Le prince héritier Olav s'adresse aux Norvégiens pendant la Seconde Guerre mondiale

Le prince héritier Olav s'adresse aux Norvégiens pendant la Seconde Guerre mondiale



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Après que la Norvège soit tombée sous le contrôle des puissances de l'Axe pendant la Seconde Guerre mondiale, le prince héritier Olaf, depuis son exil à Londres, a rallié le mouvement de résistance clandestin norvégien.


'Atlantic Crossing' : Explorer l'histoire réelle derrière la série Masterpiece

Märtha (Sofia Helin) et le président Roosevelt (Kyle MacLachlan). Avec l'aimable autorisation de MASTERPIECE

Ce que « inspiré par des événements réels » signifie vraiment, c'est qu'une partie de cela s'est réellement produite, une partie aurait probablement pu se produire et le reste est inventé.
Alexander Eik, créateur de 'Atlantic Crossing'

Les séries Traversée de l'Atlantique a fait l'objet de nombreuses critiques en Europe pour sa prétendue mauvaise gestion de l'histoire. Cela devait arriver, tout comme les téléspectateurs de Netflix La Couronne, ne pouvait pas toujours séparer la réalité de la fiction. Ni La Couronne ni Traversée de l'Atlantique jamais prétendu être autre chose que des dramatisations d'événements historiques dans lesquels les faits doivent servir un scénario crédible, tout en gardant les téléspectateurs engagés. C'est à ce moment-là que le public s'exprime sur les valeurs modernes imposées à l'histoire, et plus la période est proche de la nôtre, plus les arguments ont tendance à s'échauffer.

Un créateur d'avantage Alexandre Eik et ses collègues avaient été que l'histoire de la princesse héritière norvégienne Märtha et de son influence sur le président américain Franklin D. Roosevelt était à peu près oubliée. En Grande-Bretagne, en tout cas, la version officielle est que Winston Churchill était chargé de persuader les États-Unis d'entrer dans la Seconde Guerre mondiale. Pourquoi la Norvège n'a-t-elle pas célébré ses réalisations ? Était-ce parce que le pays voulait garder secrets les mythes et les rumeurs sur l'éventuelle liaison de Märtha avec Roosevelt ? Ou personne ne s'en souciait vraiment ? La reconstruction et la récupération après l'invasion et l'occupation allemandes ont-elles pris le temps et l'énergie de tout le monde ? Olav et Märtha sont restés bien-aimés après leur retour chez eux et, pour autant que je sache, la Norvège a aujourd'hui une affection saine et discrète pour ses membres de la famille royale sans prétention.

NRK, la Norwegian Broadcasting Company, a publié une série de commentaires sur chaque épisode de Traversée de l'Atlantique, en notant les détails erronés ou embellis. WGBH a traduit et publié cette analyse de l'épisode 2. Mais regardons ce que la série se passe bien, pour autant que nous puissions en juger, et la partie principale et troublante qui se passe mal.

La royauté norvégienne était plus accessible et moins royale que, disons, les habitants du palais de Buckingham. Olav et Märtha étaient populaires et beaux, le visage moderne de la royauté. Ils se connaissaient depuis l'enfance parce que, tenez-vous bien, ils étaient cousins. Presque tous les chefs royaux d'Europe descendaient des enfants de la reine Victoria du début au milieu du XXe siècle et, à cette époque, la royauté n'épousait pas de roturiers. C'était un match d'amour et ils se sont fiancés aux Jeux olympiques de 1928, où Olav et son équipage ont remporté une médaille d'or en voile.

Le prince héritier (deuxième à partir de la gauche) est revenu des Jeux olympiques de 1928 avec une médaille d'or et sa fille. Wikipédia.

Lors de leur voyage aux États-Unis en 1939, ils ont gagné l'admiration du public américain, en particulier lorsqu'ils ont visité le parc Mount Rainier et skié (je suis presque sûr que c'était du ski de fond). Olav, qui skiait depuis son enfance, s'est vu remettre une paire de skis représentant la dernière technologie américaine et a remporté une course impromptue. La tournée comprenait également des visites aux communautés norvégiennes.

À ce stade, près d'un million de Norvégiens (l'équivalent de la moitié de la population de la Norvège), pour la plupart des agriculteurs, avaient émigré aux États-Unis, profitant de la loi Homestead. La majorité s'était installée au MN et au WI. Et pour ne pas oublier qu'ils étaient des membres de la famille royale, à eux deux, Olav et Märtha avaient 90 bagages.

Le prince héritier Olav et la princesse héritière Martha de Norvège, Paradise, parc national du mont Rainier, 24 mai 1939 Avec l'aimable autorisation de la bibliothèque publique de Tacoma, collection Richards Studio (D8365-4).

Mais dans l'intérêt d'une bonne histoire et d'un conflit fort, Eik a décidé de minimiser le rôle d'Olav dans les négociations avec Roosevelt. Le prince héritier a effectué plusieurs visites aux États-Unis pour défendre le cas de la Grande-Bretagne et de la Norvège. Mais le parcours de Märtha vers l'autonomisation et sa bravoure pour surmonter sa peur de parler en public est une histoire si puissante et émouvante.

Malheureusement, ce n'est pas tout à fait vrai. Märtha était une oratrice accomplie, inhabituelle pour la royauté féminine à l'époque, et impliquée dans de nombreuses causes dans la Norvège d'avant-guerre. Elle a pu transférer ses talents à la campagne d'aide humanitaire pendant son séjour aux États-Unis. A-t-elle fait pression sur Roosevelt ? Comment? Combien? Ou a-t-elle laissé cela à Olav et Churchill ?

Olav et Märtha avec leurs enfants à Pooks Hill lors d'une de ses visites diplomatiques aux États-Unis, v. 1942. Archives nationales de Norvège, Creative Commons, 1942.

Les premiers indices publics selon lesquels la relation avec Roosevelt n'était peut-être pas parfaitement nette sont venus dans les années 1950 et ont presque certainement été évoqués à l'époque. Écrivain Jonathan Daniels a ouvert une boîte de vers en 1954 avec un récit révélateur de l'affaire de Roosevelt de 1916 à 1920 avec sa secrétaire Lucy Page Mercer Rutherfurd, qui "était surtout connue pour sa liaison avec le futur président américain Franklin D. Roosevelt". Merci, Wikipedia, pour cette épigramme sexiste exceptionnelle.

Fait intéressant, le révélateur de Daniels a amélioré la réputation de Roosevelt. Moins d'une décennie après la guerre, beaucoup considéraient encore la politique de Roosevelt en temps de paix comme dangereuse et étaient gênés par sa fragilité physique à la Conférence de Malte. Mais maintenant, Roosevelt était officiellement un étalon entièrement américain !

L'article de Wikipédia se poursuit avec un commentaire étonnant, ainsi qu'un diagnostic médical instantané, tiré de l'ouvrage de Joseph E. Persico en 2008 Franklin & Lucy : le président Roosevelt, Mme Rutherfurd et les autres femmes remarquables de sa vie:

[Persico] spécule que ces lettres [entre Roosevelt et Rutherfurd] peuvent avoir été la cause de la dépression nerveuse en 1927 de la première secrétaire célibataire de longue date de Franklin, Marguerite 'Missy' LeHand, (1898-1944), car LeHand était également réputé amoureux avec Roosevelt et aucune cause médicale de sa panne n'a été trouvée.

Et c'est pourquoi nous prenons Wikipédia avec un gros, gros grain de sel, les amis. Retour à la réalité : Oui, Roosevelt était un coureur de jupons et un flirt, avec du charme à revendre et un don pour les plaisanteries pleines d'esprit. Le côté le plus sombre de ces caractéristiques est que maintenant nous pouvons voir clairement le droit d'un homme au pouvoir. Nous ne saurons probablement jamais quelle était sa relation avec Märtha. Une chose qui est claire pour moi dans la série est que Märtha est une femme d'honneur. Elle aime son pays, son mari et ses enfants. Elle a un lien émotionnel profond avec Roosevelt, celui de deux personnes seules qui ont chacune des responsabilités écrasantes. Mais romantisme ? Séduction? Improbable.

Ainsi est Traversée de l'Atlantique vraiment sur « une princesse [qui] vole le cœur du président des États-Unis ? Non. S'agit-il de l'autonomisation des femmes ? Bien sûr, mais au détriment de l'histoire. Eleanor Roosevelt, qui était presque certainement souvent enragée par son mari (elle lui a proposé de divorcer après l'affaire Rutherfurd) est décrite comme une corvée et un rabat-joie dans la série. Et Missy, le troisième membre de ce triangle malheureux, est terriblement désagréable. Quant à Märtha, une oratrice accomplie et une femme indépendante, elle n'avait pas besoin de se laisser convaincre de jouer un rôle public. Mais cela fait une bonne histoire, et autant j'apprécie cette série et j'aime sa transformation, je suis attristé par cette réécriture.

Voici un extrait d'actualités montrant Roosevelt et Märtha s'exprimant lors du transfert officiel d'un navire de guerre américain en Norvège en 1942. Vous pouvez lire une transcription du discours « Look to Norway » ici. Excellent chapeau, Martha. Bien joué.

La visite du mont Rainier en 1939
Site officiel de la famille royale de Norvège
Article du blog d'histoire présidentielle sur la princesse Märtha
Architectural Digest passe en revue les emplacements utilisés dans la série, au cas où vous vous demanderiez pourquoi le Pook's Hill, disparu depuis longtemps, à Bethesda, dans le Maryland, a l'air si européen.

Que pensez-vous de l'histoire présentée dans Traversée de l'Atlantique? Aviez-vous déjà entendu parler de la princesse héritière Märtha avant la série ? Et qu'est-ce qui vous intrigue dans son cadre historique ?


La princesse héritière de Norvège Märtha et le président Roosevelt étaient-ils secrètement amoureux ? La série de nouveauté révèle la relation exceptionnelle du couple

Le drame réaliste avec Kyle MacLachlan et Sofia Helin traverse les pires années de guerre. La princesse héritière Märtha, en fuite aux États-Unis, entame une relation étroite avec le président Roosevelt.

La série dramatique norvégienne Atlantic Crossing, basée sur des faits réels, se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale et, surtout, dans une histoire qui n'a jamais été racontée auparavant.

La partie principale de la série en huit parties est la princesse héritière norvégienne Märtha, interprétée par l'actrice suédoise Sofia Helin, qui est familière de la série Silta.

L'histoire amène les téléspectateurs à voir comment la princesse héritière a autrefois influencé l'implication des États-Unis dans la guerre.

Sofia Helin dans la série Märthana Atlantic Crossing. Photo : Julie Vrabelova / Service photo Yle

Le réalisateur norvégien Alexander Eik a voulu raconter cette partie de l'histoire militaire car elle n'est pas familière à beaucoup, même dans son pays d'origine.

- C'est principalement l'histoire de la princesse héritière Märtha, qui doit fuir les nazis d'abord en Suède puis aux États-Unis avec ses enfants.

Finalement, il noue une relation humaine très étroite avec le président des États-Unis, explique le réalisateur dans une interview accordée à Drama Quarterly.

La véritable histoire a émergé d'un petit article de journal qu'Eik a découvert.

L'article spéculait si la princesse héritière de Norvège et le président américain Franklin D. Roosevelt avaient déjà eu une relation amoureuse.

- J'ai fait du travail de fond jusqu'à sept ans.

Très peu de choses ont été écrites sur Märtha, et il y avait toujours une victoire à la loterie lorsque je trouvais de nouvelles informations.

C'était toute une chasse au trésor.

Sofia Helin a été profondément impressionnée par l'histoire.

- Quand Alexandre m'a raconté cette histoire vraie, j'ai tout de suite été très intéressé et impressionné par le sort de la princesse héritière.

C'est fascinant de voir comment elle a dû se transformer d'une princesse en une personne politiquement active, dit Helin.

Sofia Helin était fascinée par l'histoire de la série basée sur des faits réels. Photo : Stella Photos

La série suit la vie de Märtha pendant cinq ans de guerre.

Il s'agit d'une grande production dramatique de la chaîne norvégienne NRK, qui a été réalisée en collaboration avec SVT et DR, et l'investissement est également visible : les costumes royaux, les châteaux et les armées créent une atmosphère très crédible.

La période d'ouverture est marquée par avril 1940, lorsque la Seconde Guerre mondiale secoue l'Europe et que l'Allemagne occupe enfin la Norvège, à la surprise générale.

La princesse héritière de Norvège Märtha et le prince héritier Olav (Tobias Santelmann) réalisent que l'attaque approche, mais le gouvernement du pays ne réalisera le danger que lorsqu'il sera trop tard.

Ainsi, toute la famille royale et le gouvernement s'exilent avec leurs enfants dans l'hiver neigeux et glacial avec les nazis sur leurs talons.

Märtha s'enfuit avec ses enfants en Suède et Olav reste pour défendre sa patrie.

Märtha et Olav (Tobias Santelmann) .Photo : Julie Vrabelová / Yle

- Sa situation était vraiment désespérée, car il ne savait même plus s'il avait une patrie, un endroit où retourner ou un homme qui serait en vie, Helin décrit l'histoire de son personnage.

Dans des épisodes ultérieurs, la princesse héritière de Norvège, le prince héritier Olav, s'échappe avec le roi Haakon VII de Norvège à Londres, et Märthan doit mettre les enfants en sécurité de la Suède aux États-Unis.

La grande tristesse est de savoir que Märtha et Olav ne se reverront peut-être plus jamais.

Märtha est sauvée par le président américain Franklin D. Roosevelt (actrice américaine Kyle MacLachlan), qu'il rencontre déjà dans la période d'ouverture lorsque le couple du prince héritier a rendu visite à Roosevelt et à sa femme Eleanor (Harriet Sansom Harris) avant que la guerre n'éclate.

Comme dans la série, dans la vraie vie, la princesse héritière Märtha (deuxième à droite) a rendu visite au président Franklin D. Roosevelt avant même la guerre.

Également photographiés en 1939, Eleanor Roosevelt (à gauche), le prince héritier Olav et la mère présidentielle Sara Delano Roosevelt (au centre) Photo : Archives CSU / Everett Collection / MVPhotos

En cas de besoin, le président Roosevelt offre à la princesse héritière Märtha et à ses enfants l'asile en tant que réfugiés politiques, et ceux-ci s'installent à la Maison Blanche.

L'amitié entre Märtha et le président se transforme rapidement en affection et finalement en chaos alors que Märtha exprime publiquement son point de vue sur les activités nazies et s'oppose à la tyrannie nazie.

- Par-dessus tout, je pense que l'histoire parle des gens et de la façon dont les gens gèrent la guerre, réfléchit MacLachlan.

L'un des moments les plus dramatiques de la période d'ouverture est l'arrivée des nazis en Norvège, et MacLachlan pense que c'est la fuite de Märtha vers la liberté qui est l'un des moments les plus touchants et les meilleurs du scénario.

- Märtha, par exemple, est vue comme elle change lorsqu'elle doit soudainement s'occuper complètement de ses enfants.

Pour lui, le bien-être de la patrie est toujours la priorité, dit MacLachlan.

La princesse héritière convainc le président des États-Unis que le pays doit soutenir la Norvège.Photo : Julie Vrabelova / Yle Photo Service

En effet, la présence de Märtha à Washington a commencé à influencer les perceptions du président américain de la guerre à l'étranger et, plus généralement, sa vision de ce qui se passait en Europe - et, en fin de compte, de la politique américaine.

"Le président Roosevelt était dans une situation très délicate à l'époque parce qu'il voulait augmenter sa popularité auprès des Américains, mais en même temps il s'est rendu compte que les États-Unis devaient prendre des mesures contre Hitler", se souvient MacLachlan.

- C'est très intéressant de pouvoir jouer un tel moment de l'histoire, ce qui est extrêmement critique et important.

Au final, le président Roosevelt a très bien géré la situation.

Kyle MacLachla en tant que président Roosevelt. Photo : Julie Vrabelova / Yle Photo Service

Märtha, pour sa part, risque également son mariage alors qu'elle se bat pour son pays et parvient à se faire beaucoup d'ennemis, dont certains à l'intérieur de la Maison Blanche.

- Märtha doit peser à quel point elle peut utiliser les sentiments des autres dans ses actions, comment elle peut sauver son propre pays et comment elle peut vivre sans son mari pendant cinq ans, résume Helin.


Le maire arrive à la fête d'anniversaire du roi Albert

Lord Maire de Londres Sir W Dunn arrivant en autocar pour assister à l'anniversaire du Roi Albert.

Salonique est imprenable - Arrivée des troupes à Gibraltar des Balkans

Les troupes françaises arrivent à Salonique, en Grèce, en 1915.

Bomb The Hun Meeting à l'Opéra

Représentants de Londres arrivant à l'Opéra

America's Millions Arrive - Pour renforcer ses unités de combat

Les troupes américaines arrivent en Angleterre.

Déjeuner des métiers du cinéma

Les responsables du commerce du cinéma arrivent pour le déjeuner au Criterion Grill Room.

Chamberlain arrive à Croydon

Austen (?) Chamberlain arrive en avion à l'aéroport de Croydon et est accueilli par sa mère.


La Parure Émeraude Norvégienne

L'une des choses les plus délicieuses à propos des bijoux royaux est la longue histoire dont témoignent les pierres précieuses scintillantes. Aujourd'hui, nous discutons d'une parure qui a beaucoup connu au cours des deux derniers siècles : la grande parure d'émeraude aujourd'hui propriété de la famille royale norvégienne.

Pascal Le Segretain/Getty Images

Il n'y a pas une seule théorie acceptée sur la provenance de ces fantastiques émeraudes royales, en partie parce que la date de création du diadème et des autres pièces de la parure de coordination n'a jamais été fermement établie. Les bijoux présentent d'importantes similitudes stylistiques avec deux parures de diamants et d'émeraudes créées en France au début du XIXe siècle : la tiare d'émeraudes et de diamants réalisée en 1810 pour la seconde épouse de Napoléon, l'Impératrice Marie-Louise, par Nitot , pas des émeraudes), et le diadème en diamants et émeraudes réalisé vers 1820 par Bapst pour la duchesse d'Angoulême. Étant donné les similitudes de chacune de ces pièces, il est possible que la parure norvégienne ait été réalisée au cours de la même période. Mais, pour compliquer encore les choses, il y a une histoire de famille qui contredit une date de construction de 1810-20. L'historien Trond Norén Isaksen note que la tradition familiale dit que les émeraudes de ce diadème ont été extraites en Russie. Les émeraudes n'ont été découvertes en Russie qu'en 1830. que les exemples précédents.

Princesse Augusta, duchesse de Leuchtenberg (Wikimedia Commons)

Il n'y a pas non plus d'accord clair sur le propriétaire d'origine de l'ensemble. Certains ont avancé que la parure était à l'origine faite pour l'Impératrice Joséphine, première épouse de Napoléon, décédée en 1814. Si les bijoux ont été fabriqués vers 1810, c'est certainement possible. Mais si la date de création postérieure à 1830 est correcte, le premier propriétaire est plus probablement la belle-fille de Joséphine, la duchesse de Leuchtenberg, née princesse Augusta de Bavière. Nous savons avec certitude qu'Augusta a acquis le diadème à un moment donné - nous ne savons tout simplement pas comment ni de qui.

Amélie, impératrice douairière du Brésil, ca. Années 1860 (Wikimedia Commons)

En 1851, Augusta meurt à Munich. Ses bijoux ont été répartis entre ses trois filles survivantes : Amélie (l'impératrice du Brésil), Joséphine (la reine de Suède et de Norvège) et Théodolinde (la duchesse d'Urach). Amélie, la veuve de l'empereur Pedro I du Brésil, vivait à Lisbonne, et la parure a trouvé une nouvelle maison avec elle au Palácio de Alvor-Pombal, qui abrite aujourd'hui le Musée national d'art ancien du Portugal.

La reine Sofia de Suède porte le diadème d'émeraude dans un portrait de cour

Amélie a conservé la parure d'émeraude dans sa collection personnelle jusqu'à sa mort à Lisbonne à l'âge de soixante ans. Son unique enfant, la princesse Maria Amélia, était décédée deux décennies auparavant, et à ce moment-là, Amélie n'avait qu'une seule sœur vivante : la reine Joséphine, veuve du roi Oscar Ier de Suède et de Norvège. Joséphine avait déjà soixante-cinq ans, mais elle est devenue l'unique héritière de sa sœur, héritant de ses bijoux, dont la parure d'émeraude (ainsi que la grande parure de Bragance). Elle n'a pourtant pas longtemps profité des bijoux : trois ans après avoir hérité des émeraudes de sa sœur, la reine Joséphine est décédée à Stockholm à l'âge de soixante-neuf ans. Elle a laissé les émeraudes à sa belle-fille de trente-neuf ans, la reine Sofia, épouse du roi Oscar II de Suède et de Norvège. Le diadème ne semble pas avoir été l'un des favoris de Sofia ce titre appartient probablement à son diadème de diamant — mais elle l'a porté pour un portrait de cour.

La princesse héritière Margareta de Suède (photographiée avec toute la famille Connaught) porte les émeraudes pour le couronnement du roi George V et de la reine Mary du Royaume-Uni, 1911

La reine Sofia a également généreusement prêté le diadème à d'autres membres de la famille. En 1911, lorsque le roi George V et la reine Mary ont été couronnés au Royaume-Uni, le petit-fils et la belle-fille de Sofia, le prince héritier Gustaf Adolf et la princesse héritière Margareta, figuraient parmi les personnes présentes au couronnement. Margareta, qui est née princesse Margaret de Connaught, était la cousine germaine du roi George. Leurs pères étaient tous deux les fils du prince Albert et de la reine Victoria. Pour le couronnement, Sofia a prêté la parure d'émeraude à Margareta. Le prince héritier et la princesse ont été photographiés avec toute la famille Connaught lors du couronnement, et les émeraudes sont exposées dans le portrait.

Princesse Ingeborg de Suède (Wikimedia Commons)

En 1913, la reine Sofia mourut au palais de Stockholm. Plutôt que de désigner les émeraudes à l'usage de la reine actuelle du pays, Victoria de Bade, Sofia les a laissées à sa belle-fille, la princesse Ingeborg. Ingeborg était la femme de trente-cinq ans du troisième fils de Sofia, le prince Carl. Sofia et Victoria avaient une relation tendue et Ingeborg était beaucoup plus proche de sa belle-mère. De plus, bien qu'elle ait été l'épouse d'un fils cadet, la princesse Ingeborg avait été de facto la première dame de Suède au cours des dernières années du règne d'Oscar II, et il semble probable qu'elle ait emprunté sa belle-mère. émeraudes à l'occasion pendant cette période.

La princesse Ingebo rg de Suède (au centre) porte les émeraudes pour le mariage de sa fille, la princesse Astrid, au futur roi Léopold III de Belgique, 1926 (chronique/Alamy)

La princesse Ingeborg a fait bon usage des émeraudes lorsqu'elle était leur propriétaire. Elle portait la parure d'émeraude lors du mariage de sa fille, la princesse Astrid de Suède, et du duc de Brabant (futur roi Léopold III des Belges). Elle a également posé pour un portrait portant l'ensemble d'émeraude la même année. À un moment donné, elle a décidé d'apporter des modifications à l'ensemble. Elle a fait retirer les grandes émeraudes en forme de goutte au-dessus du diadème et les a transformées en une paire de boucles d'oreilles à leur place, un bijoutier a installé des éléments de palmette de diamant supplémentaires. Elle a également retiré la plupart des pendentifs du collier et les a distribués à divers membres de la famille. Trois de ces pendentifs ont été donnés à feu la reine Astrid des Belges. Les émeraudes de ces pendentifs font maintenant partie de le diadème paon émeraude appartenant à la famille grand-ducale de Luxembourg.

La princesse héritière Martha porte les boucles d'oreilles et le collier de la parure pour le baptême de son fils, le prince Harald, en 1937 (chronique/Alamy)

Les nouvelles boucles d'oreilles et le collier modifié ont fait une apparition importante sur la fille de la princesse Ingeborg, la princesse héritière Märtha de Norvège, en 1937. Elle a emprunté le collier et les boucles d'oreilles de la parure de sa mère pour le baptême de son fils, le prince Harald, en mars . (Harald deviendra plus tard le roi Harald V de Norvège.)

Le prince héritier O lav et la princesse héritière Martha de Norvège à l'abbaye de Westminster lors du couronnement de 1937 (Photo 12/Alamy)

Quelques mois plus tard, en mai 1937, Ingeborg prêta à nouveau les émeraudes à la princesse héritière Märtha, cette fois pour le couronnement du roi George VI et de la reine Elizabeth du Royaume-Uni. Elle portait les émeraudes à l'abbaye de Westminster pour la cérémonie du couronnement - la deuxième fois que les émeraudes ont été témoins d'un couronnement britannique. Märtha a rapidement rendu les émeraudes à sa mère six jours après le couronnement britannique, la princesse Ingeborg a porté l'ensemble lors des célébrations du jubilé d'argent de son cousin, le roi Christian X de Danemark, à Copenhague.

La famille royale norvégienne revient à Oslo après la fin de la Seconde Guerre mondiale (Wikimedia Commons)

Peu de temps après, la Seconde Guerre mondiale a éclaté en Europe et les émeraudes ont pris une nouvelle importance pour Ingeborg et sa famille. En 1940, la princesse héritière Märtha et ses trois enfants - la princesse Ragnhild, la princesse Astrid et le prince Harald - ont fui la Norvège pour la sécurité lointaine de l'Amérique, s'arrêtant brièvement chez ses parents en Suède en chemin. La princesse Ingeborg a accompagné sa fille et ses petits-enfants à la gare de Stockholm. Sur le quai, elle lui tendit un colis. A l'intérieur se trouvait la parure d'émeraude. Les pierres précieuses étaient censées être une police d'assurance : Ingeborg a demandé à sa fille de vendre les précieux bijoux d'héritage si sa famille était confrontée à une crise financière au milieu de la guerre. Heureusement, il n'en est pas venu à cela. À la fin de la guerre en 1945, Märtha et ses enfants sont retournés en Norvège. L'ensemble d'émeraudes est venu avec elle, et la parure est devenue l'un des ensembles de bijoux les plus grandioses et les plus importants des voûtes royales norvégiennes.

La princesse héritière Martha et le prince héritier Olav de Norvège assistent à un gala au stade olympique d'Amsterdam lors de l'inauguration de la reine Juliana des Pays-Bas, 1948 (Anefo/Nationaal Archief/Wikimedia Commons)

La princesse héritière Märtha a fait plusieurs apparitions scintillantes importantes dans les émeraudes. En septembre 1948, elle porte la parure pour un événement au stade olympique d'Amsterdam lors de l'investiture de la reine Juliana des Pays-Bas.

La princesse héritière Martha porte les émeraudes lors du couronnement de la reine Elizabeth II du Royaume-Uni en 1953, notez l'utilisation d'une autre broche émeraude comme pendentif sur le collier (chronique/Alamy)

Cinq ans plus tard, elle portait les émeraudes pour un autre couronnement britannique, assistant au couronnement de la reine Elizabeth II du Royaume-Uni à l'abbaye de Westminster. Les émeraudes ont donc la particularité d'assister aux trois couronnements les plus récents en Grande-Bretagne. Un mois plus tard, Märtha portait également les émeraudes lors des célébrations du cinquantième anniversaire de son mari, le prince héritier Olav.

La princesse héritière Marth a porte l'émeraude pour un portrait officiel (Keystone Press/Alamy)

Malheureusement, ce gala d'anniversaire serait l'une des dernières fois que la princesse héritière Märtha porterait l'ensemble émeraude. En 1954, elle meurt d'un cancer à Oslo à l'âge de cinquante-trois ans. La princesse Ingeborg a malheureusement survécu à sa fille. Selon Trond Norén Isaksen, Ingeborg a exprimé le souhait que les émeraudes soient héritées par son petit-fils, Harald, à l'usage de sa future épouse. Entre-temps, cependant, les émeraudes étaient portées par un autre membre de la famille royale norvégienne. Après la mort de sa mère, la princesse Astrid de Norvège a été la première dame du pays pendant plusieurs années. À ce titre, elle portait plusieurs des diadèmes et des bijoux de sa mère, y compris les émeraudes, lors d'événements officiels tels que des banquets d'État.

La reine Sonja porte les émeraudes lors d'un banquet d'État en Belgique, mai 2003 ( Mark Renders/Getty Images)

En 1968, le prince héritier Harald a épousé Sonja Haraldsen, qui a ensuite commencé à porter la parure d'émeraude. Depuis son mariage, Sonja est le seul membre de la famille à porter le diadème en public, consolidant ainsi sa place de bijou réservé à la femme la plus haut placée du pays. Pendant le règne de son mari, la reine Sonja a choisi les émeraudes pour un certain nombre d'occasions royales importantes, notamment des visites d'État, des mariages royaux, des célébrations d'anniversaire et des galas d'anniversaire.

Anthony Harvey/Getty Images, Ian Waldie/Getty Images, Pascal Le Segretain/Getty Images

Notamment, Sonja a choisi de porter les émeraudes pour les mariages des trois héritiers scandinaves actuels : le mariage de son fils, le prince héritier Haakon de Norvège, en 2001, le mariage du prince héritier Frederik de Danemark en 2004 et le mariage de la couronne La princesse Victoria de Suède en 2010.


Olav V, roi de Norvège de 33 ans et héros de la résistance, décède à 87 ans

Le roi Olav V de Norvège, qui en tant que prince héritier était un symbole national de la résistance à l'occupation de son pays par l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, est décédé hier des suites d'une crise cardiaque, a annoncé le palais. Il avait 87 ans.

Olav, le plus ancien monarque d'Europe, était largement vénéré par ses sujets au cours d'un règne qui a commencé en 1957. Souverain constitutionnel doté d'un sens de l'histoire et de l'humour, il se mêlait librement et de manière informelle à ses sujets. À leur tour, ils l'aimaient en tant que figure paternelle et l'appelaient affectueusement un "folke konge" (un roi pour tout le peuple). Sa devise royale était « Mon tout pour la Norvège », choisi pour la première fois par son père, le roi Haakon VII.

Il doit être remplacé par son fils, le prince héritier Harald.

Le roi Olav a voyagé dans une grande partie du monde et a effectué plus d'une douzaine de voyages aux États-Unis, dont plusieurs visites secrètes en temps de guerre. Il était un sportif ardent et habile jusqu'à un âge avancé et a remporté de nombreuses compétitions de saut à ski et de voile, dont une médaille d'or olympique en 1928 pour les voiliers de classe 5,5 mètres.

Le génie égalitaire d'Olav a été incarné dans une photographie populaire de lui au début des années 1970, transportant des skis à bord d'un train local sur le chemin du palais royal d'Oslo à une pente voisine. À l'époque, ses sujets étaient exhortés à utiliser les transports en commun pour conserver le pétrole, près d'une décennie avant que les explorations en mer du Nord ne fassent de la Norvège un important producteur de pétrole et de gaz. Offert pour mener la résistance

En 1940, lorsque les troupes d'Hitler déferlèrent sur le sud de la Norvège, le prince héritier Olav, le roi et les dirigeants du gouvernement parlementaire résistèrent pendant deux mois dans les bois du nord aux raids aériens nocturnes et à l'avancée des troupes allemandes. Alors que les dirigeants se préparaient à se retirer en Angleterre, Olav a proposé de rester en arrière pour aider à mener une résistance, mais il a été rejeté par les autres, qui se sont opposés à l'offre comme étant trop dangereuse.

Dans le gouvernement de guerre en exil en Angleterre, Olav est devenu le principal émissaire aux États-Unis, a aidé à construire une force de combat de Norvégiens libres, a souvent assisté aux réunions du Cabinet de son gouvernement en exil, a fait des émissions de radio à ses compatriotes et, en tant que commandant général les forces armées, a reçu un retour triomphal après avoir aidé la libération alliée de la Norvège en 1945.

En 1957, lorsqu'Olav devint roi à la mort de son père, Trygve Lie, qui était en exil le ministre norvégien des Affaires étrangères pendant la guerre, puis le premier secrétaire général des Nations Unies, rendit cet hommage : "Le roi Olav est très compétent dans de nombreux domaines , et son excellente mémoire a impressionné les experts dans de nombreux domaines. Sa vaste connaissance de l'histoire, de l'industrie, de l'agriculture et de l'économie américaines était supérieure à celle de tout autre Norvégien que j'ai rencontré pendant la guerre."

La Norvège&# x27s monarchie indépendante moderne ne date que de 1905, lorsque Olav&# x27s père, Haakon VII, qui était à l'origine le prince Carl de Danemark, a été couronné après un plébiscite. Auparavant, la Norvège avait été unie au Danemark de 1381 à 1814, puis à la Suède de 1814 à 1905.

Le fils, baptisé Alexander Edward Christian Frederick, était né le 2 juillet 1903, dans le domaine royal britannique de Sandringham, en Angleterre, de la princesse Maud, fille du roi d'Angleterre Édouard VII. Haakon a rapidement rebaptisé son fils Olav, un nom héroïque des dirigeants vikings.

À 25 ans, Olav a épousé la princesse Marthe de Suède. Le couple a beaucoup voyagé, y compris un long voyage en 1939 aux États-Unis. Ils ont établi une amitié avec le président Franklin D. Roosevelt, qui a organisé un sanctuaire en temps de guerre près de Washington pour la princesse héritière Martha et leurs trois enfants. Elle est décédée en 1954 et le roi Olav ne s'est pas remarié.

Le fils et les deux filles du couple ont tous épousé des roturiers, ce qui a amené un roi d'ascendance danoise et britannique à faire remarquer que les mariages ne faisaient que prouver que sa famille était devenue complètement norvégienne.

Les enfants d'Olav&# x27s sont le prince héritier Harald, qui a épousé Sonja Haraldsen, fille d'un marchand, la princesse Ragnhild, qui a épousé Erling Lorentzen, un armateur, et la princesse Astrid, qui a épousé Johan Ferner, un marchand. Olav laisse également 10 petits-enfants et plusieurs arrière-petits-enfants.


HistoryLink.org

Le prince héritier de Norvège Olav (1903-1991), futur roi Olav V, et son épouse la princesse Martha (1901-1954) ont enthousiasmé la communauté norvégienne du Nord-Ouest et les skieurs locaux lorsqu'ils sont allés skier au mont Rainier le 24 mai 1939, lors d'une randonnée sur la côte ouest. tournée à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Cette histoire du peuple, écrite par John W. Lundin, avocat de Seattle et historien local, dans le cadre de son travail pour aider à ouvrir le musée d'histoire du ski et du snowboard de l'État de Washington sur le col de Snoqualmie, est basée sur Le temps de Seattle Historical Archives, HistoryLink essays, and other materials.

Norwegian Royalty

Prince Olav, born in 1903 at the British royal estate in Sandringham, England, was the son of Prince Carl of Denmark and Princess Maud, daughter of England's King Edward VII. Two years after Olav's birth, his father became King Haakon VII of Norway following that country's separation from Sweden. In 1929 Prince Olav married Princess Martha of Sweden.

A decade later, in the spring of 1939, Prince Olav and Princess Martha went on a grand tour of the United States, to strengthen ties between Norway and the U.S. on the eve of World War II. The royal couple visited Los Angeles, where they met fellow countrywoman Sonja Henie (1912-1969), a figure skater who won gold medals in the 1928, 1932, and 1936 Olympics. Henie had become a famous movie star, earning $2 million a year during her heyday, and later appeared as a skier in Sun Valley Serenade, produced in 1941. The prince and princess visited San Diego and San Francisco before traveling by train to the Northwest. They were celebrated by Norwegian communities and local dignitaries at all their stops.

Prince Olav was a well-known sportsman who won many ski-jumping and sailing contests, including a gold medal in sailing at the 1928 Olympic Games in the 5.5 meter class. His stop in Portland included a mountain trip where The Seattle Times reported that he and Princess Martha "frolicked in the snow at Timberline Lodge on Mount Hood." The couple's three-day visit to the Seattle area included a festival of Norwegian choral and orchestral music sponsored by local Norwegian societies, an address to the Seattle Chamber of Commerce, meetings with local elected officials and businessmen, and a Puget Sound yacht cruise. They also visited Fort Lewis, Tacoma, and Everett, and attended the dedication of the Toftezen (or Taftezon) Memorial in Stanwood, a memorial for a Norwegian pioneer who settled on Whidbey Island in 1849. Since Prince Olav had grown up skiing, his party traveled on May 24, 1939, to Paradise on Mount Rainier, where he demonstrated his athletic prowess.

Northwest Skiing

Mount Rainier had been a center of Northwest skiing since the 1910s. The Mountaineers (founded in 1906) began skiing at Paradise in 1913-1914, during the annual Winter Outings which were held in Mount Rainier National Park for many years. In April 1934, the first Silver Skis race was run on Mount Rainier it became one of the classic races in the Northwest. The race began at Camp Muir at 10,000 feet with a mass start, and the winner was the first racer down to the finish line at Paradise Inn at 5,400 feet. Seattle skier Don Fraser (a member of the1936 U.S. Olympic ski team) won the first race in a time of 10 minutes and 49 seconds, finishing just inches ahead of Carleton Wiegel, with 64 racers starting and 43 finishing. The race, which was held from 1934 to 1942, and again from 1946 to 1948, attracted competitors from all over the country.

On April 13 and 14, 1935, the U.S. National Championships and Olympic tryouts in downhill and slalom were held at Paradise, a major event in Northwest skiing history. In 1937, Otto Lang started the first official Hannes Schneider Ski School in the country on Mount Rainier, bringing the latest ski techniques from Europe to the Northwest. In 1937, Ski Lifts, Inc. built rope tows at Mount Rainier, Mount Baker, and Snoqualmie Pass. In the late 1930s, skiers lobbied to build a funicular at Mount Rainier, and in 1941 there were plans to build a J-bar ski lift there. After World War II, Park Service policies changed and organized skiing at Mount Rainier was phased out.

Royals at Rainier

The Seattle Times of May 25, 1939, had extensive coverage of the royal couple's visit to Mount Rainier the previous day, including several pictures showing them on the snow. They were accompanied by a group of their Norwegian American hosts, officials, and local skiers. The party included Gretchen Kunigk, a local ski star from Tacoma who later won gold and silver medals in skiing at the 1948 Olympic Games in Switzerland, and Orville Borgersen, a Seattle skier and ski photographer.

Selon le Fois, the Prince and Princess "lost little time in trying the skiing facilities at Mount Rainier." Immediately after a formal lunch at Paradise Inn, they started the hike up toward Alta Vista. The prince, wearing "an old, gray pair of knickers, a cap that had seen better days, and a slightly battered jacket," was given "a pair of shiny, new, steel-edged skis" waxed for him by Orville Borgersen. Les Fois said there was a "certain horrible fascination about the idea of a Crown Prince landing on his neck in a snowbank at any speed over fifteen miles an hour," and there was collective concern when the prince put on skis "to take his chances with gravity." But Olav had skied since he was 2 years old:

"The prince started off with the mile-eating Norwegian langlauf stride. The princess and the group accompanying her did not climb so fast, and pretty soon the prince and his group were a quarter mile ahead.
"Nobody talked at first. But the prince stopped on the first rise, peeled off his jacket, and mopped his brow, and said it felt pretty good to get some exercise again. In five minutes he and everybody with him were puffing and talking like youngsters playing hookey from school.
.
"By the time he was smoking a cigarette on the summit of Alta Vista . the people beside him were beginning to realize that the prince had a sense of humor and liked to use it.
"When someone asked him when he thought a war would begin in Europe, he answered, dryly: 'They needn't start it for me'" (The Seattle Times, May 25, 1939, "Olav's Democracy Wins Him American Title: Swell Guy").

When the party returned to the lodge, the prince and princess "were enthused over the mountain, the surrounding scenery and the skiing. Prince Olav said it was all much different from Norway, but just as good." A banquet was given at the lodge, where they were served crab cocktail, steak, asparagus, potatoes, hot rolls and fresh strawberry pie, with each guest getting one glass of beer. The couple left the next day for Seattle with the ninety pieces of luggage they brought with them. Princess Martha said she bought two additional trunks in Tacoma, made necessary by her shopping tour there. After a festival at the Seattle Civic Auditorium, the couple left for Vancouver, B.C. The Great Northern Railroad offered a special fare of $3 for the "Royal Visit Trip," for those wanting to accompany them to our neighbor to the north.

National Symbol, Egalitarian Monarch

World War II broke out shortly after the couple returned to Norway. According to his obituary in the New York Times, Olav became "a national symbol of resistance to Nazi Germany's occupation of his country" (Flint). When Hitler's army invaded Norway in 1941, Prince Olav, his father the king, and other government leaders "held out for two months in the north woods against nightly air raids and advancing German troops" (Flint). When the leaders evacuated to England, Olav offered to stay in Norway to organize resistance but the offer was refused as too dangerous. Olav "became the top envoy to the United States" for Norway's government in exile (Flint), making a number of secret trips to America, where he became friends with President Franklin Roosevelt. Princess Martha and their children spent the war in Washington, D.C.

The Crown Prince became King Olav V in 1957, and ruled as a constitutional monarch until his death in 1991. He lived a simple, frugal life and was much loved as a father figure. According to his obituary, "Olav's egalitarian geniality was epitomized in a popular photograph of him in the early 1970s, carrying skis aboard a local train in the way from the royal palace in Oslo to a nearby slope" (Flint).

Olav visited the Seattle area several times after 1939. During a 1942 trip, he described Norway's position as an occupied country. In 1968, among other stops, he visited the Norse Home and the Norway Center, attended a ceremony at the Leif Erickson statue, and made a return trip to the Cascades, visiting the Crystal Mountain ski area and riding a chair lift up to views of nearby Mount Rainier where he had skied 29 years earlier. In 1975, he visited Poulsbo, known as "Little Norway," to celebrate the sesquicentennial of Norwegian immigration to America. When King Olav V died in 1991, he was the oldest monarch in Europe.

Cet essai fait partie de la collection People's History de HistoryLink. Les histoires des gens comprennent des mémoires et des souvenirs personnels, des lettres et autres documents historiques, des entretiens et des histoires orales, des réimpressions de publications historiques et actuelles, des essais originaux, des commentaires et des interprétations, et des expressions d'opinions personnelles, dont beaucoup ont été soumises par nos visiteurs. Ils n'ont pas été vérifiés par HistoryLink.org et ne représentent pas nécessairement ses opinions.

Crown Prince Olav and Crown Princess Martha of Norway, Paradise, Mount Rainier National Park, May 24, 1939

Courtesy Tacoma Public Library, Richards Studio Collection (D8365-4)

Crown Prince Olav and Crown Princess Martha of Norway, Tacoma Armory, May 23, 1939

Courtesy Tacoma Public Library, Richards Studio Collection Series (D8365-53)

Crown Prince Olav of Norway laying a wreath at the monument for the first Norwegians in Washington Territory, Stanwood, May 27, 1939

Courtesy Stanwood Area Historical Society (SAHS 88.06.283.07)

Crowd awaiting arrival of Norway's King Olav V, October 1975

Courtesy Tacoma Public Library, General Photograph Collection (G67.1-172)


How the Cast of Atlantic Crossing Compares to Their Real-Life Counterparts

Masterpiece PBS's latest period drama was inspired by real life, but not everything seen on screen is true to fact. Here's how the stars of the series stack up against the historical people they play.

Masterpiece PBS's new series Atlantic Crossing may be a World War II story, but it's unlike most programs about the conflict. The period drama tells the story of Crown Princess Martha of Norway, her relationship with American President FDR, and how she used her friendship to help her country in crisis. But while the series is based on a true story, it's far from a documentary.

"It was really hard for us to find information on Martha and what she was up to during her period in America, which lasted for the whole length of the war," Alexander Eik, the writer and creator of the series said in an interview with the Television Critics Association.

"We found lots of information on the Norwegian king and Martha's husband, the crown prince, but to really find enough material on her, we really had to search high and low. And that's one of the reasons why it took us so long to piece this story together. It was kind of a detective work, I would say."

He's very clear to say that the show is "inspired by true events," but that it's a fictional dramatization.

"That's how we labeled this show, 'inspired by true events.' But the overall story of Atlantic Crossing is true: That Crown Princess Martha had more access to President Roosevelt than any other person, say for his advisers, up until his death, and that she made a significant effort to help Norway during the war."

With all that in mind, here's how the cast compares to the historical people they play on screen.

Sofia Helin, a Swedish actress known for her role in the crime drama The Bridge, stars in Atlantic Crossing as Crown Princess Märtha of Norway. Prior to taking on this role, she didn't know much about the real-life woman she's playing. "I had never heard of her," Helin revealed during this year's virtual TCA Press Tour. "When [creator Alexander Eik] pitched this to me, I knew instantly that I needed to tell this story about this woman. You know, heroes who don't take on any credit for what they do, it's the most interesting heroes. So, the character just instantly came to me and I wanted to do it."

Perhaps the most recognizable member of the cast (at least to American audiences) thanks to his roles in Pics jumeaux et Sexe et la ville, Kyle Maclachlan used deep historical research to transform into the wartime American president on screen.

"The research, for me, was really one of the greatest joys, I've got to say. And I relied heavily on the Ken Burns documentary, and also on the Doris Kearns Goodwin's book about the Roosevelts," he told journalists at this year's TCA press tour.

"I think the challenge of course is to get inside the person and figure out the psychology and the 'Why?' you know. And that was for me really illuminated by both of those sources really well. Even as simple as just having footage of Roosevelt moving through space, you know, not walking, of course, but just how he carried himself in front of a crowd and in the situations that he was filmed told me a lot about who he was as a person."

Tobias Santelmann, who plays Norwegian heir to the throne Crown Prince Olav in the series, has been in numerous European films and TV projects, but he's a relative unknown in the States (though Le dernier royaume fans will recognize him as Ragnar.)

Eleanor Roosevelt has been portrayed on screen many times since she left the White House, but in Atlantic Crossing, Tony Award-winner Harriet Sansom Harris ( she won in 2002 for her performance in Thoroughly Modern Millie) takes on the role of the iconic First Lady.

Oscar-nominated Danish actor Søren Pilmark gives a commanding performance in Atlantic Crossing as King Haakon, a royal forced to flee his beloved country as the Nazis invaded.

Ville et pays readers may recognize actress Lucy Russell from recent roles in Judy, Rebecca, et The Irregulars, but in Atlantic Crossing, she plays Marguerite Alice "Missy" LeHand, private secretary to President Roosevelt. But LeHand did more than manage FDR's schedule. According to her biographer Kathryn Smith, "In everything but name she was FDR's chief of staff&mdashfor the job title was not used by a president until Dwight Eisenhower adopted it to suit his sense of military structure. FDR himself identified an even more significant role for her in his administration and life, saying often, 'Missy is my conscience.'"

The real life Prince Harald, who was featured in the series as a youngster,played by Justýna Brozková, is now all grown up and the current monarch of Norway, King Harald V.

Leonora and Amathea Eik, who play Princesses Ragnhild and Astrid on-screen are sisters in real life, too. The young actresses are the daughters of Atlantic Crossing creator, director, writer and executive producer, Alexander Eik.

While Princess Ragnhild passed away in 2012, Princess Astrid is still alive, and continues to represent her brother the King and the royal family several times a year.


King Haakon VII

Søren Pilmark as King Haakon VII. Image: Masterpiece

Haakon VII was the first independent Norwegian monarch in centuries, being chosen for the throne by the parliament in 1905, when Norway split off from Sweden. Born a Danish prince, he married his first cousin Maud of Wales. Like his son Olav, he stayed as long as possible in Norway during the German invasion of 1940 before retreating to England. The attack on neutral Norway and Denmark led to the resignation of English Prime Minister Neville Chamberlain, known for his appeasement of Germany, and the accession of Winston Churchill.

After the liberation of Norway in 1945, he returned to his country with Märtha and her children five years to the day after he had fled it. At the time of his death in 1957 at age 85, he was the world&rsquos oldest reigning monarch.


Beyond Atlantic Crossing

Photo: public domain
Crown Princess Märtha had a regal appearance, through and through.

COURTNEY OLSEN
Assistant Editor
L'Américain Norvégien

Like many Norwegian Americans, I watched the PBS miniseries Atlantic Crossing as it aired this spring. With the understanding that it is a fictionalized account of Crown Princess Märtha’s stay in Washington, D.C., during the Second World War, I really enjoyed the show. An avid fan of period dramas and a trained historian in early 20th-century Europe, I loved watching a PBS Masterpiece special that approached an oft-told era of history from a new angle for American viewers.

That said, I, like many viewers, had a lot of questions while I watched the series, mostly about the crown princess. Here was a story of a strong, committed, and fiercely loving woman, yet all I know about her comes from this six-year period of history, from 1939 to 1945. I wanted to know how such an incredible woman like this was forged. What was her life like before she fled to the United States with her children and before she became crown princess of Norway? So, I set out to discover what her life was like before the events of Atlantic Crossing take place.

Photo: public domain
A young Princess Märtha led an idyllic childhood.

Disappointingly, there is relatively little information available in English about Märtha’s life before her escape to America during World War II, and even less about her life before she married Crown Prince Olav. Much of what is available to non-Norwegian and non-Swedish readers on her life is dedicated to her wartime experiences, especially now after the media boom inspired by Atlantic Crossing. Nevertheless, we can still glean a bit about what her pre-World War II life was like.

The crown princess was born Princess Märtha of Sweden and Norway in Stockholm on March 28, 1901, the second child of Prince Carl of Sweden and Princess Ingeborg of Denmark. Prince Carl was the third son of the King Oscar II, then the king of Sweden-Norway. Märtha was 4 years old when the union between Norway and Sweden was dissolved, and her maternal uncle was elected king of Norway as Haakon VII. After the dissolution, she, like the rest of the Swedish royal family, was restyled as Märtha, princess of Sweden.

Photo: Lori Ann Reinhall
Jenny Åkerström’s Princessornas kokbok was inspired by Princess Märtha and her two sisters.

Märtha grew up with her two sisters, Princess Margaretha and Princess Astrid, and younger brother, Prince Carl, in Stockholm. Along with her sisters, Märtha was educated primarily at home in aspects of homemaking, childrearing, and first aid. One of the princesses’ teachers was Jenny Åkerström, author of the famous Prinsessornas kokbok (The Princesses’ Cookbook). Of all Åkerström’s recipes in the cookbook, her “green cake” is said to have been the favorite of Märtha and her sisters. The cake is now more popularly known as prinsesstårta (princess cake) and remains a popular Swedish dessert.

As was expected for royal families at the time, Märtha and her sisters made strong dynastic marriages. Margaretha married Prince Axel of Denmark, while Astrid married the future king of the Belgians, Leopold III. Märtha remained close to her sisters throughout her adulthood, and after Astrid’s sudden death in a car accident in 1935, Märtha and Margaretha helped support Astrid’s three young children. Olav reportedly said that it took Märtha nearly a decade to recover from her sister’s death.

For Märtha’s marriage, she looked to Norway. Olav and Märtha had met many times during their childhood at their shared grandparents’ home in Denmark. Olav, an eligible bachelor in royal circles, was the center of much media attention regarding who he would marry. After many false rumors were published, it was announced that Olav had proposed to Märtha during the 1928 Summer Olympics in Amsterdam, where Olav was competing. It turned out to be a spectacularly successful Olympics for Olav: he won a gold medal for sailing, and Märtha had said yes to his proposal!

Märtha and Olav’s engagement came just over 20 years after the dissolution of the union between Norway and Sweden. After decades of tension and pushes for Norwegian independence from Sweden in the 19th century, it must have certainly been significant that the first Norwegian heir to the throne raised on Norwegian soil chose a Swedish princess to be his wife. The official website of the Norwegian Royal House writes about the match: “It was taken as a sign that there was no longer any tension following the dissolution of the union between Norway and Sweden.” While this feeling was presumably not held by every Norwegian at the time, Märtha did become a beloved and well-respected crown princess of Norway.

Photo: Ernest Rude / Oslo Museum Wikimedia Commons
In 1929, Crown Prince Olav of Norway married his cousin Princess Märtha of Sweden in Oslo.

The royal couple married on March 21, 1929, in Vår Frelsers church (now Oslo Cathedral). They had three children: Princess Ragnhild, born in 1930 Princess Astrid, born in 1932 and Prince Harald, born in 1937. Prince Harald, who would eventually become King Harald V, was the first heir to the Norwegian throne born in Norway in 567 years.

My favorite story about Märtha and Olav I discovered in my research occurred just two months after their marriage. UNE New York Times article from July 13, 1929, reports on a successful rescue by the crown prince and princess of two drowning sailors in the Oslofjord. While on vacation at their summer villa in the hills above the fjord, Märtha and Olav saw a small fishing boat in distress. They jumped into their own small boat, rowed to the struggling boat, and Märtha threw the sailors a rope to pull them to safety. Apparently, the two sailors didn’t realize until later that their saviors had been the crown prince and princess—what a surprise that would be!

In the years following her stay in America during World War II, Märtha’s health declined. After several years of battling cancer, Märtha died on April 5, 1954, just a few days after her 53rd birthday. Olav was crowned king just three years later in 1957, after the death of his father, King Haakon VII. Märtha is buried at Akershus Castle, and her legacy continues to live on nearly 70 years after her death. A statue of her stands at the entrance of the Norwegian Embassy in Washington D.C., with two replicas standing in her two countries: one in the courtyard of the Royal Palace in Oslo and one outside of the Norwegian Seamen’s Church in Stockholm.

    by Scott Larsen, L'Américain Norvégien, March 26, 2015 by Christine Foster Meloni, L'Américain Norvégien, June 15, 2018. by M. Michael Brady, L'Américain Norvégien, Dec. 25, 2020. by Scott Larsen, L'Américain Norvégien, March 12, 2021. by Lori Ann Reinhall, L'Américain Norvégien, May 5, 2021.

This article originally appeared in the June 18, 2021, issue of The Norwegian American. To subscribe, visit S'ABONNER or call us at (206) 784-4617.