La vénération et le culte des félins dans l'Egypte ancienne

La vénération et le culte des félins dans l'Egypte ancienne



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les anciens Égyptiens vénéraient et adoraient de nombreux animaux, tout comme les anciens Grecs, Romains et Scandinaves, mais aucun n'était vénéré avec autant de révérence que le chat. Ce n'est qu'à l'époque pré-dynastique qu'ils ont été domestiqués - il est intéressant de noter, bien plus tard que les chiens - mais leur importance dans la culture égyptienne reste hautement identifiable, même aujourd'hui.

Le premier dieu félin principal était Mafdet, une divinité féminine qui remonte à la première dynastie d'Égypte entre 3 400 avant JC et 3000 avant JC. En tant que déesse féline, elle était associée à la protection contre les morsures venimeuses, en particulier celles des serpents et des scorpions (probablement en raison du fait que les chats tuent les serpents et les scorpions). La déesse Bastet la plus connue a pris la place de Mafdet en tant que gardienne de la Basse-Égypte, du pharaon et du dieu solaire Ra. Divinité féminine similaire avec le corps d'une femme et la tête d'un chat, Bastet était considérée comme une personnification du soleil elle-même, avec son sanctuaire principal sur le site de Bubastis en Égypte.

Le chat dit « Gayer Anderson ». Un chat en bronze d'époque tardive sous la forme de la déesse Bastet. Les bijoux sont anciens mais pas nécessairement originaux pour cette pièce. Musée anglais ( Wikimedia Commons )

Bastet et Mafdet proviennent tous deux de la légende d'un chat de la jungle divin nommé Mau/Muit qui a défendu l'un des arbres sacrés de Persea à Annu contre le serpent Apophis. Le chat a attrapé le serpent en train de tenter d'étrangler l'arbre et lui a coupé la tête pour ses crimes. Bastet et Mafdet sont souvent interchangés comme l'héroïne du chat de la jungle. Bastet, cependant, a finalement été déplacé de la même manière.

Ra sous la forme d'un félin terrassant le serpent Apophis, Tombe d'Inherkha, 1160 av. J.-C., Thèbes.

Vers le début du 3 rd millénaire, Bastet était associée à tous les chats et chaque félin était considéré comme une représentation physique de son esprit. Au fil du temps, cependant, les dieux se sont à nouveau déplacés et modifiés, souvent en raison d'une préférence personnelle royale. Au moment de l'unification de la Basse et de la Haute Egypte vers 3000 avant JC, Bastet a été remplacée par une autre déesse appelée Sekhmet. La forme de Sekhmet était beaucoup plus féroce que celle de Bastet ; bien que similaire, le premier avait la tête d'une lionne, pas un simple chat. Avec ce changement dans le mythe égyptien, Bastet était réglementé comme le gardien des chats domestiqués tandis que Sekhmet devenait la déesse des lionnes.

Il convient de noter qu'il y avait d'autres dieux associés aux chats, tels que Neith et Mut, mais Bastet et Sekhmet étaient les deux divinités les plus importantes.

Bas-relief représentant la déesse Sekhmet sur une colonne du Temple de Kom Ombo à Kom Ombo - Egypte . ( Wikimedia Commons )

Dans le royaume des mortels, les humains et les chats vivaient et travaillaient en harmonie. Les chats étaient une solution parfaite aux problèmes accablants de rats et de serpents de l'Égypte ancienne, et en échange, les humains protégeraient ces mêmes chats d'autres prédateurs qui pourraient daigner se régaler d'un félin pour le dîner (surtout maintenant que les rats n'étaient plus une option) . C'est de cette façon que les chats ont commencé à être domestiqués - les humains les amenaient à rentrer chez eux pour enchaîner la vermine en offrant de la nourriture aux chats. À partir de là, ce n'était qu'une courte étape pour inviter les créatures à emménager pour une garde en toute sécurité et une purge constante des parasites.

L'allégement de l'Égypte ancienne dans le temple d'Edfou ( Wikimedia Commons )

Ces chats, cependant, n'étaient pas comme les chats apparaissent aujourd'hui, du moins pas au début. Dans l'Egypte ancienne, il y avait deux races primaires différentes : l'une les féroces chats de la jungle, l'autre les chats sauvages africains plus pacifiques. Au fur et à mesure que le temps passait et que les deux espèces fusionnaient, et que les deux chats se soient habitués à une nourriture humaine plus douce, l'espèce est devenue plus lisse, moins musclée et beaucoup plus tolérante. D'une certaine manière, les tentatives des Égyptiens pour obtenir la protection de leurs aliments et de leurs ressources ont entraîné l'apprivoisement de leurs protecteurs.

Le sarcophage du chat du prince héritier Thoutmosis, le fils aîné d'Amenhotep III et de la reine Tiye. ( Wikimedia Commons )

Ce qu'il faut comprendre à la lumière de l'intense affection des humains pour les chats, c'est que les animaux n'étaient pas eux-mêmes considérés comme divins. Il existe des archives selon lesquelles ils auraient pu être apparentés à des demi-dieux, mais ils étaient principalement considérés comme des représentations corporelles des dieux félins. Pour cette raison, les chats étaient protégés pour des raisons autres que leurs capacités à tuer les vermines. Faire du mal à un chat, c'était tenter de faire du mal à un dieu, ce qui était totalement hors de question dans l'Egypte ancienne. Tuer un chat était puni de mort à une certaine période de l'histoire égyptienne, intentionnellement ou non. Diodore, l'un des historiens les plus cultivés du monde antique, rapporte un incident au cours duquel un Romain a accidentellement abattu un chat, et il a subi le même châtiment que le peuple égyptien.

En tant qu'animal vénéré, certains chats ont également reçu la même momification après la mort que les humains. Les chats étaient parfois momifiés comme des animaux de compagnie bien-aimés, peut-être dans l'espoir qu'ils pourraient rejoindre leurs propriétaires dans la prochaine vie. Cependant, la majorité ont été momifiées pour des raisons religieuses sans rapport avec l'enterrement humain, et ont été faites comme des offrandes dans l'espoir de recevoir la faveur du dieu ou de la déesse qu'elles représentaient. En 1888, un fermier égyptien a découvert une grande tombe contenant plus de quatre-vingt mille chats et chatons momifiés à l'extérieur de la ville de Beni Hasan. Depuis lors, de nombreux autres cimetières de chats ont été découverts. Cependant, la plupart d'entre eux ont été pillés avant que les archéologues puissent y travailler : au 19 e siècle, une cargaison de 180 000 chats momifiés a été emmenée en Grande-Bretagne pour être transformée en engrais.

Un chat momifié ( Wikimedia Commons )

Les chats restent l'un des symboles les plus importants de la culture égyptienne antique. Ils sont reconnus comme des emblèmes de la société égyptienne et le visage de leur monde antique, même si rien d'autre de leur culte n'est aujourd'hui dans les mémoires. Le Sphinx en est un exemple frappant. Tout comme les anciens chats eux-mêmes étaient momifiés pour maintenir leur statut et leur intégrité après la mort, leur culte était également bien préservé.

Image vedette : « Les obsèques d'un chat égyptien » par John Reinhard Weguelin, 1886. Une prêtresse offre de la nourriture et du lait à l'esprit d'un chat. ( Wikimedia Commons )

Les références

Hérodote. Histoires Tome 1 (Oxford University Press : Oxford, 2013.)

Matthews, John et Caitlin. Encyclopédie des créatures magiques : l'ultime a-z des êtres fantastiques du mythe et de la magie (HarperElement : New York, 2005.)

Sicule, Diodore. Bibliothèque d'histoire, volume I, livres 1-2.34 (Bibliothèque classique Loeb : Harvard, 1933.)

Spence, Lewis. Mythes et légendes de l'Égypte ancienne (Barnes et Noble Books : New York, 2005.)

Par Ryan Stone


Dieux félins : quand les anciens humains adoraient les chats

Les chats étaient tenus en haute estime par les civilisations anciennes et étaient parfois vénérés comme des divinités. (photo en pixels bruts)

Le regretté auteur, Terry Pratchett, est souvent cité comme disant : « Dans les temps anciens, les chats étaient vénérés comme des dieux, ils ne l'ont pas oublié. Alors que les chiens sont plus qu'heureux de servir leurs maîtres, les chats aiment se comporter comme s'ils étaient les maîtres de leur foyer.

Les chats vivent avec les humains depuis des millénaires, depuis le début de la civilisation humaine. Les chats étaient des membres importants de la maison alors qu'ils chassaient la vermine. Ce rôle important les propulserait à un statut si élevé que certaines civilisations anciennes les considéraient même comme des dieux.

De l'Egypte à la Chine, les mythes et légendes ne manquent pas sur ces félins à fourrure.

L'Egypte ancienne

Les chats étaient considérés comme des protecteurs par les anciens Égyptiens et des figurines et des momies de chats sont souvent trouvées dans les tombes. (photo Pixabay)

Le culte des chats dans l'Egypte ancienne est particulièrement connu, avec des temples et des sanctuaires dédiés aux chats. Bast était une déesse égyptienne populaire, souvent représentée comme un chat ou une femme à tête de chat, qui protégeait la famille contre les maladies et les démons.

Les Égyptiens prenaient leur religion au sérieux et blesser un chat pouvait entraîner l'exécution. Et selon l'historien grec Hérodote, si la maison était en feu, les Égyptiens étaient plus soucieux de sauver leurs chats que leurs autres biens.

Lorsqu'un chat mourait, une période de deuil était observée et, dans certains cas, le chat décédé était momifié.

Cependant, cette dévotion aux chats serait utilisée contre les Égyptiens lors d'une invasion par le roi perse Cambyse II.

Pendant le siège de Péluse, les Perses ont peint des chats sur leurs boucliers et auraient porté des chats alors qu'ils marchaient contre les Égyptiens.

Les Égyptiens craignaient de nuire aux animaux et ont finalement cédé la ville aux Perses.

On pense que Cambyse s'est réjoui de sa victoire en jetant des chats au visage de ses ennemis vaincus par la suite.

Moyen-Orient

Les chats persans sont très appréciés en raison de leur apparence exquise. (photo Pixabay)

Les Perses eux-mêmes avaient des histoires sur le chat, en particulier le chat persan qui aurait été fait d'étoiles.

Un héros persan nommé Rustum a sauvé un magicien de quelques bandits et l'homme reconnaissant a souhaité récompenser son sauveur. Rustum a dit qu'il ne désirait rien car il était déjà entouré par la beauté de la nature elle-même.

En réponse, le magicien a cueilli deux des étoiles les plus brillantes du ciel et les a combinées avec de la fumée et du feu pour offrir à Rustum le premier chat persan.

Le prophète Mahomet aimait aussi particulièrement les chats, qu'il admirait pour leur propreté. Il avait un chat préféré nommé Muezza qui aurait été assis sur ses genoux pendant que le Prophète prêchait.

Une histoire de Muezza a vu le chat sauver le Prophète d'un serpent venimeux, tandis qu'une autre raconte comment Muhammad a coupé un morceau de sa robe pour éviter de déranger le chat qui somnolait dessus.

Dans l'Islam, nuire délibérément à un animal est considéré comme un crime particulièrement grave.

La Chine ancienne et le Japon

Les chats de fortune japonais sont souvent placés dans les magasins pour apporter la bonne fortune. (photo Pixabay)

Dans certaines boutiques chinoises locales, vous pouvez trouver une adorable figurine d'un chat agitant sa patte. Alors que certaines personnes l'appellent un "chat de fortune", il est en fait appelé "maneki-neko" dans son Japon natal, ce qui signifie "chat qui fait signe".

Au Japon, une légende populaire centrée autour du temple Gotoku-ji de Tokyo est racontée à propos du chat. Un seigneur féodal traversait un orage lorsqu'il a vu le chat résident du temple lever la patte comme s'il lui faisait signe d'entrer.

Curieux, il est entré et, bien sûr, la foudre a frappé l'endroit où il se tenait quelques secondes plus tôt. En signe de gratitude, le seigneur est devenu le patron du temple et, à ce jour, le temple est rempli à ras bord de figurines de chats.

On pense que le chat de la fortune apporte prospérité et chance, et les chats eux-mêmes étaient souvent gardés par la noblesse uniquement. Dans la Chine voisine, la déesse féline Li Shou était vénérée pour son intervention dans le service de lutte antiparasitaire et de fertilité.

Il existe un mythe qui raconte comment les chats ont été nommés par le ciel pour surveiller la terre et ont reçu le pouvoir de la parole. Cependant, au grand dam des autorités célestes, les chats s'intéressaient moins à la gestion de la terre qu'à la sieste et à jouer avec les fleurs.

Les chats ont finalement suggéré que les humains assument le rôle à leur place, et les humains ont donc obtenu le travail à la place.

Grèce antique et Rome

Une mosaïque romaine représentant un chat a été trouvée dans les ruines de Pompéi. (photo Wikipédia)

Les chats étaient gardés comme animaux de compagnie par les Grecs et les Romains et étaient admirés pour leur nature indépendante.

Les Grecs associaient également le chat à Hécate, la déesse de la magie. Selon le mythe, une servante nommée Galinthius a déjoué une tentative d'Héra, la déesse reine, de tuer la femme enceinte du futur héros grec Hercule.

Enragée, Héra transforma Galintius en chat et l'exila aux Enfers où elle servirait la déesse Hécate en tant que servante. C'était le fondement de la croyance dans l'Europe médiévale selon laquelle les chats étaient les serviteurs des sorcières.


Contenu

Tout au long de l'histoire de l'Égypte ancienne, les animaux étaient très respectés. Dans aucune autre culture, les animaux n'ont été aussi influents dans autant d'aspects de la vie, et aucune culture n'a représenté les animaux aussi souvent dans leurs œuvres d'art ou leurs écrits. [3] On estime que deux hiéroglyphes égyptiens sur quatre ou cinq se rapportent à des animaux. [3] Les Égyptiens croyaient que les animaux étaient cruciaux à la fois pour la survie physique et spirituelle, vitaux pour la survie physique parce qu'ils étaient une source majeure de nourriture et pour la survie spirituelle en fonction de la façon dont une personne traitait les animaux pendant sa vie sur terre. [3] Certains animaux étaient considérés comme des incarnations littérales des divinités, et par conséquent, il est compréhensible que les Égyptiens aient voulu tenir ces animaux en très haute estime, leur donnant un enterrement approprié par la momification. [4] La religion égyptienne enseignait la vie après la mort. Afin de déterminer l'admission ou le refus d'une personne dans l'au-delà, les divinités posaient une série de questions de jugement. [3] L'une de ces questions cruciales serait de savoir s'ils avaient maltraité des animaux au cours de leur vie sur terre. [3] En raison de cette croyance religieuse, le meurtre d'un animal était considéré comme un crime grave passible de la peine de mort. [5] Diodorus Siculus, un historien grec du Ier siècle av. Naturellement, cette punition a effrayé de nombreux Égyptiens au point que si l'on tombait sur un animal mort, ils s'enfuiraient pour éviter l'accusation d'être son tueur. [6]

Animaux bien-aimés Modifier

Bien avant que les momies animales ne soient utilisées comme offrandes religieuses, les animaux en Égypte étaient parfois momifiés pour une raison plus personnelle – en tant qu'animaux de compagnie bien-aimés qui devaient tenir compagnie au défunt dans l'au-delà. [7] Les animaux de compagnie égyptiens les plus courants comprenaient les chats, les chiens, les mangoustes, les singes, les gazelles et les oiseaux. De nombreux Égyptiens aimaient leurs animaux de compagnie, et le processus habituel de deuil de la perte d'un animal de compagnie aimé consistait à pleurer et à se raser les sourcils. Les animaux de compagnie égyptiens antiques ont reçu des noms comme nous nommons nos animaux de compagnie aujourd'hui, comme en témoignent plus de soixante-dix noms déchiffrés dans des inscriptions identifiant les momies de chiens de compagnie. [8] Les animaux de compagnie étaient souvent représentés sur les tombes des Égyptiens, indiquant l'affection de leurs maîtres envers les animaux. [9] Les Égyptiens croyaient que la momification était impérative pour être admis dans l'au-delà, et donc la croyance était que la momification de ces animaux de compagnie assurerait l'immortalité des animaux. [9]

Des découvertes archéologiques spécifiques ont confirmé que les animaux de compagnie étaient momifiés. L'exemple le plus célèbre est le singe vert africain de la prêtresse thébaine Maatkare Mutemhat (Chlorocebus aethiops). Lorsque sa tombe a été découverte, il y avait un petit paquet momifié présent à ses pieds, que l'on croyait initialement être son enfant. Cela a intrigué les archéologues parce que Maatkare Mutemhat était une grande prêtresse qui avait fait vœu sérieux de célibat. [10] Si cela avait été son enfant, cela aurait signifié qu'elle avait, à un moment donné, rompu le serment qu'elle avait prêté en tant que Grande Prêtresse, soulevant de nombreuses autres questions concernant sa vie. [10] Enfin, en 1968, une radiographie a été effectuée sur la petite momie et il a été déterminé qu'il s'agissait d'un singe vert africain adulte (Chlorocebus aethiops), pas un enfant. [4] De même, la demi-sœur de Makare, Esemkhet, a été découverte enterrée avec un animal de compagnie momifié—elle avait une gazelle momifiée dans sa tombe. [dix]

Le prince Thoutmosis de la dix-huitième dynastie a également été enterré avec un animal bien-aimé - son chat de compagnie a été momifié et placé dans un cercueil en pierre dans sa tombe. [9] Un autre Égyptien, nommé Hapymen, a fait momifier son chien de compagnie, enveloppé dans un tissu et placé à côté de son cercueil. [11] Au tombeau KV50 dans la Vallée des Rois, un chien momifié et un babouin ont été découverts enterrés ensemble, bien que le propriétaire soit inconnu. [11]

Nourriture pour l'au-delà Modifier

Les Égyptiens croyaient que l'au-delà serait une continuation de celui-ci, permettant le transport d'objets de cette vie à l'autre. [10] Afin d'apporter de la nourriture à l'au-delà, les Égyptiens entouraient les momies humaines de ce qu'on appelle des momies victuelles. [11] Ces animaux ont été préparés en déshydratant la viande et en l'enveloppant dans des bandages de lin, pour indiquer que les animaux étaient de la nourriture, pas des animaux de compagnie. [11] Ils n'ont pas été momifiés dans la même mesure méticuleuse qu'un animal de compagnie ou une momie humaine le serait, mais les animaux ont néanmoins été soigneusement préservés à l'aide de natron et d'autres sels spéciaux. [11] Cette nourriture était incluse dans les tombes afin de soutenir l'âme de la personne décédée, appelée le ka, pendant le voyage vers l'autre monde. [10] Une variété de nourriture a été trouvée dans de nombreuses tombes, principalement du pain, de la viande et de la volaille. [10] La tombe du roi Toutankhamon contenait plusieurs caisses en bois en forme de cercueil contenant ce type d'animal momifié, dans son cas du canard et d'autres types de viande. [dix]

Fins religieuses Modifier

La religion égyptienne antique était caractérisée par le polythéisme, la croyance en plusieurs divinités. [4] Avant l'unification de la Haute et de la Basse-Égypte, il y avait un nombre considérable de ces divinités, chacune représentant un élément différent du monde naturel. [5] Après la grande unification, une liste plus limitée de divinités s'est développée. [5] Ceux-ci étaient généralement représentés comme ayant un corps humain et une tête d'animal, soulignant davantage l'importance des animaux dans la religion égyptienne. [5] Au fil du temps, des cultes religieux ont émergé pour le culte de chaque divinité spécifique. Deux principaux types de culte distinguaient les cultes : le premier choisissant d'adorer le dieu à travers des offrandes massives d'animaux momifiés, et le second choisissant un animal totem pour représenter le dieu [5] qui fut momifié au moment de sa mort.

Offrandes votives Modifier

La grande majorité des momies animales égyptiennes étaient des offrandes religieuses. [10] Si un Égyptien cherchait une faveur d'une divinité, une offrande serait faite ou achetée et placée dans le temple approprié du dieu. [3] Avant que la momification animale ne devienne courante, ces offrandes étaient généralement des statues en bronze représentant les animaux. [10] Cependant, finalement, une alternative moins chère aux statues de bronze (c'est-à-dire les momies animales) est devenue la forme d'offrande la plus populaire. Des millions de ces animaux momifiés ont été découverts dans toute l'Égypte. L'inspection de ces momies, généralement effectuée au moyen de tomodensitogrammes qui permettent aux chercheurs d'examiner les squelettes des momies sans endommager les emballages extérieurs, a suggéré que ces types d'animaux étaient élevés dans le seul but d'offrir. Au fur et à mesure que le processus de momification animale à des fins d'offrandes se développait, les techniques de momification devenaient de moins en moins méticuleuses. Des études ont révélé que de nombreuses offrandes d'animaux à grande échelle étaient des « faux » (les emballages ne contenant que quelques os, plumes, roseaux, bois ou morceaux de poterie). Les animaux étaient élevés sur le terrain du temple, puis vendus à des pèlerins ou à des citoyens ordinaires. Le cou des animaux était souvent brisé, ce qui indique que leur seul but dans la vie était d'être sacrifié en offrande. Lors de la visite des temples, les Égyptiens du grand public achetaient ces animaux pré-momifiés et les offraient aux dieux.

Le dieu égyptien Hor, vivant au IIe siècle avant notre ère suggère le but sous-jacent à la pratique de la momification des animaux : , l'âme de Ptah, l'âme d'Apis, l'âme de Pré, l'âme de Shu, l'âme de Tefnout, l'âme de Geb, l'âme d'Osiris, l'âme d'Isis, l'âme de Nephtys, les grands dieux de L'Egypte, l'ibis et le faucon." Hor croit que les momies sont les âmes des dieux : il décrit l'ibis comme l'âme de Toth et le faucon comme l'âme de nombreux dieux différents. C'est-à-dire que certains animaux étaient, ou contenaient, un ba, une partie de l'âme qui est un agent actif dans ce monde et le monde spirituel. Par conséquent, les momies animales votives sont les âmes des animaux agissant comme des messagers entre les gens sur terre et les dieux. [12]


Les félins sont bien plus que des animaux de compagnie

Des preuves provenant d'Égypte ont en outre montré que les chats n'étaient pas seulement traités comme un antiparasitaire. Au lieu de cela, ils sont également devenus sacrés, traités comme un demi-dieu.

Ils ont gagné beaucoup d'adoration et d'éloges de la part des humains en raison de leur capacité à combattre et à tuer les serpents, les scorpions et d'autres entités qui s'attaquent aux champs.

Plus tard, les Égyptiens ont attribué une apparence féline à certaines de leurs déesses.

Mafdet

Diverses formes félines ont été attribuées à Mafdet - lion, guépard et chat domestique. Parfois, elle était aussi présentée comme un chat à tête de femme.

Elle était considérée comme la gardienne de la maison et du royaume dans son ensemble.

Elle était généralement recherchée lorsque les anciens avaient besoin de protection, en particulier contre les serpents, les scorpions et autres animaux venimeux.

Bastet / Bast

Mafdet a ensuite été remplacé par Bastet en tant que déesse féline. Elle s'appelait aussi « l'il de Ra. »

Attribuant toujours aux chats la capacité de tuer les animaux venimeux et autres vermines, Bastet était considéré comme le protecteur des foyers.

On croyait également qu'elle était la tutrice des enfants et de la royauté.

Plus encore, on croyait que Bastet surveillait le monde et protégeait l'Égypte des ennemis et des envahisseurs.


Sources

[1] Mark, Joshua J. « La bataille de Pelusium : une victoire décidée par les chats ». Encyclopédie de l'histoire ancienne. Dernière modification le 13 juin 2017. https://www.ancient.eu/article/43/the-battle-of-pelusium-a-victory-decided-by-cats/.

[2]Barbash, Yekaterina. "Les chats, Bastet et le culte des dieux félins." Centre de recherche américain en Egypte | Centre de recherche américain en Egypte. Consulté le 18 janvier 2021. https://www.arce.org/resource/cats-bastet-and-worship-feline-gods.

[3]Forster, Edward Seymour. "Les chiens dans la guerre antique." Grèce et Rome 10, non. 30 (1941) : 114-117.


La vénération et le culte des félins dans l'Egypte ancienne - Histoire

Mau égyptien avec statue de chat égyptien

PAR : Habeeb Salloum/Rédacteur collaborateur

Parmi les innombrables races de chats, aucune autre que le Mau ne peut revendiquer une descendance directe des divins félins de la vallée du Nil. « O chats d’Égypte mes illustres sires », seraient les mots poétiques du Mau égyptien s’il pouvait seulement parler.

Eh bien, cette race de chat, introduite en Amérique du Nord au début des années 1950, devrait être fière de son héritage car dans la brume de l'histoire, ses ancêtres étaient vénérés comme des dieux. Dans les annales de l'humanité, jamais une autre race de félin n'a eu une telle stature parmi les animaux du monde que les ancêtres des Maus atteignirent autrefois l'Égypte ancienne. A cette époque de l'histoire, les chats atteignaient le zénith de leur adoration, savourant leur plus belle heure.

On pense que les chats ont été domestiqués pour la première fois dans cette terre historique vers 3 000 ans avant J. Les premiers enregistrements connus du chat sauvage africain domestiqué ont été reproduits sur les premières peintures murales des tombes égyptiennes. Les historiens pensent que les agriculteurs de la vallée du Nil ont d'abord apprivoisé le félin pour protéger leurs greniers des souris et des rats.

Au cours des siècles suivants, l'aristocratie a adopté des chats comme invités d'honneur et les a entraînés à récupérer la proie des chasseurs. Ils étaient, comme leurs enfants, très soignés, choyés et protégés. Les figures trouvées dans les tombes les montrent souvent ornées de boucles d'oreilles en or et de colliers d'amulettes. De belles dames égyptiennes, en signe de beauté, alignaient leurs yeux pour ressembler à ceux de leurs chats. Ils étaient associés au divertissement et malgré leur manque de capacités vocales, ils étaient en quelque sorte identifiés à la musique et à un instrument de musique appelé un seshesh a été façonné dans leur forme. Les félins sont devenus un symbole de fertilité et de bonheur, beaucoup les croyant être le don des dieux.

Cependant, c'est dans la religion que le chat atteignit sa plus grande gloire. Il est devenu le destinataire de la vénération et du culte. Les prêtres en firent un objet de déification et l'élevèrent au rang de chef parmi les animaux sacrés d'Égypte. Dans Le livre des morts, une collection d'hymnes et de textes religieux, il y a une vignette d'un chat tigré tacheté, symbolisant le soleil, tuant le serpent, Apep, qui représentait les ténèbres.

La déesse du clair de lune et de la fertilité avec un corps humain et une tête de chat était connue sous le nom de Raphia ou Bastet, et parfois comme pacht, et était lié au grand dieu solaire, Ra. Le félin mâle était souvent présenté comme Ra lui-même. Cette divinité égyptienne suprême était également appelée le « grand chat » et, à d'autres moments, appelée « Mau », le nom égyptien du chat qui est le son « mew » – la voix du chat

Des temples dans tout le pays ont été construits en Bast's l'honneur et elle est devenue l'une des figures majeures du panthéon égyptien. On pense que le mot « puss » est probablement une corruption de Bast et non, comme on le croit généralement, le son du sifflement du chat. De plus, l'importante ville de Bubastis (ses ruines aujourd'hui connues sous le nom de Tel Basta) a été nommée en l'honneur de cette déesse et dédiée à son culte. Au cours des siècles suivants, la ville est devenue le principal cimetière du pays où les chats étaient enterrés.

Pratiquement tous les foyers de l'Égypte ancienne possédaient un chat et, à sa mort, tous les membres de la famille se sont mis en deuil. De la même manière que pour les humains, des cérémonies funéraires élaborées étaient organisées. Les félins des aristocrates étaient embaumés, enveloppés de lin et placés dans des cercueils magnifiquement peints. Selon le voyageur et historien grec Hérodote, lorsqu'un chat mourait, les hommes se rasaient les sourcils en signe de deuil et quiconque blessait un chat était sévèrement puni – en tuer un, c'était courtiser la peine de mort.

Les chats qui servaient dans les temples se voyaient accorder les funérailles les plus somptueuses. La magnificence de ces cérémonies du temple a été décrite par Hérodote lors de sa visite à Bubastis en 450 av. Ils étaient, disent certains, encore plus magnifiques que ceux accordés aux nobles du pays.

Au XIXe siècle, de vastes cimetières avec plus de 300 000 m de chats momifiés ont été creusés dans les ruines de ce centre religieux autrefois célèbre. La plupart ont été pulvérisés et vendus comme fumier, anéantissant un héritage de grande valeur. Les rares qui ont échappé ont trouvé leur chemin vers les musées d'Europe. Néanmoins, le culte des chats était si répandu que de nombreux autres lieux de sépulture ont été trouvés et, aujourd'hui, certains de ces félins embaumés sont exposés dans les musées du monde entier.

Pendant des centaines d'années, lorsque les anciens Égyptiens ont interdit l'exportation de chats, des agents du gouvernement ont été envoyés dans les terres voisines pour rassembler et renvoyer les chats qui avaient été sortis clandestinement du pays. Néanmoins, malgré ce contrôle étroit, les commerçants phéniciens et, plus tard, les marchands grecs et romains les emportèrent dans toutes les parties connues du monde. À partir de ces premiers félins égyptiens, dit-on, toutes les innombrables races de chats dans le monde ont évolué – la plupart d'entre elles ne ressemblant guère aux chats d'origine de la vallée du Nil.

Seul l'égyptien Maus, trouvés en Amérique du Nord, peuvent encore retracer directement leurs ancêtres à l'époque des pharaons. Ils ont tous commencé à partir d'une paire de chats, appelés Gepa et Ludol, qui ont été importés d'Égypte en 1953 aux États-Unis via l'ambassade du Liban à Rome. A partir de ces importations originales, les éleveurs ont développé une lignée pure de Mau en Amérique du Nord. Il a fallu 15 ans à partir de Gepa et Ludol pour que le svelte Mau soit officiellement reconnu comme classe de championnat. Contrairement à de nombreuses autres espèces félines, le Mau égyptien d'aujourd'hui est une race tachetée naturelle, plutôt qu'une création délibérée par les éleveurs modernes.

Au Royaume-Uni, un type similaire portant le même nom a été établi par l'accouplement sélectif de siamois et de bruns de la Havane. Par conséquent, il était très différent du Mau égyptien nord-américain élevé plus tard. Lorsque le Mau de l'hémisphère occidental a été développé, pour éviter toute confusion avec la race américaine, son nom en Grande-Bretagne a été changé en "Oriental Spotted Tabby".

De type corporel similaire à celui de la race abyssine, le Mau égyptien est un chat très élégant et affectueux qui porte la plupart des traits de ses ancêtres. Les représentations égyptiennes antiques de chats indiquent généralement une couleur et un motif de pelage similaires à ceux de la race actuelle. Même la figure du scarabée sacré de l'Égypte ancienne marque le front de nombreux Maus d'aujourd'hui. Portant les marques d'un tabby tacheté, il affiche l'air hautain de ses aïeux.

Animal calme, bien équilibré et de grande taille avec un aspect quelque peu sauvage, le Mau est une race intéressante de chat domestique à poils courts. C'est un félin robuste de taille moyenne au pelage épais, soyeux et à la texture fine, tacheté comme celui d'un léopard. Ils se déclinent en trois couleurs de base : bronze clair avec des nuances variables de brun argent clair clair avec des marques irrégulières de charbon de bois et de la fumée avec des marques variables de noir de jais sur du gris avec une sous-couche argentée.

Les femelles sont considérablement plus petites que les mâles musclés. Les deux ont de longs corps gracieux positionnés haut sur les jambes, les arrières plus longs que le petit avant ovale et délicat. Les oreilles, reposant sur de larges têtes avec de longs museaux, sont grandes, pointues, touffues et alertes. Leurs yeux sont de couleur ambre, vert ou jaune.

Les Maus sont d'excellents parents, attentionnés et jouant avec leurs chatons. Ils sont calmes avec une voix mélodieuse et ressemblent à des chiens dans leur amour et leur dévotion envers leurs maîtres humains. Un peu à l'écart des étrangers, ils font de très bons animaux de compagnie. Raffinés pendant des milliers d'années en tant qu'animaux domestiques, il ne fait aucun doute que les Maus égyptiens, porteurs du pedigree le plus illustre de toutes les races de chats, ont un brillant avenir.

Beadle, M. Le chat. Simon et Schuster : New York, 1977

Bicks, J.R. La révolution dans la nutrition des chats. Rawson Associates : New York, 1986

Carr, W.H.A. Le nouveau livre de base du chat. Les fils de Charles Scribner : New York, 1978

Gay, M.C. Comment vivre avec un chat. Simon et Schuster : New York, 1953

Hart, E.H. & A.H. Le guide complet de tous les chats. Les fils de Charles Scribner : New York, 1980

Ing, C., G. Pond et S.A. Thompson. Les chats champions du monde. George G. Harrap & Co. Ltd. : Londres, 1972

Loeb, J. et P. Loeb. Vous pouvez dresser votre chat. Simon et Schuster : New York, 1977

Pond, G. (éd.). L'encyclopédie complète des chats. Crown Publishers, Inc. : New York, 1972

Étang, G. Les chats à poil long. COMME. Barnes and Co. : Sud-Brunswick : New York, 1968

Sillar, F.C. et R.M. Meyler. Chats – Anciens et Modernes. Studio Vista Ltd. : Londres, 1966

Espions, J.R. Le chat complet. Prentice-Hall, Inc. : Englewood Cliffs, New Jersey, 1966

Wright, M. et S. Walters. Le livre du chat. Summit Books : New York, 1980


Les chats dans l'Egypte ancienne

Les chats dans l'Egypte ancienne étaient utilisés pour le bien des gens malgré leur adoration, et malgré l'idée qu'ils étaient extrêmement bien traités, je dirais. J'aime bien l'histoire des chats et essayer d'en apprendre davantage sur le chat (ou l'humain) à travers elle. En repensant aux célèbres chats de l'Egypte ancienne, j'ai décidé de rechercher des extraits de publications qui sont dans le domaine public et qui peuvent donc être publiés textuellement (pour plus de précision) et à un moment plus proche des événements réels. Les meilleurs d'entre eux sont les écrits d'Hérodote qui a une excellente réputation pour écrire sur l'histoire. Il vécut peu de temps après la fin de la déification du chat vers 300 après JC.

Accordingly, the account is likely to be more accurate. I think that what he says is quite enlightening and not quite in line with the classic account.

In essence the cat was, I feel, used by the Egyptians either as a means to find solace and assistance in worshiping it as a god or in killing it and mummifying it as a commercial enterprise to sell to pilgrims who wished to worship Bastet. And of course the cat (and civet or mongoose) was used as a utility animal to kill snakes and rodents, which were abundant around the Nile. Overall, this is not the conventional view but it can be gleaned from old text. And the Egyptians it seems worshiped almost anything that moved! Although rarely mentioned there was a lot of reverence towards the dog too.

There are other more recent texts and notes on the text by the authors and commentators of the books from which these extracts are taken. I have broken these extracts down for that reason. The text is old fashioned so a bit heavy but the information is there.

Contenu

Herodotus – his description of cats in ancient Egypt (and dogs)

Herodotus was a Greek historian who lived in the 5th century BC (c. 484BC – c. 425 BC). He is regarded as the “Father of History” in Western culture.He was the first historian known to collect his materials systematically, test their accuracy to a certain extent and arrange them in a well-constructed and vivid narrative. The following extracts come from his translated work and the notes made by the the author Rev. William Beloe. This is his account of the cats of ancient Egypt….

The number of domestic cats in Egypt is very great and would be greater if the increase of cats were not frustrated. The female cats when delivered oftheir young carefully avoid the company of the males who to obtain a second commerce with them contrive and execute this stratagem they steal the young from the mother which they destroy but do not eat.

This animal which is very fond of its young from its desire to have more again covets the company of the male. In every accident of fire the cats seem to be actuated by some supernatural impulse for the Egyptians surrounding the place which is burning appear to be occupied with no thought but that of preserving their cats.

These, however, by stealing between the legs of the spectators, or by leaping over their heads, endeavour to dart into the flames. This circumstance whenever it happens diffuses universal sorrow. In whatever family a cat by accident happens to die every individual cuts off his eye brows but on the death of a dogthey shave their heads and every part of bodies.

The cats when dead are carried to sacred buildings and after being salted,buried in the city Bubastis. Of the canine species, the females are buried in consecrated chests, wherever they may happen to die ceremony is also observed with respect to ichneumons.

The shrew-mice and hawks are always removed to Butos the ibis to Hermo-polis the bears an animal rarely seen Egypt and the wolves which are not bigger than foxes are buried in whatever place they die 1 .

Notes on Herodotus by contemporary authors

There occurs, I own, a difficulty in the Egyptian system of theology. It evident from their method of propagation that a couple of cats in fifty years would stock a whole kingdom. If religious veneration were paid them it would in twenty more not only be easier in Egypt to find a god than man (which Petronius says was the case in some of Italy) but the gods must at last entirely starve men and leave themselves neither priests nor remaining.

It is probabletherefore that this wise nation, the most celebrated in antiquity for prudence and policy, foreseeing such dangerous consequences, reserved all their worship for the full grown divinities and used the freedom to drown the holy spawn or little sucking gods without any scruple or remorse. And thus the practice of warping the tenets of religion in order to serve temporal interests is not by any means to be regarded as an invention of these later ages. Note by a person called “Hume”. This is a reference to drowning kittens.

The cat was also held in the extremest veneration by the ancient Egyptians and Diodorus Siculus relates that a Roman having by accident killed a cat, the common people instantly surrounded his house with every demonstration of fury. The king’s guards were instantly dispatched to rescue him from their rage, but in vain hisauthority and Roman name were equally ineffectual. In the most extreme necessities of famine they rather chose to feed human flesh than on theseanimals.

My note on Herodotus

Les ichneumons are referred to below – a type of civet or mongoose, I am not sure which.

Associated articles – cat in ancient Egypt:

Article of 1839 on cats in ancient Egypt

Cats in ancient Egypt were held in high veneration by the ancient Egyptians. When a cat died in a house the owner of the house shaved his eye brows. They carried the cats when dead into consecrated houses to be e mbalmed and interred them at Bubastis a considerable city of Lower Egypt. If any killed a cat thoughby accident he could not escape death. Even in the present day they are treated with the utmost care in that country on account of their destroying the rats and mice. They are trained in some of the Grecian islands to attack and destroy serpents with which those islands abound.

(MB Comment: the cat that is the modern day equivalent of the cats in ancient Egypt, the feral Egyptian Mau is generally ill treated. See Egyptian Mau Rescue. This is reported from Egypt 2

The Egyptian Mongoose was domesticated and worshiped too

The civet cat Viverra civetta was not unknown to the ancient Egyptians but the chief object of their regard was the Viverra ichneumon which was almost venerated with a species of worship This quadruped Herpestes Pharaonis is one of the most celebrated of the Egyptian animals. It possesses a strong instinct of destruction and in searching for its prey exterminates the young of many noxious reptiles.

The eggs of crocodiles form its favourite food and this portion of itshistory being mingled in early times with the fanciful notion of its being able to encounter and overcome that gigantic creature in the adult state.

Divine honours were awarded to it by the ancient Egyptians and it became and continued for ages an object of superstitious reverence to a people prone to this symbolical worship of the powers of nature.

Ichneumons are still domesticated in Egypt where they rid the houses of the smaller animals and perform the office of our domestic cats Like the latter they are said to become strongly attached to their accustomed dwellings from whence they seldom wander.

They recognise the persons and the voices of their masters and the chief remnant of their unsubdued or instinctive nature is perceptible during meal time when they retire with their food to some quiet and accustomed corner and manifest by an angry growling their jealous dislike to interruption.

The sense of smell is very acute in this animal. It dwells by the sides of rivers and in addition to its favorite repast of crocodiles eggs it eagerly sucks the blood of every creature which it is able to overcome.

Its body is about a foot and a half in length and its tail is of nearly equal dimensions. Its general colour is a grayish brown but when closely inspected each hair is found an nulated with a paler and a darker hue 3 .

Notes (by me, Michael)

I believe that Viverra ichneumon is intended to be an Egyptian mongoose 4 or a type of civet. These are animals of a similar size to the domestic cat and not that different in many respects. The scientific name now is Herpestes ichneumon. Called the Pharoah’s rat 5 .

The cat was almost worhiped in the United Kingdom before it was united…

Such was the scarcity of the domestic or sem-feral cat that the then Prince of Wales Howel Dha put a price on cats:

In the time of Howel Dha (Dha stands for the word “good” in the Welsh of that time) Howel the Good Prince of Wales, who died in the year 948, laws were made both to preserve and fix theprices of different animals among which the cat was included as being at that early period of great importance on account of its scarcity and utility. At that time the wild cat roamed Britain as did some large wild animals. This must have been some of the earliest moments of domestication of the wildcat in the UK.

The price of a kitten before it could see was fixed at one penny till proof could be given of its having caught a mouse, two pence after which it was rated at four pence. A great sum in those days when the value of specie was extremely high.

It was likewise required that the animal should be perfect in its senses of hearing and seeing should be a good mouser have its claws whole and if a female be a careful nurse. If it failed in any of these qualifications the seller was to forfeit to the buyer the third part of its value. If any one should steal or kill the cat that guarded the prince’s granary the offender was to forfeit either a milch ewe her fleece and lamb or as much wheat as when poured on the cat suspended by its tail (its head touching the floor) would form a heap high enough to cover the tip of the tail.

From these circumstances, says Pennant, we may conclude that cats were not originally natives of these islands and from the great care taken to improve and preserve the breed of this prolific creature we may with propriety suppose that they were but little known at that period 6 .

My notes on the price of domestic cats in Wales 938 AD

The rather odd mix of praise for the cat’s skills and ill treatment when measuring compensation for breach of contract, I think, mirrors how the cat was treated in ancient Egypt. The cat was mummified as were people in Egypt at that time, yes, but the cat was also slaughtered for commercial reasons so that pilgrims who wanted to worship the god Bastet had something to offer the god toappease her and thereby be more likely to grant a wish. It is not all about being held in high esteem.

We seem to think that ancient Egypt was a utopian time for the domestic cat. Firstly, I am not sure it was as rosy as we imagine and secondly, in Wales (UK), in the year 948 (some 1000 years after the time when the cat was worshipped by Egyptians), the cat was equally treasured as a mouser (the reason why, originally, the cat was so appreciated in Egypt).

Wales is now part of the United Kingdom (UK).

2 The Mirror of Literature Amusement and InstructionArticle written 1829.

3 extracted from View of ancient and modern Egypt: an outline of its natural history By Michael Russell – 1831.

6 extracted from View of ancient and modern Egypt: an outline of its natural history By Michael Russell – 1831.


12 Amazing facts about cats in ancient Egypt

1- The goddess Bastet had the cat as her sacred animal and was usually depicted as a woman with cat’s head or an entire cat and defended Ra, god of the Sun. Bastet represented beauty, love, joy, happiness and was also the protector of humans.

2- In Egypt it was forbidden to take cats out of the country. Even a law was enacted in this regard.

3- In the temples or in the wealthiest families it was customary to mummify the cats that died.

4- Causing the death of a cat entailed capital punishment. It is believed that not even Pharaoh could commute the penalty.

5- The death of a family cat was a tragedy in Ancient Egypt. The family began mourning that in many cases involved shaving their eyebrows (according to the Greek historian Herodotus) as a symbol of the pain they felt.

6- An ancient cat cemetery was discovered in an archeological excavation carried out in 1890. More than 170,000 cats were buried in it.

7- The Egyptian word for cat was “miu” or “mieu.”

8- As they were associated with divinity, the ancient Egyptians believed that cats, with their eyes, could see inside the human soul.

9- As the eyes of cats had that supernatural consideration, the women put on their makeup trying to look like those of the cats.

10- Cats were used for hunting. The ancient Egyptians hunted birds with a wooden object that they threw into the air. The cat collected the piece charged, replacing the dog in these tasks.

11- In Egypt we can distinguish two types: The jungle cat (Felis catus), also called reed cat or swamp cat and the African wildcat (Felis silvestris lybica).

The Felis catus is somewhat larger than the Felis (silvestris) lybica, of robust physique, long legs and rather short tail. The Felis (silvestris) lybicaIt has a physique and characteristics similar to the European domestic cat, although it has a slightly shorter tail than the domestic cat.

12- Cat in general was a solar symbol, but, in addition, it was a protector of the home, becoming a beloved and appreciated pet, judging by the representations recorded in the tombs of the New Kingdom, from the reign of Thutmose III.


Importance of cats in Egyptian culture

During childbirth and the harvest seasons, chains and amulets with cats were worn by Egyptian men and women alike. They believed that these charms would bring good luck to them and the people around them. When this belief was dominant in the second century B.C., even accidental killing of a cat meant a death sentence for the ‘killer’. If their pet cat died because of natural causes, they would shave off their eyebrows as a sign of mourning.

Interestingly, the sacrifice of cats was allowed so that they could be mummified and buried along with their owners. This way, they could accompany them in the afterlife. Even the destruction of these mummified cats was prohibited in ancient Egypt. Nobody wanted the wrath of Bastet to befall upon them. Instead, they were buried in limestone coffins in catacombs.

Several preserved cats in the form of mummies have been excavated from ancient Egyptian burial sites, especially in the old worship sites of Saqqara and Bubastis in Egypt. These places hold thousands, if not millions of mummified cats in their catacombs. In a ‘Temple of Bast’ in Bubastis, the priests would sell mummified cats to the worshipers during ancient times. The pilgrims would buy these cats in the hope of gaining some of the ‘divine’ energy from these cats.


Differences between human and non-human animal mummification

The distinguishing factor between the process of non-human animal and human mummification is when the two types were mummified. Humans had been mummified consistently since the days of the early conquerors of Lower Egypt, hundreds of years before even the first non-human animal was mummified. The earliest signs of non-human animal mummies are dated to the Badarian Predynastic Period (5500â€"4000BC) after the unification of upper and lower Egypt. It is likely that animal mummies did not exist earlier on because mummification was less accessible primarily due to cost. In general, the mummifying of animals was not given the careful attention afforded to humans. Mummies sold to pilgrims as offerings were only minimally treated, and unlike humans, even the most sacred of animals, such as the Apis bulls, did not have their internal organs preserved. The large scale of production indicates that relatively little care and expense was involved in animal preparation compared to human mummies. However, recent radiological studies by archeologists indicate that animal mummification may more closely follow human mummification than was originally thought. The accepted view is that animals were merely wrapped in coarse linen bandages and/or dipped in resin before death. However, as with human mummification there was a range in terms of the quality of treatments. A simple visual analysis of the mummies suggests that some animal mummies were treated with the same complexity as those of humans. Egyptians treated animals with great respect, regarding them both as domestic pets and representatives of the gods. The presence of fats, oils, beeswax, sugar gum, petroleum bitumen, and coniferous cedar resins in animal mummies shows that the chemicals used to embalm animals were similar to those used on humans.


Voir la vidéo: Documentaire Égypte Dieux et démons de lEgypte ancienne