Wrath of the Gods : Éco-Armageddons historiques

Wrath of the Gods : Éco-Armageddons historiques

Aujourd'hui, les cultures humaines souffrent de l'effondrement des centrales nucléaires, des rivières de plastique détruisant les environnements naturels et des vapeurs d'essence obstruant les voies respiratoires des villes et les artères humaines, mais l'histoire ancienne est pleine de catastrophes d'origine naturelle. Ceux qui vivaient dans les temps anciens étaient dépourvus de systèmes d'alerte précoce et l'aide internationale était inexistante. Lorsque des super volcans ont soufflé, que des tremblements de terre se sont effondrés et que des tsunamis se sont abattus, cela signifiait souvent la destruction de villages entiers, de villes, de villes et parfois de civilisations. Les méga-événements écologiques laissent un résidu de preuves archéologiques sur les îles et dans les établissements agricoles abandonnés, les archéologues trouvent des fragments de restes humains qui offrent un aperçu de la façon dont les volcans, les tremblements de terre et les tsunamis ont détruit les mondes passés.

Le Nyiragongo est un stratovolcan actif d'une altitude de 3 470 mètres (11 380 pieds) dans les montagnes des Virunga associé à la faille Albertine à l'intérieur du parc national des Virunga en République démocratique du Congo. Nyiragongo et Nyamuragira à proximité sont ensemble responsables de 40 pour cent des éruptions volcaniques historiques de l'Afrique. (Cai Tjeenk Willink/ CC BY-SA 3.0)

Super Volcans

L'histoire a vu des éruptions volcaniques vraiment monstrueuses telles que l'événement du mont Pinatubo du 15 juin 1991, la deuxième plus grande éruption terrestre du 20e siècle, après l'éruption de 1912 de Novarupta en Alaska. La puissance des éruptions volcaniques est mesurée à l'aide de l'indice d'explosivité volcanique (VEI), un système de classification développé dans les années 1980 allant de un à huit, et chaque VEI suivant est 10 fois plus grand que le précédent. Le graphique suivant explique la mécanique de ces niveleurs de terre bestiaux :

À Yellowstone, certains scientifiques pensent que la croûte terrestre se fracture et se fissure selon un modèle de fracture concentrique ou annulaire. À un moment donné, ces fissures atteignent le réservoir de magma et libèrent la pression provoquant l'explosion du volcan. L'énorme quantité de matière libérée provoque l'effondrement du volcan dans un immense cratère appelé caldeira.

L'ensemble du parc national de Yellowstone en Amérique du Nord est un volcan actif et il est entré en éruption avec des forces magnifiques, notamment trois éruptions de magnitude 8 il y a 2,1 millions d'années, encore une fois il y a 1,2 million d'années, et le dernier événement s'est produit il y a environ 640 000 ans. Selon le Commission géologique des États-Unis : Ensemble, les trois éruptions catastrophiques ont expulsé suffisamment de cendres et de lave pour remplir le Grand Canyon ”. L'énorme lac de magma sous Yellowstone, s'il était libéré, remplirait aujourd'hui le Grand Canyon 11 fois


Wrath of the Gods: Eco-Armageddons historiques - Histoire

Bonjour,
Cela faisait un moment que nous n'avions pas parlé ! Pas ta faute, mais la mienne. J'espère régler ce droit. Au cours des 20 dernières années, j'ai eu d'innombrables personnes qui m'appelaient, m'envoyaient des e-mails et/ou des SMS pour me demander des informations sur une église favorable à PreWrath dans leur région.

Malheureusement, 99% du temps, je n'ai pas pu répondre à la question par l'affirmative. Il n'y a pas beaucoup d'églises conservatrices dans leur théologie qui ne soient pas hostiles à toutes les autres positions sur le moment du retour du Seigneur, mais à un enlèvement avant la tribulation.

C'est triste, mais une réalité pour de nombreux PreWrathers. Je suis tellement excité que la technologie ait progressé au point que nous puissions communier, prier et étudier ensemble à très peu de frais. Zoom est une nouvelle façon merveilleuse de discuter en toute confidentialité.

Commencé le dimanche 26 avril à 19 h, heure d'Orlando (7 Eastern, 6 Central, 5 Mountain et 4 Pacific), nous allons l'essayer ! Si vous souhaitez faire partie de ce premier essai historique, envoyez-moi un e-mail et demandez le lien.
La conférence Zoom est gratuite et vous pouvez la faire sur votre smartphone, votre ordinateur portable, votre ordinateur de bureau ou votre téléviseur si Internet et un courrier électronique sont joints.

Mon email est
[email protected]

J'ai hâte de voir, de prier et d'étudier ensemble dimanche.

Charles Cooper, PreWrathRapture.Com


Santorin et Atlantis : sont-ils identiques ?

L'Atlantide était une île sur laquelle le philosophe grec Platon a écrit dans son Critias et son Timée. Platon a parlé d'un peuple, habitant l'île, qui était extrêmement avancé technologiquement et intellectuellement, mais avait décliné moralement à un point tel qu'il a irrité les dieux. En guise de punition pour leur déclin moral, les dieux les ont détruits eux et leur île en un seul jour et une seule nuit.

Platon a affirmé que cette histoire lui avait été transmise par les Égyptiens et qu'elle était vraie. Cependant, l'emplacement de l'Atlantide et son existence ou non restent un mystère. Comme tout autre mystère, beaucoup de gens souhaitent le résoudre. Par conséquent, de nombreux chercheurs, scientifiques et passionnés de mystère ont recherché l'Atlantide pendant des siècles. Certains ont conclu que l'île de Santorin est un emplacement très probable pour l'île perdue d'Atlantis. À vrai dire, il existe de nombreuses similitudes entre Santorin et la description de Platon de l'Atlantide. Cependant, il existe également de nombreuses différences.

L'Atlantide a été décrite comme une île circulaire, peut-être plus grande que la Libye et l'Asie. Il avait également un motif de cercle concentrique avec un canal menant de l'intérieur des terres à la mer. L'île de Santorin est une île en forme de croissant dans la mer Égée. Il a été le site de nombreuses activités volcaniques pendant des milliers d'années. Par conséquent, sa forme a radicalement changé depuis l'heure estimée de la destruction supposée de l'Atlantide. Il a été dévasté par une grande éruption à l'âge du bronze. On pense que la forme de Santorin aurait été très similaire à celle de l'Atlantide avant cette éruption minoenne massive.

La description de la destruction de l'Atlantide ressemble beaucoup à une catastrophe naturelle et, bien sûr, les peuples anciens qui en auraient été témoins auraient cru qu'il s'agissait de la colère des dieux, comme dans la légende de l'Atlantide. Par conséquent, certaines personnes pensent que l'éruption minoenne de Santorin et la destruction de l'Atlantide sont le même événement. Santorin et Atlantis sont-ils une seule et même chose ?

Platon a décrit le peuple de l'Atlantide comme une civilisation avancée. L'île comptait vraisemblablement de nombreux bâtiments et maisons communautaires. De toute évidence, tout endroit qui pourrait éventuellement être considéré comme l'emplacement potentiel de l'Atlantide aurait dû abriter une communauté civilisée. Il existe des preuves d'une civilisation minoenne qui existait sur l'île de Santorin avant l'éruption minoenne.

Indépendamment de toutes ces similitudes entre l'île de Santorin et l'île perdue d'Atlantis, beaucoup de gens sont sceptiques. Bien qu'il puisse sembler probable que les deux soient identiques, il existe encore de nombreuses différences entre les deux et des hypothèses éclairées ont été formulées dans la comparaison. Par exemple, les dates de l'éruption de Santorin et la date, donnée par Platon, de la destruction de l'Atlantide ne correspondent pas. Or, cela pourrait s'expliquer par une erreur de traduction ou une erreur de la part de Platon. Ceci est couplé au fait que la date que Platon donne est hautement improbable. Par conséquent, beaucoup de gens rejettent sa date comme incorrecte. Il faut également se rappeler que le récit de l'histoire par Platon est, en fait, un récit et peut donc ne pas être tout à fait exact.

Il y a aussi l'emplacement de Santorin à considérer. Platon met l'emplacement de l'Atlantide « au-delà des colonnes d'Hercule ». On pense que les colonnes d'Hercule signifient le détroit de Gibraltar. Si tel est le cas, alors Santorin est loin de l'endroit où l'Atlantide aurait été. Il existe certaines théories selon lesquelles Platon aurait pu avoir un programme lorsqu'il a raconté l'histoire, il a donc peut-être voulu placer l'Atlantide aussi loin que possible de la Grèce. Bien sûr, ce n'est que pure conjecture et on ne peut jamais le savoir avec certitude.

Une autre chose à considérer est la taille de l'Atlantide décrite par Platon. Santorin n'a certainement pas la taille de la Libye et de l'Asie réunies. Tout objet de cette taille aurait probablement été situé dans l'océan Atlantique, qui serait également «au-delà des colonnes d'Hercule», s'il s'agit bien du détroit de Gibraltar.

Une dernière chose à considérer est la différence entre la civilisation minoenne de Santorin et la civilisation qui aurait existé sur l'Atlantide. Les Atlantes auraient été détruits, ainsi que leur maison. Fait intéressant, aucun corps n'a été découvert sur le site minoen. Cela suggérerait que les habitants de l'île étaient suffisamment avertis de l'imminence d'une catastrophe pour quitter l'île avant qu'elle ne frappe. Cela ne correspond certainement pas au sort des Atlantes.

Il y a, bien sûr, la possibilité que Platon ou les Égyptiens aient simplement concocté l'histoire de l'Atlantide pour donner une leçon de morale. Dans ce cas, l'Atlantide ne sera jamais découverte, à Santorin ou ailleurs. Néanmoins, le fait que l'existence de l'Atlantide ne puisse être réfutée incitera les hommes à la rechercher. Que ce soit dans le but de remplir les pages de l'histoire ou dans le but de trouver les richesses qui ont vraisemblablement coulé avec l'île, la recherche de l'Atlantide est passionnante et ne sera probablement pas abandonnée de si tôt.


Analyse de l'Orestie d'Eschyle

[Les Orestie est une trilogie dont la grandeur particulière réside dans le fait qu'elle transcende les limites de la mise en scène dramatique à une échelle jamais atteinte auparavant ou depuis.

—Richard Lattimore, « Introduction à l'Orestie » dans Les tragédies grecques complètes

Appelé par Johann Wolfgang von Goethe « le chef-d'œuvre des chefs-d'œuvre » et par Algernon Charles Swinburne « la plus grande réalisation de l'esprit humain », le livre d'Eschyle Orestie est la réalisation monumentale du plus grand visionnaire et géniteur du drame. Considéré par les Grecs comme le « père de la tragédie », Eschyle, « plus que quiconque », selon l'érudit classique C. M. Bowra, « a posé les véritables fondements de la tragédie et a établi les formes et l'esprit qui la distinguent des autres genres de poésie ». Les Orestie, la seule trilogie tragique attique survivante, dramatise l'élaboration de la malédiction sur la maison d'Atrée du retour d'Agamemnon de Troie et son meurtre par sa femme, Clytemnestre, à travers sa mort ultérieure aux mains de son fils, Oreste, et les conséquences pour justice humaine et ordre cosmique. Eschyle présente l'archétype de la tragédie familiale, dont les influences peuvent être ressenties dans les représentations théâtrales ultérieures des maisons d' Odipe, Tyrone, Loman, Corleone et Soprano et d'autres utilisations de la famille comme lieu de conflit dramatique. Eschyle montre la voie par laquelle une tragédie domestique peut servir dans la main d'un grand poète et artisan de scène comme une mise en scène profonde de la condition humaine et du destin humain à une échelle dramatique vraiment colossale.

Pour comprendre l'originalité et l'accomplissement d'Eschyle dans le Orestie, il est nécessaire de replacer la trilogie dans le contexte des origines et du développement du drame dans la Grèce antique. Les débuts du drame occidental sont obscurs, mais la plupart des autorités ont détecté un lien avec des rituels religieux qui incarnent les mythes centraux de la compréhension par une société des pouvoirs qui régissent son bien-être et ses propres interrelations. Drame grec dérivé des fêtes religieuses qui rendaient hommage à Dionysos, le dieu grec de la fertilité, du vin, des réjouissances et de la régénération, qui était célébré et vénéré dans des chants et des danses chorales. Aristote, dans le Poétique (vers 335-323 av. J.-C.), le premier récit existant de l'origine du drame grec, affirmait que la tragédie commençait avec les discours de « ceux qui dirigeaient le dithyrambe », les paroles chorales honorant Dionysos, et que la comédie venait des « chefs de les chants phalliques » interprétés par un groupe de chanteurs et de danseurs représentant des satyres, mi-hommes, mi-boucs, qui étaient les serviteurs de Dionysos. Au cours du VIe siècle av. La tradition attribue à Thespis (dont aucune pièce ne survit) d'avoir d'abord combiné les chants et les danses chorales avec les discours d'un acteur masqué dans une histoire jouée. En tant que premier acteur connu, Thespis est commémoré dans le terme comédien, synonyme d'acteur. On pense que Thespis a d'abord joué ses pièces dans des festivals dans toute la Grèce avant d'inaugurer, en 534 av. plusieurs jours. Au cours de la City Dionysia, jouée dans un théâtre en plein air qui a réuni 15 000 spectateurs ou plus, les entreprises ont été suspendues et les prisonniers ont été libérés sous caution pour la durée du festival. La première journée a été consacrée aux chants choraux traditionnels, suivi du concours au cours duquel trois dramaturges ont présenté chacun une tétralogie de trois tragédies, ainsi qu'une pièce comique de satyre.

Si Thespis est responsable du passage initial de la performance lyrique à la performance dramatique en introduisant un acteur, c'est Eschyle qui, selon Aristote, a ajouté le deuxième acteur aux performances et a ainsi fourni l'ingrédient clé du dialogue et du conflit dramatique entre les personnages sur scène qui définit drame. Eschyle est né près d'Athènes vers 525 av. Les faits connus de sa vie sont peu nombreux. Il a combattu pendant les guerres contre les Perses à la bataille de Marathon en 490, et son récit de témoin oculaire de la bataille de Salamine dans sa pièce Les Perses, le seul drame grec survivant basé sur un événement historique contemporain, suggère qu'il a également participé à cette bataille. Bien que son rôle dans la politique athénienne et ses sympathies politiques soient sujets à différentes conjectures savantes, il est incontestable que dans ses pièces, Eschyle était l'un des principaux porte-parole des valeurs centrales des Grecs au cours d'une période remarquable de réussite politique et culturelle qui suivit la défaite des Perses et l'émergence d'Athènes à la suprématie dans le monde méditerranéen. Eschyle a écrit, joué et mis en scène ou produit entre 80 et 90 pièces, dont seulement sept – parmi les premiers documents de l'histoire du théâtre occidental – ont survécu. Aucun autre dramaturge ne peut être crédité d'autant d'innovations qu'Eschyle. En plus d'ajouter le deuxième acteur, Eschyle a également, selon Aristote, réduit le nombre du chœur de 50 à 12 et « a donné le rôle principal à la parole ». Eschyle a ainsi centré l'intérêt de ses pièces sur les acteurs et leurs discours et dialogues. Il est également crédité d'avoir perfectionné les conventions de la grande diction poétique de la tragédie et d'avoir introduit des costumes riches et des effets de scène spectaculaires. Sous-jacent à sa grandiloquence, Eschyle a produit certaines des plus grandes poésies jamais créées pour le théâtre et a utilisé une mise en scène magistrale de la représentation comme élément fondamental de ses pièces, ce qui a contribué à transformer le théâtre en une arène pour explorer les questions humaines essentielles. « Selon toute probabilité », a conclu l'historien de la littérature Philip Whaley Harsh, « Eschyle est principalement responsable de la nature essentiellement réaliste du drame européen – des qualités qui ne peuvent être pleinement appréciées qu'en faisant une comparaison entre la tragédie grecque et le drame sanskrit ou chinois. Le drame européen est donc peut-être plus redevable à Eschyle qu'à tout autre individu.

Eschyle a remporté sa première victoire au City Dionysia en 484 av. et l'a suivi avec 12 prix ultérieurs, une indication claire de sa grande renommée et de sa prééminence en tant que dramaturge. C'est Eschyle que Dionysos rappelle des enfers comme le plus grand de tous les poètes tragiques d'Aristophane. Grenouilles. Les pièces d'Eschyle comprennent Les Perses, Sept contre Thèbes, Les Suppliants, et Prométhée lié. Chacun est un tiers d'une trilogie dont les pièces d'accompagnement ont été perdues. Avec le Orestie, cependant, nous avons la seule trilogie tragique intacte. Si ses collègues tragédiens grecs, Sophocle et Euripide, se sont concentrés sur la pièce individuelle comme unité de composition de base, Eschyle était le maître des drames liés qui exploraient les implications et les conséquences plus larges d'une seule histoire mythique, étendant ainsi la gamme de la tragédie à une échelle vraiment épique. Les trois pièces composant le Orestie—Agamemnon, Les porteurs de la libation, et Les Euménides- peuvent être considérés comme trois actes d'un drame épique massif qui invite à la comparaison dans sa portée, sa grandeur et sa signification spirituelle et culturelle avec les épopées héroïques d'Homère, Virgile Énéide, celui de Dante Comédie divine, et celui de John Milton paradis perdu.

Eschyle aurait déclaré que ses pièces n'étaient que "des tranches de poisson des grands festins d'Homère". Cependant, le Orestie, combinant des thèmes à la fois Iliade et le Odyssée, est à tous égards un plat principal dramatique dans lequel le dramaturge ne tente rien de moins que d'explorer avec une amplitude véritablement homérique les conflits clés de la condition humaine : entre les humains et les dieux, le mâle et la femelle, le parent et l'enfant, la passion et la raison, le l'individu et la communauté, la vengeance et la justice. L'arrière-plan de son drame est la malédiction jetée sur la maison régnante d'Argos quand Atrée s'est vengé de son frère Thyeste pour avoir séduit sa femme en lui servant les enfants de Thyeste lors d'un banquet. En maudissant Atrée, Thyeste quitte Argos avec son dernier fils, Aegisthus, jurant de se venger. La malédiction de Thyeste est visitée sur la génération suivante, sur les fils d'Atrée, Ménélas et Agamemnon, à travers la séduction de la femme de Ménélas, Hélène, par le Troyen Paris, ce qui provoque la guerre de Troie. La force grecque, dirigée par Agamemnon, entreprend de regagner Hélène et de se venger des Troyens, mais leur flotte est d'abord assaillie par des vents défavorables. Agamemnon, choisissant son devoir de commandant plutôt que ses responsabilités de père, sacrifie sa fille Iphigénie comme prix pour atteindre Troie et la victoire ultime. Les Orestie considère les conséquences de l'acte d'Agamemnon et la défaite grecque des Troyens au moment décisif de son retour à Argos.

Agamemnon, la première pièce de la trilogie, qui a été qualifiée par certains de la plus grande de toutes les tragédies grecques, élabore la vengeance de la femme d'Agamemnon, Clytemnestre, pour la mort de leur fille. Ayant pris le fils de Thyeste, Égisthe, comme son amant, Clytemnestre trahit à la fois son mari et complote pour usurper son trône avec son ennemi le plus acharné. Agamemnon retourne dans une patrie désordonnée où tout n'est pas comme il paraît. L'accueil par Clytemnestre de son mari de retour est révélé de manière choquante comme un sinistre prétexte pour son meurtre dans ce que la critique Shirley J. Stewart a appelé "un jeu de distorsion". Agamemnon est montré arrivant dans son char, fier, volontaire et inconscient de l'insincérité de sa femme ou de sa propre hypocrisie, chevauchant à côté de son prix de Troie, Cassandra, l'incarnation de sa destruction excessive des Troyens et une insulte à son épouse. Il est invité à marcher sur un tapis cramoisi étendu dans son palais. Le tapis rouge, l'un des premiers grands effets visuels du drame, devient un symbole frappant de l'orgueil d'Agamemnon, car un tel honneur est réservé aux dieux, et Agamemnon emprunte figurativement une traînée de sang jusqu'à sa propre disparition. « Laissez couler le ruisseau rouge et ramenez-le chez lui », déclare Clytemnestre, « à la maison qu'il n'a jamais espéré voir. » Après que la prédiction de Cassandra concernant à la fois celle d'Agamemnon et sa propre mort se réalise, Clytemnestre revient sur scène, éclaboussée de sang, révélant pour la première fois sa haine sauvage d'Agamemnon et sa jalousie amère de Cassandra. Clytemnestre justifie son acte de vengeuse de la maison d'Atrée qui l'a libérée de la chaîne de meurtres déclenchée par le crime d'Atrée. Le meurtre d'Agamemnon par Clytemnestre, cependant, ne fait que poursuivre la série de meurtres punitifs qui affligent la maison d'Atrée, tout en démontrant le cycle apparemment incassable selon lequel "le sang aura du sang". La pièce se termine avec Clytemnestre et Égisthe gouvernant Argos par la force et l'intimidation avec le renouvellement des exigences de vengeance du sang suggérées par la référence du Chœur au fils d'Agamemnon, Oreste, qui doit un jour revenir pour venger la mort de son père.

Dans Les porteurs de la libation Oreste arrive, faisant écho au retour de son père dans la première pièce. Rencontrer sa sœur Electra devant la tombe de leur père, Oreste, semblable à Hamlet dans son indécision, révèle son dilemme et le nœud du conflit moral, religieux et politique de la trilogie. Ordonné par Apollon de venger son père, ce faisant, Oreste doit tuer sa mère, encourant ainsi la colère des Furies, vengeurs primaires chargés de protéger le caractère sacré de la parenté par le sang. En faisant ce qui est bien – en vengeant son père – Oreste doit faire ce qui est mal – en assassinant sa mère. Son conflit est dramatisé comme une sorte de schisme cosmique entre deux impératifs divins et les ordres du monde, comme un conflit fondamental entre les forces de la vengeance et de la justice. Le dilemme apparemment insoluble d'Oreste définit le conflit tragique de toute la trilogie qui dramatise les moyens par lesquels le cycle apparemment incassable de la violence engendrant la violence peut relever de la primauté du droit et le primitif peut céder la place au civilisé. Si, comme on l'a soutenu, l'essence de la tragédie est le moment de la conscience concentrée de l'irréversibilité, alors la décision d'Oreste d'agir, acceptant le châtiment certain des Furies, est le moment tragique décisif de la trilogie. En entrant dans le palais par un stratagème, Oreste tue Égisthe mais hésite avant de tuer Clytemnestre, qui porte sa poitrine devant lui pour rappeler à Oreste qu'elle lui a donné la vie. Oreste, soutenu par le commandement d'Apollon, finit par frapper, mais il est bientôt assailli par une vision des Furies, des femmes, "enveloppées de noir, la tête enroulée, / des serpents grouillants!"

Dans Les Euménides Oreste est poursuivi par les Furies d'abord à Delphes, où Apollon est incapable de le protéger longtemps, puis à Athènes, où Athéna, la patronne de la ville, organise le procès d'Oreste. Dans une trilogie qui alterne son drame du conflit domestique d'Agamemnon et de Clytemnestre au conflit interne d'Oreste, la troisième pièce élargit son sujet à l'échelle véritablement cosmique alors qu'Apollon, Hermès, les Furies et Athéna prennent tous la scène, et le pleine implication morale, politique et spirituelle du crime d'Oreste est décrétée. Eschyle ne cherche rien de moins que le sens de la souffrance humaine elle-même et les moyens par lesquels le mal dans le monde peut être surmonté par la justice et le chaos peut être remplacé par l'ordre.

Les anciens critiques ont indiqué que la méthode dramatique d'Eschyle visait à « l'étonnement », et toute la magie verbale et scénique du dramaturge est pleinement déployée dans Les Euménides. On dit que la première apparition des Furies dans Les Euménides a fait s'évanouir des membres de l'auditoire et des femmes faire une fausse couche. Dans le grand renversement de la trilogie, le dilemme des dieux concurrents sur ce qu'il faut faire du crime d'Oreste - matricide selon les Furies, homicide involontaire coupable selon Apollo - est finalement résolu par les représentants du premier public de la pièce, des citoyens athéniens réunis par Athéna en jury . Le système juridique athénien, et non les dieux, suggère Eschyle, devient le moyen de miséricorde et d'équité pour entrer dans le traitement du crime, brisant le cycle apparemment désespéré du sang nécessitant du sang et levant finalement la malédiction sur la maison d'Atrée. Oreste est acquitté et les Furies sont apaisées en étant persuadées de devenir les protecteurs d'Athènes. Les anciens et les nouveaux dieux sont réconciliés et un nouvel ordre cosmique s'affirme dans lequel, du chaos de l'agression sexuelle et de la rage auto-consommee, la justice et la civilisation peuvent s'épanouir. L'exode triomphal final mené par Athéna des jurés hors du théâtre vers la ville où s'incarnent les principes de justice et de civilisation a dû être bouleversant dans ses implications civiques, morales et spirituelles pour ses premiers spectateurs. Pour le public ultérieur, c'est la force et l'intensité de la conception dramatique d'Eschyle et de sa poésie incomparable qui captivent. Les Orestie reste l'une des pièces les plus ambitieuses jamais tentées, dans laquelle Eschyle réussit à unir l'exploration la plus large possible de thèmes humains universels avec un drame émotionnellement intense et captivant.


Histoire

Peu de choses sur le passé d'Oenomaus ont été révélées. Il croit que sa vie n'avait pas de sens avant de devenir un gladiateur, et donc ne l'apprécie pas ou n'en parle pas.

Le jeune Oenomaus se bat dans The Pit.

En tant que jeune homme, Oenomaus a été condamné à se battre dans les stands après avoir été vendu au chef des stands par Maalok, son visage peint en blanc. Après avoir fait preuve d'un niveau inhabituel de férocité et de prouesses au combat, malgré sa petite taille, il a été acheté dans les Fosses par Titus Lentulus Batiatus pour huit deniers, pendant une période de jeunesse de Quintus Lentulus Batiatus. Le premier a pris soin de le forger en gladiateur, l'encourageant à trouver une raison honorable de se battre, au lieu de simplement le faire pour survivre. Oenomaus a finalement choisi de se battre dans le but d'honorer la Maison de Batiatus.

Formé pour être un gladiateur hautement qualifié par le docteur Ulpius de Titus, Oenomaus finira par atteindre le titre de champion, et une récompense lui fut donnée : l'esclave corporelle de Lucretia, Melitta, qui devint sa femme. Cependant, contrairement à de nombreuses unions ordonnées entre esclaves, Oenomaus et Melitta sont véritablement tombés amoureux et étaient heureux ensemble, même s'ils n'étaient autorisés à être ensemble qu'une fois par semaine.

Oenomaus est devenu très respecté parmi la confrérie. Son plus grand ami était Gannicus, un Celte, tout en développant de solides amitiés avec d'autres comme le Barça et Auctus. Aussi, inhabituel pour un gladiateur, il a maintenu une forte amitié avec son Dominus, Titus Batiatus.

Au sommet de ses prouesses, il a été choisi pour combattre le gladiateur le plus redoutable de l'époque, Theokoles l'ombre de la mort dans la ville de Pompéi. Cependant, cet adversaire s'est avéré trop pour l'habileté considérable même d'Oenomaus, et il a reçu des blessures presque mortelles aux mains du géant. Cependant, il a survécu plus longtemps que tout autre adversaire pour affronter Theokoles, ce que les spectateurs ont compté comme une victoire et lui ont permis de vivre.


Marcus Garvey (1887-1940)

Marcus Mosiah Garvey, l'un des leaders nationalistes noirs et panafricanistes les plus influents du XXe siècle, est né le 17 août 1887 à St. Ann's Bay, en Jamaïque. Grandement influencé par l'autobiographie de Booker T. Washington De l'esclavage, Garvey a commencé à soutenir l'éducation industrielle, le séparatisme économique et la ségrégation sociale comme stratégies qui permettraient l'assentiment de la « race noire ». En 1914, Garvey a créé l'Universal Negro Improvement Association (UNIA) à Kingston, en Jamaïque, en adoptant la phrase inspirante de Washington « Up, you puissante race, vous pouvez conquérir ce que vous voulez. » En mai 1917, Garvey a déménagé l'UNIA à Harlem et a commencé à utiliser des discours et son journal, The Monde Noir, pour diffuser son message à travers les États-Unis auprès d'une communauté afro-américaine de plus en plus réceptive. Son public principal comprenait les milliers de Noirs du Sud qui migraient alors de « l'ombre de l'esclavage et de la plantation » vers le Nord urbain. Les vétérans noirs de la Première Guerre mondiale étaient un autre public de Garvey. La plupart d'entre eux avaient connu à la fois l'égalité française et le fanatisme militaire américain et sont rentrés chez eux en tant qu'« hommes de race » militants. Ils étaient attirés par les appels de Garvey. L'UNIA s'agrandit encore à la suite des émeutes raciales de l'été rouge de 1919.

Le garveyisme a résonné avec la communauté noire en urbanisation rapide et s'est propagé au-delà des États-Unis vers les Caraïbes, l'Amérique latine et l'Afrique. Quel que soit le lieu, l'UNIA de Garvey a promis une élévation économique noire via l'autonomie, l'égalité politique via l'autodétermination et la «libération de l'Afrique du colonialisme européen via une armée noire marchant sous le drapeau rouge, noir et vert de la virilité noire. " Selon les partisans de l'UNIA, la rédemption de l'Afrique a été prédite dans les Psaumes bibliques messianiques 68 : 31 « Des princes sortiront d'Égypte. L'Éthiopie étendra bientôt ses mains vers Dieu ». Cependant, c'est la capacité de Garvey à transmettre, dans ses discours vifs et puissants, la possibilité distincte d'atteindre ces objectifs qui a conduit l'UNIA à devenir une organisation de millions de personnes. Lorsque Garvey a hurlé : « Je suis l'égal de n'importe quel homme blanc [et] je veux que vous ressentiez la même chose », il a inspiré les fidèles et attiré les curieux. Répondant à la question du genre, Garvey a écrit : « Reine noire de beauté, tu as donné de la couleur au monde… Les hommes noirs vénèrent dans ton sanctuaire virginal de l'amour le plus pur… ! » Garvey a même créé une nouvelle foi noire en ordonnant le révérend George Alexander McGuire aumônier général de l'Église orthodoxe africaine. Les sermons de McGuire exhortaient les Garveyites à « effacer les dieux blancs de vos cœurs ».

Lors de la Convention internationale UNIA de 1920 au Madison Square Garden, avec vingt-cinq mille délégués et observateurs présents, Garvey a publié le Déclaration des droits des peuples noirs du monde. La convention a également produit le Hymne éthiopien universel. Les Monde Noir, le journal officiel de l'UNIA, a également diffusé la philosophie de l'organisation à l'échelle mondiale. Tiré à plus de 200 000 exemplaires et publié en trois langues, espagnol et français ainsi qu'anglais, le Monde Noir a été lu sur quatre continents.

L'effort le plus ambitieux de Garvey fut la création de la Black Star Steamship Line. Garvey espérait que cette société anonyme développerait des réseaux commerciaux lucratifs entre les États-Unis, les Caraïbes et le continent africain. Il espérait également que ses trois navires aideraient au retour de millions de Noirs de la « Diaspora » vers Mère Afrique. Cependant, en raison d'un lourd endettement et d'une mauvaise gestion, la ligne de bateaux à vapeur fit faillite et Garvey fut arrêté en janvier 1922 et accusé d'avoir utilisé le courrier américain pour frauder les investisseurs boursiers.

En fin de compte, Garvey a suscité la colère des dirigeants afro-américains lorsqu'il a rencontré le chef du Ku Klux Klan, Edward Young Clark à Richmond, en Virginie, en juin 1922. Garvey croyait naïvement que les deux organisations pouvaient travailler ensemble car elles soutenaient toutes deux l'objectif de pureté raciale. Clark a en fait promis une aide financière à l'UNIA. Après avoir entendu parler de cette réunion, cependant, le leader de la NAACP, W.E.B. DuBois, a appelé Garvey le plus grand ennemi de la race noire. L'Urban League a qualifié Garvey d'« escroc » et le leader syndical noir A. Philip Randolph a déclaré que Garvey et le garveyisme devraient être purgés du sol américain.

Diverses organisations de défense des droits civiques ont maintenant monté une campagne coordonnée « Garvey Must Go ». Le ministère de la Justice, cherchant à discréditer Garvey parce qu'il estimait qu'il représentait une menace pour les intérêts coloniaux et menaçait la paix raciale aux États-Unis, a engagé son premier agent noir, James Wormley Jones, pour infiltrer l'UNIA. Garvey a été reconnu coupable de fraude postale en 1923 et condamné à cinq ans de prison fédérale. In part, because of a letter writing campaign orchestrated by Garvey’s second wife, Amy Jacques Garvey, President Calvin Coolidge commuted his sentence in 1927 in exchange for the UNIA President accepting deportation. Garvey spent his last years in Jamaica trying to revive his political fortunes and eventually died in London, England in 1940, never having set foot on African soil.


Second book in the series picks up three weeks after the first book ended. The thing is, this series has potential, it does. However, the couple in it is actually, strangely, the thing that ruins the books for me. In book one, it started out pretty good with the male character trying to killed the female character. Enemies to lovers, or hate to love is themes I enjoy so I thought that was what we were gonna get. But Maisy started thinking about falling for Cronus like. less than a week in. In this book book, they are away from each other three weeks without any contact, and bam they get together again and the L word is out there. There was no build up, no frustration, no depth. hell the little chemistry they had in book one was gone here. I felt nothing for it. I even started to lose interest in Cronus. The whole story and its romance just fell flat to me. I see that this is getting to become a pattern when Jaymin Eve has a co-writer. It seems like I can't truly dive in and fall for her males. They need to be more like Braxton. I like a possessive, all-powerful, commanding and demanding. I love a dominant male in my books. It's just a must. But I don't know if it's Maisy or if it's Cronos, or if it's them together that just doesn't work for me. I think I'll just skim the last book of the series, because I'm frankly no longer interested.

Personnages:
The list is long so I've put it in a spoilers tag.
(view spoiler) [→ Maisy ‘#HashtagQueen’ ‘Mais’ Hope Parker (21), main character. A demi-god - half human, half god. A descendant of Selene, the moon goddess. Maisy is the box to contain the deadly sins, and in order to finally destroy the sins, Maisy has to die after containing all nine sins.
Cronus ‘Cronie’, a Titan of the Greek pantheon, the strongest of the Titans - their leader. Cronus is the father of time.
Rhéa, Cronus's Titan ex-wife. She’s tied to the first sin (out of the nine deadly sins). Rhea is the Titan of fertility and motherhood. Her powers are strong, but nothing like Cronus. (view spoiler) [Towards the end of the book Death killed Rhea. (masquer le spoiler)]
Zeus, the leader of the Greek pantheon. The gods are lesser beings that were borne of Titans. Zeus is perhpahs Cronus's son, or Hyperion's (is Hype's).
Mat, friend of Maisy.
Shauna, friend of Maisy.
Narida, a crone (witch) who sister Cronus slept with and… accidentally killed Narida's father. She's the strongest magic user Selene know.
Athéna, the goddess of warfare, wisdom, and the arts.
Apollon, Athena's half-brother and god.
Thanatos, the god of death.
Héraclès, god and enjoys crushing his victims alive.
Arès, the god of war, he can completely ruin your life, tear you limb from limb, and he’ll do that just for fun.
Sélène, the moon goddess. Died a thousand years ago, the same time as the Titans. She used all of her magic in helping the Titans create the box. Later, Zeus killed her for her treason.
Crius et Koios, Titans brothers of Cronus. The pair were never far apart. Their strength used to hold up the sky.
Hyperion ‘Hype’, titan brother of Cronus who he favored. Hyperion is second to Cronus in regard to power. He birthed three gods. The god of the sun, the goddess of dawn, and the goddess of the moon. He can harness the elements. He can also boost other gods’ powers. Technically he's Maisy's grandfather.
Moirai, Tissu et ?, the Fates. The three who weave the fates of the world, sisters, born of Zeus.
Asclépios, a healer god who sided with the Titans, Zeus killed him right after Cronus were imprisoned. Panacée, his daughter.
Jessell ‘Jess’, a powerful seer, blessed with longevity and future sight. At one time she was Cronus's greatest asset, but she defected to Zeus’s side and was part of Cronus's downfall. Seers thrive on emotion.
Océanus, Titan brother of Cronus who Cronus is not on speaking terms with.
Iapetos ‘Iappie’, Titan brother of Cronus who converses with the dead, sees into the immortal plane that exists side by side to Earth. He will hear things the other Titans can’t. He’s a Titan of mortality, lifespan, death.
Hound, Cronus's hellhound.
Medusa, goddess with snakes for hair who could turn a being to stone.
Aphrodite, the goddess of love who's married to Héphaïstos, son of Zeus, the best blacksmith this world has. He alone can possibly build a container for the sins after Cronus captures them.
Théia, Hyperion's wife and Titan. Their son, Helios.
Tethys, Thémis, Mnémosyne et Phoebe ‘Pheebs’ (a prophet), Titans. (masquer le spoiler)]

The Nine Sins:
Were once upon a time gods: the nine gods were lesser deities who discovered that evil was more powerful to them than whatever they were before.
▶ The first sin - Sickness. The world will manifest a virus, or something of that nature, and it will spread like wildfire.
▶ The second and third sin - Turmoil et Strife. One will create disturbances and confusion, and the second will take that confusion and turn it into conflict. This is the beginning of a world war.
▶ The forth and fifth sin - Jealousy et Famine. Those two have always been Hyperion's favorites to destroy. Jealousy doesn't want glory or recognition. He doesn’t brag or show himself much. His power is subtle, but deadly in its intent. A lot of murder-suicides happen when Jealousy is near.
▶ The six sin - Guerre.
▶ The seventh sin - Frost. Frost is more as an ice age, and then that will be followed by a fire that will cleanse the world of all, and then death.
▶ The eight and nine - Fire et Décès. At full power, they have no equal. At full power, the world will burn, and every living thing will die.

Quick basic facts:
Genre: - (Upper YA/NA) Fantasy Mythology.
Séries: - Series, Book Two.
Love triangle? - (view spoiler) [No. (masquer le spoiler)]
Cheating? - (view spoiler) [No. (masquer le spoiler)]
HEA? - (view spoiler) [No. (masquer le spoiler)]
Favorite character? - Cronus.
Would I read more by this author/or of series? - Yes.
Would I recommend this book/series? - Not really.
Will I read this again in the future? - No.
Rating - 2.5/2 stars. . Suite


Wars of the Gods - Ancient Wars mod for Total War: Rome II

Welcome to the Official ModDB site for "Wars of the Gods - Ancient Wars" Mod by ToonTotalWar and Bran Mac Born. Here you will find latest news, updates and download area for the mod.

For all of you who are new here, this modification gives you one of the largest overhauls for Total War: Rome 2 game. We have also been inspired by the original Rome Total War game which we pride ourselves on the inspiration, mechanics and game play from great mods such as Roma Surrectum and SPQR. The mod is about Wars and expanding and conquering, but it still gives you an option to plan and build your empire!

Wars Of The Gods is not a College Thesis, or micro managing and nor is it an extension of Vanilla game, It is totally unique experience and we are proud what we have delivered in this mod to our players.

Unlocked all factions for Grand Campaign, Imperial Augustus, Wrath of Sparta, Caesar In Gaul, Hannibal At The Gates, Empire Divided and Rise of the Republic with Traits and Victory Conditions added for all factions. Thats over 345 Major and Minor factions to choose from.

Unlocked Factions for Grand Campaign, Imperial Augustus, Wrath of Sparta, Ceaser In Gaul , Hannibal At The Gates and Rise of the Republic

Over 1500 units added across all factions

Unique AOR (Area Of Recruitment) for many units

Roman Army Major Overhaul

Various BAI and CAI updates to give much smoother, historically realistic and better gameplay experience.

Unique UI, Loading Screens, Unit Cards

Many other features include Graphical and Campaign Gameplay improvements.

Also in September 2018 the mods BAI & CAI have received a total overhaul and the in game mechanics totally changed so that the AI is stretched to its capacity to perform on its decisions on Diplomacy and Strategy.

Here is a flavour of what to expect. AI armies are well balanced mix of units and are powerful and Faction growth with expansion and formation of empires. Also your allies will assist and aid in wars with you, less squalor and more food production, cities are harder to take down as the ai will defend them. Ai will be aggressive and attack you and will grow stronger still as the campaign continues faction growth with improved factions will research more and build up their cities.

Battles in game are also now more creative by the AI when facing your opponents as they will plan there attacks carefully. AI armies keep their formations better and are clever -units will disengage reform and attack your weak points, better flanking, units will counter player moves better, battles last longer. but not too long, units have better endurance and morale, better AP for javelin units. battle will be tough and bloody affairs-do not take AI faction for granted they are not push overs.

​The Mods preferred level to be played on is Hard/Very Hard difficulties. Please visit our website which is located in right column next to "Homepage" to view more details and the additional mods we recommend you to use that are compatible.

Experienced Players:If you want the most challenging campaign it is recommended you play on Very Hard Campaign difficulty and use some of the following submods: Harder Economy, Double Research and Building Costs, Total Slaughter or the Super Slaughter submod. Also if you play as the Romans the preferred level is Very Hard as they have buffs in game so that the AI when using them stay in game and do not get wiped out early on!

​So that's it for now and stay tuned for further developments.

IMPORTANT NOTE: This mod is only compatible with the sub mods that are listed on our download section or steam sites and any other mods are not supported and will give either erratic game play or crashes in game. We will only consider and offer help on bug reports with the provision that you are using no other unsupported mods, however if you wish to contact the mod authors direct to confirm if compatible, thanks.

On Major updates to mod we advise a new start as some save games will not be compatible, however we will always try and let you know if they are save game compatible. Also on major updates it is always best to start a new campaign game so that you can play with all the new stuff that has been added.

Also please visit our official website for news, updates and Sub Mod downloads: Website


How the AIDS Crisis Became a Moral Debate

Even gay journalists and activists abetted ill-informed efforts to link AIDS to promiscuity, Anthony Petro writes in his new book. Photo courtesy of Petro

In 1993, the Reverend Billy Graham asked an audience rhetorically, “Is AIDS a judgment of God?” He then answered his own question: “I could not say for sure, but I think so.”

Graham later apologized for suggesting that the Almighty had unleashed the epidemic to punish homosexuals. Yet the fact that an influential and popular pastor echoed views, however hesitantly, of harder-line clerics reflected the perception of many Christians, Anthony Petro writes at the outset of his new book, After the Wrath of God: AIDS, Sexuality, and American Religion (Oxford University Press, 2015). The book revisits the history of the disease in the United States and religious reactions to it.

Petro, a College of Arts & Sciences assistant professor of religion, says After the Wrath goes beyond most such accounts, which focus on the religious right’s reaction, to include mainstream and progressive denominations’ handling of the crisis. What began as a public health issue, he writes, became a pan-denominational discussion of morality and sexuality. Condemnations of promiscuity, support for abstinence and monogamy, even discussion of gay marriage: all were directly or indirectly touched by the moral debates launched by AIDS, he argues.

Petro faults even gay writers and activists—such as Randy Shilts, who condemned the Reagan administration’s indifference to the epidemic in his 1987 best seller And the Band Played On—for fostering notions that promiscuity was to blame for the disease. “Shilts wrote for a broad audience, and in doing so, offered a gripping narrative,” he says, “one that featured a Canadian flight attendant as the infamous ‘patient zero,’ or antihero, of the account. Shilts characterizes the epidemiological spread of the epidemic as very much a moral failing on the part of this flight attendant, who stands in for what he saw as the problem of promiscuous gay men more generally.”

Actually, After the Wrath argues that it is the type rather than frequency of sexual encounter that puts people at risk. BU Today interviewed Petro about his book.

BU Today:What did you find new to say about this topic?

Petro: I suggest two main points about how leaders of the Christian right approached the AIDS crisis as God’s punishment for sexual immorality. First, this rhetoric wasn’t new. It comes out of much older theological and religious statements that connected sexual immorality to threats to a community or even a nation. In the medieval period, Christian writers reinterpreted biblical passages about the destruction of the city of Sodom as descriptions of sexual sin, namely, the sin of “sodomy” (which would become the sin of homosexual acts in the 20th century). Conservative Christians, in the decades preceding AIDS, worried about an epidemic of immorality tied to the sexual revolution of the 1960s.

The second point is that conservative rhetoric that characterized AIDS as God’s wrath was overrepresented in the media and in national consciousness. Most American Christians, even most evangelicals, downplayed or even rejected the idea that AIDS was God’s punishment. Or they layered this interpretation with calls for compassion.

What was the response of mainstream and liberal Christian churches and of non-Christian traditions to the epidemic?

Mainstream and liberal Christians were slow to confront the epidemic. It wasn’t until the mid-1980s that we saw mainstream Christian writers calling for attention to the crisis in national magazines like Christian Century et Le christianisme aujourd'hui. By the end of the decade, though, a number of denominations had issued statements calling for care and compassion for people with HIV or AIDS, for governmental funding to fight the epidemic, and for an end to discrimination against people based on their HIV status and sexuality.

Some of the major non-Christian traditions, especially Judaism and Buddhism, had an easier time confronting the crisis and its connection to homosexuality. These traditions do not have the powerful readings of sodomy as sexual sin that have characterized Christian traditions for so many centuries. In fact, one of the very first public meetings to educate people about what at the time was called “gay cancer” was sponsored by a gay Jewish group in New York City in 1982.

What lessons should we draw going forward?

We should understand how arguments about public health are never just that. They are also arguments about human rights—about how we understand individual freedom versus community responsibility. Public health and politics can work together in productive ways, but such entanglements can also blind us to what can become moralistic arguments about who is or is not part of a valued community and about what kinds of risks we value and which we label not merely risks, but moral failings.

For instance, in the past few years, some dominant approaches to HIV prevention have focused on gay marriage as the antidote to promiscuity, and by extension, to increased rates of infection. In other words, in the fight for gay marriage equality, and even now that same-sex marriage is legal, some public health leaders and AIDS workers have championed gay marriage as a tool to fight HIV. I’m less interested in whether this logic is epidemiologically valid or not than I am in how it brings together a public health argument with a moral argument for marriage (and by extension, monogamy, which it often equates with marriage).

The history of the AIDS crisis and religion teaches us to look at such moments more critically, to pause and ask why it is that cette particular reasoning appears more reasonable than emphasizing a variety of other tactics for fighting HIV.


Voir la vidéo: DoomSword - Wrath Of The Gods