Discours d'Ann Romney 28 août 2012 - Histoire

Discours d'Ann Romney 28 août 2012 - Histoire

ROMNEY : Bonjour ! Quel accueil.

Merci. Et merci Luce. J'ai hâte de voir ce que nous allons faire tous ensemble. Cela va être tellement excitant!

Juste pour que vous le sachiez tous, l'ouragan a touché terre et je pense que nous devrions profiter de ce moment et reconnaître que les compatriotes américains sont sur son chemin et espérer et prier pour que tous restent en sécurité et qu'aucune vie ne soit perdue et qu'aucun bien ne soit perdu. Nous devrions donc tous être reconnaissants pour ce grand pays et reconnaissants envers nos premiers intervenants et tout ce qui nous protègent dans ce merveilleux pays.

Eh bien, je veux te parler ce soir pas de politique et pas de parti. Et bien qu'il y ait de nombreuses questions importantes dont nous entendrons discuter lors de cette convention et tout au long de cette campagne ce soir, je veux vous parler avec mon cœur de nos cœurs.

Je veux parler non pas de ce qui nous divise, mais de ce qui nous unit en tant que famille américaine. Je veux vous parler ce soir de cette grande chose qui nous unit, de cette grande chose qui nous apporte notre plus grande joie quand les temps sont bons et le plus profond réconfort dans nos heures sombres.

Ce soir, je veux te parler d'amour. Je veux vous parler de l'amour profond et durable que j'ai pour un homme que j'ai rencontré lors d'un bal il y a de nombreuses années. Et l'amour profond que j'ai et je sais que nous partageons pour ce pays. Je veux te parler de cet amour si profond que seule une mère peut le comprendre. L'amour que nous avons pour nos enfants et les enfants de nos enfants. Et je veux que nous réfléchissions ce soir à l'amour que nous partageons pour ces Américains, nos frères et nos sœurs, qui traversent des moments difficiles, dont les journées ne sont jamais faciles, les nuits toujours longues, et dont le travail ne semble jamais terminé. Ils sont ici parmi nous ce soir dans cette salle. Ils sont ici dans des quartiers de Tampa et de toute l'Amérique. Les parents qui dorment éveillés la nuit, côte à côte, se demandant comment ils vont pouvoir payer l'hypothèque ou faire le loyer. Le père célibataire qui fait des heures supplémentaires ce soir pour que ses enfants puissent acheter de nouveaux vêtements pour retourner à l'école, faire un voyage scolaire ou faire du sport pour que ses enfants se sentent, vous savez, comme les autres enfants.

Et les mères qui travaillent qui aiment leur travail, mais aimeraient travailler un peu moins pour passer plus de temps avec les enfants, mais c'est tout simplement hors de question avec cette économie. Ou que diriez-vous de ce couple qui aimerait avoir un autre enfant mais qui se demande comment il va se le permettre ? J'ai parcouru tout le pays et je connais beaucoup d'entre vous. Et j'ai vu et entendu des histoires sur la difficulté d'aller de l'avant maintenant. Vous savez quoi? J'ai entendu vos voix. Ils m'ont dit, je cours sur place et nous ne pouvons tout simplement pas avancer. Parfois, je pense que, tard dans la nuit, si nous restions tous silencieux pendant quelques instants et écoutions attentivement, nous pourrions entendre un soupir collectif de la part des mamans et des papas à travers l'Amérique qui ont traversé un autre jour, et savoir qu'ils feront par un autre demain. Mais à la fin de ce moment de la journée, ils ne savent tout simplement pas comment. Et si vous écoutez attentivement, vous entendrez les femmes soupirer un peu plus que les hommes. C'est comme ça, n'est-ce pas ? Ce sont les mamans qui ont toujours dû travailler un peu plus fort pour que tout se passe bien. Ce sont les mamans de cette nation, célibataires, mariées, veuves, qui tiennent vraiment le pays ensemble. Nous sommes les mères. Nous sommes les épouses. Nous sommes les grands-mères. Nous sommes les grandes sœurs. Nous sommes les petites sœurs et nous sommes les filles.

Tu sais que c'est vrai, n'est-ce pas ? Je vous aime, les femmes !

Et j'entends vos voix. Ce sont mes fans préférés là-bas.

C'est vous qui devez faire un peu plus et vous savez ce que c'est que de gagner un peu plus durement gagnez le respect que vous méritez au travail et ensuite vous rentrez à la maison pour aider avec le rapport du livre juste parce que cela doit être fait . Vous savez à quoi ressemblent ces appels téléphoniques de fin de soirée avec un parent âgé, et ces longs week-ends en voiture juste pour voir comment ils vont.

Vous connaissez le chemin le plus rapide vers la salle d'urgence locale et quels médecins répondent réellement à l'appel téléphonique lorsque vous appelez la nuit, et au fait, je sais tout à ce sujet. Vous savez ce que c'est que d'assister à cette cérémonie de remise des diplômes et de vous demander comment il se fait que tant de longues journées se sont transformées en années qui ont passé si vite. Vous êtes le meilleur de l'Amérique. Vous... Vous êtes l'espoir de l'Amérique. Il n'y aurait pas d'Amérique sans vous. Ce soir, nous vous saluons et chantons vos louanges ! Je ne sais pas si les hommes comprennent vraiment cela, mais je ne pense pas qu'il y ait une femme en Amérique qui s'attend vraiment à ce que sa vie soit facile. À notre manière, nous savons tous mieux. Tu sais quoi, et c'est bien. Nous ne voulons pas de facilité. Mais ces dernières années ont été plus dures qu'elles ne devaient l'être. Ce sont toutes les petites choses, le prix de la pompe que vous ne pouviez pas croire et les factures d'épicerie qui ne font qu'augmenter, toutes ces choses qui étaient gratuites, comme les sports scolaires, sont maintenant une facture de plus à payer. C'est toutes les petites choses qui deviennent les grandes choses. Et les grandes choses, les bons emplois, la chance à l'université et la maison que vous voulez acheter deviennent de plus en plus difficiles. Tout est devenu plus difficile. Nous sommes trop intelligents et savons qu'il n'y a pas de réponses faciles, mais nous ne sommes pas assez stupides pour accepter qu'il n'y a pas de meilleures réponses.

Et c'est là qu'intervient ce garçon que j'ai rencontré lors d'un bal au lycée. Son nom est Mitt Romney et vous devriez vraiment apprendre à le connaître. Je pourrais vous dire pourquoi je suis tombée amoureuse de lui ; il était grand, riait beaucoup. Il était nerveux. Les filles aiment ça. Cela montre que le gars est un peu intimidé. Il était gentil avec mes parents, mais il était aussi très heureux quand ils n'étaient pas là.

Cela ne me dérange pas. Mais plus que tout, il m'a fait rire. Certains d'entre vous ne le savent peut-être pas, mais je suis la petite-fille d'un mineur de charbon gallois. Il était déterminé -- il était déterminé à ce que ses enfants sortent des mines. Mon père a obtenu son premier emploi à l'âge de six ans dans un petit village du Pays de Galles appelé (inaudible). Nettoyage des bouteilles au (inaudible).

Quand il avait 15 ans, papa est venu en Amérique. Dans notre pays, il a vu l'espoir et une opportunité d'échapper à la pauvreté. Il a déménagé dans une petite ville du grand État du Michigan. Michigan!

Là, il a lancé une entreprise, qu'il a d'ailleurs créée lui-même.

Il a élevé une famille et il est devenu maire de notre ville. Mon père rappelait souvent à mes frères et moi à quel point nous avions eu de la chance de grandir n'importe où comme l'Amérique. Il voulait que nous ayons toutes les opportunités offertes par la vie dans ce pays, et il nous a donc poussés à faire de notre mieux et à tout donner. Dans les maisons qui bordent les rues du centre-ville, il y avait beaucoup de pères qui enseignaient à leurs fils et filles ces mêmes valeurs. Je ne le savais pas à l'époque, mais l'un de ces pères était mon futur beau-père, George Romney. Le père de Mitt n'a jamais été diplômé de l'université. Au lieu de cela, il est devenu menuisier. Il a travaillé dur, puis il est devenu le chef de l'entreprise automobile, puis le gouverneur du Michigan. Lorsque Mitt et moi nous sommes rencontrés et sommes tombés amoureux, nous étions déterminés à ne rien laisser entraver notre avenir. J'étais épiscopalien, il était mormon. Nous étions très jeunes, tous les deux encore à l'université. Il y avait de nombreuses raisons de retarder le mariage. Et tu sais quoi, on s'en fichait. Nous nous sommes mariés et avons emménagé dans un appartement au sous-sol.

Nous avons marché ensemble en classe, partagé le ménage, mangé beaucoup de pâtes et de thon. Notre juste était une porte calée sur des chevaux de scie, notre table de salle à manger était une planche à repasser rabattable dans la cuisine. Mais c'étaient les meilleurs jours.

Puis notre premier fils est arrivé. D'un coup, une jeune de 22 ans avec un bébé et un mari, qui va à la fois en école de commerce et en droit, et je peux vous dire, probablement comme toutes les autres filles qui se retrouvent dans une nouvelle vie loin de famille et amis avec un nouveau bébé et un nouveau mari, qu'il m'est apparu que je n'avais absolument aucune idée de ce dans quoi je m'embarquais. Eh bien, c'était il y a 42 ans. J'ai survécu. Nous avons maintenant cinq fils et 18 magnifiques petits-enfants.

Je suis toujours amoureuse de ce garçon que j'ai rencontré lors d'un bal au lycée et il me fait toujours rire.

J'ai lu quelque part que Mitt et moi avons un mariage de livre de contes. Eh bien, laissez-moi vous dire quelque chose. Dans les livres de contes que j'ai lus, il n'y a jamais eu de longs, longs après-midis d'hiver pluvieux dans une maison avec cinq garçons criant à la fois, et ces livres de contes ne semblaient jamais avoir de chapitre intitulé MS ou cancer du sein. Un mariage de contes ? Non pas du tout. Ce que Mitt Romney et moi avons est un vrai mariage. Je connais cet homme bon et honnête pour ce qu'il est. Il est chaleureux, aimant et patient. Il a essayé de vivre sa vie avec un ensemble de valeurs centrées sur la famille, la foi et l'amour d'un autre homme. Depuis notre premier mariage, je l'ai vu passer d'innombrables heures à aider les autres. Je l'ai vu tout laisser tomber pour aider un ami en difficulté, et j'ai été là quand des appels de panique tard dans la nuit viennent d'un membre de notre église dont l'enfant a été emmené à l'hôpital.

Vous n'êtes peut-être pas d'accord sur les décisions de Mitt sur les problèmes ou sa politique - d'ailleurs le Massachusetts n'est que de 13 % républicain, donc ce n'est pas comme si c'était un choc pour moi. Mais - mais permettez-moi de dire ceci à tous les Américains qui réfléchissent à qui devrait être notre prochain président. Personne ne travaillera plus dur. Personne ne s'en souciera plus. Et personne ne remuera ciel et terre comme Mitt Romney pour faire de ce pays un meilleur endroit où vivre.

C'est vrai, c'est vrai que Mitt a réussi à chaque nouveau défi qu'il a relevé. Vous savez quoi, cela m'étonne en fait de voir son histoire de succès être attaquée. Sont-ce vraiment les valeurs qui ont fait la grandeur de notre pays ? (MEMBRE DE L'AUDIENCE) : Non.

En tant que maman de cinq garçons, voulons-nous élever nos enfants pour qu'ils aient peur de réussir ?

Envoyons-nous nos enfants dans le monde avec les conseils que nous essayons de faire OK ?

Et soyons honnêtes. Si les quatre dernières années avaient été plus fructueuses, pensons-nous vraiment qu'il y aurait cette attaque contre le succès de Mitt Romney ?

Bien sûr que non. Mitt serait le premier à vous dire qu'il est l'homme le plus chanceux du monde. Il avait deux parents aimants qui lui ont donné des valeurs fortes et lui ont appris la valeur du travail. Il a eu la chance d'obtenir l'éducation que son père n'a jamais eue. Mais, en tant que partenaire de cet incroyable voyage, je peux vous dire que Mitt Romney n'a pas eu le succès. Il l'a construit. Il est resté dans le Massachusetts après ses études supérieures et a trouvé un emploi. J'ai vu les longues heures qui ont commencé avec ce premier emploi. J'étais là quand il avait un petit groupe d'amis qui parlaient de créer une nouvelle entreprise. J'étais là quand ils ont lutté et se sont demandé si toute l'idée n'allait pas fonctionner. La réaction de Mitt a été de travailler plus fort et d'aller de l'avant.

Aujourd'hui, l'entreprise est devenue une autre grande réussite américaine. Cela a-t-il permis à ceux qui ont lancé l'entreprise de réussir au-delà de leurs rêves ? Oui, c'est le cas. Cela nous a permis de donner à nos fils une chance de recevoir une bonne éducation et de faire en sorte que ces longues heures de rapports et de devoirs valent chaque minute. Cela nous a donné la profonde satisfaction de pouvoir aider les autres d'une manière que nous n'aurions jamais pu imaginer. C'est important. Je veux que vous entendiez ce que je vais dire. Mitt n'aime pas parler de la façon dont il a aidé les autres parce qu'il le considère comme un privilège et non comme un sujet de discussion politique.

Nous ne sommes pas différents des millions d'Américains qui aident tranquillement leurs voisins, leurs églises et leurs communautés. Ils ne le font pas pour que les autres pensent davantage à eux. Ils le font parce qu'il n'y a pas de plus grande joie. Donnez et il vous sera donné.

Mais parce que c'est l'Amérique, cette petite entreprise qui a grandi a aidé tant de gens à mener une vie meilleure, les emplois qui ont grandi à partir du risque qu'ils ont pris sont devenus des études universitaires et des premières maisons. Ce succès a aidé les bourses d'études, les pensions et les fonds de retraite. C'est le génie de l'Amérique. Rêves réalisés, aidez les autres à lancer de nouveaux rêves.

À chaque tournant de sa vie, cet homme que j'ai rencontré lors d'un bal au lycée a aidé à élever les autres. Il l'a fait avec les Jeux olympiques alors que beaucoup voulaient abandonner. Il l'a fait dans le Massachusetts où il a guidé l'État de la crise économique au chômage à seulement 4,7 %. Under Mitt, l'école du Massachusetts pour les meilleurs de la nation. Le meilleur. Il a commencé quelque chose que j'aime vraiment. Il a lancé la bourse John et Abigail Adams, qui offre aux 25 pour cent les meilleurs diplômés du secondaire une bourse de quatre ans sans frais de scolarité. C'est l'homme dont l'Amérique a besoin.

C'est un homme qui se réveillera chaque jour avec la détermination de résoudre les problèmes que les autres disent ne pas être résolus, de réparer ce que les autres disent est irréparable, c'est l'homme qui travaillera plus dur que quiconque pour que nous puissions travailler un peu moins dur.

Je ne peux pas vous dire ce qui se passera au cours des quatre prochaines années. Mais je ne peux que rester ici ce soir en tant qu'épouse, mère et grand-mère, américaine, et vous prendre cet engagement solennel. Cet homme n'échouera pas.


Ann Romney dit aux femmes que son mari « ne nous laissera pas tomber »

Ann Romney lance un appel direct aux femmes américaines au nom de leur mari.

Les meilleurs moments d'Ann Romney : « Je t'aime les femmes ! »

TAMPA, 28 août 2012 -- Ann Romney, l'épouse du candidat républicain à la présidentielle, a déclaré ce soir aux Américains qu'ils pouvaient faire confiance à son mari et, dans un appel direct aux femmes, a déclaré : "Cet homme ne nous laissera pas tomber."

"Parfois, je pense que tard dans la nuit, si nous étions tous silencieux pendant quelques instants et écoutions attentivement, nous pourrions entendre un grand soupir collectif des mamans et des papas à travers l'Amérique", a déclaré Mme Romney. "Et si vous écoutez attentivement, vous entendrez les femmes soupirer un peu plus que les hommes."

"Ce sont les mères de cette nation - célibataires, mariées, veuves - qui maintiennent vraiment ce pays ensemble", a-t-elle déclaré, quelques instants avant de regarder la salle de conférence et de crier: "Je vous aime les femmes!"

Parlant de son mari, elle a promis: "Il nous emmènera dans un meilleur endroit, tout comme il m'a ramené à la maison en toute sécurité après cette danse" où ils se sont rencontrés pour la première fois il y a plus de quatre décennies.

"Cet homme n'échouera pas", a déclaré Ann Romney. "Cet homme ne nous laissera pas tomber."

Mme Romney a également jeté des coudes tranchants, plaidant contre les critiques auxquelles son mari a été confronté au cours de son passage dans le secteur privé avec Bain Capital, une société de capital-investissement.

"Il est vrai que Mitt a réussi à chaque nouveau défi qu'il a relevé. Cela m'étonne de voir son histoire de succès réellement attaquée. Sont-ce vraiment les valeurs qui ont fait la grandeur de notre pays ?

« Et soyons honnêtes », a-t-elle poursuivi, « Si les quatre dernières années avaient été plus fructueuses, pensons-nous vraiment qu'il y aurait cette attaque contre le succès de Mitt Romney ? Bien sûr que non.

Alors que les cinq fils de Romney regardaient leur mère, plusieurs avaient clairement les larmes aux yeux.

Mme Romney a longuement parlé de sa vie avec l'homme qu'elle a épousé à l'âge de 19 ans, un homme qu'elle a dit que les gens ne comprenaient pas vraiment.

"J'ai lu quelque part que Mitt et moi avions un 'mariage de contes'. Eh bien, dans les livres de contes que j'ai lus, il n'y a jamais eu de longs, longs après-midis d'hiver pluvieux dans une maison avec cinq garçons criant à la fois. Et ces livres de contes ne semblaient jamais avoir de chapitres intitulés SEP ou cancer du sein", a-t-elle déclaré en faisant référence aux maladies qu'elle a. Survécu. « Un mariage de conte de fées ? Non, pas du tout. Ce que Mitt Romney et moi avons est un vrai mariage.

Après avoir terminé son allocution, Mme Romney a été accueillie sur scène par le candidat. Ils ont cédé à la foule, avant de rejoindre leurs fils pour regarder le discours d'ouverture du gouverneur du New Jersey Chris Christie.

Le discours de Mme Romney visait à offrir un aperçu unique de la vie et de la personnalité de son mari, une prise que les électeurs ne connaissent peut-être pas, en particulier ceux qui n'ont pas encore pris de décision entre lui et le président Obama. La campagne avait espéré que Mme Romney serait, comme ils aiment à le dire, leur « arme secrète », leur meilleur pari pour peindre un portrait plus charnu et plus flatteur du candidat avant le jour des élections.

Quelques heures avant de monter sur scène, Mme Romney a déclaré à Diane Sawyer d'ABC News qu'elle était nerveuse.

"Vous savez, j'étais un peu tremblant quand je suis sorti pour la première fois. Je me dis, oh, c'est un assez grand auditorium, ce sera évidemment le plus grand discours de ma vie. Mais dès que je me suis installé, je suis comme si je me sentais bien, vraiment bien », a déclaré Mme Romney.

Lorsqu'on lui a demandé si son mari avait des conseils à lui donner, Mme Romney a répondu qu'il lui avait conseillé de « juste regarder comme si le visage de quelqu'un était là, comme si vous parliez à quelqu'un ».


En ce jour de l'histoire, 28 август

Le discours historique qui était un appel à mettre fin au racisme aux États-Unis a été prononcé devant le Lincoln Memorial lors de la Marche sur Washington, un rassemblement politique organisé par des groupes de défense des droits humains et politiques. Plus de 200 000 personnes se sont réunies à Washington DC pour exiger des emplois et l'égalité pour les Afro-Américains. Le discours I Have a Dream du Dr King est devenu un symbole du mouvement américain des droits civiques et est l'un des discours les plus reconnaissables de l'histoire enregistrée.

1963 Evergreen Bridge s'ouvre pour la première fois à la circulation

Le pont flottant le plus long du monde, le pont Evergreen Point ou pont Governor Albert D. Rosellini, se trouve sur la route 520 dans l'État de Washington. Il est construit sur le lac Washington et relie Seattle à la ville de Médine. Le pont mesure 4 750 mètres de long, dont la moitié est au-dessus de l'eau.

1955 Emmett Till est assassiné dans le Mississippi

Le garçon afro-américain de 14 ans a été brutalement tué par des hommes blancs après avoir prétendument flirté avec une femme blanche la veille. Till, originaire de Chicago, rendait visite à sa famille à Money, dans le Mississippi, lorsqu'il a été kidnappé, mutilé et son corps jeté dans la rivière.

1937 Création de Toyota Motor Corporation

L'entreprise automobile a été fondée en 1933 en tant que filiale de Toyoda Automatic Loom Works, Ltd. La division était dirigée par Kiichiro Toyoda, le fils du fondateur de Toyota, Sakichi Toyoda.

1845 Le premier numéro de Scientific American sort en kiosque

Le magazine scientifique a été fondé par l'inventeur et artiste américain Rufus M. Porter. Le magazine a commencé comme un bulletin hebdomadaire et est maintenant le plus ancien magazine publié en continu aux États-Unis.


Contenu

Sélection du site Modifier

Le 14 août 2009, le Comité national républicain a nommé un comité de sélection du site de huit membres pour lancer le processus de sélection d'une ville hôte pour la convention de 2012. [6] Des reportages au début de 2010 ont indiqué que Tampa, ainsi que Salt Lake City, Utah et Phoenix, Arizona, avaient été sélectionnés comme candidats finalistes pour le site de la convention. [4] [7] [8] La décision a été annoncée le 12 mai 2010, quand Tampa a été choisie comme ville hôte. [9]

Comité d'accueil Modifier

Le comité hôte de Tampa Bay 2012, un organisme à but non lucratif 501 (c) (3), était le comité hôte de la convention présidentielle officielle et désignée par le gouvernement fédéral pour la convention, chargé de collecter les fonds nécessaires pour organiser la convention. [10] Le comité d'accueil était composé de 10 dirigeants d'entreprise éminents de Floride, de dirigeants civiques et d'autres dirigeants communautaires. Al Austin était président et Ken Jones a été président et chef de la direction. [11] [12] Le comité hôte a atteint son objectif de collecte de fonds en date du 27 août 2012, après avoir levé plus de 55 000 000 $ pour accueillir la Convention nationale républicaine de 2012.

Objectifs et thèmes Modifier

Le thème de la convention était « Un avenir meilleur ». [13] Chaque jour avait aussi son propre thème : le lundi était « Nous pouvons faire mieux », le mardi était « Nous l'avons construit », le mercredi était « Nous pouvons le changer » et celui de jeudi était « Nous croyons en l'Amérique ». En plus de ces thèmes quotidiens, le Comité national républicain a annoncé qu'il présenterait une série d'ateliers sur les politiques qui seront animés par l'ancien président de la Chambre Newt Gingrich appelé « Newt University ». [14] L'un des principaux objectifs de la convention, décrite à la fois comme le « plus gros obstacle électoral » de Romney et comme la « tâche la plus urgente » de Romney par les principaux républicains, était de contrer les efforts visant à le présenter comme un élitiste déconnecté et à réhabiliter l'image de sa carrière professionnelle. [15] La convention a duré du 27 au 30 août 2012. Selon le site Web de la convention, elle a accueilli 2 286 délégués, 2 125 suppléants et 15 000 membres accrédités des médias. Le PDG de la convention était William D. Harris. [16] Plusieurs personnalités républicaines notables ont choisi de ne pas assister à la convention, notamment les anciens présidents George W. Bush et George H. W. Bush, et l'ancien vice-président Dick Cheney. Cependant, une vidéo en hommage à George W. Bush, qui est resté en dehors de l'arène politique depuis qu'il a quitté ses fonctions trois ans plus tôt, a été diffusée lors de la convention mercredi soir, dans laquelle les membres de la famille de Bush l'ont félicité. Dans l'hommage, le père de Bush, George H.W. Bush, a déclaré à propos de George W. Bush : « Il n'y a jamais eu le moindre soupçon de scandale autour de sa présidence. Et je pense que nous oublions l'importance de cela. [17]

Sécurité Modifier

La convention a été désignée comme un événement spécial de sécurité nationale, ce qui signifie que l'autorité ultime sur l'application de la loi est allée aux services secrets et au département de la sécurité intérieure. [18] Le gouvernement fédéral a fourni 50 millions de dollars pour la sécurité de la Convention. [19] Une grande partie de l'argent a servi à remplacer des policiers supplémentaires. Les autres dépenses comprenaient une technologie de surveillance étendue et un véhicule blindé SWAT. [20] [21] Tampa Bay a révélé spécifiquement qu'elle avait dépensé 1,18 million de dollars en liaisons vidéo entre la police au sol et les hélicoptères. [22] [23] [24] La ville a payé 16 500 $ à la Florida State Fairgrounds Authority en échange de l'utilisation par la police des champs de foire locaux comme centre de commandement. [25]

Dani Doane de la Heritage Foundation a décrit la présence policière comme « énervante » et « comme un État policier ». [26] [27] D'autres ont rapporté une semaine tranquille avec de petites protestations et peu d'arrestations. [28] [29] La police a distribué des bouteilles d'eau pendant l'événement [30] et à un moment donné aux manifestants une boîte à lunch. [31]

Plateforme Modifier

Un comité, présidé par le gouverneur de Virginie Bob McDonnell, s'est réuni à Tampa pour rédiger une plate-forme du parti. Le 21 août 2012, le comité a publié un document de 60 pages pour approbation lors du congrès. La plate-forme a été approuvée avec enthousiasme lors de la convention du 28 août. [32] [33] Les politiques incluent : [34]

  • Un amendement sur la vie humaine interdisant l'avortement (avec des exceptions, le cas échéant, à déterminer par le Congrès) [35] et une législation "pour préciser que les protections du quatorzième amendement s'appliquent aux enfants à naître". [36]
  • Un amendement constitutionnel définissant le mariage comme l'union d'un homme et d'une femme. Le droit du gouvernement fédéral et de chaque État de refuser la reconnaissance légale aux mariages homosexuels. [32]
  • Pour l'assurance-maladie : augmentation de l'âge d'admissibilité et passage à un régime à cotisations définies dans lequel le gouvernement paie un montant fixe plutôt que de couvrir les coûts d'un individu. [37]
  • Un nouveau programme de « travailleur invité » [38] détention de longue durée pour « étrangers dangereux mais non déportables ». [39]
  • L'abstinence devrait être la seule forme de planification familiale pour les adolescents financée par le gouvernement. [37]
  • Transparence accrue de la Réserve fédérale via des audits et enquête sur la viabilité du retour à une monnaie à valeur fixe. [40]
  • Mettre fin à l'impôt fédéral sur le revenu en abrogeant le seizième amendement si le système fiscal actuel est considérablement modifié. [41]
  • S'opposer aux réglementations sur les entreprises pour freiner le changement climatique, restreindre le pouvoir de l'Agence de protection de l'environnement et promouvoir la « gérance privée de l'environnement ». [42]

Nominations Modifier

Selon Fox News [43] et les projections des délégués d'Associated Press, [44] Mitt Romney, ancien gouverneur du Massachusetts, a décroché la nomination présidentielle républicaine aux primaires du Texas le 29 mai 2012 et est devenu le candidat présumé du parti. [45] Deux semaines avant la convention, le 11 août, Romney a annoncé Paul Ryan comme son colistier. [46] La décision a fait de Ryan le premier grand candidat à la vice-présidence du Wisconsin. [47]

Rick Santorum et Newt Gingrich ont officiellement publié leurs délégués dans la semaine avant la convention et les ont encouragés à voter pour Romney. Ron Paul a retenu ses délégués, dans le cadre d'une stratégie globale pour influencer le parti. La composition définitive de plusieurs délégations était soumise à la décision de la Commission des concours.

L'appel nominal traditionnel des États, qui permet aux délégués de promouvoir leur État d'origine, a eu lieu le mardi 28 août 2012, le premier jour complet de la convention.

Paul Ryan a été nommé vice-président par vote vocal.

Haut-parleurs Modifier

Le plan initial prévoyait des discours lundi, mais en raison de la tempête tropicale Isaac, la majeure partie du programme du lundi a été annulée et tous les principaux orateurs ont été reprogrammés pour prendre la parole plus tard lors de la convention. [48] ​​[49]

Ron Paul s'est vu offrir un créneau de discours, à condition que la campagne de Romney puisse pré-examiner ses remarques et qu'il approuverait pleinement Romney. [50] Paul a décliné l'offre, en disant qu'il est resté un "électeur indécis". [51] Paul a expliqué que "Ce ne serait pas mon discours. Cela annulerait tout ce que j'ai fait au cours des 30 dernières années. Je ne l'approuve pas entièrement pour le président." [50] Au lieu de cela, une vidéo d'hommage à Paul a été montrée à la convention. [52]

La membre du Congrès Cathy McMorris Rodgers a été l'hôte officiel de la convention, s'exprimant au début de chaque soirée de la convention pour fournir le thème des discours de chaque soirée. [53]

Le créneau le plus convoité qui devait clôturer le programme du lundi soir de la convention devait aller à Ann Romney, l'épouse de Mitt Romney. Mais comme les grandes chaînes de télévision s'étaient retirées de la couverture aux heures de grande écoute de lundi (avant l'annulation des activités de lundi), son discours a été déplacé au mardi 28 août après 22h00 HAE, lorsque les chaînes de diffusion ont commencé à couvrir, avec une introduction de Lucé Vela Fortuño, la Première Dame de Porto Rico. [54] La tâche d'Ann Romney dans son discours a été décrite par Lois Romano de Politique comme « essayer d'accomplir ce que les esprits les plus pointus de la politique républicaine n'ont pas réussi à faire : présenter son mari raide et maladroit comme un gars sympathique ». [55]

Parmi les autres orateurs du 28 août figuraient les gouverneurs John Kasich (Ohio), Nikki Haley (Caroline du Sud), Bob McDonnell (Virginie) et Mary Fallin (Oklahoma). [56]

Lundi 27 août Modifier

En raison de la tempête tropicale Isaac, les activités prévues lundi ont été reportées ou annulées Le président du RNC, Reince Priebus, a rappelé la convention à l'ordre à 14h00 lundi et a lancé une horloge de la dette dans l'arène, avant de suspendre la convention à 14h10. pm. [57]

Mardi 28 août - Ann Romney et Chris Christie Modifier

Mardi après-midi, la majeure partie des délégués du Maine a quitté la convention pour protester contre la décision de remplacer 10 délégués de Ron Paul par 10 délégués de Romney. [58] Cette action du RNC est venue en réponse [ vérification échouée [ vérification échouée ] les dix délégués supplémentaires sont venus au détriment de Romney. [59]

Initialement prévue pour prendre la parole à la clôture de l'émission de lundi soir, Ann Romney a pris la parole devant la Convention nationale républicaine le mardi 28 août 2012. Romney a commencé en déclarant que son discours ne portait pas sur la politique ou le parti, mais sur l'amour. Elle a parlé de son mari, Mitt Romney, dans une tentative de présenter son mari comme sympathique et comparable, répondant en partie à la représentation de ses adversaires comme un élitiste déconnecté. [60]

-Discours de la convention RNC 2012 d'Ann Romney

Les intervenants de la journée étaient :

    , rabbin associé de la congrégation de New York Kehilath Jeshurun ​​et directeur du Straus Center for Torah and Western Thought de l'Université Yeshiva , coprésidente du Comité national républicain. , maire démocrate de Tampa.
  • William Harris, PDG de la Convention nationale républicaine.
  • Al Austin, président du comité hôte de Tampa Bay. , représentant des États-Unis pour le 32e district du Congrès du Texas
  • Ricky Gill, candidat républicain au poste de représentant des États-Unis pour le 9e district du Congrès de Californie. , représentant des États-Unis pour le 23e district du Congrès du Texas.
  • Andy Barr, candidat républicain au poste de représentant des États-Unis pour le 6e district du Congrès du Kentucky. , membre du Sénat de Caroline du Nord pour le 12e district et candidat républicain au poste de représentant des États-Unis pour le 7e district du Congrès de Caroline du Nord. , candidat républicain au poste de représentant des États-Unis pour le 8e district du Congrès de Caroline du Nord. , candidat républicain au poste de représentant des États-Unis pour le 11e district du Congrès de Caroline du Nord. , représentant des États-Unis pour le 1er district du Congrès du Michigan.
  • John Archer, candidat républicain au poste de représentant des États-Unis pour le 2e district du Congrès de l'Iowa. , ancien membre républicain de la Chambre des représentants de l'Indiana pour le 21e district et candidat républicain au poste de représentant des États-Unis pour le 2e district du Congrès de l'Indiana. , candidat républicain au poste de représentant des États-Unis pour le district du Congrès At-large du Montana. , représentant des États-Unis pour le 3e district du Congrès de l'Utah. , représentant des États-Unis pour le 1er district du Congrès de Caroline du Sud. , représentant des États-Unis pour le 7e district du Congrès du Wisconsin. , candidat républicain au poste de représentant des États-Unis pour le 4e district du Congrès de Pennsylvanie. , représentant des États-Unis pour le 2e district du Congrès de l'Arkansas. , membre de l'Assemblée législative du Nebraska pour le 43e district et candidat républicain au Sénat américain du Nebraska. , représentant des États-Unis pour le district at-large du Congrès du Dakota du Nord et candidat républicain au Sénat américain du Dakota du Nord. , membre de la Chambre des délégués de Virginie pour le 34e arrondissement.
  • Rae Lynn Chornenky, présidente de la Fédération nationale des femmes républicaines.
  • Alex Schriver, président national du Comité national républicain du Collège. , maire républicain d'Oklahoma City.
  • Chris Fussner, président mondial de Republicans Abroad et PDG de TransTechnology.
  • Lisa Stickan, présidente des Jeunes républicains. , sénateur des États-Unis du Dakota du Nord. , représentant des États-Unis pour le 7e district du Congrès du Tennessee. , Président de la Chambre des représentants des États-Unis. , président du Comité national républicain. , maire de Saratoga Springs, Utah et candidat républicain au poste de représentant des États-Unis pour le 4e district du Congrès de l'Utah. , actrice et militante du Tea Party. , candidat au poste de lieutenant-gouverneur du Delaware. Changement de place avec Rick Santorum par rapport à l'ordre publié des orateurs. , représentant des États-Unis pour le 5e district du Congrès de Washington. , sénateur américain du New Hampshire, accompagné de Jack Gilchrist, propriétaire de Gilchrist Metal Fabricating. , gouverneur de l'Ohio. , gouverneur de l'Oklahoma. , gouverneur de Virginie, accompagné de Bev Gray. , gouverneur du Wisconsin. , gouverneur du Nevada.
  • Phil Archuletta, homme d'affaires du Nouveau-Mexique. , ancien sénateur américain de Pennsylvanie et candidat à la présidentielle de 2012. , ancien solliciteur général du Texas et candidat républicain du Texas en 2012 au Sénat américain. , ancien représentant démocrate des États-Unis pour le 7e district du Congrès de l'Alabama et candidat démocrate 2010 au poste de gouverneur de l'Alabama. , gouverneur de Caroline du Sud. , Première Dame de Porto Rico. , ancienne Première Dame du Massachusetts et épouse du candidat républicain Mitt Romney. , gouverneur du New Jersey - conférencier principal. [5]

Mercredi 29 août - Paul Ryan Modifier

Wednesday saw a speech from vice presidential nominee Paul Ryan. [61] The accuracy of some of Ryan's statements was widely challenged by the media, fact-checkers, and political opponents. [62] [63] The Associated Press criticized Ryan for taking "factual shortcuts", [64] and the speech was criticized in other outlets for being "misleading" [65] [66] and "dishonest". [67] [68] The most widely challenged portion of Ryan's speech occurred when Ryan criticized Obama for supposedly claiming, at a 2008 campaign appearance at a GM plant in Janesville, Wisconsin (which was slated for closure), that he (Obama) would keep that plant open if he became president. [69] GM began a phased plant closing for the Janesville facility during the 2008 presidential campaign, laying off nearly all of its 1,200 workers on December 23, 2008. 57 workers remained employed at the plant during final assembly and another 40 to 50 in the decommissioning of the plant. [70] [71] On September 19, 2011, GM reported that the Janesville plant was on standby status, as part of a contract between itself and the UAW. [72]

The speakers for the day were:

    , Republican Minority Leader of the Senate. , United States Senator from Kentucky. , Salt Lake City Gold Olympian alpine ski racer, and Jeanine McDonnell , U.S. Senator from Arizona and 2008 presidential nominee. , Attorney General of Florida, and Sam Olens, Attorney General of Georgia. , Governor of Louisiana. (Cancelled due to Tropical Storm / Hurricane Isaac) , U.S. Senator from South Dakota.
  • Yash Wadhwa, Wisconsin civil engineer.
  • Tad True, vice president of a pipeline company in Wyoming.
  • Michelle Voorheis, Michigan businesswoman. , U.S. Senator from Ohio.
  • Steve Cohen, CEO of Screen Machine Industries in Ohio. , Governor of Puerto Rico. , former Governor of Minnesota and 2012 presidential candidate. , former Governor of Arkansas and 2008 presidential candidate. , former U.S. Secretary of State. , Governor of New Mexico. , U.S. Representative from Wisconsin and nominee for Vice President of the United States. [5]

Thursday, August 30: Eastwood, Rubio and Romney Edit

Actor and director Clint Eastwood made a planned surprise appearance at the convention, speaking at the top of the final hour. He spent much of his speech time on a largely improvised routine addressing an empty chair representing President Obama. In at least two instances, Eastwood implied the President had uttered profanities directed both at Romney and Eastwood. [73] Eastwood's remarks were well-received within the convention hall, but responses were mixed in the media. [74] Film critic Roger Ebert commented "Clint, my hero, is coming across as sad and pathetic. He didn't need to do this to himself. It's unworthy of him". [75] Comedian Bob Newhart, who had popularized empty-chair interviews in the 1960s, tweeted in his deadpan humor style, "I heard that Clint Eastwood was channeling me at the RNC. My lawyers and I are drafting our lawsuit". [76]

Thursday night concluded with Romney's acceptance speech. He announced that if elected, a Romney administration energy policy would take "full advantage of our oil and coal and gas and nuclear and renewables". [77] Romney also joked about the Obama administration's policies on climate change, saying "President Obama promised to begin to slow the rise of the oceans and heal the planet", a line which elicited laughter from the convention audience. [78] By way of contrast, Romney continued "MY promise. is to help you and your family."

Thursday's speakers included:

    , United States Representative from Florida's 14th congressional district and 2012 Republican nominee from Florida for U.S. Senate. , former Republican Speaker of the House and 2012 Presidential candidate & his wife, Callista Gingrich.
  • Craig Romney, son of Mitt Romney. , former Governor of Florida accompanied by teacher Sean Duffy and former student Frantz Placide. , United States Representative for Washington's 5th congressional district.
  • Grant Bennett, CEO of CPS Technologies and former consultant of Bain Capital.
  • Ted and Pat Oparowsky and Pam Finlayson from Mitt Romney's former congregation , chairman of Romney for President campaign. , founder of Staples Inc.
  • Ray Fernandez, owner of Vida Pharmacy , former Lt. Governor of Massachusetts.
  • Jane Edmonds, former Massachusetts Secretary of Workforce. , actor he was confirmed to be the "mystery speaker" that had been subject of media speculation since the opening day of the convention. [79] , United States Senator from Florida. , former Governor of Massachusetts and nominee for President of the United States. [5]

Invocations and blessings Edit

Besides Rabbi Soloveichik, another five religious leaders were scheduled to provide blessings or invocations, including the Rev. Sammy Rodriguez, president of the National Hispanic Christian Leadership Conference Ishwar Singh of the Sikh Society of Central Florida Archbishop Demetrios, primate of the Greek Orthodox Archdiocese of America Ken and Priscilla Hutchins of The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints (to open [80] ) and Roman Catholic Archbishop of New York Timothy Dolan. [81] Dolan gave the closing prayer.

In October 2011, Tampa city officials began planning for anticipated protests, and discussions centered around small prior protests by the Occupy movement. According to former Tampa City Council member John Dingfelder, then the senior staff attorney for the mid-Florida office of the American Civil Liberties Union, the convention should expect to draw far more protestors and the city should plan on up to 10,000. Dingfelder encouraged the city to be proactive regarding where protests could occur and protestors could sleep. Tampa's Mayor Bob Buckhorn's response was "If they want a place to sleep, they can go home or to a hotel. Just because they want to occupy something doesn't mean we are obligated to provide them with an opportunity to camp out in a public park or on a sidewalk." [82]

The city of Tampa has banned puppets from downtown during the convention, a decision which some puppet-makers say violates their civil liberties. Police claimed that puppets could be used to conceal weapons—at the 2000 RNC, police charged a group of puppet-makers in Philadelphia with conspiracy to resist arrest. [83]

On August 4, the American Civil Liberties Union (ACLU) held a forum addressing what would be considered free speech during the Convention. [84] [85]

In early August, the city announced plans to provide delegates and protestors alike with water and portable toilets. [86]

Various groups began demonstrating on July 27 in Tampa and Tallahassee as part of a one-month countdown to the convention, calling for "good jobs, healthcare, affordable education, equality and peace." [87]


Fact-Checking Ann and Mitt Romney's Hardknock Early Years

If you didn't know much about Mitt and Ann Romney's biography, you might have gotten the impression from Ann's speech at the Republican National Convention Tuesday night that they were once two crazy kids in love just scraping by in a sad little slum.

If you didn't know much about Mitt and Ann Romney's biography, you might have gotten the impression from Ann's speech at the Republican National Convention Tuesday night that they were once two crazy kids in love just scraping by in a sad little slum. There's no doubt the Romneys were very much in love, but their youthful real estate experience wasn't typical of impoverished college students, or even middle class ones. They lived off stock options.

Like Ann Romney, Chris Christie talked about his hardscrabble early years, when he and his wife moved into a "studio apartment," as if it's the norm of a young married couple to move into a suburban McMansion straight out of college. Let's go through the lines of Ann Romney's speech to see where the cute-poverty rhetoric doesn't quite match up with history:

Their first apartment

Ann Romney Tuesday: "We got married and moved into a basement apartment. We walked to class together, shared the housekeeping, and ate a lot of pasta and tuna fish."

Ann Romney in 1994: When Mitt Romney was running for Senate in 1994, his wife gave a candid interview with Jack Thomas of Les Boston Globe, published October 20, 1994. She told Thomas that after their Hawaii honeymoon, Mitt transferred to Brigham Young University. Back then, she still thought of that time as tough. But she wasn't as good at describing it, suggesting that it was rough living off stock options:

"They were not easy years. You have to understand, I was raised in a lovely neighborhood, as was Mitt, and at BYU, we moved into a $62-a-month basement apartment with a cement floor and lived there two years as students with no income. Neither one of us had a job, because Mitt had enough of an investment from stock that we could sell off a little at a time."

Furnishings

Ann Romney 2012: "Our desk was a door propped up on sawhorses. Our dining room table was a fold down ironing board in the kitchen. Those were very special days. Then our first son came along."

Ann Romney 1994: "We had our first child in that tiny apartment. We couldn't afford a desk, so we used a door propped on sawhorses in our bedroom. It was a big door, so we could study on it together. The funny thing is that I never expected help." [Most college students would consider investment income help, right?]

Whether Mitt was 'handed success'

Ann Romney 2012: "Mitt will be the first to tell you that he is the most fortunate man in the world. He had two loving parents who gave him strong values and taught him the value of work. He had the chance to get the education his father never had. But as his partner on this amazing journey, I can tell you Mitt Romney was not handed success."

Ann Romney 1994: "Remember, we'd been paying $ 62 a month rent, but here, rents were $ 400, and for a dump. This is when we took the now-famous loan that Mitt talks about from his father and bought a $42,000 home in Belmont, and you know? The mortgage payment was less than rent. Mitt saw that the Boston market was behind Chicago, LA and New York. We stayed there seven years and sold it for $90,000, so we not only stayed for free, we made money. As I said, Mitt's very bright.

"Another son came along 18 months later, although we waited four years to have the third, because Mitt was still in school and we had no income except the stock we were chipping away at. We were living on the edge, not entertaining. No, I did not work. Mitt thought it was important for me to stay home with the children, and I was delighted."

The risk at the start of Mitt's career

Ann Romney 2012: "I saw the long hours that started with that first job. I was there when he and a small group of friends talked about starting a new company. I was there when they struggled and wondered if the whole idea just wasn't going to work. Mitt's reaction was to work harder and press on."

The Real Romney, by Michael Kranish and Scott Helman: At Bain & Company, founder Bill Bain treated Romney "as a kind of prince regent at the firm, a favored son." He selected Romney to start and run Bain Capital. "It would be Romney’s first chance to run his own firm and, potentially, to make a killing," they write. "It was an offer few young men in a hurry could refuse. Yet Romney stunned his boss by doing just that." They continue:

He explained to Bain that he didn’t want to risk his position, earnings, and reputation on an experiment. He found the offer appealing but didn’t want to make the decision in a “light or flippant manner.” So Bain sweetened the pot. He guaranteed that if the experiment failed Romney would get his old job and salary back, plus any raises he would have earned during his absence. Still, Romney worried about the impact on his reputation if he proved unable to do the job. Again the pot was sweetened. Bain promised that, if necessary, he would craft a cover story saying that Romney’s return to Bain & Company was needed due to his value as a consultant. “So,” Bain explained, “there was no professional or financial risk.” This time Romney said yes.


Accuracy in Media

Chris Matthews, who has been on a rampage this week in trying to label the Republican Party as racist, switched gears last night after Ann Romney’s speech at the Republican National Convention and used the opportunity to attack Mitt Romney directly.

Matthews complimented Ann Romney for a speech that he said was personal and made her look good, and then turned his attention to Mitt Romney’s appearance on the stage at the end of her speech.

But then he came out at the end, and he almost looked like he came out on wheels And he almost looked like he came out on wheels, like he’s not real. That person who came out there like that, almost a statue of a person. His odd animation — his odd lack of animation. The way he moved in the room at the end was strange. She’s a real person trying to advertise him as a real person. But she really advertised a Mr.-Fix-It.

Matthews continued with his attack by referencing Romney’s wealth and calling him a “conehead” who doesn’t quite seem like an Earthling, adding that Ann Romney had to make Mitt seem like a real human being and not a “wooden like-figure.”

I’m not really sure how Romney was supposed to look last night in that very brief appearance. He kissed his wife and waved to the crowd, before departing with her, hand in hand.

Apparently that wasn’t sufficiently human for Matthews.

Don Irvine

Don Irvine serves as the Publisher for Accuracy in Media. He is active on Facebook and Twitter. You can follow him @donirvine to read his latest thoughts. View the complete archives from Don Irvine.

Ready to fight back against media bias?
Join us by donating to AIM today.


Ann Romney needles convention planners, promises "heartfelt" speech

Ann Romney, wife of Republican presidential candidate, former Massachusetts Gov. Mitt Romney hands out cookies during a flight to Tampa, Tuesday, Aug. 28, 2012. AP Photo/Evan Vucci

(CBS News) TAMPA, Fla. - A spirited Ann Romney arrived in Tampa late Tuesday morning, expressing excitement at her opportunity to introduce her husband to millions of Americans - and humorous surprise at adviser Stuart Stevens and other planners over their strong interest over what she'll wear for her convention speech.

"Frankly, I didn't realize that Stuart had to weigh in on this - or my husband," she told reporters on a charter flight from Bedford, Mass., to Tampa. "It was going to be like my wedding night I wasn't going to let him know what I was going to wear. But now they have opinions."

Offering a glimpse at the message she hopes to portray in her speech, Ann Romney said it will be "heartfelt." She said she hopes voters will consider "how important this election's going to be, and how important it's going to be for them to consider the right things to make their right decisions."

She frequently introduces her husband on the campaign trail. But tonight she will use a teleprompter to deliver her remarks, something she acknowledged not being entirely comfortable with.

Republican Convention 2012

"This is a unique experience for me, to actually have something written because I've never used it," she told reporters. "No one has ever written a speech for me, no one has ever, I've never given anything off a sheet . so I had a lot of input in this, I must say. And a lot of tweaking where I felt like I was getting what I really wanted to say from my heart."

The presumed Republican nominee and his wife both spent the past two days practicing their speeches at a New Hampshire prep school. Ann Romney joked that she had practiced her speech enough recently that it had been "reduced to a tweet," and so decided to take time to do something she loves - baking.

"These are my grandmother's recipe, Welsh cakes," she explained as she passed a red tin of the round pastries among the press corps. "The funniest thing is my one grandmother was a great cook, the Welsh grandmother was a terrible cook, and I never liked her Welsh cakes growing up and I've learned how to make them in such a way that they're much more moist and delicious."

First published on August 28, 2012 / 3:55 PM

© 2012 CBS Interactive Inc. All Rights Reserved.

Sarah Huisenga is covering the Mitt Romney campaign for CBS News and National Journal.


August 28, 2012

Partially reflected in a glass shelf, journalists cover a news conference of members of Syrian opposition groups presenting the program &lsquoThe Day After: Supporting a Democratic Transition in Syria&rsquo, in Berlin, Germany. (AP)

A chapter of the layered geological history of Mars is laid bare in this postcard from NASA&rsquos Curiosity rover. The image shows the base of Mount Sharp, the rover&rsquos eventual science destination. This image is a portion of a larger image taken by Curiosity&rsquos 100-millimeter Mast Camera on Aug. 23, 2012. (NASA/JPL-Caltech/MSSS)

An Albanian boy uses a branch in an effort to put out a blaze raging near the city of Memaliaj. Albania has battled multiple forest fires since June after several heat waves and months of drought. (AFP)

Many residents leave the New Orleans area in anticipation of tropical storm Isaac, which is expected to make landfall on the Louisiana coast as a hurricane in Kenner, Louisiana. (AP)

A clown performs during a media preview of &lsquoSlava&rsquos Snowshow&rsquo at the Marina Bay Sands in Singapore. The show was created by renowned Russian clown Slava Polunin in 1993. (AP)

A Chinese fisherman is rescued by South Korean coast guard officers, unseen, from a Chinese ship in Jeju, South Korea. A powerful typhoon pounded South Korea with strong winds and heavy rain. (AP)

A Gulf Air jet arrives over the top of houses to land at Heathrow Airport in west London. Britain&rsquos transport minister said she would probably resign if the government gave in to pressure to expand London&rsquos Heathrow airport. (Reuters)

Afghan locals gather at the site of a bomb blast in Kandahar province. The chief of police in Kandahar province survived the insurgent truck-bomb attack that killed four civilians, a spokeswoman for NATO-led forces and Afghan officials. (Reuters)

Republican vice presidential candidate, Rep. Paul Ryan, center, R-Wis., works on the speech he will deliver at the Republican National Convention, with senior adviser Dan Senor, left, and senior aid Conor Sweeney during the campaign charter flight from Wisconsin to Tampa, Florida. (AP)


Ann Romney’s speech will evoke her heart and family ties

TAMPA, Fla. -- As expected, the speech that Ann Romney is to deliver this evening is heavy on appeal to emotion, based on her role as Mitt Romney’s wife, the mother of his five sons and the grandmother to his 18 grandchildren.

In an excerpt released by the Romney campaign several hours before she was to take the stage around 10 p.m. EDT on the first full day of the Republican National Convention, the aspiring first lady invoked her family, their strong bonds and her husband’s generosity of spirit.

“Tonight I want to talk to you from my heart about our hearts,” the 63-year-old wife of the Republican nominee will say. “I want to talk not about what divides us, but what holds us together as an American family. I want to talk to you tonight about that one great thing that unites us, that one thing that brings us our greatest joy when times are good, and the deepest solace in our dark hours. Tonight I want to talk to you about love.”

Her speech contains a paean to her father-in-law, George Romney, to whom she grew close when he helped oversee her conversion to Mormonism at a time when her future husband was away, first at college, then on his two-year mission to France: “Mitt’s dad never graduated from college. Instead, he became a carpenter. He worked hard, and he became the head of a car company, and then the governor of Michigan.”

The Romneys, who have been married 43 years, have often been described as having a strong marriage, but Ann Romney will seek to correct misperceptions as she alludes to some of her well-known health struggles: “I read somewhere that Mitt and I have a ‘storybook marriage.’ Well, in the storybooks I read, there were never long, long, rainy winter afternoons in a house with five boys screaming at once. And those storybooks never seemed to have chapters called MS or breast cancer. A storybook marriage? Non pas du tout. What Mitt Romney and I have is a real marriage.”

People often say that Ann Romney is her husband’s best character witness. This evening, her speech will seek to convey the sense that Mitt Romney has spent a lifetime helping others.

“At every turn in his life, this man I met at a high school dance has helped lift up others,” she will say. “He did it with the Olympics, when many wanted to give up.”

Ann Romney, who said earlier today she was nervous about using a prompter for the first time, will close with an appeal to voters: “This is the man America needs. This is the man who will wake up every day with the determination to solve the problems that others say can’t be solved, to fix what others say is beyond repair. This is the man who will work harder than anyone so that we can work a little less hard.

“I can’t tell you what will happen over the next four years. But I can only stand here tonight, as a wife, a mother, a grandmother, an American, and make you this solemn commitment: This man will not fail.


Ann Romney’s Love Story

Ann Romney told the Republican National Convention that she had come to talk about love—“from my heart, about our hearts.” She had been sent to make people love her husband, or to like him, or at least to “humanize” him. Love is useful that way it is, as she said, a force that “unites us,” a passion, in some hands, that can turn into a broad embrace. And yet, she insisted more on modesty, restraint, and a certain measure of defiance. “This is important. I want you to hear what I am going to say. Mitt doesn’t like to talk about how he helps others, because he see it as a privilege, not as a political talking point.” What kind of political love affair is this?

When Ann entered, dressed in red, the frames on the convention stage filled up with pictures of her as a teen-ager and a young mother. For most of the speech, the pictures never showed her getting much older than that: there were her children, as babies or as preschoolers there she was, in a Peter Pan collar. Neither, rhetorically, did her husband age much. She said that for her he was still “that boy I met at a high-school dance,” and her memories seemed to get vaguer as Mitt got older: she talked about the business he started, but not what kind of business it was. She also mentioned, several times, how he made her laugh. (No examples were forthcoming.) “You can trust Mitt,” she said. “He will take us to a better place, just as he took me home safely from that dance.” A “better place” might not have been the best phrase there was already something stultifying about the frozen way we were asked to look at set pieces from their marriage without inquiring too much.

Does love mean not having to talk about politics, or about money? Ann’s contradictions in this respect are not new, but they are revealing, both about her and about her husband’s political program. She has opened up more about what might be seen as intensely personal matters—talking about her illnesses, and, Tuesday morning on CBS, about a miscarriage she had in her forties. (Mitt looked surprised at one point, and, asked about it, said that he hadn’t known how much the loss had upset their youngest son until hearing it then.) But the closer that Ann gets to matters that are properly public—like her husband’s wealth and financial connections, and how they might affect his policies as President—the more insistent her claims to privacy become. Her line about Mitt not liking to talk about how he helps others is baffling on its own—shouldn’t someone who is running for President give us a hint?—and also echoes the shameless explanation that she and her husband gave, in an interview with Parade, for not releasing their tax returns: that it would embarrass them by revealing just how charitable they were, and even impinging on their faith: “One of the downsides of releasing one’s financial information is that this is now all public, but we had never intended our contributions to be known. It’s a very personal thing between ourselves and our commitment to our God and to our church,” Mitt said.

Ann was the most on edge—after a relaxed, genial opening—when she began to talk about her husband’s “success,” as she put it, and what she all but called other people’s jealousy. “You know what, it actually amazes me to see his history of success being attacked,” she said, and asked if we wanted our children to be “afraid of success,” and said that if President Obama had been successful he wouldn’t be “attacking” success. She acknowledged that her husband had started life on firm ground—she mentioned “values” and education, not that he was the son of a governor, auto executive, and Presidential candidate--and then said, “I can tell you Mitt Romney was not handed success—he built it!”

“He built it”—maybe this had to be said. A variation on the line was in pretty much every Republican speech, and written on signs all over the convention hall: “We built it.” It is remarkable to see how much can be made of a misquotation. The reference is to President Obama saying, not that business owners didn’t build anything, but that there were things that helped them, like roads and schools, that no one person can build alone. What is interesting is why the words have such rhetorical force. Part of it is the idea of Obama as a hater of private enterprise the other, though, is in the “we”—and the character of the implied “they,” the non-builders. In this telling, America is something that was built by people about whom Barack Obama knows and understands nothing. The most remarkable, and dubious, achievement of the Republican convention so far has been to make “we,” the most inclusive word in the English language, into an exclusionary one. The same might be said about love, which in the Romney story acts as a door that closes.

Another apparent rhetorical directive was to mention not just small businesses but “family businesses,” as often as possible. (Kelly Ayotte of New Hampshire was especially good at that.) The phrase came up so deliberately and repetitively as to imply a patriotism of inheritance, something that should not be confused with a patriotic heritage.


Voir la vidéo: Mitt u0026 Ann Romney Interview with Piers Morgan London England July 26, 2012 23