USS Indianapolis (CA-35)

USS Indianapolis (CA-35)


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

USS Indianapolis (CA-35)

Introduction et avant-guerre

USS Indianapolis (CA-35) était un croiseur de classe Portland qui a combattu dans les Aléoutiennes, les îles Gilbert et Marshall, Saipan, la bataille de la mer des Philippines, Tinian, Guam les Carolines, Iwo Jima et Okinawa, mais est surtout connu pour avoir été coulé après parties de la première bombe atomique à Tinian. Les Indianapolis a remporté 10 étoiles de bataille pour le service de la Seconde Guerre mondiale.

Les Indianapolis a été mis en chantier en mars 1930, lancé en novembre 1931 et mis en service le 15 novembre 1932. Il était équipé pour servir de navire amiral, ce qui en faisait également un navire approprié pour transporter des VIP. L'une de ses premières missions après sa croisière d'essai fut de transporter le président Roosevelt à Annapolis en juillet 1933. En septembre 1933, il devint le vaisseau amiral du secrétaire à la Marine alors qu'il effectuait une tournée d'inspection des actifs navals américains dans le Pacifique. Le 1er novembre 1933, il devient le vaisseau amiral de la Scouting Force. Dans ce rôle, elle portait le président Roosevelt alors qu'il passait en revue la flotte en 1934 et à nouveau lors d'une visite en Amérique du Sud, à Rio de Janeiro, Buenos Aires et Montevideo.

Service de guerre

Lorsque les Japonais ont attaqué Pearl Harbor, le Indianapolis était en mer, effectuant un bombardement simulé de l'île Johnston (750 milles marins au sud-ouest d'Hawaï). Après l'attaque japonaise, il rejoint la Task Force 12, qui participe à une tentative infructueuse de trouver les porte-avions japonais. Elle est ensuite retournée à Pearl Harbor, arrivant le 13 décembre, où elle a rejoint la Task Force 11.

Les Indianapolis fourni une partie de la force de couverture pour les porteurs Lexington et Saratoga pendant les premières opérations dans le Pacifique Sud et autour de la Nouvelle-Guinée. Sa première expérience de combat a eu lieu le 20 février 1942 lorsque la flotte a été attaquée par dix-huit avions japonais, en abattant 16 d'entre eux. Le 10 mars, les transporteurs, avec Yorktown ajouté à la force, a lancé une attaque contre les navires japonais à Lae et Salamaua. La flotte était située au sud de la Nouvelle-Guinée et l'avion a survolé l'île vers le nord pour surprendre les Japonais.

Après cette attaque, le Indianapolis est retourné aux États-Unis pour un carénage au Mare Island Navy Yard. Cela a duré jusqu'en juillet, quand elle est revenue dans le Pacifique en escortant un convoi vers l'Australie. Elle a ensuite déménagé à l'autre extrémité du Pacifique pour participer à la campagne des Aléoutiennes. Le 7 août, le Indianapolis a pris participer à un bombardement de l'île Kiska. En janvier 1943, elle soutint l'invasion d'Amchitka. Le 19 février 1943, alors qu'il naviguait au sud-ouest d'Attu, il intercepta et détruisit le Akagane Maru, un cargo japonais.

Les Indianapolis resta aux Aléoutiennes jusqu'à la fin de la campagne. Elle a soutenu l'invasion d'Attu en mai 1943 et l'invasion de Kiska du 15 août. Lorsque les Américains ont débarqué sur Kiska, ils ont découvert que les Japonais avaient évacué l'île sous le couvert du mauvais temps.

Les Indianapolis maintenant revenu au centre des combats, devient le vaisseau amiral du vice-amiral Spruance (5th Fleet). Elle a participé à l'Opération Galvanic, l'invasion des îles Gilbert, bombardant Tarawa le 19 novembre et Makin le 20 novembre. Elle a ensuite soutenu les troupes américaines combattant sur Tarawa.

Les Indianapolis était encore le navire amiral de la flotte pour l'invasion des îles Marshall. Il bombarde l'atoll de Kwajalein le 31 janvier et soutient l'invasion du 1er février 1944. Le 2 février, il effectue même un barrage rampant pour soutenir les troupes américaines. Elle a pu entrer dans la lagune le 4 février, où elle est restée jusqu'à la fin de la bataille.

En mars-avril 1944, il participa à une série d'attaques sur les îles Palaos. Il s'agissait principalement d'attaques de porte-avions, et des avions ont frappé les îles Palau les 30-31 mars, Yap et Ulithi le 31 mars et Woleai le 1er avril. Les Indianapolis's son rôle principal était de combattre les avions japonais et elle a abattu un bombardier-torpilleur pendant les raids.

En juin le Indianapolis pris part à l'invasion des îles Mariannes. Le 13 juin, il participa à un bombardement de Saipan, tirant avec ses principaux canons en action. Les Japonais ont répondu à l'invasion de Saipan en envoyant une puissante flotte attaquer les Américains, dans l'espoir de mener la seule bataille décisive autour de laquelle ils avaient construit leur stratégie. Le résultat fut en effet une bataille majeure - la bataille de la mer des Philippines (juin 1944), mais ce seront les Japonais qui subiront la défaite. Les Indianapolis faisait partie de l'escorte d'une force de transport rapide qui a été envoyée aux bases aériennes de raid à Iwo Jima et Chichi Jima, puis a rejoint la flotte juste avant la bataille principale. Au cours de la bataille, elle a abattu un avion lance-torpilles japonais.

Les Indianapolis retourna aux îles Mariannes le 23 juin. Il a participé aux combats sur Tinian, avant de devenir le premier navire de guerre américain à entrer dans le port d'Apra à Guam, une base américaine d'avant-guerre. Elle a bougé alors à Peleliu, où elle a bombardé des cibles de rivage du 19-29 septembre.

Après avoir servi à Peleliu, il est retourné à Mare Island pour un carénage. Elle a ensuite rejoint la force de porte-avions rapide de l'amiral Marc Matcher et était avec elle pour la première attaque de porte-avions sur Tokyo depuis le raid Doolittle d'avril 1942. L'attaque, les 16 et 17 février 1945, a servi à la fois de coup contre le moral japonais, et de couverture pour l'invasion d'Iwo Jima.

Après l'attaque des îles Home, la flotte s'est déplacée pour rejoindre l'attaque d'Iwo Jima. Les Indianapolis servi de navire de bombardement côtier pendant une grande partie de la bataille, jusqu'au début du mois de mars.

Le même schéma a été répété pour l'invasion d'Okinawa. À la mi-mars, les porte-avions rapides quittèrent Ulithi et, le 18 mars, attaquèrent des cibles sur Kyushu et Honshu. Le 24 mars, le Indianapolis a commencé sept jours de bombardement côtier à Okinawa. Le 31 mars, elle a été attaquée par un seul avion de chasse. Malgré des tirs nourris, le chasseur a réussi à larguer une bombe sur le côté bâbord du pont principal arrière, avant de s'écraser sur le navire. Les kamikaze L'attaque a fait peu de dégâts mais la bombe a pénétré le blindage du pont, a traversé tout le navire et a explosé sous lui. L'explosion a créé deux trous sous-marins et a tué Nice. Une partie du navire a été inondée, mais le problème a été maîtrisé et elle a pu se déplacer vers un navire de sauvetage par ses propres moyens. Elle avait subi des dommages assez graves lors de l'attaque, mais était encore sur le point de retourner à l'île de Mare par ses propres moyens.

Une fois la dernière série de réparations terminée, le Indianapolis a reçu une mission importante, pour transporter les parties des bombes atomiques à travers le Pacifique à Tinian. Elle quitta San Francisco le 16 juillet, atteignit Pearl Harbor le 19 juillet et arriva à Tinian le 26 juillet, un voyage de 5 000 milles en 10 jours.

Les Indianapolis atteint Tinian le 26 juillet et a livré sa cargaison mortelle. Son prochain port d'escale était Guam. Elle a ensuite été envoyée pour un voyage de routine à Leyte, bien loin des principales zones de combat. Son capitaine, Charles McVay, voulait une escorte de destroyer, mais la zone était considérée comme sûre et le croiseur a donc navigué sans escorte. Tôt le matin du 30 juillet 1945, il croise le chemin du sous-marin japonais I-58, commandé par le lieutenant Cdr. Mochitsura Hashimoto. Il a d'abord six torpilles, dont deux ont touché le Indianapolis le la face avant tribord. Elle a coulé en seulement douze minutes.

Tragiquement la perte du Indianapolis n'a pas été remarqué à Leyte, où elle devait arriver le 31 juillet. Ses survivants ont finalement été découverts par un Lockheed PV-Ventura en patrouille et l'effort de sauvetage a finalement commencé. Le retard signifiait que seulement 316 des 800 survivants estimés ont été sauvés. Les Indianapolis était le dernier grand navire de guerre allié à être coulé pendant la Seconde Guerre mondiale.

Modifications en temps de guerre

Au début de 1942, le Indianapolis a reçu quatre canons de 1,1 pouces pour améliorer sa puissance de feu anti-aérienne.

En 1943, le Indianapolis était de donner le contrôle de tir et le radar de recherche. Une partie de l'équipement radar était transportée sur un nouveau mât tripode en treillis qui a été ajouté près de l'entonnoir arrière. Un certain nombre de canons anti-aériens de 20 mm ont également été installés. Au moment où elle a combattu dans les Aléoutiennes, elle portait également un double canon Bofors de 40 mm sur la tourelle numéro trois.

À l'été 1944, six quadruples canons Bofors de 40 mm ont été ajoutés et le nombre de canons de 20 mm a été porté à dix-neuf. Dans le même temps, le nombre d'avions fut réduit à trois et la catapulte tribord retirée.

Déplacement (standard)

10 258 t

Déplacement (chargé)

12 755 t

Vitesse de pointe

32,5 nœuds

Varier

10 000 nm à 15 nœuds

Armure – ceinture

2,25 pouces

- machinerie

Ceinture de 0,75 pouces
Pont de 2,5 pouces

- les magazines

Ceinture de 5,75 pouces
Pont de 2,125 pouces

- des barbettes

1.5 pouces

- des armureries

visage de 2,5 pouces
toit de 2 pouces
0,75 pouces latéraux et arrière

Longueur

610 pieds oa

Armement

Neuf canons de 8 pouces (trois tourelles de 3 canons)
Huit pistolets 5 pouces/25 (huit positions simples)
Huit pistolets de 0,5 pouce (huit positions simples)
Quatre avions

Complément d'équipage

807 (917 Indianapolis)

Posé

31 mars 1930

Lancé

7 novembre 1931

Complété

15 novembre 1932

Perdu

30 juillet 1945


L'épave de l'USS Indianapolis retrouvée

&copier 2017 Navigea Ltd. R/V Petrel

Une cloche de navire est visible au milieu de l'épave de l'USS Indianapolis.

Plus de 70 ans après le naufrage du croiseur lourd avec la plus grande perte de vie dans l'histoire de la marine américaine, une expédition a localisé l'épave de l'Indianapolis au fond de l'océan Pacifique Nord, à plus de 18 000 pieds sous la surface.


La recherche de survivants

« Alors que nous approchions des lieux, toutes les mains non nécessaires pour s'occuper du moteur, de la salle d'incendie, du CIC ou de la radio ont été appelées sur le pont et postées aussi haut que possible pour rechercher visuellement des survivants. J'ai décidé de ne pas utiliser nos quatre péniches de débarquement LCVP pour sortir les gens de l'eau. Les équipages des bateaux avaient une vue horizontale limitée, par rapport aux guetteurs sur le navire. Et, tous les hommes ramassés par les bateaux devraient quand même être transférés au Sonnerie.

« Vers 10 heures du matin, nous sommes tombés sur notre premier groupe de survivants : huit ou neuf hommes à bord de trois radeaux qui étaient attachés ensemble. L'un des hommes, un officier en kaki, se tenait debout et agitait frénétiquement les bras, comme si nous ne voyions pas les radeaux et que nous allions les abattre. Les Sonnerie a été soigneusement manœuvré le long des radeaux, et les survivants ont escaladé les filets de chargement avec un minimum d'assistance de notre équipage.

« L'officier sauvé s'est avéré être le capitaine Charles B. McVay III, commandant de l'Indianapolis. Concernant le sauvetage, un auteur a déclaré : « McVay a trébuché sur le pont et a balbutié son histoire au lieutenant Cmdr. William C. Meyer, skipper du Sonnerie…’ Cette déclaration n’est tout simplement pas vraie. Lorsque le capitaine McVay est monté à bord, il a reçu des soins médicaux immédiats et a été couché dans la cabine du commandant. Il était un officier de marine trop honorable pour interrompre une compagnie navale impliquée dans le sauvetage de ses hommes de la mer. Mon premier contact personnel avec le capitaine a eu lieu dans ma cabine vers 13 heures. C'était après avoir déterminé que notre secteur avait été entièrement couvert, et j'avais vérifié auprès du médecin de notre navire pour savoir s'il serait acceptable de parler au capitaine McVay.


Un cauchemar aquatique

On estime que quatre cents hommes sont morts dans les explosions de torpilles, mais 850 hommes ont réussi à s'échapper vers la mer. Le croiseur a coulé si vite, cependant, que peu de canots de sauvetage et de radeaux ont été mis à l'eau. La plupart des survivants dépendaient de leurs gilets de sauvetage pour les maintenir à flot.

La terreur a commencé lundi, lorsque les requins ont attaqué. Mais les requins n'étaient pas le seul danger à affronter. Parce qu'aucun autre vaisseau allié n'était à proximité et qu'aucun SOS n'avait été envoyé, aucune autorité alliée ne serait au courant pendant un temps considérable du naufrage, retardant ainsi les efforts de sauvetage. Les heures, puis les jours, s'écoulèrent. L'exposition au soleil aveuglant, les vomissements après avoir avalé de l'eau de mer et de l'huile, une soif extrême et un désespoir absolu ont rapidement éclairci les rangs des survivants. Les gilets de sauvetage se sont imbibés d'eau et ont perdu leur flottabilité, entraînant les marins dans une tombe aquatique.

Les hommes dans l'eau ont essayé d'attirer l'attention d'avions éloignés, mais pendant des jours en vain. Ce n'est que quatre jours plus tard qu'un pilote de bombardier de la Navy a repéré la nappe de pétrole du Indianapolis, et remarqua des dizaines d'hommes en délire qui lui faisaient signe frénétiquement.

Un hydravion Catalina PBY est bientôt arrivé et a largué des radeaux de sauvetage et des fournitures. Le pilote a ensuite atterri sur l'eau et 56 hommes sont montés à bord, couvrant le corps et les ailes. Le PBY est devenu un bateau de sauvetage.


Survivre au naufrage de l'USS Indianapolis

Des centaines d'équipages du navire ont flotté sur le Pacifique pendant des jours. Leur emplacement et leur sort étaient inconnus de l'US Navy.

Originaire du Massachusetts, Harlan Twible était un jeune diplômé de l'US Naval Academy lorsqu'il a été affecté au croiseur lourd USS Indianapolis (CA-35) à la fin de juin 1945. Il avait voulu être affecté à un navire plus récent et plus glamour, désirant être soit un aviateur de la marine, soit un sous-marinier. Comme tout jeune diplômé de l'Académie confiant, Twible voulait se tailler une place dans l'histoire, et il supposait qu'un croiseur comme le Indianapolis, affectueusement surnommé « l'Indy » par son équipage, ne serait pas ce navire. Le destin lui donnerait tort sur cette hypothèse.

Le 26 juillet 1945, Twible et "Indy" étaient assis à quai sur l'île de Tinian. Twible, officier de pont ce jour-là, a regardé de l'autre côté de la jetée et a remarqué un contingent anormalement important d'officiers militaires de haut rang, regroupés en grands groupes sur la jetée. Ce que Twible ne savait pas à l'époque, c'est que son navire avait transporté des pièces vitales pour la première arme nucléaire au monde à être utilisée dans la guerre aux scientifiques de Tinian. La mission du navire était top secrète, de sorte que les officiers et les hommes n'avaient aucune idée de l'importance de leur cargaison ou pourquoi il y avait tant d'officiers de haut rang qui regardaient l'équipage décharger sa cargaison vitale. « Il y avait des amiraux. . . tout ce qui était important sur l'île de Tinian était là pour accueillir ce que nous avons découvert plus tard était la bombe », a-t-il déclaré.

Après la livraison de sa cargaison, l'"Indy" a été envoyé à Guam et a reçu l'ordre de se joindre à d'autres forces de surface dans la région du golfe de Leyte, aux Philippines, pour un entraînement supplémentaire avant l'invasion du Japon. Le 29 juillet 1945, "Indy" naviguait vers son rendez-vous avec la flotte à une vitesse de 17 nœuds, sans escorte et seul. À 00h15 le 30 juillet, le croiseur lourd a été touché par deux torpilles japonaises tirées du sous-marin I-58. La première torpille a soufflé la proue du navire tandis que la seconde a frappé presque au milieu du navire près de la poudrière. L'explosion qui en a résulté a littéralement fendu le navire jusqu'à la quille, coupant toute puissance et le faisant couler rapidement par la proue.

À bord du navire sinistré, le jeune Ensign Twible a regardé autour de lui pour ne trouver aucun officier prenant en charge la situation chaotique. « Nous savions que nous étions en difficulté », a-t-il déclaré. « Alors j'ai pris le commandement et je leur ai dit de s'accrocher à tout ce à quoi ils pouvaient s'accrocher. . . . Puis quand l'inclinaison est devenue trop importante. . . J'ai donné l'ordre d'abandonner le navire. Personne n'a abandonné, alors j'ai crié : « Suivez-moi ! » Et les corps sont arrivés si vite que c'était incroyable. Twible a sauté dans la mer et s'est immédiatement éloigné du navire à la nage. Indianapolis est descendu en seulement 12 minutes, entraînant près de 300 de son équipage avec elle. Alors qu'il disparaissait sous les vagues, 900 membres de l'équipage du navire ont flotté dans l'océan Pacifique, leur emplacement et leur sort inconnus de la marine américaine.

Après le naufrage du navire, la prochaine tâche à accomplir pour Twible et ses camarades de bord était la survie en haute mer. De nombreux membres d'équipage, y compris Twible, avaient été blessés lors des explosions de torpilles, certains grièvement. « Tout le monde était mort de peur », a-t-il déclaré. "C'étaient tous des enfants de 18 et 19 ans." Malgré leur jeune âge, les hommes étaient plutôt calmes après avoir été mis à l'eau. "Il n'y a eu aucun combat, aucune agitation." il a dit. "Mais tout le monde avait peur." De nombreux membres de l'équipage se sont regroupés pour se protéger mutuellement au fur et à mesure que la nuit avançait. Alors que le soleil se levait, Twible a effectué un dénombrement et s'est rendu compte qu'il était le seul officier en charge de 325 survivants.

Alors que le premier jour passait au quatrième jour, beaucoup d'hommes ont commencé à perdre la foi qu'ils seraient un jour sauvés. "Nous avons essayé de faire croire aux hommes qu'ils seraient sauvés, mais il n'y avait aucun moyen dans la terre verte de Dieu que je savais que nous allions être sauvés", a-t-il déclaré. « Ma peur était vraiment pour les hommes, pas pour moi. Ma plus grande préoccupation était que les gens que nous pouvions sauver, nous les sauvions. »

Le désespoir et la peur grandissaient parmi les hommes flottant dans les eaux infestées de requins. L'image commune de l'histoire d'Indianapolis est celle de centaines d'hommes ravagés par des requins pendant des jours. Bien qu'il y ait eu de nombreuses attaques de requins, le chiffre exact de la mort par attaque de requin parmi les survivants est inconnu, il y avait de nombreux survivants qui n'ont même jamais vu de requin. Twible et son groupe, cependant, ne faisaient pas partie de ces hommes chanceux. Les requins ont attrapé certains des survivants qui s'étaient éloignés des groupes plus importants, alors Twible a organisé des «surveillances des requins» pour garder les hommes ensemble et repousser les requins lorsqu'ils sont entrés. Les requins sont généralement restés à l'écart des groupes plus importants, ce qui battre et donner des coups de pied aux requins, en les forçant normalement à s'éloigner. Pourtant, les prédateurs ont fait des ravages sur les survivants du groupe de Twible. Twible a insisté pour séparer les morts des épaves flottantes auxquelles ils s'étaient attachés, puis pour pousser les morts en mer afin que ceux qui restaient n'aient pas un exemple visuel constant de leur sort potentiel.

Après quatre jours et cinq nuits, les survivants ont finalement été aperçus par un avion de la marine américaine en patrouille de routine. Le pilote a transmis par radio le rapport de "beaucoup d'hommes dans l'eau", qui a alerté un hydravion PBY qui à son tour a alerté un destroyer à proximité, l'USS Cecil Doyle (DD-368). Sauvant les marins pendant la nuit, le PBY et le destroyer étaient la réponse aux prières des survivants. Sur les 900 hommes qui sont entrés dans l'eau, seuls 316 ont survécu et ont été secourus. Les Indianapolis La catastrophe reste l'une des pires et des plus controversées tragédies de l'histoire de l'US Navy.

Harlan Twible est resté dans la Marine après la Seconde Guerre mondiale, a servi pendant la guerre de Corée, avant de prendre sa retraite en 1958 en raison de problèmes de santé subis pendant son séjour dans l'océan Pacifique. Il est entré dans le monde des affaires et a réussi, prenant sa retraite à 54 ans et déménageant en Floride avec sa femme. Comme beaucoup d'anciens combattants, Harlan Twible n'a jamais parlé de la catastrophe dans les années qui ont immédiatement suivi la guerre. Il a fait de son mieux pour oublier ce qui s'était passé et n'a pas discuté du naufrage et de son temps à la dérive, même pas avec sa femme. Au départ, l'horrible expérience était trop difficile à partager pour Twible, mais ses pensées ont finalement changé. Il pense que parler de la catastrophe aide les gens à s'en souvenir et honore ceux qui ne sont jamais sortis de la mer. Réfléchissant à sa décision d'ordonner à l'équipage d'abandonner le navire, il a déclaré : « Quelle décision pourrais-je jamais prendre qui soit aussi importante que la décision de dire à ces hommes de jeter leur vie à l'eau ? Ce fut l'une des plus grandes décisions que j'ai jamais prises. Je pariais la vie de tout le monde que nous allions gagner.

Seth Paridon

Seth Paridon a été historien au National WWII Museum de 2005 à 2020. Il a commencé sa carrière en menant des histoires orales et des recherches pour la mini-série de HBO. Le Pacifique et détient la distinction d'être le premier historien embauché par le service de recherche du Musée. Au cours des 12 années où il a été directeur des services de recherche, Seth et son équipe ont augmenté la collection d'histoires orales de 25 à près de 5 000 histoires orales.


USS Indianapolis (CA-35) Quiz

    Il a participé aux trois batailles: L'USS Indianapolis a obtenu 10 étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale. Le 7 décembre 1941, il s'exerçait au large de Pearl Harbor lorsque les Japonais attaquèrent. Elle a vu sa première action en 1942, dans le Pacifique Sud, au fond des eaux dominées par les Japonais.

En novembre 1943, après avoir été réaménagé à Mare Island, il devient le vaisseau amiral du vice-amiral Raymond A. Spruance, commandant la 5e flotte américaine. Le 19 novembre 1943, il sert de navire d'appui-feu lors de la bataille de Tarawa. En juin 1944, elle participe au "Marianas Turkey Shoot". Le 19 février 1945, il participa en tant que navire de soutien au bombardement critique d'Iwo Jima avant l'invasion.

Le Discovery Channel a déclaré que le naufrage de l'USS Indianapolis avait entraîné le plus grand nombre d'attaques de requins contre les humains dans l'histoire. La majorité des attaques ont été attribuées au requin océanique.

Malheureusement, les proches de nombreux membres d'équipage à bord de l'USS Indianapolis ont tenu McVay pour responsable de la mort de leurs proches. McVay s'est suicidé en se tirant avec son revolver de service à son domicile de Litchfield, Connecticut. (Référence : « Sur le sentier de la guerre dans le Pacifique : l'amiral Jocko Clark et les porte-avions rapides », New York : Reynolds, 2000)


USS Indianapolis (CA-35) - Histoire

9 950 tonnes (tel que construit)
10 110 tonnes (standard)
610' 3" x 66' 1" x 17' 4"
Pistolets 9 x 8 " .55 cal (3x3)
8 pistolets de 5 " .25 cal
3 pistolets de 3 livres
4 x hydravions
2 x catapultes

Avant la guerre
Après un shakedown dans l'océan Atlantique et la baie de Guantanamo jusqu'au 23 février 1932, il a ensuite navigué jusqu'à la zone du canal (CZ) et a transité par le canal de Panama dans l'océan Pacifique et a subi des exercices d'entraînement supplémentaires et a opéré au large des côtes du Chili. Après révision au Philadelphia Navy Yard, départ pour le Maine. Le 1er juillet 1933, le président américain Franklin Roosevelt a embarqué depuis l'île Campobello au Nouveau-Brunswick, Canada. Parti plus tard ce jour-là et deux jours plus tard, il arriva à Annapolis, dans le Maryland, où six membres du Cabinet visitèrent le cuirassé. Le 4 juillet 1933, après avoir débarqué, le président américain Franklin Roosevelt quitta Annapolis et retourna au Philadelphia Navy Yard.

Par la suite, Indianapolis a agi comme navire amiral pour le reste de sa carrière en temps de paix. Le 18 novembre 1936, à Charleston, à nouveau accueilli à bord le président américain Franklin Roosevelt pour une croisière "Bon Voisin" en Amérique du Sud transportant le président Roosevelt à Rio de Janeiro, Buenos Aires et Montevideo, Indianapolis retourna à Charleston le 15 décembre 1936 lorsque le président et son groupe débarqua.

Histoire de la guerre
Le 7 décembre 1941, Indianapolis effectuait un bombardement simulé de l'île Johnston lorsque les Japonais attaquèrent Pearl Harbor. Par la suite, elle a rejoint la Task Force 12 (TF 12) et a recherché sans succès des porte-avions japonais qui seraient toujours dans les environs.

Le 13 décembre 1941, il arriva à Pearl Harbor et rejoignit la Task Force 11 (TF-11) qui partit pour le Pacifique Sud.

Le 16 février 1942, la Task Force 11 (TF-11) se trouvait au nord-est de Rabaul et ses avions porteurs planifiaient une attaque en collaboration avec les forteresses volantes B-17E de l'U.S. Army Air Force (USAAF) du nord de l'Australie. Le 20 février 1942, la task force est repérée par les Japonais et ciblée par deux vagues de G4M1 Betty du 4e Kōkūtai (4e groupe aérien). Les bombardiers ont été interceptés par des F4F Wildcats de l'USS Lexington (CV-2) et des tirs antiaériens ont fait dix-sept bombardiers abattus. Bien qu'aucun des navires n'ait été endommagé, la frappe d'avions porteurs prévue pour le 21 février 1942 a été avortée.

Le 10 mars 1942, il opéra dans le golfe de Papouasie pour défendre l'USS Yorktown (CV-5) lors d'une frappe d'avions porteurs contre Lae et Salamaua.

Par la suite, Indianapolis est retourné à Mare Island pour une révision et des modifications. Ensuite, escorté un convoi vers l'Australie. Ensuite, se dirige vers le Pacifique Nord jusqu'aux îles Aléoutiennes et rejoint le groupe de bombardement du groupe de travail 8.6 (TG 8.6).

Le 7 août 1942, le groupe de bombardement du groupe de travail 8.6 (TG 8.6) du contre-amiral William W. Smith bombarde l'île de Kiska comprenant l'USS Louisville (CA-28), l'USS Indianapolis (CA-35), l'USS Nashville (CL-43), l'USS Honolulu (CL-48) et USS St. Louis (CL-49) plus les destroyers USS Elliot (DD-146), USS Reid (DD-369), USS Case (DD-370), USS Gridley (DD-380) et USS McCall (DD-400). Bien que le brouillard ait limité l'observation, leurs hydravions ont signalé le naufrage des navires dans le port de Kiska et des incendies dans les installations à terre. Les Japonais ont été pris par surprise et ont mis quinze minutes avant que les batteries à terre ne ripostent et que les hydravions japonais ne lancent des attaques inefficaces. L'opération a été considérée comme un succès malgré le peu d'informations sur ses résultats.

En janvier 1943, Indianapolis a soutenu l'occupation de l'île d'Amchitka. Le 19 février 1943, pendant la nuit, Indianapolis et deux destroyers patrouillaient au sud-ouest de l'île d'Attu, espérant intercepter les navires ennemis qui transportaient des renforts et des ravitaillements vers l'île de Kiska et l'île d'Attu, il contacta un cargo japonais, l'Akagane Maru. Le cargo a tenté de répondre au défi mais a été bombardé et a explosé sans aucun survivant, probablement parce qu'il était chargé de munitions. Jusqu'au milieu de 1943, Indianapolis a continué à opérer dans les îles Aléoutiennes et en Alaska, escortant des convois et couvrant les débarquements amphibies.

Après un autre carénage à Mare Island, l'Indianapolis s'est rendu à Pearl Harbor où il est devenu le navire amiral du vice-amiral Raymond A. Spruance commandant la 5e flotte. Le 10 novembre 1943, sortie de Pearl Harbor avec le corps principal de la Southern Attack Force pour l'opération Galvanic, l'invasion des îles Gilbert. Le 19 novembre 1943, Indianapolis bombarde Tarawa et frappe le lendemain l'île Makin. Le navire est ensuite retourné à l'île de Tarawa et a fourni un appui-feu pour les débarquements. Ce jour-là, ses canons ont abattu un avion ennemi et bombardé des points forts ennemis sur Tarawa pendant la bataille.

Le 30 janvier 1944, Indianapolis faisait partie d'un groupe de croiseurs qui est arrivé au large de l'atoll de Kwajalein et a commencé à bombarder des cibles à terre avant le débarquement amphibie. Le 31 janvier 1944, alors que les Marines américains débarquaient, crédité d'avoir réduit au silence deux batteries côtières. Le 1er février 1944, crédité d'avoir détruit un blockhaus et d'autres installations à terre et soutenu les troupes en progression avec un barrage rampant, puis a continué à fournir un appui-feu jusqu'au départ le 4 février 1944.

De mars 1944 à avril 1944, Indianapolis a soutenu les opérations dans les Carolines occidentales, y compris le soutien aux raids aériens du 30 mars 1944 au 31 mars 1944 de l'US Navy contre les navires au large de Palau. De plus, les aérodromes ont été bombardés et les eaux environnantes minées pour immobiliser les navires ennemis. Le 31 mars 1944, Yap et Ulithi ont été touchés et le 1er avril 1944, Woleai a été attaqué. Pendant ces trois jours, des avions japonais attaquent la flotte américaine mais sont repoussés sans endommager les navires américains. Indianapolis a revendiqué l'abattage d'un de ses avions ennemi, un bombardier-torpilleur. Ces attaques ont empêché les Japonais dans les Carolines d'interférer avec les débarquements américains en Nouvelle-Guinée.

En juin 1944, la 5e Flotte a mené l'assaut sur les îles Mariannes. Les raids sur Saipan ont commencé avec des avions embarqués le 11 juin, suivis d'un bombardement de surface, dans lequel Indianapolis a joué un rôle majeur, à partir du 13 juin. Le jour J, le 15 juin, l'amiral Spruance reçut des informations selon lesquelles une grande flotte de cuirassés, de porte-avions, de croiseurs et de destroyers se dirigeait vers le sud pour soulager leurs garnisons menacées dans les Mariannes. Comme les opérations amphibies à Saipan devaient être protégées à tout prix, l'amiral Spruance ne pouvait pas attirer ses puissantes unités de surface trop loin de la scène. Par conséquent, une force de transport rapide a été envoyée pour faire face à cette menace tandis qu'une autre force a attaqué les bases aériennes japonaises sur Iwo Jima et Chichi Jima dans les îles Bonin et Volcano, bases pour d'éventuelles attaques aériennes ennemies.

Une flotte américaine combinée a combattu les Japonais le 19 juin 1944 lors de la bataille de la mer des Philippines. Les avions de transport japonais, qui espéraient utiliser les aérodromes de Guam et de Tinian pour faire le plein, se réarmer et attaquer les navires off-shore américains, ont été accueillis par des avions de transport et les canons des navires d'escorte alliés. Ce jour-là, l'US Navy a détruit 426 avions japonais et n'en a perdu que 29. Indianapolis elle-même a abattu un avion lance-torpilles. Cette journée de combat aérien est devenue connue dans toute la flotte comme la bataille de la mer des Philippines (Great Marianas Turkey Shoot). L'opposition aérienne japonaise étant anéantie, les avions transporteurs américains ont poursuivi et coulé le Hiyō, deux destroyers et un pétrolier et ont infligé de graves dommages à d'autres navires. Deux autres porte-avions, le Taihō et le Shōkaku, sont coulés par des sous-marins.

Indianapolis est retourné à Saipan le 23 juin pour y reprendre l'appui-feu et six jours plus tard, il s'est déplacé à Tinian pour détruire les installations à terre. Pendant ce temps, Guam avait été prise et Indianapolis était le premier navire à entrer dans le port d'Apra depuis que cette base américaine était tombée au début de la guerre. Le navire a opéré dans les Mariannes pendant les semaines suivantes, puis s'est déplacé vers les Carolines occidentales où d'autres débarquements étaient prévus. Du 12 au 29 septembre, elle a bombardé l'île de Peleliu, tant avant qu'après les débarquements. Elle est ensuite partie pour Manus où elle a opéré pendant 10 jours avant de retourner à l'île de Mare pour la révision.

Le 14 février 1945, il rejoignit la force opérationnelle des porte-avions rapides du vice-amiral Marc A. Mitscher avant leur attaque sur Tokyo pour couvrir le prochain débarquement sur Iwo Jima. Le raid a réalisé une surprise tactique complète en s'approchant de la côte japonaise sous couvert de mauvais temps avant les raids des 16 et 17 février 1945. Tout au long de l'action, l'Indianapolis était un navire de soutien.

Immédiatement après les frappes, le groupe de travail s'est rendu aux îles Bonin pour soutenir les débarquements sur Iwo Jima. Le navire y est resté jusqu'au 1er mars 1945 pour protéger la force d'invasion et fournir un appui-feu contre des cibles côtières. Le navire est retourné à la Task Force de l'amiral Mitscher à temps pour frapper à nouveau Tokyo le 25 février 1945 et Hachijo au large de la côte sud de Honshū le lendemain. Malgré un temps extrêmement mauvais, les raids ont fait couler 158 avions et cinq petits navires, endommagé les installations au sol et les trains.

Le 14 mars 1945, il quitte Ulithi avec la force porteuse rapide à destination du Japon. Le 18 mars 1945, alors qu'ils se trouvaient à 160 kilomètres au sud-est de Kyūshū, les porte-avions lancèrent des frappes contre des aérodromes et des navires à Kobe et Kure. Le 21 mars 1945, une force de 48 avions ennemis tenta une attaque mais fut interceptée par des chasseurs en défense à 60 miles de distance abattant chaque avion avant qu'ils ne puissent frapper.

Le 24 mars 1945, il a participé au bombardement d'Okinawa avant l'invasion pendant sept jours, Indianapolis fournissant des tirs de 8" ciblant les défenses de la plage. Pendant ce temps, des avions ennemis ont attaqué à plusieurs reprises les navires et Indianapolis a abattu six avions et endommagé deux autres.

Le 31 mars 1945 au petit matin, des vigies ont repéré un chasseur japonais comme en piqué vertical visant le pont. En défense, les canons de 20 mm du navire ont ouvert le feu moins de 15 secondes après avoir été repéré alors que l'avion ennemi était au-dessus du navire. Des traceurs ont convergé vers lui, le faisant dévier, mais le pilote ennemi a réussi à larguer une bombe d'une hauteur de 25 pieds avant de s'écraser sur la poupe bâbord. L'avion a basculé sans danger dans la mer, mais la bombe a plongé à travers le pont, dans le réfectoire de l'équipage, dans le compartiment d'amarrage et dans les réservoirs de carburant avant de s'écraser à travers la quille et d'exploser sous l'eau. La commotion a fait sauter deux trous béants dans la quille et a inondé les compartiments voisins, tuant neuf membres d'équipage. Bien qu'Indianapolis ait commencé à s'installer légèrement par la poupe et à mettre la main sur le port, il n'y a pas eu d'inondation progressive et a été acheminé vers un navire de sauvetage pour des réparations d'urgence.

Par la suite, l'inspection a révélé que ses arbres d'hélice étaient endommagés, ses réservoirs de carburant rompus et l'équipement de distillation d'eau ruiné. Malgré les dommages, le croiseur a navigué par ses propres moyens à travers l'océan Pacifique jusqu'à l'île de Mare pour des réparations et une révision. Afterwards, proceeded to Tinian island transporting parts and the uranium projectile for the "Little Boy" atomic bomb dropped on Hiroshima.

On July 16, 1945 departed San Francisco and three days later arrived at Pearl Harbor then proceeded alone to Tinian Island arriving July 26, 1945 where her top secret cargo was unloaded. Afterwards, departed for Guam and where some of the senior crew were replaced with replacements sailors. Two days later. she departed bound for Leyte where the crew was to receive additional training before continuing to Okinawa to join Task Force 95 (TF-95) under the command of Vice Admiral Jesse B. Oldendorf.

Sinking History
On July 30, 1945 at 12:14am Indianapolis was hit by two Type 95 torpedoes fired by Japanese submarine I-58 in the North Philippine Sea. One hit the bow and the other hit amidships and the explosions caused massive damage and a heavy list then began to settle by the bow. Twelve minutes later at 12:26am, she rolled over and her stern lifted upward before sinking at roughly Lat 12° 2′ 0″ N Long 134° 48′ 0″ E . In total, Indianapolis earned ten battle stars for her World War II service.

Fates of the Crew
Approximately 300 of the crew went down with the ship. The remaining 900 survivors, many without life jackets and only a few lifeboats. Without food or water, the survivors drifted in the shark-infested open sea for four days until spotted and rescued. The rescued crew included Captain Charles B. McVay III.

Chercher
On July 31, 1945 when Indianapolis failed to reach Leyte, her failure to arrive was not detected and no searches were immediately undertaken. On August 2, 1945 at 10:25am a PV-1 Ventura from VPB-152 piloted by flown by Lt. Wilbur Gwinn and copilot Lt Warren Colwell on a routine patrol flight spotted men in the water and dropped them a life raft and radio. On August 3, 1945 PBY Catalina from Peleliu Airfield spotted and reported the survivors. Afterwards, all available air and surface units were sent to the location to rescue the survivors. By then, only 316 men were still alive.

Court Martial
In November 1945, Captain Charles B. McVay III was court-martialed for failing to zigzag, although he was ordered to "zigzag at his discretion, weather permitting" and Mochitsura Hashimoto, former captain of I-58 testified that zigzaging would not have prevented the sinking. Later, Admiral Nimitz remitted his sentence and returned him to active duty until he retired in 1949 with the rank of Rear Admiral. In 1968 at age 70 he committed suicide. In July 2001, the United States Secretary of the Navy ordered McVay's Navy record cleared of any wrongdoing.

Memorials
At total of 879 sailors were lost in the sinking. The crew that remain listed as Missing In Action (MIA) are memorialized at Manila American Cemetery on the courts of the missing.

The Indiana State Museum includes materials related to Indianapolis. Her commissioning pennant are located at the Heslar Naval Armory. The swim training center at United States Navy Recruit Training Command is named USS Indianapolis.

On August 2, 1985, the USS Indianapolis National Memorial was dedicated on the Canal Walk in Indianapolis, Indiana. In 2007, the USS Indianapolis Museum opened at the Indiana World War Memorial Military Museum. In May 2011, highway I-465 around Indianapolis was named "USS Indianapolis Memorial Highway".

Shipwreck
Between 2001–2016 several expeditions unsuccessfully searched for the shipwreck of USS Indianapolis. The first effort between July-August 2001 used side scan sonar. The second effort in June 2005 and was covered by National Geographic. Only pieces of metal were found in the reported sinking, but never confirmed to belong to the ship. This expedition was broadcast in the documentary "Finding of the USS Indianapolis". During July 2016 a new position was located in the records of LST-779 and National Georgraphic planned another effort in the middle of 2017.

On August 18, 2017 the shipwreck was discovered at a depth of 18,000' / 5,500m by the USS Indianapolis Project aboard RV Petrel funded by Paul Allen and the news of the discovery was released days later. During September 2017 a detailed map of the shipwreck was released.

The exact location is kept secret to protect the shipwreck as a war grave. Most of the shipwreck rests in an impact crater on a rocky bottom. Due to the depth, the ship's condition and preservation is excellent with paint visible including the name "Indianapolis".

Before the ship sank, the bow broke off and came to rest 1.5 miles to the east of the main shipwreck. Two 8" guns broke off at the surface sank 1/2 mile east of the main wreckage and was the last surface position before sinking. The wreckage of the floatplanes are .6 miles away having broke free while sinking.

Contribuer des informations
Êtes-vous un parent ou associé à une personne mentionnée?
Vous avez des photos ou des informations supplémentaires à ajouter ?


Men and Women of Bell County in WWII: USS Indianapolis (CA-35)

USS Indianapolis (CA-35)

Seaman 2nd Class Mikeska, Willie Wodrew (8422945). Born 1 Jan 1920 in Bartlett, TX. Son of Joe and Blanche Alexena (Blad) Mikeska. Enlisted in the Navy 2 Oct. 1943. Joined the crew of the USS Indianapolis 21 Dec 1943.

Aviation Machinist’s Mate 2nd Class Meissner, Oscar August (6254451). Born 2 Oct 1921 in Bartlett, TX. Son of August and Mary E (Sturm) Meissner. Married Attie Marie Hensley 10 Jan 1947. Entered Navy 25 Aug 1942. Assigned to USS Indianapolis 19 Apr 1943 as part of the Aviation Unit. Transferred to the Naval Air Technical Training Center, Chicago 25 Nov 1944.

Les Taylor Daily Press 19 Aug 1942

Oscar August Meissner died April 27, 2017. He was born in Bartlett on Oct 2, 1921 to Mary and August Meissner. He attended German-English School one mile north of Bartlett and graduated from Bartlett High School in 1940. He worked for James Bailey Chevrolet until joining the Navy in 1942. While in the Navy, he served aboard the USS Indianapolis in the Pacific, achieved the rank of Aviation Machinist Mate First Class and received five Battle Stars. Just prior to the Indianapolis sinking by torpedoes, Oscar was transferred to Chicagoattend an additional aircraft school. Oscar was joined in marriage to Attie Marie (Toots) Hensley in 1947. Returning from the Navy in 1946, Oscar returned to work at James Bailey Chevrolet for 10 months and then Naiver Bros Dodge/Plymouth until 1949 when he opened Oscar’s Motor Clinic & Auto Supply. He retired in 2002. Oscar attended the University of Texas for teacher training, Temple Junior College with an associate degree in Mid-Management and also an associate degree in the Arts and the University of Mary Hardin-Baylor for business law. Oscar was a substitute teacher in Auto Mechanics at Temple Junior College. Oscar was preceded in death by his parents, his wife of 59 years, two children, Mary Sue Meissner and Oscar A Meissner Jr and his daughter Glenda Thornton Fry. Survivors include son-in-law Edward C Fry of Bartlet two grandchildren, one great-grandchild, and one great-great grandchild.

At midnight 30 Jul 1945 the Japanese submarine I-58 (left photo) spotted the Indianapolis on its way to Leyte. Six torpedoes were fired into the Indianapolis, sinking the ship. Approximately 1196 sailors and marines crewed the Indianapolis, of that number only 316 survived their wounds, shark attacks and dehydration. They remained in the water for five days before being spotted by an American plane.


Bring the Bell Up?

Due to the recent discovery of USS Indianapolis resting 18,000 feet at the bottom of the Philippine Sea by billionaire Paul Allen, some people have already called for one particular object to be raised from the depths.

Recent photos released by the submersible visiting Indy’s watery grave show one particularly interesting photograph of a ship’s bell. But it is not THE ship’s bell, which has been on display at the Indiana World War Memorial in Indianapolis.

Should they still bring the bell up?


USS Indianapolis (CA-35) - History

In November and December 1936, USS Indianapolis transported President Franklin D. Roosevelt on his "Good Neighbor" tour of South America. This page features views of and on board the ship during this cruise.

If you want higher resolution reproductions than the Online Library's digital images, see "How to Obtain Photographic Reproductions."

Click on the small photograph to prompt a larger view of the same image .

Leaves Charleston, South Carolina, carrying President Franklin D. Roosevelt on his "Good Neighbor" cruise to South America, 18 November 1936.

Courtesy of the Naval Historical Foundation, collection of Rear Admiral Paul H. Bastedo, USN.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Online Image: 68KB 740 x 605 pixels

President Franklin D. Roosevelt (second from left)

Waves "farewell" to Charleston, South Carolina, as he leaves for his "Good Neighbor" cruise to South America, on board USS Indianapolis (CA-35), 18 November 1936.
Those present include (from left to right):
James Roosevelt
Président Roosevelt
Captain Paul H. Bastedo, USN
Colonel Edwin M. Watson, U.S. Army and
Captain Ross T. McIntire, USN(MC).

Courtesy of the Naval Historical Foundation, collection of Rear Admiral Paul H. Bastedo, USN.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Online Image: 62KB 740 x 605 pixels

Scene in the ship's pilothouse, late November 1936, as she carried President Franklin D. Roosevelt on his "Good Neighbor" cruise to South America. Indianapolis ' Commanding Officer, Captain Henry Kent Hewitt, is seated in left center.

Courtesy of the Naval Historical Foundation, collection of Rear Admiral Paul H. Bastedo, USN.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Online Image: 69KB 740 x 610 pixels

Ship's Commanding Officer, Captain Henry Kent Hewitt, USN, (left), hears "Davy Jones" read the message from "King Neptune", as the ship crosses the Equator in late November 1936. She was then conveying President Franklin D. Roosevelt and his party on a "Good Neighbor" cruise to South America.
Commander Oscar C. Badger is looking on, at right.

Courtesy of the Naval Historical Foundation, collection of Rear Admiral Paul H. Bastedo, USN.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Online Image: 79KB 740 x 605 pixels

President Franklin D. Roosevelt (center)

Pleads his case before the Royal Court of "Shellbacks" as his "defense attorney" listens intently at left, during Neptune Ceremonies on board USS Indianapolis (CA-35), as she crosses the Equator in late November 1936.
Indianapolis was then carrying the President and his party on a "Good Neighbor" cruise to South America.

Courtesy of the Naval Historical Foundation, collection of Rear Admiral Paul H. Bastedo, USN.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Online Image: 67KB 740 x 605 pixels

James Roosevelt (center),
son of President Franklin D. Roosevelt

Receives some of the punishment due a "Polywog" at the hands of "Shellbacks", during Neptune Ceremonies on board USS Indianapolis (CA-35), as she crosses the Equator in late November 1936.
Indianapolis was then carrying the President and his party on a "Good Neighbor" cruise to South America.

Courtesy of the Naval Historical Foundation, collection of Rear Admiral Paul H. Bastedo, USN.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Online Image: 65KB 740 x 610 pixels

President Franklin D. Roosevelt

Receives the salute of the Argentine Navy while standing beneath the eight-inch guns of USS Indianapolis (CA-35), during his "Good Neighbor" cruise to South America, 29 November 1936.

Courtesy of the Naval Historical Foundation, collection of Rear Admiral Paul H. Bastedo, USN.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Online Image: 45KB 740 x 610 pixels

Arrives at Buenos Aires, Argentina, with President Franklin D. Roosevelt on board, 30 November 1936, during the President's "Good Neighbor" cruise to South America.

Donation of Captain Fred W. Connor, USMC(Retired), 1970.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Online Image: 112KB 740 x 565 pixels

Crewmen display the Presidential Flag below the ship's brass data plaque, as she carried President Franklin D. Roosevelt on his "Good Neighbor" cruise to South America in late November 1936.

Courtesy of the Naval Historical Foundation, collection of Rear Admiral Paul H. Bastedo, USN.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Online Image: 61KB 740 x 610 pixels

Bow of the Presidential barge, showing the four stars and seal of the President of the United States. Photographed on board Indianapolis as she carried President Franklin D. Roosevelt on his "Good Neighbor" cruise to South America in late November 1936.

Courtesy of the Naval Historical Foundation, collection of Rear Admiral Paul H. Bastedo, USN.


Voir la vidéo: NEVER GIVE UP! The Story of USS Indianapolis CA-35 Webinar - Part I


Commentaires:

  1. Destry

    On our site you can get your astrological horoscope both for a specific day and for a week in advance. We can say with precision which professions are suitable for you, and where you will succeed and your career growth.

  2. Joosef

    Peut-être que je suis d'accord avec ses paroles

  3. Fiacre

    Peut-il y avoir des erreurs ?

  4. Eshkol

    Je veux dire, vous autorisez l'erreur. Je peux le prouver. Écrivez-moi dans PM, nous allons le gérer.

  5. Kevis

    Je suis d'accord, c'est une drôle d'opinion

  6. Kigajind

    Savez-vous quelles sont les vacances aujourd'hui?

  7. Roweson

    Bravo, l'admirable phrase et c'est opportun



Écrire un message