Président I - Histoire

Président I - Histoire



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Président

je

(Frégate : t. 1576 ; 1. 175'0" ; n. 44'4" ; dr. 13'11" ; a. 32 24-pars,
22 42 livres caronades, 1 1long 18 pdr.)

Le premier président (frégate) a été construit par Christian Bergh East River, New York ; lancé le 10 avril 1800 et a navigué de New York sur sa première croisière, le 5 août 1800, Comdr. Thomas Truxton aux commandes.

Le Pre~ident était le vaisseau amiral du commodore Richard Dale en Méditerranée en 1801 et 1802. Il croisa en Méditerranée en 1804 et 1805, participant aux actions contre Tripoli. Il croisa au large de la côte est des États-Unis de 1809 à 1812. Il partit d'Annapolis Md., le 12 mai 1811 et rencontra et tira sur le H.B.M. Ceinture Sloon Littie, 22 canons.

Elle a navigué de New York le 21 juin 1812 avec le Congrès des États-Unis, le Hornet et l'Argus lors d'une croisière dans l'Atlantique Nord. Deux jours plus tard, elle a rencontré H.B.M. Frégate Belvidera, et après un combat de runninz de 8 heures Belvidera s'est échappé. En mettant dans Boston, elle a navigué de nouveau le 3 octobre 1812 pour l'Atlantique Nord, en revenant à Boston le 31 décembre.

Elle a navigué de Boston le 30 avril 1813 sur une croisière au large des côtes de l'Europe. Le 23 septembre, elle captura H.B.M. Schooner High.7lyer, 5 canons, au large de New York et est arrivé à Newport, RI, le 27 septembre 1813. Elle a navigué de Providence le 4 décembre lors d'une croisière aux Antilles, retournant à New York le 18 février 1814, et y a été bloquée pendant près d'un année par une escadre britannique.

Elle a navigué de New York le 14 janvier 1815 sous le capitaine Stephen Decatur, et le lendemain a été capturé par H.B.M. navires Endgmion, Majestic, Pomone et Tenedos.

Le président a été pris dans la Royal Navy et a été démantelé à Portsmouth, en Angleterre, en 1817.


8 pires présidents de l'histoire des États-Unis

Comment déterminez-vous qui sont les pires présidents de l'histoire des États-Unis ? Interroger certains des historiens présidentiels les plus remarquables est un bon point de départ. En 2017, C-SPAN a publié sa troisième enquête approfondie auprès d'historiens présidentiels, leur demandant d'identifier les pires présidents du pays et de discuter des raisons.

Pour cette enquête, C-SPAN a consulté 91 éminents historiens présidentiels, leur demandant de classer les dirigeants des États-Unis sur 10 caractéristiques de leadership. Ces critères incluent les compétences législatives d'un président, ses relations avec le Congrès, ses performances en temps de crise, en tenant compte du contexte historique.

Au cours des trois sondages, publiés en 2000 et 2009, certains classements ont changé, mais les trois pires présidents sont restés les mêmes, selon les historiens. Qui étaient-ils? Les résultats pourraient bien vous surprendre !


Présidents américains

La liberté, selon ma métaphysique, est un pouvoir d'autodétermination chez un agent intellectuel. Cela implique la pensée, le choix et le pouvoir.

…quelques hommes honnêtes craignent qu'un gouvernement républicain ne puisse pas être fort, que ce gouvernement ne soit pas assez fort

Si les hommes étaient des anges, aucun gouvernement ne serait nécessaire. Si les anges devaient gouverner les hommes, ni les contrôles externes ni internes sur le gouvernement ne seraient…

A quoi donc devons-nous ces bénédictions ? Chacun sait que nous les tirons de l'excellence de nos institutions.

L'union, la justice, la tranquillité, la défense commune, le bien-être général et les bienfaits de la liberté, tout a été promu par le gouvernement sous...

Mais rappelez-vous, mes concitoyens, que la vigilance éternelle du peuple est le prix de la liberté, et que vous devez en payer le prix si vous le souhaitez…

. dans tous les attributs d'un peuple grand, heureux et florissant, nous sommes sans équivalent dans le monde.

Je comprends trop bien les tentations dangereuses auxquelles je serai exposé par l'ampleur de la puissance dont il a été le plaisir du…

La richesse ne peut être accumulée que par les gains de l'industrie et les économies de la frugalité.

Le Mexique a franchi la frontière des États-Unis, a envahi notre territoire et versé le sang américain sur le sol américain.

. Je ferai de l'honnêteté, de la capacité et de la fidélité des conditions préalables indispensables à l'attribution du poste.

La grande loi morale doit avoir une application nationale aussi bien qu'une application personnelle et individuelle.

La tempête de frénésie et de faction doit inévitablement s'élancer en vain contre le rocher inébranlable de la Constitution.

Après le maintien de la Constitution et de l'Union est le devoir de préserver le gouvernement de la souillure ou même de la…

Avec malice envers personne, avec charité pour tous, avec fermeté dans le droit comme Dieu nous donne de voir le droit, efforçons-nous d'achever l'œuvre que nous…

La législation ne peut être ni sage ni juste si elle cherche le bien-être d'un seul intérêt aux dépens et au préjudice de plusieurs.

J'ai eu la chance, ou le malheur, d'être appelé au poste de chef de l'exécutif sans aucune formation politique préalable.

C'est le désir des braves gens de tout le pays que le sectionnalisme en tant que facteur de notre politique disparaisse.

Il ne peut y avoir de paysannerie privée de ses droits permanents aux États-Unis.

L'expérience a montré que le commerce de l'Est est la clé de la richesse et du rayonnement nationaux.

C'est un simple impératif d'honnêteté et de bon gouvernement que les dépenses publiques soient limitées par la nécessité publique.

. les opportunités offertes à l'individu de s'assurer le confort de la vie sont meilleures que celles que l'on trouve ailleurs et largement meilleures qu'elles ne l'étaient ici…

C'est un simple impératif d'honnêteté et de bon gouvernement que les dépenses publiques soient limitées par la nécessité publique.

La guerre ne devrait jamais être engagée tant que chaque organisme de paix n'a pas échoué. La paix est préférable à la guerre dans presque toutes les éventualités.

. la législation sera généralement à la fois imprudente et inefficace si elle n'est pas entreprise après une enquête sereine et avec une sobre retenue.

Notre politique internationale est toujours de promouvoir la paix.

Le monde doit être rendu sûr pour la démocratie. Sa paix doit reposer sur les fondements éprouvés de la liberté politique.

Notre tendance la plus dangereuse est d'attendre trop du gouvernement et en même temps d'en faire trop peu.

Le précepte fondamental de la liberté est la tolérance.

Dans le sol empoisonné par la spéculation poussaient ces vilaines herbes du gaspillage, de l'exploitation et de l'abus de pouvoir financier.

Et l'amour de la liberté est toujours féroce et constant dans la nation aujourd'hui.

Aucun gouvernement n'est parfait. L'une des principales vertus d'une démocratie, cependant, est que ses défauts sont toujours visibles.

Un peuple qui valorise ses privilèges au-dessus de ses principes perd vite les deux.

Que le mot passe de ce temps et de cet endroit, à l'ami comme à l'ennemi, que le flambeau a été passé à une nouvelle génération d'Américains.

Nous croyons que tous les hommes ont certains droits inaliénables. Pourtant, de nombreux Américains ne jouissent pas de ces droits.

Dans toute organisation, l'homme au sommet doit en porter la responsabilité. Cette responsabilité appartient donc ici, dans ce bureau. Je l'accepte.

Nous sommes liés par le plus puissant de tous les liens, notre fervent amour de la liberté et de l'indépendance, qui ne connaît d'autre patrie que le cœur humain.

Nous devons simplement avoir foi les uns dans les autres, foi en notre capacité à nous gouverner et foi en l'avenir de cette nation.

… commençons une ère de renouveau national. Renouvelons notre détermination, notre courage et notre force. Et renouvelons notre foi et notre espérance.…

Nous approchons de la conclusion d'une lutte historique d'après-guerre entre deux visions : l'une de tyrannie et de conflit et l'autre de démocratie et de liberté.

Notre démocratie doit être non seulement l'envie du monde, mais le moteur de notre propre renouveau.

Aujourd'hui, nous affirmons un nouvel engagement à vivre la promesse de notre nation à travers la civilité, le courage, la compassion et le caractère.

Le changement ne viendra pas si nous attendons une autre personne ou un autre moment. Nous sommes ceux que nous attendions. Nous sommes le changement que nous recherchons.

. nous saignons tous le même sang rouge des patriotes, nous jouissons tous des mêmes libertés glorieuses et nous saluons tous le même grand drapeau américain.

C'est une élection qui change la vie. Le personnage est sur le bulletin de vote. La compassion est sur le bulletin de vote. Décence. Science. La démocratie. Ils sont tous sur le bulletin de vote.


8 John F. Kennedy (20 janvier 1961 au 22 novembre 1963)

John F. Kennedy a été le 35 e président des États-Unis et est sans aucun doute l'un des présidents américains les plus connus dans le monde. Malgré le fait qu'il était un grand leader, la plupart des gens se souviennent de lui à propos de son assassinat à Dallas au Texas en 1963 par Lee Harvey Oswald.

La législation de Kennedy concernant les mouvements des droits civiques n'a vu le jour qu'après son assassinat, en raison de l'énorme opposition des démocrates du Sud. Cependant, les réalisations de Kennedy en matière de politique étrangère sont parmi les plus grandes réalisations qu'il ait accomplies pendant son mandat, en particulier la façon dont il a géré la crise des missiles cubains de 1962, où il a évité d'entrer dans une confrontation nucléaire avec l'Union soviétique.

Pendant le mandat de Kennedy, le financement de la NASA a considérablement augmenté, ce qui a conduit l'Amérique à devenir le pays leader dans l'exploration spatiale, ce qui a conduit à la préservation de la sécurité des États-Unis.


Le président le plus populaire de l'histoire américaine

par L'Homme Noir 23 décembre 2020 3.1k Vues 11 Votes 5 commentaires

Au cours de sa campagne pour les élections de 2020, le président le plus populaire de l'histoire américaine s'est disputé avec un col bleu, a appelé un homme âgé lors d'une réunion publique, puis l'a défié à un concours de pompes, a oublié dans quel état il se trouvait , et a confondu sa femme avec sa sœur.

Lors de sa campagne pour les élections de 2020, le président le plus populaire de l'histoire américaine a déclaré qu'il était fier de son fils adultère et cocaïnomane, et comment pourrait-il ne pas l'être ? Peu de gens peuvent en effet gagner des millions de dollars simplement en roulant sur Air Force Two.

Lors de sa campagne pour les élections de 2020, le président le plus populaire de l'histoire américaine s'est caché dans son sous-sol pendant que son rival parcourait le pays sans relâche. Alors que des dizaines de milliers de personnes faisaient la queue pour voir Donald Trump, alors que des convois de véhicules et des flottilles de bateaux défilaient en sa faveur, une vingtaine de personnes se sont rendues pour voir le président le plus populaire de l'histoire américaine, un tiers d'entre eux appartenant à son personnel. et l'équipe de sécurité, tandis qu'une foule plus nombreuse de l'autre côté de la route scandait pour son rival.

Le président le plus populaire de l'histoire américaine a remporté plus de voix que son principal rival, plus de voix que Barack Obama pour sa première présidentielle, Joe Biden était si populaire que par endroits, les gens ont voté pour lui vingt ou trente fois. Il était si populaire que même les morts ont voté pour lui en nombre record.

L'image ci-dessus est une capture d'écran du récent rassemblement du Parti démocrate en Géorgie. Joe Biden est sur le podium Kamala Harris et de nombreux autres canons lourds étaient là. Remarquez l'angle étroit de la caméra, pourquoi pensez-vous que les médias locaux l'ont cadré ainsi, se pourrait-il qu'ils ne veuillent pas que le public remarque combien peu de gens s'étaient rendus afin qu'ils ne réalisent pas à quel point le président le plus populaire de L'histoire américaine est vraiment?


Les trois pires présidents de l'histoire des États-Unis

Rappelons-nous les trois pires chefs d'entreprise de la fière histoire de notre pays.

À l'occasion de la Journée des présidents 2021, souvenons-nous des grands, mais rappelons également les trois pires chefs d'entreprise de la fière histoire de notre pays.

Jimmy Carter : (1977-1981)

Peu de gens nieraient la place de Carter dans l'infamie. Je me limiterai à son mandat, bien que sur la scène mondiale, le Géorgien ait été tout aussi préjudiciable aux idéaux américains au cours des quatre dernières décennies.

Une décision, considérée comme controversée même par ses ardents partisans, a été la négociation finale des traités du canal de Panama en 1977. Ces traités, qui transféraient essentiellement le contrôle du canal construit par les États-Unis au Panama, ont été opposés par une majorité du public américain. Les traités ont transféré un grand atout stratégique – que des dizaines de milliers de personnes sont morts en train de construire – à un pays corrompu du tiers-monde.

Le principal conflit impliquant nos intérêts internationaux est survenu dans les relations de Carter avec le Shah d'Iran. Bien que la présidence de Carter ait été marquée par plusieurs crises majeures, la crise des otages en Iran a dominé sa dernière année alors que le 39e président luttait pour sauver les diplomates et les citoyens américains retenus en otage à Téhéran, ouvrant la voie à la montée de l'islam radical.

Le Shah était un puissant allié de l'Amérique depuis la Seconde Guerre mondiale. Il était également amical avec les Juifs d'Israël, une idée par la suite inexistante en Iran pendant plus de quatre décennies.

Lorsque la révolution iranienne a éclaté en 1979, le Shah a été renversé et les États-Unis ne sont pas intervenus. En exil permanent, il s'est vu refuser l'entrée en Amérique par l'administration Carter, même pour des raisons d'urgence médicale. Près d'un an plus tard, Washington a cédé et a admis le Shah. Gagnant en confiance, des militants iraniens se sont emparés de l'ambassade américaine à Téhéran, prenant 52 Américains en otage.

Le Shah est décédé quelques mois plus tard en Égypte, mais la crise des otages a exposé les politiques erronées de Carter aux yeux du monde. Sa réponse fut de ne rien faire au début. Puis il a tenté un sauvetage qu'il a géré de près, qui a échoué. Le facteur rédempteur de cette épreuve a été la défaite écrasante de Carter contre Ronald Reagan lors de l'élection présidentielle de 1980. Les otages ont été libérés le 20 janvier 1981 quelques instants après que Reagan a prêté serment en tant que 40e président.

James Buchanan (1857-1861)

L'esclavage a persisté jusqu'au XIXe siècle et plus de 600 000 jeunes hommes américains courageux ont perdu la vie afin d'abolir cette pratique cruelle et de préserver l'Union. Les présidents démocrates ont dirigé l'Amérique jusqu'au début des hostilités en avril 1861 et le pire d'un mauvais sort était l'homme qui a précédé Abraham Lincoln et laissé le pays en ruines, James Buchanan.

Président James Buchanan/La Maison Blanche

Bien que le prédécesseur de Buchanan, Franklin Pierce, ait été presque aussi désastreux, pendant l'administration de Buchanan, l'Union s'est séparée et, lorsqu'il a quitté ses fonctions, la seule guerre civile de l'histoire des États-Unis était dans 39 jours.

Le pays était divisé au milieu du XIXe siècle sur les graves problèmes des droits des États et de l'esclavage. La violence était partout, les abolitionnistes assassinés au Kansas et leurs meurtres vengés par des radicaux en Virginie, etc.

Apparemment, n'ayant rien appris des échecs de la loi Kansas-Nebraska de 1854 qui a conduit à ce point de basculement, Buchanan a maintenu le statu quo, affirmant que l'esclavage devrait être l'affaire des États et territoires individuels. Les propriétaires d'esclaves du Sud, en grande partie démocrates, ont approuvé. Son adversaire à l'élection présidentielle de 1856, John Fremont, le premier candidat républicain à la présidentielle, a fait valoir que le gouvernement fédéral devrait empêcher l'esclavage de se propager dans les nouveaux territoires de l'Ouest. Buchanan a remporté les élections, bien qu'avec 19 États principalement du sud et 45%, le Pennsylvanien n'ait pas réussi à obtenir une majorité populaire sur Fremont et l'ancien président Millard Fillmore, candidat du parti Know-Nothing.

Buchanan a décidé d'exhorter à l'admission du territoire du Kansas en tant qu'État esclavagiste, approuvant une constitution pro-esclavagiste. Dans son discours inaugural, il a même encouragé la prochaine décision de la Cour suprême Dred Scott, qui a refusé la citoyenneté aux Noirs et a déclaré que le Congrès n'avait pas le pouvoir de maintenir l'esclavage hors des territoires.

Les républicains ont remporté la Chambre en 1858, mais tous les projets de loi importants qu'ils ont adoptés sont tombés avant les votes du Sud au Sénat américain ou un veto présidentiel. Le gouvernement fédéral s'est ainsi retrouvé dans une impasse, et des conflits sectoriels ont forcé les démocrates à rejoindre les ailes nord et sud, chacun désignant son propre candidat à la présidence.

Lorsque les républicains ont nommé Lincoln, il était évident qu'il serait élu. Buchanan espérait la diplomatie, mais les dirigeants sécessionnistes refusaient le compromis et prônaient la sécession. Le 15e président est resté inactif alors que la situation devenait incontrôlable, estimant que la Constitution ne lui donnait pas le pouvoir d'agir contre les sécessionnistes.

En mars 1861, Buchanan se retira dans sa maison de Pennsylvanie, où il mourut sept ans plus tard, laissant à son successeur le soin de résoudre le terrible problème auquel la nation était confrontée.

Lyndon B. Johnson (1963-1969)

J'éviterai plutôt de discuter des aventures de politique étrangère de Johnson, je me concentrerai sur ses politiques socio-économiques, qui ont des effets pernicieux durables. L'agenda de Johnson a jeté les bases de la pauvreté urbaine (et rurale) qui sévit encore aujourd'hui. De nombreux historiens contemporains considèrent LBJ comme un « pionnier progressiste » mais je vois une autre histoire.

Prestation de serment de Lyndon B. Johnson en tant que président/LBJ Library photo de Cecil Stoughton

Prêté serment en tant que 36e président du Love Field de Dallas en novembre 1963, l'homme qui n'avait jamais été maire ou gouverneur a été élu pour un mandat complet un an plus tard aux dépens du sénateur américain Barry Goldwater. Le candidat républicain avait de bons antécédents en matière de soutien aux droits civils, mais l'Arizonan s'est opposé à certaines préférences dans les projets de loi qui sont devenus le Civil Rights Act. Le vote de Goldwater contre cela a finalement conduit à un triomphe de 44 États pour LBJ. Johnson a grandement bénéficié d'une expansion du contrôle de la gauche sur une grande partie de la presse et du monde universitaire, un processus qui se poursuit aujourd'hui.

On ne se souvient pas dans les manuels d'histoire que les républicains ont proposé une législation anti-lynchage pendant des décennies, reflétant l'époque de la guerre civile, lorsque les démocrates avaient été impliqués dans cet acte horrible. La législation a été adoptée par la Chambre mais a été tuée par le Sénat contrôlé par les démocrates et finalement adoptée en 1939. Un jeune membre du Congrès du Texas nommé Johnson s'est continuellement opposé à la législation anti-lynchage.

  • En 1956, les démocrates ont exprimé leur opposition à la décision de déségrégation de Brown v. Board of Education dans le Southern Manifesto. Cent membres du Congrès, tous démocrates, ont signé le document.
  • En 1957, le président républicain Dwight Eisenhower a rédigé un projet de loi sur les droits civils, dans l'espoir de réparer les dommages causés aux droits civils pendant près d'un siècle. Les démocrates du Sénat ont bloqué l'adoption du projet de loi.

Mais après l'assassinat de JFK :

  • Le Congrès a adopté le Civil Rights Act de 1964, la loi initialement rédigée par Eisenhower en 1957. Les démocrates ont fait obstruction au projet de loi. Une fois l'obstruction systématique surmontée, un plus grand pourcentage de républicains ont voté pour le passage que les démocrates.
  • En 1965, le Congrès a adopté et Johnson a promulgué le Voting Rights Act de 1964. Ce projet de loi a également bénéficié du soutien d'un plus grand pourcentage de républicains que de démocrates. Aujourd'hui président, Johnson obtient le crédit d'une législation rédigée par des républicains conçue pour réparer un siècle de dommages causés par les démocrates.

À ce stade, les médias et les universités ont commencé à utiliser le contrôle de l'information pour organiser un changement électoral massif. Les Noirs, autrefois exclusivement républicains, ont commencé à voter démocrate en nombre supérieur à 90 %.

Les conséquences réelles de la « Grande Société » de Johnson ont découragé l'initiative, encouragé une psychologie de la victimisation, tout en créant une classe de dépendance permanente.

Jusqu'en 1965, près de 80 % des ménages noirs avaient à la fois une mère et un père à la maison, à égalité avec les familles blanches. Après 1965 (l'année où les démocrates ont cessé d'opprimer les Noirs et ont commencé à les aider avec une "guerre contre la pauvreté"), la présence de pères noirs au foyer a commencé à décliner rapidement aujourd'hui, le taux de natalité hors mariage des Noirs américains est plus de 70% et il augmente dans toutes les races.

Contrairement au New Deal, la Grande Société a émergé dans une période de prospérité. Johnson a présenté ses objectifs dans un discours à l'Université ultra-libérale du Michigan en 1964. Ayant peu de foi en leur homme ordinaire, les bienfaisants ont adoré sa "demande de mettre fin à la pauvreté et à l'injustice raciale". Les critiques des conservateurs sur l'inefficacité des programmes et la création d'une sous-classe de citoyens se sont avérées exactes.

Pour les dommages incalculables causés par sa politique, ignorant même l'aventure vietnamienne, LBJ passe pour l'un de nos trois pires présidents.

Mention honorable au président Woodrow Wilson pour son sectarisme et son étatisme agressif, non contraint par des principes limitatifs, ce progressisme était, bien sûr, insoutenable et naïvement utopique.

Je m'abstiendrai sur les anciens présidents Barack Obama, Donald Trump et l'actuel autoritaire en chef, car il faut environ deux décennies post-présidentielles pour des observations complètes. L'héritage du président George W. Bush n'est que lentement mis en lumière.

Bien que je préfère que nous célébrions et vénérons uniquement les meilleurs présidents, cela vaut la peine de récapituler les hommes qui ont blessé ce pays pendant leur mandat.


Les présidents les plus populaires de l'histoire des États-Unis

1 Barack Obama Barack Hussein Obama II a été le 44e président des États-Unis d'Amérique. Il a été élu en 2008 après avoir siégé au Sénat de 2005 à 2008, battant John McCain et devenant le premier Afro-Américain à être élu président des États-Unis. Il a été réélu en 2012, battant Mitt. Lire la suite.

L'administration Bush a endommagé l'État américain. Par conséquent, la réélection du Parti républicain a été ressentie comme une conséquence fatale. Mccain lui-même est resté pro-guerre et partageait des vues similaires à celles de Bush alors que le reste des Américains y était fortement opposé. Sarah Palin était également la raison pour laquelle tout le monde s'est retourné contre le Mccain. La mission d'Obama pour récupérer l'Amérique s'est avérée difficile, mais finalement, l'économie est restée stable grâce à ses politiques et à son approche. La guerre au Moyen-Orient était toujours un coup dur pour sa présidence car elle était toujours en cours, mais il a ordonné l'assassinat d'Oussama Ben Laden, un terroriste travaillant dans la clandestinité et responsable des attentats du 11 septembre. Obama est vraiment un homme compatissant qui se soucie de tous les Américains. C'est le président moderne que j'admire mais qui est loin d'être parfait.

Barack Obama est un vrai leader pour les États-Unis. C'est un homme bon pour le monde entier, mais pas pour les États-Unis. Il veut toujours la paix partout.

Ce président a dû faire face à l'un des pires ralentissements économiques de l'histoire de la nation. De plus, le parti d'opposition a déclaré que ce président n'obtiendrait aucune aide du parti d'opposition. Ce président a fait capturer cet ennemi numéro un de la nation, là où ses prédécesseurs n'ont pas pu accomplir. Ce président a fait passer un projet de loi sur la santé au Congrès sans l'aide du parti d'opposition. Il est malheureux que ce pays écoute encore les mauvaises parties des citoyens qui ne veulent pas d'équité et d'harmonie dans ce pays. Le président Obama a joué sans que l'opposition puisse lui faire du mal.

Il a été confronté à un défi difficile pour remettre ce pays sur pied et j'ai senti qu'il pouvait faire le travail ! Mission accomplie.

2 Abraham Lincoln Abraham Lincoln était le 16e président des États-Unis, servant de mars 1861 jusqu'à son assassinat en avril 1865. Lincoln a dirigé les États-Unis dans sa guerre la plus sanglante et sa plus grande crise morale, constitutionnelle et politique. Abraham Lincoln est né le 12 février 1809 dans le comté de Hardin, dans le Kentucky. . Lire la suite.

Hahaaahahaaha ! Pourquoi Barack Obama est n°1 ? Personne ne l'aime et ce n'est pas parce qu'il est noir, donc quiconque dit que je suis raciste doit comprendre la réalité et comprendre que la plupart des gens ne se soucient pas de votre couleur de peau et qu'ils n'aiment tout simplement pas votre personnalité, désolé . Abraham Lincoln est la personne que nous devrions admirer pour mettre fin au racisme, pas un gars qui se trouve être noir ! Dire que les blancs qui sont républicains et n'aiment pas Obama sont racistes, c'est en soi raciste ! Si nous étions noirs, tu ne dirais pas ça ! Si seulement vos arrière-arrière-grands-parents (s'ils étaient des esclaves) étaient là maintenant. Ils seraient reconnaissants que leurs descendants aient toute l'égalité qu'ils ont. Ils seraient bien plus reconnaissants envers Abraham Lincoln qu'envers Barack Obama.

Ma question est pourquoi diable est BARACK OBAMA avant l'homme qui a libéré les esclaves, maintenu l'union et a donné à tous les hommes le droit de vote. Barack Obama, eu Benghazi, est peut-être né dans un autre pays (ne me dites même pas en quoi c'est raciste. Si George Bush était né en France, nous aurions toujours un problème) a espionné des millions d'Américains, et a laissé ISIS prendre le contrôle de la Syrie et de l'Irak.

Obama n'est plus élevé que parce qu'il est récent Lincoln restera dans les mémoires bien plus qu'Obama ne devrait être le numéro 1 et Washington numéro 2

J'aime beaucoup Lincoln, c'était mon président préféré. Il n'était pas parfait en tout mais il a fait de son mieux toute sa vie. Je ne pouvais pas croire qu'il avait été tué

3 John F. Kennedy John Fitzgerald Kennedy (29 mai 1917 - 22 novembre 1963) communément appelé par ses initiales JFK, était un homme politique américain qui a été le 35e président des États-Unis de janvier 1961 jusqu'à son assassinat. La crise des missiles de Cuba, l'invasion de la baie des Cochons, l'interdiction des essais nucléaires. Lire la suite.

John F. Kennedy a la cote d'approbation la plus élevée de l'histoire présidentielle. C'était un jeune, beau et attachant leader qui soutenait le mouvement des droits civiques et étendait la course à l'espace en envoyant le premier homme sur la Lune. Ce gars bien qu'il n'ait servi que deux ans après son premier mandat en raison de son assassinat. Il est une inspiration pour beaucoup et pour les Américains. Kennedy était tout au sujet de la liberté et le seul président démocrate que les républicains admiraient beaucoup. Il était essentiellement le Lincoln des années 60. Il a réprimé la façon dont l'argent des contribuables a été envoyé, surtout après avoir été dans un appel téléphonique sur des meubles. Des complots surgissent encore car personne ne sait qui a réellement assassiné le 35e président des États-Unis.

John Fitzgerald Kennedy savait qu'il y avait des complots au sein du gouvernement américain. Il était sur le point de les exposer. C'est pourquoi cet homme merveilleux nous a été enlevé si tôt. Tout comme son frère Bobby dont les intentions étaient les mêmes. Pour exposer les politiciens corrompus qui ont cherché à détruire notre pays. Il avait de grands rêves pour les États-Unis, des rêves avec lesquels son fils voulait aller de l'avant et encore une fois, il a également été pris. Il n'y en aura jamais un autre comme JFK.

C'était un homme entièrement américain avec une famille normale et un merveilleux président. Il était un grand père et un leader. c'était un homme qui aimait son pays et faisait ce qu'il y avait de mieux pour son peuple.

Était assez impopulaire de son vivant, et la réalité est qu'il n'a été président que pendant environ mille jours, et n'avait pas accompli grand-chose à l'exception d'une belle confrontation sur les missiles à Cuba. Il a été idéalisé en raison de son assassinat alors qu'il était encore jeune et beau, et son meurtre a marqué un

4 Ronald Reagan Ronald Wilson Reagan (1911-2004) était un homme politique et acteur américain qui fut le 40e président des États-Unis de 1981 à 1989. Avant sa présidence, il a été le 33e gouverneur de Californie de 1967 à 1975, après une carrière d'acteur hollywoodien et de dirigeant syndical jusqu'à sa mort en 2004.

Le pire président de l'histoire des États-Unis. Les gens qui le soutiennent ne sont pas informés. Les faits =
1) Triplement de la dette américaine tout en paralysant les frontières et en sous-traitant la fabrication américaine
2) Crime et pauvreté doublés tout en négligeant les infrastructures pour "Star Wars"
3) A retiré la richesse américaine de la classe moyenne et créé une élite « 1 % » avec Reaganomics
4) L'éducation et le filet de sécurité sociale détruits avec des coupes budgétaires résultant en une situation moderne dans le monde entier dans les domaines des mathématiques, des sciences, des soins de santé et de la mobilité sociale
5) La déréglementation des grandes banques et de l'industrie a entraîné des krachs boursiers en '87 et '99 et le plus gros en 2009. En revanche, la politique du FDR a permis UN krach de '32 à '82.

Il était le plus grand président depuis Carter. donc pas génial. En fait, il était l'un des pires dirigeants mondiaux de tous les temps. Je sais que je vais faire dire aux gens : « Non, c'était un grand président, vous appartenez à un asile », mais je trouve qu'augmenter la dette d'une nation, soudoyer des terroristes avec des armes et ignorer une maladie parce que vous êtes un homophobe idiot pour faire de quelqu'un un être humain assez terrible, sans parler d'un président.

Ronald Reagan a toujours eu à cœur le meilleur intérêt de l'Amérique. Il nous a rendus fiers d'être américains. Créer des millions d'emplois et nous sortir de l'obscurité causée par l'inflation et les luttes intestines. Le mot qui résonne encore aujourd'hui dans mes oreilles est « abattre ce mur » et c'est ainsi que le mur de Berlin est tombé. Il a toujours été si respectueux de ses militaires et si fier d'eux. Il était bon, meilleur que la plupart. J'aurais aimé en avoir un autre comme lui.

Reagan a inauguré 25 ans de prospérité économique avec ses politiques conservatrices. La résession de Carters était pire que celle d'Obama et Reagan nous en a sortis avec de vraies politiques conservatrices, une déréglementation des impôts plus faible et un gouvernement plus petit. Obama fait ce que Carter a fait 10 fois et le pays en souffre. Mark Levin sort un livre The Liberty Amendments. Je pense qu'ils pourraient être la solution à notre gouvernement perdu et incontrôlable. Nous DEVONS l'examiner sérieusement.

5 George Washington George Washington a été le premier président des États-Unis, le commandant en chef de l'armée continentale pendant la guerre d'indépendance des États-Unis et l'un des pères fondateurs des États-Unis.

Washington était le principal père fondateur de notre nation alors qu'il menait la milice et l'armée continentale dans des batailles cruciales. Une fois la guerre gagnée, il a continué à être le président de la convention constitutionnelle et plus tard le premier et le seul président des États-Unis élu à l'unanimité. Il était considéré comme un héros de guerre et un demi-dieu parmi le peuple, ce qui lui permettait d'avoir suffisamment de pouvoir pour former le syndicat. Étant non partisan, il a conduit le jeune pays à travers ses premières douleurs de croissance et lui a laissé une institution plus stable au moment de sa retraite.

George Washington devrait être le numéro 1. Le seul président élu à l'unanimité. Le président qui a refusé de briguer un troisième mandat lorsqu'il a été sollicité afin d'assurer une passation de pouvoir pacifique. Sans lui en tant que président, même ses ennemis ne pensaient pas que la nouvelle nation aurait survécu. Il a agi de manière non partisane, pour le bien du pays, car il était très conscient que le monde regardait l'expérience américaine de construction d'une nation.

Commandant de l'armée continentale à président, il a donné l'exemple aux autres lorsqu'il a accepté pour la première fois le poste de présidence, puis s'est retiré pour son successeur élu. sa démission de son autorité quasi absolue est un exemple de leadership exceptionnel, de service au plus grand bien et de vertu civique. notre Cincinnatus.

De nombreux présidents comme George Washing, Abraham Lincoln et Thomas Jefferson méritent cette place. Pas lui!

6 Franklin D. Roosevelt Franklin Delano Roosevelt, communément appelé FDR, était un homme d'État américain et leader politique qui a été le 32e président des États-Unis de 1933 à 1945. Démocrate, il a remporté un record de quatre élections présidentielles et a dominé son parti pendant de nombreuses années en tant que figure centrale des événements mondiaux. Lire la suite.

Le président le plus important depuis Lincoln, a dirigé le pays à travers la Grande Dépression et dans une victoire alliée pendant la Seconde Guerre mondiale. Élu à quatre mandats a été le premier et le seul président à rompre avec le précédent de Washinton à deux mandats.

FDR était si populaire qu'il a été élu pour quatre mandats consécutifs. Ses politiques libérales ont non seulement aidé l'Amérique à vaincre les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, mais elles nous ont également donné la plus forte économie de l'histoire. Les programmes du FDR du New Deal, par exemple la sécurité sociale, sont même encore largement utilisés aujourd'hui. FDR n'était pas seulement l'un des meilleurs présidents de tous les temps, il faisait partie des meilleurs dirigeants du monde.

He was elected 4 times, no other president has ever been elected 4 times most is 2. Since he was elected 4 times he must be an outstanding president that the people elected him that many times.

Fantastic statesman who delivered on his promises kind-hearted, optimistic, intelligent individual who was also incredibly realistic and pragmatic in difficult circumstances.

7 Théodore Roosevelt Theodore Roosevelt was an American statesman, author, explorer, soldier, naturalist, and reformer who served as the 26th President of the United States from 1901 to 1909. As a leader of the Republican Party during this time, he became a driving force for the Progressive Era in the United States in the . Lire la suite.

Loves Hunting, Loves Nature. Loves Fighting, Loves The People. A Man who puts up a Republicans spirit and a Democrats Beliefs. This Man is Americana just by looking at him. Both a Veteran and Politician, he freed the common man from the snake that was monopolies, and therefore, A Great Man and President.

An incredibly tough person, who survived an assassination attempt during a campaign speech, and with the bullet lodged against his ribs, still finished up the speech before going to the hospital. A shame we have nobody like that today.

Leader who accomplished much. Panama Canal, Our national parks, building up our navy, making the United States a dominant force in the world. Was a likeable, witty person, who told it like it was.

How is Barack Obama ahead of this guy? Anyone ever heard of the Rough Riders? Anyone ever heard of Obama's second-term dictatorship?

8 Thomas Jefferson Thomas Jefferson was an American Founding Father who was principal author of the Declaration of Independence, and served as the 3rd President of the United States from 1801-1809. He was born on April 13, 1743, and died on July 4, 1826, on the same day 2nd United States President John Adams died.

Come on, he is the best! Scientist, atheist, smart guy who didn't involved in any shady business, participated in creation of the Bill of Rights, his quotes are inspiring till now. I could go on forever like this. He is just the best, hands off

Jeez, I hope a lot of the voters on this list are non-Americans, who can be excused for not being familiar with all of the names.
Otherwise, it reflects very poorly on our current educational system.

Wrote the Declaration of Independence and purchased the Louisiana territory.

9 Bill Clinton William Jefferson Clinton (Born August 19th 1946) is an American politician who was the 42nd President of the United States. He previously served as governor of Arkansas. He became president after unseating incumbent president George H.W. Bush in 1992. He was re-elected in 1996 after defeating Senator . Lire la suite.

This is one of the best presidents we've ever had. He was Rhode Scholar, a brilliant, eloquent, articulate, humane, compassionate, successful and well loved president and human being! wish we could have had him for unlimited amount of terms!

How this man was ever elected the second time is beyond me. One is never really two different people, moral and honest in one situation and corrupt in another. He really pulled the wool over the eyes of millions of people with his smooth talk. No this man should have never been elected the first time, and definitely never the second time. The fact that he is on this list does not speak well of the citizens of this country!

He was another charmer. I enjoyed his presidency. I felt relatively secure with him in the White house -- not as secure as with JFK (hard act to follow).. But, hindsight is 20/2 and, unfortunately, I believe he made serious mistakes such as with CAFTA and/or NAFTA, among others. I believe Hillary will have learned from his mistakes and make the best President since JFK. Here's hoping.

A talented and yet powerful president of the United States. America in the 90s went well under his presidency when the economy increased despite having flaws as well as the Lewinsky Scandal. He plays the saxophone for crying out loud! this goes to show powerful presidents with talents makes America the Best

10 Donald Trump Donald John Trump (born June 14, 1946) is an American businessman, television personality, politician, and the 45th President of the United States. Born and raised in Queens, New York City, Trump received an economics degree from the Wharton School of the University of Pennsylvania in 1968. In 1971, . Lire la suite.

He's a man with the right ideas. He's not afraid to spend his wealth on things that he likes, and he's certainly not afraid to face the backlash of American society.

He doesn't play the role of the "good" or "bad" guy -- he just does his own thing and speaks his mind. He's a man who can confidently make decisions he's a man that America needs.

Presidents are not philanthropists. Presidents are human. Humans can be generous. Humans can also be selfish. Being one or the other does not make you a bad person.

However, seeing how our country is more or less made of poor, desperate people who like people who hand out free money, it's no surprise that they're against Trump and his conservative ways.

Trump is going to make us great again we been low on the totem pole for many years in many ways and we are no longer spiraling down. I like a president who talks daily to the people, continually takes abuse from all aspects of the media, does not play the role of politician like the rest of Washington and still manages to accomplish things that no one has in 70 years plus. All of Washington politicians have great benefits so why change things. They are set for life, are you? They are all afraid of a real person. And a person who wants to make change that is needed. I love the comment on Obama, he did NOTHING for me or my health
Assurance. And Bill Clinton LOL he used the office that we the citizens of this country OWN for his own shall we say pleasures. Trump is a president your grandchildren should read about and because of him their future will be bright.

Quoi? 10th? He would make america great again? look at his handling of COVID-19 and the George Floyd Protests! He threatened to kill 26 million people, Is racist (by supporting Kung Flu, that is racist in the United States), Forced people to drink bleach, Got the vaccine for the US only, Slowed down testing so we don't know who has tested positive for COVID, And, worst of all, DIDn't CARE ABOUT PEOPLE DYING FROM COVID19 AND ONLY CARED ABOUT THE US'S WEALTH!

Best president since Reagan. Même pas près. Brought self respect back to the USA after Obama spent eight years making us a laughing stock.

11 Dwight D. Eisenhower Dwight David "Ike" Eisenhower was an American politician and general who served as the 34th President of the United States from 1953 until 1961. He was a five-star general in the United States Army during World War II and served as Supreme Commander of the Allied Forces in Europe.

According to most history teachers, this great human being never even existed. No wonder today's young voters are happy with such idiots.

Eisenhower was so popular that both the Democrats and the Republicans wanted him to be their nominee in the 1952 election.

A general that always was the spokesperson for peace. A bit forgotten through the ages, but a brilliant man.

Equally famous as commander of Allied forces in WWII and president during the "prosperity" of 1950's America.

12 John Adams John Adams was born on October 30, 1735 in Quincy, Massachusetts, United States. Adams served as the president of the United States from March 4, 1797 to March 4, 1801. He died on July 4, 1826 at the age of 90.

An important founding father, and the most important in the history of Massachusetts, had a difficult presidency that led to partisan tensions throughout the country.

He wrote " May none but honest and wise men ever rule under this roof."

13 Richard Nixon Richard Milhous Nixon was the 37th President of the United States from 1969 until his resignation in 1974, the only president to resign from office. He had previously served as the 36th Vice President of the United States from 1953 to 1961, and prior to that as a U.S. Representative and also Senator . Lire la suite.

He was a great but deeply complicated man, who had good intentions but didn't always do the right thing. His leadership and intelligence helped ease tensions with the USSR and brought China into the international community. He was a great and flawed man, but he was a man.

While Nixon is more commonly hated than any other president, he is easily the most well known. We teach children about him, constantly mock him, and his name is now synonymous for lying. There really isn't a contest here.

Again another president that didn't take the job seriously and is a disgrace to the country

Compared to the Clintons and Obama, Nixon was a Boy Scout.

14 Jimmy Carter James Earl "Jimmy" Carter, Jr. is an American politician and author who served as the 39th President of the United States from 1977 to 1981. In 2002, he was awarded the Nobel Peace Prize for his work with the Carter Center.

Carter may have been one of the most despised presidents of all time, but he was one of the only genuinely good-hearted ones.

Truly a great person, I think we need another like him right now, though maybe a little more competent.

A very kind man and a good human being. No wonder he only lasted one term.

Very nice man. Thoroughly incompetent president.

15 Ulysse S. Grant Ulysses S. Grant was an American soldier and statesman who served as Commanding General of the Army and the 18th President of the United States, the highest positions in the military and the government of the United States.

Seen her getting wasted on hootch before a major battle.

Helped restore America post civil war.

16 Andrew Jackson Andrew Jackson was an American statesman who served as the seventh President of the United States from 1829 to 1837 . He was born near the end of the colonial era, somewhere near the then-unmarked border between North and South Carolina, into a recently immigrated Scots-Irish farming family of relatively . Lire la suite.

He is a badass action hero who saved New Orleans from the Bloody Brittish. I think he owed slaves and I'm not sure he was a good President, but he was the man in 1812!

Beloved in his day, but despised now (particularly due to the Indian Removal Act).

His face is on a twenty dollar bill he should be number 4 or 5?

He made great strides for the common American citizen

17 William McKinley William McKinley was the 25th President of the United States, serving from March 4, 1897 until his assassination in September 1901, six months into his second term.

This guy just creeps me out and scares me kinda glad he was assassinated

18 Andrew Johnson Andrew Johnson was the 17th President of the United States, serving from 1865 to 1869. Johnson became president as he was vice president at the time of the assassination of [Abraham Lincoln]. 19 Lyndon Johnson Lyndon Baines Johnson, often referred to as LBJ, was the 36th President of the United States from 1963 to 1969, assuming the office after serving as the 37th Vice President of the United States under President John F. Kennedy. He helped many Americans with the Civil Rights Act, although many Americans . Lire la suite.

Not only did he pass the Civil and Voting Rights Acts Kennedy put into motion before his assassination, but his charisma with Congress assured him the passage of those bills. Under the Kennedy Administration, there was not enough party support for the bills but Johnson not only garnered it, he made sure they would pass. Also he passed Medicare and Medicaid, two of the most important pieces of health care legislation. He understood what the persecuted needed. He was a man who represented the minority: the discriminated, the hungry, the poor, etc.

No, in my opinion, Lyndon Johnson should be on the list for the top ten worst Presidents. Just look up pics. Of him on Google, and read the stories that go along with it and you'll see why.

I'm convinced Johnson was in on JFK's assassination

Did a lot for black peeps

20 John Quincy Adams John Quincy Adams (July 11, 1767 – February 23, 1848) was an American statesman who served as the sixth President of the United States from 1825 to 1829 at the peak of a political career during which he served in various capacities as diplomat, United States Senator, United States Secretary of State, . Lire la suite. 21 Gerald Ford Gerald Rudolph Ford Jr. was an American politician who served as the 38th President of the United States from August 1974 to January 1977.

Do you like nachos? Do you like beer? Do you like Football? Well, what don't you come to my house and drink beer and eat nachos while we watch the game!

Gerald Ford was an honest man!

22 Woodrow Wilson Thomas Woodrow Wilson was an American politician and academic who served as the 28th President of the United States from 1913 to 1921. Born in Staunton, Virginia, he spent his early years in Augusta, Georgia and Columbia, South Carolina. 23 William Howard Taft William Howard Taft served as the 27th President of the United States and as the tenth Chief Justice of the United States, the only person to have held both offices.

William Taft is famous for getting stuck in the bath tub. His wife planted the cherry trees in Washington DC. Japan gave them to her as a gift. Taft worked in all three branches of government. He's the best president and the cutest and the nicest.

Taft was my favorite president and he didn't really get stuck in the bathtub.

Not the most popular president ever, but definitely the sexiest.

People always talk about how he got stuck in the bathtub. But at least he increased the bathtub’s size.

24 John Tyler John Tyler was the tenth President of the United States. He was also, briefly, the tenth Vice President, elected to that office on the 1840 Whig ticket with William Henry Harrison.

A President I know nothing about, but he sounds like a jerk.

Why is Tyler on this list?
He was a bad president!

25 James Monroe James Monroe was an American statesman and Founding Father who served as the fifth President of the United States from 1817 to 1825.

Although, economic panic took place under his administration, James Monroe continued to be a popular leader as he had an ear for popular opinion.


When a secret president ran the country

Woodrow Wilson may have been one of our hardest-working chief executives and by the fall of 1919, he looked it.

For most of the six months between late Dec. 1918 and June 1919, our 28th president was in Europe negotiating the Treaty of Versailles and planning for the nascent League of Nations, efforts for which he was awarded the 1919 Nobel Peace Prize (an award he did not officially receive until 1920). Back home, however, the ratification of the treaty met with mixed public support and strong opposition from Republican senators, led by Henry Cabot Lodge (R-Mass.), as well as Irish Catholic Democrats. As the summer progressed, President Wilson worried that defeat was in the air.

Bone-tired but determined to wage peace, on Sept. 3, 1919, Woodrow Wilson embarked on a national speaking tour across the United States so that he could make his case directly to the American people. For the next three and a half weeks, the president, his wife Edith Bolling Galt Wilson, assorted aides, servants, cooks, Secret Service men and members of the press rode the rails. The presidential train car, quaintly named the Mayflower, served as a rolling White House. Also joining the party was the president’s personal physician, Cary T. Grayson, who had grave concerns over his patient’s health.

Not that Woodrow Wilson was the picture of health before beginning this grueling crusade.

When Wilson took office, the famed physician and part-time novelist Silas Weir Mitchell ominously predicted that the president would never complete his first term. Dr. Weir was wrong on that prognosis even though Dr. Grayson did fret aloud and often about the Wilson’s tendency to overwork.

For example, while negotiating with European leaders on arriving at an equitable peace to end “the Great War,” Wilson worked incessantly, eliminating all the exercise, entertainment and relaxation sessions from his schedule. And like tens of millions of other people during the worst pandemic in human history, the American president succumbed to a terrible case of influenza in early April of 1919.

All during September of 1919, as the presidential train traveled across the Midwest, into the Great Plains states, over the Rockies into the Pacific Northwest and then down the West Coast before turning back East, the president became thinner, paler and ever more frail. He lost his appetite, his asthma grew worse and he complained of unrelenting headaches.

Unfortunately, Woodrow Wilson refused to listen to his body.

He had too much important work to do. Combining his considerable skills as a professor, scholar of history, political science and government, orator and politician, he threw himself into the task of convincing the skeptics and preaching to the choir on the importance of ratifying the treaty and joining the League of Nations. At many of the “whistle stops,” vociferous critics heckled and shouted down his proposals. In the Senate, his political opponents criticized Wilson’s diplomacy, complained that the treaty reduced the Congress’s power to declare war, and ultimately voted the treaty down.

Late on the evening of Sept. 25, 1919, after speaking in Pueblo, Colorado, Edith discovered Woodrow in a profound state of illness his facial muscles were twitching uncontrollably and he was experiencing severe nausea. Earlier in the day, he complained of a splitting headache.

Six weeks after the event, Dr. Grayson told a journalist that he had noted a “curious drag or looseness at the left side of [Wilson’s] mouth — a sign of danger that could no longer be obscured.” In retrospect, this event may have been a transient ischemic attack (TIA), the medical term for a brief loss of blood flow to the brain, or “mini-stroke,” which can be a harbinger for a much worse cerebrovascular event to follow — in other words, a full-fledged stroke.

On Sept. 26, the president’s private secretary, Joseph Tumulty, announced that the rest of the speaking tour had been canceled because the president was suffering from “a nervous reaction in his digestive organs.” Les Mayflower sped directly back to Washington’s Union Station. Upon arrival, on Sept. 28, the president appeared ill but was able to walk on his own accord through the station. He tipped his hat to awaiting crowd, shook the hands of a few of the people along the track’s platform, and was whisked away to the White House for an enforced period of rest and examination by a battery of doctors.

Everything changed on the morning of Oct. 2, 1919. According to some accounts, the president awoke to find his left hand numb to sensation before falling into unconsciousness. In other versions, Wilson had his stroke on the way to the bathroom and fell to the floor with Edith dragging him back into bed. However those events transpired, immediately after the president’s collapse, Mrs. Wilson discretely phoned down to the White House chief usher, Ike Hoover and told him to “please get Dr. Grayson, the president is very sick.”

Grayson quickly arrived. Ten minutes later, he emerged from the presidential bedroom and the doctor’s diagnosis was terrible: “My God, the president is paralyzed,” Grayson declared.

President Woodrow Wilson, seated at desk with his wife, Edith Bolling Galt, standing at his side. First posed picture after Mr. Wilson’s illness, White House, June 1920. Courtesy the Library of Congress

Protective of both her husband’s reputation and power, Edith shielded Woodrow from interlopers and embarked on a bedside government that essentially excluded Wilson’s staff, the Cabinet and the Congress. During a perfunctory meeting the president held with Sen. Gilbert Hitchcock (D-Neb.) and Albert Fall (R-N.M.) on Dec. 5, he and Edith even tried to hide the extent of his paralysis by keeping his left side covered with a blanket. Sen. Fall, who was one of the president’s most formidable political foes told Wilson, “I hope you will consider me sincere. I have been praying for you, Sir.” Edith later recalled that Woodrow was, at least, well enough to jest, “Which way, Senator?” A great story, perhaps, but Wilson’s biographer, John Milton Cooper, Jr. doubts its veracity and notes that neither Edith nor Dr. Grayson recorded such a clever rejoinder in their written memoranda from that day.

By February of 1920, news of the president’s stroke began to be reported in the press. Nevertheless, the full details of Woodrow Wilson’s disability, and his wife’s management of his affairs, were not entirely understood by the American public at the time.

What remained problematic was that in 1919 there did not yet exist clear constitutional guidelines of what to do, in terms of the transfer of presidential power, when severe illness struck the chief executive. What the U.S. Constitution’s Article II, Section 1, Clause 6 on presidential succession does state is as follows:

En cas de destitution du président de ses fonctions, de décès, de démission ou d'incapacité de s'acquitter des pouvoirs et fonctions dudit bureau, celui-ci incombera au vice-président, et le Congrès peut, par la loi, prévoir le cas de destitution, de décès, de démission ou d'incapacité, à la fois du président et du vice-président, déclarant quel officier agira alors en tant que président, et cet officier agira en conséquence, jusqu'à ce que l'invalidité soit levée ou qu'un président soit élu.

But Wilson, of course, was not dead and not willing to resign because of inability. As a result, Vice President Thomas Marshall refused to assume the presidency unless the Congress passed a resolution that the office was, in fact, vacant, and only after Mrs. Wilson and Dr. Grayson certified in writing, using the language spelled out by the Constitution, of the president’s “inability to discharge the powers and duties of the said office.” Such resolutions never came.

In fact, it was not until 1967 that the 25th Amendment to the Constitution was ratified, which provides a more specific means of transfer of power when a president dies or is disabled. Parenthetically, many presidential health scholars continue to argue that even the 25th Amendment is not clear enough in terms of presidential succession and needs revision, especially in the face of 21st century medicine and the increased chances of surviving major illnesses with severe and impairing disabilities.

For the remainder of her life, Edith Wilson steadfastly insisted that her husband performed all of his presidential duties after his stroke. As she later declared in her 1938 autobiography, “My Memoir”:

So began my stewardship, I studied every paper, sent from the different Secretaries or Senators, and tried to digest and present in tabloid form the things that, despite my vigilance, had to go to the President. I, myself, never made a single decision regarding the disposition of public affairs. The only decision that was mine was what was important and what was not, and the very important decision of when to present matters to my husband.

Over the last century, historians have continued to dig into the proceedings of the Wilson administration and it has become clear that Edith Wilson acted as much more than a mere “steward.” She was, essentially, the nation’s chief executive until her husband’s second term concluded in March of 1921. Nearly three years later, Woodrow Wilson died in his Washington, D.C., home, at 2340 S Street, NW, at 11:15 AM on Sunday, Feb. 3, 1924.

According to the Feb. 4 issue of The New York Times, the former president uttered his last sentence on Friday, Feb. 1: “I am a broken piece of machinery. When the machinery is broken — I am ready.” And on Saturday, Feb. 2, he spoke his last word: Edith.

As we look forward to the presidential campaign of 2016, it seems appropriate to recall that Oct. 2, 1919, may well mark the first time in American history a woman became de-facto president of the United States, even if Edith Wilson never officially held the post. Indeed, the prolonged blockage of blood flow to his brain changed more than the course of Woodrow Wilson’s life it changed the course of history.

Left: As we look forward to the presidential campaign of 2016, it seems appropriate to recall that Oct. 2, 1919, may well mark the first time in American history a woman became de-facto president of the United States. Painting by Frank Graham Cootes, via Wikimedia Commons


What do presidents do to make such a bad impression?

Both in the rankings from Siena College and the private, non-profit cable TV channel C-Span, the same presidents traditionally always appear at the bottom: Harding, Buchanan, and Johnson.

Harding was the first president of the decade known as the "The Roaring Twenties". These were particularly lively years for his cronies and his subordinates, who, taking advantage of the Republican president's fondness for poker and fleeting romances, squeezed the public office for their own benefit until they were no longer able to.

"I am not fit for this office and should never have been here," Harding said in a moment of lucidity. He died of natural causes before completing his term.

Andrew Johnson is often blamed for marring the legacy of his predecessor during the era known as Reconstruction that followed the US Civil War (1861-1865). It is often argued that his opposition to those in Congress who sought to guarantee the rights of the newly freed former slaves helped to establish a regime of segregation and submission of the African American population in the defeated Confederate states. And, if that weren't enough, he was the first president to be impeached.

James Buchanan, a Democrat from Pennsylvania, is vilified for his failure to oppose the extension of slavery to the new states that were created with the country's expansion westward and for standing idly while rebellion brewed in the South, which finally broke out with the election of Lincoln.

Watch: How to win a US election


Michael Gottfredson

President 2012-2014

Although Michael Gottfredson’s tenure as president was short, he led the university through one of the most significant shifts in its history. A lifelong advocate for quality public higher education, he worked tirelessly to secure the passage of historic legislation that created institutional governing boards for the University of Oregon and the state’s other public universities, a shift he considered essential to preserving the UO’s standing among the nation’s premier public research universities. As president, he led the establishment of the university’s Task Force on Alcohol and Other Drug Use, the creation of key new positions including university ombudsperson and governmental liaison to Oregon’s federally recognized tribes, and the strengthening of the university’s academic freedom policy. Gottfredson is a widely respected criminologist who has remained active in his academic field throughout his administrative career. He resigned as president in 2014, shortly after the UO’s new board of trustees assumed governance of the institution, leaving as his legacy a new governance structure designed to support the university in a climate of reduced state support for higher education.


Voir la vidéo: Le Triste Histoire de Abraham Lincoln 16e Président des USA: goor jomm leçon de vie. incroyable