Ordonnance de 1785

Ordonnance de 1785



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Thomas Jefferson était parfaitement conscient des grands avantages potentiels offerts par les terres de l'Ouest. Jefferson avait déjà proposé un moyen systématique de préparer de nouvelles zones pour l'indépendance dans son ordonnance de 1784. L'année suivante, il s'est concentré sur la conception d'un système d'arpentage des terres qui pourrait éviter les pièges des méthodes antérieures de détermination des limites. De nombreux propriétaires fonciers dans les États d'origine s'étaient retrouvés mêlés à des conflits de propriété parce que leurs limites de propriété étaient définies en termes de rochers, de ruisseaux et d'arbres - dont chacun pouvait disparaître ou être déplacé. Les premières cartes de propriété foncière semblaient être des puzzles.La proposition de Jefferson était beaucoup plus ordonnée. L'unité de propriété de base devait être le canton — un carré de six milles ou 36 milles carrés. (Jefferson avait en fait favorisé les cantons de 10 milles carrés, mais le Congrès pensait que ces parcelles seraient trop grandes et difficiles à vendre.) Chaque canton devait être divisé en 36 sections, chacun un carré d'un mille ou 640 acres.Une ligne nord-sud de cantons devait être connue sous le nom de gamme.Empruntant à une pratique de la Nouvelle-Angleterre, l'Ordonnance prévoyait également que Article 16 dans chaque canton devait être réservé au profit de l'instruction publique. Toutes les autres sections devaient être mises à la disposition du public aux enchères. L'ordonnance prévoyait que les sections soient offertes au public au prix d'enchère minimum d'un dollar par acre ou un total de 640 $. Le maigre trésor de la Confédération avait cruellement besoin de chaque dollar qu'il pouvait trouver. L'ordonnance de 1785 était une loi historique. La future législation maintiendrait le système de base intact, mais réduirait l'exigence de superficie minimale.


Ordonnance du Nord-Ouest

Les Ordonnance du Nord-Ouest (officiellement Une ordonnance pour le gouvernement du territoire des États-Unis, au nord-ouest de la rivière Ohio, et également connu sous le nom L'ordonnance de 1787) promulguée le 13 juillet 1787, était un acte organique du Congrès de la Confédération des États-Unis. Il a créé le Territoire du Nord-Ouest, le premier territoire incorporé organisé de la nouvelle nation, à partir de terres situées au-delà des Appalaches, entre l'Amérique du Nord britannique et les Grands Lacs au nord et la rivière Ohio au sud. Le cours supérieur du Mississippi formait la limite ouest du territoire. La Pennsylvanie était la frontière orientale.

Dans le traité de Paris de 1783, qui a officiellement mis fin à la guerre d'indépendance américaine, la Grande-Bretagne a cédé la région aux États-Unis. Cependant, le Congrès de la Confédération a rencontré de nombreux problèmes pour prendre le contrôle de la terre tels que le mouvement non autorisé de colons américains dans la vallée de l'Ohio, les affrontements violents avec les peuples autochtones de la région, la présence continue de l'armée britannique, qui a continué à occuper des forts dans la région et un vider le trésor américain. [1] L'ordonnance a remplacé l'ordonnance foncière de 1784, qui déclarait que des États seraient un jour formés dans la région, et l'ordonnance foncière de 1785, qui décrivait comment le Congrès de la Confédération vendrait les terres à des particuliers. Conçue pour servir de modèle au développement et à la colonisation de la région, l'ordonnance de 1787 manquait d'un gouvernement central fort pour la mettre en œuvre. Ce besoin a été rapidement satisfait par le gouvernement fédéral américain formé en 1789. Le premier congrès a réaffirmé l'ordonnance de 1787 et, avec de légères modifications, l'a renouvelée par le Ordonnance du Nord-Ouest de 1789. [2]

Considéré comme l'un des actes législatifs les plus importants du Congrès de la Confédération, [3] il a établi le précédent par lequel le gouvernement fédéral serait souverain et s'étendrait vers l'ouest avec l'admission de nouveaux États, plutôt qu'avec l'expansion des États existants et leur souveraineté établie. en vertu des articles de la Confédération. Il a également créé un précédent législatif en ce qui concerne les terres du domaine public américain. [4] La Cour suprême des États-Unis a reconnu l'autorité de la Northwest Ordinance de 1789 dans le Territoire du Nord-Ouest applicable comme constitutionnelle en Strader c. Graham, [5] mais il n'a pas étendu l'ordonnance pour couvrir les États respectifs une fois qu'ils ont été admis dans l'Union.

L'interdiction de l'esclavage sur le territoire a eu pour effet pratique d'établir la rivière Ohio comme division géographique entre les États esclavagistes et les États libres des Appalaches au fleuve Mississippi, une extension de la ligne Mason-Dixon. Il a également aidé à préparer le terrain pour les conflits politiques fédéraux ultérieurs sur l'esclavage au cours du 19ème siècle jusqu'à la guerre civile américaine.


  • D'après le texte, quelles étaient les tâches clés que les arpenteurs devaient faire pour exécuter l'ordonnance foncière ?
  • Quelles suggestions le texte donne-t-il aux géomètres pour marquer les lignes ?
  • Comment les arpenteurs et les géographes s'assuraient-ils de marquer des lignes droites ?

Congrès continental des États-Unis, King, Rufus & William Samuel Johnson, « Ordonnance pour déterminer le mode de disposition des terres dans le territoire occidental : qu'il soit ordonné par les États-Unis réunis en congrès, que le territoire cédé par les États individuels au Les États-Unis, qui ont été achetés aux habitants indiens, seront aliénés de la manière suivante », 18 mai 1785. Avec l'aimable autorisation de la Bibliothèque du Congrès


Ordonnance de 1785 - Histoire

Adopté par le Congrès de la Confédération le 20 mai 1785, il est considéré comme l'un des actes législatifs les plus importants de l'histoire américaine.

En 1780, les 13 États d'origine ont commencé à céder leurs revendications territoriales entre les Appalaches et le fleuve Mississippi. En même temps, un débat s'est développé sur la façon de disposer de ces terres une fois qu'elles ont été acquises par le gouvernement fédéral. Certaines personnes pensaient que les terres devraient être arpentées en unités uniformes avant la vente, tandis que d'autres pensaient que les spéculateurs individuels devraient être en mesure de faire leurs réclamations comme ils l'entendaient. L'ordonnance de 1785 était une solution de compromis.

L'ordonnance a décrété que le gouvernement fédéral arpenterait les terres en cantons individuels, dont chacun devait avoir une superficie de six milles carrés. Ces cantons seraient alors subdivisés en 36 lots de 640 acres (un mille carré) chacun. Ces lots pourraient ensuite être subdivisés en unités rectangulaires. Une fois cette opération terminée, les cantons devaient être vendus aux enchères publiques pour pas moins de 1 $ l'acre. L'ordonnance contenait également une disposition mettant de côté un terrain dans chaque canton pour fournir des fonds pour entretenir les écoles publiques.

Au fur et à mesure que les États-Unis ont acquis de nouveaux territoires, comme dans le cas de l'achat de la Louisiane en 1803, l'ordonnance a été appliquée à ces nouvelles terres, jusqu'à ce que finalement sa juridiction s'étende à l'océan Pacifique.

Le premier arpentage fédéral des terres de l'Ouest a été mené en 1781 dans l'est Ohio par Thomas Hutchinson. Cette enquête a produit la carte ci-dessous.


Un effet de l'ordonnance sur les terres de 1785 et de l'ordonnance du Nord-Ouest de 1787 était que les États-Unis ont presque doublé de taille. La pratique de l'esclavage s'est étendue au nord. Les explorateurs ont cherché une voie navigable à travers le continent Les conflits ont augmenté entre les colons et les Indiens d'Amérique

L'ordonnance de 1785 a mis en œuvre la résolution de 1784 en prévoyant un mécanisme de vente et de règlement des terres, tandis que l'ordonnance du Nord-Ouest de 1787 répondait aux besoins politiques. L'ordonnance de 1785 a jeté les bases de la politique foncière jusqu'à l'adoption du Homestead Act en 1862

Explication : Il a créé un système d'admission des États, interdit l'esclavage dans le N.W., il a créé un système de gouvernance des territoires et a donné des droits aux colons. Vous venez d'étudier 2 trimestres !

Un effet de l'ordonnance sur les terres de 1785 et de l'ordonnance du Nord-Ouest de 1787 était que le conflit a augmenté entre les colons et les Indiens d'Amérique.

L'ordonnance du Nord-Ouest était officiellement une commande pour le gouvernement de la province des États-Unis, au nord-ouest de la rivière Ohio, et également reconnue comme l'ordonnance de 1787) établie le 13 juillet 1787, était un acte essentiel du Congrès de la Confédération des États-Unis.

Dans le traité de Paris (1783), qui a conclu la guerre d'Indépendance américaine, la Grande-Bretagne a cédé ce territoire aux États-Unis. Néanmoins, le Congrès de la Confédération a rencontré divers problèmes augmentant la restriction des terres qu'ils ont incorporées: la manifestation non autorisée d'immigrants américains dans la vallée de l'Ohio, les rencontres extrêmes avec les peuples indigènes de la région, l'occupation continue de l'armée britannique qui a procédé à des renforts de verrouillage dans la région , et un trésor américain abandonné.

Le statut a succédé à l'ordonnance foncière de 1784 qui indiquait que les États seraient un jour formés dans la région et à l'ordonnance foncière de 1785. Conçu pour aider comme un plan pour l'expansion et la compensation du pays, ce qui manquait à l'ordonnance de 1787 était un puissant l'administration centrale pour l'exécuter.

1. Selon la Cour suprême, lequel de ces événements a le plus probablement provoqué l'arrestation des manifestants dans l'affaire Edwards contre Caroline du Sud ?

2. Quel est l'ordre de passage d'une facture dans la maison ?

Sujet : Ordonnance foncière 1785

Ordonnance foncière, indiquée, formée, dispositif, administration, enclenchement, renforcement, trésorerie, manifestation, immigrés, rencontres.


Le saviez-vous.

  • Le système des cantons et des sections était ordonné, garantissant aux acheteurs un titre garanti sur des parcelles de terrain spécifiques, mais il présentait également des inconvénients. Le système obligeait les colons à acheter de mauvaises terres avec de bonnes terres, tout ce qui se trouvait à l'intérieur d'un bloc. Cela a également créé une communauté trop structurée pour certains colons à l'esprit indépendant. Le système du "metes and bounds", bien qu'il conduise souvent à des conflits de frontières, permet aux colons d'acheter uniquement des terres qu'ils jugent de bonne qualité et qu'ils délimitent eux-mêmes. Cela a également créé une frontière plus libre avec des limites créatives.
  • Au milieu des années 1790, les colons ont dépassé les arpenteurs. Les colons ont choisi la terre avant que la terre ne soit arpentée et ont défini leurs limites de propriété par « metes and bounds ». Sur les cartes d'arpentage des comtés et des États du XXIe siècle, ces propriétés apparaissent comme des parcelles de terrain au cœur d'une communauté. Ils sont entourés de parcelles carrées, des terres que les arpenteurs ont atteintes avant que les colons puissent les revendiquer.
  • La famille du seizième président des États-Unis, Abraham Lincoln (1809-1865 a servi de 1861 à 1865), vivait dans une ferme du Kentucky établie selon le système « metes and bounds ». Lorsque Lincoln était encore un jeune garçon, la famille a été déracinée de la propriété après que le père de Lincoln a perdu un différend juridique sur les limites de la propriété. En 1816, la famille s'est réinstallée dans l'Indiana sur des terres aux limites claires qui avaient été arpentées selon le système de canton défini dans l'ordonnance foncière de 1785.

Traduire

Samuel Johnston
Élu mais a refusé le bureau

*Parti républicain - - le parti politique organisé par Thomas Jefferson et James Madison en 1791 qui a disparu à cause du schisme entre John Quincy Adams et Andrew Jackson. Aujourd'hui, par souci de commodité, les politologues l'appellent à tort le Parti démocrate-républicain. Les membres du parti à l'époque n'ont jamais utilisé le nom démocrate-républicain parce que c'était le parti républicain.


Club d'histoire – Vieux

Une ordonnance pour déterminer le mode de disposition des terres dans le territoire occidental.

Qu'il soit ordonné par les États-Unis réunis en congrès, que le territoire cédé par des États individuels aux États-Unis, qui a été acheté aux habitants indiens, sera aliéné de la manière suivante :

Un arpenteur de chaque État sera nommé par le Congrès, ou un comité des États, qui prêtera serment pour l'accomplissement fidèle de son devoir, devant le géographe des États-Unis, qui est par la présente habilité et chargé d'administrer le même et le même serment sera prêté à chaque transporteur à chaînes, par l'arpenteur sous lequel il agit.

Le géographe, sous la direction duquel les arpenteurs agiront, établira occasionnellement les règlements pour leur conduite, qu'il jugera nécessaires et aura le pouvoir de les suspendre pour faute dans l'exercice de ses fonctions, et en fera rapport au Congrès ou au Comité. des États et il fera rapport en cas de maladie, de décès ou de démission de tout arpenteur.

Les arpenteurs, selon leur qualification respective, procéderont à la division dudit territoire en cantons de six milles carrés, par des lignes allant du nord au sud, et d'autres les croisant à angle droit, aussi près que possible, à moins que les limites de les derniers achats indiens peuvent rendre la même chose impraticable, et alors ils ne s'écarteront pas de cette règle plus loin que de telles circonstances particulières peuvent l'exiger et chaque arpenteur sera autorisé et payé au taux de deux dollars pour chaque mille de longueur, il devra courir , y compris les salaires des transporteurs à chaînes, des marqueurs et toutes les autres dépenses y afférentes.

La première ligne, allant du nord au sud comme indiqué ci-dessus, commencera sur la rivière Ohio, à un point qui se trouvera être dû au nord de l'extrémité ouest d'une ligne qui a été tracée comme limite sud de l'état de Pennsylvanie. et la première ligne, allant de l'est à l'ouest, commencera au même point et s'étendra sur tout le territoire. Pourvu que rien dans les présentes ne soit interprété comme fixant la limite ouest de l'État de Pennsylvanie. Le géographe désignera les cantons, ou parties fractionnaires de cantons, par des numéros progressivement du sud au nord en commençant toujours chaque rang par le numéro un et les rangs seront distingués par leurs numéros progressifs vers l'ouest. La première chaîne, s'étendant de l'Ohio au lac Érié, étant marquée numéro un. Le géographe veillera personnellement au tracé de la première ligne est et ouest et prendra la latitude des extrémités de la première ligne nord et sud et des embouchures des principaux fleuves.

Les lignes seront mesurées avec une chaîne seront clairement marquées par des jambières sur les arbres et exactement décrites sur une plaque sur laquelle sera noté par l'arpenteur, à leurs distances appropriées, toutes les mines, sources salées, pierres à lécher et sièges de moulin, qui doivent à sa connaissance, et tous les cours d'eau, montagnes et autres choses remarquables et permanentes, sur et près desquelles passeront ces lignes, ainsi que la qualité des terres.

Les plats des cantons respectivement, seront marqués par des subdivisions en lots d'un mille carré, ou 640 acres, dans la même direction que les lignes extérieures, et numérotés de 1 à 36 commençant toujours la rangée suivante des lots avec le numéro suivant à celle avec laquelle la précédente concluait. Et lorsque, par les causes ci-dessus mentionnées, une partie seulement d'un canton sera arpentée, les lots qui s'y prolongent porteront les mêmes numéros que si le canton avait été entier. Et les arpenteurs, en traçant les lignes extérieures des cantons, marqueront, à l'intervalle de chaque mille, des coins pour les lots qui sont contigus, en les désignant toujours d'une manière différente de ceux des cantons.

Le géographe et les arpenteurs doivent prêter la plus grande attention à la variation de l'aiguille magnétique et doivent parcourir et noter toutes les lignes par le vrai méridien, certifiant, avec chaque plat, quelle était la variation au moment où les lignes y ont été tracées.

Dès que sept rangs de cantons, et parties fractionnaires de cantons, dans la direction du sud au nord, auront été arpentés, le géographe en transmettra les plans au conseil du trésor, qui les consignera avec le rapport, en bonne et due forme. livres reliés à conserver à cet effet. Et le géographe doit faire des relevés similaires, de temps à autre, de tous les sept rangs au fur et à mesure qu'ils peuvent être arpentés. Le secrétaire à la guerre y recourra et en tirera au sort un certain nombre de cantons et parties fractionnaires de cantons, aussi bien de ceux à vendre en entier que de ceux à vendre en lots, qui seront égaux à un. septième partie de l'ensemble de ces sept rangs, autant que possible, pour l'usage de la dernière armée continentale et il fera un projet similaire, de temps à autre, jusqu'à ce qu'une quantité suffisante soit tirée pour satisfaire le même, à être appliqué de la manière ci-après indiquée. Le conseil de trésorerie fera, de temps à autre, tirer au sort les numéros restants, aussi bien ceux à vendre entiers, que ceux à vendre par lots, au nom des treize États respectivement, selon les contingents dans la dernière réquisition précédente sur tous les états prévu, que dans le cas où plus de terre que sa proportion est allouée à la vente, dans n'importe quel état, à toute distribution, une déduction sera faite donc à la prochaine.

Le conseil du trésor transmettra une copie des plats originaux, en y notant préalablement, les cantons, et parties fractionnaires de cantons, qui seront tombés aux divers États, par la distribution ci-dessus, aux commissaires du bureau de prêt des plusieurs États qui, après avoir donné un préavis d'au moins deux mois et de six mois au plus en faisant afficher des annonces dans les palais de justice ou dans d'autres endroits connus dans chaque comté, et en les insérant dans un journal publié dans les États de leur résidence respectivement, procédera à la vente des cantons, ou parties fractionnaires de cantons, à la vente publique, de la manière suivante, à savoir : Le canton, ou partie fractionnaire d'un canton, N 1, dans le premier rang, sera vendu entier et N 2, dans un même rang, par lots et donc en ordre alterné sur l'ensemble du premier rang. Le canton, ou partie fractionnaire de canton, N 1, dans le deuxième rang, sera vendu par lots et N 2, dans le même rang, entier et ainsi en ordre alterné dans tout le deuxième rang et le troisième rang sera être vendu de la même manière que le premier, et le quatrième de la même manière que le second, et ainsi alternativement dans tous les rangs pourvu qu'aucune des terres, à l'intérieur dudit territoire, ne soit vendue au-dessous du prix d'un dollar le acre, à payer en espèces, ou des certificats de bureau de prêt, réduits à la valeur en espèces, par l'échelle de dépréciation, ou des certificats de dettes liquidées des États-Unis, y compris les intérêts, en plus des frais d'arpentage et d'autres frais y afférents, qui sont par les présentes évalué à trente-six dollars le canton, en espèces ou en certificats comme susdit, et ainsi dans la même proportion pour une fraction de canton, ou d'un lot, à payer au moment des ventes à défaut de quoi ledit les terres seront à nouveau proposées à la vente.

Il sera réservé pour les États-Unis sur chaque canton, les quatre lots, étant numérotés 8, 11, 26, 29, et sur chaque partie fractionnaire d'un canton, autant de lots des mêmes numéros qu'on y trouvera, pour la vente future. Il sera réservé le lot N 16, de chaque canton, pour l'entretien des écoles publiques, dans ledit canton également un tiers de toutes les mines d'or, d'argent, de plomb et de cuivre, à vendre, ou autrement disposé comme le Congrès doit ci-après direct.

Lorsqu'un canton, ou une fraction de canton, aura été vendu comme ci-dessus, et que l'argent ou les certificats reçus en conséquence, l'agent de crédit délivrera un acte dans les termes suivants :

Les États-Unis d'Amérique à tous ceux à qui viendront ces présents, saluant :

Sachez que pour la contrepartie des dollars [vides] que nous avons accordés, et par la présente accordons et confirmons à [vide] le canton, (ou une partie fractionnaire d'un canton, selon le cas) numéroté [vide] dans la gamme [vierge] à l'exception de cela, et réservant un tiers de toutes les mines d'or, d'argent, de plomb et de cuivre dans le même et les lots Ns 8, 11, 26 et 29, pour la vente ou la disposition future, et le lot N 16, pour l'entretien des écoles publiques. Avoir au dit [vide] ses héritiers et ayants droit à jamais (ou s'il y a plus d'un acquéreur audit [blanc] leurs héritiers et ayants droit à jamais comme tenanciers en commun.) En foi de quoi, (AB) Commissaire de l'emprunt bureau, dans l'État de [vierge] a, conformément à l'ordonnance adoptée par les États-Unis en Congrès réuni, le vingt mai de l'an de grâce mil sept cent quatre-vingt-cinq, a apposé sa main et a apposé son sceau ce jour [vierge] de [vierge] de l'année de notre Seigneur [vierge] et de l'indépendance des États-Unis d'Amérique [vierge].

Et lorsqu'un canton, ou une fraction de canton, sera vendu par lots comme susdit, le commissaire du bureau de prêt en délivrera un acte en la forme suivante :

Les États-Unis d'Amérique à tous ceux à qui ces présents viendront, Salut :

Sachez que pour la contrepartie de dollars [vides], nous avons accordé, et par la présente accordons et confirmons à [vide] le lot (ou les lots, selon le cas, dans le canton ou la partie fractionnaire du canton, comme le cas peut être) numéroté [vierge] dans la gamme [vierge] à l'exception et en réservant un tiers de toutes les mines d'or, d'argent, de plomb et de cuivre à l'intérieur de celui-ci, pour une vente ou une disposition future. Avoir au dit [vide] ses héritiers et ayants droit à jamais (ou s'il y a plus d'un acquéreur, audit [blanc] leurs héritiers et ayants droit à jamais en tant que tenanciers communs). En foi de quoi, (AB) Commissaire du bureau continental d'emprunt dans l'état de [vierge] a, conformément à l'ordonnance adoptée par les États-Unis en Congrès réuni, le vingt mai de l'année de notre Seigneur 1785, y a apposé sa main et son sceau, en ce jour [blanc] de [blanc] de l'année de notre Seigneur [blanc] et de l'indépendance des États-Unis d'Amérique [blanc].

Quels actes seront enregistrés dans les livres appropriés par le commissaire du bureau de prêt et seront certifiés avoir été enregistrés, avant d'être remis à l'acheteur, et seront bons et valables pour céder les terres dans le même décrit.

Les commissaires des bureaux d'emprunt, respectivement, transmettront au conseil de trésorerie tous les trois mois, un compte des communes, des fractions de communes et des lots confiés à leur charge en précisant les noms des personnes à qui vendues, et les sommes d'argent ou de certificats reçus pour ceux-ci et fera biffer tous les certificats qu'ils auront reçus d'un poinçon circulaire et ils seront dûment imputés dans les livres du trésor, avec le montant des deniers ou des certificats, en distinguant les mêmes , par eux reçu comme susdit.

Si un canton, ou une fraction de canton ou de lot, reste invendu pendant dix-huit mois après que le plat aura été reçu par les commissaires du bureau de prêt, le même sera retourné au conseil du trésor, et sera vendu en de la manière que le Congrès pourra dorénavant ordonner.

Et tandis que le Congrès, par ses résolutions des 16 et 18 septembre 1776 et du 12 août 1780, a stipulé des concessions de terres à certains officiers et soldats de la défunte armée continentale, et par la résolution du 22 septembre 1780, stipulait des concessions de terres à certains officiers du département hospitalier de la défunte armée continentale pour se conformer donc à de tels engagements, qu'il soit ordonné, que le secrétaire à la guerre, d'après les déclarations de son bureau, ou telle autre preuve que la nature de l'affaire peut admettre, déterminer qui sont les objets des résolutions et engagements ci-dessus, et la quantité de terre à laquelle ces personnes ou leurs représentants ont respectivement droit, et faire en sorte que les cantons, ou parties fractionnaires de cantons, ci-dessus réservés à l'usage du défunt armée continentale, à dessiner de la manière qu'il jugera à propos, pour répondre au but d'une répartition impartiale. Il transmettra de temps à autre des certificats aux commissaires des bureaux d'emprunt des différents États, aux rangs desquels les réclamants militaires ont respectivement appartenu, précisant le nom et le grade du parti, les termes de son engagement et la durée de son engagement. de son service, et la division, la brigade, le régiment ou la compagnie à laquelle il appartenait, la quantité de terre à laquelle il a droit, et le canton, ou fraction de canton, et le rang dont doit être tiré sa part.

Les commissaires des bureaux de prêt exécuteront les actes pour les proportions indivises de la manière et de la forme susmentionnées, ne variant que dans une mesure telle qu'ils soient conformes au certificat du secrétaire à la guerre.

Lorsqu'aucun militaire réclamant une prime foncière n'aura appartenu à la lignée d'un État particulier, des certificats similaires seront envoyés au Conseil du Trésor, qui exécutera les actes aux parties pour le même.

Le secrétaire à la guerre, à partir des relevés appropriés, transmettra au conseil du trésor, un certificat précisant le nom et le grade des divers réclamants du département hospitalier de la défunte armée continentale, ainsi que la quantité de terre à laquelle chaque réclamant a droit. , et le canton, ou la partie fractionnaire d'un canton, et le rang dont sa part doit être prise et sur ce, le conseil du trésor procédera à l'exécution des actes en faveur de ces réclamants.

Le conseil du trésor et les commissaires des bureaux de prêt dans les États devront, dans les 18 mois, remettre les récépissés au secrétaire à la guerre, pour tous les actes qui ont été délivrés, ainsi que tous les actes originaux qui restent entre leurs mains pour l'absence de demandeurs, ayant été préalablement constatés quels actes ainsi rendus, seront conservés au greffe, jusqu'à ce que les parties ou leurs représentants l'exigent.

Et qu'il soit en outre Ordonné, Que trois cantons adjacents au lac Érié soient réservés, pour être ultérieurement aliénés par le Congrès, à l'usage des officiers, hommes et autres, réfugiés du Canada et réfugiés de la Nouvelle-Écosse, qui sont ou peuvent avoir droit à des concessions de terres en vertu des résolutions du Congrès actuellement en vigueur ou qui pourront être accordées ultérieurement à leur égard, et à d'autres fins que le Congrès pourra ordonner par la suite.

Et qu'il soit en outre Ordonné, Que les villes de Gnadenhutten, Schoenbrun et Salem, sur le Muskingum, et une grande partie des terres adjacentes auxdites villes, avec les bâtiments et les améliorations qui s'y trouvent, seront réservées à l'usage exclusif des Indiens chrétiens. , qui y étaient autrefois installés, ou les restes de cette société, qui peuvent, au jugement du géographe, leur suffire à cultiver.

Économisant et réservant toujours, à tous les officiers et soldats ayant droit aux terres du côté nord-ouest de l'Ohio, par donation ou prime du Commonwealth de Virginie, et à toutes les personnes qui revendiquent en vertu d'eux, tous les droits auxquels ils ont droit, en vertu de la acte de cession exécuté par les délégués pour l'état de Virginie, le premier jour de mars 1784, et l'acte du Congrès l'acceptant : et à la fin que lesdits droits peuvent être pleinement et effectivement garantis, selon le vrai l'intention et le sens dudit acte de cession et de l'acte susmentionné, qu'il soit ordonné, qu'aucune partie des terres comprises entre les rivières appelées Little Miami et Sciota, du côté nord-ouest de la rivière Ohio, ne soit vendue ou aliénée de quelque manière que ce soit , jusqu'à ce qu'il y ait d'abord été mis à pied et approprié pour lesdits Officiers et Soldats, et aux personnes qui en réclament, les terres auxquelles ils ont droit, conformément audit acte de cession et acte du Congrès les acceptant.

Fait par les États-Unis réunis en Congrès, le 20 mai de l'année de notre Seigneur 1785, et de notre souveraineté et de notre indépendance le neuvième.


Ordonnance de 1785 - Histoire

L'Ordonnance du Nord-Ouest de 1787 et l'Ordonnance sur les terres de 1785 ont été conçues pour établir un certain ordre parmi les colons de l'Ouest. L'ordonnance sur les terres a prescrit la division des terres en cantons de six milles carrés. En 1820, des cantons avaient été aménagés dans la partie sud de l'Illinois, et une solide bande d'entre eux (les Bounty Lands) bordait le côté nord-ouest de la rivière Illinois, remontant vers le site de Chicago.

Pendant ce temps, les tribus unies avaient accepté en 1816 de céder au gouvernement fédéral un couloir de terre s'étendant vers le sud-ouest de Chicago entre ces lignes de frontière indiennes, un canal devait être construit. Au début des années 1820, des cantons ont été aménagés dans ce corridor, pour rejoindre les Bounty Lands. By 1830, the site of Chicago itself had been surveyed, as the eastern terminus of the canal corridor, and during the 1830s further surveys covered the whole of the future metropolitan area, west to the Fox River and north to the Wisconsin border. In 1827, the federal government had assigned to the canal commissioners 286,000 acres within the canal corridor. From their headquarters in Lockport, the commissioners then sold this land, so that between 1836 and 1848 they were able to construct the Illinois & Michigan Canal, the basis for Chicago&aposs emergence. As the city grew, its streets tended to develop on the section lines platted in 1830, so that the early surveyors in effect determined much of the outline of the modern grid. Indeed, the streets followed the grid so faithfully that in time the effect became wearisome, and in new suburbs like Riverside (platted in 1869) there was a determined attempt to set the streets out in more “natural,” flowing lines.

With the adjacent metropolitan area now covered by the township-and-range grid, the surveyors&apos townships in many cases became civil townships, with names like Hanover, Lemont, and York, which survive to the present day. The townships for some years also had important administrative functions, but these withered over time, until today they are chiefly known for their role as school districts. As time went by, municipal entities emerged that overlapped the townships, more and more blurring their outlines. But these offspring of the Land Ordinance of 1785 had played an important role in early settlement, and continued in many cases as the origin of modern roads.


V. The Ordinance of 1784By the UNITED STATES in CONGRESSassembled, April 23, 1784

CONGRESS resumed the consideration of the report of a committee on a plan for a temporary government of the western territory, which being amended, was agreed to as follows:

Resolved, That so much of the territory ceded or to be ceded by individual states to the United States, as is already purchased or shall be purchased of the Indian inhabitants, and offered for sale by Congress, shall be divided into distinct states in the following manner, as nearly as such cessions will admit that is to say, by parallels of latitude, so that each state shall comprehend from north to south two degrees of latitude, beginning to count from the completion of forty five degrees north of the equator and by meridians of longitude, one of which shall pass through the lowest point of the rapids of Ohio, and the other through the western cape of the mouth of the great Kanhaway but the territory eastward of this last meridian, between the Ohio, Lake Erie, and Pennsylvania, shall be one state, whatsoever may be its comprehension of latitude. That which may lie beyond the completion of the 45th degree between the said meridians shall make part of the state adjoining it on the south and that part of the Ohio, which is between the same meridians coinciding nearly with the parallel of 39° shall be substituted so far in lieu of that parallel as a boundary line.

That the settlers on any territory so purchased and offered for sale shall, either on their own petition or on the order of Congress, receive authority from them, with appointments of time and place, for their free males of full age within the limits of their state to meet together, for the purpose of establishing a temporary government, to adopt the constitution and laws of any one of the original states so that such laws nevertheless shall be subject to alteration by their ordinary legislature and to erect, subject to a like alteration, counties, townships, or other divisions, for the election of members for their legislature.

That when any such state shall have acquired twenty thousand free inhabitants, on giving due proof thereof to Congress, they shall receive from them authority with appointments of time and place, to call a Convention of representatives to establish a permanent constitution and government for themselves. Provided that both the temporary and permanent governments be established on these principles as their basis.

D'abord. That they shall for ever remain a part of this confederacy of the United States of America.

Seconde. That they shall be subject to the articles of confederation in all those cases in which the original states shall be so subject, and to all the acts and ordinances of the United States in Congress assembled, conformable thereto.

Troisième. That they in no case shall interfere with the primary disposal of the soil by the United States in Congress assembled, nor with the ordinances and regulations which Congress may find necessary for securing the title in such soil to the bona fide purchasers.

Quatrième. That they shall be subject to pay a part of the federal debts contracted or to be contracted, to be apportioned on them by Congress, according to the same common rule and measure by which apportionments thereof shall be made on the other states.

Cinquième. That no tax shall be imposed on lands the property of the United States.

Sixième. That their respective governments shall be republican.

Septième. That the lands of non resident proprietors shall in no case be taxed higher than those of residents within any new state, before the admission thereof to a vote by its delegates in Congress.

That whensoever any of the said states shall have of free inhabitants, as many as shall then be in any one the least numerous of the thirteen original states, such state1 shall be admitted by its delegates into the Congress of the United States, on an equal footing with the said original states provided the consent of so many states in Congress is first obtained as may at the time be competent to such admission. And in order to adapt1 the said articles of confederation to the state of Congress when its numbers shall be thus increased, it shall be proposed to the legislatures of the states, originally parties thereto, to require the assent of two thirds of the United States in Congress assembled, in all those cases wherein by the said articles, the assent of nine states is now required, which being agreed to by them shall be binding on the new states. Until such admission by their Delegates into Congress, any of the said states after the establishment of their temporary government shall have authority to keep a member in Congress, with a right of debating, but not of voting.

That measures not inconsistent with the principles of the confederation, and necessary for the preservation of peace and good order among the settlers in any of the said new states, until they shall assume a temporary government as aforesaid, may from time to time be taken by the United States in Congress assembled.

That the preceding articles shall be formed into a charter of compact shall be duly executed by the President of the United States in Congress assembled, under his hand, and the seal of the United States shall be promulgated and shall stand as fundamental constitutions between the thirteen original states, and each of the several states now newly described, unalterable from and after the sale of any part of the territory of such state, pursuant to this resolve, but by the joint consent of the United States in Congress assembled, and of the particular state within which such alteration is proposed to be made.

Charles Thomson , Secretary

Text from Va. Gaz . description begins Virginia Gazette (Williamsburg, 1751–1780, and Richmond, 1780–1781). Abbreviations for publishers of the several newspapers of this name, frequently published concurrently, include the following: C & D (Clarkson & Davis), D & H (Dixon & Hunter), D & N (Dixon & Nicolson), P & D (Purdie & Dixon). In all other cases the publisher’s name is not abbreviated description ends (N & P), under the dateline “Annapolis May 6.” This text was obviously printed from the two-leaf publication of the Ordinance of 1784 issued by authority of Congress, bearing the same title, and being circulated by Thomson (see Ford, description begins Paul Leicester Ford, ed., The Writings of Thomas Jefferson, “Letterpress Edition,” N.Y., 1892–1899 description ends III, 430, note). It varies from that in the manuscript Journals of Congress only in spelling and punctuation and, of course, in the fact that the latter lacks title, preamble, and attest.

1 . In copying this word in the Journals, Thomson committed the same error that the printer had made in the official broadside described in Document IV (see notes 22 and 24), but he then corrected his mistake. From this it is clear that, in inserting the text in the Journal, Thomson must have been copying from the amended text described as OB in Document iv .


Land Ordinance of 1785 / The Seven Ranges

Side A: Land Ordinance of 1785 In April 1784, the Continental Congress adopted the Report of Government for the Western Territory, a broad plan drafted primarily by Thomas Jefferson for organizing the United States' new western lands that were ceded by the states and purchased from Native Americans. One of the most far-reaching legislative acts in American history, the resulting Land Ordinance of 1785, passed on May 20th, established the public land system by which all federal land was surveyed and distributed. The Ordinance established a rectilinear survey system that divided land into townships of six miles square aligned by north-south and east-west baselines, and set aside certain lands for Revolutionary War veterans and for public schools.

Side B: The Seven Ranges In late 1785, Thomas Hutchins, geographer of the United States, began the first federal land survey according to the terms of the recent Land Ordinance of 1785. Hutchins' party extended a base line (the Geographer's Line) from the Pennsylvania border due westward from the north bank of the Ohio River, laying out the northern boundary of seven ranges of townships. Each six-mile-square township was subdivided into one-mile-square sections with a north-south row called a range. A one-mile-square

section (640 acres) was the smallest unit offered for sale at public auction. As few could afford to purchase a section at $1.00 per acre, land sold slowly. The presence of illegal settlers and tensions with Native Americans slowed the surveying process and only Ohio's Seven Ranges was completed under the first survey.

Erected 2003 by Ohio Bicentennial Commission, The Marietta Chapter NSDAR, The Ohio Historical Society. (Numéro de marqueur 18-15.)

Thèmes et séries. This historical marker is listed in these topic lists: Education &bull Native Americans &bull Settlements & Settlers. In addition, it is included in the Former U.S. Presidents: #03 Thomas Jefferson, and the Ohio Historical Society / The Ohio History Connection series lists. A significant historical month for this entry is April 1784.

Emplacement. 40° 38.547′ N, 80° 31.147′ W. Marker is in East Liverpool, Ohio, in Columbiana County. Marker is on Harvey Avenue (Ohio Route 39) 0.4 miles east of Bushwick Street, on the right when traveling east. Located at a roadside pull off at the Ohio/Pennsylvania state line. Touchez pour la carte. Marker is in this post office area: East Liverpool OH 43920, United States of America. Touchez pour les directions.

Autres marqueurs à proximité. At least 8 other markers are within one mile of this marker, measured as the crow flies. Gateway To The Northwest (here, next to this marker) The Point of Beginning (a few steps from this marker in Pennsylvania) Beginning Point of the U. S. Public Land Survey

(within shouting distance of this marker) The Sandy and Beaver Canal (approx. 0.4 miles away in Pennsylvania) First Paper Mill / Little Beaver Creek Bridge (approx. 0.9 miles away) Smiths Ferry (approx. 0.9 miles away in Pennsylvania) The Penna - Virginia Boundary (approx. 0.9 miles away in Pennsylvania) Georgetown (approx. one mile away in Pennsylvania). Touch for a list and map of all markers in East Liverpool.


Voir la vidéo: Lordonnance de protection Version Française