Chronologie de Thomas Cromwell

Chronologie de Thomas Cromwell


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

  • c. 1485

    Thomas Cromwell, futur premier ministre d'Henri VIII d'Angleterre est né.

  • 1503

    Thomas Cromwell se rend en Italie où il se bat comme mercenaire puis apprend la banque.

  • c. 1520

    Thomas Cromwell établit son propre cabinet d'avocats à Londres.

  • 1523

    Thomas Cromwell devient député.

  • 1524

    Thomas Cromwell rejoint la maison du cardinal Thomas Wolsey.

  • 1530

    Thomas Cromwell devient membre du Conseil du Roi.

  • 1532 - 1540

    Thomas Cromwell est le premier ministre d'Henri VIII d'Angleterre.

  • 1532

    Thomas Cromwell fait passer au Parlement la loi sur la restriction des annates qui limite les fonds versés à la papauté.

  • 1533

    Thomas Cromwell est nommé Master of the Rolls.

  • 1533

    Thomas Cromwell fait adopter au Parlement la loi sur la restriction des appels qui déclare que le monarque anglais est désormais la plus haute autorité sur toutes les questions juridiques.

  • 23 mai 1533

    Thomas Cranmer, l'archevêque de Cantorbéry annule formellement le mariage d'Henri VIII d'Angleterre avec Catherine d'Aragon.

  • 1534

    Thomas Cromwell fait adopter au Parlement la loi sur la trahison qui interdit aux gens de s'exprimer et de critiquer leur roi ou sa politique.

  • 30 avril 1534

    Le Parlement adopte l'Acte de succession qui déclare la fille d'Henri VIII d'Angleterre, Marie (avec Catherine d'Aragon) illégitime.

  • 28 novembre 1534

    L'Acte de suprématie déclare Henri VIII d'Angleterre chef de l'Église en Angleterre et non pape.

  • 1535

    Thomas Cromwell et une équipe d'inspecteurs compilent le Valor Ecclesiasticus, un registre de toutes les richesses et revenus des institutions monastiques en Angleterre et au Pays de Galles.

  • janv. 1535

    Thomas Cromwell est nommé vicaire général par Henri VIII d'Angleterre.

  • 6 juillet 1535

    Sir Thomas More est exécuté pour avoir refusé de reconnaître Henri VIII d'Angleterre comme chef de l'Église en Angleterre.

  • 1536

    Henri VIII d'Angleterre et Thomas Cromwell soumettent un projet de loi au Parlement qui entame la dissolution des monastères d'Angleterre et du Pays de Galles.

  • 1536

    Thomas Cromwell est nommé Lord Privy Seal.

  • 1536

    Les dix articles de Thomas Cromwell rejettent quatre des sept sacrements du catholicisme.

  • août 1536

    Thomas Cromwell publie Les Injonctions, un ensemble de recommandations pour le clergé.

  • oct. 1536 - déc. 1536

    Le pèlerinage de grâce, un soulèvement populaire contre les changements religieux apportés par Henri VIII d'Angleterre, marche dans le nord de l'Angleterre.

  • juil. 1537

    Thomas Cromwell publie The Bishop's Book.

  • 1538

    Thomas Cromwell publie une version plus radicale des Injonctions.

  • 1539

    Henri VIII d'Angleterre approuve la traduction de la Bible en anglais.

  • 1539

    Le Parlement adopte une loi pour fermer tous les monastères en Angleterre et au Pays de Galles, quelle que soit leur taille.

  • 1539

    Thomas Cromwell est fait comte d'Essex et Lord Great Chamberlain.

  • janv. 1540

    Henri VIII d'Angleterre épouse sa quatrième femme, Anne de Clèves.

  • 10 juin 1540

    Thomas Cromwell est arrêté pour trahison et hérésie.

  • 9 juillet 1540

    Henri VIII d'Angleterre et Anne de Clèves divorcent par consentement mutuel. Thomas Cromwell est blâmé pour le décalage.

  • 28 juillet 1540

    Thomas Cromwell est exécuté pour trahison et hérésie.


La vraie raison pour laquelle Henry VIII a exécuté Thomas Cromwell

En 1540, Henri VIII donna la hache à son principal conseiller, Thomas Cromwell. Eh bien, techniquement, le bourreau lui a donné la hache, mais le point tient toujours. Citant une source "contemporaine" douteuse, l'auteur victorien Arthur Galton décrit une affaire "impie" dans laquelle le bourreau a tranché le cou et la tête de Cromwell pendant une demi-heure. D'autres descriptions contredisent cette version des événements, alléguant qu'Henry a clairement rompu les liens avec Cromwell après un seul coup. Quoi qu'il en soit, le crâne de Cromwell se dirigeait vers le même endroit – hors de son corps.

Ce fut toute une chute pour un homme qui s'était élevé si haut dans sa vie. Au début de sa vie, Cromwell avait si peu de richesse à son actif que même les registres de sa naissance étaient médiocres. Selon les palais royaux historiques, personne ne sait précisément où ni quand il est né. Cependant, le site écrit qu'il est très probablement né en 1485. Cromwell était le fils d'un homme d'affaires et le fils d'un mot B beaucoup moins flatteur lorsqu'il s'agissait de ses ennemis. Il a d'abord essayé de devenir mercenaire dans l'armée française, mais tout comme son futur bourreau, Cromwell n'a pas pu le pirater. Au lieu de cela, il est devenu un homme d'affaires et un avocat pointu. Il a continué à se faire des amis dans les hauts lieux, le plus élevé étant le roi. Alors, comment Henry est-il devenu un ennemi ?


CROMWELL, Thomas (par 1485-1540), de Londres.

b. en 1485, os. de Walter Cromwell alias Smith de Putney, Surr. m. en 1516, Elizabeth, da. de Henry Wykes de Putney, wid. de Thomas Williams, 1s. Grégoire 2da. 1da. illégitime. Kntd. 18 juillet 1536 KG nom. 5 août, inst. 26 août 1537 cr. Baron Cromwell 9 juillet 1536, comte d'Essex 17 avril 1540.3

Bureaux tenus

Membre de la maison du cardinal Wolsey vers 1516-30, de son conseil en 1519, sec. par 1529 comm. subvention, Londres 1524, Kent 1534, pour l'impression de la Bible 1539, pour la vente des terres de la couronne 1539, 1540 Conseiller par janv. 1531 maître des bijoux du roi 14 avril 1532, jt. (avec Sir John Williams) vers 1535-ré. greffier du hanaper 16 juillet 1532, jt. (avec Ralph Sadler) avril 1535-ré. chancelier de l'Échiquier 12 avril 1533- ré. flûte à bec, Bristol 1533-ré., intendant, abbaye de Westminster 12 sept. 1533, jt. (avec Robert Wroth) 14 février 1534-mai 1535, seigneuries d'Edmonton et de Sayesbery, Mdx. Mai 1535, de Havering-atte-Bower, Essex déc. 1537, manoir de Writtle, Essex juin 1536, honneur de Rayleigh, Essex sept. 1539 jt. (avec Sir William Paulet) arpenteur, les bois du roi en 1533 sec principal. c. Avr. 1534-Avr. 1540 maître des rôles 8 oct. 1534-10 juillet 1536 jt. (avec Richard Cromwell alias Williams * ) constable, château de Hertford, Herts. 1534-ré., château de Berkeley, Glos. 1535-ré., sole, château de Leeds, Kent 4 janvier 1539-ré. visiteur-gen. monastères 21 janvier 1535 intendant, duché de Lancaster, Essex, Herts. et Mdx. 12 mai 1535-ré., intendant, manoir de Savoie mai 1535-ré. chancelier, grand intendant et visiteur, Camb. univ. 1535-ré. j.p. Bristol, Kent, Mdx., Surr. 1535-ré. Essex 1536-ré., Derbys., Westmld. 1537-ré., tous les comtés 1538-ré. prébendier, Salisbury mai 1536-ré. receveur des requêtes dans les Lords, Parlt. de 1536, Trèves, Parlt. de 1539 d. sceau privé 2 juillet 1536-ré. vicaire-gén. et vice-gérant du roi en spirituals 18 juillet 1536 doyen, Wells 1537-ré. directeur et c.j. à eyre, N. de Trente 30 déc. 1537-ré. gouv. I.o.W. 2 novembre 1538-ré. gt. chambellan 17 avril 1540 nombreux offices mineurs.4

Biographie

Thomas Cromwell était le fils d'un drapier de Putney et d'un taverne, mais l'obscurité de sa jeunesse doit moins à son humble origine qu'au caractère varié et exotique de ses activités. Alors qu'il était encore adolescent, il a été contraint, dans des circonstances qui restent inconnues, de quitter le pays. De passage aux Pays-Bas, il aurait trouvé un emploi en Italie, d'abord comme soldat (il aurait combattu au Garigliano en 1503) puis dans la maison de banque vénitienne Frescobaldi. Il était à Rome au début de 1514 mais au cours de cette année-là, il retourna aux Pays-Bas et revint peu après en Angleterre, où il épousa une veuve et s'installa à Londres. Il devait retourner en Italie en 1517-18 pour aider la ville de Boston à obtenir une bulle d'indulgence du pape Léon X. Au cours de ce voyage, il aurait appris par cœur la traduction du Nouveau Testament par Érasme. Ses voyages antérieurs lui avaient permis de parler couramment l'italien et, probablement, le français, il connaissait aussi le latin et avait peut-être un peu de grec.5

Cromwell a suivi une carrière commerciale à Londres, vendant du tissu et prêtant de l'argent, mais il a également acquis suffisamment de droit pour établir la pratique fructueuse qui a été aperçue pour la première fois vers 1518. Bien qu'à l'époque serviteur de Wolsey, il a continué à avoir d'autres clients tout au long de ses années. avec le cardinal et même après son entrée au service royal. On ne sait pas qui ou ce qui l'a amené à l'attention de Wolsey. L'intermédiaire aurait pu être le 2e marquis de Dorset, bien que la seule preuve survivante de la connexion de Cromwell avec la famille Gray date de 1522, et la description par la marquise douairière de lui en tant que serviteur de son fils ne signifie peut-être rien de plus qu'il était l'un des avocats de Dorset. . Un autre agent possible est le Robert Cromwell qui était vicaire de Battersea et surveillant des travaux là-bas pour Wolsey. Il se peut même que Cromwell ait apporté une recommandation à son retour d'Anvers, peut-être au marchand Luccese Antonio Bonvisi, dont il devait partager l'amitié avec Thomas More et dont les clients comprenaient Wolsey. Cromwell, comme More, avait un talent pour l'amitié et il avait déjà une grande connaissance.6

C'est sans doute à Wolsey que Cromwell doit son élection au Parlement de 1523, le seul convoqué pendant les 14 ans de la chancellerie. Wolsey aurait pu nommer son serviteur pour presque n'importe quel siège, mais comme il détenait l'évêché de Bath and Wells en commende jusqu'à peu de temps avant la réunion du Parlement, lorsqu'il fut remplacé par son aumônier John Clerke, la ville de Bath est une possibilité distincte, avec l'intérêt de Cromwell pour le commerce du tissu une recommandation supplémentaire. Le fait que Cromwell était un membre ressort de sa déclaration dans une lettre du 17 août selon laquelle lui et d'autres avaient «enduré un Parlement qui s'est poursuivi en l'espace de 17 semaines entières», bien que cela ignorait sa prorogation de trois semaines. Il a également préparé - le projet survit dans la main d'un de ses clercs - et a peut-être prononcé un discours contre la guerre avec la France que le Parlement avait été sommé de financer, il a soutenu que la France ne pouvait pas être envahie avec succès en raison de difficultés logistiques et que le meilleur plan était de conquérir l'Ecosse et de l'unir à l'Angleterre. Aussi étranges que puissent paraître de tels arguments émanant d'un serviteur de Wolsey, ils pourraient s'expliquer, comme cela a été récemment suggéré, si Wolsey lui-même était suffisamment opposé à la politique étrangère agressive favorisée par le roi pour se tourner vers le Parlement pour le frustrer en refusant l'approvisionnement. Devant l'hostilité du pays à une subvention excessive, il s'agissait de donner la tête aux Communes grâce à la liberté d'expression revendiquée par le président More. La propre épitaphe de Cromwell sur le Parlement montre à quel point les débats ont varié :

nous avons communié de guerre, paix, conflit, contention, débat, murmure, rancune, richesse, pauvreté, parjure, vérité, mensonge, justice, équité, tromperie, oppression, magnanimité, activité, force, intempérance, trahison, meurtre, crime, conciliation et aussi comment une république pourrait être édifiée. Cependant, en conclusion, nous avons fait ce que nos prédécesseurs avaient coutume de faire, c'est-à-dire aussi bien que nous le pouvions et sommes partis où nous avons commencé.7

Plus tard, en 1523, Cromwell a participé à l'enquête sur le mot de passe dans le quartier de Broadstreet. L'année suivante, il fut inclus dans la commission des subventions de Londres, fut admis à Gray's Inn et, sous la direction de Wolsey, se lança dans la suppression d'une trentaine de communautés monastiques plus petites au profit des fondations éducatives du cardinal à Ipswich et à Oxford. Il devait être impliqué à chaque étape de ce projet et, selon George Cavendish, son intérêt continu pour celui-ci après l'arrivée de Wolsey fut l'occasion de son accès au roi, "au moyen de quoi et par son comportement spirituel, il grandit continuellement en faveur du roi '. Après le retrait de Wolsey de la cour, d'abord à Esher puis à York, Cromwell est resté son factotum et partisan. Bien qu'il n'ait eu d'autre choix que d'aider la Couronne à préparer l'accusation de prémunire contre Wolsey, il a fait de son mieux pour son vieux maître. Lorsqu'un projet de loi fut présenté au Parlement de 1529 condamnant Wolsey pour trahison, c'est lui qui « fulmina » contre lui « si discrètement, avec des persuasions si spirituelles et des raisons profondes, que le même projet ne put y prendre aucun effet ».8

Le retour de Cromwell à ce Parlement a suscité beaucoup de discussions, et c'est compréhensible, car les circonstances sont loin d'être claires. Ce n'est que fin octobre, à quelques jours de l'ouverture, qu'il semble avoir fait une offre pour un siège. La raison d'une telle lenteur atypique ne peut guère avoir été autre que son doute quant à savoir si, en tant que bras droit de Wolsey, il pourrait s'en procurer un sans tomber sous le coup de l'autorité. C'est pourquoi, lorsqu'il se résolut à le faire, sa première démarche fut d'obtenir, avec l'aide de son greffier Ralph Sadler, de sir John Gage et du 3e duc de Norfolk, l'accord du roi sur son élection, mais à condition qu'il se conduire à la Chambre selon les instructions royales. Cet obstacle levé, le 1er novembre, il lui restait à trouver une place. Avec seulement deux jours restants, la perspective d'en trouver un vacant était négligeable, le seul espoir était de remplacer quelqu'un déjà élu qui pourrait être persuadé de se retirer.9

Comment cela a été conçu doit être déduit de deux éléments de preuve principaux. La première, et plus directe, est la déclaration de Cavendish selon laquelle Cromwell a remplacé le fils de son ami Thomas Rush la seconde est la promesse de Sadler d'obéir à l'instruction de Cromwell d'"exiger" que Sir William Paulet libère un siège pour l'un des arrondissements appartenant à Wolsey en tant qu'évêque. de Winchester. Le fait que Cromwell soit venu pour l'un de ces arrondissements, Taunton, alors que Sadler semble impliquer que la vacance créée par le retrait du fils de Rush serait à Orford, a donné l'impression qu'il s'agissait d'ouvertures alternatives et donc au conclusion que Paulet ne s'est tourné qu'après l'échec du plan Orford. La confusion s'est aggravée par l'incapacité d'identifier le «so» de Rush comme son beau-fils Thomas Alvard, l'aîné des fils de Rush par la veuve Anne Alvard ne pouvait avoir qu'une vingtaine d'années au moment de l'élection, alors qu'Alvard avait au moins 36 ans. et, comme son beau-père, un homme important dans l'entourage de Wolsey et un ami de Cromwell.10

Que ce n'était pas Alvard que Cromwell aurait pu remplacer à Orford ressort clairement de l'élection de deux autres hommes là-bas. Pourtant, l'un de ces hommes, Erasmus Paston, était tel que Rush aurait pu essayer de supplanter le siège qu'il occupait était probablement venu en 1529 sous le patronage du duc de Suffolk, avec qui Rush avait longtemps été associé, tandis que le propre de Rush se tenait à Orford aurait pu compter pour quelque chose. Ainsi, si c'est à Orford que Rush devait intervenir, cela ne pouvait pas être aux dépens de son beau-fils, qui n'y a pas été élu, et la déclaration de Cavendish, si elle doit être acceptée, doit s'appliquer à un autre arrondissement. Le premier choix évident est Ipswich, où l'influence de Rush était la plus forte et où il devait lui-même occuper le siège le plus élevé, mais bien que Rush ait pu espérer que son beau-fils serait son compatriote (comme Alvard le deviendra plus tard, d'ailleurs d'une élection partielle) la question avait été tranchée trois semaines plus tôt lorsque Thomas Hayward, le greffier commun d'Ipswich, avait été élu. Orford et Ipswich étant ainsi exclus, il semble n'y avoir qu'une seule façon de concilier la déclaration de Cavendish avec le reste de la preuve, à savoir en concluant que c'est à Taunton que Cromwell a remplacé Alvard. Il n'est pas difficile d'imaginer que si Rush n'avait pas réussi à trouver à Alvard un siège plus près de chez lui, il aurait dû se tourner vers l'un des arrondissements de Wolsey, où Paulet en tant qu'intendant s'occupait manifestement des nominations et il ne serait pas surprenant qu'une fois Cromwell obtenu le consentement du roi à sa propre élection, Rush et Alvard avaient cédé à sa prétention supérieure et Paulet avait substitué son nom au retour. Il est impossible de dire si le roi ou le Norfolk ont ​​exercé des pressions.

Plus de deux ans devaient s'écouler avant que cette ruée de dernière minute aux Communes ne se traduise par une maîtrise sans précédent de cette assemblée. Cromwell a probablement été admis au Conseil peu après la mort de Wolsey en novembre 1530 : il est mentionné pour la première fois comme conseiller au début du mois de janvier suivant. Il se fit bientôt l'expert du Conseil en matière parlementaire. Il semble qu'il ait assumé ce rôle lors de la deuxième session (janvier-mars 1531) du Parlement de 1529. À l'été 1531, il était communément admis à Londres que « M. Cromwell a écrit certaines affaires dans la maison du parlement, ce que personne n'a nié, et à la fin de la session, il a retiré les 29 factures qui ont ensuite été laissées inachevées dans la sécurité de sa maison de comptage. À l'automne, Henri VIII lui ordonna de coopérer avec les membres du conseil juridique du roi pour préparer des projets de loi sur la trahison, les égouts et les vêtements en vue de la prochaine session, et à la fin de cette session en mai 1532, il enleva à nouveau les projets de loi inachevés. , au nombre de 16. Ses souvenirs incluent souvent des sujets à légiférer et mentionnent parfois des projets de loi en cours, comme lorsqu'en 1534 les factures des facultés et des produits laitiers devaient être rédigées. À partir de 1532, au moins, il utilisa un groupe recruté par lui-même pour élaborer un programme de réforme pour l'incorporation dans les statuts, tandis que d'autres non à son service, comme John Rastell, soumettaient leurs propres propositions à son examen. Les corporations, les maisons monastiques et les particuliers sollicitaient son avis et son approbation pour les mesures qu'ils souhaitaient voir édicter et, à cette fin, lui faisaient des dons. A en juger par les demandes émanant de ces quartiers, il semble avoir été consulté en 1532 principalement comme conseiller juridique, mais plus tard les exigences croissantes de la couronne lui laissèrent peu de temps pour de telles affaires privées. Il a apporté un grand soin à la rédaction des corrections de factures en sa main qui apparaissent à différentes étapes de celles pour les ferblanteries et les ports du Devon et de Cornouailles (23 Hen. VIII, c.8), pour la retenue des appels (24 Hen. VIII, c. 12) et pour les étains (25 Hen. VIII, c.9). En 1536, il avait inclus dans la loi (27 Hen. VIII, c.47) faisant du roi héritier des terres du 5e comte de Northumberland une clause protégeant une rente que lui avait donnée le comte.11

Au printemps 1532, Cromwell était en mesure de superviser un changement important dans la composition de la Chambre. Ayant d'abord établi, au moyen d'une copie annotée de la liste des offices de la Couronne, les vacances créées par les décès ou les élévations aux lords depuis le début du Parlement, il a lancé une série d'élections partielles. Celui-ci était préfacé par la compilation par Thomas Wriothesley d'une nouvelle liste sur laquelle, sur 29 postes vacants enregistrés, 17 étaient accompagnés des noms des personnes recommandées pour les pourvoir et huit autres des noms des personnalités habilitées à proposer, ces derniers étant le roi (pour quatre sièges), le procureur général, les ducs de Norfolk et de Suffolk, et le lord gardien des Cinq-Ports. Le fait que, pour la plupart, chaque poste vacant soit accompagné de deux noms implique que Wriothesley s'est chargé de lui-même ou s'est fait dire de fournir un tel choix.Ce qui est alors arrivé au document était clairement l'œuvre de Cromwell : c'est lui qui a placé un petit cercle contre un sur chaque paire de noms (ou lorsque les deux sièges étaient vacants deux sur trois) ainsi que d'ajouter six vacances et dans quatre de ces cas saisir un seul nom. Cela ne veut pas dire que Cromwell était seul responsable de ces choix, dans lesquels le roi a peut-être eu une part. De même, en l'absence de rapports d'élections partielles, il n'y a pas beaucoup de preuves pour montrer si les personnes ainsi désignées ont réussi. Seuls Sir John Neville II et John Scudamore sont connus pour être entrés dans leurs comtés respectifs. Sir Francis Bryan et Sir Henry Long ont été élus par procuration, bien qu'il ne soit pas certain en tant que chevaliers du comté et la prépondérance des probabilités est que Sir Thomas Cheyne, Sir Arthur Hopton, Sir John St. John et William Skipwith se sont joints à eux à la Chambre. D'un autre côté, Richard Sapcote semble avoir été consterné par les instructions d'Audley et de Cromwell de solliciter un soutien pour sa propre élection pour le Huntingdonshire, où Thomas Hall II (q.v.) était déjà sur le terrain.12

Bien que cette liste reflète l'intérêt de Cromwell pour le recrutement de membres, elle révèle peu d'efforts de sa part pour présenter ses propres personnes à charge ou associés. La grande majorité des noms sont ceux d'hommes indépendants dans leurs localités, et les choix de Cromwell - s'ils étaient les siens - entre eux sont à peine révélateurs. Mais il n'était encore qu'au seuil de la suprématie, l'année qui suivit le montre exerçant une influence croissante au nom d'individus particuliers. La perte de tant de retours met hors de question toute mesure de son intervention : sur une quarantaine d'élections partielles connues ou présumées s'être tenues du début 1533 à la clôture de la législature, 16 députés ont produit dont les noms n'ont pas été Survécu. Pourtant, les noms connus incluent ceux de plusieurs hommes proches de Cromwell, parmi lesquels Thomas Alvard, Sir Francis Bigod, David Broke, Sir Roger Cholmley, Thomas Derby, John Goodall et Robert Southwell.

De la technique de Cromwell pour contrôler la Maison, seuls des fragments de preuves existent. Le plus intéressant est fourni par deux documents qui dateraient de 1533. Le premier est une liste de 36 noms (à l'origine au moins 37, le premier s'étant perdu par déchirure du papier), tous d'hommes connus ou présumés avoir été membres à ce moment-là. Contre la suggestion d'AF Pollard selon laquelle la liste était une caisse de résonance de l'opinion parlementaire, on peut affirmer que, d'après ce que l'on sait du point de vue des hommes concernés, la majorité d'entre eux n'étaient pas favorables à la rupture avec le pape et que c'est pourquoi leurs noms ont été ainsi réunis sur la liste. Encore une fois, l'occasion la plus probable de sa production a été le passage par la Chambre du projet de loi contre les appels à Rome, la mesure exceptionnelle de la quatrième session. Les preuves de l'opposition à ce projet de loi ne manquent pas, et cela inclut la position prise, bien que temporairement, par Sir George Throckmorton, dont le nom est en tête de liste dans sa forme actuelle. Le fait que la liste soit de provenance officielle est démontré par l'ordre dans lequel les noms apparaissent, ils sont clairement dérivés d'un examen minutieux de la liste du Crown Office. Si la liste peut être considérée comme représentant un effort de l'autorité, sans doute en la personne de Cromwell, pour identifier les membres les plus susceptibles de causer des problèmes, l'utilisation, le cas échéant, qui en a été faite reste un sujet de spéculation. Nous ne connaissons aucun membre autre que Throckmorton qui a été pris à partie, mais l'ajout à 18 des noms sur la liste du domicile de la personne (dans certains cas apparemment de son diocèse) fait penser qu'une action locale aurait pu être contemplé.13

D'un tout autre caractère est la deuxième liste, qui contient les noms de 50 membres. Contrairement à ceux du premier, ses noms ne sont pas classés dans un ordre discernable, sauf que, tels qu'ils ont été initialement fixés, ils ont commencé par cinq titulaires de hautes fonctions, Cromwell lui-même se tenant d'abord en tant que « Monsieur le secrétaire ». Ce groupe officiel est suivi de 16 chevaliers du comté et de 22 députés pour les villes et les arrondissements, les circonscriptions des sept députés restants étant incertaines ou inconnues. Le rapport entre les chevaliers et les membres de l'arrondissement, ainsi que la large répartition géographique de leurs circonscriptions, font de cet assemblage un bon échantillon de la Chambre, ce qui suggère à son tour que les noms sont ceux d'un comité, bien que leur caractère opérationnel ou simplement prévu reste inconnu. . En l'absence du Journal, rien ne peut être appris sur l'utilisation des commissions au cours de cette législature, mais il est raisonnable de supposer qu'elles n'ont été utilisées que pour les projets de loi d'importance et seulement si ceux-ci donnaient lieu à des difficultés. Parmi ces projets de loi, le projet de loi sur les trahisons adopté lors de la septième session était remarquable, et l'inquiétude évidente qu'il a suscitée à la Chambre aurait bien pu conduire à son renvoi à ce groupe de députés. Dans ce cas, l'intérêt principal de la liste résiderait dans son apparent contrepoids au groupe « officiel » par un certain nombre de députés susceptibles d'être critiques, parmi lesquels sept ou huit de ceux nommés dans la liste précédente. Bien que les noms de plusieurs des proches collaborateurs de Cromwell y figurent, la liste ne peut en aucun cas être interprétée comme un produit d'emballage officiel.14

La gestion par Cromwell de ce Parlement comprenait sans aucun doute le calendrier de ses prorogations récurrentes, qui correspondaient aux vicissitudes de la scène politique et religieuse, et de sa dissolution éventuelle. Rétrospectivement, cet acte final devait s'avérer une bévue, car dans les deux semaines suivant la dissolution, un nouveau Parlement devait être convoqué à la suite de la décision du roi de se débarrasser de sa deuxième reine. C'est dans l'intention de faire en sorte que le nouveau Parlement soit en vigueur une nouvelle et conclusive session de la précédente que le Roi a fait accompagner les brefs d'une demande de réélection des mêmes députés que l'appareil avait déjà été utilisé une fois en le règne, à l'égard du Parlement de 1515. En théorie, donc, le Parlement de 1536 n'a fourni aucune occasion à Cromwell d'intervenir dans les élections, qui auraient dû être prédéterminées. En fait, le résultat était quelque peu différent. Sur les 312 députés présumés renvoyés, les noms de plus des deux tiers sont irrémédiablement perdus sur les 68 dont les noms sont connus, 47 avaient certainement et quatre autres avaient probablement siégé lors de la législature précédente, tandis que 15 n'avaient certainement pas et deux n'avaient probablement pas fait. Si ces députés étaient à peu près représentatifs de l'ensemble, il s'ensuit qu'environ les trois quarts des Communes de 1536 étaient d'anciens députés et un quart de nouveaux, et que la demande royale n'a rencontré qu'une adhésion moins qu'universelle. Un certain changement aurait été inévitable : la vieillesse, la maladie ou le décès et, dans un ou deux cas, la nomination à des fonctions d'exclusion, ont dû exclure certains anciens députés de la réélection, mais la majorité de ceux qui n'ont pas réapparu ont probablement trouvé d'autres raisons ou ont été officiellement découragés ou éliminés.

Le rôle de Cromwell en la matière doit être évalué à partir des deux seuls exemples connus de son intervention. Le premier est son insistance notoire pour que la ville de Cantorbéry, qui avait élu - peut-être dans l'ignorance de la demande du roi - deux nouveaux membres, devrait les écarter en faveur de ses précédents. Le second, qui a moins attiré l'attention, est son imposition de deux candidats à la place des anciens députés de Buckingham. Cette dérogation à l'exigence générale s'explique mieux par la présomption que les deux hommes ainsi déplacés étaient inacceptables en raison de leur lien avec la reine condamnée. On ne sait pas si Cromwell a pris des mesures pour exclure d'autres indésirables similaires, pas plus qu'il n'y a plus qu'un indice qu'il a promu l'élection d'hommes de son choix, bien que Richard Pollard et Ralph Sadler lui aient dû leurs nominations15.

Il n'est même pas clair si la propre élection de Cromwell était conforme à la demande royale. Bien qu'il ne fasse guère de doute qu'il a été rendu pour un comté, son identité reste une question de conjecture, Kent étant probablement le favori compte tenu de sa récente acquisition de propriété là-bas. Dans ce cas, il aurait pu être réélu, car la mort de Sir Henry Guildford en mai 1532 avait créé une vacance que Cromwell aurait pu combler en échangeant Taunton contre la plus prestigieuse chevalerie d'un comté. L'importance de sa présence à la Chambre devait être implicitement reconnue par les circonstances de son anoblissement. Bien que cela ait eu lieu au milieu de la session, son brevet le dispensait de siéger aux Lords pour le reste du Parlement et il ne l'a fait que dans l'après-midi du jour de la dissolution. L'un des actes de ce Parlement (28 Hen. VIII, c.50) a établi son titre au manoir de Wimbledon et d'autres propriétés récemment accordées par le roi. Tout au long de la session, il était un porteur fréquent de factures aux lords.16

En juin 1538, John Hull II, le percepteur des douanes à Exeter, écrivit à Cromwell pour obtenir son soutien à un projet de loi que la ville souhaitait présenter au Parlement alors qu'il pensait imminent, mais neuf mois s'écoulèrent avant la délivrance des brefs. Cromwell devait alors assurer le roi que lui "et d'autres conseillers dévoués seraient sur le point de faire en sorte que votre majesté n'ait jamais eu de parlement plus maniable", et a poursuivi en décrivant le travail de Sir William Fitzwilliam I, comte de Southampton, dans le Hampshire, le Surrey et le Sussex. Le duc de Norfolk a envoyé au ministre une liste des arrondissements sous son contrôle et a terminé "Dans tous les comtés de ma commission [en tant que commandant dans le nord], sauf Lancashire, j'ai mis un tel ordre que tel sera choisi comme je ne doute pas servira son altesse selon son bon plaisir et je l'ai fait de même à Norfolk et dans le Suffolk avant ma dernière venue ici ». Ce n'est que dans les cas du comte et du duc qu'il existe des preuves documentaires pour étayer l'affirmation de Cromwell selon laquelle d'autres membres du Conseil ont joué un rôle actif dans la période précédant les élections, mais l'analyse des hommes renvoyés au Parlement et de leurs relations suggère que les autres conseillers étaient tout aussi diligents. Les lettres du comte et du duc au roi et au ministre, ainsi que la propre déclaration de Cromwell, laissent peu de doute sur le fait que la décision d'influencer les élections était une décision conciliaire et que la décision a été mise en œuvre par l'ensemble du Conseil avec Cromwell agissant en tant que coordinateur.17

De la part de Cromwell, plus directe, dans l'élection de 1539, il y a quelques aperçus alléchants. Dans le Hampshire, il ne semble pas avoir fait confiance à l'évêque Gardiner de Winchester pour gérer l'élection du comté dans l'intérêt de la couronne alors qu'il écrivait lui-même aux propriétaires fonciers au nom de Thomas Wriothesley et John Kingsmill : Kingsmill étant shérif, l'élection a été reportée jusqu'à ce que le plaisir du roi devienne connu, lorsque Wriothesley est revenu avec le serviteur de Cromwell, Richard Worsley. Sur les instructions de Cromwell, le cellérier de la Maison, Richard Hill de Hartley Wintney, avait rallié ses voisins et locataires pour assurer le retour des candidats du ministre contre l'opposition de Gardiner. À Norfolk, Cromwell obtient le soutien de Sir Edmund Knyvet pour persuader ses amis de voter pour Edmund Wyndham et Richard Southwell en tant que chevaliers du comté, mais bouleverse ensuite Knyvet qui, lors de l'élection, s'offre comme alternative à Southwell. À Norwich, l'élection des membres de la ville avait déjà eu lieu lorsque la nomination par Cromwell de John Godsalve est arrivée, mais la ville a obligé le ministre en demandant un nouveau bref pour justifier une deuxième élection, puis en renvoyant Godsalve. Cromwell a également obtenu une nomination à Gatton après qu'elle ait été promise à un autre. Celui qu'il parraina là-bas n'est pas enregistré, mais pour un arrondissement aussi peu distingué, il est peu probable qu'il s'agisse de Richard Morison, le pamphlétaire choisi comme porte-parole du gouvernement lors du Parlement dont la nomination par lui-même le ministre a désigné pour mention au roi.18

Deux semaines avant l'ouverture du Parlement, Cromwell a contracté une fièvre qui le trouble encore le 4 mai, mais il est suffisamment rétabli six jours plus tard pour prendre sa place dans les Lords. Que lorsqu'il l'a fait, il a pris sa place en tant que vice-gérant, avec préséance avant tout sauf le roi, et non en tant que baron Cromwell assis avec le reste des barons, crée une forte présomption qu'il a retardé son rétablissement jusqu'à ce que le projet de loi réglementant les sièges dans les lords ait été adopté et mis en vigueur. La gravité de sa maladie se mesure au fait qu'il n'a pas préparé pour la présentation au Parlement le programme législatif esquissé par lui au mois de mars précédent, notamment "un dispositif". pour l'unité dans la religion ». La mesure visant à donner plus d'effet aux proclamations a rencontré l'opposition et son adoption par le Parlement a détourné l'attention de Cromwell du comité sous sa présidence pour établir l'uniformité. Cela a permis à Norfolk de l'accuser de paresse en tant que vice-gérant et de présenter aux Lords six problèmes doctrinaux majeurs sous la forme de questions formulées de manière à exiger des réponses strictement traditionnelles. Bien que déjoué, Cromwell a continué à suivre une ligne de modération jusqu'à ce que le roi annonce son propre soutien à l'orthodoxie de Norfolk. Le projet de loi présenté lors de la deuxième session et adopté comme l'Acte de six articles (31 Hen. VIII, c.14) reflétait les croyances des hommes antipathiques envers la réforme et le vice-gérant. Pourtant, malgré ces revers, Cromwell resta le premier ministre du roi. L'Acte modifiant la coutume du gavelkind dans le Kent (31 Hen. VIII, c.3) nomme Cromwell au premier rang de ses bénéficiaires : il s'agit d'un projet de loi privé réglant certaines terres sur lui-même et ses héritiers, qui passa par les deux Chambres mais n'a jamais reçu l'assentiment. 19

Pendant la prorogation, Cromwell a poursuivi la réforme de la maison et a conclu un traité de mariage et de défense entre l'Angleterre et Clèves, mais Henri VIII a pris contre sa nouvelle reine. Après deux ajournements, le Parlement s'est réuni le 12 avril 1540. Cromwell a ouvert la session avec un discours sur la nécessité de l'unité et de la concorde dans la religion, mais dans le cas où il n'a obtenu qu'une courte loi d'habilitation (32 Hen. VIII, c.26) à la recherche aux décisions futures de deux comités d'évêques chargés de formuler une définition de la doctrine et de rédiger un livre des cérémonies autorisées. La plus grande partie de la législation gouvernementale inaugurée par lui s'en tira mieux. Le 17 avril, Cromwell fut élevé au comté d'Essex et reçut le poste de chambellan, démissionnant de son poste de secrétaire en faveur de Sir Ralph Sadler et Sir Thomas Wriothesley. L'engouement du roi pour Catherine Howard et la décision de divorcer d'Anne de Clèves pour épouser Catherine laissèrent à Cromwell la tâche de briser l'union qu'il avait longtemps promue, et ainsi de raviver l'intérêt de Howard à la cour. Fin mai, il avait arrêté le député de Calais et l'évêque de Chichester pour intrigues avec le cardinal Pole, mais le 10 juin, après une matinée à la Chambre des Lords, il fut lui-même arrêté lors d'une réunion du conseil dans l'après-midi et accusé d'hérésie. et la trahison. Emmené à la Tour et ses biens saisis, Cromwell a été condamné sans procès. Sa peine fut confirmée par un acte d'atteinte (32 Hen. VIII, n°52) mais il fut autorisé à languir en captivité tant que son témoignage sur la répugnance du roi pour Anne de Clèves était utile dans la procédure de divorce royal. Le divorce achevé, Cromwell est exécuté à Tower Hill le 28 juillet. Un projet de loi parlementaire confirmant un échange de terres entre lui et le roi a été tué par sa chute. Des copies de son portrait par Holbein subsistent mais pas l'original20.


Webquest sur la chronologie biographique de Thomas Cromwell

Cette quête Web chronologique utilise un excellent site Web créé par la BBC qui permet aux étudiants de mieux comprendre la vie et l'héritage de Thomas Cromwell. La quête Web est très facile à suivre pour les élèves de la 7e à la 12e année.

*AVERTISSEMENT : Il y a trois sections qui font une brève mention de la fausse couche, de l'adultère et de l'impuissance sexuelle. Veuillez consulter le site Web avant d'acheter ce produit pour vous assurer qu'il convient à votre environnement de classe spécifique.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour visiter le site :

Tout ce que vous avez à faire est d'imprimer/envoyer par e-mail la feuille de travail aux étudiants (REMARQUE : VEUILLEZ LIRE NOS CONDITIONS D'UTILISATION INCLUSES DANS LE DOSSIER ZIP). L'adresse du site Web est incluse ainsi qu'un code QR. La quête Web guide les étudiants à travers la page à partir de là.

Cette webquest comprend 40 questions et une feuille de réponses pour l'enseignant. N'hésitez pas à modifier ce devoir au besoin pour vos cours.


Contenu

Thomas Cromwell est né vers 1485, à Putney, Surrey, fils de Walter Cromwell, forgeron, marchand de foulons et de draps, et propriétaire d'une hôtellerie et d'une brasserie. En tant que commerçant prospère, Walter a été régulièrement appelé au service de jury et a été élu agent de police de Putney en 1495. [5] Certains pensent que Walter Cromwell était d'ascendance irlandaise. [6] La mère de Thomas, généralement appelée Katherine Maverell, était d'une "famille de noblesse" reconnue dans le Staffordshire. [7] Elle vivait à Putney dans la maison d'un avocat local, John Welbeck, au moment de son mariage avec Walter en 1474. [5]

Cromwell avait deux sœurs, l'aînée, Katherine, épousa Morgan Willams, un avocat gallois, la cadette Elizabeth, épousa un fermier, William Wellyfed. [8] Le fils de Katherine et Morgan, Richard, était employé au service de son oncle et à l'automne 1529 avait changé son nom en Cromwell. [9] [10]

On sait peu de choses sur la jeunesse de Cromwell. On pense qu'il est né au sommet de Putney Hill, au bord de Putney Heath. En 1878, sa ville natale est encore remarquable :

L'emplacement du lieu de naissance de Cromwell est encore indiqué par la tradition et est dans une certaine mesure confirmé par l'enquête de Wimbledon Manor, citée ci-dessus, car il décrit à cet endroit "un ancien cottage appelé la boutique du forgeron, situé à l'ouest de l'autoroute de Richmond à Wandsworth, étant le signe de l'Ancre'. Le terrain dont il est ici question est maintenant couvert par le pub Green Man. [11]

Cromwell a déclaré à l'archevêque de Cantorbéry Thomas Cranmer qu'il avait été un « voyou… dans sa jeunesse ». [5] Dans sa jeunesse il a laissé sa famille dans Putney et a traversé la Manche au Continent. Les récits de ses activités en France, en Italie et aux Pays-Bas sont sommaires et contradictoires. L'histoire selon laquelle il est d'abord devenu mercenaire et a marché avec l'armée française en Italie, où en 1503 il a combattu dans la bataille de Garigliano, provient à l'origine d'une nouvelle du romancier italien contemporain Matteo Bandello (dans laquelle Cromwell est une page d'un fantassin, portant sa pique et son casque, plutôt qu'un soldat lui-même).

Cette histoire a ensuite été reprise comme un fait par de nombreux écrivains, notamment John Foxe dans son Actes et monuments de 1563. [12] Diarmaid MacCulloch accepte que les détails du récit de Bandello suggèrent qu'il s'agit de plus qu'un récit inventé, mais James Gairdner, tout en reconnaissant que l'année de naissance de Cromwell est incertaine, souligne qu'il aurait pu avoir 13 ans le jour de la bataille. Pendant son séjour en Italie, il est entré en service dans la maison du banquier florentin Francesco Frescobaldi, qui l'a sauvé des rues florentines, où il mourait de faim après avoir quitté les mercenaires français. [13] [14] Plus tard, il a visité les principaux centres commerciaux des Pays-Bas, vivant parmi les marchands anglais et développant un réseau de contacts tout en apprenant plusieurs langues. À un moment donné, il est retourné en Italie. Les archives de l'hôpital anglais de Rome indiquent qu'il y séjourna en juin 1514, [5] tandis que les documents des archives du Vatican suggèrent qu'il était un agent de l'archevêque d'York, le cardinal Christopher Bainbridge, et qu'il s'occupait des questions ecclésiastiques anglaises avant l'Empire romain. Rotation. [15]

À un moment donné au cours de ces années, Cromwell retourna en Angleterre, où, vers 1515, il épousa Elizabeth Wyckes (décédée en 1529). [16] Elle était la veuve de Thomas Williams, un Yeoman de la Garde et la fille d'un shearman de Putney, Henry Wykes, qui avait servi de gentilhomme huissier au roi Henry VII. [5] Le couple a eu trois enfants : [17]

    (c. 1520-1551), qui était le deuxième mari d'Elizabeth Seymour
  • Anne Cromwell (morte vers 1529)
  • Grace Cromwell (morte vers 1529)

La femme de Cromwell est décédée au début de 1529 [18] et ses filles, Anne et Grace, seraient mortes peu de temps après leur mère. Leur mort peut être due à la maladie de la transpiration. Les dispositions prises pour Anne et Grace dans le testament de Cromwell, daté du 12 juillet 1529, ont été barrées à une date ultérieure. [19] [20] Gregory a survécu à son père de seulement 11 ans, succombant à la maladie de la transpiration en 1551. [21] [22] [23] [24] [25]

Cromwell avait également une fille illégitime, Jane (vers 1530/5 [18] –1580), [26] dont la jeunesse est un mystère complet. Selon la romancière Hilary Mantel, "Cromwell avait une fille illégitime, et au-delà du fait qu'elle existait, nous en savons très peu sur elle. Elle entre brièvement dans les archives, d'une manière incroyablement obscure - elle est dans les archives du comté de Chester ." [27] [28] [29] [30] Jane est née d'une mère inconnue tandis que Cromwell pleurait la perte de sa femme et de ses filles. Jane a vraisemblablement résidé dans les maisons de Cromwell, a fait ses études et a passé du temps à vivre avec Gregory Cromwell au château de Leeds en 1539. Les dossiers de Cromwell montrent qu'il a payé les vêtements et les dépenses de Jane. [31] On ne sait pas ce qu'est devenue la mère de Jane. Cromwell était connu pour être l'un des rares hommes à la cour sans maîtresse, et a essayé de garder cette indiscrétion secrète.

Jane a épousé William Hough (c. 1527-1585), de Leighton à Wirral, Cheshire, vers 1550. [16] William Hough était le fils de Richard Hough (1508-1573/74) qui était l'agent de Cromwell à Chester de 1534 à 1540 [32] [33] [34] [30] Jane et son mari sont restés de fervents catholiques romains, qui, avec leur fille, Alice, son mari, William Whitmore, et leurs enfants, ont tous attiré l'attention des autorités comme réfractaires sous le règne d'Élisabeth I. [35]

En 1517, et à nouveau en 1518, Cromwell mena une ambassade à Rome pour obtenir du pape Léon X une bulle papale pour le rétablissement des indulgences pour la ville de Boston, Lincolnshire. [36]

En 1520, Cromwell était fermement établi dans les cercles marchands et juridiques de Londres. [5] En 1523, il a obtenu un siège à la Chambre des communes en tant que Bourgeois, bien que la circonscription qu'il représentait n'ait pas été identifiée. [5] Après la dissolution du Parlement, Cromwell a écrit une lettre à un ami, plaisantant sur le manque de productivité de la session :

J'ai entre autres enduré un parlement qui contenait l'espace de xvii trous où nous communiquions de guerre pease Stryffe contencyon debatte murmure rancune Riches pauvret penurye truth falshode Justyce equyte dicayte assassiner Felonye consyli. [conciliation] et aussi comment une communauté riche pourrait être eiffée et a[également] contemplée au sein de notre Realme. Cependant, en conclusion, nous avons fait ce que nos prédécesseurs avaient coutume de faire, c'est-à-dire, nous avons aussi pensé et laissé par où nous avons commencé. [5]

Pendant une courte période en 1523, Cromwell est devenu un conseiller de confiance de Thomas Grey, 2e marquis de Dorset avant, au début de 1524, de devenir membre de la maison du Lord Chancelier Cardinal Wolsey, bien qu'au départ il ait maintenu sa pratique juridique privée cette année-là, il était élu membre de Gray's Inn, une guilde d'avocats. [5] [37] Cromwell a aidé à la dissolution de près de trente monastères pour lever des fonds pour Wolsey pour fonder The King's School, Ipswich (1528) et Cardinal College, à Oxford (1529). [5] En 1529 Wolsey a nommé Cromwell un membre de son conseil, comme l'un de ses conseillers les plus anciens et les plus dignes de confiance. [38] À la fin d'octobre de cette année, cependant, Wolsey était tombé du pouvoir. [5] Cromwell s'était fait des ennemis en aidant Wolsey à supprimer les monastères, mais était déterminé à ne pas tomber avec son maître, comme il l'a dit à George Cavendish, alors Gentleman Usher et plus tard biographe de Wolsey :

J'entends (dieu wyllyng) ceci après rien, quand mon seigneur a décidé de se rendre à Londres et donc à la cour, où je ferai ou marrerai d'autres, ou avant [avant] que je revienne, je me mettrai moi-même dans le prese [presse] pour voir ce qu'un homme est capable d'accuser de ma faute ou de ma faute. [5]

Cavendish reconnaît que les mesures prises par Cromwell pour remédier à la situation consistaient à s'engager dans une défense énergique de Wolsey (« Il ne pouvait rien être dit contre mon seigneur… mais il [Cromwell] y répondrait incontinent[ly] » [39] ), plutôt qu'en se distanciant des actions de son ancien maître, et cette démonstration de « loyauté authentique » n'a fait que rehausser sa réputation, notamment dans l'esprit du roi. [40]

Cromwell a surmonté avec succès l'ombre portée sur sa carrière par la chute de Wolsey. En novembre 1529, il avait obtenu un siège au Parlement en tant que député de Taunton et aurait été en faveur du roi. [5] Au début de cette courte session du Parlement (novembre à décembre 1529) Cromwell s'est impliqué dans la législation pour restreindre le clergé absent de percevoir des allocations de plusieurs paroisses (« agriculture de bureau ») et pour abolir le pouvoir de Rome d'accorder des dispenses pour la pratique . [41] [42] [43]

À un moment donné au cours des dernières semaines de 1530, le roi le nomma au Conseil privé. [5] Cromwell a occupé de nombreux postes au cours de sa carrière au service du roi, notamment :

  • Commissaire aux subventions, Londres 1524, Kent 1534, pour l'impression de la Bible 1539, pour la vente des terres de la couronne 1539, 1540 conjointement avec Sir John Williams 14 avril 1532, ch. 1533-1540
  • Greffier du Hanaper 16 juillet 1532, conjointement avec Ralph Sadler avril 1535-1540 12 avril 1533 - 1540
  • Flûte à bec, Bristol 1533-1540
  • Steward, abbaye de Westminster 12 septembre 1533, conjointement avec Robert Wroth 14 février 1534 - mai 1535
  • Seigneuries d'Edmonton et de Sayesbery, Middlesex mai 1535, de Havering-atte-Bower, Essex décembre 1537 manoir de Writtle, Essex juin 1536, Honneur de Rayleigh, Essex septembre 1539
  • Arpenteur de King's Woods, conjointement avec Sir William Paulet vers 1533 c. avril 1534 – avril 1540 8 octobre 1534 – 10 juillet 1536
  • Constable conjointement avec Richard Williams (alias Cromwell) de Hertford Castle, Hertfordshire 1534-1540, Berkeley Castle, Gloucestershire 1535-d., sole, Leeds Castle, Kent 4 janvier 1539-1540
  • Visiteur général des monastères le 21 janvier 1535
  • Intendant, duché de Lancaster, Essex, Hertfordshire et Middlesex 12 mai 1535 – 1540
  • Manoir de l'intendant de Savoie Mai 1535 – 1540
  • Chancelier, grand intendant et visiteur, Université de Cambridge 1535-1540
  • Commissaire à la paix, Bristol, Kent, Middlesex, Surrey 1535-1540, Essex 1536-1540, Derbyshire, Westmorland 1537-1540, tous les comtés 1538-1540 de Salisbury, mai 1536-1540
  • Receveur des pétitions dans les lords, Parlement de 1536
  • Trèves, Parlement de 1539 , 2 juillet 1536 – 1540 et Vice-gérant du Roi en spirituals, 18 juillet 1536 , 1537–1540
  • Préfet et juge en chef à Eyre, au nord de Trent, 30 décembre 1537 – 1540, 2 novembre 1538 – 1540
  • Grand chambellan, 17 avril 1540

ainsi que de nombreux bureaux mineurs. [28] [44]

Anne Boleyn Modifier

À partir de 1527, Henri VIII avait cherché à faire annuler son mariage avec la reine Catherine d'Aragon, afin qu'il puisse légalement épouser Anne Boleyn. Au centre de la campagne pour obtenir l'annulation se trouvait la doctrine émergente de la suprématie royale sur l'église. À l'automne 1531, Cromwell avait pris le contrôle de la supervision des affaires juridiques et parlementaires du roi, en étroite collaboration avec Thomas Audley, et avait rejoint le cercle restreint du Conseil. Au printemps suivant, il avait commencé à exercer une influence sur les élections à la Chambre des communes. [5]

La troisième session de ce qui est maintenant connu sous le nom de Parlement de la Réforme était prévue pour octobre 1531, mais a été reportée au 15 janvier 1532 en raison de l'indécision du gouvernement quant à la meilleure façon de procéder. Cromwell favorise désormais l'affirmation de la suprématie royale et manipule les Communes en ressuscitant les griefs anticléricaux exprimés plus tôt lors de la session de 1529. Le 18 mars 1532, les Communes adressent une supplication au roi, dénonçant les abus du clergé et le pouvoir de l'ecclésiastique. tribunaux, et décrivant Henri comme « le seul chef, seigneur souverain, protecteur et défenseur » de l'Église. Le clergé capitule devant la menace de représailles parlementaires. Le 14 mai 1532, le Parlement est prorogé. Deux jours plus tard, Sir Thomas More a démissionné de son poste de Lord Chancelier, réalisant que la bataille pour sauver le mariage était perdue. La démission de More du Conseil a représenté un triomphe pour Cromwell et la faction pro-Réforme à la cour. [5]

La gratitude du roi envers Cromwell a été exprimée par l'octroi de la seigneurie du manoir de Romney dans les Marches galloises (récemment confisqué à la famille de l'exécuté Edward Stafford, 3e duc de Buckingham) et la nomination à trois fonctions relativement mineures : Joyaux le 14 avril 1532, greffier du Hanaper le 16 juillet et chancelier de l'Échiquier le 12 avril 1533. [45] Aucun de ces bureaux n'offrait beaucoup de revenus, mais les nominations étaient une indication de faveur royale et donnaient à Cromwell un poste dans trois grandes institutions gouvernementales : la maison royale, la chancellerie et l'Échiquier. [5]

Henri et Anne se sont mariés le 25 janvier 1533, après un mariage secret le 14 novembre 1532 qui, selon les historiens, a eu lieu à Calais. Le 23 mai 1533, l'archevêque nouvellement nommé de Cantorbéry Thomas Cranmer a déclaré le mariage d'Henri et Catherine nul et non avenu cinq jours plus tard, il a déclaré valide le mariage d'Henri et Anne. [46]

Le 26 janvier 1533, Audley est nommé lord chancelier et son remplaçant en tant que président de la Chambre des communes est le vieil ami de Cromwell (et ancien avocat du cardinal Wolsey) Humphrey Wingfield. Cromwell a encore accru son contrôle sur le Parlement par sa gestion des élections partielles : depuis l'été précédent, assisté de Thomas Wriothesley, alors greffier de la Signet, il avait préparé une liste de « bourgeois, chevaliers et citoyens » convenablement disponibles pour le poste parlementaire vacant. des places. [47]

La session parlementaire a commencé le 4 février et Cromwell a présenté un nouveau projet de loi restreignant le droit de faire appel à Rome, réaffirmant la fiction historique de longue date selon laquelle l'Angleterre était un « empire » et donc non soumis à une juridiction externe. [48] ​​Le 30 mars, Cranmer a été consacré archevêque de Cantorbéry et la Convocation a immédiatement déclaré le mariage du roi avec Catherine illégal. Au cours de la première semaine d'avril 1533, le Parlement adopta le projet de loi de Cromwell, en tant que loi sur la restriction des appels, garantissant qu'aucune décision concernant le mariage du roi ne pourrait être contestée à Rome. Le 11 avril, Mgr Cranmer met le roi en demeure que la validité de son mariage avec Catherine fait l'objet d'une audience devant le tribunal ecclésiastique. Le procès a commencé le 10 mai 1533 au prieuré de Dunstable (près de l'endroit où Catherine séjournait au château d'Ampthill) et le 23 mai, l'archevêque a prononcé le verdict du tribunal, déclarant le mariage « nul et invalide… contraire à la loi de Dieu ». Cinq jours plus tard, il déclara le mariage du roi avec Anne légal et le 1er juin, elle fut couronnée reine. [5] [49]

En décembre, le roi a autorisé Cromwell à discréditer la papauté et le pape a été attaqué dans tout le pays dans des sermons et des brochures. En 1534, un nouveau Parlement fut convoqué, toujours sous la supervision de Cromwell, pour promulguer la législation nécessaire pour rompre formellement les liens restants de l'Angleterre avec Rome. Le verdict de l'archevêque Cranmer a pris une forme statutaire comme l'Acte de succession, la Loi sur les dispenses a réitéré la suprématie royale et l'Acte pour la soumission du clergé a incorporé dans la loi la capitulation du clergé en 1532. Le 30 mars 1534, Audley a donné la sanction royale à la législation dans le présence du Roi. [5]

En avril 1534, Henry confirma Cromwell comme son secrétaire principal et ministre en chef, poste qu'il avait occupé pendant un certain temps, sauf en nom. [50] Cromwell a immédiatement pris des mesures pour faire appliquer la législation qui venait d'être adoptée par le Parlement. Avant que les membres des deux chambres ne rentrent chez eux le 30 mars, ils devaient prêter serment d'acceptation de l'acte de succession, et tous les sujets du roi devaient désormais prêter serment sur la légitimité du mariage et, par implication, accepter le nouveaux pouvoirs et la rupture avec Rome. Le 13 avril, le clergé de Londres a accepté le serment. Le même jour, les commissaires l'ont offert à Sir Thomas More et à John Fisher, évêque de Rochester, qui l'ont tous deux refusé. More a été placé en garde à vue le même jour et a été transféré à la Tour de Londres le 17 avril. Fisher l'y rejoint quatre jours plus tard. Le 7 mai, Cromwell mena une députation des commissaires à Fisher et More, pour les persuader d'accepter la loi et de se sauver. Cela a échoué et, en un mois, les deux prisonniers ont été exécutés. [51]

Le 18 avril, une ordonnance a été émise selon laquelle tous les citoyens de Londres devaient prêter serment d'acceptation du serment de succession. Des ordres similaires ont été émis dans tout le pays. Lorsque le Parlement s'est réuni à nouveau en novembre, Cromwell a apporté la révision la plus importante des lois sur la trahison depuis 1352, ce qui en fait une trahison de prononcer des paroles rebelles contre la famille royale, de nier leurs titres ou d'appeler le roi un hérétique, un tyran, un infidèle ou usurpateur. L'Acte de suprématie a également clarifié la position du roi en tant que chef de l'église et l'Acte pour le paiement des premiers fruits et des dixièmes a considérablement augmenté les impôts sur le clergé. Cromwell a également renforcé son propre contrôle sur l'Église. Le 21 janvier 1535, le roi le nomma vice-gérant royal et vicaire général et le chargea d'organiser les visites de toutes les églises, monastères et clergé du pays. À ce titre, Cromwell a mené un recensement en 1535 pour permettre au gouvernement de taxer plus efficacement les biens de l'église. [5]

Une réalisation durable de la vice-gérance de Cromwell fut sa directive à l'automne 1538 que chaque paroisse du pays devrait conserver en toute sécurité un registre de tous les baptêmes, mariages et enterrements. Bien que conçue comme un moyen de débusquer les anabaptistes (réfugiés religieux dissidents des Pays-Bas et d'ailleurs qui ne pratiquaient pas le baptême des enfants), la mesure s'est avérée très bénéfique pour la postérité des historiens anglais. [52]

Chute d'Anne Boleyn Modifier

La session finale du Parlement réformé commença le 4 février 1536. Le 18 mars, une loi pour la suppression des petits monastères, ceux dont le revenu brut était inférieur à 200 £ par an, avait été adoptée par les deux chambres. Cela a provoqué un affrontement avec Anne Boleyn, anciennement l'un des alliés les plus puissants de Cromwell, qui voulait que le produit de la dissolution utilisé à des fins éducatives et caritatives ne soit pas versé dans les coffres du roi. [53]

Anne a demandé à ses aumôniers de prêcher contre le Vice-gérant, et dans un sermon brûlant le dimanche de la Passion, le 2 avril 1536, son aumônier, John Skip, a dénoncé Cromwell et ses collègues conseillers privés devant toute la cour. La diatribe de Skip visait à persuader les courtisans et les conseillers privés de changer les conseils qu'ils avaient donnés au roi et de rejeter la tentation du gain personnel. Skip a été convoqué devant le Concile et accusé de méchanceté, de calomnie, de présomption, de manque de charité, de sédition, de trahison, de désobéissance à l'Évangile, d'attaque « les grands poteaux, piliers et colonnes soutenant et soutenant la république » et invitant à l'anarchie. [54] [55]

Anne, qui avait de nombreux ennemis à la cour, n'avait jamais été populaire auprès du peuple et n'avait jusqu'à présent pas réussi à produire un héritier mâle. Le roi s'impatientait, étant devenu amoureux de la jeune Jane Seymour et encouragé par les ennemis d'Anne, en particulier Sir Nicholas Carew et les Seymour. Dans des circonstances qui ont divisé les historiens, Anne a été accusée d'adultère avec Mark Smeaton, un musicien de la maison royale, Sir Henry Norris, l'époux du roi du tabouret et l'un de ses amis les plus proches, Sir Francis Weston, Sir William Brereton et son frère , George Boleyn, 2e vicomte Rochford. [56] [57] L'ambassadeur impérial, Eustace Chapuys, a écrit à Charles V que :

lui-même [Cromwell] a été autorisé et chargé par le roi de poursuivre et de mettre fin au procès de la maîtresse, ce pour quoi il s'était donné beaucoup de peine. Il se mit à concevoir et à conspirer ladite affaire. [58] [59] [60]

Indépendamment du rôle joué par Cromwell dans la chute d'Anne Boleyn et de son animosité avouée envers elle, la lettre de Chapuys indique que Cromwell a affirmé qu'il agissait avec l'autorité du roi. [61] La plupart des historiens, cependant, sont convaincus que sa chute et son exécution ont été conçues par Cromwell. [62] [63]

La reine et son frère ont été jugés lundi 15 mai, tandis que les quatre autres accusés avec eux ont été condamnés le vendredi précédent. Les hommes ont été exécutés le 17 mai 1536 et, le même jour, Cranmer a déclaré invalide le mariage d'Henry avec Anne, une décision qui a illégitime leur fille, la princesse Elizabeth. Deux jours plus tard, Anne elle-même a été exécutée. Le 30 mai, le roi épousa Jane Seymour. Le 8 juin, un nouveau Parlement a adopté le deuxième acte de succession, garantissant les droits des héritiers de la reine Jane sur le trône. [5]

Baron Cromwell et Lord Privy Seal Modifier

La position de Cromwell était maintenant plus forte que jamais.Il succéda au père d'Anne Boleyn, Thomas Boleyn, 1er comte de Wiltshire, en tant que Lord Privy Seal le 2 juillet 1536, démissionnant de la fonction de Master of the Rolls, qu'il occupait depuis le 8 octobre 1534. Le 8 juillet 1536, il fut élevé à la pairie en tant que baron Cromwell de Wimbledon. [65]

Réforme religieuse Modifier

Cromwell a orchestré la dissolution des monastères et des visites aux universités et collèges en 1535, qui avaient des liens étroits avec l'église. Cela a entraîné la dispersion et la destruction de nombreux livres jugés « papistes » et « superstitieux ». Cela a été décrit comme « facilement le plus grand désastre de l'histoire littéraire anglaise ». L'Université d'Oxford est restée sans collection de bibliothèque jusqu'à la donation de Sir Thomas Bodley en 1602. [66]

En juillet 1536, une première tentative est faite pour clarifier la doctrine religieuse après la rupture avec Rome. L'évêque Edward Foxe a déposé des propositions lors de la convocation, avec le fort soutien de Cromwell et Cranmer, que le roi a ensuite approuvé comme les dix articles et qui ont été imprimés en août 1536. Cromwell a fait circuler des injonctions pour leur application qui allaient au-delà des articles eux-mêmes, provoquant une opposition en septembre. et octobre dans le Lincolnshire, puis dans les six comtés du nord. Ces soulèvements populaires et cléricaux répandus, collectivement connus sous le nom de Pèlerinage de Grâce, ont trouvé un soutien parmi la gentry et même la noblesse. [67]

Les griefs des rebelles étaient de grande envergure, mais le plus important était la suppression des monastères, imputée aux « mauvais conseillers » du roi, principalement Cromwell et Cranmer. L'un des chefs de la rébellion était Thomas Darcy, 1er baron Darcy de Darcy, qui donna à Cromwell l'avertissement prophétique lors de son interrogatoire à la Tour : « … dernier à la même fin que vous voudriez maintenant m'amener.". [68]

La suppression des soulèvements a stimulé de nouvelles mesures de Réforme. En février 1537, Cromwell convoqua un synode vice-gerentiel d'évêques et d'universitaires. Le synode a été coordonné par Cranmer et Foxe, et ils ont préparé un projet de document en juillet : L'institution d'un chrétien, plus communément appelé le Livre des évêques. [70] En octobre, il était en circulation, bien que le roi ne lui ait pas encore donné son plein assentiment. Cependant, le succès de Cromwell dans la politique de l'Église fut contrebalancé par le fait que son influence politique avait été affaiblie par l'émergence d'un Conseil privé, un corps de nobles et de fonctionnaires qui se sont d'abord réunis pour supprimer le pèlerinage de la grâce. Le roi confirme son soutien à Cromwell en le nommant à l'Ordre de la Jarretière le 5 août 1537, mais Cromwell est néanmoins contraint d'accepter l'existence d'un organe exécutif dominé par ses adversaires conservateurs. [5]

En janvier 1538, Cromwell a mené une vaste campagne contre ce que les opposants à l'ancienne religion appelaient « l'idolâtrie » : des statues, des jubés et des images ont été attaqués, culminant en septembre avec le démantèlement du sanctuaire de Saint Thomas Becket à Cantorbéry. Début septembre, Cromwell a également achevé une nouvelle série d'injonctions vice-gérentielles déclarant la guerre ouverte aux « pèlerinages, aux reliques ou images feintes, ou à toute superstition de ce type » et ordonnant qu'« un livre de toute la Bible en anglais » soit mis en place dans chaque église. De plus, à la suite de la reddition « volontaire » des petits monastères restants au cours de l'année précédente, les plus grands monastères étaient désormais également « invités » à se rendre tout au long de 1538, un processus légitimé lors de la session parlementaire de 1539 et achevé l'année suivante. [5]

Résistance à la poursuite de la réforme religieuse Modifier

Le roi devenait de plus en plus mécontent de l'ampleur des changements religieux, et la faction conservatrice gagnait en force à la cour. Cromwell a pris l'initiative contre ses ennemis. Il a emprisonné le marquis d'Exeter, Sir Edward Neville et Sir Nicholas Carew pour trahison en novembre 1538 (la « conspiration d'Exeter »), en utilisant des preuves acquises de Sir Geoffrey Pole lors d'un interrogatoire dans la tour. Sir Geoffrey, « brisé d'esprit », a été gracié mais les autres ont été exécutés. [71]

Le 17 décembre 1538, l'Inquisiteur général de France interdit l'impression de la Grande Bible de Miles Coverdale. Ensuite, Cromwell a persuadé le roi de France de publier les livres inachevés afin que l'impression puisse continuer en Angleterre. La première édition fut finalement disponible en avril 1539. La publication de la Grande Bible fut l'une des principales réalisations de Cromwell, étant la première version faisant autorité en anglais. [5]

Le roi, cependant, a continué à résister à d'autres mesures de la Réforme. Une commission parlementaire a été créée pour examiner la doctrine et le duc de Norfolk a présenté six questions le 16 mai 1539 à l'examen de la Chambre, qui ont été dûment adoptées en tant qu'acte des six articles peu de temps avant la fin de la session le 28 juin. Les six articles ont réaffirmé une vision traditionnelle de la messe, des sacrements et du sacerdoce. [5]

Anne de Clèves Modifier

La reine Jane était décédée en 1537, moins de deux semaines après la naissance de son unique enfant, le futur Edouard VI. Au début d'octobre 1539, le roi accepta finalement la suggestion de Cromwell d'épouser Anne de Clèves, la sœur du duc Guillaume de Clèves, en partie sur la base d'un portrait que Hans Holbein avait peint d'elle. Le 27 décembre, Anne de Clèves arrive à Douvres. Le jour de l'an 1540, le roi la rencontra à Rochester et fut immédiatement repoussé par elle physiquement : "Je ne l'aime pas !". La cérémonie de mariage a eu lieu le 6 janvier à Greenwich, mais le mariage n'a pas été consommé. Henry a dit qu'il lui était impossible d'avoir des relations conjugales avec une femme qu'il trouvait si peu attrayante. [72]

Comte d'Essex Modifier

Le 18 avril 1540, Henry accorda à Cromwell le titre de comte d'Essex et la charge principale de la Cour de Lord Great Chamberlain. [5] Malgré ces signes de faveur royale, le mandat de Cromwell en tant que ministre en chef du roi touchait à sa fin. La colère du roi d'avoir été contraint d'épouser Anne de Clèves était l'opportunité qu'espéraient les opposants conservateurs de Cromwell, notamment le duc de Norfolk. [73]

Chute et exécution Modifier

En 1536, Cromwell s'était révélé être un survivant politique agile. Cependant, le glissement progressif vers le protestantisme à la maison et le mariage malheureux du roi avec Anne de Clèves, que Cromwell a conçu en janvier 1540, se sont avérés coûteux. Certains historiens pensent que Hans Holbein le Jeune était en partie responsable de la chute de Cromwell car il avait fourni un portrait très flatteur d'Anne qui a peut-être trompé le roi. La peinture de 65 cm × 48 cm (26 po × 19 po) est maintenant exposée au Louvre à Paris. Quand Henry l'a finalement rencontrée, le roi aurait été choqué par son apparence simple. [74] Cromwell avait transmis à Henry quelques affirmations exagérées de la beauté d'Anne. [75] [76]

Initialement, Cromwell était l'un des deux seuls courtisans avec qui le roi a confié qu'il n'avait pas pu consommer l'union (l'autre était Lord High Admiral Southampton, qui avait conduit Anne de Calais). Lorsque l'humiliation d'Henry est devenue notoire, Southampton (ou peut-être Edmund Bonner, évêque de Londres) s'est assuré que Cromwell était blâmé pour l'indiscrétion. Les deux hommes étaient d'anciens amis de Cromwell et leur déloyauté intéressée indiquait que la position du ministre était déjà connue pour s'affaiblir. [77] [78]

Une alliance franco-impériale de longue date (contrairement aux intérêts de l'Angleterre) ne s'était pas concrétisée : Cromwell avait fait envoyer le duc de Norfolk à la cour du roi de France François Ier pour offrir le soutien d'Henri dans son différend non résolu avec l'empereur Charles V , et la mission avait été accueillie favorablement. Cela a changé l'équilibre des pouvoirs en faveur de l'Angleterre et a démontré que la politique étrangère antérieure de Cromwell consistant à courtiser le soutien du duché de Clèves avait inutilement causé les difficultés conjugales de son roi. [79]

Au début de 1540, les ennemis aristocratiques et conservateurs de Cromwell, dirigés par le duc de Norfolk et soutenus par Stephen Gardiner, évêque de Winchester (surnommé « Wily Winchester » par l'historien polémique John Foxe pour ses conseils malicieux au roi) [80] décidèrent que le déclin du pays vers le « radicalisme doctrinal » dans la religion, tel qu'exprimé dans une série de débats parlementaires tenus tout au long de ce printemps, était allé trop loin. Ils virent en Catherine Howard, la nièce de Norfolk, « considérée sur le chemin du roi par ce pander, son oncle de Norfolk », une opportunité de déplacer leur ennemi. [81] Les rendez-vous de Catherine avec le roi ont été ouvertement facilités par le duc et l'évêque et alors qu'elle « avançait à grands pas… vers le trône », les deux conspirateurs se sont retrouvés une fois de plus au pouvoir politique. [82] [83] Cela aurait été une simple affaire pour Cromwell d'arranger une annulation du mariage d'Henry avec la docile Anne, mais cela l'aurait mis en plus grand danger car cela ouvrirait la voie à Catherine pour épouser le roi. 81 ) par le parlement. [84]

Cromwell a été arrêté lors d'une réunion du Conseil le 10 juin 1540 et accusé de diverses charges. Ses ennemis profitent de toutes les occasions pour l'humilier : ils lui arrachent même son Ordre de la Jarretière, faisant remarquer qu'« un traître ne doit pas le porter ». Sa réaction initiale a été le défi : « C'est donc ma récompense pour un service fidèle ! cria-t-il et défia avec colère ses collègues conseillers de le traiter de traître. Il a été emprisonné dans la Tour. Un Bill of Attainder contenant une longue liste d'actes d'accusation, notamment le soutien aux anabaptistes, les pratiques de corruption, la clémence en matière de justice, l'action à des fins personnelles, la protection des protestants accusés d'hérésie et donc le non-respect de l'Acte des six articles et le complot pour épouser le roi La fille d'Henry, Mary, a été présentée à la Chambre des Lords une semaine plus tard. Elle a été augmentée d'une autre accusation de sacramentarisme, pour laquelle les Six Articles n'autorisaient que la peine de mort, deux jours plus tard. [85] [86] Il passa le 29 juin 1540. [5] [87]

Tous les honneurs de Cromwell ont été perdus et il a été publiquement proclamé qu'il ne pouvait être appelé que « Thomas Cromwell, cardeur de tissu ». [88] Le roi a différé l'exécution jusqu'à ce que son mariage avec Anne de Clèves puisse être annulé : Anne, avec un bon sens remarquable, a accepté avec joie une annulation à l'amiable et a été traitée avec une grande générosité par Henri en conséquence. Espérant la clémence, Cromwell a écrit à l'appui de l'annulation, dans sa dernière adresse personnelle au roi. [89] Il a terminé la lettre: "Prince très miséricordieux, je crie miséricorde, miséricorde, miséricorde." [36]

Cromwell est condamné à mort sans procès, perd tous ses titres et biens et est décapité publiquement à Tower Hill le 28 juillet 1540, le même jour que le mariage du roi avec Catherine Howard. [90] Cromwell a fait une prière et un discours sur l'échafaud, professant mourir, "dans la foi traditionnelle" [catholique] et niant avoir aidé des hérétiques. C'était un désaveu nécessaire, pour protéger sa famille. [91] [92] Les circonstances de son exécution sont source de débat : alors que certains récits affirment que le bourreau a eu beaucoup de mal à trancher la tête, [93] [94] d'autres prétendent que c'est apocryphe et qu'il n'a fallu qu'un seul coup . [95] Par la suite, sa tête a été posée sur une pointe sur le pont de Londres. [5]

Hall a dit de la chute de Cromwell,

Beaucoup se lamentèrent mais se réjouirent plus, et spécialement ceux qui avaient été soit des hommes religieux, soit des personnes religieuses favorisées car ils festoyèrent et triomphèrent ensemble cette nuit-là, beaucoup souhaitant que ce jour ait été sept ans auparavant et certains craignant qu'il ne s'échappe, bien qu'il emprisonné, ne pouvait pas être joyeux. D'autres qui ne connaissaient rien d'autre que la vérité par lui le déploraient et priaient chaleureusement pour lui. Mais c'est vrai que de certains membres du clergé, il était détestablement détesté, & spécialement de ceux qui avaient supporté swynge [battu dur], et par ses moyens a été mis de côté car en fait il était un homme qui dans toutes ses actions ne semblait pas favoriser toute sorte de papisme, ni ne pouvait supporter l'orgueil reniflant de certains prélats, qui sans aucun doute, quelle que soit la cause de sa mort, a abrégé sa vie et lui a procuré la fin à laquelle il a été amené. [96]

Henry en vint à regretter le meurtre de Cromwell et accusa plus tard ses ministres d'avoir provoqué la chute de Cromwell par des « prétextes » et des « fausses accusations ». [92] Le 3 mars 1541, l'ambassadeur de France, Charles de Marillac, rapporta dans une lettre que le roi se lamenterait maintenant que,

sous prétexte de quelques offenses légères qu'il avait commises, ils avaient porté contre lui plusieurs accusations, sur la base desquelles il avait mis à mort le plus fidèle serviteur qu'il eût jamais eu. [97]


Un essayiste victorien, Arthur Galton, cite un « écrivain contemporain » (selon les mots de Galton) disant que deux bourreaux « coupaient le cou et la tête de Lord Cromwell pendant près d'une demi-heure » (Galton a ces mots entre guillemets).

Galton ne nomme pas l'écrivain ni ne donne aucune référence de source ni n'explique pourquoi un deuxième bourreau était présent. L'essai de Galton, d'ailleurs, est une étude très superficielle de son sujet et il est un peu en mer à cause de la chute de Cromwell. Cromwell, dit-il, « mourut en professant l'anglo-catholicisme que sa propre politique avait tant fait pour restaurer », ce qui est plutôt idiot. Il se trompe également au sujet des autres prisonniers protestants de Cromwell « qui avaient été pris dans les mailles des Six Articles » et plus tard brûlés : des six articles de 1539.

Les rapports contemporains survivants, en fait, racontent une histoire très différente. La Chronique de Thomas Wriothesley, qui a bien connu Cromwell, dit simplement qu'il a été décapité. De même Charles de Marillac, l'ambassadeur de France, qui avait suivi de très près les événements ayant conduit à l'arrestation de Cromwell et envoyé des rapports détaillés à la France. Marillac ajoute que Cromwell a été épargné d'une mort pire (cela signifie qu'il n'a pas été pendu, tiré et écartelé). Richard Hilles, un marchand londonien qui connaissait aussi Cromwell, dit à peu près la même chose. L'ambassadeur de Venise, qui n'aimait pas Cromwell, ajoute que sa fin était meilleure qu'il ne le méritait, ce qui n'a pas l'air d'avoir été angoissé. Un chroniqueur londonien dit que la tête (apparemment intacte) a été installée sur le pont de Londres, mais si deux hommes l'avaient taillée à la hache pendant une demi-heure, il n'y aurait plus eu de tête à mettre nulle part.

Passant à l'ère élisabéthaine, John Foxe le martyrologue n'était pas dégoûté - il raconte graphiquement la torture prolongée sur le bûcher de John Lambert sous le règne d'Henry et de Nicholas Ridley sous Mary's, il n'y a donc aucune raison pour qu'il ait gardé le silence si quelque chose hideux était arrivé à Cromwell. Mais Foxe ne sait rien du témoignage de Galton.

Peu de temps après Foxe, un récit très inventif du règne d'Henri a été composé par un auteur espagnol inconnu, communément appelé la Chronique espagnole. Ici, Mark Smeaton est torturé avec une corde nouée attachée autour de sa tête pour lui faire avouer que lui et Anne Boleyn étaient amants. Malheureusement pour ceux qui font confiance à ce genre de chose, cependant, la chronique a également Cromwell (décédé en 1540) enquêtant sur des accusations d'adultère contre Catherine Howard (qui n'ont été révélées que l'année suivante). Puis, après le décès de Catherine, les préparatifs commencent pour le mariage d'Henry avec Anne de Clèves. (Ce n'est pas une faute d'impression : cet écrivain fait vraiment la quatrième épouse de Catherine Howard Henry et Anne de Clèves la cinquième.) Plus tard, après la rencontre malheureuse d'Anne avec Henry, Cromwell se lève un soir à un dîner et dit à tout le monde qu'il va se faire roi, pour lequel il est arrêté. L'un de ceux à ce dîner est le marquis d'Exeter (décédé en 1538).

Pas de surprise donc de trouver du nouveau dans la chronique quand on arrive à la chute de Cromwell. Ici, Cromwell demande aux bourreaux : " Priez, si possible, coupez la tête d'un seul coup, afin que je ne souffre pas beaucoup. " Mais même la chronique dit que Cromwell est mort " d'un seul coup de hache ".

L'historien élisabéthain Raphael Holinshed suit Hall et Foxe pour la plupart, bien qu'ici le bourreau soit « de mauvaise grâce » [sic] a rempli l'office. Mais John Stow (1600) a une autre variante - il dit que Cromwell "a patiemment subi les coups [pluriel] de la hache par les mains de celui qui a défavorablement [sic] a rempli son office ». Le pluriel pourrait suggérer qu'un secret jusque-là désagréable est lentement révélé. Il pourrait cependant s'agir d'une simple faute d'impression ou d'une erreur de transcription, car Andrew Willet, écrivant à peu près à la même époque (1603), insiste sur le fait que la fin de Cromwell n'était «ni malheureuse ni misérable».

Cromwell a également fait l'objet d'une pièce de théâtre ou d'un intermède, joué par ceux de la maison royale sous le règne du roi Jacques. L'auteur ne nous est connu que par ses initiales - « W.S. » Lorsque sa dernière heure arrive, Cromwell fait ses adieux à ses amis et à ceux qui l'entourent, y compris Stephen Gardiner, son principal ennemi. Le bourreau implore son pardon, qui lui est librement accordé. Cromwell et le bourreau quittent la scène et des amis se parlent tristement. Puis, arrive un homme avec la tête de Cromwell. Puis Ralph Sadler arrive en hâte avec un sursis du roi, mais il est trop tard. Tout cela est très distingué et n'est évidemment pas destiné à être factuel. Néanmoins, il n'y a aucun signe d'une mauvaise fin.

Au milieu du XVIIe siècle, un autre écrivain espagnol, Rodrigo Mendes Silva, suit la Chronique espagnole, bien que cela semble encore largement ignoré en Angleterre. Lorsque le signe a été donné, écrit Gilbert Burnet, « le bourreau lui a coupé la tête de manière très barbare » – une pensée similaire à la précédente « mauvaise faveur ».

Puis, en 1695, un écrivain identifié dans les archives uniquement comme « R.B. », bien que mieux informé sur Cromwell que Galton, dit que la tête a été « coupée en trois ou quatre coups par la main d'un bourreau malhabile et boucher ». Cela se lit comme une meilleure supposition pour interpréter le «mal» de Hall. Mais il n'y a toujours qu'un bourreau, et au pire trois ou quatre coups, ce qui prendrait moins de trente secondes, pas une demi-heure. Jusqu'à la fin du XVIIe siècle, il semble que personne ne connaissait la source de Galton.

Les Victoriens n'y pensaient pas beaucoup non plus. Aucune mention n'en est faite dans trois ouvrages historiques majeurs de son temps : Histoire de l'Angleterre, Vol. 3, 1893 Merriman's Vie et lettres de Thomas Cromwell, 1902 et Pollard Henri VIII, 1905.Merriman, aucun ami de Cromwell, énumère Galton dans sa bibliographie mais l'ignore dans la section sur la chute de Cromwell.

Peut-être que la source de Galton apparaîtra un jour, quelque part. Peut-être, cependant, n'est-ce qu'une fiction, comme le pensaient apparemment Froude, Merriman et Pollard. Hall dit que les ennemis de Cromwell se sont réjouis de son malheur, et certains en ont inventé des récits. Moins d'un mois après l'événement, le principal allié luthérien de Cromwell, Philip Melanchthon, apprit qu'il avait été étranglé, écartelé et brûlé.

Mais rien de tout cela n'explique de manière adéquate le "mal" de Hall. Froude suggère que la mort de Cromwell « semble avoir été inutilement douloureuse à cause de la maladresse du bourreau ». Il est possible que l'exécution ne se soit pas déroulée aussi chirurgicalement qu'elle aurait dû le faire, mais il est plus probable que Froude et d'autres aient deviné et se soient trompés de piste, comme le montreront quelques citations de contemporains de Hall.

Une traduction anglaise en 1533 du Enchiridion par Erasmus, l'érudit humaniste néerlandais, a réprouvé les « mauvaises manières », ce qui signifie une mauvaise conduite immorale, et non de la maladresse ou de l'inefficacité. " Mets-toi devant tes yeux ", prévient-il, " combien il est mal, " entre autres, de " te soumettre à une putain de prostituée ". Et ‘si l’honneur est rendu à l’homme pour un homme malhonnête et malhonnête [sic] chose … ce n'est pas de l'honneur mais une grande malhonnêteté ». Puis dans une autre traduction, celle-ci des Paraphrases d'Erasme, la fille d'Hérode dansait « mal » (c'est-à-dire de manière séduisante, immorale), et Jésus était « mal traité et honteusement traité » au Calvaire (cela fait référence aux moqueries et aux moqueries, pas à l'exécution elle-même). Dans un commentaire anonyme de la parabole du festin des noces au chapitre 22 de l'Évangile selon saint Matthieu, ceux qui refusent l'invitation du roi au festin sont « méchants ». « Les petits péchés, avertit l'évêque Fisher, déforment nos âmes et les rendent malsaines. » « Les bonnes choses mal utilisées ne sont pas bonnes », déclare Roger Ascham, tuteur du prince Edward et de la princesse Elizabeth.

D'autres exemples pourraient être donnés où, à l'époque de Hall, mal ne signifiait pas inepte ou inefficace, mais bassement, honteusement, mal au sens moral. C'est peut-être la raison pour laquelle Holinshed a plutôt « mal favoreblie » : le sens est le même (voir ci-dessus).

Il nous est peut-être difficile d'imaginer une décapitation publique « bonne » ou « favorable », mais les Tudor étaient plus habitués que nous à ce genre de chose. Aussi étrange que cela puisse paraître de nos jours, il y avait des civilités d'échafaudage qui devaient être observées. Le bourreau s'agenouillait et demandait pardon au condamné, qui l'accordait volontiers, avec un sourire, un mot gentil et peut-être un cadeau. Il n'y avait pas besoin de méchanceté entre les deux. L'un n'était pas seulement l'instrument du jugement, il envoyait aussi l'autre hors de cette vie troublée vers un monde meilleur (il l'espérait).

Je suppose donc qu'il n'y a eu qu'un seul coup de hache, mais ce bourreau s'est comporté avec méchanceté d'une manière que Hall ne décrit pas en détail. Hall l'appelle un " avare ", ce qui désignait autrefois un personnage méprisable, pas quelqu'un qui amasse de l'argent. Peut-être Cromwell a-t-il été malmené, ou peut-être y a-t-il eu une grossière bagarre avant ou après que l'acte ait été commis. D'autres, comme Hilles et Foxe, ne savaient pas ce qui avait offensé Hall, ou s'ils le savaient, ils pensaient que cela ne méritait pas d'être mentionné. De cette façon, "mal" peut être harmonisé avec les témoignages de témoins fiables selon lesquels la fin de Cromwell a été heureusement rapide.

Le matin du 28 juillet 1540, selon Foxe, Cromwell demanda son petit-déjeuner et, après avoir « gaiement mangé la même chose », il se dirigea vers l'échafaudage. En chemin, il a rencontré Lord Hungerford – condamné à mort pour de graves délits sexuels, dont l'inceste avec sa fille – ayant l'air "lourd et lugubre". Cromwell, toujours joyeux, lui enjoignit de reprendre courage et de ne pas craindre. « Car si vous vous repentez et que vous regrettez de tout votre cœur ce que vous avez fait, il y a pour vous assez de miséricorde envers le Seigneur, qui, à cause de Christ, vous pardonnera et donc ne vous effrayez pas. Et bien que le petit déjeuner que nous allons être fort, mais confiant à la miséricorde du Seigneur, nous aurons un joyeux dîner.

Espérons qu'il a apprécié son dîner. Et qu'Henry l'a rejoint peu de temps après. Il est agréable de penser à eux réunis dans les royaumes d'en haut. De même Henry et ses six femmes enfin heureux ensemble, sans procès de divorce ni crises de conscience à craindre et Elizabeth et d'autres favoris de Tudor, tous de parfaits amis à la même table conviviale, riant bien des histoires que nous racontons encore. eux.


Olivier Cromwell 1599 – 1658

Père – Robert Cromwell
Mère – Elizabeth Steward
Conjoint – Elizabeth Bourchier
Enfants – Robert, Oliver, Bridget, Richard, Henry, Elizabeth, James, Mary, Frances
Lord Protecteur d'Angleterre et d'Écosse – 1649 – 1658
Prédécesseur – Roi Charles Ier – 1625 – 1649
Successeur - Interrègne - Richard Cromwell Lord Protector - 1658 - 1660

Publié le 22 août 2018 à 9h35 – Mis à jour – le 24 mars 2020 à 20h39

Référence de Harvard pour cette page : :

Heather Y Wheeler. (2018 – 2020). Oliver Cromwell 1599 – 1658. Disponible : https://www.totallytimelines.com/oliver-cromwell-1599-1658. Dernière consultation le 16 juin 2021


Facebook

# OnThisDay en 1536, Anne Boleyn a été décapitée à la Tour de Londres. Après un bref adieu à ses dames en pleurs et une demande de prières, elle s'est agenouillée et l'une de ses dames a noué un bandeau sur ses yeux. Elle aurait environ 35 ans.

Elle a été condamnée à mort pour adultère, inceste et trahison. La plupart des accusations portées contre elle résultaient d'aveux fabriqués ou forcés de la part d'"amoureux". Le biographe d'Anne, Eric Ives, pense que ce complot a été conçu par son ancien allié Thomas Cromwell.

Dans sa dernière lettre envoyée au roi Henri VIII le 6 mai, elle l'a signée avec "Votre épouse la plus fidèle et la plus fidèle".


Thomas Cromwell et le gouvernement

Thomas Cromwell, ministre en chef d'Henri VIII de 1533 à 1540, a acquis la réputation d'être un homme politique impitoyable qui ne recule devant rien pour réussir. Certains historiens d'autrefois ont décrit Thomas Cromwell comme un homme désagréable qui, en 1540, a obtenu sa juste récompense : l'exécution.

Cependant, ces dernières années, en grande partie à la suite de recherches approfondies menées par Sir Geoffrey Elton, un nouveau point de vue a émergé - que Thomas Cromwell était un homme politique très compétent qui a amené ce qu'on a appelé une «révolution» au sein du gouvernement. Elton a soutenu que Cromwell a introduit une série de réformes au niveau du gouvernement qui ont fait passer le gouvernement Tudor d'une pratique médiévale, qu'un homme comme le cardinal Wolsey pourrait exploiter, à une forme de gouvernement moderne. Elton croyait que le travail de Thomas Cromwell en ce qui concerne la réforme du gouvernement était dans les trois premiers tournants majeurs de la politique anglaise. Elton était très clair sur les spécificités du gouvernement médiéval - une administration financière basée sur la chambre du roi l'utilisation étendue du sceau du roi l'utilisation de conseillers individuels par opposition à un conseil. Une forme moderne de gouvernement était basée sur une bureaucratie composée de personnes compétentes qui travaillaient selon une série de règles et de procédures. Des départements ont été créés pour traiter les spécificités associées à ce département et uniquement ces spécificités. Cromwell croyait que si ce système fonctionnait bien, il mettrait fin à la domination d'une personne, car aucune personne ne serait capable de contrôler une bureaucratie correctement gérée, régie par des procédures et des règles. Elton croyait que Thomas Cromwell avait introduit une forme moderne de gouvernement basée sur ce qui précède.

Cromwell a été crédité de deux réformes d'une importance majeure. Alors que dans le passé, des individus qui n'étaient jamais systématiquement audités et liés par des procédures recevaient les revenus du roi, Cromwell a introduit un modèle bureaucratique. Dans le modèle Thomas Cromwell, les ministères recevaient de l'argent de sources pré-spécifiées - il n'y avait pas de chevauchement - et versaient de l'argent pour des raisons qui devaient être sanctionnées en premier. Chaque département a été rigoureusement audité. Ils étaient dirigés de la même manière que le duché de Lancaster. Cela avait été mis en place pour administrer les terres et les droits qui étaient venus à la couronne de la maison de Lancastre. Les deux départements les plus connus (la Cour des Augmentations et la Cour des Prémices et des Dixièmes) ont été créés pour veiller sur les revenus d'Henri provenant de l'Église suite à la dissolution des monastères. Parce qu'ils avaient un statut juridique pour trancher les différends, ils ont reçu le titre de «tribunal».

La deuxième grande réforme introduite par Cromwell était le Conseil privé. Auparavant, il existait un conseil composé d'une centaine d'hommes pour conseiller le roi. Cependant, très peu d'entre eux y ont participé et le système s'est généralement retrouvé avec un homme fort dominant, comme Wolsey. Le Conseil privé était composé de vingt hommes qui ont été spécifiquement choisis pour avoir la responsabilité de la gestion quotidienne du gouvernement. La capacité de ces hommes et l'exclusivité du Conseil privé signifiaient qu'en théorie, aucun individu ne pouvait le dominer, car les hommes du Conseil auraient dû être plus que capables de « tenir leur place ».

Elton croyait que ces réformes ont balayé l'ancien système de gouvernement médiéval et ont introduit un système qui a survécu avec peu de changements pendant encore 300 ans. Ceux qui étaient au gouvernement après Cromwell étaient censés être des hommes capables dont la seule intention était de faire de leur mieux pour le gouvernement - par opposition à leur propre progrès.


Sources primaires

(1) James Oliphant, Une histoire de l'Angleterre (1920)

Wolsey était devenu très impopulaire. avec la noblesse. et le roi était prêt à le sacrifier pour sauver son propre prestige, qui avait souffert de son traitement impitoyable de la reine.

(2) David Loades, Les six femmes d'Henri VIII (2007)

Il était typique du roi qu'il n'accepterait jamais la responsabilité de quoi que ce soit qui semblait aller mal, et quelqu'un (probablement Gardiner) réussit à le convaincre que Cromwell était responsable des querelles inconvenantes qui perturbaient son Église. Très soudainement, tout ce qui avait mal tourné, y compris le mariage de Clèves, est devenu la faute de Cromwell, et la sienne seule

(3) Alison Plowden, Femmes Tudor (2002)

Henry avait envoyé Anne de Clèves à Richmond à la mi-juin, "pour en faire davantage pour sa santé, son plein air et son plaisir", bien qu'il restât lui-même à chercher son plaisir dans la capitale, rendant fréquemment visite à Maîtresse Katherine Howard chez elle. maison de grand-mère à Lambeth. La reine n'aurait bien sûr pas compris toutes les ramifications de la lutte pour le pouvoir actuellement en cours à la Cour (elles restent plus qu'un peu obscures à ce jour), mais elle a certainement été alarmée par l'arrestation soudaine de Thomas Cromwell sur une accusation de haute trahison, qui a eu lieu quelques jours avant son propre bannissement. Cromwell avait été l'architecte en chef du mariage de Clèves, et Anne le considérait naturellement comme un ami et un mentor. Il est difficile de dire si elle avait vraiment peur de le rejoindre bientôt à la Tour, mais dans les circonstances, on ne pouvait guère lui reprocher de se sentir nerveuse pour son avenir. Selon un récit, elle est tombée au sol dans un évanouissement mort lorsqu'une délégation dirigée par le duc de Suffolk est arrivée à Richmond, croyant être venue l'arrêter. Ses visiteurs, cependant, la rassurent rapidement. Ils avaient, au contraire, reçu instruction de lui offrir ce que Henri considérait comme des conditions généreuses en échange de sa liberté : un revenu de cinq cents livres par an, l'usage de deux résidences royales, avec un établissement adéquat, plus la position du roi sœur adoptive avec préséance sur toutes les autres dames du pays, à l'exception de la prochaine reine et des princesses.

(4) Roger Lockyer, Tudor et Stuart Bretagne (1985)

En 1540, la menace d'invasion avait reculé, mais les conservateurs maintinrent leur pression sur le roi, insistant sur le fait que Cromwell était un sacramentaire secret, déterminé à détruire l'Église qu'Henri avait créée en Angleterre. Henry était par nature méfiant, et l'âge ne l'avait pas adouci. De plus, sa passion pour Catherine Howard l'encourageait à croire ce que lui disaient les conservateurs. Il se décida avec une soudaineté typique, et le 10 juin 1540, Cromwell fut arrêté. Un projet de loi d'atteinte a été poussé par le Parlement, le condamnant comme un hérétique et un traître. Les accusations étaient minces, mais Cromwell n'a pu faire aucune réfutation efficace, car, comme il l'a dit à Henry dans l'une des nombreuses lettres dans lesquelles il implorait la clémence, "Je me suis mêlé de tant d'affaires sous Votre Altesse que je ne suis pas en mesure de répondre eux tous". Il a été maintenu en vie pendant six semaines afin qu'il puisse témoigner dans l'action en divorce entre Henri et Anne de Clèves, puis, le 28 juillet, a été conduit à l'échafaud.

(5) Jean Guy, Tudor Angleterre (1986)

Thomas Cromwell était un self-made man - un homme d'action et non un intellectuel de formation universitaire comme More, Cranmer ou Reginald Pole. Pourtant, la distinction ne doit pas être exagérée, car en Italie, il a découvert de larges intérêts intellectuels. Il lisait l'histoire aussi bien que le droit, parlait couramment l'italien et un français acceptable, et écrivait le latin et un peu de grec. Plus tard, il a parrainé des écrivains et a commandé des peintures à Hans Holbein le Jeune. Il avait une certaine maîtrise de la rhétorique et (comme Wolsey) était un orateur naturel. Il a fait un adversaire redoutable dans le débat, assez pointu pour vaincre More, John Fisher et Stephen Gardiner dans des combats verbaux. Mais ses manières étaient généralement détendues et toujours engageantes. En parlant, son visage s'illuminait, sa conversation étincelait et il jetait des regards obliques malicieux lorsqu'il lançait des aphorismes. Surtout, son talent pour la gestion des hommes et des institutions était instinctif. John Foxe se souvenait de lui comme « enceinte d'esprit ». dans le jugement discret, dans la langue éloquente, dans le service fidèle, dans l'estomac courageux, dans sa plume active'. Travailleur prodigieux doté d'une mémoire puissante et exacte, Cromwell avait une vision arrondie, était déterminé intérieurement mais extérieurement courtois. Foxe a affirmé que, se rendant à Rome en 1516-18 pour affaires pour la Guilde de St Mary, Boston (Lincs.), Cromwell avait appris le Nouveau Testament par cœur dans la version d'Erasme, un exercice qui a apparemment jeté les bases d'une compréhension permanente. En effet, cette histoire sonne vrai : les hommes disaient à la Renaissance qu'ils avaient leurs meilleures idées à cheval.

Bien sûr, malgré toute son aisance, son accessibilité et sa capacité d'amitié, Cromwell avait un avantage dangereux. C'était un politicien qui faisait avancer les choses. Une certaine cruauté était le corollaire de sa détermination, comme l'indiquait son rôle dans le putsch de 1536. D'un autre côté, l'accusation de Pole selon laquelle dès 1528 Cromwell était un « machiavélique » qui soutenait que l'art du politicien était de permettre aux rois de satisfaire leurs convoitises sans offenser la moralité publique ou la religion était malveillante.

(6) David Loades, Thomas Cromwell (2013)

Thomas Cromwell n'était pas luthérien. Il était d'accord avec Luther sur la nécessité des écritures vernaculaires, mais restait ambivalent sur la doctrine luthérienne centrale de la justification par la foi seule. La meilleure description générale de ses croyances est qu'elles étaient érasmiennes ou évangéliques, ou bien du "nouveau savoir". Cela le mettait régulièrement en désaccord avec des évêques conservateurs tels que Stokesley et Gardiner, qui considéraient la suprématie en termes de défense de la foi catholique telle qu'ils la connaissaient et n'avaient pas le temps pour les innovations.

Cromwell protégeait régulièrement des prédicateurs évangéliques tels que Hugh Latimer, et pressait Henry, discrètement mais avec persistance, d'accepter une traduction anglaise de la Bible. Il a également surveillé l'application de l'Acte de suprématie et mis en place les commissions requises pour faire prêter les serments requis par l'Acte de succession. La confiance du roi dans le jugement de son secrétaire en matière religieuse fut démontrée en janvier 1535, lorsqu'il le créa vice-régent des spirituels dans le but d'effectuer une visite générale de l'Église.

Cromwell, en tant que vice-régent, a systématiquement autorisé les prédicateurs évangéliques à répandre la parole de la réforme, mais ceux-ci ont été régulièrement contestés par des conservateurs titulaires de licences épiscopales, avec pour résultat qu'il y avait de la confusion et pas peu de conflits.

(7) Alison Weir, Les six femmes d'Henri VIII (2007) page 220

C'était Thomas Cromwell qui avait finalement convaincu le roi des avantages de séparer l'Église d'Angleterre de Rome. La promotion de Cromwell au service du roi par rapport à celle de Wolsey avait été arrangée en 1521 par le cardinal, alors que Cromwell avait trente-cinq ans. Fils d'un forgeron, un taureau trapu d'un homme aux cheveux noirs et aux petits yeux porcins, Cromwell avait mené une jeunesse quelque peu peu recommandable, et avait été soldat en tant que mercenaire en Italie, où il avait peut-être appris à admirer le machiavélique idéal d'opportunité politique. À son retour en Angleterre en 1513, il s'était mis au droit et, à ce titre, avait attiré l'attention du cardinal, au service duquel il avait été recruté l'année suivante. À une grande intelligence et capacité, Cromwell a ajouté un manque total de scrupules, bien qu'il ait toujours professé être un fervent chrétien. C'est cette facette de sa personnalité peu attirante qui le rendra à terme indispensable au Roi. Sans scrupules et efficace, son réseau d'espionnage, institué après sa montée en grâce suite à la disgrâce de Wolsey, allait devenir un modèle pour les futurs gouvernements.

(8) Jasper Ridley, Henri VIII (1984) page 196

Henry VIII a formé une haute opinion des capacités de Cromwell et l'a pris à son service car même si Henry avait de nombreux diplomates capables, il n'avait aucun administrateur et directeur politique du calibre de Cromwell. Voici un autre outil utile à utiliser en tant qu'agent. Il n'y a aucune raison de croire que Cromwell s'intéressait beaucoup aux « nouvelles études » et aux doctrines luthériennes à l'époque où elle servait le détesté cardinal Wolsey.

Après qu'il (Cromwell) soit devenu le ministre en chef d'Henry et ait joué le rôle principal dans l'attaque contre l'Église et les partisans du pape, les catholiques l'ont tenu pour responsable de la politique anti-papale. Le cardinal Pole écrivit en 1539 qu'après la chute de Wolsey, Henri était sur le point d'abandonner le divorce et de se soumettre à l'autorité du pape, lorsque Cromwell apparut sur la scène, il était un émissaire de Satan qui admirait le livre de Machiavel, Le Prince. Selon Pole, Cromwell a suggéré à Henry de se proclamer chef de l'Église d'Angleterre, car il pourrait alors obtenir le divorce de Catherine sans se soucier du pape.

Mais il y a plusieurs inexactitudes dans l'histoire de Pole et il est absurde de suggérer qu'Henry a avancé sa prétention à être le chef suprême de l'Église d'Angleterre à la suggestion d'un homme qui n'était entré à son service, dans une position très subordonnée, que quelques mois plus tôt.

(9) Antonia Fraser, Les six femmes d'Henri VIII (1992) page 182

La soi-disant Supplication contre les Ordinaires.émergé (incité par Cromwell). Il s'agissait d'une série de plaintes contre l'église, partagées par de nombreux Anglais, des Boleyns « luthériens » à des personnes beaucoup plus humbles dont la vie était entravée par le besoin fréquent de payer des frais ecclésiastiques et des dîmes ou l'utilisation injuste par le clergé de l'arme de l'excommunication. Alors que le roi au sommet de la société a pu dire fièrement qu'il se souciait "pas une figue" de toutes les excommunications du pape, ceux d'en bas pourraient voir leur vie ruinée par de telles interdictions imméritées.

Thomas Cromwell, qui, outre ses capacités administratives et financières, partageait les tendances réformistes des Boleyns, façonna la Supplication sous une forme dans laquelle elle fut d'abord présentée au roi, puis retransmise au clergé. À l'avenir, toute législation cléricale aurait besoin de la sanction royale, tandis que la législation passée devait faire l'objet d'une enquête, étant donné qu'elle était désormais réputée provenir de la souveraineté du roi (et non de celle du pape). Ces suggestions radicales furent d'abord rejetées par la Convocation du clergé, sous l'archevêque Warham. Mais menacée, la Convocation succombe. La soumission du clergé a été faite le 15 mai 1532. Elle a suivi une pression parallèle sur le parlement.

(10) Derek Wilson, Hans Holbein : Portrait d'un homme inconnu (1996)

Cromwell était un penseur latéral impitoyable et un ami du mouvement de réforme. Le duc Guillaume V, un homme sérieux de vingt-deux ans, venait d'hériter de son père. En raison d'un différend territorial avec Charles V, il avait besoin d'alliés. Par inclination et par éducation, Guillaume était érasmien. Son père avait placé l'église de son territoire sous contrôle de l'État et institué un programme de réforme. William était heureux de permettre aux prédicateurs luthériens d'opérer mais a refusé de rejoindre la Ligue Schmalkaldic, bien qu'une de ses sœurs ait été mariée à son chef, Jean Frédéric de Saxe. Il avait donc beaucoup en commun avec Henri VIII. Et il avait deux autres sœurs célibataires. Pour Cromwell, cela semblait la solution idéale. L'influence en Rhénanie donnerait à l'Angleterre une position de négociation puissante et un match de Clèves signalerait clairement sa position religieuse.

(11) Peter Ackroyd, Tudors (2012)

Au printemps 1540, Thomas Cromwell fut créé comte d'Essex, sa brillante étoile particulière était toujours en ascension. Il dirigeait les affaires primaires de la nation peu de temps après son élévation, il confia l'évêque de Chichester à la Tour de Londres sur la charge de favoriser ceux qui refusaient le serment de suprématie. Il avait également menacé les évêques de Durham, Winchester et Bath des conséquences du mécontentement royal.

Pourtant, il y avait toujours des murmures contre lui. Il traita les nobles avec une haute main, de sorte que le duc de Norfolk en particulier devint son adversaire implacable. Il a été accusé d'être trop puissant et trop riche, et d'avoir dilapidé le trésor du roi.

Le matin du 10 juin 1540, il prit sa place dans les seigneurs, comme d'habitude à trois heures de l'après-midi du même jour, il se rendit à sa chaise en tête de la table du conseil. Norfolk a crié, "Cromwell ! Ne pas s'asseoir là! Ce n'est pas un endroit pour toi ! Les traîtres ne s'assoient pas parmi les messieurs." "Je ne suis pas un traître", répondit Cromwell. Sur quoi le capitaine de la garde et six autres officiers s'approchèrent de lui.

" Je vous arrête."

"Pourquoi ?"

"Cela, vous l'apprendrez ailleurs."

Dans sa fureur, Cromwell jeta sa casquette sur le sol de pierre de la chambre. « Ceci, alors », a-t-il dit « est la récompense de tous mes services ».

Il est impossible de démêler tous les soupçons et antagonismes privés qui ont conduit à sa chute. Il était détesté par une grande partie de la noblesse qui en voulait au fait que le fils d'un forgeron aurait dû s'élever au-dessus d'eux. Ceux de l'ancienne foi le détestaient pour sa destruction de leurs sanctuaires et monastères. Les accusations publiques contre lui étaient multiples. Il a été accusé d'avoir accepté des pots-de-vin et d'avoir empiété sur l'autorité royale dans des domaines tels que le pardon de condamnés et l'émission de commissions. Il était en effet coupable de tout cela, si coupable est le mot juste. C'étaient vraiment des activités qui venaient avec le travail et qui étaient auparavant tolérées par le roi. La corruption était le seul moyen, par exemple, de faire fonctionner le système d'administration.

Une autre série d'accusations concernait les croyances de Cromwell selon lesquelles il était accusé d'avoir des opinions hérétiques et de soutenir des hérétiques devant les tribunaux et le pays. On prétendait qu'il était un luthérien qui avait conspiré pendant tout ce temps pour changer la religion de la nation comme l'a dit l'ambassadeur du roi auprès de l'empereur, il avait laissé l'impression que « toute piété et toute religion, n'ayant pas de place, étaient bannies. hors d'Angleterre'. Des lettres entre lui et les seigneurs luthériens d'Allemagne ont été découvertes, bien qu'il soit possible qu'il s'agisse de faux. Il a été rapporté aux princes allemands qu'il avait indirectement menacé de tuer le roi si Henri tentait d'inverser le processus de réforme religieuse, il avait dit qu'il frapperait un poignard dans le cœur de l'homme qui devrait s'opposer à la réforme. Si une telle menace avait été proférée, alors Cromwell était coupable de trahison. C'était bien sûr la principale accusation portée contre lui.

Il a été autorisé à confronter ses accusateurs, mais il n'a pas été autorisé à un procès public devant ses pairs. Au lieu de cela, il a fait l'objet d'un acte d'atteinte pour trahison, un dispositif qu'il avait lui-même inventé. Le projet de loi a été adopté par les Lords et les Communes sans un seul vote dissident. Seul Cranmer s'efforça de trouver un bon mot pour lui et écrivit au roi pour lui faire part des services passés de Cromwell. « Je l'aimais comme un ami », a-t-il dit, « Je l'ai donc pris pour tel. »

Il est parfois affirmé que le sort de Cromwell était en grande partie la conséquence de l'alignement fatal entre la religion et la politique, mais le mariage raté d'Henri et d'Anne de Clèves a également joué un rôle dans l'affaire. Le roi de France et l'empereur n'avaient pas réussi à forger une alliance, de sorte qu'Henri n'avait plus besoin des princes d'Allemagne pour alliés, le mariage s'était avéré sans objet. Bien que Cromwell ait accéléré l'union à la demande d'Henry et avec l'approbation d'Henri, il ne pouvait pas entièrement se protéger de la frustration et de la colère du roi.

(12) Howard Leithead, Thomas Cromwell : Oxford Dictionary of National Biography (2004-2014)

La chute de Cromwell ne peut être attribuée à aucune erreur ou décision, bien que le mariage de Clèves ait été le facteur le plus important pour saper la confiance du roi en lui. C'était aussi un problème particulièrement difficile à résoudre pour Cromwell, car le divorce d'Henry d'avec Anne ne conduirait qu'au mariage du roi avec la nièce de Norfolk, Catherine Howard, menaçant ainsi davantage la position du ministre. Lorsqu'il a fait sa dernière tentative désespérée pour éliminer ses adversaires conservateurs, Cromwell forçait le roi à trancher entre les deux factions concurrentes. Alors qu'Henry envoyait son ministre, il pensait probablement plus à l'avenir qu'au passé. Avec un évangélique aussi engagé que son principal ministre, il y aurait peu de chances d'atteindre l'unité religieuse qu'il recherchait. Deux jours après les souffrances de Cromwell, dans une déclaration brutale destinée à montrer sa détermination à mettre fin aux années de conflits religieux depuis la rupture avec Rome, Henry a ordonné l'exécution des trois évangéliques arrêtés en mars, ainsi que de trois conservateurs fidèles à Rome.

Henry avait envoyé Anne à Richmond à la mi-juin, "dans le but d'être plus pour sa santé, son plein air et son plaisir", bien qu'il soit lui-même resté chercher son plaisir dans la capitale, rendant fréquemment visite à Maîtresse Katherine Howard chez sa grand-mère. à Lambeth. La reine n'aurait bien sûr pas compris toutes les ramifications de la lutte pour le pouvoir actuellement en cours à la Cour (elles restent plus qu'un peu obscures à ce jour), mais elle a certainement été alarmée par l'arrestation soudaine de Thomas Cromwell sur une accusation de haute trahison, qui a eu lieu quelques jours avant son propre bannissement. Cromwell avait été l'architecte en chef du mariage de Clèves, et Anne le considérait naturellement comme un ami et un mentor. Il est difficile de dire si elle avait vraiment peur de le rejoindre bientôt à la Tour, mais dans les circonstances, on ne pouvait guère lui reprocher de se sentir nerveuse pour son avenir.

(13) Mélanie McDonagh, La norme du soir (17 septembre 2009)

Le roman Tudor d'Hilary Mantel, Salle des Loups est une sorte de compensation en un volume pour toutes les fois où le lauréat Man Booker a été acheté et non lu.

Et c'est le problème. Parce qu'il est si lisible, si convaincant, il risque d'être pris pour une vraie version des événements. Et ça fait peur. Parce que l'une des choses qu'il fait est d'inverser la position de deux Thomas : Cromwell et More. Le roman rend un mauvais service à More qui était, quoi qu'on en dise, l'un des grands hommes de la Renaissance.

Dans Wolf Hall, vous n'obtenez pas l'auteur de utopie, le compagnon préféré d'Erasme (ces choses sont évoquées mais avec un ricanement). Vous n'obtenez pas l'humaniste et l'humoriste. Ce que vous obtenez est un chasseur d'hérétique, dont l'esprit est tourné vers le sarcasme sec et dont la vision du monde est un simple fanatisme religieux. C'est celui de Robert Bolt Un homme pour toutes les saisons tourné sur la tête. Certes, la pièce de Bolt n'était pas non plus une vérité historique, mais elle l'était, en décrivant Thomas More comme le martyr de la conscience, véridique.

D'accord, la fiction historique n'est que ça : de la fiction. Mais de nos jours, nous connaissons si peu l'histoire, la Salle des Loups version peut bien passer pour la réalité, surtout quand c'est vrai dans une certaine mesure (le portrait sympathique du cardinal Wolsey est parfaitement crédible). Certes, ses préjugés sont favorables à l'état d'esprit libéral-individualiste qui domine notre vie intellectuelle. On peut lire le roman, ou du moins les critiques et c'est ce qui va coller.

Pour le libéral simple d'esprit, le Thomas Cromwell que dépeint Hilary Mantel est infiniment séduisant : laïc, tolérant, méprisant la superstition, moqueur de la crédulité religieuse, méritocrate d'humbles origines, amoureux des enfants et des animaux, polyglotte, pratique dans un combat. En effet, si l'état d'esprit qui prévaut actuellement en Grande-Bretagne est une sorte de protestantisme laïc, alors Thomas Cromwell tel qu'il est dessiné par Hilary Mantel est son homme.

Le problème, c'est qu'il y a une raison pour laquelle Cromwell a depuis longtemps la réputation d'être un bâtard complet. Le décompte des exécutions qu'il a présidées - y compris celles pour hérésie - dépassait de loin celui de More. Et contrairement à More, il était peu probable qu'il ait été influencé par l'idée que ce qu'il faisait était pour le bien des âmes.

(14) Évêque Mark Davies de Shrewsbury, Le héraut catholique (2 février 2015)

Nous devrions nous souvenir Salle des Loups est une œuvre de fiction. C'est une réalisation extraordinaire et perverse d'Hilary Mantel et de BBC Drama de faire de Thomas Cromwell un héros imparfait et de St Thomas More, l'un des plus grands Anglais, un méchant intrigant.

Il n'est pas nécessaire de partager la foi de Thomas More&rsquos pour reconnaître son héroïsme &ndash un homme de son temps qui reste un exemple d'intégrité pour tous les temps. Il serait triste que Thomas Cromwell, qui est sûrement l'une des figures les moins scrupuleuses de l'histoire de l'Angleterre, soit présenté comme un modèle pour les générations futures.

(15) Hilary Mantel, Le télégraphe quotidien (17 octobre 2012)

Vers l'année 1533, Hans Holbein a peint un portrait de Thomas Cromwell, un avocat au service du roi Henri VIII. Hans (comme on l'appelait avec désinvolture) n'était pas encore établi en tant que peintre de la cour d'Henry, mais tirait ses modèles de courtisans mineurs et de la communauté marchande hanséatique. Il n'était pas considéré comme un génie lointain, mais plutôt comme un décorateur à qui l'on faisait appel pour concevoir un pompon, une coupe en or, une salière ou le décor d'un spectacle. Thomas Cromwell n'avait pas encore acquis son statut de ministre en chef d'Henry comme le papier sur son bureau nous l'apprend, il était maître de la Jewel House. Homme sociable et cosmopolite qui avait passé du temps en Italie et aux Pays-Bas, il était probablement mieux placé pour connaître Holbein que beaucoup de ses contemporains courtisans. L'homme politique et le peintre, tous deux appelés à s'élever rapidement à la cour d'Henry, étaient liés par un réseau d'amis et d'intérêts communs.

Mais le portrait n'est pas amical. Holbein allait bientôt peindre Les ambassadeurs, riche et splendide et chargée de symboles, l'une des icônes de l'art occidental. Il n'y a pas de métaphores dans son image de Cromwell. Il n'y a aucun écho à son portrait de Thomas More : rien de cette intelligence rapide, cette intensité, cet engagement avec le spectateur. Ce que vous voyez est ce que vous obtenez. Cromwell ressemble à un homme difficile à atteindre et difficile à impressionner. Il ne vous invite pas à la conversation. Sa posture est cependant attentive, comme s'il écoutait quelqu'un ou quelque chose au-delà du cadre.

Bien sûr, un homme d'État Tudor qui a commandé son portrait ne voulait pas avoir l'air beau. Il voulait avoir l'air puissant, il était la main, le bras, de l'État. Même ainsi, lorsque (dans mon roman Wolf Hall) le portrait est dévoilé, Cromwell lui-même est pris de court. &ldquoJ'ai l'air d'un meurtrier,&rdquo s'exclame-t-il. Son fils Gregory dit : &ldquoSaviez-vous ?&rdquo

C'est en tant qu'assassin que Cromwell est passé à la postérité : en tant qu'homme qui a trompé et massacré le saint Thomas More, l'homme qui a pris au piège et exécuté la deuxième reine d'Henry, Anne Boleyn qui a renvoyé des moines sur les routes, a infiltré des espions dans chaque coin du pays, et a déclenché la terreur au service de l'État. Si ces attributions contiennent un grain de vérité, elles incarnent aussi un ensemble d'hypothèses paresseuses, des faisceaux de préjugés transmis d'une génération à l'autre. Les romanciers et les dramaturges, qui dans l'ensemble préfèrent faire du sensationnel plutôt que d'enquêter, se sont emparés de ces hypothèses pour créer un méchant à portée de main. Le portrait de Holbein&rsquos est à la fois la source de leur caractérisation, et un renforcement de celle-ci.

Il est important de réaliser, cependant, que ce que nous voyons n'est pas ce que Holbein a peint. Il existe divers exemplaires, certains de meilleure provenance que d'autres. Mais il semble que l'original ait été perdu, tout comme l'original Thomas Cromwell a été perdu lorsqu'il a été décapité à Tower Hill à l'été 1540. Les copies, les représentations d'une représentation, peuvent être floues, grossières ou obscurcies. C'est ce qui est arrivé à la réputation de Thomas Cromwell. Dans l'esprit des historiens universitaires, l'importance de Cromwell a été établie au siècle dernier par le grand historien Tudor G&thinspR Elton. Mais Elton était intéressé par le record de Cromwell en tant qu'homme d'État. Il ne nous a pas laissé de biographie. D'autres l'ont tenté, mais bien que nous ayons de nombreuses sources pour ce que Cromwell a fait, nous en avons beaucoup moins pour nous montrer ce qu'il était. Les biographies sont donc les témoignages d'une œuvre de vie, pas d'une vie d'homme, et dans l'esprit du lecteur général, il a été réduit et simplifié : tout ce que nous avons est un masque malin tenu devant un visage d'acteur. C'est comme si l'homme peint par Holbein avait été effacé. Quand j'ai commencé à écrire sur lui, les gens me regardaient avec perplexité et me demandaient : &ldquoThomas Cromwell&hellip tu veux dire Oliver ?&rdquo
Alors pourquoi construire un projet massif autour d'un vilain politicien Tudor, condamné par la postérité comme un tortionnaire corrompu ? La première chose à dire est que lorsque j'ai commencé, j'ai senti que je pouvais réduire Cromwell à la bonne taille. J'avais l'intention d'un roman, de le faire traverser de sa naissance obscure vers 1485 à sa mort sur l'échafaud en 1540. Je voulais retracer son chemin depuis ses origines à Putney, où son père était brasseur et forgeron, bien que les torsions serpentines de fortune qui l'amène à la main droite d'Henri et fait de lui l'un des architectes majeurs de la réforme anglaise. J'avais l'intention de le suivre vers la richesse, le pouvoir et la magnificence, puis de prendre du recul et de regarder le roi tourner le dos à son nouveau comte d'Essex : alors qu'il envoyait des ennemis de Cromwell pour démolir sa maison et mettre ses papiers en fourrière, alors qu'il l'emballait. dans la Tour et (après une période de semaines pour qu'il termine le travail sur le divorce royal actuel) l'a envoyé à l'échafaud, où, selon une source, il a été massacré par un bourreau incompétent.

Mais la fiction est par nature imprévisible. Même quand on connaît la fin de l'histoire, on ne sait pas comment on va y arriver. Il y a un choix de cartes d'itinéraires, mais à une bifurcation, vous hésitez, le paysage n'est pas comme vous l'aviez imaginé. La ligne droite simple sur le papier est obscurcie, en réalité, par des fourrés denses, et le sol sous vos pieds, solide et rassurant lorsque vous avez commencé, semble maintenant marécageux, tremblant. Quand j'ai commencé à écrire Wolf Hall, j'ai sauté, dès la première ligne non préméditée, derrière les yeux d'un garçon de 15 ans, allongé par terre dans son propre sang, à la merci des poings et des pieds de son père. &ldquoJ'étais un voyou dans ma jeunesse»,&rdquo Cromwell a dit que c'était peut-être le seul morceau d'autobiographie qu'il a offert. Je l'ai pris au mot et j'ai fait de lui un voyou. Je n'avais aucune querelle à ce stade avec son statut de méchant. Je pensais seulement qu'il devait être intéressant. Mais une fois que j'ai fait ce saut fictif, j'ai été éloigné de la version facile et reçue. L'image a changé. Mon personnage s'est gratté du sol et a chancelé dans son avenir. Derrière ces petits yeux, les yeux perçants d'un bon archer, le monde Tudor semblait complexe et inconnu. Les angles étaient différents. La lumière et l'ombre tombaient dans des endroits inattendus.

J'ai vu que l'homme de la peinture d'Holbein était un homme aguerri à la perte. Il était dans la quarantaine au moment de la peinture. Sa femme et ses filles étaient mortes, probablement disparues lors des épidémies de la fin des années 1520. La perte n'était pas, selon les normes de l'époque, particulièrement remarquable, mais il ne s'est pas remarié ni n'a essayé de les remplacer. Il avait lié sa fortune à celle de Thomas Wolsey, le cardinal du roi, le ministre flamboyant et charismatique qui domina la scène politique jusqu'à ce qu'Henri se retourne contre lui et le brise en 1529. C'était un acte de lâche ingratitude de la part d'Henry, et de Cromwell, qui aimait le cardinal, a dû se battre pour lui survivre : un homme dur, un homme déterminé, et un avec peu à perdre. Il entreprend de conquérir Henry et de se rendre indispensable. « Je ferai ou gâcherai », a-t-il dit en se dégageant de l'épave. C'était, disait un contemporain, &ldquo son dicton commun».

L'horrible fascination de cette fabrication, de cette altération, a attiré mon attention, et quand j'ai parcouru un peu plus de la moitié de Wolf Hall, j'ai vu &ndash pas progressivement, mais dans un éclair de perspicacité &ndash qu'un livre ne raconterait pas cette histoire. La bataille pour l'âme de l'Angleterre était en cours. L'Angleterre s'était détachée de Rome. Anne Boleyn était reine.Le favori du roi, Thomas More, était enfermé dans la Tour, aux prises avec sa conscience, tandis que Thomas Cromwell tentait de le tenter du côté de la vie, à une capitulation devant la volonté d'Henri. L'histoire est plus nuancée que celle qui nous est familière dans A Man for All Seasons. Plus la mort était une défaite pour Cromwell Plus la reddition aurait été sa victoire, un glorieux coup de propagande pour la nouvelle église. Dans les dents des efforts de Cromwell, More a organisé son propre martyre. Une fois que j'ai commencé à voir la complexité de la lutte entre les deux hommes, mon histoire n'a pas pu passer outre. C'était le point culminant du récit, et après cela le lecteur devait poser le livre.

Donc : il y aura un deuxième roman, dis-je à mon éditeur perplexe. Cela nous prendra du jour de l'exécution de More&rsquos à la fin de Cromwell&rsquos, environ cinq ans. Je n'aurais pas dû être si sûr. L'automne dernier, en écrivant l'histoire (trop familière, penserez-vous) des derniers jours d'Anne Boleyn, je me suis retrouvée rigide de tension et rincée par la peur. C'est le privilège de l'écrivain imaginatif de ne pas raconter mais de revivre. Ce n'était pas un privilège d'habiter ces pièces pleines de chuchotements, de crépitements de pas : des pieds qui courent vers le désert, des pieds d'hommes et de femmes se précipitant pour se sauver. Aux derniers jours, les courtisans étaient prêts à calomnier, à tordre et à mentir. La cour bouillonnait de secrets indicibles qui essayaient pourtant de se parler. Environ quinze jours (en temps d'écrivain) avant la mort d'Anne, j'ai fait une autre découverte soudaine et alarmante. La tête qui devait tomber était la tête de Méduse et son regard allait transformer mon projet en pierre.

J'avais, en effet, écrit un deuxième livre, et avec l'arrestation d'Anne, il était presque terminé. Alors que l'action de Wolf Hall s'étend au-delà des frontières de l'Europe et s'étend sur plus d'une vie, Bring up the Bodies attire l'attention du lecteur sur les événements de neuf mois, et au cours de ces neuf mois à une période intense de trois semaines et au cours de ces trois semaines, à l'heure, à l'instant du compromis et de la trahison, au mot lâche et à la pensée vacillante qui change le cours de l'histoire. A la fin du livre, le roi a son désir à cœur : une troisième épouse. Cromwell lui a donné ce qu'il voulait, mais pour le roi comme pour le ministre, il y a un prix à payer. Le dernier chapitre s'intitule Spoils. Dans l'arène politique, aucune victoire n'est simple et toutes contiennent les germes de la défaite. Et sur le plan personnel, les fantômes qui traînent Cromwell sont rejoints par un autre spectre, le fantôme de vif-argent d'une femme rieuse au corps étroit, qui serre ses mains autour de sa gorge et dit : "Je n'ai qu'un petit cou".

Je suis toujours surpris de découvrir que j'écris une trilogie. Le miroir et la lumière va (je le jure) conclure l'entreprise. Cela aura pris une décennie. Parfois, les gens me demandent ce que je pense maintenant de Thomas Cromwell. Rien, est la réponse. Je ne pense rien. Il est un travail en cours. Je n'ai pas l'habitude d'écrire des références de personnages pour des personnes que je ne connais qu'à moitié. Quand j'aurai fini, qu'il aura été décapité et qu'un an se sera écoulé, je pourrai peut-être vous le dire. Je ne prétends pas que mon image de lui a force de vérité. Je sais que c'est une ligne dans une ligne de représentations, une copie de plus d'une copie. Tout ce que je peux offrir est une suggestion : restez ici. Tournez à cet angle. Regarde encore. Puis passez à travers le verre dans le portrait et derrière ces yeux perçants : regardez maintenant un monde transformé, où toutes les certitudes se sont dissoutes et où l'avenir est encore à jouer.

(16) Joan Acocella, Le new yorker (19 octobre 2009)

Dans le Living Hall de la Frick Collection, de part et d'autre d'une cheminée, se trouvent les portraits par Hans Holbein des deux plus illustres hommes politiques de la cour d'Henri VIII. Sur la gauche se trouve Sir Thomas More, lord chancelier Henry de 1529 à 1532, qui, lorsque le roi avait besoin d'une annulation de son mariage, et donc d'une décharge du devoir d'obéissance au pape, était trop bon catholique pour accepter cette . Pour son refus, il a perdu son poste et, finalement, sa vie. Le portrait d'Holbein le montre mince et sensible, les yeux levés vers le haut, comme s'il attendait la sainteté que l'Église lui a finalement conféré, en 1935. Sur le côté droit est accroché le portrait d'Holbein de Thomas Cromwell, le ministre qui a fait pour Henry ce qui de plus n'aurait pas été. . Il écrivit les lois faisant du roi, et non du pape, le chef de l'Église anglaise, et déclarant les monastères anglais, avec toutes leurs richesses, propriété de la couronne. Pour parvenir à ces changements d'époque, il a dû imposer sa volonté à de nombreuses personnes, et cela est clair dans la peinture d'Holbein. Cromwell est dur et lourd et tout de noir vêtu. Ses petits yeux méchants regardent en avant, comme s'il décidait qui mettre au pilori, qui envoyer à la Tour.

More et Cromwell étaient ennemis, et l'histoire a pris le parti de More&rsquos. De bons exemples sont la pièce de théâtre de Robert Bolt en 1960, "Un homme pour toutes les saisons" et le film de 1966 sur lequel Fred Zinnemann s'est basé, à la fois avec Paul Scofield, en tant que saint More, et Leo McKern, en tant que Cromwell, l'image même du mal rôdé. Peu de temps avant le jeu de Bolt, cependant, l'éminent historien britannique G. R. Elton avait commencé à affirmer, dans des écrits successifs sur les Tudor, que Cromwell était si mauvais. Sous lui, écrivait Elton, la politique politique anglaise, autrefois au gré des nobles, devint l'œuvre de bureaucraties spécialisées. L'Angleterre est ainsi passée du moyen âge à l'époque moderne, et vous pouvez faire ce genre de révolution sans casser des œufs. Les recherches d'Elton ont révélé, en outre, que sous Cromwell, seulement une quarantaine de personnes par an étaient tuées au service des besoins politiques de la Couronne. C'est une omelette assez bon marché. Pourtant, Cromwell est encore largement considéré comme le crapaud verruqueux dans le jardin du glamour Henry VIII. Dans la série Showtime &ldquoThe Tudors&rdquo, il est, sans équivoque, un méchant. Plus tôt ce mois-ci, une nouvelle biographie a été publiée : &ldquoThomas Cromwell : The Rise and Fall of Henry VIII&rsquos Most Notorious Minister&rdquo (St. Martin&rsquos 29,99 $), par Robert Hutchinson, un écrivain anglais de livres d'histoire populaire. Déjà dans sa préface, Hutchinson qualifie Cromwell d'« instrument sournois et impitoyable de l'État », d'un homme qui n'a montré aucun scrupule à « fouler aux pieds les corps mutilés de ceux qu'il avait exploités ou écrasés ».

Mais maintenant, l'excellente romancière Hilary Mantel a rejoint le tournoi, avec Salle des Loups, un roman de cinq cent trente-deux pages décrivant Cromwell comme un ministre sage et un homme honnête. Mantel n'est pas nouveau dans les projets révisionnistes. Dans son roman de 1992 "Un lieu de plus grande sécurité", sur la Révolution française, elle a réalisé l'exploit incroyable de faire de Robespierre un homme sympathique. Son intérêt porte sur la question du bien et du mal telle qu'elle s'applique aux personnes qui exercent un grand pouvoir. Cela signifie angoisse, exultation, transactions, espions, décapitations et vêtements fabuleux. Mantel a récemment déclaré à un intervieweur qu'elle avait depuis longtemps prévu d'écrire sur les Tudor : &ldquo Presque toutes les histoires que vous pourriez vouloir raconter se cachent derrière les arras.&rdquo Certaines sont assez paillardes, ce qui, si l'on en juge par le dramaturge Tudor Shakespeare, est fidèle à l'époque. Un serveur d'une auberge conseille à Cromwell de ne pas commander le potage : &ldquoCela ressemble à ce qu'il reste lorsqu'une pute a lavé son quart de travail.&rdquo

En partie, sans aucun doute, pour cette haute couleur, que peu de gens n'aiment pas, Wolf Hall a remporté la semaine dernière le Man Booker Prize, le prix littéraire le plus apprécié du Royaume-Uni. Il a été fortement favorisé par le bookmaker londonien William Hill qui lui a donné une cote de dix à onze, la plus courte jamais accordée à un candidat.

Mantel ne cache pas les mauvaises actions de Cromwell, ou pas toujours. Elle mentionne les pots-de-vin qu'il a reçus, les espions qu'il a placés dans les maisons importantes. Elle nous dit qu'il pourrait tuer. Son domestique Christophe, un voyou qu'il a ramené d'un voyage en France, dit que les autres garçons du ministère qu'il emploie accomplissent des tâches innocentes. "Seulement vous et moi, maître", dit-il à Cromwell, "nous savons comment arrêter un petit connard dans son élan, pour qu'il finisse par lui et qu'il ne couine même pas". Mais Cromwell, comme le soulignait G. R. Elton, évitait de tuer. Pendant le conflit sur l'annulation, le protagoniste de Mantel essaie encore et encore de persuader More de faire une concession, et ainsi de lui sauver la vie.

Quant à More, il s'en sort mal, en homme qui allie une piété laiteuse à une cruauté sous-jacente. On le voit humilier sa femme devant des invités (&ldquoRappelle-moi pourquoi je t'ai épousé»), et on obtient la liste des &ldquoheretics&rdquo qu'il a emprisonnés et torturés. Mantel reconnaît qu'il était un penseur et écrivain renommé, mais elle tourne cela à son discrédit. Lors de son procès, il s******s quand un greffier fait une erreur en latin. Des années plus tôt, dans le récit de Mantel, il avait réservé le même traitement à Cromwell. Pour gagner quelques pence&mdashor peut-être juste pour avoir un repas&mdashCromwell, quand il avait sept ans, travaillait comme garçon de cuisine dans la maison d'un cardinal où More était étudiant, et il avait la tâche de livrer aux savants, avant qu'ils ne se retirent pour le nuit, une chope de bière et une miche de pain chacun. Apportant à More son goûter, il le trouva en train de lire un gros livre. Il n'avait eu aucune éducation formelle, il était curieux, et il a demandé à More ce qu'il y avait dans le livre. &ldquoMots, mots,&rdquo Plus a répondu. Cromwell, dans l'une de ses dernières interviews avec More, lui demande s'il se souvient de leur échange cette nuit-là, et More dit non. Bien sûr que non. Pourquoi aurait-il dû prendre une minute pour dire à un serviteur ce qu'il y avait dans un livre, sans parler de se souvenir de l'épisode de nombreuses années plus tard ? Mais Cromwell s'en souvient, et alors qu'il rassemble les preuves contre More, il y pense. Mantel admire les self-made men. (Son père était commis. Sa mère est allée travailler dans une usine textile à l'âge de quatorze ans.) D'où, en partie, sa défense de Robespierre et de Cromwell.

(17) Marc Morris, L'histoire aujourd'hui (25 février 2015)

Comme l'adaptation BBC&rsquos de Salle des Loups touche à sa fin, il ne fait guère de doute que la réhabilitation de Thomas Cromwell est terminée. Fini l'intimidateur brut et criant de Robert Bolt & rsquos Un homme pour toutes les saisons, haranguant et persécutant le saint Thomas More. À sa place, nous avons maintenant un nouveau Cromwell, plus humain, plus humain et plus subtil, à la voix douce, plein d'esprit, accablé de chagrin, consciencieux. C'est souvent le cas des personnalités historiques : leur réputation monte et descend selon que nous choisissons de les considérer sous un nouveau jour ou à la lumière de nouvelles preuves. Les historiens et les biographes doivent s'efforcer de nous fournir des portraits équilibrés et précis de leurs sujets. Les créateurs de fiction historique ne sont pas liés par de telles contraintes.

Personne ne le savait mieux que Cromwell lui-même, qui était en quelque sorte un pionnier dans le domaine. Comme les téléspectateurs de Wolf Hall le savent, sa principale préoccupation en tant que ministre en chef d'Henri VIII était la quête du roi d'une reine qui pourrait produire un héritier mâle et une quête qui a conduit à la rupture de l'Angleterre avec Rome et au début de la Réforme anglaise. En avançant cette politique, Cromwell était heureux de réécrire l'histoire à un degré qui ferait passer même la fiction historique la plus inexacte de notre époque pour un reportage sobre en comparaison.

Considérez, par exemple, ce que Cromwell a fait avec Thomas Becket. Au début du XVIe siècle, comme au cours des 350 années précédentes, Becket était le premier saint de l'Angleterre, l'archevêque de Cantorbéry qui s'était heurté à l'ancêtre homonyme d'Henri VIII, Henri II, défendant les droits de l'Église universelle contre les revendications contradictoires des Anglais. Couronner. Comme tout le monde le savait, cette histoire s'était terminée de façon sanglante en décembre 1170, lorsque quatre chevaliers royaux assassinèrent l'archevêque dans sa propre cathédrale, le transformant instantanément en le martyr le plus célèbre d'Europe.

Cromwell a nié tout cela. Selon sa propagande, Becket était mort à cause d'une dispute avec l'archevêque d'York qui est devenue une bagarre dans les rues de Cantorbéry. Le soi-disant martyr s'était entassé dans la mêlée pour se jeter sur l'un de ses adversaires et a fini par être abattu dans la bagarre. Le meurtre, en d'autres termes, était entièrement la faute de l'Église. Le pauvre et irréprochable Henri II n'y était pour rien.



Thomas Cromwell et sa réputation

Thomas Cromwell était un exécuteur brutal d'un roi tyrannique, un politicien sans scrupules, ambitieux, impitoyable et corrompu, qui ne se souciait pas de la politique qu'il mettait en œuvre tant qu'elle le rendait riche.

C'est un Cromwell que les catholiques au lendemain de la réforme d'Henri auraient reconnu, une vision articulée par le cardinal Reginald Pole (1500-1558). Pour Pole, Cromwell n'était qu'un des chacals qui entouraient le trône, se régalant de la chair de l'église folle de soif de pouvoir et de richesse :

‘un agent de Satan envoyé par le diable pour attirer le roi Henri vers la damnation’

Pole avait besoin de Satan dans l'histoire - à la fois pour souligner la nature et les actions perverses de Cromwell, et pour expliquer comment quelqu'un d'aussi basse naissance aurait pu arriver là où il était, contre toutes les lois naturelles et la grande chaîne de l'être. Le récit de Pole a été repris et développé, en suivant les écrivains catholiques Nicholas Sander (c.1530-1581) et Robert Persons (1546-1610), bien qu'ils acceptent que peut-être Cromwell avait un véritable intérêt à promouvoir l'évangélisation.

Et bien que nous n'ayons pas de mots de Hans Holbein, il est difficile de lire son portrait autrement que d'un bureaucrate lourd et sans joie.

Cromwell était l'un des meilleurs hommes d'État d'Angleterre, qui, tout en étant parfois impitoyable, a travaillé avec une habileté et une innovation inlassables pour construire un roi et un royaume modernes, intégrés et puissants, et faire avancer la cause d'une religion réformée.

Pendant ce temps, bien qu'en Angleterre, c'est John Foxe (1516-1587) qui a créé l'histoire qui allait dominer la vision anglaise. Pour lui, toute la vie de Cromwell

‘n'était rien d'autre qu'un soin et un travail continus pour faire avancer et faire avancer la bonne connaissance de l'évangile et la réforme de la maison de Dieu’

Entre le XVIe et le XIXe siècle, c'est ainsi que l'histoire s'est déroulée selon une vision catholique négative et une vision protestante anglaise triomphante.

Le 19ème siècle a vu une histoire plus nuancée – ce qui était une mauvaise nouvelle pour la réputation de Cromwell. Le mouvement romantique et le mouvement pour l'émancipation catholique ont vu Cromwell fustigé pour la destruction des monastères. Des radicaux comme William Cobbett (1763-1835) ont condamné Cromwell pour avoir fait partie d'une saisie avide de richesses de la part du méchant rapace Henry et de sa noblesse méchante et rapace. Pour Cobett, ‘le forgeron brutal’ était :

‘Peut-être de tous les misérables méchants et ignobles qui sont jamais morts, c'était le plus méchant et le plus ignoble"

James Froude, un protestant engagé qui a présenté Cromwell de manière plutôt peu convaincante comme un réformateur religieux déterminé et l'architecte de la transformation de l'Angleterre, plutôt qu'Henri VIII :

‘L'intellect de Cromwell a présidé - La main de Cromwell a été exécutée’

Mais dans l'ensemble, la réputation de Cromwell est tombée du côté obscur. A F Pollard (1869-1948) considérait Henry VIII comme un cerveau, et Cromwell ne devait pas s'opposer à ce point de vue. R B Merriman (1876-1945) a décrit un ministre qui était une figure entièrement laïque, sans principes évangéliques rédempteurs, le mercenaire servile d'un roi despotique, déterminé à rien d'autre qu'à élever la couronne

‘au pouvoir absolu sur les ruines de toutes les autres institutions qui n'avaient jamais été sa rivale’

Dans cela marchait G R Elton et sa révolution Tudor de 1953 au gouvernement. Elton a fait valoir que Cromwell a planifié et introduit un nouveau modèle de gouvernement, non plus contrôlé par le roi à travers la maison royale, mais dirigé par les départements bureaucratiques de l'État. Un gouvernement enrichi et responsabilisé par la dissolution, et construisant une relation moderne entre le centre et les régions, balayant les anciennes franchises et libertés locales qui faisaient obstacle à un seul État moderne intégré.

« Partout où on le touche, on trouve l'originalité et le non conventionnel, et son trait le plus persistant était une insatisfaction manifeste avec les choses telles qu'elles étaient… il est resté toute sa vie un questionneur et un réformateur radical »

Plus encore, Elton fait travailler Cromwell sur un plan directeur, une grande stratégie. La thèse d'Elton n'a pas vraiment survécu, ou en tout cas pas dans son intégralité de nos jours, l'évangélisation de Cromwell est plus fortement soulignée, parallèlement à son désir de servir le roi. Mais il y a néanmoins eu beaucoup d'historiens prêts à lutter contre son coin. La biographie d'Henri VIII par JJ Scarisbrick en 1968 est encore souvent citée comme l'œuvre définitive. Il dresse le portrait d'un roi aux commandes de la stratégie tout au long de son règne, il accorde néanmoins à Cromwell un rôle principal

« Loin d'être le machiavélique impitoyable de la légende, Cromwell était un homme doté d'un concept élevé de « l'État » et de la souveraineté nationale, et d'un profond souci du Parlement et de la loi, un génie administratif qui manquait peut-être d'un sens religieux profond ( bien qu'instinctivement favorable à une sorte de protestantisme érasmien), mais quelque peu idéaliste néanmoins. Le fait que les années 1530 aient été une décennie décisive dans l'histoire anglaise était dû en grande partie à son énergie et à sa vision.

B W Beckinsale en 1978 a peint une image généralement positive d'un ministre réformateur et réformateur rationnel avec un dégoût passionné pour la superstition et la trahison et a cité l'archevêque Cranmer pour une évaluation finale :

‘un tel serviteur, à mon avis, dans la sagesse, la diligence, la fidélité et l'expérience, comme aucun prince dans ce royaume n'a jamais eu’

Mais généralement, du point de vue le plus populaire, c'est le voyou brutal et corrompu qui a défini sa réputation ces derniers temps. Voici Alison Weir :

À une grande intelligence et capacité, Cromwell a ajouté un manque total de scrupules… sa personnalité peu attrayante… le rendrait… essentiel pour le roi. Sans scrupules et efficace, son réseau d'espionnage… allait devenir un modèle pour les futurs gouvernements.’

Et un biographe récent, Robert Hutchinson :

‘un homme d'État ambitieux et totalement corrompu… un homme d'affaires opportuniste, un voyou en devenir’

Les livres d'Hilary Mantel ont donc transformé sa réputation, elle le dépeint comme un père de famille sensible, grégaire, talentueux et consciencieux, déterminé à servir son roi. En cours de route, elle a également peint une image négative de Thomas More, et ensemble, cela a suscité une réponse. L'excellent site Spartacus Educational en cite quelques-uns. Premièrement, l'évêque catholique de Shrewsbury, Mark Davies :

« Il serait triste que Thomas Cromwell, qui est sûrement l'une des figures les moins scrupuleuses de l'histoire de l'Angleterre, soit présenté comme un modèle pour les générations futures. »

Deuxièmement, Melanie McDonagh dans l'Evening Standard avait une théorie intéressante sur les raisons pour lesquelles la réputation de Cromwell pourrait être dans une phase plus positive :

le Thomas Cromwell que dépeint Hilary Mantel est infiniment séduisant : laïc, tolérant, méprisant la superstition, narquois de la crédulité religieuse, méritocrate d'origine modeste, amoureux des enfants et des animaux, polyglotte, habile au combat. En effet, si l'état d'esprit qui prévaut actuellement en Grande-Bretagne est une sorte de protestantisme laïc, alors Thomas Cromwell tel qu'il est dessiné par Hilary Mantel est son homme.

Il y a une chose sur laquelle tous ces commentateurs sont d'accord, c'est que les années 1530 ont été une décennie qui a changé l'Angleterre à jamais et pour le meilleur ou pour le pire, Thomas Cromwell a été l'un des principaux architectes de ces changements.


Voir la vidéo: Thomas Cromwell. Greatness his full story


Commentaires:

  1. Yozshut

    Votre phrase est incomparable ... :)

  2. Hewlett

    Etat des lieux amusant

  3. Tobechukwu

    Il y a quelque chose dans ce domaine. Merci pour l'explication, je pense aussi que le plus simple est le mieux ...

  4. Mezitaxe

    Il y a quelque chose. Plus tôt, je pensais différemment, merci beaucoup pour l'aide dans cette question.

  5. Malvyn

    Pouvez-vous trouver rapidement cette réponse incroyable?

  6. Jabir

    Je pense que tu as tort. Discutons-en.



Écrire un message