Tableaux d'informations sur l'histoire des États-Unis

Tableaux d'informations sur l'histoire des États-Unis



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Généalogie et histoire familiale

Les documents historiques et gouvernementaux peuvent vous aider à retracer votre héritage. Utilisez ces ressources gratuites pour rechercher et construire votre arbre généalogique.

La National Archives and Records Administration possède une collection de ressources pour les généalogistes. Ceux-ci inclus:

Registres du service militaire de la guerre d'indépendance à nos jours

Les archives de l'État contiennent des documents comprenant :

Le U.S. Census Bureau fournira les données du recensement de 1950 à 2010 à la personne nommée dans le dossier ou à son héritier légal.

La Statue de la Liberté - Ellis Island Foundation possède une base de données des dossiers des passagers. Recherchez-le pour trouver des membres de la famille qui sont entrés aux États-Unis par le célèbre port.

Le localisateur de sites de sépulture à l'échelle nationale peut vous aider à trouver les lieux de sépulture des anciens combattants.

Le ministère de l'Intérieur fournit un guide pour retracer votre héritage amérindien.

La Bibliothèque du Congrès offre des services de référence sur l'histoire locale et la généalogie. Ils peuvent vous aider à affiner vos compétences en recherche et à trouver de nouvelles sources.


Conflits militaires dans l'histoire des États-Unis

Cette page fournit des informations sur les conflits militaires impliquant les États-Unis, notamment la Révolution américaine, la guerre de 1812, les guerres indiennes, la République dominicaine, la Bosnie, etc.

Révolution américaine (1775-1783) La Grande-Bretagne a forcé ses 13 colonies américaines à payer des impôts mais ne leur a pas donné de représentation au Parlement britannique. Cette injustice et d'autres ont conduit les colonies à déclarer leur indépendance le 4 juillet 1776. L'indépendance a été obtenue en 1783, lorsque le traité de Paris a été signé avec la Grande-Bretagne.

Guerre de 1812 (1812-1815) Ingérence britannique dans le commerce américain, impression de marins américains et ? faucons de guerre ? au Congrès appelant à une expansion occidentale en territoire britannique a conduit à la guerre. À la fin de la guerre, les problèmes commerciaux n'étaient toujours pas résolus, mais la Grande-Bretagne a renoncé à certaines de ses revendications territoriales sur le continent.

Guerre du Mexique (1846-1848) L'annexion du Texas par les États-Unis et son désir déclaré d'acquérir la Californie et d'autres territoires mexicains ont précipité cette guerre. Le Mexique a été contraint de céder les deux cinquièmes de son territoire. Cette terre est finalement devenue les États de la Californie, du Nevada, de l'Arizona, du Nouveau-Mexique et de l'Utah.

Guerre civile (1861-1865) La rivalité économique et politique entre un Sud agraire et un Nord industriel s'est transformée en une guerre civile sur l'esclavage et les droits des États. Onze États se séparèrent de l'Union pour former les États confédérés d'Amérique. La victoire de l'Union a conduit à la réunification du pays et a mis fin à l'esclavage.

Guerres indiennes (ère coloniale à 1890) L'expansionnisme américain a conduit à de nombreux conflits militaires avec les habitants autochtones d'Amérique du Nord, les forçant à abandonner leurs terres. Le massacre de Wounded Knee, S.D., en 1890 est généralement considéré comme le dernier de ces conflits.

Guerre hispano-américaine (1898) Les États-Unis ont soutenu le désir de Cuba d'être indépendant de la domination espagnole et ont saisi l'opportunité d'étendre les pouvoirs américains dans d'autres parties du monde. À la fin du bref conflit, Cuba a obtenu son indépendance et les États-Unis ont gagné plusieurs anciens territoires espagnols : Porto Rico, Guam et les Philippines.

Première Guerre mondiale (1914-1918) Les rivalités sur le pouvoir, le territoire et la richesse ont conduit à la « Grande Guerre ». En 1917, les États-Unis rejoignirent les Alliés (Grande-Bretagne, France, Russie, Italie et Japon), qui étaient en guerre contre les puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie, Bulgarie et Turquie), après que les sous-marins allemands eurent commencé à couler des navires non armés.

Seconde Guerre mondiale (1939-1945) Les puissances de l'Axe - l'Allemagne, l'Italie et le Japon - ont tenté de dominer le monde. Les Alliés (États-Unis, Grande-Bretagne, France, URSS et autres) se sont battus pour les arrêter. Les États-Unis sont entrés en guerre en 1941, après l'attaque japonaise de Pearl Harbor. L'Allemagne capitula en 1945 et le Japon capitula plus tard la même année, après que les États-Unis eurent largué la bombe atomique sur les villes d'Hiroshima et de Nagasaki.

Guerre de Corée (1950-1953) La Corée du Nord communiste, soutenue par la Chine, a envahi la Corée du Sud non communiste. Les forces de l'ONU, principalement composées de troupes américaines, se sont battues avec succès pour protéger la Corée du Sud. La guerre de Corée a été le premier conflit armé dans la lutte mondiale entre la démocratie et le communisme, appelée guerre froide.

Baie des Cochons (1961) Les États-Unis ont orchestré l'invasion, une tentative infructueuse des exilés cubains de renverser le régime communiste de Fidel Castro à Cuba.

Guerre du Vietnam (1961-1973) En 1955, le Nord-Vietnam communiste envahit le Sud-Vietnam non communiste dans le but d'unifier le pays et d'imposer un régime communiste. Les États-Unis ont rejoint la guerre aux côtés du Sud-Vietnam en 1961, mais ont retiré leurs troupes de combat en 1973. En 1975, le Nord-Vietnam a réussi à prendre le contrôle du Sud-Vietnam.

République dominicaine (1965) Le président Lyndon Johnson a envoyé des marines et des troupes pour écraser un soulèvement de gauche en République dominicaine, craignant que la nation insulaire ne suive les traces de Cuba et devienne communiste.

Liban (1982-1984) Les troupes américaines faisaient partie d'une force multinationale de maintien de la paix pour aider le fragile gouvernement libanais à maintenir le pouvoir.

Grenade (1983) Le président Reagan a envahi la nation caribéenne de Grenade pour renverser son gouvernement socialiste, qui entretenait des liens étroits avec Cuba.

Panama (1989) Le président George H.W. Bush a envahi le Panama et a renversé le dictateur et trafiquant de drogue panaméen Manuel Noriega.

Guerre du Golfe (1991) L'Irak a envahi le Koweït et une force multinationale dirigée par les États-Unis est venue à l'aide du Koweït et a expulsé les forces du dictateur irakien Saddam Hussein.

Somalie (1993) Une force multinationale dirigée par les États-Unis a tenté de rétablir l'ordre dans la Somalie déchirée par la guerre afin que la nourriture puisse être livrée et distribuée dans le pays frappé par la famine.

Bosnie (1994-1995) Pendant la guerre civile bosniaque, qui a commencé peu de temps après que le pays a déclaré son indépendance en 1992, les États-Unis ont lancé des frappes aériennes sur la Bosnie pour empêcher le "nettoyage ethnique". principalement par les Serbes contre les Bosniaques. Les États-Unis sont devenus une partie de la force de maintien de la paix de l'OTAN dans la région.

Kosovo (1999) La province yougoslave du Kosovo a éclaté en violence au printemps 1999. Une force de l'OTAN dirigée par les États-Unis est intervenue par des frappes aériennes après que les forces serbes de Slobodan Milosevic ont déraciné la population et se sont lancées dans le nettoyage ethnique de la population albanaise du Kosovo.

Guerre mondiale contre le terrorisme (2001- ) Immédiatement après les attaques terroristes du 11 septembre 2001, le président George Bush a lancé la guerre mondiale contre le terrorisme, qui est devenue la plus longue période de guerre continue de l'histoire des États-Unis. Le Royaume-Uni, plusieurs pays de l'OTAN et d'autres pays ont participé à l'élimination d'al-Qada et d'autres groupes militants.

Afghanistan (2001-2014) Le gouvernement taliban hébergeait Oussama ben Laden et le groupe terroriste al-Qaïda, responsable des attentats du 11 septembre 2001 contre les États-Unis. Après que l'Afghanistan ait refusé de livrer Ben Laden, les forces de la coalition des États-Unis et de l'ONU ont envahi. Le gouvernement taliban a été renversé et de nombreux camps terroristes en Afghanistan ont été détruits. Les troupes américaines et de l'OTAN restent en Afghanistan pour soutenir son nouveau gouvernement fragile.

Guerre d'Irak (2003-2010) Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont envahi et renversé le gouvernement du dictateur Saddam Hussein. Des troupes restent en Irak pour combattre l'insurrection qui s'est formée après la défaite de Hussein.

Guerre contre l'État islamique (EIIS) (2014 ?) L'État islamique d'Irak et de Syrie (EIIS), également appelé État islamique d'Irak et du Levant (EIIL), a terrorisé de vastes pans de l'Irak et de la Syrie dans sa volonté d'établir un État islamique au Moyen-Orient régi par une loi stricte de la charia. Le groupe militant est composé de musulmans sunnites fondamentalistes et de djihadistes étrangers. En septembre 2014, le président Barack Obama a autorisé des frappes aériennes contre l'Etat islamique en Syrie. Il a clairement indiqué qu'il ne prévoyait pas de déployer des troupes au sol dans la lutte contre l'Etat islamique.


Sécurité sociale

R : La loi sur la sécurité sociale a été signée par FDR le 14/08/35. Les impôts ont été perçus pour la première fois en janvier 1937 et les premiers paiements forfaitaires uniques ont été effectués le même mois. Les prestations mensuelles continues régulières ont commencé en janvier 1940.


Q2 : Quelle est l'origine du terme "Sécurité sociale?"

R : Le terme a été utilisé pour la première fois aux États-Unis par Abraham Epstein en rapport avec son groupe, l'American Association for Social Security. À l'origine, la loi sur la sécurité sociale de 1935 s'appelait la loi sur la sécurité économique, mais ce titre a été modifié lors de l'examen du projet de loi par le Congrès. (L'histoire complète a été racontée par le professeur Edwin Witte qui était présent à l'événement.)


Q3 : Quand l'assurance-maladie a-t-elle commencé?

R : L'assurance-maladie a été promulguée le 30 juillet 1965, mais les bénéficiaires ont d'abord pu s'inscrire au programme le 1er juillet 1966.

Q4 : Est-il vrai que la sécurité sociale n'était à l'origine qu'un programme de retraite ?

R : Oui. En vertu de la loi de 1935, ce que nous appelons maintenant la Sécurité sociale ne versait des prestations de retraite qu'au premier travailleur. Un changement de 1939 dans la loi a ajouté des prestations de survivants et des prestations pour le conjoint et les enfants du retraité. En 1956, les prestations d'invalidité ont été ajoutées.

Gardez à l'esprit, cependant, que la loi sur la sécurité sociale elle-même était beaucoup plus large que le simple programme que nous décrivons aujourd'hui communément sous le nom de "sécurité sociale". et le programme Aide aux enfants à charge. (Texte intégral de la loi de 1935.)

Q5 : Est-il vrai que les membres du Congrès n'ont pas à cotiser à la Sécurité sociale ?

R : Non, ce n'est pas vrai. Tous les membres du Congrès, le président et le vice-président, les juges fédéraux et la plupart des personnalités politiques, étaient couverts par le programme de sécurité sociale à partir de janvier 1984. Ils cotisent au système comme tout le monde. Ainsi, tous les membres du Congrès, quelle que soit la durée de leur mandat, cotisent au système de sécurité sociale depuis janvier 1984.

(Avant cette époque, la plupart des employés et des fonctionnaires du gouvernement fédéral participaient au système de retraite de la fonction publique (CSRS) qui a vu le jour en 1920 - 15 ans avant la création du système de sécurité sociale. Pour cette raison, historiquement, les employés fédéraux étaient pas des participants au système de sécurité sociale.)

Les employés des trois branches du gouvernement fédéral étaient également couverts à partir de janvier 1984, en vertu de la loi de 1983, mais avec quelques règles transitoires spéciales.

1) Les employés des branches exécutive et judiciaire embauchés avant le 1er janvier 1984 ont eu un choix unique et irrévocable de passer à la Sécurité sociale ou de rester sous l'ancien CSRS. (Les employés réembauchés - autres que les rentiers réembauchés - sont traités comme de nouveaux employés si leur interruption de service a duré plus d'un an.)

2) Les employés du pouvoir législatif qui ne participaient pas au système CSRS étaient obligatoirement couverts, quelle que soit la date de début de leur service. Ceux qui étaient dans le système CSRS ont eu le même choix ponctuel que les employés des branches exécutive et judiciaire.

3) Tous les employés fédéraux embauchés à compter du 1er janvier 1984 sont obligatoirement couverts par la sécurité sociale - le système CSRS n'est pas une option pour eux.

Il y a donc encore quelques employés fédéraux, ceux embauchés pour la première fois avant janvier 1984, qui ne participent pas au système de sécurité sociale. Tous les autres employés du gouvernement fédéral participent à la sécurité sociale comme tout le monde.

Ce changement faisait partie des modifications de 1983 à la sécurité sociale. Vous pouvez trouver un résumé des modifications de 1983 ailleurs sur ce site.


Q6 : Est-il vrai que l'âge de 65 ans a été choisi comme âge de la retraite pour la sécurité sociale parce que les Allemands utilisaient 65 ans dans leur système, et les Allemands utilisaient l'âge de 65 ans parce que leur chancelier, Otto von Bismarck, avait 65 ans au moment où ils ont développé leur système ?

R : Non, ce n'est pas vrai. Généralement, l'âge de 65 ans a été choisi pour se conformer à la pratique contemporaine des années 1930. (Voir explication plus détaillée.)


Q7 : Est-il vrai que l'espérance de vie était inférieure à 65 ans en 1935, alors le programme de sécurité sociale a été conçu de telle manière que les gens ne vivraient pas assez longtemps pour toucher des prestations ?

R : Pas vraiment. Espérance de vie à la naissance était inférieur à 65 ans, mais il s'agit d'une mesure trompeuse. Une mesure plus appropriée est l'espérance de vie après avoir atteint l'âge adulte, qui montre que la plupart des Américains peuvent s'attendre à vivre jusqu'à 65 ans une fois qu'ils ont survécu à l'enfance. (Voir explication plus détaillée.)


Q8 : Quand les COLA (indemnités de vie chère) ont-elles commencé ?

R : Les COLA ont été payés pour la première fois en 1975 à la suite d'une loi de 1972. Avant cela, les prestations étaient augmentées de manière irrégulière par des lois spéciales du Congrès.

Q9 : Quelles informations sont disponibles dans les registres de la sécurité sociale pour aider à la recherche généalogique ?

R : Vous voudrez peut-être commencer par consulter l'indice des décès de la sécurité sociale qui est disponible en ligne à partir de divers services commerciaux (généralement la recherche est gratuite). L'index des décès contient une liste des personnes qui avaient un numéro de sécurité sociale, qui sont décédées et dont le décès a été signalé à la Social Security Administration. (Les informations contenues dans l'Index des décès pour les personnes décédées avant 1962 sont sommaires car les informations sur les décès de la SSA n'ont pas été automatisées avant cette date. Les informations sur les décès des personnes décédées avant 1962 ne figurent généralement dans l'Index des décès que si le décès a effectivement été signalé à la SSA. après 1962, même si le décès est survenu avant cette année.)

Si vous trouvez une personne dans l'index des décès, vous apprendrez la date de naissance et le numéro de sécurité sociale de cette personne. (L'indice des décès de la sécurité sociale n'est pas publié par la SSA pour un usage public, mais est mis à disposition par des entités commerciales en utilisant les informations des dossiers de la SSA. Nous n'offrons pas de support pour ces produits commerciaux et nous ne pouvons pas non plus répondre aux questions sur le matériel de l'indice des décès. )

D'autres dossiers potentiellement disponibles auprès de la SSA incluent la demande de numéro de sécurité sociale (formulaire SS-5). Pour obtenir des informations de la SSA, vous devrez déposer une demande en vertu de la loi sur la liberté d'information (FOIA).


Q10 : La sécurité sociale a-t-elle des listes des noms les plus courants aux États-Unis ?

R : Oui, sur la base des demandes de cartes de sécurité sociale, le Bureau de l'actuaire de la SSA a effectué une série d'études spéciales sur les noms les plus courants.

Q11 : Où puis-je obtenir plus d'informations sur le programme de sécurité sociale tel qu'il existe aujourd'hui ?

Q12 : Qui a été la première personne à toucher des prestations de sécurité sociale ?

R : Un type nommé Ernest Ackerman a reçu un paiement de 17 cents en janvier 1937. Il s'agissait d'un paiement forfaitaire unique - qui était la seule forme de prestations versées pendant la période de démarrage de janvier 1937 à décembre 1939.


Q13 : Si Ernest Ackerman n'a reçu qu'un seul paiement forfaitaire, qui a été la première personne à percevoir des prestations mensuelles continues ?

R : Une femme nommée Ida May Fuller, de Ludlow, Vermont, a été la première bénéficiaire des prestations mensuelles de sécurité sociale.


Q14 : Combien de personnes, chaque année, ont reçu des paiements de sécurité sociale ?

R : Cet historique est disponible sous forme de tableau détaillé. (Tableau de l'historique des paiements)

Q15 : Qu'est-ce que "l'encoche" ?

R : En 1972, une erreur technique a été introduite dans la loi, ce qui a fait que les bénéficiaires ont obtenu un double ajustement pour l'inflation. En 1977, le Congrès a agi pour corriger l'erreur. Au lieu de rendre la correction immédiate, ils l'ont échelonnée sur une période de cinq ans (il s'agit de la période de cran). Cette période de transition a été définie comme affectant les personnes nées en 1917-1921. Les individus dans l'encoche reçoivent généralement des prestations plus élevées que ceux nés après l'encoche, bien qu'ils reçoivent des bénéfices inférieurs à ceux nés dans la période précédant l'encoche lorsque l'erreur était en vigueur.

Q16 : Où puis-je trouver l'historique des taux d'imposition au fil des années et le montant des revenus soumis aux prélèvements sociaux ?

R : L'historique des taux d'imposition est disponible sous forme de fichier Adobe PDF. (Tableau des taux d'imposition). Il existe également un tableau indiquant le montant maximum des impôts de sécurité sociale qui auraient pu être payés depuis le début du programme.

Il existe également des tableaux indiquant les prestations de sécurité sociale minimales et maximales pour un travailleur retraité qui prend sa retraite à 62 ans et un autre qui prend sa retraite à 65 ans.

En outre, il existe un tableau indiquant le nombre de travailleurs cotisant à la sécurité sociale chaque année. (Tableau des travailleurs couverts) Et aussi un tableau montrant le ratio travailleurs couverts/bénéficiaires. (Tableau des rapports)

Q17 : Que signifie FICA et pourquoi les taxes de sécurité sociale sont-elles appelées cotisations FICA ?

R : Les cotisations de sécurité sociale sont perçues en vertu de la loi fédérale sur les cotisations d'assurance (FICA). Les charges sociales sont parfois même appelées « taxes FICA ». Dans le cadre des modifications de 1939, les dispositions fiscales du titre VIII ont été retirées de la loi sur la sécurité sociale et placées dans l'Internal Revenue Code. Comme cela n'aurait aucun sens d'appeler cette nouvelle section de l'Internal Revenue Code "Titre VIII", elle a été rebaptisée "Federal Insurance Contributions Act". dans l'Internal Revenue Code.

Q18 : Y a-t-il une signification aux numéros attribués dans le numéro de sécurité sociale ?

R : Oui. À l'origine, les trois premiers chiffres sont attribués par la région géographique dans laquelle la personne résidait au moment où elle a obtenu un numéro. Généralement, les numéros ont été attribués en commençant par le nord-est et en se déplaçant vers l'ouest. Donc, les gens de la côte est ont les chiffres les plus bas et ceux de la côte ouest ont les chiffres les plus élevés. Les six chiffres restants du numéro sont attribués plus ou moins au hasard et ont été organisés pour faciliter les premières opérations de comptabilité manuelle associées à la création de la sécurité sociale dans les années 1930.

Depuis le 25 juin 2011, la SSA a mis en place une nouvelle méthodologie d'attribution des numéros de sécurité sociale. Le projet est une initiative tournée vers l'avenir de la Social Security Administration (SSA) pour aider à protéger l'intégrité du SSN en établissant une nouvelle méthodologie d'assignation aléatoire. La randomisation du SSN prolongera également la longévité du SSN à neuf chiffres à l'échelle nationale.

Pour plus d'informations sur la randomisation des numéros de sécurité sociale, veuillez visiter ce site Web :


Q19 : Combien de numéros de sécurité sociale ont été émis depuis le début du programme ?

R : Les numéros de sécurité sociale ont été émis pour la première fois en novembre 1936. À ce jour, 453,7 millions de numéros différents ont été émis.


Q20 : Les numéros de sécurité sociale sont-ils réutilisés après le décès d'une personne ?

R : Non. Nous ne réattribuons pas de numéro de sécurité sociale (SSN) après le décès du titulaire du numéro. Même si nous avons émis plus de 453 millions de SSN jusqu'à présent et que nous attribuons environ 5 millions et demi de nouveaux numéros par an, le système de numérotation actuel nous fournira suffisamment de nouveaux numéros pour plusieurs générations à venir sans aucun changement dans la numérotation. système.


Q21 : Quand les cartes de sécurité sociale portaient-elles la légende « PAS POUR L'IDENTIFICATION » ?

R : Les premières cartes de sécurité sociale ont été émises à partir de 1936, elles n'avaient pas cette légende. À partir de la sixième version de conception de la carte, publiée à partir de 1946, SSA a ajouté une légende au bas de la carte indiquant "À DES FINS DE SÉCURITÉ SOCIALE - PAS POUR L'IDENTIFICATION". Cette légende a été supprimée dans le cadre des modifications de conception pour la 18e version de la carte, émise à partir de 1972. La légende n'a figuré sur aucune nouvelle carte émise depuis 1972.

Q22 : Le numéro de sécurité sociale contient-il un code indiquant le groupe racial auquel appartient le titulaire de la carte ?

R : Non. C'est un mythe. Le numéro de sécurité sociale contient un segment (les deux chiffres du milieu) connu sous le nom de "numéro de groupe". Mais cela ne concerne que les groupes numériques 01-99. Cela n'a rien à voir avec la race. (Voir explication plus détaillée.)Financement


Q23 : La Sécurité sociale a-t-elle déjà été financée par les recettes fiscales générales ?

R : Pas de manière significative. (Voir explication détaillée.)

Q24 : Combien la Sécurité sociale a-t-elle payé depuis sa création ?

R : De 1937 (lorsque les premiers paiements ont été effectués) à 2009, le programme de sécurité sociale a dépensé 11,3 billions de dollars.

Q25 : Combien la sécurité sociale a-t-elle prélevé en impôts et autres revenus depuis sa création ?

R : De 1937 (lorsque les impôts ont été perçus pour la première fois) jusqu'en 2009, le programme de sécurité sociale a perçu 13 800 milliards de dollars de revenus.

Q26 : La sécurité sociale a-t-elle toujours perçu plus d'argent chaque année qu'elle n'en avait besoin pour payer les prestations ?

R : Non. Jusqu'à présent, il y a eu 11 années au cours desquelles le programme de sécurité sociale n'a pas prélevé suffisamment d'impôts FICA pour payer les prestations de l'année en cours. Au cours de ces années, des obligations de fonds en fiducie d'un montant d'environ 24 milliards de dollars ont comblé la différence. (Voir le tableau détaillé.)

Q27 : Les fonds fiduciaires de la sécurité sociale rapportent-ils des intérêts ?

R : Oui, ils le font. Selon la loi, les actifs du programme de sécurité sociale doivent être investis dans des titres garantis tant en capital qu'en intérêts. Les fonds fiduciaires détiennent un mélange d'obligations d'État à court et à long terme. Les fonds fiduciaires peuvent détenir à la fois des titres du Trésor ordinaires et des titres « d'obligation spéciale » émis uniquement à des fonds fiduciaires fédéraux. En pratique, la plupart des titres des fonds fiduciaires de la sécurité sociale sont de type "obligation spéciale". (Voir les explications supplémentaires du Bureau de l'actuaire de la SSA.)

Les fonds fiduciaires rapportent des intérêts qui sont fixés au rendement moyen du marché des titres du Trésor à long terme. Les intérêts créditeurs sur les actifs investis des fonds fiduciaires AVS et AI combinés se sont élevés à 55,5 milliards de dollars au cours de l'année civile 1999. Cela représentait un taux d'intérêt annuel effectif de 6,9 ​​%.

Les fonds fiduciaires ont généré des intérêts chaque année depuis le début du programme. Des informations plus détaillées sur les investissements des fonds fiduciaires sont disponibles dans le rapport annuel des fiduciaires de la sécurité sociale et sur les pages Web de l'actuaire concernant les opérations d'investissement et les avoirs en placement des fonds fiduciaires.

Q28 : Le président Franklin Roosevelt a-t-il fait une série de promesses sur la sécurité sociale, qui ont maintenant été violées ?

R : Cette question fait généralement référence à un ensemble d'informations erronées qui sont propagées sur Internet (généralement par courrier électronique) de temps à autre. (Voir une explication détaillée ici.)

Q29 : J'ai vu une série de questions et réponses sur Internet concernant qui a commencé à taxer les prestations de sécurité sociale, et des questions de ce genre. Les réponses données sont-elles correctes ?


La vraie puissance de la colonne DELTA entre en jeu lorsque vous essayez de calculer des valeurs antidatées telles que le solde ouvert total de l'entreprise au 1er juin 2008. Si vous avez une table d'historique naïve qui stocke uniquement l'ancienne valeur ou uniquement la nouvelle valeur, c'est vraiment une requête tortueuse à écrire, mais si vous avez les deux, c'est vraiment assez facile.

Cette petite requête magique fonctionne car les commandes payées « effaceront » le total. Considérez une commande entrée le 20 mai pour 200,00 $, puis payée le 23 mai. Il aura une entrée +200 dans la colonne BALANCE_DELTA, puis une entrée -200.00 3 jours plus tard. Il contribuera la grande somme de zéro au total.

Mais une commande entrée le 25 mai qui n'a pas été payée avant le 1er juin n'aura qu'une entrée +200 dans la colonne BALANCE_DELTA, elle contribuera donc le montant correct de 200,00 $ au solde au 1er juin.

Si le propriétaire de l'entreprise souhaite un rapport de ses soldes totaux ouverts sur chacun des 30 derniers jours, vous pouvez récupérer deux requêtes et construire son rapport sur le client :


Veto présidentiel

/tiles/non-collection/f/fdr_vetomessage_2008_231_002.xml Collection de la Chambre des représentants des États-Unis
À propos de cet objet En 1935, FDR est venu à la Chambre de la Chambre pour livrer son message de veto en personne.

L'article I, section 7 de la Constitution accorde au Président le pouvoir d'opposer son veto à la législation adoptée par le Congrès. Cette autorité est l'un des outils les plus importants que le président peut utiliser pour empêcher l'adoption de la législation. Même la menace d'un veto peut entraîner des changements dans le contenu de la législation bien avant que le projet de loi ne soit présenté au Président. La Constitution accorde au Président 10 jours (à l'exclusion du dimanche) pour agir sur la législation ou la législation devient automatiquement loi. Il existe deux types de veto : le « veto ordinaire » et le « veto de poche ».

Le veto régulier est un veto négatif qualifié. Le président renvoie la législation non signée à la chambre d'origine du Congrès dans un délai de 10 jours, généralement avec un mémorandum de désapprobation ou un « message de veto ». Le Congrès peut passer outre la décision du président s'il rassemble les deux tiers des voix nécessaires de chaque chambre. Le président George Washington a émis le premier veto régulier le 5 avril 1792. La première dérogation réussie du Congrès a eu lieu le 3 mars 1845, lorsque le Congrès a annulé le veto du président John Tyler sur S. 66.

Le veto de poche est un veto absolu qui ne peut être outrepassé. Le veto devient effectif lorsque le président ne signe pas un projet de loi après l'ajournement du Congrès et est incapable de passer outre le veto. L'autorité du veto de poche est dérivée de l'article I de la Constitution, section 7, « le Congrès, par son ajournement, empêche son retour, auquel cas, ce n'est pas une loi ». Au fil du temps, le Congrès et le président se sont affrontés à propos de l'utilisation du veto de poche, débattant du terme « ajournement ». Le président a tenté d'utiliser le veto de poche pendant les ajournements intra- et intersessions et le Congrès a nié cette utilisation du veto. Le pouvoir législatif, soutenu par des décisions de justice modernes, affirme que le pouvoir exécutif ne peut opposer son veto à la législation que lorsque le Congrès a ajourné sine die une session. Le président James Madison a été le premier président à utiliser le veto de poche en 1812.


Comment les ouragans ont façonné le cours de l'histoire des États-Unis

Bryan Norcross se souvient bien du moment. Il était 3h30 du matin le 24 août 1992, et le météorologue était au milieu d'un marathon de diffusion de 23 heures alors que l'ouragan Andrew, ayant atteint la force de la catégorie 5, s'abattait sur Miami. Il a suggéré à son équipe de déménager du studio dans une salle de stockage adjacente, qui était mieux protégée des vents violents et des pluies dévastatrices qui s'abattaient sur WTVJ-TV.

C'était un signal d'alarme pour de nombreuses personnes qui regardaient la télévision ou écoutaient la radio. "Au fil des ans, des milliers de personnes m'ont dit que c'était à ce moment-là qu'ils ont réalisé que j'étais extrêmement sérieux", se souvient Norcross. « J'avais déjà dit aux gens de se préparer à se mettre sous un matelas dans un placard lorsque le pire est arrivé. C'est à ce moment-là que beaucoup l'ont fait, et quatre heures plus tard, ils ont déplacé le matelas et ont pu voir le ciel. »

Andrew a été l'ouragan le plus destructeur à avoir frappé la Floride, causant plus de 25 milliards de dollars de dégâts, soit environ 46 milliards de dollars aujourd'hui, avec 44 morts. Des dizaines de milliers de maisons, d'entreprises et d'autres structures ont été rasées alors que des vents soutenus de 165 milles à l'heure ont ravagé la région. La tempête aurait une influence durable.

« L'ouragan Andrew est la tempête qui a changé notre façon de gérer les ouragans aux États-Unis », déclare Norcross, qui est maintenant spécialiste principal des ouragans chez The Weather Channel. “Le système de gestion des urgences a été complètement retravaillé. Les codes du bâtiment des ouragans que nous utilisons aujourd'hui sont sortis de cette tempête. En outre, c'était l'ouragan le mieux mesuré à l'époque. Une grande partie de ce que nous savons aujourd'hui sur les ouragans puissants est le résultat de l'ouragan Andrew. Ce fut une tempête séminale à bien des égards.”

L'histoire des ouragans de l'Atlantique est inextricablement liée à l'histoire de ce pays, de sa fondation coloniale à l'indépendance et aux temps modernes. Un nouveau livre à paraître plus tard cet été, Un ciel furieux : l'histoire de cinq cents ans des ouragans américains par l'auteur à succès Eric Jay Dolin, se penche sur les tempêtes qui ont façonné notre société d'une manière que nous ne pouvons peut-être pas réaliser.

"J'aime le long arc de l'histoire américaine et j'adore l'utiliser comme colonne vertébrale pour raconter une histoire plus large", raconte Dolin. Smithsonian. « Les ouragans ont déterminé certaines des choses qui se sont produites dans notre pays, notamment les problèmes culturels, la politique et la façon dont la société traite les problèmes auxquels elle est confrontée : le mouvement des droits des femmes, le racisme, l'évolution de la télévision et plus encore.

Un ciel furieux : l'histoire de cinq cents ans des ouragans américains

Avec Un ciel furieux, l'auteur à succès Eric Jay Dolin raconte l'histoire de l'Amérique elle-même à travers sa bataille de cinq cents ans contre la fureur des ouragans.

Dolin a commencé il y a plus de 500 ans avec l'ouragan de 1502. Cette tempête massive dans les Caraïbes a coulé 24 navires de la flotte de Christophe Colomb au large d'Hispaniola, l'île partagée aujourd'hui par la République dominicaine et Haïti. L'explorateur, qui avait vu l'ouragan approcher alors qu'il était en mer, a mis en garde les habitants de la colonie espagnole de la tempête et a obtenu la distinction de devenir le premier Européen à publier une prévision météorologique dans le Nouveau Monde. L'ouragan était également un signe avant-coureur de ce qui allait arriver pour ces premières colonies.

Un siècle plus tard, en 1609, un puissant ouragan a failli provoquer l'effondrement du premier établissement permanent d'Angleterre à Jamestown, en Virginie. Fondée deux ans plus tôt, la colonie a été en proie à des problèmes dès le début et s'est fortement appuyée sur l'aide de l'Angleterre. Pendant la tempête, un navire de ravitaillement a sombré et a coulé aux Bermudes. Au moment où les navires de secours ont atteint Jamestown, les colons étaient au bord de la famine.

"Compte tenu de l'état déplorable des colons restants, la nourriture à bord du Deliverance and Patience était critique", écrit Dolin. « Si Dieu n'avait pas envoyé Sir Thomas Gates des Bermudes, affirmait une brochure contemporaine publiée à Londres, en quatre jours, ces colons auraient tous péri. »

Les maigres rations qui sont arrivées ont permis à la colonie de survivre à peine jusqu'à l'arrivée d'autres navires de ravitaillement. L'un des survivants, William Strachey, a écrit sur son calvaire, dont William Shakespeare s'est inspiré pour la pièce de 1610 La tempête.

Plus au nord, le grand ouragan colonial de 1635 a frappé les colonies anglaises de Plymouth et la colonie de la baie du Massachusetts. Cette tempête a abattu des centaines de milliers d'arbres, détruit de nombreuses maisons, coulé des navires et tué des dizaines de personnes, dont huit membres de la tribu Wampanaog noyés par l'onde de tempête de 14 pieds. Un homme du nom de Stephen Hopkins, qui était sur le navire de ravitaillement qui a coulé aux Bermudes en 1609 et plus tard un passager d'origine sur le Fleur de mai, était par hasard à Plymouth pour cette tempête.

La carte météo de Joseph Henry était probablement la première du pays. (Archives de l'institution Smithsonian)

Dolin cite également deux tempêtes qui ont même aidé les États-Unis à obtenir leur indépendance. En 1780, deux ouragans majeurs ont traversé les îles des Caraïbes à quelques semaines d'intervalle, le second, connu sous le nom de Grand Ouragan de 1780, tuant environ 17 000 personnes. « [Cela] a contribué à la décision des Français de retirer leurs navires des Caraïbes la saison des ouragans suivante", a déclaré Dolin, « ce qui a coïncidé avec leur navigation vers le nord et leur participation à la bataille de Yorktown. »

Alors que la population du pays augmentait, en particulier le long de la côte atlantique et dans le golfe, les scientifiques et les planificateurs ont cherché à en savoir plus sur la prédiction de la trajectoire de ces super-tempêtes et à défendre nos villes contre elles. The first “real-time” weather map was developed by Joseph Henry, the first secretary of the Smithsonian Institution. Though not used specifically to track hurricanes at first, in 1856 it used new technology to show the movement of storms across the eastern half of the United States with current data provided by telegraph operators.

“Joseph Henry helped shape the world we know when he laid the foundation of a national weather service shortly after becoming the Smithsonian’s first Secretary,” wrote Frank Rives Millikan, a historian with the Joseph Henry Papers Project. “…When Henry came to the Smithsonian, one of his first priorities was to set up a meteorological program. In 1847, while outlining his plan for the new institution, Henry called for ‘a system of extended meteorological observations for solving the problem of American storms.’”

A hurricane that hit Galveston in 1900 killed thousands. (Universal History Archive / Universal Images Group via Getty Images)

No matter the plans set out, the science of the time couldn’t warn communities with enough time to avoid the big one, even as local communities may have had the knowledge at their behest. Along the Gulf of Mexico, for instance, locals could tell when a big blow was coming if the crawfish started moving inland. But government officials were still left unprepared when the giant Galveston Hurricane of 1900 sent a huge storm surge that swept over a barrier island. The area was packed with tourists for the summer season and the hurricane killed 6,000 people, though some estimates place the death toll even higher. The death and destruction inspired the building of a nearly 18,000-foot-long cement seawall, one of the first of its kind.

Dolin wonders if this catastrophe along the Texas coast might have been avoided or at least minimized if officials in this country had been more aware of what others were saying about the development of these storms in the Gulf of Mexico.

“A priest named Benito Viñes in Cuba had been an expert predictor of hurricanes during the late 1800s and actually coordinated his efforts with the United States,” he says. “But because the Americans looked down with condescension on Cubans and their science, they didn’t pay attention to some of the signs that led up to the hurricane in Galveston.”

The most powerful storm– with wind speeds of 185 miles per hour —to make landfall in the U.S. was the Labor Day Hurricane of 1935 . The Category 5 storm killed hundreds of World War I veterans on the Florida Keys who had been moved there following the Bonus Army March on Washington, D.C. three years earlier. Novelist Ernest Hemingway, who helped with recovery efforts, wrote a blistering article titled “Who Murdered the Vets” critical of the government, writing “… wealthy people, yachtsmen, fishermen such as President Hoover and Presidents Roosevelt, do not come to the Florida Keys in hurricane months. There is a known danger to property. But veterans, especially the bonus-marching variety of veterans, are not property. They are only human beings unsuccessful human beings, and all they have to lose is their lives.”

More recently, more and more powerful storms have left their mark. Hurricane Sandy was a late-season arrival in 2012 that barreled up the East Coast and slammed the northeastern United States. Though only a Category 1 upon landfall, the massive “superstorm” fooled many forecasters since it took an unexpected track toward land instead of heading out to sea. Sandy caused $65 billion in damage and flooded many states, including highly populated areas in New Jersey and New York. Power outages shut down the New York Stock Exchange for two days, only the second time in history that weather had caused such a disruption in trading (the first was the Great Blizzard of 1888).

The advent of radar and satellites enabled meteorologists to track hurricanes with greater accuracy and reliability. In addition, modern computers that could predict the paths of storms have greatly enhanced forecasts to the point where weather experts can be reasonably sure of where they are going as much as five days out.

That ability was bore fruit in 2017, when three major hurricanes hit the nation in less than a month as Harvey, Irma and Maria laid waste to coastlines across the South and the Caribbean, particularly Puerto Rico. Damage caused by these devastating storms cost hundreds of billions of dollars with thousands killed. But it could have been worse.

“The only good news to come out of this bruising hurricane season was that the National Hurricane Center’s track forecasts were the most accurate they had ever produced,” Dolin writes. “So, people at least had a good idea of where and when the hurricanes would strike.”

Waves break in front of a destroyed amusement park wrecked by Superstorm Sandy on October 31, 2012 in Seaside Heights, New Jersey. (Mario Tama / Getty Images)

Dolin argues that storms like these will increase in frequency and severity as climate change continues to cause the oceans to warm. “My book does not end on a high note,” he says. “We are in for a rough ride here on out. There is a growing scientific consensus that hurricanes in the future are going to be stronger and probably wetter than hurricanes of the past.”

Norcross, the TV weather forecaster who talked South Florida through Hurricane Andrew, sees an increase in serious storms this year and into the future. He says the average annual number of hurricanes over the past three decades was 12. Today, the figure has crept up to 14 or 15 per year. The odds now favor at least one storm of Category 3 or higher striking the U.S. each season. The National Oceanic and Atmospheric Administration predicts 2020 will spawn 19 named storms with as many as six major hurricanes.

Dolin says policymakers must not only get serious about reducing carbon emissions but also stop new development along shorelines and enforce tougher construction standards in coastal areas against the changes that are already coming.

“We have to have some humility about our place in the fabric of life and the world,” Dolin says. “Mother Nature is in charge. It is our responsibility to take actions that are wise and protect us as much as possible. We can’t bury our heads in the sand and assume the problem is going away – because it’s not.”

À propos de David Kindy

David Kindy est un journaliste, écrivain indépendant et critique littéraire qui vit à Plymouth, Massachusetts. Il écrit sur l'histoire, la culture et d'autres sujets pour Air et espace, Histoire militaire, La Seconde Guerre mondiale, Viêt Nam, Histoire de l'aviation, Providence Journal et d'autres publications et sites Web.


The Game of Pool

The word "pool" means a collective bet, or ante. Many non-billiard games, such as poker, involve a pool but it was pocket billiards that the name became attached to. Another interesting fact is that the term "pool room" now means a place where pool is played, but in the 19th century a pool room was a betting parlor for horse racing. Pool tables were installed so patrons could pass time between races. The two became connected in the public mind, but the unsavory connotation of "pool room" came from the betting that took place there, not from billiards.

The game of pool evolved with many different flavors.

In Britain the dominant billiard game from about 1770 until the 1920's was "English Billiards," played with three balls and six pockets on a large rectangular table. The British billiard tradition is carried on today primarily through the game of "Snooker", which is a complex and colorful game combining offensive and defensive aspects and played on the same equipment as English Billiards but with 22 balls instead of three. The British appetite for snooker is comparable only by the American passion for baseball it is possible to see a snooker competition every day in Britain.

In the U.S. the dominant American billiard game until the 1870's was American Four-Ball Billiards, usually played on a large (11 or 12-foot), four-pocket table with four billiard balls - two of them white and two red. This was a direct extension English Billiards. Points were scored by pocketing balls, scratching the cue ball, or by making caroms on two or three balls. What is a "Carom"? A "carom" is the act of hitting two object balls with the cue ball in one stroke. With many balls, there were many different ways of scoring and it was possible to make up to 13 pints on a single shot. American Four-Ball produced two offspring, both of which surpassed it in popularity by the 1870's. One of the games used simple caroms played with three balls on a pocketless table was something known as "Straight rail" which was the forerunner of all carom games. The other popular game was American Fifteen-Ball Pool, the predecessor of modern pocket billiards.

Fifteen-Ball Pool was played with 15 object balls, numbered 1 through 15. For sinking a ball, the player received a number of points equal to the value of the ball. The sum of the ball values in a rack is 120, so the first player who received more than half the total, or 61, was the winner. This game, also called "61-Pool" was used in the first American championship pool tournament held in 1878 and won by Cyrille Dion, a Canadian. Later in 1888, it was thought more fair to count the number of balls pocketed by a player and not their numerical value. Thus, Continuous Pool replaced Fifteen-Ball Pool as the championship game. The player who sank the last ball of a rack would break the next rack and his point total would be kept "continuously" from one rack to the next.

From 1878 until 1956, pool and billiard championship tournaments were held almost annually, with one-on-one challenge matches filling the remaining months. At times, including during the Civil War, billiard results received wider coverage than war news. Players were so renowned that cigarette cards were issued featuring them. Pool went to war several times as a popular recreation for the troops. Professional players toured military posts giving exhibitions some even worked in the defense industry. But the game had more trouble emerging from World War II than it had getting into it. Returning soldiers were in a mood to buy houses and build careers, and the charm of an afternoon spent at the pool table was a thing of the past. Room after room closed quietly and by the end of the 1950s it looked as though the game might pass into oblivion.


A year later, in August of 1830, the three year old Baltimore & Ohio carried out trials of the Tom Thumb , the work  of Peter Cooper. ਊ month after this event the South Carolina Canal & Railroad Company (SCC&RR) tested its Meilleur ami de Charleston.

The SCC&RR would also be remembered as the first to haul a revenue train with an American-built design when its Meilleur ami de Charleston, a product of the West Point Foundry in New York, carried paying customers on December 25, 1830.

The railroad was chartered on April 24, 1827 to solidify Baltimore's standing as one of America's important ports and provide competition against New York's Erie Canal.  

As the success of these operations, and others, grew railroad mania struck the nation.  The new form of transportation could operate in all types of weather and move people and goods at previously unheard of speeds. 

Notable Early Railroads

By 1840, states east of the Mississippi River boasted over 2,800 miles of track and a decade later that number had more than tripled to over 9,000. During these early years much of the trackage was still disconnected and largely concentrated in the Northeast.  

There were also a variety of different gauges in service, ranging from 4 feet 8 1/2 inches (which later became standard) to six feet.  

Unfortunately, traveling could be a tricky, proposition as railroads saw no need to develop safe operations. ਎ven after development of modern "T"-rail, old strap-iron rail was still used for many years.  

A Santa Fe company photo featuring a beautiful lineup of FT's sitting outside the shops at Barstow, California circa late 1940s. Author's collection.

This led to cases of deadly "snake heads" where iron straps came loose from their attached wooden planks and tore into the under-frame of cars, injuring or killing passengers.  In addition, cars themselves were not reinforced to better withstand the carnage during derailments.  

Railroads used their power to influence politicians and avoid infrastructure improvement and safety enhancements, such as knuckle-couplers and air brakes.  Such things only cost money.  

In their greed they even refused to interchange freight with one another.  This arrogant attitude eventually led to extreme regulatory oversight.  

Who Invented The Railroad?

Who invented the railroad?  As mentioned elsewhere in this article, the first chartered railroad in the United States was the New Jersey Railroad Company of 1815 while the Granite Railway was the first actually put into service in 1826. 

However, railroading's roots can be traced back centuries before the modern incarnation was born during the 19th century.  As with many of our contemporary transportation technologies, the railroad came about gradually over time. 

Many different individuals are recognized for developing a number of different devices which found their way into what would now be described as the modern-day railroad of the 1820's. 

According to historian Mike Del Vecchio's book, "Les chemins de fer à travers l'Amérique," the very first railroad-like operation was opened in England during 1630 which used wooden rails, with wooden cross-ties (or "sleepers") for lateral support, to haul coal.

The first known implementation of iron rails occurred at Whitehaven, Cumberland in 1740, followed by William Jessop's (Loughborough, Leicestershire) invention of the flanged wheel in 1789.  The steam engine is attributed to Thomas Newcomen who received a patent for his design in 1705. 

It was later improved upon by James Watt in 1769 who realized expanding steam was much more powerful and efficient than Newcomen's condensing version.  He first employed the engine in steamboats, which later made their way to the United States. 

George Stephenson is credited as inventor the modern railroad when the Stockton & Darlington was placed into service in 1825.

Before Colonel John Stevens tested his "Steam Waggon" in 1826, the first patent for a steam locomotive is credited to Englishmen Richard Trevithick and Andrew Vivian in 1802. 

It entered service in 1804 along the Merthyr-Tydfil Railway in South Whales where it pulled loads of iron ore along a tramway.  Two decades would pass before the first modern version appeared, the work of George Stephenson. 

Although often overlooked, the very first device which could be described as a "locomotive" was the work of a Frenchman, Nicolas-Joseph Cugnot, in 1769.  It was steam-powered but did not run along a fixed trackway. 

Today, this historic piece of engineering still survives, housed and on display at the Musée des Arts et Métiers in Paris.  All modern locomotives and automobiles can trace their heritage back to this machine. 

Once more, Britain earns the recognition as putting the first contemporary railroad into operation when the Stockton & Darlington Railway formally opened on September 27, 1825. 

Mr. George Stephenson, a well-known builder of early steam locomotives, was also heavily involved in this project: he surveyed the route, gauged the rails to 4 feet, 8 inches (only a 1/2-inch narrower from the width which would later be recognized worldwide as standard-gauge) and, of course, furnished the locomotives. 

His little 0-4-0, named Active (later renamed Locomotion No. 1) was placed into service that day, earning Stephenson recognition as creator of the modern railroad.  His designs would also find their way onto early U.S. railroads until American builders became well-established. 

For their many advantages, some in public simply did not like the iron horse. ਊs John Stover points out in his book, "The Routledge Historical Atlas Of The American Railroads," one school board in Ohio described them as a "device of the devil" while those overseeing the Massachusetts turnpike called them "cruel turnpike killers" and "despisers of horseflesh."  

There was even a claim that rail travel would cause a "concussion of the brain." ꃞspite corporate malfeasance and the public's weariness, the efficiency and speed trains offered could simply not be argued.  

Chicago Great Western F3A #115-A has freight #43 along the main line at Kenyon, Minnesota (roughly 50 miles south of the Twin Cities) on August 31, 1962. Roger Puta photo.

During the Civil War railroads once more proved their worth as they quickly transported men and material to the front lines at speeds not previously possible.  

The North effectively harnessed this advantage, as historian John P. Hankey points out in his article, "The Railroad War: How The Iron Road Changed The American Civil War," from the March, 2011 issue of Trains Magazine.  

Its ability to do so was predominantly why it won the war. 򠯯ore hostilities had ended efforts were already underway to link the entire continent by rail.  

With the creation of the Pacific Railway Act, signed into law by President Abraham Lincoln on July 1, 1862, authorizing construction of the Transcontinental Railroad.  

The new legislation formed the Union Pacific Railroad to build west from the Missouri River at Omaha, Nebraska while the Central Pacific struck out eastward from Sacramento, California. ਋oth companies were given large tracts of land to complete their respective sections. 

Small-town America. Santa Fe F7A #335 is southbound with a maintenance-of-way (MOW), weed-spraying train as it passes through the little hamlet of Glen Flora, Texas on the now-abandoned Cane Belt Branch during June of 1976. Gary Morris photo.

After several years of hard work, particularly for the Central Pacific, the two met at Promontory Point, Utah during a formal ceremony held on May 10, 1869.  

Without the Pacific Railway Act our country's history would likely be very different as rail travel opened the west to new economic opportunities.  

After the Transcontinental Railroad's completion the industry exploded by the 1890s there were more than 163,000 miles in operation.  

Eventually, four major railroads established direct lines from the Midwest to West Coast including the Great Northern, Northern Pacific, Santa Fe, and Chicago, Milwaukee, St. Paul & Pacific (Milwaukee Road) while others worked together in linking both points.  

Conrail GG-1 #4800 ("Old Rivets," the original GG-1), in its vibrant Bicentennial livery, stopped at Leaman Place, Pennsylvania at the interchange with the Strasburg Railroad. Jerry Custer photo.

The era also saw many other advances as the late historian Jim Boyd notes in his book, "The American Freight Train." ꂯter several years of distrust a standard track gauge of 4 feet, 8 1/2 inches was adopted during the 1880s along with development of the automatic coupler and air brake.  

All three initiatives proved revolutionary, allowing for greater efficiency and much safer operations. ਏrom the late 19th century though the 1920's railroads enjoyed their greatest dominance and profitability in particular was the year 1916, which saw mileage peak at over 254,000 and railroads carried virtually 100% of all interstate traffic. 

Rail Mileage Throughout The Years

Below is a timeline of railroad mileage throughout the years: 

A Baltimore & Ohio 4-6-2 heads a local passenger train as it eases into the station at Williamstown, West Virginia some time during the 1940s. Passenger service on the Ohio River Subdivision survived until the mid-1950s. Author's collection.

1916: 254,037 Miles (Peak Mileage)

An Ohio River Rail Road 4-6-0 leads a work train near Parkersburg, West Virginia during the line's construction circa 1884. Author's collection.

Sources:  "The Routledge Historical Atlas Of The American Railroads," by John F. Stover.  New York: Routledge, 1999. �ral Railroad Administration's "Summary Of Class II and Class III Railroad Capital Needs And Funding Source" Report (October, 2014)

Penn Central U25Bs #2685 and #2674 lead a southbound Erie Lackawanna freight through North Tonawanda, New York on August 5, 1973. Doug Kroll photo.

During the 1930s the streamliner era hit the nation, all in an attempt to sway patrons back to the rails.  These fast, sleek new machines provided a new perk color and modernity never before seen.  

The industry's transportation dominance ended after World War II, as a long decline followed thereafter.  In response, the so-called mega-merger movement was launched in the 1950s in an attempt to cut costs through consolidation.

At the time the move was only partially successful as railroads slipped into despair by the 1970's.

The common observer could see this for themselves as tracks became weed-choked while trains were dilapidated. ਏor carriers like the Rock Island and Penn Central, both on the verge of complete shutdown, dirty and barely operational equipment was not uncommon.  

What happened in the 1970's has many causes although it can arguably be traced back to expanded powers placed upon the Interstate Commerce Commission following the passage of the Elkins Act (1903) and, in particular, the Hepburn Act (1906) and Mann-Elkins Act (1910).  

The latter two legislative actions gave ICC the authority to set freight rates and force railroads to explain why any rate change should be implemented.  

An A-B-A-B-B set of Santa Fe covered wagons, led by F7A #301, pulls the westbound San Francisco Chief during one of its final runs through Hercules, California in April of 1971. Amtrak was only a few days away. Drew Jacksich photo.

It was a lengthy, time-consuming process that was rarely successful.  The expanded federal oversight was all brought about to limit railroads' power as many executives had grown arrogant and forgetful of their ultimate purpose, to serve the public interest.  

Unfortunately, the legislation went too far and had placed an increasing burden on the industry by the post-World War II period, at which point they no longer held a transportation monopoly.  

During the 1970s several famous companies went under, now termed fondly as "fallen flags."  The decade also saw the collapse of Northeastern rail service following Penn Central's 1970 bankruptcy.  

Its failure led to others as neighboring railroads filed for reorganization. What eventually came out of the mess was the Consolidated Rail Corporation.  

A federally-funded corporation to restore service, Conrail began on April 1, 1976. ਊ few years earlier, also partially in response to PC's downfall, another government-sponsored railroad was born, the National Railroad Passenger Corporation (Amtrak).  It launched on May 1, 1971 and relieved many of their money-losing passenger services.

Before Penn Central was folded into Conrail, Federal Railroad Administrator John Ingram highlighted the difficulty for any railroad to abandon an unprofitable branch.  While touring the former Pennsylvania Railroad's Delmarva Peninsula trackage he said this during a speech highlighting the PC's plight:

"Let me tell you a little story about the abandonment of unprofitable branch lines.  One weekend last summer I was headed for Rehoboth Beach, Delaware, to enjoy the Atlantic Ocean.  

You have to drive across the Eastern Shore of Maryland to get there, and I asked my staff to list a few of those Eastern Shore branch lines that the Penn Central wants to abandon. 

I wanted to see for myself - perhaps count the boxcars on sidings to see if there really was a shortage of business.  I drove to the area, checked my maps, and simply couldn't findਊnything that looked like a railroad.  

On Monday morning, I hollered at my staff for having sent me off on a wild goose chase, but they stuck to their guns.  So we went back - this time with property maps and a surveyor.  

We found the branch line, all right. ਊt one place it was directly under a junkyard full of wrecked cars. ਊt another point the highway department had covered the tracks with at least eight inches of pavement.  

And just off the road we found a six-inch wide tree growing between the rails.  That line had been completely forgotten, yet grown men were arguing before the ICC that that stretch of track was vital to the Nation's economy!"

A postcard of Northern Pacific's train #1, the westbound transcontinental "Mainstreeter" (Chicago - Seattle), at Fargo, North Dakota in a scene that likely dates to the 1950s. Author's collection.

Railroads of today would likely be very different if it wasn't for the Staggers Rail Act of 1980, proposed by Harley Staggers of West Virginia.  Prior to this legislation there had been discussions of simply nationalizing the entire industry, a scary proposition that both executives and those in the government wished to avoid.  

The bill brought a great level of deregulation as railroads regained their footing thanks to renewed freedom in setting freight rates and abandoning unprofitable rail lines.

The 1980s saw a slow recovery as Conrail posted its first profits in late 1981 and the mega-merger movement continued, creating today's Norfolk Southern Railway and CSX Transportation that decade. je

Also, Union Pacific purchased the Chicago & North Western while Norfolk Southern and CSX gobbled up Conrail in 1999.  The freight growth has continued into the 21st century.  We have also seen a renaissance in rail travel as folks look to escape the highway gridlock.


General World History

MODERN MYTH
There are always weird Rumors that get started and somehow are percieved as Fact. See what is true and what is myth at The AFU & Urban Legends Archive!

NEWS STORIES FROM THE PAST
TV News Archive: Vanderbilt University, Nashville, Tennessee
Evening News Abstracts - find the major news stories since 1968
OLD NEWS homepage - Historical Newspaper Articles
TIME Magazine Archives - TIME Archives - TIME Magazine Back Issues - See above for Time Person of the Year covers.
LIFE Magazine's Classic(and Wackiest) Covers
Links to more Historical News Stories can be found according to time period/topic on my Table of Contents page.

TIMELINES
History of the World - TIMELINES
History Timelines on the Web . The History Beat
For many more timelines, please check out my Maps, Flags, Timelines page or the specific topics or time periods listed on my Table of Contents.

WHO/WHAT MADE AN IMPACT IN THE 20TH CENTURY & THE MILLENNIUM.
Check out my 20th Century America page.

IT'S JUST A MATTER OF TIME
For info on Time, Calendars, etc., please visit my Maps, Flags, Timelines page.


Voir la vidéo: Les États-Unis testent leur nouveau porte-avions gigantesque de 13 milliards de dollars