Le cannibalisme a été profitable pour l ’« homo antecessor », selon une étude de la CENIEH

Le cannibalisme a été profitable pour l ’« homo antecessor », selon une étude de la CENIEH


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les scientifiques Jesús Rodríguez, Ana Mateos et Guillermo Zorrilla, du Centre national de recherche sur l'évolution humaine (CENIEH), viennent de publier un travail dans la revue Journal de l'évolution humaine dans lequel ils analysent le comportement cannibale des populations Atapuerca d'il y a un million d'années, dont les résultats montrent que l'anthropophagie était une stratégie rentable pour Homo antecessor.

De nombreuses études ont montré que tous les animaux adaptent leurs stratégies d'alimentation pour optimiser le rapport coût-bénéfice, et sur la base de ce principe, les chercheurs du CENIEH ont étudié la comportement cannibale de Homo antecessor, réexaminant les données fournies par d'autres études antérieures.

Ils n'ont pas seulement estimé la quantité de nourriture qui pourrait être obtenue de chacun des animaux consommés par Homo antecessor (l'avantage) et l'effort qui aurait impliqué l'obtention et la transformation de chacun de ces animaux (le coût), mais aussi ont calculé le coût et l'avantage de consommer d'autres humains par rapport à ceux d’autres barrages.

"Nos analyses montrent que Homo antecessor, comme tout prédateur, a sélectionné sa proie selon le principe de l'optimisation du rapport coût-bénéfice, et en outre, ils montrent également que, compte tenu uniquement de cet équilibre, les humains étaient une proie de «haut rang». Cela signifie que, par rapport à d'autres proies, les humains pourraient obtenir une grande quantité de nourriture à faible coût », explique Jesús Rodríguez.

L'un des résultats les plus surprenants de cette étude est que les humains ont été consommés dans une proportion beaucoup plus élevée que prévu en fonction de son abondance par rapport aux autres animaux. Cela pourrait s'expliquer par un taux de rencontre humain élevé.

Et, comme l'explique Ana Mateos, «pour Homo antecessor, il était plus facile de rencontrer un humain qu'un autre animal. L'une des explications possibles de ce taux de rencontre élevé entre humains est que les cadavres cannibalisés étaient des membres du groupe qui sont morts de causes différentes. "

Écologie comportementale de Homo antecessor

Cet article intitulé «La théorie du butinage optimal explique-t-elle le comportement des plus vieux cannibales humains?«, A été réalisée d'un nouveau point de vue: celui de la Écologie du comportement humain (HBE, Human Behavioral Ecology, pour son acronyme en anglais).

Le HBE essaie de expliquer le comportement des animaux appliquer le principe que les actions de tout individu recherchent comme but ultime de garantir sa survie et celle de sa progéniture, ce qui se traduit par la recherche du plus grand bénéfice possible au moindre coût.

Informations bibliographiques:

Jesús Rodríguez, Guillermo Zorrilla-Revilla, Ana Mateos. 2019. «La théorie du butinage optimal explique-t-elle le comportement des plus vieux cannibales humains?«, Journal of Human Evolution 131, 228-239. https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2019.03.010.
https://authors.elsevier.com/a/1YzEjAlZXC6kB.


Vidéo: ON TESTE LE TÉLÉPHONE LE PLUS CHER DU MONDE! 20000 ! - NRJ


Commentaires:

  1. Malashakar

    Je joins. Tout ce qui précède est vrai. Nous pouvons communiquer sur ce thème.

  2. Gardacage

    Pensez-y juste!

  3. Momi

    Excuse, j'ai pensé et j'ai supprimé cette phrase



Écrire un message