Deuxième bataille de Krasnyi, 15-18 novembre 1812

Deuxième bataille de Krasnyi, 15-18 novembre 1812



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Deuxième bataille de Krasnyi, 15-18 novembre 1812

La deuxième bataille de Krasnyi (15-18 novembre 1812) fut une série d'affrontements entre les Russes et des éléments de la retraite de Napoléon Grande Armée qui se termina par une victoire française, mais qui continua la lente destruction de l'armée (Campagne de Russie de 1812).

Les Français quittent Moscou le 19 octobre, en direction du sud-ouest. Le plan initial de Napoléon était d'éviter la route qu'il avait empruntée pour atteindre Moscou, mais celle-ci fut abandonnée après la bataille acharnée de Maloyaroslavets (24 octobre 1812) et les Français retournèrent sur leur route d'origine. Kutuzov semble avoir été heureux de permettre à l'hiver d'achever la défaite des Français, bien que les Russes aient tenté de perturber la colonne française à Fiedovoisky (3 novembre 1812). Cette attaque échoua et les Français continuèrent leur chemin vers l'ouest.

Les Français arrivèrent à Smolensk le 9 novembre. Napoléon avait envisagé de s'arrêter à Smolensk, et au pire il s'attendait à trouver un dépôt de ravitaillement bien approvisionné. Au lieu de cela, il a constaté que les fournitures avaient été mangées par les troupes qui se retiraient devant l'armée principale. Napoléon avait également espéré trouver de nouvelles troupes à Smolensk, mais au lieu de cela, il apprit que cette division, commandée par Baraguey d'Hilliers, s'était heurtée à une embuscade russe au sud-ouest de Smolensk et qu'une partie importante de celle-ci avait été contrainte de se rendre. Ces malheurs contribuèrent à convaincre Napoléon qu'il lui fallait poursuivre la retraite, en direction des dépôts de Minsk et de Vitebsk.

Le 14 novembre, les principales troupes françaises quittent Smolensk, suivies du reste de son armée, chaque élément s'éloignant d'un jour. Au cours des jours suivants, les Russes lancent une série d'attaques contre les trois derniers corps français (Eugène, Davout et Ney). Dans chaque cas, les Français ont réussi à s'échapper, bien que chacun ait subi de lourdes pertes. Napoléon fut même obligé d'engager la Garde à garder la route ouverte.

L'armée marchait en cinq groupes. Le VIII Corps (Junot), le V Corps (Poniatowski) et la Légion de la Vistule étaient au front. La garde impériale était la suivante, suivie du IVe corps (Prince Eugène), puis du Ier corps (Davout), avec le IIIe corps (Ney) formant l'arrière-garde.

Le 13 novembre, le VIIIe Corps, le Ve Corps et la Légion de la Vistule quittèrent Smolesnk. La Garde a passé la journée à Smolensk, tandis que les IV et I Corps ont atteint la ville. Le IIIe corps de Ney était engagé dans une action d'arrière-garde à l'est de la ville et continuerait à se battre dans cette zone pendant quatre jours.

Le 14 novembre, le VIIIe corps, le Ve corps et la légion de la Vistule atteignirent Korytnia. La Garde a quitté Smolensk, tandis que le IV Corps d'Eugène menait une action d'arrière-garde au nord de la ville. Le I Corps passe la journée à Smolensk, tandis que Ney poursuit son action d'arrière-garde. Le même jour, une force russe a capturé Krasnyi, menaçant la ligne de retraite de toute l'armée.

Le 15 novembre, la Légion de la Vistule réussit à reprendre Krasnyi, prenant intact l'important pont. Napoléon est entré dans la ville plus tard dans la journée. La Garde atteignit Korytnia. Le IV Corps a quitté Smolensk, le I Corps est resté dans la ville pendant un autre jour et Ney a continué à combattre son action d'arrière-garde.

Le 16 novembre, la Garde a rejoint le VIIIe Corps, le V Corps et la Légion de la Vistule à Krasnyi. Le IVe Corps d'Eugène a été retenu pendant la majeure partie de la journée par Miloradovich, qui a bloqué la route à Merlino ou Nikulina. Les hommes d'Eugène ont finalement réussi à contourner le barrage russe, avec l'aide d'une partie de la Jeune Garde.

L'événement le plus notable de la bataille est survenu très tôt le 17 novembre. Les Français étaient maintenant menacés par l'armée principale de Kutuzov, qui se trouvait à leur sud. Napoléon envisagea brièvement d'envoyer toute la garde pour attaquer les Russes, mais décida ensuite de restreindre l'attaque à la jeune et moyenne garde. Le général Rapp fut choisi pour commander le combat, mais fut ensuite remplacé par le général Roguet de la moyenne garde. Environ 16 000 hommes prirent part à l'attaque et coupèrent les Russes. Cette attaque prouva que l'armée de Napoléon avait encore du mordant. Kutuzov, qui n'était de toute façon pas très enclin à risquer une bataille majeure, s'est retiré, ouvrant la route principale et permettant à la plupart des Grande Armée de revenir ensemble.

Le 18 novembre, la plupart des Grande Armée marchait vers l'ouest en direction d'Orcha et des ponts intacts sur le Dniepr. Napoléon et la plupart de ses hommes pensaient que les 6 000 hommes de l'arrière-garde de Ney étaient perdus quelque part à l'est de Smolensk, mais ils auraient bientôt une rare agréable surprise. Après une série d'aventures et une traversée nerveuse du Dniepr gelé, Ney et 800 de ses hommes rejoignent l'armée principale à Orsha. Napoléon se réjouit de le voir et lui décerne le titre de « plus brave des braves » après cet exploit.

Kutuzov a affirmé que la bataille avait été une victoire majeure et que les Français avaient subi des pertes plus lourdes que les Russes, mais étant donné le mauvais état de la Grande Armée et la taille beaucoup plus importante de la force russe attaquante doit être considérée comme une chance pour Napoléon. Son prochain obstacle majeur serait la rivière Berezina, où Napoléon aurait une autre chance de s'échapper.

Page d'accueil napoléonienne | Livres sur les guerres napoléoniennes | Index des sujets : Guerres napoléoniennes


En apprenant la défaite de Victor à la bataille de Czasniki, Napoléon - qui était déjà bouleversé par la situation dans le nord en raison de la défaite française antérieure à Polotsk - a ordonné à Victor de prendre l'offensive immédiatement et de repousser Wittgenstein. [1]

Au moment de la rencontre avec Smoliani, Napoléon avait l'intention de mener sa Grande Armée en pleine désintégration vers un refuge à l'ouest comme Minsk. Afin d'exécuter ce plan, la route de retraite prévue de la Grande Armée devait être sécurisée. La position de Wittgenstein à Czasniki était à 64 km au nord de Bobruisk, [ douteux - discuter ] une ville que Napoléon avait besoin d'être sécurisée pour que la principale armée française puisse atteindre Minsk.

Victor, selon les ordres de Napoléon, devait coordonner les actions de son IX corps avec le VI corps et le II corps commandés par le maréchal Oudinot. [2] Le plan français initial - ordonné par Napoléon et approuvé par Victor, n'était pas d'attaquer de front Wittgenstein, mais pour un corps d'attaquer les Russes dans le flanc tandis que l'autre a mené un assaut frontal. [3] Ce plan fut cependant sabordé sur l'insistance d'Oudinot, qui jugea plus avantageux d'attaquer de front Wittgenstein. [3]

Les humeurs contrastées Dans les quartiers généraux russe et français Modifier

En entrant dans l'action à Smoliani, les commandants français ont montré les caractéristiques des dirigeants se préparant à l'échec : mauvaise planification, indécision et pessimisme en raison de revers antérieurs.

Les historiens ont reproché à Oudinot et Victor de ne pas avoir tenté une manœuvre d'accompagnement contre Wittgenstein. Victor en particulier a été critiqué pour son indécision dans sa planification et son exécution de l'attaque de Smoliani. [4] Auparavant, à Czasniki, Victor s'était montré trop enclin à battre en retraite face à des renversements mineurs.

L'humeur des dirigeants russes à la veille de la bataille contrastait fortement avec celle des Français.

Dans le quartier général de Wittgenstein à cette époque, il existait un « sentiment de confiance en soi et d'accomplissement fier », qui s'était fusionné à la suite de leurs victoires répétées sur les Français lors de batailles antérieures. [5] Un travail notable sur 1812 décrit l'aura parmi Wittgenstein et son personnel à ce stade comme un sentiment d'être "moralement égal et souvent supérieur à l'ennemi." [6] Il n'est peut-être pas étonnant que Victor ait hésité à exécuter la tâche que lui avait confiée Napoléon.

Attrition sévère parmi les forces françaises Modifier

La cause française à Smoliani a également été minée par l'attrition croissante dans leurs rangs.

Dans les deux semaines qui ont suivi l'action à Czasniki, la force de Victor avait beaucoup souffert de l'exposition au gel et aux maladies. Le 10 novembre, il ne restait que 25 000 hommes jusqu'au commandement de Victor, une évolution qui augmenta la marge de supériorité de Wittgenstein sur les Français dans ce secteur. Mieux approvisionnées, mieux cantonnées et plus intelligemment protégées des éléments que leurs ennemis français, les troupes de Wittgenstein souffrent moins des privations et des intempéries. [7]

La bataille de Smoliani a commencé le 13 novembre, dans le village voisin d'Axenzi, et initialement les Français ont réussi. Ici, les 6 000 hommes du général Louis Partouneaux attaquent l'avant-garde de Wittgenstein, forte de 6 000 hommes, dirigée par le général Alexiev. [8] Chaque côté a perdu environ 500 soldats dans cette rencontre et en dépit d'être renforcé, les Russes ont été forcés de se retirer à Smoliani. [3]

Le lendemain, le 14 novembre, le combat s'intensifia alors que 5 000 des soldats de Victor attaquèrent et capturèrent Smoliani. Après cela, cependant, la force attaquante française a subi un renversement, étant repoussée sur l'aile droite russe, puis perdant Smoliani à la contre-attaque de Wittgenstein. [9] Pendant que cette action se déroulait, un petit détachement russe tenait en échec la force supérieure d'Oudinot au village de Poczavizi, empêchant ainsi ces troupes d'assister Victor. [3]

Bien que l'action se soit arrêtée avec chaque camp dans leur position d'origine et que les pertes subies par les deux aient été égales – 3 000 tués, blessés et faits prisonniers – ce sont les Français qui ont eu le plus gros de la ferraille. [10] Le jour suivant, le 15 novembre, Victor s'est retiré à 20 milles au sud de Chereja. [11]

Bien que Wittgenstein ne poursuive pas immédiatement son ennemi vaincu, en remportant cette bataille, il conserve le potentiel d'attaquer la Grande Armée lorsqu'elle passe par Bobr, à 64 km au sud de sa position près de Czasniki. Que Victor et Oudinot battent en retraite face à cette grande menace pour la Grande Armée est un autre coup dur pour Napoléon. La bataille de Smoliani a également mis fin, définitivement, à tout espoir que les Français avaient de rétablir leur "ligne Dwina" du nord.


Deuxième bataille de Krasnyi, 15-18 novembre 1812 - Histoire


Deux révolutions en 1917 ont changé la Russie pour de bon. Comment les Russes sont passés de l'Empire au Bolchevik Paix, terre et pain gouvernement:

Guerres gréco-persanes
Aussi appelé le Guerres persanes, les guerres gréco-persanes se sont déroulées pendant près d'un demi-siècle de 492 à 449 av. La Grèce a gagné contre toute attente. Voici plus :

La transition du Mexique de la dictature à la république constitutionnelle s'est traduite par dix années désordonnées d'escarmouches dans l'histoire mexicaine.

Plus de la révolution mexicaine :

Voyages dans l'histoire
Quand est-ce que quel navire est arrivé avec qui à bord et où a-t-il coulé sinon ?

Le plus grand de tous les dirigeants barbares, Attila a donné un coup de pied arrière à grande échelle.


Guerre patriotique de 1812

La Russie est une juste guerre de libération nationale contre les forces d'invasion de la France napoléonienne.

La guerre était le résultat des profondes contradictions politiques et économiques qui avaient surgi entre la France bourgeoise et la Russie féodale et seigneuriale à la fin du XVIIIe siècle et est devenue particulièrement aiguë en relation avec les guerres de conquête napoléoniennes. La politique agressive de Napoléon Ier a provoqué la contre-attaque des puissances européennes, dont la Russie, qui ont pris part aux guerres entre la Russie, l'Autriche et la France en 1805 et la Russie, la Prusse et la France en 1806&ndash07. Le traité de Tilsitt en 1807, que le gouvernement russe fut contraint d'accepter, ne put éliminer les contradictions franco-russes et n'était au fond qu'une trêve prolongée. Après la défaite militaire de la Prusse en 1806 et de l'Autriche en 1805 et 1809, la Russie était la seule grande puissance du continent européen qui s'opposait à Napoléon sur la voie de la domination mondiale.

Un témoignage des aspirations agressives continues de la France était la politique agressive de Napoléon en Europe, qui englobait l'annexion de la Hollande et des villes hanséatiques et des États de l'Allemagne du Nord jusqu'à l'Elbe, y compris Oldenburg, dont le duc était un parent d'Alexandre Ier. Les contradictions économiques entre la Russie et la France devinrent également plus aiguës. Le blocus continental, auquel la Russie a été forcée de se joindre en 1807, s'est avéré extrêmement désavantageux et a entraîné une forte diminution du commerce extérieur russe, une ponction sur l'or et une baisse du taux de change du rouble. Une guerre tarifaire a commencé entre la Russie et la France en 1810. À la fin de cette année, Napoléon a commencé à préparer une guerre contre la Russie. Après la défaite de la Russie, il avait l'intention de régler avec son dernier et principal ennemi, la Grande-Bretagne. Napoléon a pris un soin particulier dans la préparation de la campagne de Russie, en essayant d'assurer une victoire rapide sur l'armée russe. L'énorme Grande Armée a été créée. Il comptait environ 610 000 soldats et 1 372 canons de campagne. Plus de la moitié des troupes étaient des contingents des alliés de la France, y compris des unités prussiennes, autrichiennes, bavaroises, saxonnes, italiennes, polonaises et espagnoles.

Le gouvernement russe a reconnu le danger de guerre et a essayé de l'empêcher. Les diplomates russes, profitant des difficultés militaires et économiques de Napoléon, notamment de la guerre d'Espagne, ont pu retarder légèrement le début du conflit armé. Ils ont également réussi à créer une situation de politique étrangère plus favorable pour la Russie à la suite de la conclusion du traité de Bucarest avec la Turquie en mai 1812 et d'une alliance secrète avec la Suède en mars de la même année. En outre, la Russie a pu augmenter la force de son armée de 23 régiments d'infanterie et dix régiments de cavalerie et huit batteries statiques et six compagnies d'artillerie à cheval et porter le nombre de ses forces armées (y compris les troupes irrégulières) à 900 000, dont environ 500 000 troupes de campagne. Parce qu'un nombre important de troupes se trouvaient en Moldavie, en Crimée, dans le Caucase, en Finlande et dans les régions intérieures, seulement 240 000 soldats environ avec 934 canons de campagne pouvaient être concentrés sur les frontières occidentales en juin 1812. Ces forces constituaient trois armées. La première armée du général M. B. Barclay de Tolly (127 000 hommes) est déployée sur la ligne Raseiniai-Lida sur l'axe Saint-Pétersbourg. La deuxième armée du général P. I. Bagration (45 000 & ndash 48 000 hommes) est déployée au sud entre les fleuves Neman et Bug sur l'axe de Moscou. La troisième armée du général A. P. Tormasov (43 000 & ndash 46 000 hommes) couvrait l'axe de Kiev dans la région de Loutsk. Le corps détaché du général P. K. Essen (18 500 hommes) est déployé dans la région de Riga. En outre, les corps de réserve du général P. I. Meller-Zakomel&rsquoskii et F. F. Ertel&rsquo étaient situés à l'arrière dans les régions de Toropets et de Mozyr&rsquo.

A la veille de la guerre, l'armée russe a reçu de nouveaux règlements et instructions reflétant les tendances progressistes dans l'art de la guerre, notamment la tactique des colonnes et l'ordre étendu. Prévoyant l'inévitabilité d'une guerre avec la France, des personnalités militaires russes (Barclay de Tolly, PI Bagration, PM Volkonskii, PA Chuikevich et autres) et certains étrangers au service de la Russie (L. von Wolzogen, DF Saint-Priest et KA von Pfuel ) ont élaboré et proposé leurs plans stratégiques à Alexandre Ier. Certains des plans prévoyaient d'entraîner Napoléon dans une guerre prolongée qui lui serait fatale sur les étendues illimitées de la Russie, loin des bases françaises. La plupart des plans reconnaissaient la supériorité écrasante de l'armée napoléonienne sur la Russie en termes de forces et d'armes. Alexandre Ier, cependant, a adopté le plan Pfuel, qui impliquait une manœuvre de retrait de la première armée russe vers le camp de Drissa sur la rivière Zapadnaia Dvina, où elle était censée arrêter l'ennemi. La deuxième armée frapperait l'ennemi sur le flanc et l'arrière de la région de Volkovysk-Mir.

Le plan de Napoléon était d'affecter plus de 440 000 soldats de la Grande Armée (492 000 fantassins, 96 000 cavaliers, 20 000 sapeurs, un contingent de siège et autres) pour la première ligne à la frontière russe. Les troupes restantes (plus de 160 000) ont été déployées en réserve entre la Vistule et l'Oder. Napoléon concentra ses forces principales en trois groupes. Le groupe de gauche était sous son commandement direct (218.000 hommes). Le groupe central était commandé par le vice-roi italien E. P. de Beauharnais (82 000 hommes), et le groupe de droite était sous le commandement du roi westphalien Jérôme Bonaparte (78 000 hommes). Ces forces étaient censées utiliser des frappes enveloppantes pour encercler et détruire les première et deuxième armées russes au coup par coup. Sur le flanc gauche dans la région de Riga opérait le corps prussien-français de J. Macdonald (32 500 hommes). Sur le flanc droit, le corps autrichien de K. Schwarzenberg (34 000 hommes) faisait face à la IIIe armée.

Dans la nuit du 11 (23 juin) 1812, l'armée de Napoléon, sans déclaration de guerre, franchit la frontière russe au niveau du fleuve Néman dans la région de Kaunas. Alexandre Ier a tenté d'arrêter les actions militaires et d'éviter la guerre. À cette fin, le 14 (26) juin, il envoya l'adjudant général A. D. Balashov de Vilnius aux avant-postes français avec une lettre personnelle pour Napoléon. Mais la mission Balachov&rsquos s'est soldée par un échec. Le 13 (25 juin), guidé par la décision prise plus tôt, le commandement russe a commencé à retirer ses forces dans les profondeurs du pays. La Première armée échappe au coup que Napoléon entend lui infliger dans la région de Vilnius et atteint le camp de Drissa le 26 juin (8 juillet). Mais l'opération défensive-offensive décrite dans le plan Pfuel a dû être annulée, car la position à Drissa s'est avérée défavorable et la deuxième armée n'a pas pu approcher la région prévue pour coopérer avec la première armée à temps. Le 2 juillet (14), la 1re armée abandonne le camp de Drissa et entame un repli vers Vitebsk, en chargeant le corps du général P. K. Vitgenshtein (plus de 20 000 hommes) de couvrir l'axe de Saint-Pétersbourg.

Alexandre Ier faisait partie de la Première armée et, selon la Charte pour le contrôle de la Grande Armée active, était le commandant en chef. Il a vu l'échec du plan Pfuel, qu'il avait approuvé, et n'a pas voulu assumer la responsabilité de l'inévitable nouvelle retraite. Il abandonne donc l'armée à Polotsk le 6 (18) juillet sans désigner de successeur. Barclay de Tolly remplit alors les fonctions de commandant en chef, sur la base de sa fonction de ministre de la guerre.Ayant reçu des informations selon lesquelles la deuxième armée ne pourrait pas atteindre Vitebsk, il retira la première armée vers Smolensk le 20 juillet (1er août) avec des actions d'arrière-garde à Vitebsk et Ostrovno. La deuxième armée du général Bagration se retira d'abord vers Minsk, puis vers Nesvizh-Bobruisk, menant des actions désespérées d'arrière-garde contre les forces ennemies supérieures (près des points peuplés de Mir et Romanov), qui tentaient d'encercler et de détruire l'armée. La tentative de la deuxième armée de percer à Mogilev et de rejoindre la première armée a échoué (la bataille de Saltanovka le 11 juillet [23]). Mais avec une habile manœuvre de retraite, Bagration se retira vers Smolensk en passant par Mstislavl&rsquo et le 22 juillet (3 août) rejoignit la Première Armée. Les deux armées totalisaient 120 000 hommes, alors qu'il y avait 200 000 dans les forces principales de Napoléon.

Les actions vigoureuses des troupes russes sur les flancs ont immobilisé des forces importantes de l'armée napoléonienne (jusqu'à 115 000 hommes). A Kobrin, la IIIe armée a infligé une défaite au corps J. Reynier, qui était envoyé au secours de Schwarzenberg, puis a immobilisé les corps de Schwarzenberg et Reynier dans la région de Volyne. Le 19 juillet (31), l'Amiral P. V. Chichagov&rsquos Armée du Danube quitte la Moldavie pour rejoindre la Troisième Armée. Le 14 (26) juillet, le corps C. Oudinot, que Napoléon avait affecté à l'offensive sur l'axe de Saint-Pétersbourg, prend Polotsk. Cependant, lors des combats à Kliastitsy les 18 et 20 juillet (30 juillet-1er août), elle subit une défaite et se replie vers Polotsk. Napoléon est obligé d'y envoyer aussi le corps de G. Saint-Cyréo. Le corps de Macdonald'rsquos a été immobilisé près de Riga. Le plan initial de Napoléon d'encercler l'armée russe et de la détruire au coup par coup a été vaincu, et ses troupes ont subi des pertes importantes en hommes et en chevaux. La discipline défaillait et le pillage se généralisait. Le 17&ndash18 (29&ndash30) des difficultés d'approvisionnement obligent Napoléon à arrêter son armée pour sept à huit jours de repos dans la région de Velizh à Mogilev.

Barclay de Tolly, cédant aux pressions du tsar, qui réclamait des actions énergiques, décida de frapper Rudnia et Porechtè et, profitant du déploiement épars des troupes ennemies, tenta de percer le centre puis d'anéantir les d'autres forces au coup par coup. En raison des divergences d'opinion entre les commandants et du manque de confiance de Barclay de Tolly, cependant, le bon moment a été perdu. Pendant ce temps, Napoléon a traversé de façon inattendue le Dniepr, menaçant de capturer Smolensk, et les armées russes ont commencé une retraite précipitée. La défense vigoureuse de la division du général D.P. Neverovskii à Krasnyi le 2 août (14) a permis aux forces russes de prendre la défense à Smolensk. Le 4 août6 (16&ndash18) dans l'âpre bataille de Smolensk de 1812, les troupes russes combattirent courageusement contre des forces ennemies supérieures, mais furent néanmoins contraintes d'abandonner la ville. Après avoir repoussé une tentative ennemie d'encercler la première armée lors de la bataille de Valutina Hill le 7 août (19), les troupes russes se sont retirées vers Dorogobuzh.

L'invasion d'agresseurs étrangers a suscité une vague de patriotisme parmi les différentes couches de Russes et d'autres peuples de Russie. Au début de l'automne 1812, le mouvement partisan de la guerre patriotique de 1812 était en marche. Les paysans russes ont commencé une lutte active contre les agresseurs. Le patriotisme du peuple russe s'est également manifesté dans la formation du corps de volontaires du peuple lors de la guerre patriotique de 1812. Les serfs espéraient qu'après la victoire sur l'ennemi étranger, ils seraient également libérés du servage.

Bien que les actions de Barclay de Tolly aient été correctes, la retraite continue a suscité le mécontentement général. Certains ont même accusé Barclay de Tolly de trahison. Cela a forcé Alexandre Ier à nommer le général M. I. Kutuzov commandant en chef de toutes les armées actives le 8 août (20). Kutuzov était particulièrement populaire en raison de ses victoires sur la Turquie et de sa conclusion du traité de paix de Bucarest de 1812, qui était à la fois honorable et extrêmement nécessaire pour la Russie. Kutuzov arriva dans l'armée et en prit le commandement le 17 (29 août), lorsque Barclay de Tolly avait finalement décidé d'offrir à l'ennemi une bataille générale près de Tsarevo Zaimische. Kutuzov a trouvé la position de l'armée défavorable et les forces insuffisantes pour une bataille générale, alors il a retiré les troupes plus à l'est, faisant plusieurs marches pour rejoindre les réserves qui approchaient. Il s'est arrêté près du village de Borodino, où il a décidé de barrer la route de l'armée napoléonienne à Moscou. Les réserves, arrivées sous le commandement du général M. A. Miloradovich, et les corps de volontaires de Moscou et Smolensk ont ​​permis d'augmenter les forces de l'armée russe à 132 000 (dont 21 000 volontaires et 7 000 cosaques) avec 624 canons de campagne. Napoléon avait 135 000 hommes avec 587 canons.

Le 26 août (7 septembre) eut lieu la bataille de Borodino de 1812. Cela a commencé à l'aube et s'est terminé au crépuscule. La bataille désespérée et sanglante a essentiellement pris la forme d'attaques frontales par les forces napoléoniennes sur des positions russes fortifiées, y compris la batterie Semenov flègraveches et Raevskiiârsquos. Il n'accomplit ni les missions assignées par Napoléon à anéantir l'armée russe ni par Kutuzov à barrer la route de Moscou. L'armée française, qui a perdu 58 000 hommes (30 000 selon les chiffres français), est sérieusement affaiblie. Tard dans la nuit Kutuzov, ayant reçu des informations sur les pertes russes (44 000), a refusé de reprendre la bataille dans la matinée et a ordonné une retraite.

L'armée russe, ayant fait preuve d'une ténacité et d'un héroïsme inébranlables et toujours capable de se battre, a commencé une retraite vers Moscou, avec l'intention d'engager à nouveau l'ennemi aux murs de Moscou après avoir reçu des renforts. Mais l'espoir de Kutuzov de recevoir des renforts ne se réalisa pas, et la position choisie par le général L. L. Bennigsen à Moscou se révéla extrêmement défavorable. Le 1 (13) septembre, Kutuzov a réuni un conseil militaire à Fili. Pour protéger les forces de l'armée et attendre l'arrivée des réserves, Koutouzov ordonna que Moscou soit abandonné sans combat. Cela a été fait le 2 septembre (14).

Dès le premier jour de l'entrée des troupes de Napoléon à Moscou, des incendies ont éclaté dans la ville et se sont poursuivis jusqu'au 6 (18 septembre), dévastant les deux tiers de la ville. Kutuzov a d'abord effectué une marche de flanc habile et a déplacé l'armée de la route de Riazanô à la route de Kalouga. Il s'est ensuite arrêté au camp de Tarutino, après avoir couvert les régions méridionales de la Russie et entamé des préparatifs intensifs pour passer à l'offensive. À cause de la croissance de la « petite guerre », l'armée de Napoléon connaissait des difficultés de plus en plus difficiles, en particulier des opérations audacieuses des détachements de partisans de l'armée créés par Kutuzov et des détachements de partisans paysans, qui ont encerclé les forces de Napoléon à Moscou et perturbé leur approvisionnement. La situation critique oblige Napoléon à envoyer le général J.-A. Lauriston au quartier général du commandant en chef russe avec des propositions de paix adressées à Alexandre Ier. Kutuzov a rejeté les propositions de paix ou d'armistice, affirmant que la guerre venait de commencer et ne se terminerait pas tant que l'ennemi n'aurait pas été chassé du sol russe.

À Tarutino, le commandant en chef a achevé son plan d'encerclement et d'écrasement des troupes napoléoniennes dans la région entre les fleuves Zapadnaia Dvina et Dniepr avec les forces de l'armée de l'amiral Chichagová et du corps du général Vitgenshteiná en coordination avec les forces principales sous son propre commandement direct. Le 8 (20) octobre, Vitgenshtein chassa l'ennemi de Polotsk, un point stratégique important à l'arrière de l'armée napoléonienne. Le 6 (18 octobre), les forces russes infligent un coup puissant à l'avant-garde J. Muratôs sur la rivière Chernishne (au nord de Tarutino), qui marque le début de la déroute de l'armée napoléonienne.

La nouvelle de la défaite des forces françaises sur la rivière Chernishne hâta la décision de Napoléon de se retirer de Moscou. Le retrait a commencé dans la soirée du 6 octobre (18). Le 10 octobre (22), les détachements avancés des forces russes entrèrent pour libérer Moscou. La tentative de Napoléon de percer dans les régions méridionales du pays s'est soldée par un échec. Les forces russes ont bloqué le chemin de l'ennemi à Maloiaroslavets le 12 (24) octobre et ont forcé l'ennemi à revenir le long de la route dévastée de Smolensk.

Conscient de l'échec de ses plans d'agression, Napoléon utilise désormais tous les moyens pour éviter la bataille décisive que le commandement russe tente de lui imposer. Les principales forces de l'armée russe comptaient 110 000 à 120 000 hommes. Après avoir rejoint l'armée de Tormasov&rsquos, l'armée de Chichagov&rsquos comptait environ 60 000 hommes. Le corps Vitgenshtein&rsquos fut renforcé à 50 000 hommes. Chichagov contraint les troupes de Schwarzenberg au-delà du Bug Iuzhnyi puis, laissant le corps du général F. V. Saken & rsquos faire face à Schwarzenberg, il se dirige vers Minsk le 18 (30) octobre avec 30 000 hommes. Pendant ce temps, Kutuzov organisait une poursuite parallèle des forces napoléoniennes en retraite. De l'arrière, ils ont été pressés par les régiments de cosaques Ataman MI Platov&rsquos, tandis que le puissant détachement du général MA Miloradovich (deux corps d'infanterie et deux corps de cavalerie) et les détachements volants (corps volant) d'AP Ozharovskii et DZ Davydov se sont déplacés vers le sud de la Smolensk. et les détachements de PV Golenishchev-Kutuzov et PM Volkonskii, entre autres, se sont déplacés au nord de la route. Les forces napoléoniennes en retraite étaient continuellement attaquées par des détachements volants cosaques et partisans. Par manque de nourriture, les chevaux de l'armée de Napoléon ont commencé à mourir en masse, obligeant l'ennemi à abandonner son artillerie.

Le 22 octobre (3 novembre), les forces de Miloradovich et Platov ont vaincu l'arrière-garde de L. Davout près de Viaz&rsquoma. Menacé par l'encerclement, Napoléon a été contraint d'abandonner Smolensk, et peu de temps après, il a subi une défaite majeure dans la bataille de Krasnyi du 3 novembre 6 (15 et 18). Dans la bataille, l'arrière-garde de M. Neyé fut écrasée. Au cours d'un mois de combats, les forces russes ont capturé 90 000 prisonniers et plus de 500 canons de campagne. Le froid a commencé en novembre et les soldats napoléoniens mal habillés et affamés sont devenus de moins en moins capables de se battre. Seuls les gardes et les corps C. Victor et G. Saint-Cyréo, qui s'étaient joints au gros, étaient préparés au combat. Parmi les soldats survivants des principales forces de la Grande Armée (environ 75 000), environ 40 000 étaient en formation et le reste était une foule démoralisée.

Le dernier épisode s'est produit sur la rivière Berezina, où l'anneau d'encerclement stratégique autour de l'armée de Napoléon a été fermé. Malgré les difficultés de coordonner le combat de plusieurs armées et corps russes séparés par des distances importantes et l'exécution imprécise des directives du commandant en chef par Chichagov et Vitgenshtein et leur incapacité à voir à travers les manœuvres de diversion de Napoléon, Kutuzov a pu infliger une défaite écrasante à les forces napoléoniennes. Après avoir traversé la rivière Berezina le 14 novembre 16 (26 novembre 28), la Grande Armée a cessé d'exister en tant que force de combat organisée, ayant perdu environ 30 000 hommes seuls comme prisonniers.

Le 23 novembre (5 décembre) à Smorgon&rsquo, Napoléon transfère le commandement à Murat et part pour Paris. Le 28 novembre (10 décembre), les troupes russes occupent Vilnius. L'armée russe avait également souffert du froid et du manque de nourriture et avait subi des pertes considérables (plus de 80 000 hommes) pendant l'offensive et s'y était donc arrêtée pour se reposer. Le 14 (26) décembre, les restes de la Grande Armée (environ 30 000 hommes, dont 1 000 en formation) franchissent le Néman. Pendant la guerre patriotique de 1812, l'armée de Napoléon a perdu jusqu'à 550 000 hommes. Seuls les corps de flanc de Macdonald et Schwarzenberg ont survécu. Le 21 décembre 1812 (2 janvier 1813), Koutouzov a donné un ordre à l'armée pour féliciter les troupes d'avoir chassé l'ennemi de la Russie et les appeler à « finir la défaite de l'ennemi sur les champs ennemis ».

Lors de la guerre patriotique de 1812, les peuples de Russie et l'armée russe ont fait preuve d'un grand héroïsme et d'un grand courage et ont dissipé le mythe de l'invincibilité de Napoléon en libérant leur terre natale des agresseurs étrangers. La défaite de Napoléon en 1812 a déclenché la libération de l'Europe occidentale de la domination napoléonienne. C'était le signal "d'un soulèvement universel contre la domination française en Occident" (F. Engels, dans K. Marx et F. Engels, Soch., 2e éd., vol. 22, p. 30). L'empire napoléonien s'est effondré à la suite de la lutte de libération des peuples d'Europe et des campagnes étrangères de l'armée russe en 1813 et 1814.

La stratégie clairvoyante du commandement russe a triomphé de l'art militaire de Napoléon, qui lui avait valu des victoires en Europe occidentale, mais a entraîné sa chute dans la guerre d'agression contre la Russie. La retraite habile combinée à une défense obstinée pour user l'ennemi, la brillante marche de flanc vers Tarutino, la poursuite parallèle et le plan d'encerclement stratégique de l'ennemi ont grandement enrichi l'art de la guerre russe. Résoudre le problème des réserves stratégiques pendant la guerre était très important. Pendant la guerre patriotique, la tactique des colonnes et l'ordre étendu ont été renforcés, le rôle des tirs d'artillerie dirigés a augmenté, une plus grande coordination entre les armes de combat a été effectuée et l'organisation de nouvelles unités militaires a pris forme.

La guerre patriotique a profondément marqué la vie publique russe. L'idéologie de la dvorianstvo Des révolutionnaires (noblesse ou petite noblesse), les décembristes, ont commencé à se former sous l'influence de la guerre patriotique. Les événements graphiques de la guerre ont inspiré de nombreux auteurs, artistes et compositeurs russes. Les événements de la guerre ont été enregistrés dans de nombreux monuments et œuvres d'art, dont les plus connus sont les monuments du champ de Borodino le musée de Borodino les monuments de Maloiaroslavets, Tarutino, et d'autres points peuplés les arcs de triomphe à Moscou et Leningrad la cathédrale de Kazan à Leningrad la galerie militaire du palais d'hiver la Bataille de Borodino panorama à Moscou et monuments aux héros de la guerre.


Tippecanoe

La bataille de Tippecanoe s'est déroulée entre des soldats américains et des guerriers amérindiens le long des rives du Keth-tip-pe-can-nunk, une rivière au cœur du centre de l'Indiana. À la suite du traité de Fort Wayne, un accord de 1809 obligeant les tribus de l'Indiana à vendre trois millions d'acres de terres au gouvernement des États-Unis, un chef shawnee nommé Tecumseh, a organisé une confédération de tribus amérindiennes pour combattre la horde de pionniers qui envahissait les terres indigènes.

La résistance organisée a incité le gouverneur William Henry Harrison à diriger environ 1 000 soldats et miliciens pour détruire le village shawnee « Prophetstown », nommé en l'honneur du frère de Tecumseh, Tenskwatawa, « le prophète » et conçu par Tecumseh pour être le cœur de la nouvelle confédération amérindienne.

Lorsque Harrison arriva dans la soirée du 6 novembre 1811, il fut accueilli avec un drapeau blanc par l'un des partisans de Tenskwatawa, qui demanda un cessez-le-feu et que les deux dirigeants, Harrison et Tecumseh, pourparlent avant que toute mesure ne soit prise. Un tel pourparler signifierait un retard, car Tecumseh n'était pas à Prophetstown, étant allé dans le sud pour recruter des guerriers des «cinq tribus civilisées» qui subissaient le même empiétement sur leurs terres.

Un Harrison las accepte les conditions de Tenskwatawa et retire ses forces sur une colline à environ un mile de Prophetstown sur les rives du ruisseau Burnett. Sceptique quant au cessez-le-feu, Harrison ordonna à ses hommes de prendre une position défensive rectangulaire pour la nuit. Une grande partie des lignes de front de Harrison étaient occupées par des milices, avec 300 réguliers en réserve pour renforcer les miliciens non testés si leurs lignes vacillaient. Le flanc sud était couvert par le capitaine Spier Spencer des Indiana Yellow Jackets, une compagnie nommée d'après les pardessus jaune vif qu'ils portaient au combat.

Cette nuit-là, Tenskwatawa avait l'intention de rompre le cessez-le-feu malgré les avertissements précédents de Tecumseh de ne pas inciter à la guerre jusqu'à ce que la Confédération soit renforcée. Il se tenait au-dessus de Prophetstown sur un rebord rocheux maintenant appelé Prophet's Rock et a provoqué son peuple dans la bataille en chantant des chansons de guerre et en scandant des incantations qu'il avait promis de les protéger des balles.

À l'aube du lendemain matin, les hommes de Harrison étaient complètement entourés par les guerriers de Tenskwatwa. Les guerriers ont fait une attaque de diversion sur l'extrémité nord du rectangle américain, tirant les premiers coups de la bataille et réveillant immédiatement le reste de la force endormie de Harrison. Peu de temps après, une attaque féroce sur le flanc sud a fait vaciller les "gilets jaunes" de Spencer et se retirer après le capitaine Spencer, et les deux lieutenants commandants ont été abattus par les guerriers grouillants.

Harrison a réussi à apaiser le chaos en transférant le capitaine David Robb et les Indiana Mounted Rifles de leur position sur le flanc nord du rectangle pour reformer le flanc sud. Les guerriers se retirèrent à contrecœur et les hommes de Harrison purent renforcer leurs défenses.

Cependant, les braves ont ensuite monté une deuxième vague d'attaques, frappant cette fois les flancs nord et sud du rectangle. De nouveau, le flanc sud est englouti dans les combats les plus intenses, mais les lignes fraîchement renforcées parviennent à tenir. Sur le flanc nord, la deuxième vague d'attaques s'est heurtée à une forte résistance alors que le major Joseph Hamilton Daveiss des Indiana Light Dragoons a mené une contre-charge pour repousser les braves qui avançaient. À la suite de sa manœuvre audacieuse, le major Daveiss a été mortellement blessé et est décédé peu de temps après.

Finalement, les effectifs et la puissance de feu supérieurs de Harrison l'emportèrent et les combats cessèrent au bout de deux heures. Harrison et sa force composée principalement de miliciens avaient tenu leurs positions et dissipé les attaques des guerriers.

Découragés, les braves retournèrent à Prophetstown et discréditèrent le leadership de Tenskwatawa et les sorts qu'il avait lancés pour les protéger. La méfiance envers Tenskwatawa poussa les Amérindiens à abandonner immédiatement Prophetstown, la laissant grande ouverte pour le raid de Harrison.

Le 8 novembre 1811, Harrison incendia Prophetstown et commença sa longue marche de retour vers Vincennes. Tecumseh est retourné à Prophetstown trois mois après la bataille pour le trouver en ruines.C'était la fin de son rêve d'une confédération amérindienne. La défaite de Tippecanoe a incité Tecumseh à s'allier à ses forces restantes avec la Grande-Bretagne pendant la guerre de 1812, où elles joueraient un rôle essentiel dans le succès militaire britannique dans la région des Grands Lacs au cours des années à venir.


KUTUZOV, Mikhaïl Illarionovitch Golenishchev

Mikhail Kutuzov a commencé son service militaire dans l'artillerie avant de devenir ADC pour le prince de Holstein-Beck en 1762. Il a ensuite été envoyé à l'armée de Crimée en guise de punition pour des remarques légères mais peu judicieuses faites à des amis sur le général-in -chef. Cet épisode l'a persuadé de cacher son enthousiasme naturel et de se concentrer plutôt sur la discrétion à tout moment. Il reçut une blessure à la tête en 1774 lors d'un assaut contre des fortifications turques près du village de Shumy (Ukraine) et fut envoyé en Prusse pour se rétablir. Arrivé à Potsdam, il attire l'attention bienveillante de Frédéric le Grand, avec qui il passe de longues heures à discuter tactique et opérations militaires. À son retour, il devait se distinguer sous Souvorov et Potemkine, et au cours de son service ultérieur dans le deuxième conflit turc - au siège d'Ochakov - il fut à nouveau grièvement blessé. Envoyé par la suite avec succès dans des missions diplomatiques à Constantinople et à Berlin (en 1799), il se retira du service actif auquel il ne reviendra qu'en 1805, lorsqu'il fut enrôlé comme commandant en chef de l'armée envoyée pour offrir son soutien à l'Autriche. La défaite d'Austerlitz (2 décembre 1805) - dont il est jugé responsable - le voit à nouveau écarté : il est nommé gouverneur militaire de Kiev en 1806 et occupe un poste similaire à Vilnius en 1809 avant de reprendre l'armée. service en tant que commandant en chef de l'armée du Danube en mars 1811. Sa victoire à Rusçuk (aujourd'hui Ruse, Bulgarie) et ses succès le long de la rive nord du Danube lui ont valu le titre de comte le 10 novembre 1811 et en 1812, il conclut le traité de paix signé à Bucarest. Sa popularité auprès de l'armée lui a valu d'être nommé – à partir de la fin août 1812 – commandant en chef des forces russes, au cours de laquelle il a exécuté la politique de retraite de la terre brûlée. Après avoir offert la bataille à Borodino puis s'être retiré, il a ensuite abandonné Moscou. Promu maréchal général le 11 septembre 1812, il réussit à Tarutino, Maloiaroslavets, Viazma et Krasnyi, et est par la suite nommé prince de Smolensk. L'hiver russe et le manque de ravitaillement des troupes françaises ont achevé le triomphe de Kutuzov, et le 24 décembre 1812, Kutuzov a été décoré de l'Ordre de Saint-Georges. Malgré son opposition au souhait d'Alexandre de poursuivre la guerre en Allemagne, l'armée russe traversa la Pologne, où Kutuzov tomba malade et mourut, le 28 avril 1813. Son corps fut transféré en Russie et enterré dans la cathédrale Notre-Dame. de Kazan, l'immortalité de Saint-Pétersbourg aux yeux des auteurs et des historiens russes a ensuite suivi.

Une étude trouvée dans les mémoires du général Langeron, un royaliste français qui a servi dans l'armée russe pendant la guerre russo-turque, offre un aperçu contradictoire de l'immortalisation de Kutuzov.

« Personne n'avait plus d'esprit mais moins de caractère que Kutuzov. On ne pouvait pas non plus trouver chez un individu une telle combinaison d'adresse et d'astuce, de si peu de véritables talents et une telle immortalité. Une mémoire prodigieuse, un haut niveau d'éducation, une amabilité rare, une conversation agréable et intéressante, une bonhomie (un peu fausse certes mais chaleureuse pour ceux qui préféraient s'en faire duper) : tels étaient les charmes de Kutuzov. Violent, une inconvenance semblable à celle d'un paysan lorsqu'il est en colère ou lorsqu'il juge que l'individu à qui il s'adresse importe peu, une bassesse "souvent au point d'humilier" envers les individus qu'il croit être en faveur, une une paresse accablante, une apathie qui dominait tout, un égoïsme des plus repoussants, un libertinage aussi méprisable qu'écœurant, peu de discrétion pour acquérir de l'argent : tels étaient les défauts de ce même homme.

En tant qu'officier, Koutouzov avait l'expérience de la guerre, y était habitué et était en mesure d'apprécier une stratégie de campagne et les mesures qui lui étaient présentées. Il était capable de distinguer entre les bons conseils et les mauvais il savait choisir le bon argument il comprenait la meilleure ligne de conduite, mais de telles qualités étaient paralysées par l'indécision, une apathie d'esprit et de corps qui l'empêchait de commander ou de voir quoi que ce soit. Pendant la bataille, il ne bougeait pas, comme une masse immobile, sauf pour faire le signe de croix lorsqu'il entendait de loin le sifflement d'une balle. Il n'a pas osé ni n'a été capable de remédier à quoi que ce soit, ni d'apporter des modifications pertinentes aux positions de l'armée. Il n'a jamais effectué lui-même de reconnaissance sur le terrain, n'a jamais enquêté sur les positions de l'ennemi ou de sa propre armée. Je l'ai vu passer trois ou quatre mois dans un camp sans jamais connaître autre chose que sa tente ou sa maison. Gros, gros et lourd, il ne pouvait se reposer longtemps en selle : la fatigue le viderait de ses forces. Après une heure d'exercice, ce qui lui a semblé être un siècle, il était épuisé, incapable de réfléchir davantage. Cette même indolence s'infiltrait dans les affaires de son bureau : il ne pouvait se résoudre à ramasser une plume. Ses subordonnés, ses adjoints et ses secrétaires faisaient ce qu'ils voulaient de lui : et alors qu'il était sûrement un esprit et une intelligence plus grands qu'eux, il était fermement incapable de revoir leur travail, encore moins de le diriger ou de le dicter. Il signait tout ce qu'ils lui présentaient afin de se décharger de leur présence au plus vite. De telles affaires n'ont été accordées que les plus brèves attentions au cours de la matinée, les plus insuffisantes pour traiter de la quantité qui pèse sur un général commandant une armée. Il se levait tard, mangeait excessivement, [et] dormait pendant trois heures après avoir dîné, il lui faudrait ensuite deux [heures] supplémentaires pour reprendre ses esprits. Il consacrerait ses soirées à l'amour, ou du moins à son idée de l'amour. Ces femmes telles qu'elles exerçaient sur lui une influence des plus absolues et des plus scandaleuses. a travaillé comme souffleur. Kutuzov était sale dans ses goûts, sale dans ses habitudes, sale dans son corps et sale dans ses affaires. Cette influence féminine sur un homme énorme, vieux et aveugle n'est pas simplement ridicule pour la société, mais aussi dangereuse lorsque l'individu avec une telle faiblesse est employé comme commandant. Il n'avait aucun secret pour eux, il ne pouvait rien leur refuser, et les conséquences incommodes de cela peuvent être facilement imaginées.

Mais ce Koutouzov, si immoral dans sa conduite et ses principes, si médiocre comme chef d'armée, avait la qualité (si l'on peut bien l'appeler ainsi) exigée par le cardinal Mazarin à tous les généraux à son service. Il a eu de la chance, sauf à Austerlitz – dont on ne peut lui reprocher les désastres (car il n'était chef que de nom). La fortune le favorisa constamment : la miraculeuse campagne de 1812 en fut le moment glorieux, couronnement, elle dut être très surprise d'être devenue son succès. Il a été blessé à plusieurs reprises, dans un cas très extraordinairement. En Crimée, lors d'un attentat contre une redoute, une balle lui a traversé la tête par les deux tempes : qu'il ne perde pas la vue rend sa guérison d'autant plus miraculeuse. Le chirurgien qui l'a soigné l'a gardé dans une pièce sombre pendant six semaines, ne laissant pas une seule fois pénétrer la lumière du jour [l'obscurité]. Il était jeune lorsqu'il a reçu cette blessure et il a continué à voir parfaitement à travers les deux yeux, comme avant. Mais à soixante ans, il a perdu un œil et serait devenu aveugle s'il avait vécu plus longtemps. Il mourut près de soixante-huit ans, à Bunzlau [aujourd'hui Bolesławiec], Silésie, en 1813.”.


Ражение под Красным. рмитаж продолжает редставлять батальные картины Петера фон Хесса

ражение под расным 15-18 ноября 1812 ода
етер фон Хесс

.Б. иотровский на представлении полотна Петера фон Хесса

иралтейский оркестр енинградской военно-морской базы

намя полуэскадронное ейб-гвардии Драгунского полка образца 1809 г.

езл аршала Л.-Н. аву
1805 .

рамках разднования 200-летия обеды течественной войне 1812 ода Государственный рмитаж продолженст подне осударственный рмитаж продолженст продноарствненный рмитаж продолженст проднолжает продноарствннный рмитаж продолженно он Хессом по заказу Николая I в честь важнейших событий Войны 1812 года. 17 ноября 2012 ода в Гербовом але Зимнего дворца выставлено полотно "Сражение под Красным".

2 ноября 1912 ода Наполеон ступил из Смоленска и 3 ноября прибыл в Красный (небольшой уездный городок Смоленеской). Здесь, узнав, что Кутузов находится от него в расстоянии одного перехода, Наполеон решил остаться в Красном, выжидая, когда подойдут из Смоленска корпуса Даву и Нея. Первый должен был соединиться с императором 5 ноября, второй – 6 ноября. о на пути их следования стоял Милорадович с тремя корпусами: князя Долгорукова, Меллер-Закомельсковово и Рани

ельдмаршал Кутузов, остановившись ти верстах от Красного, от смоленской ороги, решил атанноват. огласно плану, русские, обойдя Красный, должны были зайти французам тыл и тем отрезать им дальнейшее движа. о исполнение этого плана фельдмаршал разделил армию на две неравные части. ервую, большую, под начальством Тормасова, направил в обход с целью занять Доброе – первое селение, леост Доброе – первое селение, ленаорое – ервое селение, лежааще. торая, еньшая часть, од начальством князя Голицына, двинулась прямо к Красному через деревню Уварово.

Наполеон утром 5-го ноября прибыл к своим войскам, находившимся впереди Красного в виду деревни Уварово, и приказал атаковать деревню, в которой стоял Черниговский полк. Между русскими и французами пролегал овраг речки Лосьмины, на правом возвышенном берегу которого князь Голицын расположил артиллерию с таким расчетом, чтобы она могла действовать и против войск Наполеона, стоявших на левом берегу Лосьмины, и против корпуса маршала Даву, как только он покажется на большой смоленской ороге. нако Голицын не предпринимал решительного наступления, так ак его силы в сравнении с силами Наполиео. раничиваясь канонадой, Голицын ждал поддержки Милорадовича, который преследовал корпус Даву, спенеившегес.олучив поддержку, князь Голицын пошел наступление. аполеон дал приказ отступать.

Вместе с тем, первая часть задачи, поставленной Наполеоном, была достигнута: корпус Даву, хотя и чрезвычайно сильно расстроенный, с ним соединился надо было подождать Нея но в это время Наполеону донесли об обходном движении русских с целью занять Доброе, и он был вынужден пожертвовать еем. аполеон, оставив Даву в Красном обеспечения отступления, быстро двинулся далее, прошел Доброе и ост. Милорадович и Голицын преследовали нeпpиятeля и окончательно выбили его из Красного, захватив множество пленных, большое число орудий и огромный обоз маршала Даву. Тормасов, вследствие определенных причин, пришел в Доброе, когда Наполеон и остатки корпуса Даву уже миновали это селение тем не менее Тормасов одержал победу над французским арьергардом, который вынужден был сложить оружие.

рамках разднования 200-летия обеды течественной войне 1812 ода Государственный рмитаж продолженст подне осударственный рмитаж продолженст продноарствненный рмитаж продолженст проднолжает продноарствннный рмитаж продолженно он Хессом по заказу Николая I в честь важнейших событий Войны 1812 года. 17 ноября 2012 ода в Гербовом але Зимнего дворца выставлено полотно "Сражение под Красным".

2 ноября 1912 ода Наполеон ступил из Смоленска и 3 ноября прибыл в Красный (небольшой уездный городок Смоленеской). Здесь, узнав, что Кутузов находится от него в расстоянии одного перехода, Наполеон решил остаться в Красном, выжидая, когда подойдут из Смоленска корпуса Даву и Нея. Первый должен был соединиться с императором 5 ноября, второй – 6 ноября. о на пути их следования стоял Милорадович с тремя корпусами: князя Долгорукова, Меллер-Закомельсковово и Рани

ельдмаршал Кутузов, остановившись ти верстах от Красного, от смоленской ороги, решил атанноват. огласно плану, русские, обойдя Красный, должны были зайти французам тыл и тем отрезать им дальнейшее движа. о исполнение этого плана фельдмаршал разделил армию на две неравные части. ервую, большую, под начальством Тормасова, направил в обход с целью занять Доброе – первое селение, леост Доброе – первое селение, ленаорое – ервое селение, лежааще. торая, еньшая часть, од начальством князя Голицына, двинулась прямо к Красному через деревню Уварово.

Наполеон утром 5-го ноября прибыл к своим войскам, находившимся впереди Красного в виду деревни Уварово, и приказал атаковать деревню, в которой стоял Черниговский полк. Между русскими и французами пролегал овраг речки Лосьмины, на правом возвышенном берегу которого князь Голицын расположил артиллерию с таким расчетом, чтобы она могла действовать и против войск Наполеона, стоявших на левом берегу Лосьмины, и против корпуса маршала Даву, как только он покажется на большой смоленской ороге. нако Голицын не предпринимал решительного наступления, так ак его силы в сравнении с силами Наполиео. раничиваясь канонадой, Голицын ждал поддержки Милорадовича, который преследовал корпус Даву, спенеившегес. олучив поддержку, князь Голицын пошел наступление. аполеон дал приказ отступать.

Вместе с тем, первая часть задачи, поставленной Наполеоном, была достигнута: корпус Даву, хотя и чрезвычайно сильно расстроенный, с ним соединился надо было подождать Нея но в это время Наполеону донесли об обходном движении русских с целью занять Доброе, и он был вынужден пожертвовать еем. аполеон, оставив Даву в Красном обеспечения отступления, быстро двинулся далее, прошел Доброе и ост. Милорадович и Голицын преследовали нeпpиятeля и окончательно выбили его из Красного, захватив множество пленных, большое число орудий и огромный обоз маршала Даву. Тормасов, вследствие определенных причин, пришел в Доброе, когда Наполеон и остатки корпуса Даву уже миновали это селение тем не менее Тормасов одержал победу над французским арьергардом, который вынужден был сложить оружие.


Deuxième bataille de Krasnyi, 15-18 novembre 1812 - Histoire

La guerre de 1812
Bibliographie de Gary Shearer
Bibliothécaire de référence
Bibliothèque du Collège de l'Union du Pacifique

Atlas de l'histoire américaine. Édition révisée. Edité par Kenneth T. Jackson. New York : Charles Scribner's Sons, 1978. "Guerre de 1812 - Région des lacs", p.114 "Guerre de 1812 - Région de Chesapeake", p.115 "Guerre de 1812 - Région du Golfe", p.116 "Le blocus britannique, région de l'Atlantique, 1813 -1814," p.117.
Réf. G1201 .S1 J3 1978

Barrett, Wayne. "La guerre de 1812 : 'Bombes éclatant dans l'air'." Dans America's Historylands: Visite de nos monuments de la liberté. Washington, DC : National Geographic Society, 1962. Pp.312-321. Illus.
E159 .N3

Beebe, Ralph. "La guerre de 1812." Dans Les guerres d'Amérique : points de vue chrétiens. Edité par Ronald A. Wells. Grand Rapids, MI : Wm. B. Eerdmans, 1981. Pp.25-43 Notes : pp.216-218.
E181 .W28

Beirne, Francis F. La guerre de 1812. New York : E.P. Dutton, 1949.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Bémis, Samuel Flagg. John Quincy Adams et les fondements de la politique étrangère américaine. New York : Alfred A. Knopf, 1949. Chapitre IX, "La guerre de 1812 (1812-1814)," pp.180-195 Chapitre X, "La paix de Gand (1814)," pp.196-220.
E377 .B45 1949

Berton, Pierre. L'invasion du Canada, Volume 1: 1812-1813. Boston : Atlantic Monthly Press/Little, Brown and Company, 1980. 363p.
E355.1 .B47 1980 v.1

Billington, Ray Allen et Martin Ridge. Expansion vers l'ouest : une histoire de la frontière américaine. Cinquième édition. New York : Macmillan, 1982. Chapitre 14, « L'Occident dans la guerre de 1812 », pp.267-288 Bibliography, pp.751-755.
E179.5 .B63 1982

Brown, Roger H. La République en péril : 1812. New York : Columbia University Press, 1964. 238p.
E357 .B88

Caffrey, Kate. La dernière lueur du crépuscule : les Britanniques contre l'Amérique, 1812-1815. New York : Stein et Day, 1977.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Carr, Albert H.Z. L'avènement de la guerre : un récit des événements remarquables qui ont mené à la guerre de 1812. Garden City, NY : Doubleday and Company, 1960. 383p.
E357 .C35

Carter, Samuel, III. Blaze of Glory : Le combat pour la Nouvelle-Orléans, 1814-1815. New York : St. Martin's Press, 1971. 351p.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Channing, Edouard. Une histoire des États-Unis, Volume 4. New York : Macmillan Company, 1917. Chapitres 16-20, pp.429-565.
E178 .C44 v.4

Chidsey, Donald Barr. La bataille de la Nouvelle-Orléans : une histoire informelle de la guerre dont personne ne voulait : 1812. New York : Éditeurs de la Couronne, 1961. 221p.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Coles, Harry L. La guerre de 1812. Chicago : University of Chicago Press, 1965. 298p. Bibliographie, pp.277-285.
E354 .C7

Dangerfield, Georges. "'M. La guerre de Madison"." Dans L'histoire américaine : de l'ère de l'exploration à l'ère de l'atome. Edité par Earl Schenck Miers. Great Neck, NY: Channel Press, 1956. Pp.116-121.
E178.6 .M57

Edgar, Mathilde. Général Brock. "Les Créateurs du Canada." Toronto : Morang and Company, 1904. 322p.
E353.1 .B8 E2

Elting, John R. Amateurs, aux armes ! : une histoire militaire de la guerre de 1812. Chapel Hill, Caroline du Nord : Algonquin Books of Chapel Hill, 1991. 353p.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Encyclopédie de l'histoire américaine. Septième édition. Edité par Richard B. Morris et Jeffrey B. Morris. New York : HarperCollins, 1996. "La guerre de 1812 (1812-14)," pp. 160-172.
Réf. E174.5 .E52 1996

Encyclopédie de la guerre de 1812. Edité par David S. Heidler et Jeanne T. Heidler. Santa Barbara, Californie : ABC-CLIO, 1997. 636p.
Réf. E354 .H46 1997

Ferguson, E. James, compilateur. Confédération, constitution et première période nationale, 1781-1815. "Goldentree Bibliographies in American History" Northbrook, IL: AHM Publishing Corporation, 1975."War of 1812", pp.48-52.
Réf. Z1238 .F46

Forestier, Cecil Scott. L'ère de la voile de combat : l'histoire de la guerre navale de 1812. Garden City, NY : Doubleday & Company, 1956. 284p.
E360 .F69

Fredriksen, John C., compilateur. Libre-échange et droits des marins : une bibliographie de la guerre de 1812. Westport, Connecticut : Greenwood, 1985. 399p.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Garitee, Jerome R. La marine privée de la République : l'activité corsaire américaine pratiquée par Baltimore pendant la guerre de 1812. Middletown, Connecticut : Wesleyan University Press, 1977. 356p.
HE 752 .M3 G37

Gilpin, Alec. La guerre de 1812 dans le Vieux Nord-Ouest. Toronto : Ryerson Press East Lansing : Michigan State University Press, 1958.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Hallaman, Emmanuel. Invasions britanniques de l'Ohio - 1813. Columbus, Ohio : Anthony Wayne Parkway Board, 1958. 51p.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Hickey, Donald R. La guerre de 1812 : un conflit oublié. Urbana : University of Illinois Press, 1989. 457p.
E354 .H53 1989

Hitsman, J. Mackay. L'incroyable guerre de 1812 : une histoire militaire. Toronto : Presses de l'Université de Toronto, 1965.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Horsman, Reginald. Les causes de la guerre de 1812. Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 1962.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Horsman, Reginald. La guerre de 1812. New York : Alfred A. Knopf, 1969.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Horsman, Reginald. "Guerre de 1812" Dans Le compagnon du lecteur de l'histoire américaine. Edité par Eric Foner et John A. Garraty. Boston : Houghton Mifflin Company, 1991. Pp.1129-1131.
Réf. E174 .R43 1991

Jacques, marquis. La vie d'Andrew Jackson. Indianapolis : Bobbs-Merrill Company, 1938. Chapitres IX-XX, pp.141-332. La première partie est Andrew Jackson : The Border Captain, publié en 1933.
E382 .J28

Johnson, Paul. Une histoire du peuple américain. New York : HarperCollins, 1997. Les guerres de 1812 discutées pp.257-279.
E178 .J675 1997

Knopf, Richard C. William Henry Harrison et la guerre de 1812. Columbus: Ohio Historical Society, 1957. 105p.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Lawson, Don. La guerre de 1812 : la seconde guerre d'indépendance des États-Unis. Londres et New York : Abélard-Schuman, 1966. 160p.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Leckie, Robert. Les guerres d'Amérique. New York : Harper and Row, 1968. Partie 3, "La guerre de 1812", pp.217-313.
E181 .L45

Seigneur, Walter. Les premières lueurs de l'aube. New York : W.W. Norton, 1972. 384p.
E354 .L85

Lucas, Charles P. Guerre canadienne de 1812. Oxford : Clarendon Press, 1906. 269p.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Mahan, Alfred Thayer. La puissance maritime dans ses relations avec la guerre de 1812. Londres : S. Low, Marston, 1905. Deux volumes.
E354 .M213

Mahon, John K. La guerre de 1812. Gainesville : University of Florida Press, 1972.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Malone, Dumas et Basil Rauch. Empire for Liberty : la genèse et la croissance des États-Unis d'Amérique, Volume 1. New York : Appleton-Century-Crofts, 1960. Chapitre 20, « La guerre de 1812 », pp.370-388,820.
E178 .M26 v.1

Mason, Philip P., éditeur. Après Tippecanoe : quelques aspects de la guerre de 1812. Toronto : Ryerson East Lansing : Michigan State University Press, 1963.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

McAfee, Robert Breckinridge. Histoire de la guerre tardive dans le pays occidental. Ann Arbor, MI : Microfilms universitaires, 1966. 534p. Exemplaire original publié en 1816.
E355.1 .M12

Morison, Samuel Eliot. "La dissidence dans la guerre de 1812." Dans Dissidence dans trois guerres américaines. Par Samuel Eliot Morrison, Frederick Merk et Frank Freidel. Cambridge, MA : Harvard University Press, 1970. Pp.1-31.
E183 .M87

Morison, Samuel Eliot et Henry Steele Commager. La croissance de la République américaine. Volume 1. Troisième édition. New York : Oxford University Press, 1942. Chapitre 20, "La guerre de 1812 : 1809 - 1815", pp. 408-431 Bibliographie p.772 .
E178 .M85 1942 v.1

Muller, Charles G. Le jour le plus sombre : 1814 La campagne Washington-Baltimore. Philadelphie et New York : J.B. Lippincott Company, 1963. 232p.
E355.6 .M8

Ogg, Frédéric Austin. Le vieux nord-ouest : une chronique de la vallée de l'Ohio et au-delà. New Haven : Yale University Press, 1921. Chapitre IX, "La guerre de 1812 et le Nouvel Ouest", pp.151-171.
F479 .O35

Paine, Ralph Delahaye. La lutte pour une mer libre : une chronique de la guerre de 1812. New Haven : Yale University Press New York : United States Publishers Association, 1920. 235p.
E173 .C55 1920

Perkins, Bradford. Prologue à la guerre : l'Angleterre et les États-Unis, 1805-1812. Berkeley et Los Angeles : University of California Press, 1961. 457p.
E357 .P66

Pratt, Fletcher. Les années héroïques : quatorze ans de la République, 1801-1815. New York : H. Smith et R. Haas, 1934. 352p.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Pratt, Julius W. Les expansionnistes de 1812. New York : Peter Smith, 1949. Réimpression de l'édition de 1925. 309p.
E357 .P9 1949

Pratt, Julius W. et Doane Robinson. "Guerre de 1812" Dans Dictionnaire d'histoire américaine, Volume 7. Édition révisée. New York : Les Fils de Charles Scribner, 1976. Pp.233-236.
Réf. E174 .D52 1976 v.7

Ratcliffe, Donald J. "Guerre de 1812 : Causes." Dans Guide du lecteur sur l'histoire américaine. Edité par Peter J. Parish. Londres et Chicago : Fitzroy Dearborn, 1997. Pp.729-730.
Réf. E178 .R42 1997

Rémini, Robert V. Andrew Jackson. New York : Twayne Publishers, 1966. Chapitre III, "Old Hickory", pp.51-75.
E382 .R4

Rémini, Robert V. Andrew Jackson et le cours de l'empire américain, 1767-1821. New York : Harper & Row, 1977. Chapitres 11-19, pp.165-307.
E382 .R43 1977 v.1

Roosevelt, Théodore. La guerre navale de 1812. New York : Collier, 1882. Deux volumes. En annexe est un compte rendu de la bataille de la Nouvelle-Orléans.
E360 .R86 1882

Rowland, Eron O.M. La campagne d'Andrew Jackson contre les Britanniques. New York : Macmillan, 1926. 424p.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Rutland, Robert Allen. La présidence de James Madison. Lawrence: University Press of Kansas, 1990. Chapitre 5, "A Time to Heal, A Time to Wound," pp.71-97 Chapter 6, "The Dogs of War Unleashed," pp.99-132 Chapitre 7, "The Fuse of War Sputters", pp.133-153 Chapitre 8, "A Capital's Not for Burning", pp.155-181 Chapitre 9, "Dawn of an Era, Twilight of a Party", pp.183-213 Essai bibliographique : "La guerre de 1812, " p.218-221.
E341 .R87 1990

Sapio, Victor A. La Pennsylvanie et la guerre de 1812. Lexington : University Press of Kentucky, 1970.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Skaggs, David Curtis. "Guerre de 1812 : cours et conséquences." Dans Guide du lecteur sur l'histoire américaine. Edité par Peter J. Parish. Londres et Chicago : Fitzroy Dearborn, 1997. Pp.730-731.
Réf. E178 .R42 1997

Smelser, Marshall. La République démocratique, 1801-1815. "The New American Nation Series." New York: Harper and Row, 1968. Chapitre 10, "Pas de soumission mais la guerre" pp.200-225 Chapitre 11, "The War of 1812: The Beginning" pp.226-250 Chapitre 12, « La guerre de 1812 : Combat, 1813-15 », pp.251-284.
E338 .S57

Stagg, John Charles Anderson. La guerre de M. Madison : politique, diplomatie et guerre au début de la République américaine, 1783-1830. Princeton, New Jersey : Princeton University Press, 1983. 538p.
E357 .S79 1983

Sumner, William Graham. Andrew Jackson. Boston et New York : Houghton, Mifflin, 1910. Chapitre 2, "La guerre de Creek et la guerre avec l'Angleterre", pp.30-59.
E382 .S956

Swanson, Neil H. Le combat périlleux. New York : Farrar et Rinehart, 1945.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

200 ans : une histoire illustrée du bicentenaire des États-Unis, Volume 1. Washington, DC: U.S. News & World Report, 1973. Chapitre 9, " N'abandonnez pas le navire ", " pp.179-196. Voir aussi pp.220-221.
E178 .T965 v.1

Updyke, Frank A. La diplomatie de la guerre de 1812. "The Albert Shaw Lectures on Diplomatic History, 1914." Gloucester, MA: Peter Smith, 1965. Réimpression de l'édition de 1915. 494p.
E358 .U66

"Guerre de 1812 (1812-14)." Dans Encyclopédie de l'histoire américaine. Edité par Richard B. Morris et Jeffrey B. Morris. New York : Harper & Row, 1976. Pp.169-183.
Réf. E174.5 .M847 1976

La guerre de 1812 : justifications passées et interprétations actuelles. Édité avec une introduction par George Rogers Taylor. "Problèmes dans la civilisation américaine." Boston : D. C. Heath and Company, 1963. 114p.
E169.1 .P897 v.39

L'Atlas de West Point des guerres américaines, Volume 1: 1689-1900. Compilé par le Département d'art et d'ingénierie militaires de l'Académie militaire des États-Unis. Rédacteur en chef, colonel Vincent J. Esposito. New York : Frederick A. Praeger, 1959. "Carte 10 : La guerre de 1812" "Carte 11 : La guerre de 1812" "Carte 12 : La guerre de 1812."
Réf. G1201 .S1 U5 1959 v.1

Blanc, Patrick Cecil Telfer. Une nation à l'épreuve : l'Amérique et la guerre de 1812. New York : Wiley, 1965. 177p.
(Pas dans la bibliothèque PUC)

Williams, T. Harry. L'histoire des guerres américaines, de 1745 à 1918. New York : Alfred A. Knopf, 1981. Chapitre V, "La guerre de 1812 : Origines et organisation", pp.93-109 Chapitre VI, "La guerre de 1812 : Batailles sur terre et sur mer", pp.110-134.
E181 .W64 1981

Brant, Irving. "Président timide ? Guerre futile ?" Héritage américain 10 (octobre 1959) : 46-47,85-89. James Madison et la guerre de 1812.

Castel, Albert. "La bataille pour la Nouvelle-Orléans" Histoire américaine illustrée 4 (août 1969) : 19-33. Illus.

Castel, Albert. "Winfield Scott, Partie 1 : Le Soldat." Histoire américaine illustrée 16 (juin 1981) : 10-17. Illus.

Coggeshall, capitaine George. "Journal des goélettes de la lettre de marque 'David Porter' et 'Leo': Un skipper yankee qui s'est attaqué à la navigation britannique raconte ses expériences en temps de guerre." Héritage américain 8 (octobre 1957) : 66-85.

Coleman, Christopher B. "La vallée de l'Ohio dans les préliminaires de la guerre de 1812." Revue historique de la vallée du Mississippi 7 (juin 1920) : 39-50.

Dangerfield, George. "Si seulement M. Madison avait attendu." Héritage américain 7 (avril 1956) : 8-10,92-94. Illus. "Pariant sur un coup diplomatique avec un Napoléon rusé, il a entraîné l'Amérique dans la guerre inutile de 1812."

Engelman, Fred L. "La paix du réveillon de Noël" Héritage américain 12 (décembre 1960) : 28-31,82-88. Illus. Le traité de Gand.

Forester, C. S. "Victoire à la Nouvelle-Orléans." Héritage américain 8 (août 1957) : 4-9 106-108. Illus.

Forester, C. S. "Victoire sur le lac Champlain." Héritage américain 15 (décembre 1963): 4-11,88-90. Illus.

Gilbert, Bil. "La bataille du lac Érié." Smithsonian 25 (janvier 1995) : 24-28,30-32,34-35. Illus.

Glynn, Gary. "L'homme qui a brûlé Washington." Histoire américaine illustrée 27 (septembre/octobre 1992) : 60-65,73-74. Illus. Amiral, Sir George Cockburn.

Goodman, Warren H. "Les origines de la guerre de 1812 : une étude des interprétations changeantes." Revue historique de la vallée du Mississippi 28 (septembre 1941) : 171-186.

Gordon, John Steele. "Commerce Raider" Héritage américain 46 (septembre 1995) : 20,22.

Grant, Robert. "Le Chesapeake contre le Shannon." Histoire américaine illustrée 21 (mars 1986) : 28-30,32. Illus. Un engagement naval.

Gribbin, Guillaume. "L'Alliance transformée : La tradition de Jérémie et la guerre de 1812." Histoire de l'Église 40 (septembre 1971) : 297-305.

Hacker, Louis Morton. "La faim des terres occidentales et la guerre de 1812 : une conjecture." Revue historique de la vallée du Mississippi 10 (mars 1924) : 365-395.

Hatzenbuehler, Ronald L. "Les faucons de guerre et la question du leadership du Congrès en 1812." Revue historique du Pacifique 45 (février 1976) : 1-22.

Hickey, Donald R. "Restrictions commerciales américaines pendant la guerre de 1812." Journal d'histoire américaine 68 (décembre 1981) : 517-538.

Hickman, John. "La guerre dans le Pacifique" Histoire américaine 34 (octobre 1999) : 30-38. Illus. L'USS Essex, commandé par le capitaine David Porter, a mené la guerre de 1812 dans le Pacifique.

Hitsman, J. Mackay. "La guerre de 1812 au Canada" L'histoire aujourd'hui 12 (septembre 1962) : 632-639. Illus.

Holzer, Harold. "'Ses tonnerres ont secoué les profondeurs puissantes." Histoire américaine illustrée 22 (novembre 1987) : 24-31. Concernant la Constitution de l'USS.

Horsman, Reginald. "Le paradoxe de la prison de Dartmoor." Héritage américain 26 (février 1975) : 12-17,85. Illus.

Hunt, Gilbert J., et Introduction par Margaret Fortier. "La bataille de la Nouvelle-Orléans (version King James)." Histoire américaine illustrée 28 (novembre/décembre 1993) : 50-53. Un récit de la guerre de 1812 écrit par Gilbert J. Hunt dans le style de la version King James de la Bible publiée en 1819.

Jones, V. C. "Le sac de Hampton, Virginie." Histoire américaine illustrée 9 (mai 1974) : 36-44. Illus.

Jones, Wilbur Devereux, éditeur. "Une vision britannique de la guerre de 1812 et des négociations de paix." Revue historique de la vallée du Mississippi 45 (décembre 1958) : 481-487.

Kaplan, Lawrence S. "La France et la décision de Madison pour la guerre, 1812." Revue historique de la vallée du Mississippi 50 (mars 1964) : 652-671.

Kaplan, Lawrence S. "La France et la guerre de 1812" Journal d'histoire américaine 57 (juin 1970) : 36-47.

Keller, Allan. "La bataille du lac Champlain" Histoire américaine illustrée 12 (janvier 1978) : 4-9,47-48. Illus.

Latimer, Margaret Kinard. "Caroline du Sud - Un protagoniste de la guerre de 1812." Revue historique américaine 61 (juillet 1956) : 914-929.

Seigneur, Walter. "Humiliation et triomphe." Héritage américain 23 (août 1972) : 50-73,91-93. Extrait du livre de l'auteur, "The Dawn's Early Light." Illus.

Lunny, Robert M. "La Grande Guerre de la mer : les grands graveurs ont célébré les héros et les héroïques de 1812." Héritage américain 7 (avril 1956) : 12-21. Illus.

Maclay, Edgar Stanton. "'La série la plus remarquable de tactiques et de manœuvres navales jamais connues'." Histoire américaine illustrée 22 (novembre 1987) : 16-17. Abrégé du livre de l'auteur, "A History of the United States Navy," 1893. Concerne la constitution de l'USS.

Martell, J. S. "A Side Light on Federalist Strategy Pendant la guerre de 1812." Revue historique américaine 43 (avril 1938) : 553-566. Sources primaires.

McKee, Linda. "Par ciel, ce navire est à nous !"." Héritage américain 16 (décembre 1964) : 4-11,94-98. Illus. La frégate américaine "Constitution" bat la frégate britannique "Guerri"

Padfield, Pierre. "La grande bataille navale" Héritage américain 20 (décembre 1968) : 29-65. Illus. Bataille du 1er juin 1813 impliquant la frégate britannique "Shannon" et la frégate américaine "Chesapeake".

Parc, Edwards. "Notre drapeau était toujours là." Smithsonian 31 (juillet 2000) : 22,24,26. Illus.

Pratt, Julius W. "La stratégie du commerce des fourrures et le flanc gauche américain pendant la guerre de 1812." Revue historique américaine 40 (janvier 1935) : 246-273.

Pratt, Julius W. "Les objectifs de l'Occident dans la guerre de 1812." Revue historique de la vallée du Mississippi 12 (juin 1925) : 36-50.

Scott, Leonard H. "La reddition de Detroit." Histoire américaine illustrée 12 (juin 1977) : 28-36.

Seiken, Jeff. "'Pas un regard de peur n'a été vu." Histoire américaine illustrée 22 (novembre 1987) : 12-15,18,20-23,47. Illus. L'USS Constitution rencontre le HMS Guerrière en 1812.

Smith, Derek. "Catastrophe à Queenston Heights." Histoire américaine 36 (décembre 2001) : 38-44. Illus. Première grande bataille terrestre de la guerre de 1812.

Snow, Richard F. "La bataille du lac Érié." Héritage américain 27 (février 1976) : 14-21,88-90. Illus. Oliver Hazard Perry bat les Britanniques.

Stacey, C. P. "Un plan américain pour une campagne canadienne : le secrétaire James Monroe au major-général Jacob Brown, février 1815." Revue historique américaine 46 (janvier 1941) : 348-458. Comprend la lettre.

Stagg, J. C. A. "Enlisted Men in the United States Army, 1812-1815 : A Preliminary Survey." William et Mary trimestriel 43 (octobre 1986) : 615-645.

Taney, Roger B."Par l'aube de l'aube. '." Histoire américaine illustrée 2 (décembre 1967) : 12-19. Illus. L'histoire de "The Star Spangled Banner."

Thornton, Willis. "Le jour où ils ont brûlé le Capitole." Héritage américain 6 (décembre 1954) : 48-53. Illus. Date : 24 août 1814.

Toner, Raymond J. "Croisière de l'USS Essex." Histoire américaine illustrée 11 (janvier 1977) : 4-7,34-35. Illus. La frégate de 32 canons du capitaine David Porter coupe l'essentiel de l'approvisionnement en huile de baleine de l'Angleterre en provenance du Pacifique Sud.

Tucker, Glenn. "Tecumseh." Histoire américaine illustrée 6 (février 1972) : 4-9,43-48. Illus.

Turner, Lynn W. "La dernière croisière de guerre d'Old Ironsides." Héritage américain 6 (avril 1955) : 56-61. Illus.

Whipple, A. B. C. "La frégate Hard-Luck." Héritage américain 7 (février 1956) : 16-19, 102-103. Illus. La frégate américaine "Constellation"

Wiltse, Charles M. "La paternité du rapport de guerre de 1812." Revue historique américaine 49 (janvier 1944) : 253-259.


La bataille de Krasnoï. L'Ermitage continue de présenter des peintures de bataille de Peter von Hess

La bataille de Krasnoi du 15 au 18 novembre 1812
Peter von Hess

M.B. Piotrovsky lors de la présentation du tableau de Peter von Hess

L'Orchestre de l'Amirauté de la base navale de Leningrad

Escadron de bannière des sauveteurs du régiment de dragons originaire de 1809

Bâton du Maréchal L.-N. Davout
1805

Dans le cadre de la célébration du 200e anniversaire de la victoire dans la guerre patriotique de 1812, l'Ermitage présente des peintures de bataille de l'artiste Peter von Hess commandées par Nicolas Ier pour commémorer les événements les plus importants de la guerre de 1812. À partir du 17 novembre, 2012 dans la salle des armoiries du Palais d'Hiver, la peinture "Bataille de Krasnoi" est exposée.

Le 2 novembre 1912, Napoléon partit de Smolensk et arriva à Krasnoe le 3 novembre (un petit chef-lieu de la province de Smolensk). Ici, apprenant que Kutuzov est en marche, Napoléon décide de rester à Krasnoe, attendant les corps de Davout et Ney arrivant de Smolensk. Le premier devait rejoindre l'empereur le 5 novembre et le second - le 6 novembre. Mais sur leur chemin se tenait Miloradovich avec trois corps: du prince Dolgoruky, Meller-Zakomelsky et Raevsky.

Le feld-maréchal Kutuzov, s'arrêtant à cinq verstes de Krasnoe, au sud de la route de Smolensk, décida d'attaquer l'ennemi. Selon le plan, les Russes ont transformé Krasnoe, ont dû aller à l'arrière des Français et les ont coupés de tout mouvement ultérieur sur Orsha. En réponse au plan, le feld-maréchal a divisé l'armée en deux parties inégales. Le premier qui était plus grand, sous Tormasov, a bousculé pour prendre Dobroe - le premier village, situé sur le chemin de Napoléon de Krasnoe à Orsha. La seconde partie, plus petite, dirigée par le prince Golitsyn, marcha directement vers Krasnoe en passant par le village d'Uvarovo.

Le matin du 5 novembre, Napoléon arriva à ses troupes, stationnées devant Krasnoe en vue du village d'Uvarovo, et ordonna d'attaquer le village dans lequel se trouvait le régiment de Tchernigov. Entre les Russes et les Français courait le ravin de la rivière Losmina, sur la rive droite duquel le prince Golitsyne positionna l'artillerie pour qu'elle puisse agir contre les troupes de Napoléon, debout sur la rive gauche de la Losmina, et contre le corps de Maréchal Davout, dès qu'il apparaît sur la route de Smolensk. Cependant, Golitsyn n'a pas lancé d'attaque décisive, car ses forces contre les forces de Napoléon étaient plus faibles. Limité à la canonnade, Golitsyne attendait Miloradovich, qui poursuivait le corps de Davout, qui se précipita de Smolensk pour rejoindre Napoléon. Ayant reçu le soutien, le prince Golitsyn attaqua. Napoléon donne l'ordre de battre en retraite.

Cependant, la première partie de la tâche fixée par Napoléon, fut accomplie : le corps de Davout, bien que désorganisé, le rejoignit ils durent attendre Ney mais à ce moment Napoléon fut informé de la manœuvre de débordement des Russes dans le but de prendre Dobroe, et il a été forcé de sacrifier Ney. Napoléon quittant Davout à Krasnoe pour la retraite, avança rapidement, passa Dobroe et atteignit Lyady. Miloradovich et Golitsyn ont hanté l'ennemi et l'ont finalement éliminé de Krasnoe, capturant de nombreux prisonniers, un grand nombre d'armes à feu et un énorme convoi du maréchal Davout. Pour certaines raisons, Tormasov est venu à Dobroe alors que Napoléon et les restes du corps de Davout avaient déjà dépassé cette colonie. Néanmoins, Tormasov a vaincu l'arrière-garde française, qui a été obligée de déposer les armes.

Dans le cadre de la célébration du 200e anniversaire de la victoire dans la guerre patriotique de 1812, l'Ermitage présente des peintures de bataille de l'artiste Peter von Hess commandées par Nicolas Ier pour commémorer les événements les plus importants de la guerre de 1812. À partir du 17 novembre, 2012 dans la salle des armoiries du Palais d'Hiver, la peinture "Bataille de Krasnoi" est exposée.

Le 2 novembre 1912, Napoléon partit de Smolensk et arriva à Krasnoe le 3 novembre (un petit chef-lieu de la province de Smolensk). Ici, apprenant que Kutuzov est en marche, Napoléon décide de rester à Krasnoe, attendant les corps de Davout et Ney arrivant de Smolensk. Le premier devait rejoindre l'empereur le 5 novembre et le second - le 6 novembre. Mais sur leur chemin se tenait Miloradovich avec trois corps: du prince Dolgoruky, Meller-Zakomelsky et Raevsky.

Le feld-maréchal Kutuzov, s'arrêtant à cinq verstes de Krasnoe, au sud de la route de Smolensk, décida d'attaquer l'ennemi. Selon le plan, les Russes ont transformé Krasnoe, ont dû aller à l'arrière des Français et les ont coupés de tout mouvement ultérieur sur Orsha. En réponse au plan, le feld-maréchal a divisé l'armée en deux parties inégales. Le premier qui était plus grand, sous Tormasov, a bousculé pour prendre Dobroe - le premier village, situé sur le chemin de Napoléon de Krasnoe à Orsha. La seconde partie, plus petite, dirigée par le prince Golitsyn, marcha directement vers Krasnoe en passant par le village d'Uvarovo.

Le matin du 5 novembre, Napoléon arriva à ses troupes, stationnées devant Krasnoe en vue du village d'Uvarovo, et ordonna d'attaquer le village dans lequel se trouvait le régiment de Tchernigov. Entre les Russes et les Français courait le ravin de la rivière Losmina, sur la rive droite duquel le prince Golitsyne positionna l'artillerie pour qu'elle puisse agir contre les troupes de Napoléon, debout sur la rive gauche de la Losmina, et contre le corps de Maréchal Davout, dès qu'il apparaît sur la route de Smolensk. Cependant, Golitsyn n'a pas lancé d'attaque décisive, car ses forces contre les forces de Napoléon étaient plus faibles. Limité à la canonnade, Golitsyne attendait Miloradovich, qui poursuivait le corps de Davout, qui se précipita de Smolensk pour rejoindre Napoléon. Ayant reçu le soutien, le prince Golitsyn attaqua. Napoléon donne l'ordre de battre en retraite.

Cependant, la première partie de la tâche fixée par Napoléon, fut accomplie : le corps de Davout, bien que désorganisé, le rejoignit ils durent attendre Ney mais à ce moment Napoléon fut informé de la manœuvre de débordement des Russes dans le but de prendre Dobroe, et il a été forcé de sacrifier Ney. Napoléon quittant Davout à Krasnoe pour la retraite, avança rapidement, passa Dobroe et atteignit Lyady. Miloradovich et Golitsyn ont hanté l'ennemi et l'ont finalement éliminé de Krasnoe, capturant de nombreux prisonniers, un grand nombre d'armes à feu et un énorme convoi du maréchal Davout. Pour certaines raisons, Tormasov est venu à Dobroe alors que Napoléon et les restes du corps de Davout avaient déjà dépassé cette colonie. Néanmoins, Tormasov a vaincu l'arrière-garde française, qui a été obligée de déposer les armes.


Travaux connexes

Le thème d'ouverture (mesures 1–36, 358–379) est basé sur la prière russe pour la victoire dans la bataille « Seigneur, préserve ton peuple » (Спаси, господи, люди твоя).

Le thème lyrique central (des mesures 164 et 278) utilise un motif du duo pour Marya et Olyona (acte II, n°8) de l'opéra Le Voyevoda ⎡] , et la courte mélodie qui la suit immédiatement (mesures 207, 299) est tirée de la chanson populaire russe « By the Gates » (У ворот, ворот батюшкиных), que Tchaïkovski avait arrangée en 1868 sous le n° 48 de Cinquante chansons folkloriques russes.

1812 comprend également des citations (mesures 119, 149, 229, 267, 307) de l'hymne français La Marseillaise composé par Claude Joseph Rouget de Lisle (1792), et de l'hymne russe 'God Save the Tsar' (Боже Цапя храни) composé en 1833 par Alexeï Lvov (mesures 388-398).


Voir la vidéo: Olinhan Siellä Minäkin Kokemuksia ja Muistoja Vapaussodan Ajoilta