Des archéologues découvrent des hiéroglyphes qui jettent un nouvel éclairage sur l'âge d'or de la civilisation méroïtique

Des archéologues découvrent des hiéroglyphes qui jettent un nouvel éclairage sur l'âge d'or de la civilisation méroïtique

Une équipe d'archéologues italiens et russes affirme avoir fait l'une des découvertes les plus importantes liées à l'histoire de la Nubie. Selon le Service soudanais des antiquités, l'inscription hiéroglyphique découverte à Abu Erteila pourrait être la découverte la plus importante de la dernière décennie.

AGI rapporte que les fouilles menées de novembre à décembre 2015 par l'équipe internationale ont été dirigées par Eugenio Fantusati de l'Université Sapienza de Rome, son adjoint Marco Baldi, et par Eleonora Kormysheva, directrice du centre Golenishev d'égyptologie, Université d'État russe pour la Sciences humaines et chercheur principal à l'Institut d'études orientales de l'Académie des sciences de Russie.

Fouilles du site d'Abu Erteila, Soudan en 2015. ( CEEMO)

À environ 200 km (124,3 miles) au nord de Khartoum, ils ont découvert les artefacts les plus impressionnants, notamment un autel rituel en basalte, une inscription hiéroglyphique et un bateau sacré. Cette découverte, fruit de huit campagnes de fouilles, apporte un éclairage nouveau sur la civilisation nubienne qui existait entre le 1er siècle avant JC et le 1er siècle après JC. Le temple où les découvertes ont été faites aurait probablement été détruit par un incendie. Les ruines sont actuellement en cours de datation au carbone pour déterminer la date exacte de l'événement.

« Nous étudions toujours le texte des inscriptions hiéroglyphiques en égyptien, mais nous avons déjà identifié les cartouches avec les noms du couple royal qu'ils mentionnent. Ce sont le roi Natakamani et la reine Amanitore, qui ont régné pendant l'âge d'or de la civilisation méroïtique qui s'est développée dans le Nil. Elle a joué un rôle important sur la scène internationale : considérez le fait qu'elle avait des liens commerciaux et diplomatiques avec l'Empire romain, jusqu'à son déclin dû à la montée du royaume éthiopien d'Axoum. Le professeur Fantusati a déclaré à AGI.

Le roi Natakamani et la reine Amanitore honorant le dieu Apedemak. (Université Saint-Louis)

Selon les chercheurs, la base d'un bateau sacré était située dans le « naos » ou hall central du bâtiment. Il abritait une divinité nubienne placée périodiquement sur un bateau pour une procession rituelle. Concernant les propos du professeur Fantusati, l'artefact est extrêmement important pour une meilleure compréhension des relations entre le monde méroïtique et la civilisation égyptienne voisine. "Cela confère un prestige supplémentaire au site d'Abou Erteila, dont les vestiges officiels comptent désormais certainement parmi les découvertes les plus intéressantes de l'archéologie nubienne contemporaine." - il a dit.

Le royaume de Koush était un ancien royaume africain qui existait de 1070 avant JC à 350 après JC. Établi après l'effondrement de l'âge du bronze et la désintégration du Nouvel Empire d'Égypte, il était centré à Napata. Les rois koushites ont régné en tant que pharaons en Égypte pendant la troisième période intermédiaire, en particulier pendant le règne de la vingt-cinquième dynastie. Cependant, ils ont été expulsés d'Égypte par les Assyriens sous le règne d'Esarhaddon. Le royaume a survécu jusqu'à ce que l'Empire romain s'étende sur leur territoire. Le fondu de Koush a commencé au Ier ou au IIe siècle après JC lorsqu'il a été miné par la guerre avec la province romaine d'Égypte. Plus tard, le christianisme a commencé à s'emparer de l'ancienne religion.

  • 16 pyramides anciennes, lieux de sépulture d'un royaume disparu, découvertes au Soudan
  • La Nubie et le puissant royaume de Kush
  • Les pyramides de Méroé sont les derniers vestiges d'une civilisation puissante
  • La riche histoire de l'ancien royaume nubien de Dongola

L'environnement du temple a également permis à l'équipe de se faire une image plus claire du bâtiment et d'intégrer les nouvelles informations avec ce qu'ils ont trouvé lors des fouilles précédentes. La première campagne de la mission a été lancée en 2008 avec le soutien des autorités soudanaises. La mission archéologique en 2015 a été financée par l'Association internationale d'études méditerranéennes et orientales et l'Institut d'études orientales de l'Académie des sciences de Russie. La mission a également été officiellement reconnue par le ministère italien des Affaires étrangères.

Deux des artefacts récemment découverts à Abu Erteila: une amulette couronne et une statuette de lion. (Fantousati/Lebedev)

Le roi et la reine de l'âge d'or et leur palais

Natakamani a régné sur le royaume de Koush (Nubie, aujourd'hui Soudan) d'environ 1 avant JC à 20 après JC. Il était l'un des dirigeants les plus importants de la période méroïtique. Il était précédé par sa mère, la reine Amanishakheto. Son épouse, la reine Amanitore, était également co-régente et probablement successeur. Le pharaon nubien Natakamani et la reine Amanitore furent les derniers grands bâtisseurs de Kush. Ils sont connus pour avoir restauré les temples et construit une pyramide à Méroé. Leurs bâtiments ont été construits à Keraba, une zone située entre le Nil et les rivières Atbara. A proximité, ils ont construit la ville de Naqua où se trouve le temple d'Apedemak. Ce temple est l'un des monuments les plus connus et est encore en bon état de conservation.

Le palais royal de Natakamani et de la reine Amanitore se trouvait à Gebel (Jebel) Barkal. C'est devenu l'une des plus grandes découvertes liées au roi et à la reine. Fouillé pendant de nombreuses années, il apporte encore de nombreuses informations nouvelles sur cette période. Afin de combler le manque de connaissances sur le couple royal, une fouille a été entreprise en 2001 par la Mission archéologique de l'Université La Sapienza de Rome. Au cours des travaux, les archéologues ont découvert les pièces qui appartenaient à la famille royale, le stockage qui regorgeait d'artefacts précieux et de nombreuses autres structures.

Photo et plan du bâtiment B3200 à Gebel Barkal. (Université de la Sapienza)

Il y a quelques monuments qui ont été trouvés où Natakamani et Amanitore apparaissent ensemble, prouvant la forte relation entre eux. Plusieurs sculptures du temple montrent qu'ils avaient des droits et un statut presque égaux. Malheureusement, de nombreux bâtiments construits par le couple ont été détruits par les Romains. Les restes de l'ancien royaume de Kush sont comme un puzzle, et lorsque d'autres pièces seront ajoutées, on espère qu'il y aura une meilleure compréhension de l'histoire de Natakamani et de son époque.

Image en vedette : deux exemples de Hiéroglyphes méroïtiques (non trouvés à Abu Erteila) - Plaque votive du roi Tanyidamani (domaine public) et une stèle méroïtique. ( Musée anglais )

Par : Natalia Klimczak


3.2 : Chapitre 2 : Civilisations du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord-Est

Le terme civilisation suscite souvent des images pour la plupart idéalisées d'anciens empires, d'une architecture monumentale et de la vie luxueuse des classes dirigeantes. La civilisation, cependant, est un terme délicat. Aux États-Unis, les étudiants en histoire ont étudié la civilisation occidentale, presque exclusivement, jusqu'aux années 1950. Dans leurs études, les civilisations étaient des sociétés avancées avec des centres urbains, enracinées dans la culture européenne ou moyen-orientale. Les origines américaines de ces civilisations occidentales ont été utilisées pour expliquer notre propre haut niveau de développement. Cependant, des chercheurs plus récents ont définitivement élargi le champ géographique en reconnaissant que dans le monde, de 3500 à 1000 avant notre ère, au moins sept civilisations indépendantes ont émergé dans différentes régions. Ces chercheurs récents continuent également à débattre de la définition de la civilisation, et le compromis actuel parmi les historiens du monde est de reconnaître les caractéristiques que les civilisations avaient tendance à partager. Les caractéristiques communes des civilisations comprenaient les excédents alimentaires, les densités de population plus élevées, la stratification sociale, les systèmes de taxation, la spécialisation du travail, le commerce régulier et l'apprentissage accumulé (ou les connaissances transmises de génération en génération). La liste ici n'est en aucun cas exhaustive, mais elle indique la complexité des sociétés que les érudits ont qualifiées de civilisations.

En plus des débats houleux sur sa définition exacte, la civilisation est un terme chargé, ce qui signifie qu'il peut contenir un jugement de valeur. Si nous utilisons le terme avec négligence, cela semble indiquer que certaines sociétés sont considérées comme civilisées et dignes d'être incluses, tandis que d'autres ne sont pas civilisées et ne méritent donc pas notre étude. En partie, notre sensibilité à cette question est une réponse à la tendance des historiens du passé, y compris beaucoup de ceux qui travaillaient en Europe dans les années 1800, à supposer qu'il y avait une progression naturelle d'un état non civilisé à la civilisation. Ces historiens considéraient comme non civilisés les personnes qui avaient des valeurs, des modes de vie et des croyances religieuses différentes des leurs. Ils pensaient en outre que ces peuples prétendument non civilisés étaient en retard ou devaient rattraper ceux qui étaient civilisés. Aujourd'hui, les historiens du monde essaient d'apprécier la grande diversité des expériences humaines et d'éliminer consciemment ces sortes de jugements de valeur. Les historiens du monde évitent de supposer que certaines sociétés du passé étaient meilleures ou plus avancées que d'autres. Par conséquent, de nombreux historiens du monde se méfient de l'utilisation non critique du terme civilisation.

Pour notre propos, laissons de côté tout jugement de valeur. Les sociétés qualifiées de civilisations n'étaient pas intrinsèquement meilleures que les autres. En fait, comme nous le verrons, les civilisations ont fait preuve de diverses vulnérabilités. Considérant des choses comme la guerre, l'esclavage et la propagation des maladies, il y avait parfois des avantages à vivre en dehors du lien des civilisations. Par exemple, en comparant les sociétés, les chercheurs ont découvert que dans de nombreux cas, les personnes résidant dans des États décentralisés étaient en meilleure santé et vivaient plus longtemps que leurs homologues des premières civilisations. Cependant, les personnes vivant dans des sociétés caractérisées par une stratification sociale, une spécialisation du travail et un commerce ont généralement laissé davantage de traces écrites et de preuves archéologiques, que les historiens peuvent analyser pour raconter notre passé. Les ressources disponibles signifient que les civilisations ont tendance à être mieux représentées dans les documents historiques écrits. En lisant les civilisations du passé, gardez à l'esprit que les historiens améliorent actuellement notre compréhension des sociétés qui sont peut-être restées mobiles, ont rejeté les hiérarchies ou ont préservé leur histoire oralement. Ces sociétés faisaient également partie de notre passé commun, même si elles sont plus difficiles à étudier ou ont reçu moins d'attention savante.

Ce chapitre se concentre sur les premières civilisations du Croissant fertile et de l'Afrique du Nord-Est. Les civilisations de ces régions ont laissé des traces écrites. Ils avaient également tous au départ des économies basées sur l'agriculture et développées le long des rivières. Leurs emplacements le long des rivières ont permis aux populations du Croissant fertile et de l'Afrique du Nord-Est de cultiver le surplus de nourriture qu'elles utilisaient pour soutenir l'urbanisation, la stratification sociale, la spécialisation du travail et le commerce.


La civilisation maya était ultraviolente, même avant son effondrement

Une inscription hiéroglyphique trouvée dans une ancienne ville maya révèle maintenant que les royaumes composant cette civilisation ont mené une guerre extraordinairement destructrice bien plus tôt qu'on ne le pensait auparavant, selon une nouvelle étude.

Ces découvertes pourraient faire la lumière sur ce qui a pu ou non entraîner la fin de l'empire maya, ont déclaré les chercheurs.

L'ancienne civilisation maya englobait une superficie deux fois plus grande que l'Allemagne, occupant ce qui est aujourd'hui le sud du Mexique et le nord de l'Amérique centrale. Au plus fort de l'empire maya, connu sous le nom de période classique, qui s'étendait d'environ 250 à au moins 900 après JC, peut-être jusqu'à 25 millions de personnes vivaient dans la région, rivalisant potentiellement avec la densité de population de l'Europe médiévale. [7 cultures anciennes bizarres que l'histoire a oubliées]

Mystérieusement, cet ancien âge d'or maya s'est effondré il y a plus de mille ans. Sa population a décliné de manière catastrophique à une fraction de son ancienne taille. Les ruines de ses grandes villes sont maintenant pour la plupart envahies par la jungle.

Les scientifiques ont suggéré un certain nombre de causes potentielles de la fin de la période classique, dont aucune n'est mutuellement exclusive. Les sécheresses peuvent avoir entraîné de graves pénuries d'eau. La déforestation liée à l'agriculture aurait pu entraîner une perte de terre végétale fertile par érosion.

Une escalade de la violence peut également avoir joué un rôle dans la chute des Mayas. Des recherches antérieures suggéraient qu'au cours de la période classique, la guerre entre les anciens Mayas était principalement ritualisée et de portée limitée, avec des règles d'engagement strictes centrées sur l'obtention de captifs d'élite pour un tribut et une rançon et une implication minimale de non-combattants. Cependant, les archéologues ont mis au jour des signes que les anciens Mayas à la fin de la période classique pratiquaient les tactiques extraordinairement destructrices de la guerre totale, où les ressources civiles et militaires étaient ciblées, entraînant parfois la destruction généralisée des villes. [7 technologies qui ont transformé la guerre]

"Dans les événements de fin, les villes ont été complètement détruites et les familles royales ont été enlevées & mdash parfois jetées dans des puits ou enterrées dans des centres de cérémonie", a déclaré à LiveScience l'auteur principal de l'étude, David Wahl, géographe de recherche au U.S. Geological Survey à Menlo Park, en Californie.

Maintenant, les scientifiques découvrent que les anciens Mayas se sont peut-être engagés dans ce type de guerre totale bien plus tôt qu'on ne le pensait auparavant.

"Nous avons maintenant, pour la première fois, une image des impacts plus larges d'une attaque maya de la période classique", a déclaré Wahl. "On voit que la tactique utilisée a eu des conséquences négatives pour la population locale de telle sorte que, dans ce cas, la trajectoire d'installation dans la ville a été définitivement modifiée."

Les chercheurs ont fait leur découverte en enquêtant sur les changements environnementaux passés autour du site archéologique de Witzna dans la région de Pet&ecuten au Guatemala, qui englobe le tiers nord de ce pays.

"Le plus grand défi de cette étude &mdash en effet, la plupart du travail que j'ai effectué à Pet&ecuten &mdash est l'éloignement du site de terrain", a déclaré Wahl. "Il n'y a pas de route vers le lac, donc tout l'équipement et les fournitures sont transportés vers le bas d'un escarpement raide de 100 mètres [330 pieds]. Le lac est entouré de sciures et de carex mdash avec des bords aussi tranchants qu'ils le sonnent et il a fallu trois jours à une équipe d'environ huit personnes pour pénétrer dans les carex et construire une jetée juste pour accéder à l'eau libre. Cela impliquait de se tenir debout dans de l'eau jusqu'à la poitrine en balançant des machettes pour se frayer un chemin. Une fois que nous avons atteint l'eau libre, nous avons été assez alarmés de voir au moins une douzaine d'alligators s'attarder à surveiller attentivement notre activité.

Les scientifiques ont découvert de manière inattendue une stèle, ou colonne de pierre, avec des glyphes d'emblème lisibles et une inscription hiéroglyphique dédiée au seigneur d'une ville. Cela a révélé le nom maya du site, Bahlam Jol, aux côtés des symboles coutumiers de la règle &mdash le sceptre du dieu de la foudre K'awiil et un bouclier sur un captif lié.

À Naranjo, une ville maya classique à 32 kilomètres au sud de Witzna, des travaux antérieurs avaient trouvé une autre stèle. L'inscription indiquait qu'en 697, Bahlam Jol avait été attaqué et brûlé une deuxième fois. Dans les dépôts lacustres adjacents à Witzna, Wahl et ses collègues ont découvert une couche de charbon de 1,2 pouce (3 centimètres) résultant d'un incendie massif, de loin la plus grande des 1700 ans de sédiments qu'ils ont examinés. La datation au carbone d'une graine dans cette couche de charbon de bois suggère que l'incendie s'est produit dans la dernière décennie du VIIe siècle, soutenant l'inscription de la stèle de Naranjo.

Le rasage de toutes les structures clés de Witzna, y compris le palais royal ainsi que les monuments inscrits avec des glyphes, a soutenu l'idée que ce site a subi une destruction majeure. En outre, Wahl et ses collègues ont également découvert qu'avant la fin du VIIe siècle, les dépôts lacustres montraient de nombreux signes d'activité humaine, tels que des résidus agricoles et des vestiges de la combustion, mais ceux-ci ont considérablement diminué après l'attaque présumée.

Bien que les destructions observées à Witzna rappellent celles observées à la fin de la période classique, il y avait des différences. "Vous voyez la persistance de la lignée royale là-bas après l'attaque, alors que dans le Terminal Classic, la famille royale est soit tuée soit supprimée", a déclaré Wahl. "Mais à Witzna, la ville a été anéantie, comme vous le voyez dans le Terminal Classic."

Le symbole "puluuy", qui a été utilisé pour décrire l'incendie de Bahlam Jol, a déjà été vu sur d'autres sites mayas. Cela suggère que de telles brûlures étaient peut-être plus courantes dans l'ancienne guerre maya qu'on ne le savait auparavant, ont déclaré les chercheurs.

Dans l'ensemble, ces découvertes suggèrent qu'une telle guerre totale destructrice a été pratiquée même pendant l'apogée de l'ancienne prospérité et de la sophistication artistique maya, remettant en question les théories suggérant qu'elle était unique aux jours de déclin de la civilisation maya. En tant que tel, il a peut-être joué un rôle moins important dans l'effondrement de l'empire maya que certains ne l'avaient suggéré auparavant.

"Je pense que, sur la base de ces preuves, la théorie selon laquelle un passage présumé à la guerre totale était un facteur majeur dans l'effondrement de la société maya classique n'est plus viable. Nous devons rechercher d'autres causes », a déclaré le co-auteur de l'étude Francisco Estrada-Belli à l'Université Tulane à la Nouvelle-Orléans dans un communiqué.

Les scientifiques ont détaillé leurs découvertes en ligne le 5 août dans la revue Nature Human Behavior.


Principaux mots-clés de l'article ci-dessous : 13ème, langue, utilisé, variantes, développé, record, ancien, ancien, script, démotique, protodynastique, bc, devenu, hiéroglyphes, égyptien, hiératique, temps, natif, systèmes, écriture, populaire, dernier , inclure, egypte, cursive, hiéroglyphes, royaume, siècle, en avant, 3500.

SUJETS CLÉS
Les systèmes d'écriture natifs de l'Égypte ancienne utilisés pour enregistrer la langue égyptienne comprennent à la fois les hiéroglyphes égyptiens et les hiératiques de l'époque protodynastique, les variantes cursives du 13ème siècle avant JC des hiéroglyphes qui sont devenus populaires, puis la dernière écriture démotique développée à partir de l'hiératique, à partir de 3500 avant JC. . [1] Le terme démotique, dans le contexte de l'Égypte, en est venu à désigner à la fois l'écriture et la langue qui ont suivi l'étape de l'Égypte ancienne tardive, c'est-à-dire de la 25e dynastie nubienne jusqu'à sa marginalisation par la Koine grecque aux premiers siècles de notre ère. [1]

Compte tenu du manque de preuves directes, "aucune détermination définitive n'a été faite quant à l'origine des hiéroglyphes dans l'Egypte ancienne". [2] Dans cette leçon, nous discuterons de certaines des réalisations majeures de l'Égypte ancienne, notamment son unification par le roi Ménès, les pyramides, les hiéroglyphes et le calendrier égyptien. [3]

Anciens alphabets et caractères hiéroglyphiques expliqués : avec un récit des prêtres égyptiens, leurs classes, l'heure de l'initiation et les sacrifices des aztèques et de leurs oiseaux, en langue arabe. [2] Le scribe égyptien antique, ou sesh, était une personne instruite dans les arts de l'écriture (utilisant à la fois des hiéroglyphes et des écritures hiératiques, et à partir de la seconde moitié du premier millénaire avant notre ère, l'écriture démotique, utilisée comme sténographie et pour le commerce) et dena (arithmétique).[1] Hiéroglyphes égyptiens - Encyclopédie de l'histoire ancienne Hiéroglyphes égyptiens Priscila Scoville L'écriture hiéroglyphique égyptienne était l'un des systèmes d'écriture utilisés par les anciens Égyptiens pour représenter leur langue. [4]

Les hiéroglyphes ont été utilisés pour la plupart des formes de communication écrite qui ont survécu aux époques de l'Égypte ancienne et moyenne, du moins pour les documents officiels. Hiératique était déjà utilisé pour les besoins administratifs quotidiens de l'Ancien Empire. [1] L'orthographe et les normes ont varié au fil du temps, de sorte que l'écriture d'un mot pendant l'Ancien Empire pourrait être considérablement différente pendant le Nouvel Empire. [2] Des exemples de "sets" de bols zoomorphes sont connus depuis l'Ancien Empire. [5] Des exemples de tablettes d'argile, un support populaire en Mésopotamie, datant de la fin de l'Ancien Empire (2686-2160 avant notre ère) ont été trouvés dans l'oasis de Dakhla, une zone éloignée des divers endroits où le papyrus était produit. [4] Il ne contenait pas de phrases complètes, et la première phrase complète découverte par les archéologues est datée du règne de la deuxième dynastie de l'Ancien Empire. [6]

Les archéologues divisent l'histoire de l'Égypte ancienne en trois périodes d'unification : l'Ancien Empire, l'Empire du Milieu et le nouvel Empire. [7] L'Ancien Empire fut la période la plus paisible de l'histoire égyptienne : séparée par le désert du Sinaï d'un autre centre de civilisation, la Mésopotamie, et isolée par les grands déserts d'Afrique, la classe des Egyptiens tranquilles (ceux qui ne travaillaient pas à la ferme, principalement la classe supérieure) jouissait du luxe de la contemplation de l'au-delà. [7]

L'intérêt européen pour l'Égypte ancienne était fort à l'époque romaine et a repris à la Renaissance, lorsque la richesse des vestiges égyptiens de la ville de Rome a été complétée par les informations fournies par les visiteurs de l'Égypte elle-même. [8] Il a vécu il y a plus de 5 000 ans, et tandis que les écrivains anciens l'ont parfois crédité comme étant le premier pharaon d'une Égypte unie, nous savons aujourd'hui que ce n'est pas vrai - il y avait un groupe de dirigeants égyptiens qui ont précédé Ménès. [9]


L'écriture hiéroglyphique égyptienne était l'un des systèmes d'écriture utilisés par les anciens Égyptiens pour représenter leur langue. [4] L'écriture égyptienne ancienne est connue sous le nom de hiéroglyphes (« sculptures sacrées ») et s'est développée à un moment donné avant. [4] Les anciens Égyptiens utilisaient des mots-images pour écrire des hiéroglyphes. [10] Histoire de l'Égypte ancienne pour les enfants : Hiéroglyphes Parents et enseignants : Soutenez les canards en nous suivant sur ou. [10] Cela a permis de conclure que l'écriture hiéroglyphique égyptienne ancienne était un mélange de signaux représentant des sons, des idées et des mots, et non un alphabet commun. [4]

Les hiéroglyphes n'étaient rien de plus qu'un système très sophistiqué de symboles connus dans l'Egypte ancienne. [6] Une grande partie de ce que l'on sait de l'Égypte ancienne est due aux activités de ses scribes. [1] Même ceux associés à l'Égypte ancienne étaient généralement transmis sous des formes grecques. [1] J'étudie actuellement l'Égypte ancienne et ses relations avec le Proche-Orient au temps d'Akhenaton. [4] Dans l'Egypte ancienne, les scribes étaient très respectés pour leurs connaissances et leur habileté à utiliser ce don des dieux et cette position était un vecteur d'ascension sociale. [4]


Les érudits se réfèrent souvent aux dynasties 18-20 comme englobant le « Nouvel Empire », une période qui a duré environ. 1550-1070 av. Cette période a lieu après que les Hyksos aient été chassés d'Égypte par une série de dirigeants égyptiens et que le pays ait été réunifié. [9] Ils sont rejoints par des dizaines de grands et petits obélisques, qui sont des piliers de pierre pointus que les pharaons et d'autres Égyptiens éminents ont construits pour commémorer leurs grands exploits, vénérer le dieu solaire Ra et fournir une protection et une stabilité magiques aux tombeaux et temples égyptiens. , et royaume. [3]

Le besoin de tenir des registres dans l'Ancien Empire a conduit à la création d'un langage, appelé Hiéroglyphes (mots sacrés). [7] Les vues de l'Égypte étaient dominées par la tradition classique selon laquelle c'était le pays de la sagesse ancienne, cette sagesse était censée être inhérente à l'écriture hiéroglyphique, censée transmettre des idées symboliques profondes, et non - comme c'est le cas en fait - les sons et les mots des textes. [8] La crue du Nil s'est produite entre juin et août et le sol fertile qu'il a créé était vital pour la survie de l'Égypte ancienne, la fertilité jouant un rôle important dans la religion égyptienne. [9]

Le Moyen Empire d'Égypte est la période de l'histoire de l'Égypte ancienne qui s'étend de l'établissement de la Onzième dynastie à la fin de la Treizième dynastie, entre 2055 et 1650 avant notre ère. Durant cette période, le culte funéraire d'Osiris s'éleva pour dominer la religion populaire égyptienne. [11] La période tardive de l'Égypte ancienne fait référence à la dernière floraison des dirigeants égyptiens indigènes après la troisième période intermédiaire de la vingt-sixième dynastie saïte aux conquêtes perses, et s'est terminée avec la conquête par Alexandre le Grand et l'établissement du royaume ptolémaïque. [11] Le plus ancien texte mathématique de l'Égypte ancienne découvert à ce jour, cependant, est le papyrus de Moscou, qui date de l'Empire égyptien du Milieu vers 2000 - 1800 avant notre ère. [12]

Les grands jours de l'Egypte ancienne sont tombés entre c. 3000 avant notre ère et c. 1000 avant notre ère, mais la civilisation est restée très active pendant des siècles après cela. [13] L'Egypte ancienne, civilisation du nord-est de l'Afrique qui date du IVe millénaire av. [8] Dans sa plus grande mesure, dans c. 1250 avant notre ère, l'Égypte ancienne occupait le pays dans toutes les directions, de la côte syrienne au nord à la mer Rouge à l'est, en descendant la vallée du Nil jusqu'à la Nubie au sud, et s'étendait à l'ouest vers l'intérieur des terres dans le désert de Libye. [13] Le développement du système d'écriture dans l'Égypte ancienne était différent de celui de la Mésopotamie. [14] La civilisation de l'Égypte ancienne a été l'une des plus anciennes de l'histoire du monde. [13] La civilisation de l'Égypte ancienne est connue pour ses réalisations prodigieuses dans toute une gamme de domaines, notamment l'art et l'architecture, l'ingénierie, la médecine et l'art de gouverner. [13] L'esclavage était connu dans l'Égypte ancienne, mais son étendue n'est pas claire. [13] Aucune histoire politique cohérente de l'Egypte ancienne ne peut être écrite. [8]

En 2013, lors de sa troisième saison de fouilles, il est tombé sur quelque chose d'assez inattendu : des rouleaux entiers de papyrus, certains de quelques mètres de long et encore relativement intacts, écrits en hiéroglyphes ainsi qu'en hiératiques, l'écriture cursive que les anciens Égyptiens utilisaient pour la communication quotidienne. [15] Les hiéroglyphes égyptiens sont un système d'écriture formel utilisé par les anciens Égyptiens et sont peut-être la forme d'écriture hiéroglyphique la plus largement reconnue au monde. [16] Cette tradition a commencé avec le prêtre égyptien Manéthon, qui a vécu au IIIe siècle av. Ses récits de l'histoire de l'Égypte ancienne ont été conservés par des écrivains grecs anciens et, jusqu'au déchiffrement de l'écriture hiéroglyphique au 19 e siècle, étaient l'un des rares récits historiques que les érudits pouvaient lire. [9] Il est maintenant possible d'en savoir beaucoup sur la culture égyptienne ancienne de milliers d'années grâce à leur écriture hiéroglyphique. [16] Il est presque impossible de connaître la véritable prononciation de nombreux mots égyptiens anciens, d'autant plus qu'il n'y a pas de voyelles dans l'écriture hiéroglyphique. [16] Le premier exemple d'écriture hiéroglyphique égyptienne antique date d'environ 3100 av. [14]

Pour cette raison, les anciens scribes égyptiens réutilisaient souvent le papyrus après avoir supprimé les anciens textes. [14]

Outre les premières pyramides construites pour les rois décédés de l'Ancien Empire, les rois ultérieurs ont rassemblé leurs tombes et leurs temples pour former presque une ville des morts, ou la nécropole, comme Saqqarah, Gizeh, dans l'Ancien et le Moyen Empire, jusqu'au Vallée des Rois sur la rive ouest du Nil près de Thèbes, dans le Nouvel Empire. [7] L'unification faisait appel à l'autorité du leadership, d'où la divinité des rois, reflétée dans les gigantesques pyramides de l'Ancien Empire. [7]

Lors de sa première saison de creusement, en 2011, il a établi que les grottes avaient servi comme une sorte de dépôt de stockage de bateaux pendant la quatrième dynastie de l'Ancien Empire, il y a environ 4 600 ans. [15] Renseignez-vous sur les pharaons et les élites de l'Ancien Empire, les tombeaux, les temples, le Sphinx et sur la façon dont les nouvelles technologies dévoilent leurs secrets. [17]


Le pharaon était le souverain de l'Egypte ancienne, à la fois politiquement et religieusement. [13] L'Egypte ancienne a été caractérisée par des périodes d'unification interrompues par la désintégration. [7] Parfois, l'Égypte ancienne régnait sur un territoire situé à l'extérieur de la frontière du pays moderne, contrôlant le territoire de ce qui est aujourd'hui le Soudan, Chypre, le Liban, la Syrie, Israël et la Palestine. [9] La vie de l'Égypte ancienne était centrée autour du Nil et des terres fertiles le long de ses rives. [13] L'Égypte ancienne peut être considérée comme une oasis dans le désert du nord-est de l'Afrique, dépendante de l'inondation annuelle du Nil pour soutenir sa population agricole. [8] L'Égypte ancienne a énormément contribué à la connaissance humaine dans les domaines de la science, de l'art, de l'architecture et de la religion. [7] Egypte, ancienne Une discussion sur certains des sites les plus importants associés à l'Egypte ancienne. [8] La raison pour laquelle les anciens ont abandonné le port en faveur d'Ayn Soukhna semblerait être d'ordre logistique : Ayn Soukhna n'est qu'à environ 75 miles de la capitale de l'Egypte ancienne. [15] L'héritage visible dominant de l'Égypte ancienne se trouve dans les œuvres d'architecture et d'art figuratif. [8]


L'Ancien Empire est le nom donné à la période du troisième millénaire avant J. basse vallée du Nil (les autres étant l'Empire du Milieu et le Nouvel Empire). [11] La Première période dynastique de l'Égypte a immédiatement suivi l'unification de la Basse et de la Haute Égypte vers 3100 av. Il est généralement considéré comme incluant les première et deuxième dynasties, allant de la période protodynastique de l'Égypte jusqu'à environ 2686 avant JC, ou le début de l'Ancien Empire. [11] Sous le roi Djéser, le premier roi de la troisième dynastie de l'Ancien Empire, la capitale royale de l'Égypte a été déplacée à Memphis. [11] Pendant l'Ancien Empire, le roi d'Égypte (non appelé le Pharaon jusqu'au Nouvel Empire) est devenu un dieu vivant, qui régnait de manière absolue et pouvait exiger les services et la richesse de ses sujets. [11]

Sculpture égyptienne de l'Ancien Empire : Cette sculpture a été créée sous la IVe dynastie et représente la déesse Hathor, le roi Menkaourê et la déesse Bat. [11] Les artisans égyptiens de l'Ancien Empire ont perfectionné l'art de sculpter et de sculpter des décorations en relief complexes dans la pierre. [11]

Le Nouveau Royaume d'Égypte, également appelé Empire égyptien, est la période comprise entre le XVIe siècle et le XIe siècle avant notre ère, couvrant les dix-huitième, dix-neuvième et vingtième dynasties égyptiennes. [11] L'Ancien Royaume d'Égypte a existé de la troisième à la sixième dynastie (2686 av. J.-C.-2182 av. J.-C.). [11]

L'histoire révisée des royaumes anciens de Newton met à disposition de nombreuses informations et informations supplémentaires sur l'histoire de l'Égypte ancienne ainsi que sur l'histoire d'autres royaumes anciens. [18] Le Nouvel Empire est connu comme l'âge d'or de l'histoire égyptienne antique et est la période d'Hatchepsout, Toutankhamon, Ramsès II et d'autres pharaons célèbres. [11] Le Livre des Morts est le nom moderne d'un ancien texte funéraire égyptien, utilisé depuis le début du Nouvel Empire (vers 1550 avant notre ère) jusqu'à environ 50 avant notre ère. Le nom égyptien d'origine est traduit par « Livre de la sortie par jour » ou « Livre de l'émergence dans la lumière ». [11]


Nous savons d'après les écrits anciens que l'Égypte a connu de nombreuses crues du Nil vers la fin de l'Ancien Empire. [19] Si en effet le plus ancien enregistrement hiéroglyphique démontre un système linguistique qui pourrait être classé comme une langue distincte plutôt que simplement comme un prédécesseur de l'égyptien, cela expliquerait la nature énigmatique de la plupart des premières inscriptions et la disparition de nombreux premiers signes typiques avant l'Ancien Empire. [20] Dans les hiéroglyphes ou les hiératiques, par conséquent, on n'est susceptible de rencontrer que le moyen égyptien ou la forme littéraire antérieure de la langue, le vieil égyptien, la langue parlée à l'époque archaïque (I & II Dynasties, c. 3100-2680) et l'Ancien Empire (III-VI Dynasties, 2680-2159). [21] On trouve également des allitérations, des métathèses, des métaphores, des ellipses, des anthropomorphismes et des expressions pittoresques. ► écriture proto-rationnelle précoce ? • Ancien Empire tardif (Dynastie 6) - Ancien égyptien L'administration de l'État pharaonique était considérable. [22]

Les sujets incluent: Arts et artisanat, Egypte et ses voisins, hiéroglyphes et grammaire égyptienne, histoire de l'Egypte, histoire de l'égyptologie, littérature, momies, personnes et vie quotidienne, pharaons, pyramides, tombeaux, temples, ouvrages de référence, religion, science et technologie , Toutankhamon et les femmes dans l'Egypte ancienne. [23] Joyce Tyldesley, maître de conférences en égyptologie à l'Université de Manchester, est l'auteur de Myths and Legends of Ancient Egypt (Allen Lane 2010) et Toutankhamen's Curse: the Developing history of an Egyptian king (Profile 2012). [24]


Les ressources naturelles de la vallée du Nil pendant l'essor de l'Égypte ancienne comprenaient la pierre de construction et décorative, les minerais de cuivre et de plomb, l'or et les pierres semi-précieuses, qui ont tous contribué à l'architecture, aux monuments, aux bijoux et à d'autres formes d'art pour lesquelles cette civilisation serait devenir bien connu. [11] La période tardive de l'Égypte ancienne (664-332 avant notre ère) a marqué un maintien de la tradition artistique avec des changements subtils dans la représentation de la forme humaine. [11] Assiette en céramique (vers 3900 avant notre ère) : il s'agit d'une assiette de la première période dynastique de l'Égypte ancienne. [11] Leur règne a duré 275 ans, de 305 avant notre ère à 30 avant notre ère. Ils étaient la dernière dynastie de l'Egypte ancienne. [11] Un exemple de telles stèles est les Annales d'Amenemhat II, un document historique important pour le règne d'Amenemhat II (r. 1929-1895 BCE) et aussi pour l'histoire de l'Égypte ancienne et la compréhension de la royauté en général. [11] La plupart de la population et des villes d'Égypte se trouvent le long de ces parties de la vallée du Nil au nord d'Assouan, et presque tous les sites culturels et historiques de l'Égypte ancienne se trouvent le long des berges. [11] L'Égypte ancienne a pu prospérer en raison de son emplacement sur le Nil, qui est inondé à des intervalles prévisibles, permettant une irrigation contrôlée et fournissant un sol riche en nutriments favorable à l'agriculture. [11] En raison de la rareté du bois, les deux matériaux de construction prédominants utilisés dans l'Égypte ancienne étaient la brique de boue cuite au soleil et le calcaire. [11] Une contribution majeure de la Dernière Période de l'Egypte ancienne était le Brooklyn Papyrus. [11] Le grand nombre de stèles survivantes de l'Égypte ancienne constituent l'une des sources d'informations les plus importantes et les plus importantes sur ces civilisations. [11] La sculpture monumentale de l'Égypte ancienne est mondialement connue, mais de petites œuvres raffinées et délicates existent en bien plus grand nombre. [11] Les têtes dites de réserve, ou têtes sans poils, sont particulièrement naturalistes, bien que la mesure dans laquelle il y avait de vrais portraits dans l'Egypte ancienne soit encore débattue. [11] Les stèles de l'Égypte ancienne servaient à de nombreuses fins, des funérailles au marquage du territoire, en passant par la publication de décrets. [11] La sculpture illustrée ci-dessous - le fait qu'une femme privée puisse se faire faire une sculpture - en dit long sur l'égalité des sexes dans l'Égypte ancienne. [11] Il n'y a aucune preuve de ce cycle sothique dans l'Égypte ancienne. [18] Il y avait des écoles dans l'Egypte ancienne, mais presque personne n'y allait. [25]

L'un des symboles égyptiens antiques les plus reconnaissables, l'ankh, est l'un des rares vestiges à avoir survécu au déclin des anciennes religions et à être encore utilisé aujourd'hui. [26] Au cours de l'Ancien Empire, les mastabas royaux se sont finalement transformés en "pyramides à degrés" taillées dans la roche, puis en "vraies pyramides", bien que l'utilisation non royale des mastabas ait continué à être utilisée pendant plus de mille ans. [11] Pendant l'Ancien Empire, seul le pharaon avait accès à ce matériel, que les érudits appellent les Textes des Pyramides. [11] Le Livre des Morts faisait partie d'une tradition de textes funéraires qui comprend les premiers Textes des Pyramides de l'Ancien Empire et les Textes du cercueil de l'Empire du Milieu. [11] Les pratiques funéraires royales du Moyen Empire sont restées à peu près les mêmes que dans l'Ancien Empire, les rois continuant à construire des pyramides pour leurs enterrements. [11] Contrairement à l'Ancien Empire, cependant, les pyramides royales de l'Empire du Milieu n'étaient pas aussi bien construites et si peu d'entre elles restent en tant que structures pyramidales aujourd'hui. [11] L'Ancien Empire est peut-être mieux connu pour le grand nombre de pyramides construites à cette époque comme lieux de sépulture pharaoniques. [11] Connu comme « l'âge des pyramides », l'Ancien Empire était caractérisé par des avancées révolutionnaires dans l'architecture. [11] Ces tombes ont été construites sous la forme de grandes pyramides, et pour cette raison, l'Ancien Empire est fréquemment appelé "l'Âge des Pyramides". [11] Comme dans l'Ancien Empire, la pierre était le plus souvent réservée aux tombeaux et aux temples, tandis que les briques étaient utilisées pour les palais, les forteresses, les maisons de tous les jours et les murs de la ville. [11] Contrairement à l'Ancien Empire, les objets d'usage quotidien n'étaient pas souvent inclus dans les tombes cependant, ils sont réapparus vers la fin du Moyen Empire. [11] Contrairement aux attitudes élitistes de l'Ancien Empire envers les dieux, l'Empire du Milieu a connu une augmentation des expressions de piété personnelle et ce qu'on pourrait appeler une démocratisation de l'au-delà. [11] Alors que l'Ancien Empire était une période de sécurité intérieure et de prospérité, il a été suivi d'une période de désunion et de déclin culturel relatif désigné par les égyptologues comme la Première Période Intermédiaire. [11] Pendant la période de l'Ancien Empire, l'ankh était bien connu comme un symbole de la vie éternelle. [26] Dans l'Ancien Empire, les Textes des Pyramides, qui contenaient des sorts pour aider les morts à atteindre l'au-delà avec succès, n'étaient accessibles qu'à l'élite. [11] Pyramide à degrés de Saqqarah : La pyramide à degrés de Djéser était la première des grandes pyramides construites pendant l'Ancien Empire en Égypte. [11] Ces structures sont devenues des modèles pour les pyramides à degrés qui seraient développées plus tard dans l'Ancien Empire. [11] Au cours de sa sixième année, il a redragé un canal de l'Ancien Empire autour de la première cataracte pour faciliter le voyage vers la Nubie supérieure, en l'utilisant pour lancer une série de campagnes brutales. [11]

L'écart chronologique de quelque 500 ans entre ces premières notations abrégées écrites en Egypte et les premières inscriptions narratives de l'Ancien Empire a été une source de malaise pour les érudits. [20] L'Ancien Empire comprend les premières dynasties importantes qui ont fait de l'Égypte une civilisation avancée. [19] Aucune puissance étrangère majeure n'a menacé l'Égypte, de sorte que l'Ancien Empire n'avait pas d'armée permanente. [19]

Il a été avancé qu'une telle diversité linguistique existait également en Égypte à la fin du quatrième millénaire avant J. 247, en particulier 198). [20] Lorsque j'ai visité l'Égypte, les guides égyptiens qui pouvaient lire les hiéroglyphes semblaient aimer utiliser les sons qu'ils pouvaient prononcer mais que de nombreux touristes européens n'avaient jamais entendus auparavant. [21] Pour la majeure partie de l'histoire égyptienne, la langue écrite en hiéroglyphes réels ou en son équivalent cursif, hiératique, était la langue littéraire initiée sous la XII dynastie (1991-1786) de l'Empire du Milieu. [21] La question de la prononciation de la langue égyptienne ancienne a récemment été rendue confuse par des présentations populaires qui ignorent certaines des caractéristiques essentielles et incontestables des hiéroglyphes égyptiens, le plus important étant que l'égyptien, comme c'est généralement le cas aujourd'hui avec l'arabe et l'hébreu, n'écrivait pas de voyelles -- sauf dans les transcriptions tardives de mots étrangers (principalement grecs). [21] « Égypte » vient de l'œuvre grecque Aegyptos, la prononciation grecque du nom égyptien ancien « Hwt-Ka-Ptah » (« Demeure de l'esprit de Ptah »), le nom original de la ville de Memphis. [27] Cela s'appelle « moyen égyptien », et c'est devenu la langue classique de l'Égypte ancienne. [21] Chronologie égyptienne Une brève introduction aux différentes périodes historiques de l'Egypte ancienne. [23]

Au Nouvel Empire comme à la fin de la période, l'archaïsme était savouré parce que les anciennes images-mots étaient censées éveiller les Kas d'antan et ainsi fournir la succession magique nécessaire. [22] L'égyptien a connu six étapes : Égyptien archaïque (deux premières dynasties), Égyptien ancien (Ancien Empire), Égyptien moyen (Première période intermédiaire et Empire du Milieu), Égyptien récent (Nouvel Empire et Troisième période intermédiaire), Égyptien démotique (Époque tardive ) et copte (période romaine). [22]

Pour l'Ancien Empire postérieur, il a été estimé que seulement 1% de la population totale possédait des compétences en écriture, dont la grande majorité étaient probablement des hommes. 13 Compte tenu du contexte extrêmement centralisé dans lequel l'écriture était utilisée au début de la période dynastique, ce pourcentage était probablement encore plus faible au début de la période dynastique. [20] Ce développement d'un script d'écriture conduit à l'utilisation de nouveaux médias et à des perceptions changeantes de l'écriture, qui se matérialisent dans l'Ancien Empire. [20] Le corpus de signes et le système d'écriture représentés par les premières notations télégraphiques diffèrent par leur structure et leur apparence des premières inscriptions narratives de l'Ancien Empire ( Schweitzer 2005 ). [20] La langue elle-même a le style des « archives » de l'Ancien Empire, souvent additif et avec peu d'auto-réflexion (qui commence avec la Première Période Intermédiaire). [22] La langue est restée en couches et des éléments archaïques ont parfois été introduits ou copiés pour donner au texte un sentiment d'antiquité (pour cette raison, la théologie de Memphis était considérée comme un texte de l'Ancien Empire). [22] L'Ancien Empire a commencé avec la Troisième Dynastie des rois en 2686 av. et a pris fin avec la VIIIe dynastie, plus de 500 ans plus tard. [19] Pendant la Cinquième Dynastie de l'Ancien Empire, le dieu solaire Ra a pris une place prépondérante dans la religion d'État. [19] Presque tous les pharaons de l'Ancien Empire (c2686-2125 avant JC) et du Moyen Empire (c2055-1650 avant JC) ont construit des tombes pyramidales dans les déserts du nord de l'Égypte. [24] L'objectif principal était d'étudier le développement de cette ville de province de la fin de l'Ancien Empire (2200 av. J.-C.) au début du Moyen Empire (vers 1850 av. J.-C.). [23] La longueur de la jupe variait selon la mode de l'époque à l'époque de l'Ancien Empire, elle était courte tandis qu'au Moyen Empire elle était de longueur mollet. [27] Les formes anciennes (bien que syntaxiquement problématiques) ont été retenues en raison de la nature divine des mots et de l'idéalisation de l'Ancien Empire. [22] Memphis (aussi un nom grec) était la capitale de l'Ancien Empire. [19]

Les enfants égyptiens antiques ne portaient pas de vêtements jusqu'à l'âge de six ans environ, alors qu'ils portaient les mêmes vêtements que les hommes et les femmes. [27] Cet événement définit la rupture la plus importante avec le passé : la fin de l'exclusivité du mode de pensée mythique et de son langage parlé déjà complexe et le début de l'histoire de l'Égypte ancienne. [22] Les premiers habitants de l'Egypte ancienne vivaient dans des huttes faites de roseaux de papyrus. Cependant, on a vite découvert que la boue laissée après les crues annuelles du Nil (inondation) pouvait être transformée en briques qui pourraient être utilisées pour la construction. [27] Il était chargé de faire des lois et de maintenir l'ordre, de s'assurer que l'Egypte ancienne n'était pas attaquée ou envahie par des ennemis et de garder les dieux heureux afin que le Nil soit inondé et qu'il y ait une bonne récolte. [27] L'Égypte ancienne, centrée en Afrique du Nord dans le delta du Nil, est sans doute la civilisation la plus puissante et la plus influente du monde antique. [27] Bien que l'Egypte ancienne soit un pays chaud et désertique où le manque d'eau rend difficile la culture et l'élevage des animaux, les crues annuelles du Nil (inondation) entre les mois de juin et septembre ont fait de la vallée du Nil l'un des les régions les plus fertiles du monde antique. [27] Une liste dans le peut-on énumérer la date du papyrus ici ? Gebelein Papyri (IVe dynastie 2613-2494 av. J.-C.) mentionne l'attribution d'un scribe qualifié à chaque groupe de potiers P. Andrassy, ​​« Marques de pot dans les preuves textuelles ? » in Non-textual Marking Systems in Ancient Egypt (and Elsewhere) (Lingua Aegyptia Studia Monographica 16), édité par J. Budka, F. Kammerzell et S. Rzepka (Hambourg, Allemagne : Widmaier Verlag). [20] Le résultat étant que l'Egypte ancienne n'est plus négligée dans l'histoire de la formation de l'intellect occidental. [22] La source du fleuve se trouve au Burundi en Afrique centrale, il traverse ensuite le Soudan, l'Éthiopie et l'Égypte ancienne et se jette dans la mer Méditerranée. [27] Dans Systèmes de marquage non textuels en Égypte ancienne (et ailleurs) (Hambourg, Allemagne). [20] Tout le monde dans l'Égypte ancienne devait se marier, les maris et les femmes se voyant attribuer des rôles complémentaires mais opposés au sein du mariage. [24] Le travail des femmes n'était pas confiné à la maison dans l'Égypte ancienne, contrairement à la société babylonienne. Les femmes étaient autorisées à posséder des biens dans l'Égypte ancienne, comme dans la société babylonienne. [28] Ces découvertes ont été publiées dans un livre intitulé Description de l'Egypte et ont établi l'égyptologie moderne (l'étude de l'Égypte ancienne) et l'archéologie. [29] L'un des plus grands héritages de l'Égypte ancienne a été l'invention du papyrus, le papier de roseau. [29] Cléopâtre VII, dernière reine de l'Égypte ancienne, a conquis le cœur de Jules César et de Marc Antoine, deux des hommes les plus importants de Rome. [24] La Révolution agricole est apparue relativement tard dans l'Égypte ancienne. [19]

Les Égyptiens avaient créé environ 800 hiéroglyphes à l'époque du Nouvel Empire. [6]

Comme la plupart des écritures anciennes, l'origine des hiéroglyphes égyptiens est mal comprise. [4] Les anciens hiéroglyphes égyptiens continuent d'être l'une des langues les plus fascinantes. [6] Bien sûr, la langue la plus influencée est l'arabe, et le dialecte parlé en Egypte a de nombreux mots avec des racines dans les temps anciens. [6]

Prenez l'histoire égyptienne de la création, l'Ogdoade, qui décrit les conditions cosmologiques fondamentales et éternelles et la création factuelle, non pas de l'univers entier qui est considéré comme éternel, mais de l'ancienne partie connue de celui-ci, notre galaxie de la Voie lactée. [6] Une écriture encore plus abrégée dépourvue de toute trace picturale connue sous le nom de démotique « populaire » a été utilisée vers le 7ème siècle avant notre ère. Les Égyptiens l'appelaient sekh shat, "écrire pour des documents". [4] Au fur et à mesure que l'écriture s'est développée et est devenue plus répandue parmi le peuple égyptien, des formes de glyphes simplifiées se sont développées, résultant en les écritures hiératiques (sacrées) et démotiques (populaires). [2] Hiératique est une forme cursive des hiéroglyphes égyptiens et a été utilisée pour la première fois pendant la Première Dynastie (c. 2925 BC - c. 2775 BC). [1] L'utilisation de l'écriture hiéroglyphique est née des systèmes de symboles proto-alphabétisés au début de l'âge du bronze, vers le 32e siècle av. ). [2] La plupart des textes survivants en langue égyptienne sont principalement écrits en écriture hiéroglyphique. [1] Au fur et à mesure que l'écriture égyptienne a évolué au cours de sa longue histoire, différentes versions de l'écriture hiéroglyphique égyptienne ont été développées. [4] Les écritures égyptiennes hiératiques et démotiques ultérieures étaient dérivées de l'écriture hiéroglyphique. Le méroïtique était une dérivation tardive du démotique. [2] Le nom indigène de l'écriture hiéroglyphique égyptienne est « l'écriture des paroles de Dieu ». [1] L'écriture hiéroglyphique représentant un canard pilet est lue en égyptien comme sꜣ, dérivé des principales consonnes du mot égyptien pour ce canard : 's', 'ꜣ' et 't'. (Notez que ꜣ (, deux demi-anneaux s'ouvrant vers la gauche), parfois remplacé par le chiffre '3', est l'alef égyptien). [2]

Les Égyptiens ont commencé à former une langue écrite pictographique il y a environ 5000 ans, qu'ils ont continué à utiliser pendant plus de 3500 ans, jusqu'à environ 400 après JC. Finalement, les images qu'ils utilisaient pour représenter des mots en sont venues à représenter des sons. [1] La pierre de Rosette a été réalisée, une stèle portant un décret sacerdotal du règne de Ptolémée V en trois langues : hiéroglyphes égyptiens, écriture démotique et grecque. [4] Décoder les hiéroglyphes égyptiens : Comment lire la langue secrète des Pharaons. [4] Dans les hiéroglyphes égyptiens, un cartouche est un ovale avec une ligne horizontale à une extrémité, indiquant que le texte ci-joint est un nom royal, utilisé au début de la quatrième dynastie sous le pharaon Sneferu, remplaçant le premier serekh. [1] Les récipients ont été enterrés dans des tombes, et c'est également dans des tombes de la période Naqada III/Dynasty 0 (vers 3200-3000 avant notre ère) que les premiers exemples de hiéroglyphes égyptiens datés de manière sûre ont été trouvés. [4] Les égyptologues appellent l'écriture égyptienne des hiéroglyphes, qui constituent aujourd'hui le premier système d'écriture connu au monde. [1] La plupart des gens se réfèrent aux hiéroglyphes lorsqu'ils parlent de l'écriture égyptienne. [1] Il aurait été possible d'écrire tous les mots égyptiens à la manière de ces signes, mais les Égyptiens ne l'ont jamais fait et n'ont jamais simplifié leur écriture complexe en un véritable alphabet. [2] L'écriture égyptienne est souvent redondante : en effet, il arrive très fréquemment qu'un mot puisse suivre plusieurs caractères écrivant les mêmes sons, afin de guider le lecteur. [2] Les scribes égyptiens utilisaient du papyrus et d'autres surfaces d'écriture alternatives, y compris des tableaux d'écriture généralement en bois. [4] Selon la tradition égyptienne, le dieu Thot a créé l'écriture pour rendre les Égyptiens plus sages et renforcer leur mémoire. [4]

Vers 2500 av. sortilèges liturgiques inscrits sur des cercueils. [4] Les hiéroglyphes sont employés de deux manières dans les textes égyptiens : en tant qu'idéogrammes qui représentent l'idée représentée par les images et plus communément en tant que phonogrammes indiquant leur valeur phonétique. [1] Comme dans l'écriture arabe, toutes les voyelles n'ont pas été écrites en hiéroglyphes égyptiens, il est discutable si les voyelles ont été écrites du tout. [2] En raison de leur élégance picturale, Hérodote et d'autres Grecs importants croyaient que les hiéroglyphes égyptiens étaient quelque chose de sacré, ils les appelaient donc « l'écriture sainte ». [4] Quelques caractères supplémentaires ont dû être ajoutés pour représenter des sons de la langue égyptienne qui n'existaient pas dans la prononciation grecque de l'époque (par exemple, le phonème /f/). [1] Quelques caractères supplémentaires ont dû être ajoutés pour représenter des sons de la langue égyptienne qui n'existaient pas dans la prononciation grecque de l'époque (comme, par exemple, le "f"). [1] Les Égyptiens christianisés ont développé l'alphabet copte (une émanation de l'alphabet oncial grec), la dernière étape du développement de la langue égyptienne, utilisée pour représenter leur langue. [4] Les glyphes eux-mêmes depuis la période ptolémaïque étaient appelés τὰ ἱερογλυφικὰ ( tà hieroglyphikà ) « les lettres gravées sacrées », la contrepartie grecque de l'expression égyptienne de mdw.w-nṯr « les paroles de Dieu ». [2] Une autre manière dont fonctionnent les hiéroglyphes est illustrée par les deux mots égyptiens prononcés pr (généralement vocalisés selon ). [2] Au 4ème siècle, peu d'Égyptiens étaient capables de lire les hiéroglyphes et le « mythe des hiéroglyphes allégoriques » était ascendant. [2]

Il y a eu des périodes dans l'histoire égyptienne où les gens s'abstenaient d'inscrire un nom sur ces amulettes, de peur qu'elles ne tombent entre les mains de quelqu'un conférant le pouvoir au porteur du nom. [1] Le cartouche est devenu un symbole représentant la protection contre le mal et porte-bonheur. Les Égyptiens croyaient que si vous aviez votre nom écrit quelque part, vous ne disparaîtriez pas après votre mort. [1] Le déterminatif du pluriel est un raccourci pour signaler trois occurrences du mot, c'est-à-dire son pluriel (puisque la langue égyptienne avait un double, parfois indiqué par deux traits). [2] Alors que la culture égyptienne est l'une des influences de la civilisation occidentale, peu de mots d'origine égyptienne restent en anglais. [1]

Les Égyptiens se contentaient parfaitement d'inclure une orthographe plus ancienne (« orthographe historique ») aux côtés de pratiques plus récentes, comme s'il était acceptable en anglais d'utiliser des orthographes archaïques dans les textes modernes. [2]

Lorsque l'Égypte est devenue une partie de l'empire grec et (plus tard) de l'empire romain, le système d'écriture hiéroglyphique a été remplacé par l'alphabet grec utilisé d'abord pour écrire des manuscrits magiques puis chrétiens (coptes). [1] Papyrus, le principal support d'écriture portable en Egypte, apparaît pendant la Première dynastie (c. 3000-2890 BCE) : le premier exemple survivant que nous connaissons provient d'un rouleau vierge trouvé dans la tombe de Hemaka, un fonctionnaire du roi Tanière. [4]

Au 7ème siècle, l'Egypte était dominée par l'Islam, et les dégâts des textes anciens par les deux nouvelles religions avaient déjà commencé. [6] Les hiéroglyphes ont continué à être utilisés sous la domination perse (intermittente aux VIe et Ve siècles av. [2] Pendant la période ptolémaïque (332-30 av. J.-C.) et la période romaine (30 av. [4]

Beaucoup de ces objets ont été pillés et nous les connaissons grâce aux quelque 150 étiquettes survivantes, qui contiennent les plus anciennes écritures connues en Égypte. [4]

Veuillez noter que cet article se concentre sur les hiéroglyphes, et non sur d'autres formes d'écritures égyptiennes anciennes comme les écritures démotique et hiératique. [6] Dans l'ancienne langue égyptienne, les hiéroglyphes étaient appelés medu netjer, « les mots des dieux », car on croyait que l'écriture était une invention des dieux. [4] Les hiéroglyphes égyptiens étaient un système d'écriture formel utilisé par les anciens Égyptiens qui combinaient des éléments logographiques et alphabétiques. [5] Les anciens scribes égyptiens évitaient systématiquement de laisser de grands espaces vides dans leur écriture et pouvaient ajouter des compléments phonétiques supplémentaires ou parfois même inverser l'ordre des signes si cela se traduisait par une apparence plus esthétique (les bons scribes s'occupaient de l'art, et même religieux, des hiéroglyphes, et ne les considérerait pas simplement comme un outil de communication). [2] La réussite de Champollion dans le déchiffrement de la pierre de Rosette a dévoilé le secret de l'ancien système d'écriture égyptien et a permis au monde de finalement lire l'histoire égyptienne. [4] Il arrive parfois que la prononciation des mots soit modifiée en raison de leur rapport avec l'égyptien ancien : dans ce cas, il n'est pas rare que l'écriture adopte un compromis de notation, les deux lectures étant indiquées conjointement. [2] Bien qu'il soit presque certain que nous ne trouverons jamais comment prononcer les mots dans la langue égyptienne ancienne comme les gens qui ont vécu il y a des millénaires, il est toujours possible de lire leurs symboles - ceux qui contiennent une magie qui n'est rien de plus que le mystique sentiment émis en lisant des mots fermés dans les symboles il y a des milliers d'années. [6] Les textes religieux n'ont généralement aucune ponctuation, tandis que les textes de la dernière partie de la langue égyptienne ancienne ont des points entre les lignes de pensée importantes. [1]

Une fois que l'on comprend les hiéroglyphes, il est facile de déterminer si l'on examine un texte rétrograde, car cela n'aura tout simplement aucun sens ! . [1] En 1799, lorsque la découverte de la pierre de Rosette s'est produite, les érudits ont finalement eu un exemple de grec hiéroglyphique, démotique et ancien qu'ils étaient tous raisonnablement certains d'être les traductions du même passage. [1] La pierre de Rosette contient trois écritures parallèles - hiéroglyphique, démotique et grecque. [2] Un an plus tard, la pierre de Rosette a été trouvée, un décret de Ptolémée V, avec le même texte écrit en grec, en écriture démotique et hiéroglyphique. [4]

Pendant de nombreuses années, la première inscription hiéroglyphique connue était la palette de Narmer, trouvée lors de fouilles à Hiérakonpolis (aujourd'hui Kawm al-Ahmar) dans les années 1890, qui a été datée d'environ 3200 av. Cependant, des découvertes archéologiques récentes révèlent que les symboles de la poterie gerzéenne, vers 4000 av. J.-C., ressemblent aux formes traditionnelles des hiéroglyphes. [1] C'est une forme d'écriture très ancienne qu'ils ont commencé à utiliser dès 3000 av. Les hiéroglyphes étaient une manière d'écrire très compliquée impliquant des milliers de symboles. [10] Puisque l'écriture en hiéroglyphes était si compliquée, il a fallu des années d'éducation et de pratique pour pouvoir le faire. [10] Jusqu'à récemment, étant donné la période de temps dont nous parlons, le déchiffrement des hiéroglyphes était entravé parce que ceux qui tentaient de déchiffrer les hiéroglyphes attribuaient des significations émotionnelles aux symboles réels utilisés. [1] Il y avait aussi une forme d'écriture hiéroglyphique cursive utilisée pour les documents religieux sur papyrus, comme les Livres des morts multi-auteurs de la période ramesside, cette écriture était plus proche des hiéroglyphes sculptés dans la pierre, mais n'était pas aussi cursive que hiératique, manquant de l'utilisation large des ligatures. [1] Parfois, les scribes utilisaient une forme courte plus rapide de hiéroglyphes sur papyrus appelée hiératique. [10] Tandis que hiératique porte encore quelques traces de l'apparence hiéroglyphique picturale, le démotique n'a aucune trace picturale et il est difficile de lier les signes démotiques avec son hiéroglyphe équivalent. [4] En dehors des hiéroglyphes, le hiératique (une version cursive de l'écriture hiéroglyphique) et le démotique (encore plus cursif et abrégé) ont été employés dans l'histoire de l'écriture hiéroglyphique de plus de 3 000 ans en Égypte. [1]

Comme la pierre présentait une version hiéroglyphique et une version démotique du même texte en parallèle avec une traduction grecque, beaucoup de matériel pour des études falsifiables en traduction était soudainement disponible. [2] Cette pierre avait le même message écrit en hiéroglyphes et en grec. [dix]

Des survivances tardives d'utilisation hiéroglyphique se trouvent bien dans la période romaine, s'étendant jusqu'au 4ème siècle après JC. [2] En anglais, hiéroglyphe en tant que nom est enregistré à partir de 1590, à l'origine abréviation de hiéroglyphe nominalisé (années 1580, avec un hiéroglyphe pluriel), à partir de l'utilisation adjectivale (caractère hiéroglyphique). [2] En hiéroglyphe, le nom du roi ou du pharaon et les noms des dieux sont souvent placés dans un cercle appelé cartouche. [1] La plupart des signes hiéroglyphiques non déterminants sont de nature phonétique, ce qui signifie que le signe est lu indépendamment de ses caractéristiques visuelles (selon le principe du rébus où, par exemple, l'image d'un œil pourrait représenter les mots anglais eye et I ). [2]

Comme dans de nombreux systèmes d'écriture anciens, les mots ne sont pas séparés par des blancs ou par des signes de ponctuation. [2] En réunissant les meilleurs experts et auteurs, ce site Web d'archéologie explore les civilisations perdues, examine les écrits sacrés, visite des lieux anciens, enquête sur les découvertes anciennes et questionne des événements mystérieux. [6]

Les mots trouvés sur les reliefs anciens sont devenus une base pour d'autres langues. [6]

La littérature égyptienne ancienne comprend un large éventail de formes narratives et poétiques, notamment des inscriptions sur des tombes, des stèles, des obélisques. [4]

L'utilisation de ce système d'écriture s'est poursuivie tout au long du Nouvel Empire et de la fin de la période, et jusqu'aux périodes persane et ptolémaïque. [2] La langue écrite des dieux anciens a plongé dans l'oubli pendant près de deux millénaires, jusqu'à la grande découverte de Champollion. [4] La deuxième version étant une forme postérieure du nom d'Aton, représentant l'élimination des noms de divinités anciennes. [5]


Notre toute première réalisation a été l'unification de la Haute et de la Basse-Égypte par le roi Ménès quelque part entre 3100 avant notre ère et 2900 avant notre ère. Cela a marqué le début de la première dynastie égyptienne, et le roi Ménès est devenu le premier pharaon, ou souverain suprême. [3] Cela a pris un peu de temps, mais grâce à une gouvernance sage, des lois communes et de nouvelles pratiques religieuses, les Deux Terres sont devenues une seule Égypte sous un seul pharaon, ou souverain suprême, à savoir le roi Ménès, qui a établi la première dynastie égyptienne. [3]

Son général, Ptolémée, en devenant souverain indépendant du pays en 305 av. Certains peuvent considérer la civilisation de l'Égypte sous les Ptolémées comme étant plus grecque qu'égyptienne, mais la civilisation plus ancienne était encore suffisamment vitale pour que les rois ressentent le besoin de se présenter à leurs sujets dans le style traditionnel des pharaons. [13] Lorsque l'Égypte passa sous la domination grecque et romaine, leurs dieux et déesses furent incorporés dans la religion égyptienne. [9] Entre le XVe et le XVIIIe siècle, l'Egypte avait une position mineure mais significative dans les vues générales de l'antiquité, et ses monuments se sont progressivement fait connaître grâce aux travaux des savants en Europe et des voyageurs dans le pays lui-même dont les plus belles publications ont été de Richard Pococke, Frederik Ludwig Norden et Carsten Niebuhr, dont toutes les œuvres du XVIIIe siècle ont contribué à stimuler un renouveau égyptien dans l'art et l'architecture européens. [8] Après des études à la célèbre Normale Supérieure de Paris, Tallet est allé en Égypte pour faire un service militaire alternatif en enseignant dans un lycée égyptien, il est resté travailler à l'Institut français, où il a commencé ses travaux archéologiques. [15]

Des œuvres littéraires ont été écrites dans toutes les principales phases ultérieures de la langue égyptienne - le moyen égyptien, la forme "classique" du moyen et du nouveau royaume, se poursuivant dans les copies et les inscriptions à l'époque romaine de l'égyptien tardif, de la 19e dynastie à environ 700 av. l'écriture démotique du IVe siècle av. J.-C. au IIIe siècle après J. [8] L'année civile comptait 365 jours et commençait en principe lorsque Sirius, ou l'étoile du chien - également connue en grec sous le nom de Sothis (ancien égyptien : Sopdet) - est devenue visible au-dessus de l'horizon après une période d'absence, qui à ce moment-là le temps s'est passé quelques semaines avant que le Nil ne commence à monter pour l'inondation. [8] Les temples égyptiens ultérieurs ressemblent beaucoup aux premiers temples grecs et il a été suggéré que les Grecs de l'Antiquité ont eu l'idée même de la construction monumentale en pierre des Égyptiens. [13] "L'égyptien ancien était une langue orale vivante et la plupart des hiéroglyphes représentent les sons des consonnes et de certaines voyelles exprimées avec insistance", a écrit Barry Kemp, professeur à l'Université de Cambridge, dans son livre "100 Hieroglyphs: Think Like an Egyptian" (Livres Granta, 2005). [9] Une caractéristique des civilisations anciennes, y compris celle égyptienne, était la langue. [7] La ​​fertilité de la terre et la prévisibilité générale de l'inondation ont assuré une productivité très élevée à partir d'une seule culture annuelle. Cette productivité a permis de stocker d'importants excédents contre les mauvaises récoltes et a également constitué la base principale de la richesse égyptienne, qui était, jusqu'à la création des grands empires du 1er millénaire avant notre ère, le plus grand de tous les États de l'ancien Moyen-Orient. [8] Suite aux notes écrites par un voyageur anglais au début du 19ème siècle et deux pilotes français dans les années 1950, Pierre Tallet a fait une découverte étonnante : un ensemble de 30 grottes alvéolées dans des collines calcaires mais scellées et cachées de la vue dans une partie reculée du désert égyptien, à quelques kilomètres à l'intérieur des terres de la mer Rouge, loin de toute ville, ancienne ou moderne. [15]

Le copte, une langue égyptienne qui utilise l'alphabet grec, a été largement utilisé après la diffusion du christianisme dans toute l'Égypte. [9] Les Grecs ont utilisé leur propre alphabet pour écrire la langue égyptienne, ajoutant plusieurs glyphes de l'écriture démotique pour les sons absents du grec, le résultat étant l'alphabet copte. [16] L'une des réalisations culturelles des Égyptiens était leur système d'écriture : les hiéroglyphes, un langage pictographique utilisé principalement à des fins religieuses. [7] Nous, Égyptiens, sommes également célèbres pour nos hiéroglyphes, un système d'écriture d'images qui s'est développé vers 3300-3200 avant notre ère et contenait entre 700 et 800 glyphes, ou symboles d'images qui représentaient des objets, des idées ou des sons. [3]

Nous nous concentrerons particulièrement sur l'unification de l'Égypte par le roi Ménès, les pyramides et les obélisques qui définissent le paysage égyptien, notre système d'écriture des hiéroglyphes et notre calendrier. [3] La sculpture a des inscriptions hiéroglyphiques qui disent que Claudius est le "Fils de Ra, Seigneur des Couronnes", et est "Roi de Haute et Basse Egypte, Seigneur des Deux Terres." [9]

SOURCES SÉLECTIONNÉES CLASSÉES(33 documents sources classés par fréquence d'occurrence dans le rapport ci-dessus)


La civilisation maya était ultraviolente, même avant son effondrement

Une inscription hiéroglyphique trouvée dans une ancienne ville maya révèle maintenant que les royaumes composant cette civilisation ont mené une guerre extraordinairement destructrice bien plus tôt qu'on ne le pensait auparavant, selon une nouvelle étude.

Ces découvertes pourraient faire la lumière sur ce qui a pu ou non entraîner la fin de l'empire maya, ont déclaré les chercheurs.

L'ancienne civilisation maya englobait une superficie deux fois plus grande que l'Allemagne, occupant ce qui est aujourd'hui le sud du Mexique et le nord de l'Amérique centrale. Au plus fort de l'empire maya, connu sous le nom de période classique, qui s'étendait d'environ 250 à au moins 900 après JC, peut-être jusqu'à 25 millions de personnes vivaient dans la région, rivalisant potentiellement avec la densité de population de l'Europe médiévale. [7 cultures anciennes bizarres que l'histoire a oubliées]

Mystérieusement, cet ancien âge d'or maya s'est effondré il y a plus de mille ans. Sa population a décliné de manière catastrophique à une fraction de son ancienne taille. Les ruines de ses grandes villes sont maintenant pour la plupart envahies par la jungle.

Les scientifiques ont suggéré un certain nombre de causes potentielles de la fin de la période classique, dont aucune n'est mutuellement exclusive. Les sécheresses peuvent avoir entraîné de graves pénuries d'eau. La déforestation liée à l'agriculture aurait pu entraîner une perte de terre végétale fertile par érosion.

Une escalade de la violence peut également avoir joué un rôle dans la chute des Mayas. Des recherches antérieures suggéraient qu'au cours de la période classique, la guerre entre les anciens Mayas était principalement ritualisée et de portée limitée, avec des règles d'engagement strictes centrées sur l'obtention de captifs d'élite pour un tribut et une rançon et une implication minimale de non-combattants. Cependant, les archéologues ont mis au jour des signes que les anciens Mayas à la fin de la période classique pratiquaient les tactiques extraordinairement destructrices de la guerre totale, où les ressources civiles et militaires étaient ciblées, entraînant parfois la destruction généralisée des villes. [7 technologies qui ont transformé la guerre]

"Dans les événements de fin, les villes ont été complètement détruites et les familles royales ont été enlevées & mdash parfois jetées dans des puits ou enterrées dans des centres de cérémonie", a déclaré à LiveScience l'auteur principal de l'étude, David Wahl, géographe de recherche au U.S. Geological Survey à Menlo Park, en Californie.

Maintenant, les scientifiques découvrent que les anciens Mayas se sont peut-être engagés dans ce type de guerre totale bien plus tôt qu'on ne le pensait auparavant.

"Nous avons maintenant, pour la première fois, une image des impacts plus larges d'une attaque maya de la période classique", a déclaré Wahl. "On voit que la tactique utilisée a eu des conséquences négatives pour la population locale de telle sorte que, dans ce cas, la trajectoire d'installation dans la ville a été définitivement modifiée."

Les chercheurs ont fait leur découverte en enquêtant sur les changements environnementaux passés autour du site archéologique de Witzna dans la région de Pet&ecuten au Guatemala, qui englobe le tiers nord de ce pays.

"Le plus grand défi de cette étude &mdash en effet, la plupart du travail que j'ai effectué à Pet&ecuten &mdash est l'éloignement du site de terrain", a déclaré Wahl. "Il n'y a pas de route vers le lac, donc tout l'équipement et les fournitures sont transportés vers le bas d'un escarpement raide de 100 mètres [330 pieds]. Le lac est entouré de sciures et de carex mdash avec des bords aussi tranchants qu'ils le sonnent et il a fallu trois jours à une équipe d'environ huit personnes pour pénétrer dans les carex et construire une jetée juste pour accéder à l'eau libre. Cela impliquait de se tenir debout dans de l'eau jusqu'à la poitrine en balançant des machettes pour se frayer un chemin. Une fois que nous avons atteint l'eau libre, nous avons été assez alarmés de voir au moins une douzaine d'alligators s'attarder à surveiller attentivement notre activité.

Les scientifiques ont découvert de manière inattendue une stèle, ou colonne de pierre, avec des glyphes d'emblème lisibles et une inscription hiéroglyphique dédiée au seigneur d'une ville. Cela a révélé le nom maya du site, Bahlam Jol, aux côtés des symboles coutumiers de la règle &mdash le sceptre du dieu de la foudre K'awiil et un bouclier sur un captif lié.

À Naranjo, une ville maya classique à 32 kilomètres au sud de Witzna, des travaux antérieurs avaient trouvé une autre stèle. L'inscription indiquait qu'en 697, Bahlam Jol avait été attaqué et brûlé une deuxième fois. Dans les dépôts lacustres adjacents à Witzna, Wahl et ses collègues ont découvert une couche de charbon de 1,2 pouce (3 centimètres) résultant d'un incendie massif, de loin la plus grande des 1700 ans de sédiments qu'ils ont examinés. La datation au carbone d'une graine dans cette couche de charbon de bois suggère que l'incendie s'est produit dans la dernière décennie du VIIe siècle, soutenant l'inscription de la stèle de Naranjo.

Le rasage de toutes les structures clés de Witzna, y compris le palais royal ainsi que les monuments inscrits avec des glyphes, a soutenu l'idée que ce site a subi une destruction majeure. En outre, Wahl et ses collègues ont également découvert qu'avant la fin du VIIe siècle, les dépôts lacustres montraient de nombreux signes d'activité humaine, tels que des résidus agricoles et des vestiges de la combustion, mais ceux-ci ont considérablement diminué après l'attaque présumée.

Bien que les destructions observées à Witzna rappellent celles observées à la fin de la période classique, il y avait des différences. "Vous voyez la persistance de la lignée royale là-bas après l'attaque, alors que dans le Terminal Classic, la famille royale est soit tuée soit supprimée", a déclaré Wahl. "Mais à Witzna, la ville a été anéantie, comme vous le voyez dans le Terminal Classic."

Le symbole "puluuy", qui a été utilisé pour décrire l'incendie de Bahlam Jol, a déjà été vu sur d'autres sites mayas. Cela suggère que de telles brûlures étaient peut-être plus courantes dans l'ancienne guerre maya qu'on ne le savait auparavant, ont déclaré les chercheurs.

Dans l'ensemble, ces découvertes suggèrent qu'une telle guerre totale destructrice a été pratiquée même pendant l'apogée de l'ancienne prospérité et de la sophistication artistique maya, remettant en question les théories suggérant qu'elle était unique aux jours de déclin de la civilisation maya. En tant que tel, il a peut-être joué un rôle moins important dans l'effondrement de l'empire maya que certains ne l'avaient suggéré auparavant.

"Je pense que, sur la base de ces preuves, la théorie selon laquelle un passage présumé à la guerre totale était un facteur majeur dans l'effondrement de la société maya classique n'est plus viable. Nous devons rechercher d'autres causes », a déclaré le co-auteur de l'étude Francisco Estrada-Belli à l'Université Tulane à la Nouvelle-Orléans dans un communiqué.

Les scientifiques ont détaillé leurs découvertes en ligne le 5 août dans la revue Nature Human Behavior.


7 Les affaires Dakhleh

À Dakhleh Oasis reposent les restes de 1 087 anciens Égyptiens. Lorsque les chercheurs ont enquêté sur les corps en 2018, six cas ont montré un cancer. Ils comprenaient un enfant atteint de leucémie, un homme atteint de tumeurs rectales et plusieurs autres personnes qui auraient pu contracter le virus du papillome humain (VPH) cancérigène.

Bien que le cancer ne soit pas nouveau et que le VPH s'est développé avant l'homme, il était intéressant de comparer les notes. Comme aujourd'hui, le VPH est répandu chez les jeunes adultes dans la vingtaine et la trentaine. C'était aussi le cas au cimetière de l'oasis.

Bien que la maladie n'ait pas pu être confirmée génétiquement, le groupe d'âge et les lésions osseuses suggéraient que le VPH se comportait de la même manière parmi les populations anciennes. Les statistiques suggèrent également que les risques de développer un cancer aujourd'hui dans les sociétés occidentales étaient environ 100 fois plus élevés que lorsque ces individus ont été enterrés (il y a 3 000 à 1 500 ans).

Rien dans les vastes archives de la culture ne prouve que les anciens Égyptiens avaient une solide conception du cancer. Ils savaient probablement que quelque chose n'allait vraiment pas, mais n'avaient pas de traitement spécifique autre que la prise en charge des symptômes visibles, tels que les ulcères cutanés et la douleur. [4]


Ancienne civilisation de Méroé

Les scientifiques ont enquêté sur le site archéologique de Sedeinga, situé sur la rive ouest du Nil au Soudan, à environ 100 kilomètres au nord de la troisième "cataracte" du fleuve, ou ensemble de bas-fonds.

Les archéologues ont entendu parler du site pour la première fois grâce aux récits de voyageurs du XIXe siècle, qui décrivaient les vestiges du temple égyptien de la reine Tiye, l'épouse principale d'Amenhotep III et l'une des reines les plus illustres de l'Égypte ancienne, selon l'Encyclopedia Britannica. Le règne d'Amenhotep III vers 1390 av. à 1353 av. a marqué le zénith de la civilisation égyptienne antique et a marqué à la fois le pouvoir politique et les réalisations culturelles, selon la BBC.

La zone sablonneuse faisait autrefois partie de l'ancienne Nubie, connue pour ses riches gisements d'or. La Nubie a accueilli certains des premiers royaumes d'Afrique, et quelques-uns ont même gouverné l'Égypte en tant que pharaons, selon l'Oriental Institute de l'Université de Chicago.

Le site de Sedeinga abrite une grande nécropole, connue sous le nom de « ville des morts », s'étendant sur plus de 60 acres (25 hectares). Il détient les vestiges d'au moins 80 pyramides de briques et plus de 100 tombes des royaumes de Napata et de Méroé, qui ont duré du VIIe siècle av. au IVe siècle de notre ère. Ces royaumes ont mélangé les cultures de l'Égypte et du reste de l'Afrique d'une manière encore observée au Soudan aujourd'hui, ont déclaré les chercheurs.

Napata et Méroé ont formé une civilisation connue sous le nom de royaume de Koush par leurs anciens voisins égyptiens. Le méroïtique, la langue de Méroé, a emprunté des caractères écrits à l'égyptien ancien. [Photos : Statue royale nubienne avec hiéroglyphes égyptiens]

"Le système d'écriture méroïtique, le plus ancien de la région subsaharienne, résiste encore majoritairement à notre compréhension", a déclaré à Live Science Vincent Francigny, archéologue à l'Unité française d'archéologie du Service des antiquités du Soudan et co-directeur de la fouille de Sedeinga. "Alors que les textes funéraires, avec très peu de variantes, sont assez connus et peuvent être presque entièrement traduits, d'autres catégories de textes restent souvent obscures. Dans ce contexte, chaque nouveau texte compte, car il peut éclairer quelque chose de nouveau."


Contenu

Le nom Nubia est dérivé du peuple Noba : des nomades qui se sont installés dans la région au IVe siècle après JC après l'effondrement du royaume de Méroé. Les Noba parlaient une langue nilo-saharienne ancestrale du vieux nubien, qui était surtout utilisée dans les textes religieux datant des VIIIe et XVe siècles. Avant le quatrième siècle, et tout au long de l'antiquité classique, la Nubie était connue sous le nom de Koush, ou, dans l'usage grec classique, incluse sous le nom d'Éthiopie (Éthiopie).

Historiquement, les Nubiens parlaient au moins deux variétés du groupe linguistique nubien, une sous-famille qui comprend Nobiin (le descendant du vieux nubien), Kenuzi-Dongola, Midob et plusieurs variétés apparentées dans la partie nord des monts Nuba dans le sud Kordofan. . La langue Birgid était parlée au nord de Nyala au Darfour, mais a disparu jusqu'en 1970. Cependant, l'identité linguistique de l'ancienne culture Kerma du sud et du centre de la Nubie (également connue sous le nom de Haute Nubie), est incertaine, certaines recherches suggèrent qu'elle appartenaient à la branche couchitique des langues afro-asiatiques, [7] [8] alors que des études plus récentes indiquent que la culture kerma appartenait plutôt à la branche soudanienne orientale des langues nilo-sahariennes, et que d'autres peuples du nord (ou de la Basse) Nubie au nord de Kerma (comme la culture du groupe C et les Blemmyes) parlait des langues couchitiques avant la propagation des langues soudaniennes orientales du sud (ou de la Haute) Nubie. [9] [10] [11] [12]

La Nubie était divisée en trois grandes régions : la Haute, la Moyenne et la Basse Nubie, en référence à leurs emplacements le long du Nil. « inférieur » fait référence aux régions en aval et « supérieur » aux régions en amont. La Basse Nubie s'étendait entre la première et la deuxième cataracte à l'intérieur des frontières actuelles de l'Égypte, la Moyenne Nubie s'étendait entre la deuxième et la troisième cataracte et la Haute Nubie s'étendait au sud de la troisième cataracte. [13]

Préhistoire (6000-3500 avant JC) Modifier

À l'époque préhistorique, l'Afrique du Nord était principalement occupée par des éleveurs nomades. [14] Le mésolithique de Khartoum était une culture très avancée dans le sud de la Nubie (près de Khartoum moderne). Ils ont créé une poterie sophistiquée qui est « peut-être la plus ancienne connue au monde ». [14] : 17

Vers 5000 avant JC, les habitants de ce qu'on appelle aujourd'hui la Nubie ont participé à la révolution néolithique. Le Sahara est devenu plus sec et les gens ont commencé à domestiquer des moutons, des chèvres et du bétail. [15] Les reliefs rocheux sahariens représentent des scènes qui suggèrent la présence d'un culte du bétail, typique de ceux observés dans certaines parties de l'Afrique de l'Est et de la vallée du Nil, même à ce jour. [16] L'art rupestre nubien représente des chasseurs utilisant des arcs et des flèches à l'époque néolithique, qui est un précurseur de la culture des archers nubiens à des époques ultérieures.

Les mégalithes découverts à Nabta Playa sont les premiers exemples de ce qui semble être l'un des premiers appareils astronomiques au monde, antérieur à Stonehenge de près de 2 000 ans. [17] Cette complexité, exprimée par différents niveaux d'autorité au sein de la société, a probablement formé la base de la structure à la fois de la société néolithique de Nabta et de l'Ancien Empire d'Égypte. [18]

Groupe A pré-Kerma (3500-3000 av. J.-C.) Modifier

Haute Nubie Modifier

La culture "pré-Kerma" mal connue existait en Haute (sud) Nubie sur une étendue de terres agricoles fertiles juste au sud de la troisième cataracte.

Basse Nubie Modifier

La Nubie possède l'une des plus anciennes civilisations du monde. Cette histoire est souvent liée à l'Égypte au nord. [14] : 16 Vers 3500 av. [19] Ils étaient des agriculteurs sédentaires, [15] : 6 commerçaient avec les Égyptiens et exportaient de l'or. [20] Ce commerce est soutenu archéologiquement par de grandes quantités de marchandises égyptiennes déposées dans les tombes du groupe A. Les importations se composaient d'objets en or, d'outils en cuivre, d'amulettes et de perles en faïence, de sceaux, de palettes en ardoise, de récipients en pierre et de divers pots. [21] Pendant ce temps, les Nubiens ont commencé à créer des poteries rouges à dessus noir distinctives.

Vers 3100 avant JC, le groupe A est passé de la phase ancienne à la phase classique. "On peut soutenir que les enterrements royaux ne sont connus qu'à Qustul et peut-être à Sayala." [20] : 8 Pendant cette période, la richesse des rois du groupe A rivalisait avec les rois égyptiens. Les tombes royales du groupe A contenaient de l'or et des poteries richement décorées. [14] : 19 Certains érudits croient que les dirigeants nubiens du groupe A et les premiers pharaons égyptiens ont utilisé des similitudes de symboles royaux apparentés dans l'art rupestre de la Nubie du groupe A et de la Haute-Égypte. Des chercheurs de l'Institut oriental de l'Université de Chicago ont fouillé à Qustul (près d'Abou Simbel - Soudan moderne), en 1960-1964, et ont trouvé des artefacts qui incorporaient des images associées aux pharaons égyptiens. L'archéologue Bruce Williams a étudié les artefacts et a conclu que « la culture de l'Égypte et de la Nubie A-Group partageait la même culture officielle », « a participé aux développements dynastiques les plus complexes », et « la Nubie et l'Égypte faisaient toutes deux partie du grand substrat d'Afrique de l'Est ». [22] Williams a aussi écrit que Qustul « aurait pu être le siège de la dynastie fondatrice de l'Égypte ». [23] [24] David O'Connor a écrit que le brûleur d'encens Qustul fournit la preuve que la culture nubienne du groupe A à Qustul a marqué le "changement pivot" de l'"art monumental égyptien" prédynastique à dynastique. [25] Cependant, « la plupart des érudits ne sont pas d'accord avec cette hypothèse », [26] car des découvertes plus récentes en Égypte indiquent que cette iconographie est originaire d'Égypte au lieu de Nubie, et que les dirigeants de Qustul ont adopté ou imité les symboles des pharaons égyptiens. [27] [28] [29] [30]

L'Egypte en Nubie Modifier

L'écriture s'est développée en Egypte vers 3300 av. Dans leurs écrits, les Égyptiens appelaient la Nubie « Ta-Seti » ou « le pays de l'arc », car les Nubiens étaient connus pour être des archers experts. [31] Des études plus récentes et plus larges ont déterminé que les styles de poterie distincts, les différentes pratiques funéraires, les différents objets funéraires et la répartition du site indiquent tous que le peuple naqada et le peuple nubien du groupe A étaient de cultures différentes. Kathryn Bard déclare que « les sépultures culturelles de Naqada contiennent très peu de produits artisanaux nubiens, ce qui suggère que si les produits égyptiens ont été exportés vers la Nubie et ont été enterrés dans des tombes du groupe A, les produits du groupe A présentaient peu d'intérêt plus au nord ». [32] Il n'y a aucune preuve que les pharaons de la Première Dynastie enterrés à Abydos étaient d'origine nubienne. [33]

Kerma précoce (3000–2400 av. J.-C.) Modifier

Une culture uniforme d'éleveurs nomades, appelée le groupe Gash, existait de 3000 à 1500 avant JC à l'est et à l'ouest de la Nubie. [15] : 8

En Basse Nubie, le groupe A est passé de la phase classique à la phase terminale. À cette époque, les rois de Qustul régnaient probablement sur toute la Basse Nubie et démontraient la centralisation politique de la société nubienne. [15] : 21 La culture du Groupe A a pris fin entre 3100 et 2900 av. [34] Il n'y a aucune trace de peuplement en Basse Nubie pour les 600 prochaines années. Les dynasties égyptiennes de l'Ancien Empire (4e au 6e) contrôlaient la Basse Nubie inhabitée et pillaient la Haute Nubie.

Premier Kerma C-Group (2400-1550 av. J.-C.) Modifier

Haute Nubie Modifier

Le pré-Kerma est devenu le groupe Kerma de la phase intermédiaire. Certaines personnes du groupe A (passant au groupe C) se sont installées dans la région et ont coexisté avec le groupe pré-Kerma. [15] : 25 Comme d'autres groupes nubiens, les deux groupes ont fait une abondance de poterie rouge avec des sommets noirs, bien que chaque groupe ait fait des formes différentes. [15] : 29 Les traces du groupe C en Haute Nubie disparaissent vers 2000 avant JC et la culture Kerma commence à dominer la Haute Nubie. [15] : 25 La puissance d'une Haute Nubie indépendante augmente vers 1700 av. J.-C. et la Haute Nubie domine la Basse Nubie. [15] : 25 Un responsable égyptien, Harkhuf, mentionne qu'Irtjet, Setjet et Wawat se sont tous combinés sous un même souverain. En 1650 avant JC, les textes égyptiens ont commencé à faire référence à seulement deux royaumes en Nubie : Kush et Shaat. [15] : 32,38 Kush était centré à Kerma et Shaat était centré sur l'île de Sai. [15] : 38 Bonnet postule que Kush régnait en fait sur toute la Haute Nubie, puisque les tombes « royales » étaient beaucoup plus grandes à Kush que Shaat et les textes égyptiens autres que les listes d'Exécration ne font référence qu'à Kush (et non à Shaat). [15] : 38-39

Basse Nubie Modifier

Les Nubiens du groupe C se sont réinstallés en Basse Nubie vers 2400 av. [15] : 25 À mesure que le commerce entre l'Égypte et la Nubie augmentait, la richesse et la stabilité augmentaient également. La Nubie était divisée en une série de petits royaumes. Il y a débat pour savoir si les gens du groupe C, [35] qui ont prospéré de 2500 avant JC à 1500 avant JC, étaient une autre évolution interne ou envahisseurs. O'Connor déclare « qu'une transition du groupe A vers une culture ultérieure, le groupe C, peut être retracée » et que la culture du groupe C était typique de la Basse Nubie de 2400 à 1650 av. [15] : 25 Bien qu'ils vivent à proximité les uns des autres, les Nubiens ne se sont pas beaucoup acculturés à la culture égyptienne. Les exceptions notables incluent les Nubiens du groupe C pendant la 15e dynastie, les communautés nubiennes isolées en Égypte et certaines communautés d'archers. [15] : 56 La poterie du groupe C se caractérise par des lignes géométriques incisées sur toute la surface avec un remplissage blanc et des imitations imprimées de vannerie. La Basse Nubie a été contrôlée par l'Egypte de 2000 à 1700 avant JC et la Haute Nubie à partir de 1700 avant JC.

De 2200 à 1700 avant JC, la culture de Pan Grave apparaît en Basse Nubie. [14] : 20 Certaines des personnes étaient probablement les Medjay (m, [36] ) arrivant du désert à l'est du Nil. L'une des caractéristiques de la culture de Pan Grave était l'inhumation dans des tombes peu profondes. Le Pan Grave et le C-Group ont définitivement interagi : la poterie de Pan Grave est caractérisée par des lignes incisées plus limitées que celles du Groupe C et ont généralement des espaces non décorés entremêlés dans les schémas géométriques. [37]

L'Egypte en Nubie Modifier

En 2300 avant JC, la Nubie a été mentionnée pour la première fois dans les récits égyptiens de l'Ancien Empire sur les missions commerciales. Les Égyptiens appelaient la Basse Nubie Wawat, Irtjet et Setju, tandis qu'ils appelaient la Haute Nubie Yam. Certains auteurs pensent qu'Irtjet et Setju pourraient également se trouver en Haute Nubie. [15] : 32 Ils appelaient les Nubiens habitant près de la rivière Nehasyu. [15] : 26 D'Assouan, la limite sud du contrôle égyptien à l'époque, les Égyptiens importaient de l'or, de l'encens, de l'ébène, du cuivre, de l'ivoire et des animaux exotiques d'Afrique tropicale à travers la Nubie. Les relations entre les Égyptiens et les Nubiens ont montré des échanges culturels pacifiques, une coopération et des mariages mixtes. Les archers nubiens qui se sont installés à Gebelein pendant la première période intermédiaire ont épousé des femmes égyptiennes, ont enterré le style égyptien et n'ont finalement pas pu être distingués des Egyptiens. [15] : 56 Certains pharaons égyptiens peuvent avoir eu une ascendance nubienne : [38] Mentuhotep II de la 11e dynastie "était très probablement d'origine nubienne" et Amenemhet I, fondateur de la 12e dynastie, "peut avoir eu une mère nubienne". [39] [40] [41] Cependant, selon F. J. Yurco, "les dirigeants égyptiens d'ascendance nubienne étaient devenus des Égyptiens culturellement comme des pharaons, ils ont manifesté des attitudes égyptiennes typiques et adopté des politiques égyptiennes typiques". [42]

Après une période de repli, le Moyen Empire d'Égypte conquiert la Basse Nubie de 2000 à 1700 av. [15] : 8, 25 Vers 1900 av. [14] : 19 Sesotris III étendit sans relâche son royaume en Nubie (de 1866 à 1863 av. Ils offraient également un accès direct au commerce avec la Haute Nubie, qui était indépendante et de plus en plus puissante à cette époque. Ces garnisons égyptiennes semblaient coexister pacifiquement avec le peuple nubien local, bien qu'elles n'interagissent pas beaucoup avec eux. [43]

Medjay était le nom donné par l'Egypte ancienne aux habitants nomades du désert de l'est du Nil. Le terme était utilisé de diverses manières pour décrire un lieu, le peuple Medjay ou son rôle/travail dans le royaume. Ils sont devenus membres de l'armée égyptienne en tant qu'éclaireurs et ouvriers mineurs avant d'être incorporés dans l'armée égyptienne. [ citation requise ] Dans l'armée, les Medjay ont servi de troupes de garnison dans les fortifications égyptiennes en Nubie et ont patrouillé dans les déserts comme une sorte de gendarmerie, [44] ou de police paramilitaire d'élite, [45] pour empêcher leurs compatriotes Medjay d'attaquer davantage les actifs égyptiens dans la région. [45] Les Medjay étaient souvent utilisés pour protéger des zones précieuses, en particulier des complexes royaux et religieux. Bien qu'ils soient surtout connus pour leur protection des palais royaux et des tombeaux de Thèbes et des régions environnantes, les Medjay ont été déployés dans toute la Haute et la Basse-Égypte, ils ont même été utilisés pendant la campagne de Kamose contre les Hyksos et ont contribué à transformer l'État égyptien en un pouvoir militaire. [46] [47] Après la Première Période Intermédiaire d'Égypte, le district de Medjay n'était plus mentionné dans les documents écrits. [48]

Empire égyptien de Kerma (1550-750 av. J.-C.) Modifier

Haute Nubie Modifier

À partir de la phase du Kerma moyen, le premier royaume nubien à unifier une grande partie de la région est né. La culture classique de Kerma, du nom de sa capitale royale à Kerma, était l'un des premiers centres urbains de la région du Nil et la plus ancienne ville d'Afrique en dehors de l'Égypte. [49] [15] : 50–51 Le groupe Kerma parlait soit des langues de la branche couchitique [7] [8] soit, selon des recherches plus récentes, des langues nilo-sahariennes de la branche soudanienne orientale. [9] [10] [11] [12] Bien que quelque peu similaires, le groupe C de la Haute Nubie Kerma et la Basse Nubie étaient différents.

En 1650 av. Ils avaient également de riches tombes avec des biens pour l'au-delà et de grands sacrifices humains. George Andrew Reisner a fouillé des sites dans la ville royale de Kerma et a découvert une architecture nubienne distinctive, comme de grandes tombes couvertes de galets (90 mètres de diamètre), une grande habitation circulaire et une structure semblable à un palais. [15] : 41 Les souverains Kerma classiques employaient « un bon nombre d'Égyptiens », selon les textes d'Exécration égyptiens. [15] : 57

La culture Kerma était militariste, comme en témoignent les sépultures de nombreux archers et les poignards/épées en bronze trouvés dans leurs tombes. [15] : 31 D'autres signes des prouesses militaires de la Nubie sont l'utilisation fréquente des Nubiens dans l'armée égyptienne et le besoin de l'Égypte de construire de nombreuses forteresses pour défendre sa frontière sud contre les Nubiens. [15] : 31 Malgré l'assimilation, l'élite nubienne est restée rebelle pendant l'occupation égyptienne. Il y a eu de nombreuses rébellions et « des conflits militaires se sont produits presque sous chaque règne jusqu'à la 20e dynastie ». [50] : 102-103 À un moment donné, Kerma a frôlé la conquête de l'Égypte : l'Égypte a subi une grave défaite aux mains du royaume de Koush. [51] [52] Selon Davies, chef de l'équipe archéologique conjointe du British Museum et de l'Égypte, l'attaque a été si dévastatrice que, si les forces de Kerma avaient choisi de rester et d'occuper l'Égypte, elles auraient peut-être éliminé définitivement les Égyptiens et amené les nation à l'extinction. Au cours de la deuxième période intermédiaire de l'Égypte, les Koushites atteignirent l'apogée de leur puissance à l'âge du bronze et contrôlèrent complètement le commerce du sud avec l'Égypte. [15] : 41 Ils ont maintenu des relations diplomatiques avec les Thébains et les Hyksos jusqu'à ce que les pharaons du Nouvel Empire mettent toute la Nubie sous domination égyptienne de 1500 à 1070 av. [15] : 41 Après 1070 av. [15] : 58 En 200 ans, un État koushite pleinement formé, basé à Napata, a commencé à exercer son influence sur la Haute (sud) Égypte. [15] : 58–59

Basse Nubie Modifier

Lorsque les Égyptiens de l'Empire du Milieu se sont retirés de la région de Napata vers 1700 avant JC, ils ont laissé un héritage durable qui a été fusionné avec les coutumes indigènes du groupe C. Les Égyptiens restés dans les villes de garnison ont commencé à fusionner avec les Nubiens du groupe C en Basse Nubie. Le groupe C a rapidement adopté les coutumes et la culture égyptiennes, comme en témoignent leurs tombes, et a vécu avec les Égyptiens restants dans les villes de garnison. [15] : 41 Après l'annexion de la Basse Nubie vers 1700 av. J.-C., le royaume de Koush commença à contrôler la région. À ce stade, les Nubiens et les Égyptiens du groupe C ont commencé à proclamer leur allégeance au roi koushite dans leurs inscriptions. [15] : 41 L'Égypte conquiert la Basse et la Haute Nubie de 1500 à 1070 av. Cependant, le royaume de Koush a survécu plus longtemps que l'Égypte.

L'Egypte en Nubie Modifier

Après que le nouveau royaume d'Égypte de la 17e dynastie thébaine (vers 1532-1070 av. J.-C.) ait expulsé les Hyksos cananéens d'Égypte, ils ont tourné leurs ambitions impériales vers la Nubie. À la fin du règne de Thoutmosis Ier (1520 av. J.-C.), toute la Basse Nubie avait été annexée. Après une longue campagne, l'Égypte a également conquis le royaume de Kerma en Haute Nubie et a occupé les deux régions jusqu'en 1070 av. [50] : 101–102 [15] : 25 L'empire égyptien s'est étendu à la quatrième cataracte et un nouveau centre administratif a été construit à Napata, qui est devenu une zone de production d'or et d'encens. [53] [54] L'Egypte est devenue une source principale d'or au Moyen-Orient. Les conditions de travail primitives des esclaves sont consignées par Diodorus Siculus. [55] L'une des plus anciennes cartes connues est celle d'une mine d'or en Nubie : la carte en papyrus de Turin datant d'environ 1160 av. [56]

Les Nubiens faisaient partie intégrante de la société égyptienne du Nouvel Empire. Certains érudits affirment que les Nubiens faisaient partie de la famille royale égyptienne de la 18e dynastie. [57] Ahmose-Nefertari, "sans doute la femme la plus vénérée de l'histoire égyptienne", [58] a été considérée par certains érudits tels que Flinders Petrie comme étant d'origine nubienne parce qu'elle est le plus souvent représentée avec la peau noire. [38] [59] : 17 [60] La momie du père d'Ahmose-Nefertari, Seqenenre Tao, a été décrite comme présentant "des cheveux laineux étroitement bouclés", avec "une légère construction et des traits fortement nubiens". [61] Certains érudits modernes croient également que dans certaines représentations, sa couleur de peau est révélatrice de son rôle de déesse de la résurrection, puisque le noir est à la fois la couleur de la terre fertile d'Égypte et celle des enfers. [62] [63] : 90 [64] [58] [65] : 125

En 1098-1088 av. C'était chaotique et de nombreuses tombes ont été pillées. Au lieu d'envoyer des soldats pour rétablir l'ordre, Ramsès XI mit Panehesy aux commandes de l'armée de cette région et le nomma directeur des greniers. Panehesy a posté ses troupes à Thèbes pour protéger la ville des voleurs, mais cela ressemblait à une occupation militaire de Thèbes pour le grand prêtre, ce qui a conduit plus tard à la guerre civile à Thèbes. [50] : 104-105 En 1082 av. J.-C., Ramsès XI envoya enfin de l'aide au Grand Prêtre. Panehesy poursuit sa révolte et la ville de Thèbes subit « la guerre, la famine et les pillages ». [50] : 106 Panehesy réussit dans un premier temps et le Grand Prêtre s'enfuit de Thèbes. Panehesy a poursuivi le Grand Prêtre jusqu'en Moyenne Egypte avant que les forces égyptiennes ne poussent Panehesy et ses troupes hors d'Egypte et en Basse Nubie. [50] : 106 Ramsès a envoyé une nouvelle direction à Thèbes : Herihor a été nommé le nouveau Grand Prêtre de Thèbes (et effectivement roi de l'Égypte du Sud) et Paiankh a été nommé le nouveau vice-roi de Koush. Paiankh a repris les anciennes possessions égyptiennes en Basse Nubie jusqu'à la deuxième cataracte du Nil, mais n'a pas pu vaincre Panehesy en Basse Nubie, qui a régné sur la région jusqu'à sa mort. [50] : 106 Les descendants de Herihor sont devenus les dirigeants des 21e et 22e dynasties égyptiennes.

Empire Napatéen (750-542 av. J.-C.) Modifier

Il existe des théories concurrentes sur les origines des rois koushites de la 25e dynastie : [66] certains érudits pensent qu'il s'agissait de fonctionnaires nubiens qui ont appris « l'organisation au niveau de l'État » en administrant la Nubie détenue par les Égyptiens de 1500 à 1070 av. comme le vice-roi rebelle de Koush, Panehesy, qui a gouverné la Haute Nubie et une partie de la Basse Nubie après le retrait des forces égyptiennes. [50] : 110 D'autres savants croient qu'ils descendent de familles de l'élite nubienne égyptianisée soutenue par des prêtres ou des colons égyptiens. [67] [68] [69] [70] Les enfants des familles nubiennes d'élite ont été envoyés pour être instruits en Égypte, puis sont retournés à Kush pour être nommés à des postes bureaucratiques afin d'assurer leur loyauté. Pendant l'occupation égyptienne de la Nubie, il y avait des villes-temples avec des cultes égyptiens, mais "la production et la redistribution" reposaient principalement sur les structures sociales indigènes. [50] : 111

La chefferie El Kurru a probablement joué un rôle majeur dans le développement du royaume de Koush en raison de son accès aux zones de production d'or, du contrôle des routes des caravanes, [50] : 112 plus de terres arables et de sa participation au commerce international.[50] : 121 "Il ne fait aucun doute qu'el-Kurru était le lieu de sépulture des ancêtres de la vingt-cinquième dynastie." [50] : 112 Les premières sépultures d'el-Kurru ressemblent aux traditions nubiennes du groupe Kerma/C (corps contracté, structures circulaires en pierre, sépulture sur un lit). [50] : 121 Cependant, vers 880-815 av. [50] : 117 121-122 Alara, le premier prince el-Kurru, et son successeur, Kashta, sont enterrés à el-Kurru. [50] : 123 Des documents ultérieurs mentionnent Alara comme le fondateur de la 25e dynastie et "au centre d'un mythe des origines du royaume". [50] : 124–126 La sœur d'Alara était la prêtresse d'Amon, qui a créé un système de sécession royale et une « idéologie du pouvoir royal dans laquelle les concepts et la pratique koushites étaient unis aux concepts égyptiens contemporains de la royauté ». [50] : 144 Plus tard, la fille de Kashta, la princesse koushite Amenirdis, a été installée comme épouse de Dieu d'Amon élu et plus tard Divine Adoratrice (efficacement gouverneur de la Haute-Égypte), ce qui a signalé la conquête koushite des territoires égyptiens. [50] : 148

L'empire napatéen a inauguré l'ère de l'archaïsme égyptien, ou un retour à un passé historique, incarné par un effort concentré de renouveau religieux et de restauration des lieux saints d'Égypte. [50] : 169 Piye agrandit le Temple d'Amon à Jebel Barkal [20] en ajoutant "un immense parvis à colonnades". [50] : 163-164 Shabaka a restauré les grands monuments et temples égyptiens, « contrairement à ses prédécesseurs libyens ». [50] : 167-169 Taharqa a enrichi Thèbes à une échelle monumentale." [50] A Karnak, les structures du Lac Sacré, le kiosque de la première cour et les colonnades à l'entrée du temple sont tous construits par Taharqa et Mentuemhet. Dans Outre l'architecture, le royaume de Koush a été profondément influencé par la culture égyptienne.[71] [72] [73] En 780 av. Kush a utilisé les méthodes de l'art et de l'écriture égyptienne. [74][74] L'élite nubienne a adopté de nombreuses coutumes égyptiennes et a donné à leurs enfants des noms égyptiens. Bien que certaines coutumes et croyances nubiennes (ex. dans les idées, les pratiques et l'iconographie [75] L'égyptianisation culturelle de la Nubie était à son plus haut niveau à l'époque de Kashta et de Piye [76].

La Nubie en Egypte Modifier

Kashta devint paisiblement roi de Haute et Basse Egypte avec sa fille Amendiris comme Divine Adoratrice d'Amon à Thèbes. [50] : 144-146 Les souverains de la 23e dynastie se sont retirés de Thèbes à Héracléopolis, ce qui a évité le conflit avec les nouveaux dirigeants koushites de Thèbes. Sous le règne de Kashta, l'élite koushite et les classes professionnelles se sont considérablement égyptianisées.

La cité-état de Napata était la capitale spirituelle de Koush et c'est de là que Piye (orthographié Piankhi ou Piankhy dans les ouvrages plus anciens) a envahi et pris le contrôle de l'Égypte. [78] Piye a personnellement dirigé l'attaque contre l'Égypte et a enregistré sa victoire dans une longue stèle remplie de hiéroglyphes appelée la "Stèle de la Victoire". [50] : 166 Le succès de Piye à atteindre la double royauté après des générations de planification koushite résultait de « l'ambition koushite, de l'habileté politique et de la décision thébaine de réunifier l'Égypte de cette manière particulière », et non de l'épuisement total de l'Égypte, « comme fréquemment suggéré dans Études égyptologiques." [20] En raison de l'archaïsme, Piye a principalement utilisé le titre royal de Thoutmosis III, mais a changé le nom d'Horus de "Taureau fort apparaissant (couronné) à Thèbes" en "Taureau fort apparaissant à Napata" pour annoncer que les Koushites avaient inversé l'histoire et conquis leurs anciens conquérants égyptiens thébaïdes. [50] : 154 Il a également relancé l'une des plus grandes caractéristiques de l'Ancien et du Moyen Empire : la construction pyramidale. En tant que constructeur énergique, il a construit la plus ancienne pyramide connue sur le site de sépulture royale d'El-Kurru.

Selon la chronologie révisée, Shebitku « a amené toute la vallée du Nil jusqu'au delta sous l'empire de Koush et est « réputé » avoir fait brûler à mort Bocchoris, dynaste de Saïs ». [79] [50] : 166-167 Shabaka "transféra la capitale à Memphis". [50] : 166 Le successeur de Shebitku, Taharqa, a été couronné à Memphis en 690 av. [80] [79] Les fouilles à el-Kurru et les études de squelettes de chevaux indiquent que les meilleurs chevaux utilisés dans la guerre koushite et assyrienne ont été élevés et exportés de Nubie. Les chevaux et les chars étaient la clé de la machine de guerre koushite. [50] : 157–158

Le règne de Taharqa était une période prospère dans l'empire avec une inondation particulièrement importante du Nil et des récoltes et du vin abondants. [81] [50] Les inscriptions de Taharqa indiquent qu'il a donné de grandes quantités d'or au temple d'Amon à Kawa. [82] Son armée entreprend des campagnes militaires réussies, comme en témoigne la « liste des principautés asiatiques conquises » du temple Mut à Karnak et « les peuples et pays conquis (Libyens, nomades Shasu, Phéniciens ?, Khor en Palestine) » du temple Sanam les inscriptions. [50] László Török mentionne que le succès militaire était dû aux efforts de Taharqa pour renforcer l'armée grâce à un entraînement quotidien à la course à pied et à la préoccupation de l'Assyrie pour Babylone et Elam. [50] Taharqa a également construit des colonies militaires aux forts de Semna et de Buhen et au site fortifié de Qasr Ibrim. [50]

Les ambitions impériales de l'empire assyrien basé en Mésopotamie ont rendu inévitable la guerre avec la 25e dynastie. Taharqa a conspiré avec les royaumes levantins contre l'Assyrie : [83] en 701 av. [84] Il existe diverses théories (l'armée de Taharqa, [85] la maladie, l'intervention divine, la reddition d'Ézéchias, la théorie des souris d'Hérodote) expliquant pourquoi les Assyriens n'ont pas réussi à prendre Jérusalem et se sont retirés en Assyrie. [86] Les annales de Sennachérib rapportent que Juda a été contraint de payer un tribut après le siège et que Sennachérib est devenu le souverain de la région [87] Cependant, cela est contredit par l'utilisation fréquente par Khor d'un système égyptien de poids pour le commerce et la cessation de vingt ans en Assyrie. modèle d'invasion répétée de Khor (comme les Assyriens l'avaient fait avant 701 et après la mort de Sennachérib). [88] [89] En 681 avant JC, Sennachérib a été assassiné par ses propres fils à Babylone.

En 679 av. Esarhaddon a envahi l'Égypte proprement dite en 674 av. J.-C., mais selon les archives babyloniennes, Taharqa et son armée ont carrément vaincu les Assyriens. [90] En 672 avant JC, Taharqa a amené des troupes de réserve de Koush, comme mentionné dans les inscriptions rupestres. [50] L'Égypte de Taharqa avait encore de l'influence à Khor pendant cette période alors que le roi Ba'lu de Tyr « faisait confiance à son ami Taharqa ». Une autre preuve était l'alliance d'Ashkelon avec l'Égypte et l'inscription d'Esarhaddon demandant « si les forces koushites-égyptiennes 'planifient et s'efforcent de faire la guerre de quelque manière que ce soit' et si les forces égyptiennes vaincra Esarhaddon à Ashkelon ». [91] Cependant, Taharqa a été vaincu en Égypte en 671 av. [80] Pharaon Taharqa s'est échappé au sud, mais Esarhaddon a capturé la famille du Pharaon, y compris "le prince Nes-Anhuret et les épouses royales", [50] et les a envoyées en Assyrie. En 669 avant JC, Taharqa réoccupa Memphis et le Delta, et recommença des intrigues avec le roi de Tyr. [80] Esarhaddon mena de nouveau son armée en Égypte et, après sa mort en 668 av. J.-C., le commandement passa à Assurbanipal. Assurbanipal et les Assyriens vainquirent à nouveau Taharqa et avancèrent jusqu'au sud jusqu'à Thèbes, mais le contrôle direct des Assyriens n'était pas établi. [80] La rébellion a été arrêtée et Assurbanipal a nommé Necho I, qui avait été roi de la ville de Saïs, comme son souverain vassal en Égypte. Le fils de Necho, Psamtik I, a fait ses études dans la capitale assyrienne de Ninive pendant le règne d'Esarhaddon. [ citation requise ] Pas plus tard que 665 avant JC, les dirigeants vassaux de Sais, Mendes et Pelusium faisaient encore des ouvertures [a] à Taharqa à Koush. [50] Le complot des vassaux a été découvert par Assurbanipal et tous les rebelles mais Necho de Sais ont été exécutés. [50]

Le successeur de Taharqa, Tantamani, a navigué au nord de Napata avec une grande armée à Thèbes, où il a été « rituellement installé comme roi d'Égypte ». [50] : 185 De Thèbes, Tantamani entreprend sa reconquête et reprend le contrôle de l'Égypte jusqu'à Memphis au nord. [50] : 185 [80] La stèle de rêve de Tantamani déclare qu'il a rétabli l'ordre du chaos, où les temples et les cultes royaux n'étaient pas maintenus. [50] : 185 Après avoir conquis Sais et tué le vassal de l'Assyrie, Necho I, à Memphis, "certains dynastes locaux se sont officiellement rendus, tandis que d'autres se sont retirés dans leurs forteresses". [50] : 185

Les Koushites ont exercé une influence sur leurs voisins du nord pendant près de 100 ans jusqu'à ce qu'ils soient repoussés par les envahisseurs Assyriens. Les Assyriens ont installé la 26e dynastie d'Égypte sous Psamtik Ier et ils ont définitivement expulsé les Koushites d'Égypte vers 590 av. [92] : 121–122 Les héritiers de l'empire koushite établirent leur nouvelle capitale à Napata, qui fut également saccagée par les Égyptiens en 592 av. Le royaume koushite survécut encore 900 ans après avoir été repoussé vers le sud jusqu'à Méroé. La culture égyptianisée de la Nubie s'est de plus en plus africanisée après la chute de la 25e dynastie jusqu'à l'adhésion de la reine Amanishakhete en 45 av. [ citation requise ] Elle a temporairement arrêté la perte de la culture égyptienne, mais elle a ensuite continué sans contrôle. [76]


10. La civilisation maya

Période: 2600 av. – 900 après JC
Emplacement d'origine : Autour du Yucatan actuel
Localisation actuelle: Yucatan, Quintana Roo, Campeche, Tabasco et Chiapas au Mexique au sud jusqu'au Guatemala, Belize, El Salvador et Honduras
Faits saillants majeurs : Compréhension complexe de l'astronomie

La présence maya en Amérique centrale remonte à des milliers d'années, mais les archéologues aiment associer les véritables débuts de la culture à la période préclassique. Vers 1800 av. a marqué le moment où les chasseurs et les cueilleurs ont décidé de s'installer et de construire des maisons permanentes.

Les premiers villages ont connu un succès incroyable dans l'agriculture et ont continué à semer les Mayas sur tout leur vaste territoire.

L'ancien empire maya était rempli de merveilles - de hauts temples qui touchaient presque le ciel, un calendrier inhabituel qui comptait des millions d'années, une compréhension astronomique incroyable, une tenue de dossiers approfondie.

Plusieurs villes avaient des marques uniques telles que des pyramides, des tombeaux grandioses et des hiéroglyphes détaillés éclaboussés sur tout. Les Mayas ont atteint des sommets artistiques et intellectuels jamais vus auparavant dans le Nouveau Monde, mais malgré ces réalisations civilisées, la culture n'était pas que des licornes et des arcs-en-ciel - ils adoraient le passe-temps des sacrifices humains et déclencher la guerre contre leur propre peuple.

Les conflits internes, la sécheresse et leur conquête par les Espagnols au XVIe siècle ont tous conspiré pour faire jaillir cette étonnante civilisation d'une falaise métaphorique.

La culture a péri sous la pression de se convertir au christianisme et de la propagation galopante des maladies européennes, mais les Mayas eux-mêmes ne se sont jamais complètement éteints, car des millions de leurs descendants existent aujourd'hui dans le monde et continuent de parler plusieurs langues mayas.


Des archéologues découvrent des hiéroglyphes qui jettent un nouvel éclairage sur l'âge d'or de la civilisation méroïtique - Histoire

Nous avons plusieurs dates pour l'Exode. L'historien juif Flavius ​​Josèphe (70 après JC) pensait que l'expulsion des Hyksos par le pharaon Ahmose I vers 1546 av. J.-C. était l'Exode israélite. 1446 av. Ensuite, certains érudits libéraux favorisent un exode après 1260 avant JC sous le règne du pharaon Ramsès II. Pourquoi? Parce que l'Exode commence dans la ville de Ramsès, et les égyptologues comprennent que Per-Rameses égyptien a vu le jour à l'époque de Ramsès I et II. Deux égyptologues, Hoffmeier et Kitchen, ont noté que les 480 ans de 1 ROIS 6:1, sont contredits par la chronologie interne de la Bible qui s'étale sur un laps de temps d'environ 600 ans au lieu de 480 ans. 1446 avant JC plus 600 nous donne 1546 avant JC et l'expulsion des Hyksos d'Égypte. Pourtant Hoffmeier et Kitchen ignorent cela et préfèrent un Exode à l'époque de Ramsès II (vers 1260 av. La Bible peut-elle nous aider ? OUI. On nous dit qu'après la mort de Moïse, Josué attaque Jéricho et ordonne que ses murs tombés soient incendiés. Dans les années 1950, Dame Kathleen Kenyon a fouillé Jéricho. Elle a noté que ses DERNIERS MURS étaient tombés à cause d'un tremblement de terre et avaient été incendiés. Elle a daté l'événement de l'expulsion des Hyksos d'Égypte vers 1546 av. BINGO ! L'Exode est 1546 avant JC et l'expulsion de HYksos est rappelée par la Bible. LE PROBLÈME? Des sites en Jordanie (Moab biblique et Ammon et Edom) ont été fouillés et certains n'ont vu le jour qu'après 1200 avant JC, ou l'âge du fer I (1200-1100 avant JC). Conclusion : La Bible rappelle des événements réels, fondés sur des découvertes archéologiques, et les preuves suggèrent que la colonie de l'âge du fer I de la Jordanie et de Canaan, 1200-1100 av. La Bible dit qu'Israël a épousé les fils et les filles des Cananéens et est venu adorer leurs dieux. En supposant que la Bible ait été écrite à l'âge du fer II, de toute évidence, ces peuples considéraient les Hyksos comme leurs ancêtres via des mariages avec des Cananéens de fer I (descendants des Hyksos).

Adão e Eva eo Jardim do Éden e Pecado Original, Moisés eo Êxodo (histórias de exilios e conquistas foram plagiadas), Dez Mandamentos, Abraão, Josué ou de qualquer dos juízes, Davi, Salomão e seu reino, NOÉ eo Dilúviament .
A BÍBLIA, conta relatos que não são históricos, são boatos, fábulas, MITOLOGIAS. Não existem textos autênticos e originais estão perdidos. Parem de que enganar e mentir para o mundo relatando como relatos ficcionais como se verdades fossem.
JESUS ​​de Nazaré (deus ou filho de deus), José, Maria e os Apóstolos… as histórias da Criação e a Natividade, Crucificação, NÃO SÃO FATOS, são inverídicos e não são coerentes entre sicitam (mortos não ressus). NUNCA existeram.
Os Evangelhos são um labirinto escrito por autores anônimos e editores e revisores conflitantes.
Do Éden ao Apocalipse, A Bíblia é um registro dos erros e das maldades dos homens. Comme Escrituras “não são a palavra de Deus”nem inspiradas.
DEUSES NÃO EXISTEM .

À mon avis, la Bible est un bon endroit pour commencer notre enquête, pas pour contester son
histoire et théologie avec copier-coller des références archéologiques. De plus, l'essentiel de l'histoire biblique est que Dieu n'est pas seulement providentiel, mais qu'il est activement impliqué dans les affaires humaines. La Bible est une révélation de ce que Dieu a fait et accomplira depuis la création jusqu'à la fin des temps. Pensons-nous qu'il est possible que le Dieu qui a créé un billion d'étoiles dans un million de galaxies soit réellement capable de séparer la mer Rouge pour sauver son peuple ? Si nous négligeons les premiers versets de la Genèse comme un mythe, tous les paris sont ouverts. Si l'on est agnostique ou athée, les miracles de la Bible qui ont changé l'histoire humaine sont absurdes. Pour paraphraser le roi David dans les Psaumes, "Dans leur cœur, ils disent qu'il n'y a pas de Dieu". pas de l'intellect. L'interprétation de l'histoire et de la théologie bibliques est un défi grandiose et gratifiant pour les érudits et les archéologues. Creuser de la terre dans ces terres anciennes pour réfuter l'authenticité de la Bible est une quête insensée.

Vous devez tous arrêter de pousser des mensonges et dire la vérité la vraie vérité sur Moïse la vraie famille royale des rois de Kemet Ahmoses Ramoses Kamoses Thutmoses en particulier à propos d'Ahmose chassant les envahisseurs étrangers pour récupérer la libération des terres pour son peuple d'un groupe de vautours de la culture les nomades arrêtent de mentir aux gens sur l'idée fausse des mensonges beaucoup de gens sont réveillés Israélites aka Hyksos c'est des faits vous devez tous arrêter de mentir aux gens exemples de Hyksos Jacob aka Yaqubher Hykso aussi Hezekiah aka un Hykso sur son sceau ils ont trouvé qu'il a un beaucoup de symboles Kemet Tameri dessus, tels que le soleil de la justice et un Ahnk dessus, arrêtent de vous embarrasser vous-même des mensonges divertissants

Merci
Quelqu'un l'a ENFIN dit

À mon avis, la fiabilité de la Bible en tant que source en ce qui concerne la recherche historique est minée par les mythes et légendes absurdes contenus dans la Bible. Par exemple, la légende du déluge dans Genèse 7 est empruntée au texte cunéiforme babylonien qui a mille ans de plus que le texte biblique hébreu. Le Dr Irving Finkel dans son livre ‘THE ARK AVANT NOAH Decoding the Story of the Flood’ (publié par Hodder & Stoughton, Grande-Bretagne, 2014, ISBN 978 1 444 75708 8 ) reconnaît la contribution pionnière de George Smith ( 1840 &# 8211 76 ) qui, en 1872 ‘a stupéfié le monde en découvrant l'histoire du déluge – à peu près la même que celle du livre de la Genèse – inscrit sur une tablette cunéiforme en argile qui avait été récemment fouillée au loin – lointaine Ninive’ ( op cit, p,1 ). Cette découverte à Ninive et la traduction par George Smith que l'histoire du Déluge a été écrite sur une tablette d'argile mille ans avant que les Hébreux ne plagient l'histoire du Déluge, soulève la question suivante : quoi d'autre les chroniqueurs hébreux ont-ils plagié pour compiler l'histoire des Hébreux et à quel ‘Dieu’ les Hébreux se réfèrent-ils dans leurs textes ?’

Comment trouver l'histoire universelle du déluge dans d'autres pays et langues ne tiendrait-il pas compte de l'histoire ? Cela n'ajouterait-il pas à sa véracité ? Si le déluge du temps de Noé était effectivement universel, il va de soi qu'il n'y aurait pas un seul groupe de personnes qui sache et raconte la même histoire. En fait, les cultures du monde entier, très éloignées du Moyen-Orient et isolées de toute influence extérieure, racontent d'anciennes histoires de déluge similaires à celles de la Bible. Ces récits ethno-historiques de peuples éloignés, qui peuvent avoir été transmis oralement depuis les temps anciens, réfuteraient-ils la Bible ? Dirait-on qu'ils ont également plagié l'ancienne histoire babylonienne ? La Bible prétend-elle être le seul récit d'un déluge universel ? Non, il prétend seulement que le déluge était universel et, en tant que tel, aurait, au moins initialement, été universellement connu. Nous nous surpassons lorsque nous essayons de réfuter les documents bibliques simplement parce que nous ne voulons pas le croire.Ne devrions-nous pas plutôt voir que, puisque tant de récits bibliques sont exacts et vérifiés, peut-être que tout est vrai ?

Bien dit, exactement ce que je croirais. Au fur et à mesure que la famille de Noé grandissait et repeuplait la terre, le déluge aurait été transmis de génération en génération. Merci Jon.

Même les Chinois ont un caractère qui représente le déluge.

Vous ne savez évidemment rien de l'héritage hébreu ou vous ne feriez pas vos commentaires.

Evidemment, Tina, tu dois tout savoir.

J'ai lu le livre d'Israël Finkelstein, La Bible découverte, où il présente des preuves intéressantes pour affirmer que l'exode et la conquête n'ont pas eu lieu. Qui est le critique le plus éminent qui est archéologue qui conteste son hypothèse

Je viens de voir ce Finkelstein dans une émission télévisée plus tôt dans la soirée, intitulée "Mont du Temple", il doute de l'efficacité du récit biblique du temple de Salomon, pour moi, après en avoir regardé une partie, qu'il était ‘l'enfer s'est acharné à essayer de prouver que le récit biblique du temple de Salomon était un mythe…..typique de certains archéologues …’après avoir lu votre déclaration, Noel, je peux voir comment mes pensées n'ont pas allez assez loin & #8230…………il veut probablement discréditer toute la Bible………….bien je suis désolé, il est dans un réveil plutôt brutal.

Il y a quelque chose comme 1500 ans entre la construction des Pyramides et la présence hébraïque en Egypte. Explique cela.

Qui s'attendrait raisonnablement à des preuves archéologiques des divers voyages des nomades il y a des milliers d'années à travers les sables du Sinaï ? Je trouve les preuves sur les réalités d'aujourd'hui. Nous savons qu'Israël était cananéen, le dieu EL faisant partie de son nom. Nous savons que le dieu qui est devenu le Dieu d'Israël est venu du Sud. L'archéologie soutient cela. Ces deux groupes, qui se considéraient comme des parents, c'est-à-dire les diverses migrations d'"exode" amenant leur dieu à Canaan et les tribus existantes d'Israël, sont devenus un, tout comme leurs dieux sont devenus un. Qui sait, peut-être que la prière “Shema” témoigne de cette fusion des dieux. Le Nord et le Sud étaient historiquement en désaccord l'un avec l'autre. Les provenances sont claires. C'est donc dans le langage, comme les nombreux ה ‘ ajoutés à des noms qui ne les contenaient pas auparavant, comme Abram et Abraham, le h ( ה) étant de provenance méridionale. Alors, qu'est-ce que l'agitation, les démentis, la politique, l'insistance sur l'exactitude de la Bible, un livre écrit par Hébreux pour Hébreux comme tout sauf une science parfaite à l'esprit, les querelles de rencontres. Y a-t-il vraiment un doute sur le fait que ces migrations depuis l'Égypte, appelées l'unique Exode rassemblant de nombreuses histoires, ont eu lieu ? Les négateurs ont-ils de meilleures explications pour les faits les plus simples prouvant la composition de ce qui allait devenir Israël après Canaan ?

Vous devriez aller au ‘British Museum’ à Londres, c'est vraiment incroyable………avec le bon guide, vous pouvez parcourir l'histoire de la Bible…..vous regardez un artefact particulier, allez au chapitre biblique approprié et des versets, lisez à ce sujet…..et le voici devant vos yeux……..vous pouvez le faire à travers les différentes sections du musée, représentant les empires bibliques, par exemple Egypte, Assyrie, Babylone, Médo-Perse, Grèce et Rome.
Cela donne vraiment vie à la Bible ‘
Si jamais vous avez cette chance Gisel, je vous le recommande, vous apprendrez certainement quelque chose. Le Dieu des Israélites, Jéhovah, était bien connu des Israélites avant leur asservissement en Égypte. certainement bien documenté dans le livre biblique de l'Exode. (il n'y a eu qu'UN seul exode)
Et, la Bible n'est pas seulement un livre pour les Hébreux, c'est un livre pour toute l'humanité, c'est pourquoi elle existe depuis si longtemps, même après de nombreuses tentatives, tout au long de l'histoire, pour la détruire. ou l'empêcher d'être publié dans des centaines de langues différentes, c'est toujours un ‘best seller’

Merci Chris et amp Carl pour votre foi. Et je suis tout à fait d'accord. Moi aussi je crois.

Je me suis toujours inquiété pour le bon chagrin de Noé. Il y a de bonnes preuves pour Israël en Egypte et pour Israël quittant l'Egypte. En comparant les informations archéologiques et les Écritures, il semble que Senusret III [également connu sous le nom de Sésostris III> était Pharaon lorsque Joseph, fils de Jacob a été emmené en Égypte. La clé est qu'il y a plus de preuves de la résurrection de Jésus-Christ que de tout autre événement personnel dans l'histoire ancienne.

L'arche de Noé ? Vraiment? Paul a plus de soucis à se faire, comme connaître les bases et l'orthographe.

Je suis de tout cœur d'accord avec tous les commentaires de Chris de février 2015. Chris, vos commentaires sont profonds mais viennent du vrai croyant au cœur humble. Vous devriez créer votre propre blog / Q & A pour aider les étudiants de la Bible à découvrir la vérité. Vous conduirez beaucoup à Jésus-Christ qui est Dieu sous forme humaine.

Merci pour le commentaire Chris (2/14/15:20:43). Mes sentiments et mes pensées exactement. ‘La foi vient en entendant, et en entendant par la Parole de Dieu’ AMEN, et AMEN. Et rappelez-vous aussi : « Faites confiance au Seigneur de tout votre cœur et ne vous appuyez pas sur votre propre compréhension et il dirigera vos chemins » Encore une fois, AMEN et AMEN.

Ronald dit “Je pense….”.Mais il ne pense tout simplement pas.

Est-ce que tous les “commentaires” se sont taris parce que les gens qui ont offert leurs opinions stupides ont maintenant lu la Bible hébraïque ET le Dr I Velikovsky’s “Ages in Chaos” qui explique clairement la preuve de l'Exode et du 10 Pestes. Sans ce livre, ils écrivent simplement des opinions basées sur rien du tout.
J'ai hâte de lire de quelqu'un qui a réellement lu les faits, les preuves scientifiques et autres de l'exactitude de la Bible hébraïque et de la datation liée à l'Égypte. (Voir au dessus).

je ne pense pas que tout cela soit vrai

Chris dit le meilleur ! Amen frère !

Je ne pense pas qu'il y ait eu d'esclaves. L'Egypte ancienne était une capitale métaphysique du monde. Moïse a volé l'arche de l'alliance à mon avis. La seule façon de recharger l'Arche était dans la pyramide de Gizeh. .. pourquoi voler quelque chose que vous ne pouvez pas utiliser ? L'énergie de Dieu est représentée sous la forme d'un disque ailé ou d'un disque solaire qui est en fait une fusion d'antihydrogène enveloppée dans de l'antioxygène antihélium qui a créé l'univers. Cela se voit aussi dans le livre de la révélation. .. La matière noire produisant de l'énergie noire crée de la gravité et de la masse tout en vivant dans le champ quantique ou l'éther montré dans leur art. Ma théorie est soutenue par le satellite Fermi de la NASA et le satellite de l'agence spatiale italienne PAMELA a détecté une signature d'antihélium de la matière noire lors de la production de Sprite. Il ressemble au soleil mais est un disque volant à double anneau fabriqué par la foudre frappant de l'hydrogène dans un environnement spatial en apesanteur. Il a créé l'univers.

@ KURT QUE LE MÊME PROCESSUS DE FABRICATION DES BRIQUES EST ENCORE UTILISÉ DANS UNE PARTIE DE JUDIAH AUJOURD'HUI (AFRIQUE)

Pour Don et d'autres, dupés par le “Yam Suf signifie la mer des roseaux et signifie donc simplement tel ou tel argument du lac : cet argument ne tient pas compte du fait qu'à l'époque du roi Salomon, la Bible appelle le mer à Elat “Yam Suf” aussi, et dans ce cas, il ne fait aucun doute qu'il s'agit de ce que nous appelons la mer Rouge.

Quelles preuves y a-t-il que les briques ont été fabriquées dans l'Egypte ancienne ?
Le livre biblique de l'Exode déclare que les Égyptiens ont mis leurs esclaves hébreux au travail pour fabriquer des briques. Les esclaves devaient faire un nombre prescrit chaque jour, en utilisant du mortier d'argile et de la paille. — Exode 1:14 “ . Oui, ils les ont fait travailler dans des conditions difficiles dans toutes les formes d'esclavage.”-Exode 5:10-14.”Alors les chefs de chantier et leurs contremaîtres sont sortis et ont dit au peuple: «Voici ce que Pharaon a dit, « Je ne te donne plus de paille. Allez chercher votre paille partout où vous la trouverez, mais votre travail ne sera pas réduit du tout.’” Alors le peuple se dispersa dans tout le pays d’Égypte pour ramasser du chaume pour en faire de la paille. Et les chefs de chantier ne cessaient de les exhorter : « Vous devez chacun finir votre travail tous les jours, comme lorsque la paille était fournie. De même, les contremaîtres des Israélites, que les chefs de chantier de Pharaon avaient nommés à leur tête, ont été battus. Ils leur ont demandé : « Pourquoi n'avez-vous pas atteint le quota de briques que vous fabriquiez ? C'est arrivé hier et aujourd'hui. »http://wol.jw.org/en/wol/d/r1/lp-e/2012010
La fabrication de briques séchées au soleil était une occupation importante dans la vallée du Nil à l'époque biblique. Des monuments antiques construits à partir de ce matériau existent toujours en Egypte. Une peinture murale du XVe siècle avant notre ère. La tombe de Rekhmirê à Thèbes, presque contemporaine des événements relatés dans le livre de l'Exode, illustre le processus.
L'International Standard Bible Encyclopedia décrit la scène de cette peinture comme suit : « L'eau est apportée d'une mare, la boue est mélangée avec une houe, puis transportée à un endroit qui convient au briquetier. Cette boue est pressée dans un moule en bois que le briquetier maintient au sol. Le moule est ensuite retiré, laissant une brique nouvellement formée sécher au soleil. Des rangées et des rangées de briques sont moulées et, une fois sèches, empilées en préparation à l'utilisation. Cette procédure est toujours suivie au Proche-Orient.
Différents documents papyrus du IIe millénaire avant notre ère. se réfèrent également à la fabrication des briques par les serfs, à l'utilisation de la paille et de la terre cuite, et au quota de production journalière de briques que les ouvriers devaient respecter.
Détail de la peinture murale dans la tombe de Rekhmire Erich Lessing/Art Resource, NY
http://www.academia.edu/2118834/Out_of_Egypt

Correction Moïse n'était pas un Judite. Il était de la tribu de Lévi.

Après avoir lu Velikovsky, vous pourrez ENSUITE discuter du sujet de l'histoire juive.

Le premier nouveau pharaon d'Égypte après le renversement des Amou/Amalécites/Hyksos était la 17e dynastie indigène de courte durée, suivie de la 18e. “La Grande Reine d'Egypte et du Sud” connue sous le nom d'Hatchepsout était la reine “Sheba” qui a rendu visite au roi Salomon d'Israël et lui a donné un fils. À son retour en Afrique, elle le nomma vice-roi d'Éthiopie et lui donna, ainsi qu'à ses héritiers, le titre de « Lion de Juda » jusqu'à ce que l'empereur Hailé Sélassié soit assassiné de notre vivant.
Au lieu d'écrire des « Commentaires » dont plusieurs d'entre vous ne savent évidemment rien, essayez de lire le livre du Dr Immanuel Velikovsky « 8220AGES DANS LE CHAOS ». Cela m'a ouvert les yeux et ouvert l'Histoire.

Le pharaon au moment de l'Exode était le pharaon Thom, le dernier de la 12e dynastie égyptienne (à l'exception d'un fils qui mourut immédiatement après la noyade de Thom). XVIe dynasties. Cela a duré jusqu'à ce que le roi Saül les vainque complètement à la bataille d'Avaris, leur capitale. Lisez à ce sujet dans le livre hébreu de Samuel.

BHD prétend (sans la moindre preuve) que les Hyksos et les Israélites ont travaillé ensemble. D'autres commentateurs font des affirmations stupides similaires. La Bible hébraïque nous dit clairement que les Israélites se dirigeant vers l'EST ou le SUD-EST ont été attaqués par les Hyksos se dirigeant vers l'OUEST en Égypte après que l'Égypte ait été totalement détruite dans ce que nous appelons les dix plaies. De plus, le peuple égyptien à tous les niveaux avait été décimé alors que ses bâtiments en pierre s'effondraient sur lui. De plus, leur armée et pharaon
s'était noyé dans la mer des Roseaux, de sorte que le pays d'Égypte était grand ouvert et, comme nous le dit la Bible, il n'y eut aucune résistance.
Est-ce que ces commentateurs exprimant leurs propres vœux pieux plutôt que des faits, veuillez lire le Dr Immanuel Velikovsky ’s “Ages in Chaos” qui explique COMMENT tout cela s'est passé. Plus besoin d'hypothèses ignorantes. Ou même des soi-disant savants !

Comme écrit dans Juges 11:26 Les Israélites étaient 300 ans dans la Transjordanie. Les Israélites faisaient partie des Hyksos à Avaris, voir Bietak Expedition Reports, depuis l'époque de Joseph vizir des Hyksos, Genèse 41:33-39. Les 5 conspirateurs qui avaient conspiré pour tuer puis vendu Joseph en esclavage, Genèse 37::18-28 ont reçu des terres à Goshen près de la future ville Pi-Ramesses Genèse 47:2-6. C'était vers 1620 av.
Les conspirateurs étaient les judaïstes pastoraux. Ruben, Siméon, Juda, Lévi et Gad..
Les Israélites qui vivaient à Avaris ont été expulsés par le roi Ahmose avec les Hyksos vers 1535 avant JC et il y a eu une poursuite. Cet Exode était l'un de la Hâte Cet épisode est décrit par Ebana sur son site de tombe. Les Israélites se sont retrouvés dans la Transjordanie. Ils ont peut-être fait une brève incursion en Canaan vers 1447 avant JC alors que Thoutmosis III attaquait les Amoréens. Les Israélites sont entrés en Canaan vers 1230 dirigés par Josué l'Éphraïmite
un Joséphite. Les Judaïtes restèrent sur leur terre à Goshen jusqu'à l'avènement de Moïse le Judaïte qui revint de Madian après la mort de Ramsès II en 1213 avant JC Exode 2:23. Les Judaïtes ont été enrôlés pour fournir de la main-d'œuvre pour la construction de Pi-Ramsès, la ville de Ramsès Exode 1:11. L'Exode des Judaïtes était chargé de troupeaux de bovins et de troupeaux de moutons Exode 12:32, c'était une affaire tranquille. Moïse venait de rentrer de Madian et aurait ramené les Judahites par le chemin le plus court jusqu'à Madian Exode 2:15. Il n'y a aucune trace égyptienne d'une poursuite ou d'un désastre au moment de cet Exode. Les Judaïtes sont entrés en Canaan par le sud, comme décrit dans Juges 1:3, quarante ans après avoir quitté l'Égypte, probablement dirigé par Caleb le Judaïte, après 1170 av. Au moins 60 ans après l'entrée orientale des Israélites en Canaan dirigés par Josué le Joséphite.
Le premier exode était celui de la précipitation poursuivi par le roi Ahmose. Le deuxième exode était une affaire tranquille. Le roi Merneptah n'était pas à Pi-Ramsès au moment du départ des Judaïtes, il s'était installé dans un palais à Memphis, voir Univ. de Penn. Exposition du musée.

Dans ma vie, alors que je marchais en tenant la main d'Elohim, j'ai appris qu'Il garde volontairement pour Lui les preuves de Ses récits. Ce faisant, il nous met au défi de croire en ce cas, indépendamment du manque apparent de preuves archéologiques. La connaissance lui appartient et il révèle sa connaissance comme nécessaire pour que nous exercions notre foi en lui d'une manière qui nous aide à grandir en tant que croyants. Deutéronome 29:29 déclare “Les choses secrètes appartiennent au Seigneur notre Dieu, mais les choses qui sont révélées nous appartiennent (…)”.
Le vrai croyant est celui qui n'a besoin d'aucune autre preuve que sa parole. Il nous donne des miettes de connaissances, pas trop pour que nous devenions paresseux dans notre foi et pas trop peu pour que nous nous décourageions par manque de foi. Cette dynamique est compatible avec le caractère du Seigneur, Il nous a donné le libre arbitre afin que nous puissions choisir de croire ou de ne pas le faire, Il ne nous force pas, cependant comme Jésus l'a dit à Thomas : “Parce que tu m'as vu, tu as cru béni sont ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru.”
Je crois.

Le Dr Rohl a découvert les erreurs de datation de l'histoire égyptienne grâce au livre du professeur Immanuel Velikovsky « 8220Ages in Chaos ». Lorsque les dates sont corrigées, toute la Bible se met en place. Il n'y a pas de “mythe”. Pour comprendre, procurez-vous le livre D'ABORD.
Mervyn

J'ai été enthousiasmé par le travail de l'égyptologue Dr. David Rohl et j'attends avec impatience son nouveau livre “Exodus – Myth or History”. Le Dr Rohl a découvert que la chronologie de l'histoire égyptienne n'était pas en phase avec les faits archéologiques réels. Si vous placez la nouvelle chronologie sur les dates connues de la conquête de Canaan, alors même la chute de Jéricho se met en place.

TOUTES les infos. sur l'Exode est dans la Bible. Il y a eu 2 exodes, l'un au moment de l'expulsion des Hyksos d'Avaris en Égypte vers 1535 avant JC des tribus Joséphites, la deuxième des tribus judaïtes après la mort de Ramsès II en 1213 avant JC. Le premier exode a conduit les Israélites à être dans la Transjordanie pendant 300 ans, Juges 11:36 jusqu'à ce que Josué l'Éphraïmite (un Joséphite) soit conduit à Canaan. Cet Exode fut celui de la précipitation poursuivi par le roi Ahmose et il y a une trace de cela ! Le deuxième exode des tribus Judahites après la mort de Ramsès II (Exode 2:23) lorsque Moïse le Judahite conduisit les tribus Judahites de Goshen près de la Cité de Ramsès à Madian. en Arabie. Ce fut un exode lent parce que les judaïstes pastoraux étaient chargés de leurs troupeaux de moutons et de bétail (Genèse 47:32). Moïse aurait pris la route directe vers Madian via l'ancienne route commerciale étant récemment revenu de Madian (Exode 4:19-20).
La raison de la séparation des Joséphites basés à Avaris et des Judahites à Goshen en Egypte provenait des cinq conspirateurs (Genèse 47:2) les demi-frères de Joseph qui avaient conspiré pour tuer Joseph puis l'avaient vendu en esclavage à Avaris où il devint vizir et a pu régler le frère et les demi-frères qui n'avaient pas conspiré contre lui. L'histoire est toute là dans la Bible, aujourd'hui en partie obscurcie mais toujours présente - deux Exodes pas un.
L'archéologie dans Amenhotep III mention du Shasu YHW les vagabonds de YHW et la base d'Ishrael peut-être de l'époque de Thoutmosis III indiquent la présence d'Israélites en dehors de l'Egypte bien avant l'époque de Moïse et Ramsès II

Vraiment, c'est pour les commentaires ?! Ok, donc tout le monde doit voir http://www.patternsofevidence.com/en et voir la preuve. Oui Finkelstein est dedans ! Il n'y a pas seulement une preuve archéologique, mais aussi une preuve texturale dans la main d'un Égyptien. Une grande partie de la preuve vient de SOUS la terre appelée Ramsès, toute une couche d'une autre culture, clairement pas égyptienne. L'un des points les plus remarquables pour moi était que Moïse a écrit la Genèse vers 1500, quelques centaines d'années AVANT le pharaon Ramsès, donc probablement quelqu'un a mis à jour le nom de la ville plus tard pour quelque chose de plus moderne, qui pourrait être retracé, à cette époque. Encore une fois, c'est maintenant SOUS cet emplacement mis à jour qu'ils trouvent des masses de preuves ! Donc, les gens ont cherché des preuves dans les archives égyptiennes à la mauvaise période, un peu comme chercher des archives de certains Américains ayant des esclaves africains au cours de ce 21e siècle ne pas trouver ces archives au cours de ce siècle ne signifie pas que cela ne s'est pas produit, cela signifie que l'on cherchait, au bon endroit, mais au mauvais moment !

Et quant à l'arche de Noé, elle a été trouvée dans les années 1950, vérifiée grâce à de nombreuses preuves scientifiques, notamment un échantillon de carotte provenant de près de la base produisant des excréments, des cheveux et des bois d'animaux pétrifiés. Il est exactement de la bonne taille selon la coudée égyptienne, peut être vu sur Google Earth, et un centre d'accueil est installé depuis plus de 20 ans en Turquie.

Personnellement, je pense que The Exodus était un peu comme l'Arche de Noé d'une certaine manière.

Il ressort clairement de travaux scientifiques sérieux que cet "exode" n'a jamais eu lieu. Et pour cause. Les bédouins hébreux ont été emmenés en PERSE comme esclaves. C'est un fait historique, qui est également confirmé dans le célèbre “name” Messiah, qui est en fait PERSIAN “me shah” et cela signifie “notre roi”.

Mais salut. La science nous dit également que croire aux « amis surnaturels » est une schizophrénie clinique.

J'ai fait des recherches sur ce sujet et j'ai découvert que la plupart des écrivains expriment leur opinion en ajoutant une hypothèse aux quelques faits à étayer. si les gens étudient l'histoire égyptienne, ils gardent de très bons dossiers sur certaines choses. Cela aurait été très important et des registres auraient été tenus

Il semble que beaucoup d'argent et de bruit soient dépensés dans la poursuite de l'opinion. Une telle opinion doit différer de l'opinion existante afin qu'un nom puisse être fait pour soi. Ainsi une opinion se transforme en hypothèse et une hypothèse en fait dans l'esprit de l'écrivain et du lecteur. Il n'y a qu'un fait simple, les désirs d'argent, et ce désir pousse sur le papier les spéculations les plus ridicules.
Souvent, vos auteurs déclarent ce que dit la Bible, mais il est évident qu'ils ne l'ont pas lu pour ce qu'ils disent être faux.
Souvent, les spéculations d'un creuseur de fossés à l'esprit vif sont traitées comme des faits archilogiques. Que les lecteurs de cet e-book prennent garde, c'est une histoire à peu près aussi précise que Russel Crowes Noah !

Yam Suf la mer de roseaux. C'est le lac Manzillah dans le delta qui, jusqu'à ce qu'ils construisent le barrage d'Assouan, se jette dans la Méditerranée. Si vous regardez les cartes du delta avant 1970 après JC, vous verrez une lacune dans cette longue dérive côtière. En temps normal, le lac ne fait que couler sur une barre de sable dans la Méditerranée, mais pendant l'inondation, il traverse créant cet écart. et chaque année, cet écart se déplace de haut en bas sur cette longue dérive côtière, comme le montrent les cartes de Napoléon. Cependant, lorsque la marée méditerranéenne est sortie, mais pas pendant la période d'inondation, les eaux du lac s'infiltreront à travers la barre de sable, laissant une zone sèche de 6 à 8 pieds qui peut être parcourue à pied sec mais seulement pendant environ 3 heures sur environ 4 km. s'étirer. Lorsque la marée moyenne monte, les eaux du lac remontent et la barre de sable est recouverte d'environ 100 mm d'eau. Cependant, si vous traversez cela de l'autre côté et que vous devez être capable de voir l'autre côté, alors si vous tombez, vous pouvez vous relever. Mais un char ne le sait pas et la dernière chose que les Égyptiens voulaient était d'entrer dans un petit trou et les fantassins d'Israël reviendront et les tueront, donc il ne semble pas qu'ils les aient suivis. C'était la route que les Égyptiens utilisaient alors et maintenant pour prendre un raccourci de Port-Saïd à Damieitta., alors que par la route il faut revenir presque au Caire. Cette marée s'est produite deux fois par jour pendant des milliers d'années. Ce qui signifie que Moïse n'est pas arrivé là-bas lorsque le Med Tide était sorti, mais il doit l'avoir su et peut être confirmé comme étant toi auparavant à partir du papyrus Anastasia V. Il n'y a aucune mention d'une mer Rouge dans la Torah, la première référence à cette mer était dans la Bible chrétienne. En plus, vous devez avoir des roseaux pour faire leurs nouvelles demeures à Succoth et vous n'avez pas de roseaux autour de l'eau salée de la mer Rouge. Alors d'où vient la Bible de la Mer Rouge. Puis-je suggérer à Moïse de l'appeler Yam Edom la mer Edomite. Il est devenu rouge parce que le rouge en hébreu est Adom et qu'il y a d'autres références, comme Karan et Keren où les traducteurs se sont confondus avec les E et les A, car en hébreu, ils sont similaires. Les Édomites étaient les gens qui vivaient près d'Elat et d'Acaba, que Moïse a traversés et ils étaient des marins.
Il n'y a plus besoin de cet écart maintenant, alors les Égyptiens ont construit une route et des maisons, là où je dis que Moïse a déjà marché. Je dois ajouter que je crois que l'Exode et la Genèse sont une histoire précise des Juifs. Ce n'est pas Dieu qui a ralenti les Egyptiens. en enlevant leurs roues de char, c'est Moïse le stratège, qui a envoyé Josué et Caleb pour enlever les goupilles d'essieu la nuit précédente. toutes les questions poser [email protected]

Johnna, assez étonnamment, il y a beaucoup de preuves de l'Exode. Vous devriez rechercher Thoutmosis III et cette histoire et rechercher son histoire. Sans parler des découvertes des roues du Golden Chariot sous la mer Rouge et des preuves de la colonisation dans le désert. J'espère que ça aide.

Il n'y a aucune preuve de l'exode d'Isreals, à l'exception d'un endroit s'il peut être trouvé. C'est une prophétie vivante d'aujourd'hui. Nous ne sommes pas censés trouver des preuves car lorsque nous serons retirés du monde, il n'y aura aucune preuve de l'événement. le seul endroit où il peut y avoir des preuves est l'endroit où le sol s'est ouvert et a englouti celui qui a volé et enterré l'argent sous sa tente et le sol s'est ouvert et a emporté toute sa famille et son bétail. Bonne chance pour le trouver. Il n'y a pas d'autres restes car ils sont très probablement ressuscités avec Jésus avec les autres qui sont sortis de leurs tombes lorsque Jésus est ressuscité. C'est mon avis. bénédictions.

Avez-vous lu “La Bible découverte” par Israel Finkelstein ?

L'ancien mot égyptien Habiru signifie « sauvages ». Nous sommes tous des enfants de Dieu. Nous allons tous mourir et renaître chez nous parmi les étoiles.


Voir la vidéo: MAÂT, LINCROYABLE SECRET DE LA MAÂT, AU DELA DE LA SORCELLERIE: EQUILIBRE DE LENNEADE, ATUMHORUS