de l'histoire. Un grand tremblement de terre ? Une comète trop proche de la Terre ? Une inondation mondiale ? Ce sont toutes des causes possibles de la destruction de l'ancienne structure qui est maintenant les ruines de Puma Punku.

Non seulement il y a des preuves pour soutenir l'affirmation d'une inondation cataclysmique, mais il y a même des preuves pour soutenir la théorie selon laquelle des gens y vivaient autrefois avant même qu'une telle inondation ne se produise. L'inondation présumée aurait pu se produire il y a environ 12 000 ans, et il existe des preuves scientifiques d'outils, d'os et d'autres matériaux dans les alluvions d'inondation, ce qui suggère qu'un peuple civilisé était là avant toute inondation. D'autres preuves, y compris des sculptures de personnes barbus qui ne sont pas andines, ont été enregistrées dans toute la région.

Les ruines de Puma Punku pourraient-elles être la preuve d'une civilisation perdue depuis longtemps ?

Qu'est-ce qui rend les ruines uniques ?


L'invention du feu grégeois

Wikimedia Commons Un lance-flammes à main grec, représenté dans un manuel militaire byzantin comme un moyen d'attaquer une ville assiégée.

Le feu grégeois a été créé au 7ème siècle, et Kallinikos d'Héliopolis est souvent crédité comme l'inventeur. Kallinikos était un architecte juif qui a fui la Syrie pour Constantinople en raison de ses inquiétudes concernant la capture de sa ville par les Arabes.

Au fil de l'histoire, Kallinikos a expérimenté une variété de matériaux jusqu'à ce qu'il découvre le mélange parfait pour une arme incendiaire. Il envoya ensuite la formule à l'empereur byzantin.

Une fois que les autorités ont pu mettre la main sur tous les documents, elles ont élaboré un siphon qui fonctionnait un peu comme une seringue alors qu'il propulsait l'arsenal mortel vers un navire ennemi.

Le feu grégeois était non seulement incroyablement efficace, mais aussi intimidant. Il aurait produit un fort rugissement et de grandes quantités de fumée, très semblable au souffle d'un dragon.

En raison de son pouvoir dévastateur, la formule de création de l'arme était un secret bien gardé. Il n'était connu que de la famille Kallinikos et des empereurs byzantins et transmis de génération en génération.

Cette pratique était clairement efficace : même lorsque les ennemis ont réussi à mettre la main sur le feu grégeois, ils n'avaient aucune idée de comment recréer la technologie pour eux-mêmes. Cependant, c'est aussi la raison pour laquelle le secret de la fabrication du feu grégeois a finalement été perdu pour l'histoire.


Civilisation zapotèque, 500 avant JC-750 après JC

La capitale de la civilisation zapotèque est Monte Alban dans la vallée d'Oaxaca au centre du Mexique. Monte Alban est l'un des sites archéologiques les plus étudiés des Amériques et l'une des très rares « capitales désenclavées » au monde. La capitale est également connue pour son observatoire astronomique Building J et Los Danzantes, un magnifique registre gravé de guerriers et de rois captifs et tués.


1 Gobekli Tepe a été construit avant que les humains sachent comment cultiver des aliments

Dans les années 1960, des géomètres en Turquie ont découvert un ancien complexe enterré composé d'énormes piliers de pierre disposés en cercle comme Stonehenge, certains d'entre eux de 9 mètres de haut. Ce qui a vraiment fait tomber les monocles de leurs yeux, cependant, c'est que c'était beaucoup plus ancien que Stonehenge. 6 000 ans de plus.

Ainsi, ces piliers de calcaire massifs et ornés ont été soigneusement sculptés dans une carrière voisine à l'aide de morceaux de silex et de leurs mains nues.

Datant d'environ 9000 av. J.-C., Gobekli Tepe est considéré comme la plus ancienne construction humaine. C'est plus ancien que n'importe lequel des sites antiques que vous avez découverts en cours d'histoire. En fait, c'est à l'âge de pierre, où les seules choses que nous savions construire risquaient de s'effondrer dans une forte brise.

En fait, le site est même antérieur à l'agriculture, ce qui signifie que les gens qui l'ont construit pourchassaient encore les mammouths plutôt que de planter des cultures. Découvrir que ce complexe de piliers de pierre massifs a en fait été construit par Encino Man, comme National Geographic le dit, "c'était comme découvrir que quelqu'un avait construit un 747 dans un sous-sol avec un couteau X-Acto."

Et cela n'a pas beaucoup de sens, car la connaissance conventionnelle a toujours été que les humains n'ont commencé à construire des choses qu'après avoir appris à cultiver. Vous savez, parce que nous avons finalement pu nous installer au même endroit et avons soudainement eu beaucoup de temps libre.

Étant donné que les fouilles ont révélé de nombreux ossements sur le site, probablement issus de sacrifices d'animaux, les archéologues sont à peu près sûrs qu'il s'agissait d'un site religieux, ce qui semble indiquer que c'est la religion, et non l'agriculture, qui a d'abord inspiré les gens à construire de la merde géante. . Et étant donné qu'ils ont fait tout cela avant même d'avoir des outils en métal, ils ont dû avoir assez peur de ces dieux. Nous espérons simplement qu'aucun des archéologues n'est assez stupide pour lire à haute voix des inscriptions anciennes sur le réveil des Grands Anciens.

Yosomono écrit pour GaijinAss.com et est un gourou de l'image sur leur blog Imgur. Alaric Penname a un TWITTER. Suivez-le ou quoi que ce soit. Bravo aussi à l'un d'entre eux, pour qu'il ne se sente pas exclu.

Pour découvrir d'autres façons dont nos ancêtres nous prennent encore à genoux, consultez 6 armes anciennes incroyablement high-tech et 6 sports anciens trop impressionnants pour le monde moderne.


Histoire

Histoire ancienne

En 2155, le commandant Jonathan Archer déclara que l'Empire existait depuis des « siècles ». ( ENT : " In a Mirror, Darkly ") L'une des premières conquêtes spatiales de l'Empire fut un atterrissage sur la lune de Terra, Luna, où il planta son drapeau. ( ENT : " In a Mirror, Darkly ", " In a Mirror, Darkly, Part II " générique d'ouverture) Il y a des millénaires, les Terriens ont abandonné les idéaux tels que la liberté, l'égalité et la coopération tels qu'ils les trouvaient, selon les mots de Georgiou, « des idéaux destructeurs qui alimentent les rébellions ». ( DIS : " Ambition voltige ")

21e siècle

Le premier contact de l'humanité avec une espèce extraterrestre dans l'univers miroir a commencé exactement comme dans l'univers traditionnel. Après avoir détecté la signature warp de Zefram Cochrane, le vaisseau éclaireur Vulcain T'Plana-Hath a atterri à Bozeman, Montana, pour établir un premier contact avec l'humanité. Au lieu d'accueillir les Vulcains dans un esprit d'amitié et de compréhension, le miroir Cochrane a tué le premier Vulcain à mettre le pied sur le sol terrien avec un fusil de chasse, alors que lui et ses compatriotes terriens montaient à bord et saccageaient le navire Vulcain après avoir également tué le premier officier. Selon le miroir Archer, le premier contact vulcain était considéré comme un prélude à l'invasion.

Au lieu que les Vulcains libèrent progressivement la technologie sur Terre au fil du temps, l'Empire Terrien a appliqué la technologie Vulcain volée à une politique d'expansion interstellaire agressive. Pour cette raison, l'Empire a pu s'engager dans la recherche et le développement technologiques beaucoup plus tôt que son homologue de la Terre Unie dans l'univers primordial. ( ENT : " In a Mirror, Darkly ")

22ème siècle

Dans les années 2150, l'Empire Terrien avait déjà conquis les Vulcains, les Dénobuliens, les Andoriens, les Aenars, les Orions et les Tellarites et avait lancé des attaques contre les Klingons, les Rigeliens et les Xindi. Le vaisseau amiral de l'Empire, l'ISS Entreprise, sous le commandement du capitaine Maximilian Forrest, avait un équipage beaucoup plus diversifié sur le plan racial que son homologue de l'univers principal, avec de nombreux Vulcains et Tellarites servant de membres d'équipage.

En raison de l'expansion initiale rapide rendue possible par la technologie vulcaine capturée, l'emprise de l'Empire sur ses territoires était initialement faible. En 2155, certains des mondes conquis par les Terriens commençaient à se rebeller contre la domination terrienne, conduisant à un conflit de longue durée, et après une défaite désastreuse à Tau Ceti, l'Empire était au bord de l'effondrement. La propagande, cependant, a fait passer le message que les choses allaient en faveur de l'Empire et que la guerre serait bientôt terminée.

Cette année-là, l'USS De défi, un vaisseau de la Fédération lancé au 23ème siècle d'un univers parallèle, a été signalé dans l'espace tholien. Le premier officier de l'ISS Entreprise, le commandant Archer, a examiné ce rapport et a proposé une frappe chirurgicale audacieuse sur une base d'astéroïdes à laquelle les Tholiens gardaient le De défi. La proposition d'Archer a été rapidement rejetée par Forrest, ce qui a amené Archer à se révolter contre son capitaine et à prendre le contrôle de Entreprise pour récupérer le De défi ainsi sa technologie pourrait être utilisée contre la rébellion. Entreprise s'est rendu à la base et a envoyé une équipe d'arraisonnement pour obtenir toutes les informations possibles sur le navire et le détruire pour empêcher les Tholiens de pouvoir l'utiliser. Malheureusement, lors de l'opération de récupération, les Tholiens ont attaqué Entreprise et l'a détruit, bloquant l'équipe d'arraisonnement à bord du De défi. ( ENT : " In a Mirror, Darkly ")

La vérité sur l'espace interphasique et l'origine de la De défi est resté classé pour "Emperor's Eyes Only" jusqu'au milieu du 23ème siècle.

Suite à la destruction de l'ISS Entreprise et la mort du capitaine Forrest, le commandant Archer et son équipe ont réquisitionné l'USS De défi. Ils ont procédé à la destruction du hangar de Tholian dans lequel le navire était détenu et ont sauvé un certain nombre d'anciens Entreprise membres d'équipage, y compris Hoshi Sato, après avoir apparemment envisagé de laisser leurs camarades bloqués. Archer a pris rendez-vous avec l'ISS Vengeur, le vaisseau amiral de l'Amiral Black. Archer vaporisa l'amiral et prit le commandement des deux navires.

Cependant, cela a coïncidé avec le commandant T'Pol et le membre d'équipage Soval menant les autres membres d'équipage non humains à bord du Vengeur dans une mutinerie à bord du navire. Ils ont attaqué le De défi dans l'espoir de le détruire, mais la mutinerie elle-même a été détruite après que le commandant Charles Tucker III ait réinitialisé les systèmes d'alimentation que Phlox avait tenté de désactiver. Le commandant Archer, agissant en tant que capitaine, mit ensuite le cap sur Terra, où il avait l'intention de se déclarer empereur de l'empire terrien. Cependant, Hoshi Sato l'a empoisonné avec l'aide de son garde du corps, Travis Mayweather. Les deux ont ensuite pris le contrôle de la De défi, et en arrivant à Terra, Sato s'est déclarée impératrice. ( ENT : " In a Mirror, Darkly, Part II ")

Entre 2155 et 2250, le symbole de l'Empire semble avoir été altéré. Le symbole précédent ressemblait beaucoup à celui du gouvernement de la Terre Unie, représentant tous les continents de Terra, bien que remplaçant un laurier de paix par une épée agressive. Cependant, au milieu du 23e siècle, le symbole, tout en restant essentiellement le même, avait un globe en miroir et ce qui semblait être un delta inversé en arrière-plan. ( ENT : " In a Mirror, Darkly, Part II " DIS : " Malgré toi ")

23e et 24e siècles

Au milieu du 23e siècle, l'Empire terrien avait conquis une grande partie de l'espace connu. Cependant, il a continué à être résisté par une alliance d'espèces non humaines, y compris les Vulcains, les Andoriens et les Klingons. De plus, Gabriel Lorca de l'ISS Bourane a tenté un échec coup contre l'empereur Philippa Georgiou. En 2256 ou 2257, Starfleet engagea une flotte rebelle à Porathia. ( DIS : " Malgré toi ")

La même année, l'Imperial Intelligence a localisé le siège de la résistance sur Harlak, qui a été détruit par l'ISS Charon. ( DIS : " Le Loup à l'intérieur ")

En 2257, Lorca put reprendre son coup contre Georgiou, ayant échappé à l'univers miroir et manipulé son chemin de retour avec un vaisseau de la Fédération, l'USS Découverte. Pendant un certain temps, le coup a réussi, mais Découverte avait été informé que Lorca était Terrien par le premier Michael Burnham, dont Lorca était devenu obsédé en raison de sa relation avec le miroir Burnham, et Découverte vaincu Lorca. Cependant, bien que Lorca ait été tué, non seulement Georgiou a été déposé, mais le Charon avait été détruite et elle avait été amenée dans l'univers primordial, entraînant un vide de pouvoir. ( DIS : " Vaulting Ambition ", " What's Past Is Prologue ", " The War Without, The War Within ")

Peu de temps après, le symbole a encore été modifié, revenant à sa version sans delta et, cette fois, ne représentant que les continents de l'hémisphère occidental de Terra.

Finalement, le vide du pouvoir a été comblé. L'Empire a rencontré un soulèvement Gorlan, auquel l'ISS Entreprise, commandé par James T. Kirk, a répondu par la destruction de la planète natale des rebelles. D'autres exploits du capitaine Kirk en 2264 comprenaient l'exécution de cinq mille colons sur Vega IX et l'anéantissement de tous les habitants restants de Talos IV. En 2267, l'Empire convoitait les réserves de dilithium de la planète natale de Halkan et Kirk intercéda pour exiger des droits miniers au nom de l'Empire.

Emblème porté par un esclave terrien

Cette année-là, les membres d'équipage de l'ISS Entreprise, y compris le capitaine Kirk, ont accidentellement changé de place avec leurs homologues de l'univers principal de l'USS Entreprise, qui dans le même temps ont été transportés à bord de la version miroir du Entreprise. Kirk croyait que le miroir Spock deviendrait un jour capitaine de l'ISS Entreprise, et avant de revenir à sa propre réalité, il a semé le doute sur l'inévitabilité de l'Empire et si la violence était la seule réponse logique. Spock promit de considérer les paroles de Kirk, après avoir réalisé que l'Empire ne durerait qu'environ 240 ans avant d'être renversé. ( CGU : " Miroir, Miroir ")

Comme Kirk l'avait prédit, le miroir Spock est devenu plus tard le capitaine de l'ISS Entreprise et est finalement devenu commandant en chef de l'Empire. Il a commencé à instituer des réformes majeures qui ont été très populaires, transformant l'Empire en une puissance plus pacifique et moins agressive. Cependant, les réformes de Spock laissèrent l'Empire mal préparé à se défendre contre la menace émergente d'une Alliance Klingon-Cardassienne unie, qui réussit à conquérir l'ensemble de l'Empire Terrien, transformant les Terriens eux-mêmes en une race d'esclaves. Les Bajorans, peuple conquis par l'Empire, sont devenus une voix puissante dans cette Alliance. ( DS9 : " Crossover ")


Comment Noah s'est-il occupé de tous les animaux ?

Tout comme Dieu a amené les animaux à Noé par une certaine forme de moyens surnaturels, Il les a sûrement aussi préparés pour cet événement étonnant. Les scientifiques de la création suggèrent que Dieu a donné aux animaux la capacité d'hiberner, comme nous le voyons dans de nombreuses espèces aujourd'hui. La plupart des animaux réagissent aux catastrophes naturelles de manière à les aider à survivre. Il est très possible que de nombreux animaux aient hiberné, peut-être même intensifié surnaturellement par Dieu.

Que ce soit surnaturel ou simplement une réponse normale à l'obscurité et au confinement d'un navire à bascule, le fait que Dieu ait dit à Noé de construire des chambres («qen”—littéralement en hébreu “nids”) dans Genèse 6:14 implique que les animaux étaient soumis ou nichent. Dieu a également dit à Noé de prendre de la nourriture pour eux (Genèse 6:21), ce qui nous dit qu'ils n'étaient pas non plus dans un coma d'un an.

Si nous pouvions traverser l'Arche pendant sa construction, nous serions sans aucun doute étonnés des systèmes ingénieux à bord pour le stockage et la distribution d'eau et de nourriture. Comme l'explique Woodmorappe dans L'arche de Noé : une étude de faisabilité, un petit groupe d'agriculteurs peut aujourd'hui élever des milliers de bovins et d'autres animaux dans un très petit espace. On peut facilement imaginer toutes sortes d'appareils sur l'Arche qui auraient permis à un petit nombre de personnes de nourrir et soigner les animaux, de l'abreuvement à l'évacuation des déchets.

Comme le souligne Woodmorappe, aucun appareil spécial n'était nécessaire pour que huit personnes s'occupent de 16 000 animaux. Mais s'ils existaient, comment ces appareils seraient-ils alimentés ? Il y a toutes sortes de possibilités. Que diriez-vous d'un système de plomberie pour l'eau potable alimentée par gravité, d'un système de ventilation entraîné par le vent ou le mouvement des vagues, ou de trémies qui distribuent le grain pendant que les animaux le mangent ? Aucun de ceux-ci ne nécessite une technologie plus élevée que ce que nous savons existait dans les cultures anciennes. Et pourtant, ces cultures étaient probablement bien en deçà des compétences et des capacités de Noé et du monde d'avant le Déluge.


Comment savons-nous que l'empire Tiwanaku existait réellement en tant qu'empire - Histoire

L'émergence du «confucianisme» à l'époque des Han
[Cette section est extraite de l'essai du consultant de la faculté Stephen F. Teiser dans Vivre dans le cosmos chinois]

  • Sous les Han, la codification des textes confucéens a lieu. “Grâce à l'interprétation du savant Dong Zhongshu, qui a vécu pendant la dynastie Han d'environ 179-104 avant notre ère, le confucianisme est devenu fortement lié au cadre cosmique de la pensée traditionnelle chinoise, alors que les idéaux confucéens de la hiérarchie rituelle et sociale venaient à être élaborés en termes de principes cosmiques tels que yin et yang.”
  • Ce n'est qu'avec la fondation de la dynastie Han (202 av. La création du confucianisme n'a été ni simple ni soudaine, comme les trois exemples suivants le montreront clairement.
      • Les Textes Classiques. En l'an 136 avant notre ère, les écrits classiques vantés par les érudits confucéens sont devenus le fondement du système officiel d'éducation et d'érudition, à l'exclusion des titres soutenus par d'autres philosophes. Les cinq classiques (ou cinq écritures, wujing) où le Classique de la poésie (Shijing), Classique de l'histoire (Shujing), Classique des changements (Yijing), Registre des rites (Liji), et Chroniques de la période de printemps et d'automne (Chunqiu) avec le Commentaire Zuo (Zuozhuan), dont la plupart existaient avant l'époque de Kong Qiu. Bien que Kong Qiu ait été communément admis pour avoir écrit ou édité certains des cinq classiques, ses propres déclarations (collectées dans les Analectes [Lunyu]) et les écrits de ses plus proches disciples n'étaient pas encore admis dans le canon.
      • Parrainage de l'Etat. Le nom de Kong Qiu a été impliqué plus directement dans le deuxième exemple du système confucéen, le culte parrainé par l'État qui a érigé des temples en son honneur dans tout l'empire et qui a fourni un soutien financier pour transformer sa maison ancestrale en un sanctuaire national. Des membres de l'élite lettrée visitaient de tels temples, témoignant un respect formel et édictant des rituels devant les tablettes spirituelles du maître et de ses disciples.
      • Le cadre cosmologique de Dong Zhongshu. Le troisième exemple est le corpus d'écrits laissé par le savant Dong Zhongshu (vers 179-104 avant notre ère), qui a joué un rôle déterminant dans la promotion des idées et des livres confucéens dans les cercles officiels. Dong a été reconnu par le gouvernement comme le principal porte-parole de l'élite savante. Ses théories ont fourni un cadre cosmologique global pour les idéaux de Kong Qiu, ajoutant parfois des idées inconnues à l'époque de Kong Qiu, parfois plus explicites ou fournissant une interprétation particulière de ce qui était déjà énoncé dans le travail de Kong Qiu.
        • Dong s'est fortement inspiré des concepts de penseurs antérieurs - dont peu étaient des confucéens autoproclamés - pour expliquer le fonctionnement du cosmos. Il a utilisé les concepts de yin et yang pour expliquer comment le changement suivait un modèle connu, et il a développé le rôle du souverain en tant que celui qui reliait les royaumes du Ciel, de la Terre et des humains. La hiérarchie sociale implicite dans le monde idéal de Kong Qiu coïncide, pensait Dong, avec une division de toutes les relations naturelles en un membre supérieur et un membre inférieur. Les théories de Dong se sont avérées déterminantes pour la culture politique du confucianisme pendant les dynasties Han et ultérieures.

        L'empire Han et l'empire romain

        • L'empire Han et l'empire romain existent simultanément aux extrémités opposées du continent eurasien. Les empires chinois et romains commercent par des intermédiaires sur la route terrestre à travers l'Asie centrale, la “route de la soie.” La soie chinoise était une denrée particulièrement prisée à Rome, car la production de soie (sériculture) n'était connue que des Chinois. (C'est la première des trois grandes périodes du commerce de la Route de la Soie.)
        • Après la désintégration de la dynastie Han au IIIe siècle, la Chine connaît une période de 300 ans de fragmentation politique, des tribus nomades dominent le nord de la Chine tandis qu'une série de dynasties chinoises se succèdent dans le sud. C'est durant cette période que bouddhisme est introduit en Chine depuis l'Inde, en suivant les routes commerciales.

        Chronologie de l'histoire chinoise

        Il peut être utile à ce stade de passer en revue une chronologie de l'histoire et des dynasties chinoises, en notant les modèles évidents chez les Han et qui se reproduisent au cours de l'histoire chinoise :


        Songhaï, Empire Africain, 15-16ème Siècle

        L'Afrique de l'Ouest abrite nombre des plus anciens royaumes d'Afrique. Ces royaumes ont joué un rôle important dans le développement du commerce et la croissance économique de la région. Au fur et à mesure que les anciens royaumes ont été remplacés par de nouveaux plus petits, de nombreux changements ont été expérimentés. Les transformations ont été influencées par la conquête et la guerre ainsi que par les modèles de commerce. Les sociétés ouest-africaines ont été façonnées par la compétition pour la richesse et la recherche d'indépendance vis-à-vis de royaumes plus puissants.

        Les premières civilisations africaines au sud du désert du Sahara se trouvaient en Afrique de l'Ouest. Ces civilisations se sont développées à une époque où la majeure partie de l'Europe connaissait l'âge des ténèbres, après la chute de la moitié occidentale de l'Empire romain vers 476 après JC, les peuples d'Afrique de l'Ouest pouvaient déjà fondre du minerai de fer pour fabriquer des outils de guerre et d'agriculture. Les outils agricoles en fer ont rendu les méthodes agricoles beaucoup plus efficaces. Cela a conduit à des améliorations de l'agriculture et à une plus grande productivité de la terre, à mesure que la prospérité augmentait, la population s'étendait, donnant naissance à de plus grandes villes. De larges rivières reliaient les habitants de ces grandes villes au moyen de voyages en canot. Ces rivières ont également maintenu la fertilité du sol toute l'année.

        Dans le même temps, des royaumes se développaient dans cette région. L'un des premiers royaumes à émerger ici était l'ancien Ghana à l'extrême ouest. En l'an 300 de notre ère, ce royaume était gouverné par environ 40 rois, ce qui montre que son administration politique était bien développée pour permettre à de nouveaux rois de prendre leurs fonctions sans détruire le royaume en combattant des guerres civiles destructrices. L'économie du Ghana était basée sur l'extraction du fer et de l'or ainsi que sur l'agriculture. Les produits étaient échangés avec les sociétés berbères au nord du désert du Sahara. Dans le même temps (1230-1300) le royaume malien du peuple Mandé, à l'est du Ghana, s'agrandit et accroît son contrôle du commerce dans la région. Cela a amené les deux royaumes en conflit. Enfin, le royaume du Ghana a été repris par le royaume du Mali. Le royaume du Mali a pu asseoir son influence avec facilité grâce au relief de savane environnante. Cela a permis l'envoi facile et rapide de soldats à travers la région pour conquérir les voisins. L'adoption de la foi islamique par le peuple malien vers les années 1500 pendant le règne de Kankan Musa, a créé un point d'unité pour ce royaume.

        Les querelles sur qui devrait succéder au trône et la rébellion du peuple peul de Sénégambie et du peuple songhaï de Gao ont conduit à l'effondrement du royaume du Mali au XVIe siècle. Songhaï est devenu indépendant du Mali et l'a rivalisé en tant que première puissance en Afrique de l'Ouest.

        Culture, religion et monarchie

        Les Songhaï s'étaient installés sur les deux rives du moyen fleuve Niger. Ils ont établi un État au 15ème siècle, qui a unifié une grande partie du Soudan occidental et s'est développé en une civilisation brillante. Il a été gouverné par la dynastie ou la famille royale des Sonni du XIIIe siècle à la fin du XVe siècle. La capitale était à Gao, une ville entourée d'un mur. C'était une grande place de marché cosmopolite où les noix de cola, l'or, l'ivoire, les esclaves, les épices, l'huile de palme et les bois précieux étaient échangés contre du sel, des tissus, des armes, des chevaux et du cuivre.

        L'islam avait été introduit à la cour royale de Songhaï en 1019, mais la plupart des gens restaient fidèles à leur religion traditionnelle.

        Sonni Ali a réorganisé l'armée, qui s'est dotée d'une flotte sur le fleuve Niger. Le commandant de la flotte était connu sous le nom de « Maître des eaux ». Les fantassins capturèrent les meilleurs hommes des armées vaincues. Une cavalerie d'élite était rapide et robuste. Ils portaient des cuirasses en fer sous leurs tuniques de combat.

        Les fantassins étaient armés de lances, de flèches et de boucliers en cuir ou en cuivre. Musique militaire telle que produite par un groupe de trompettistes. L'armée totale comprenait 30 000 fantassins et 10 000 cavaliers. The Songhai defence system was the largest organised force in the western Sudan not only was a political instrument, but also an economic weapon by virtue of the booty it brought in. They conquered the cities of Timbuktu and Jenne.

        Muslim scholars at Timbuktu called Sonni Ali ‘tyrannical, cruel and impious’. The Sonni’s were driven from power by the Muslim Askiya dynasty.

        The new monarchy based at Gao had centralised and absolute and sacred power. It was possible to approach him only in a prostate position. He sat on a raised platform surrounded by 700 eunuchs. People paid taxes to the king in return for internal and external security. The royal court was responsible for the administration and the army. Large estates belonged to nobles. They were worked by servile labour that did the fishing, animal raising for milk, meat and skins, and the agricultural work.

        The Songhai kingdom was the last major one in the region. Its fall did not bring an end to kingdoms in West Africa. Kingdoms that survived were Guinea, Benin in Nigeria, Ashanti in present day Ghana and Dahomey, north of Benin. These kingdoms continued the Trans Saharan trade with the Arab states in North Africa. The Trans Saharan trade was complex. It was not limited to trade and the exchange of gold, copper, iron, kola nuts, cloth, and salt. It was also about close co-operation and interdependence between kingdoms south of the Sahara and kingdoms north of the Sahara. Salt from the Sahara desert was just as important to the economies and kingdoms south of the Sahara as gold was for those in the north. Therefore, the exchange of these commodities was vital for the economic and political stability of the region.

        Travel and trade in Songhai

        Trade significantly influenced the course of history in West Africa. The wealth made through trade was used to build larger kingdoms and empires. To protect their trade interests, these kingdoms built strong armies. Kingdoms that desired more control of the trade also developed strong armies to expand their kingdoms and protect them from competition.

        Long distance trade helped the local economy and supported internal trade. Merchants travelling between towns across the Sahara needed places to rest and stock up with food for the journey across the Sahara desert. Food would be provided by local markets that relied on local farms for supplies. This practice allowed merchants to plan long trips knowing that local markets would provide food and shelter. For this reason, many kingdoms in West Africa encouraged agricultural improvements to meet this need. Often this meant uniting smaller farmers, traders and societies into stronger trading blocs. For example, the Kuba kingdom in present day Congo brought together different cultures under a single authority and used the Congo River as a main transport link to other distant kingdoms. As a result, smaller traders joined with each other like the Chokwe and Lunda kingdoms under a single broad-based trade. This led to the increase of ivory and rubber trade between these kingdoms and with Portuguese traders.

        Present day Kuba King. Source: Daniel Laine (2001) National Geographic, from www.news.nationalgeographic.com

        The slave trade was also important for the economic development of West Africa. For a very long time, West African kingdoms had relied on slaves to carry out heavy work. The Songhai kingdom under the rule of Askia Mohammed used slaves as soldiers. Slaves were trusted not to overthrow their rulers. Slaves were also given important positions as royal advisers. Songhai rulers believed that slaves could be trusted to provide unbiased advice unlike other citizens who held a personal stake in the outcome of decisions. Another group of slaves was known as palace slaves or the Arbi. The Arbi slaves served mainly as craftspersons, potters, woodworkers, and musician. Slaves also worked on village farms to help produce enough food to supply the growing population in towns.

        The Asante kingdom of the Akan people grew in about the 15th and 16th century into a powerful kingdom in the most southern parts of West Africa, present day Ghana. This growth was made possible by the rich gold mines found in the kingdom. The Akan people used their gold to buy slaves from the Portuguese. Since 1482, the Portuguese who were interested in obtaining Asante gold, had opened a trading port at El Mina. As a result, their first slave trade in West Africa was with the Akan people. The Portuguese bought the slaves from the kingdom of Benin, near the Niger Delta in Nigeria. Slave labour made it easy for the Akan people to shift from small scale agriculture to large scale agriculture (Giblin 1992). The shift transformed the Asante kingdom and it developed a wealthy agricultural and mining economy.

        The Akan people needed slaves to work their gold mines and farms. Passing traders and a growing population in the Asante towns demanded increasing supplies of food. The slave trade with the Portuguese continued until the early 1700s. The Akan people supplied the Portuguese with slaves to work on sugar plantations in Brazil. A small number of slaves were kept in the Asante kingdom. However, by this period, the Atlantic slave trade dominated trade with West Africa. Kingdoms like the Asante and Dahomey used their power to raid societies like the Bambara, Mende, and Fulanis for slaves. The kingdom of Benin is the only known kingdom in West Africa to abolish slave trading in Benin. The slave trade ban was succesful and forced the Portuguese to search for slaves elsewhere in West Africa. However, Dutch traders took over the role. From the 1600s the Dutch dominated the West african and Atlantic Slave trade.

        The Portuguese and Dutch governments were unable to colonise West African kingdoms because they were too strong and well organised. As a result, the slave and ivory, rubber and gold trades remained under the control of Asante, Fon, and Kongo kingdoms. In 1807, the British government abolished the slave trade. Because West African kingdoms did not co-operate with the British, the slave trade across the Atlantic Ocean continued. However, the slave trade declined in areas where the British had influence, for example the Gold Coast.

        Industrial development in Britain led to increasing trade with West Africa in agricultural products like palm oil, rubber, and cocoa. To supply Britain with these products, the Asante kingdom kept the slaves they had captured for the Atlantic slave trade and used them as farm workers instead. This led to the growth of slavery in West Africa because each kingdom wanted to profit from this new trade. West African slavery came to a slow end towards the end of the 19th century when many of these kingdoms were colonised by the French and British. Former slaves became the landless lower classes.

        The states of the Niger Delta extend for about three hundred miles along the Gulf of Guinea from the Benin River on the West to the Cross River on the East. Due to the many rivers, which cross over each other, the main source of transport was by canoe. Societies found in this area include the Ibo, Ijaw, Jekiri Efik and Calabari.

        Unlike other West African states, Niger ones were different in character. They were small states that maintained contact through war, trade and migrations. The Atlantic trade brought about great prosperity in this region. These states were known for their skill in politics and for their “middleman” skills in commerce. Their long history of internal trade had brought these small states together and led to economic growth of Bonny (also known as Igbani) and Warri states.

        The Kingdom of Dahomey (also known as the Fon Kingdom of Dahomey) was the southern part of the Republic of Benin, a country that divides the dense forest of Nigeria from those of modern Ghana. Dahomey was the most prominent coastal state in the region. It was ruled by a king on the authority of the queen mother who held the power to appoint an heir. The king and queen mother ruled Dahomey from their capital Abomey. Dahomey began emerging as a great power in the early 18th century because of the slave trade. It also managed to overtake other coastal states competing for control of both the slave and inland trade. The Fon army was unusual in West Africa because its soldiers were women feared by other neighbouring coastal states.

        In about 1650 there was a great demand from the West Indies sugar plantations for African slaves. The Fon people used their position as sea-merchants to ensure that they held a monopoly of the slave trade. The Dahomey kingdom also relied on its strong military to dominate weaker inland states and to conquer coastal states. States looking to trade in the region were expected to pay a fixed amount of tax and fixed prices for slaves. Custom duties were paid in respect of each ship as well.

        By the 18th century the Fon king had absolute power and under his rule Dahomey became strong enough to capture neighbouring coastal states. The Fon were still paying tribute to the Oyo kingdom and this meant that they had to appease the Oyo with guns and other goods each year. In 1725, Dahomey conquered the Oyo kingdom, and three years later they pushed south to Savi and Whyad, Jakin was taken in 1732 but it was only in 1740 that the Fon won complete control when Whydah became a Fon colony. This ushered in control of the coast and even visiting Europeans had to gain prior permission to go ashore.

        Atlantic System, Contact with Europeans

        The arrival of the Portuguese in the 15th century in search of new trading opportunities changed the trade networks in West Africa. An important change was the new direction of the slave trade across the Atlantic Ocean instead of the Sahara desert. This increased the power of small West African kingdoms like the Asante and Dahomey kingdoms. It also contributed to the fall of the Songhai Empire, because the slave and gold trade were no longer going through the Songhai kingdom. As a result, the Songhai rulers could not claim tribute and taxes from these kingdoms.

        The other change came from the growing slave trade. African slaves were captured from Africa to work as slaves in the Americas in the early 1500’s. Portugal, Spain, France and Britain were the key players in this slave trade, which lasted for more than 400 years. Because Portugal was the first to establish itself in the region and to enter treaties with West African kingdoms, it had the monopoly on the slave and gold trade. As a result, Portugal was responsible for transporting over 4.5 million Africans, approximately 40 percent of the slaves taken from the continent before the 1700s. During the 18th century however, Britain was responsible for almost 2.5 million of the 6 million African slaves traded. Due to expanding market opportunities in Europe and the Mediterranean, they increased trade across the Sahara and later gained access to the interior using the Senegal and Gambia River, which bisected long-standing trans-Saharan routes. The Portuguese brought in copper ware, cloth, tools, wine and horses and later included guns, in exchange for gold, pepper, slaves, and ivory. The growing trade across the Atlantic came to be called the triangular trade system.

        The Triangular Trade System

        The Atlantic Slave Trade (also known as the triangular trade) was a system of trade that revolved around three areas. The first point of the triangle would begin in Africa, where large shipments of people were taken across the Atlantic Ocean to the Americas (The Caribbean, North and South America) to be sold to work in colonies on plantations as slaves. Once the slaves were offloaded in the Americas, the same ships would then load products from plantations such as sugar, cotton and tobacco. These products would be sold in Europe. From Europe the ships would carry manufactured goods such as cloth, iron, rum and guns, which they would use in exchange for slaves and gold.

        Most captured slaves were taken between 1450 and 1500, from the West African interior with the co-operation of African kings and merchants. There were occasional military campaigns organised by Europeans to capture slaves, especially by the Portuguese in what is now Angola. This accounts for only a small percentage of the total. In return, the African kings and merchants received various trade goods including beads, cowry shells (used as money), textiles, brandy, horses, and perhaps most importantly, guns. These guns became a very important trade commodity when West African kingdoms were increasingly organising their militaries into professional armies. During this period England sold close to 100 000 muskets a year to West African kingdoms.

        Slaves crossing the Atlantic Ocean endured inhumane conditions aboard the ships transporting them. They would travel naked and cramped into the hold of the ship chained together at the ankles and packed together side-by-side in holds which were about 1.5 m high with hardly any light and fresh air. They were provided with buckets, which they had to use as toilets. This resulted in many slaves becoming sick and dying. Cases of fevers and small pox were common during the voyages. The health of slaves on board was made worse by the lack of medical attention. Slaves would be regularly hosed down with water each morning and those that had died overnight, would be thrown overboard.

        The slave trade was abolished in 1807 by the British government. The French only abolished their slave trade in 1848. The continued Atlantic slave trade forced the British government to take responsibility to end slave trading. They captured European ships and released slaves on board. This was made more difficult by the unwillingness of West african kingdoms to give up the slave trade. The British government tried to influence the Asante rulers to stop practising slavery in their kingdom with no success. As a result, from the 1870s, the British government began to colonise the Asante people in order to prevent the use of slave labour, but also as an excuse to take control of the rich gold mines of the Asante and to protect British commercial interests against French expansion in the region. Click here to read a lesson about colonial rule and African responses.

        A royal mausoleum for the ruler of Songhai, Askia Muhammed (1493-1528) built in Gao in the once powerful capital of the Songhai Empire. Picture source: baobab.harvard.edu

        The foot soldiers were armed with spears, arrows and leather or copper shields. Military music as produced by a group of trumpeters. The total army comprised 30 000 infantry and 10 000 horsemen. The Songhai defence systemwas the largest organised force in the western Sudan Not only was a political instrument, but also an economic weapon by virtue of the booty it brought in. They conquered the cities of Timbuktu and Jenne.

        Muslim scholars at Timbuktu called Sonni Ali 'tyrannical, cruel and impious'. The Sonni's were driven from power by the Muslim Askiya dynasty.

        The new monarchy based at Gao had centralised and absolute and sacred power.

        It was possible to approach him only in a prostate position. He sat on a raised platform surrounded by 700 eunuchs. People paid taxes to the king in return for internal and external security. The royal court was responsible for the administration and the army. Large estates belonged to nobles. They were worked by servile labour that did the fishing, animal raising for milk, meat and skins, and the agricultural work.

        The following information will still be developed for this topic:
        - Travel and trade in Songhai at the height of its power ( Arab, Italian and Jewish merchants at Timbuktu)
        - Learning and culture
        - Fall of the Empire: Moroccan invasion of 1591.
        - Women in Songha
        - Contact with Europeans Please contribute activities and content for this section by clicking on the ‘contribute’ button.

        Chronologie
        800 - Gao was established
        1110 - Timbuktu was established
        1290 - Empire of Mali established and conquered Timbuktu and Gao
        1375 - Timbuktu appeared for the first time on a European map
        1400 - Gold trade flourished - from west Africa, through Timbuktu and Gao, to Europe
        1450 - Large settlement of scholars and traders in Timbuktu
        1468 - Songhay Empire established by Sunni Ali. Took over Timbuktu and Gao
        1493 - Muhammed Ture, a Muslim, founded the Askia dynasty and took over Songhay Empire.
        1530 - Portuguese came to Timbuktu in search of wealth. Only one man survived.
        1591 - Timbuktu and the Songhay Empire conquered by Moroccans.

        Activité Put these events up on the board in the wrong order. Students should try to recall the correct order in their note books.


        Voir la vidéo: The Ancient Enigmas of Puma Punku and Tihuanaco - Chapter 1: Introduction