Introduction : Comprendre le monde moderne

Introduction : Comprendre le monde moderne


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Dans son livre, La philosophie de l'histoire (1832), Friedrich Hegel a soutenu que : « Les peuples et les gouvernements n'ont jamais rien appris de l'histoire, ni n'ont agi selon les principes qui en ont été déduits. (1) Selon Aldous Huxley, cela n'a pas changé au 20e siècle : « Que les hommes n'apprennent pas grand-chose des leçons de l'histoire est la plus importante de toutes les leçons que l'histoire a à enseigner. (2)

Je n'accepte pas cette vision de l'histoire et préfère bien plus l'opinion exprimée par Edmund Burke en 1790 : « Les gens n'attendront pas la postérité, ceux qui ne regardent jamais en arrière vers leurs ancêtres. (3) Le philosophe Soren Kierkegaard a ajouté que « la vie ne peut être comprise qu'en arrière ; mais elle doit être vécue en avant ». Ou comme le dit George Santayana : « Ceux qui ne peuvent pas se souvenir du passé sont condamnés à le répéter. » (4) Il est significatif que ces mots soient inscrits sur une plaque au camp de concentration d'Auschwitz. Rien de plus important que d'utiliser notre étude de l'histoire pour empêcher que des événements tels que l'Holocauste ne se reproduisent.


Les politiciens se réfèrent souvent à des événements historiques pour justifier les actions qu'ils ont entreprises. Par exemple, lorsque George Bush et Tony Blair ont décidé de retirer Saddam Hussein du pouvoir, ils l'ont comparé à Adolf Hitler et eux-mêmes à Winston Churchill. Ils ont critiqué ceux qui exhortaient à la prudence comme étant comme Neville Chamberlain et Lord Halifax à la fin des années 1930. Par conséquent, la politique gouvernementale d'apaisement était similaire à celles préconisant des négociations avec Hussein.

Ceux qui n'étaient pas d'accord avec Bush et Blair tenaient à se référer à un autre conflit international récent. Ils ont fait valoir qu'une invasion de l'Irak pourrait entraîner une autre guerre du Vietnam. Il a été souligné qu'aucune grande puissance n'avait réussi à supprimer une petite nation depuis que Hitler a pris le contrôle de pays en Europe en 1940. Cependant, une fois que les gens ont commencé à adopter la guérilla en réponse aux occupations nazies, comme en Union soviétique et en Yougoslavie, il est devenu impossible pour Hitler de gagner et a changé la guerre pour toujours. (5)

Lors du récent débat sur le référendum de l'UE, David Cameron a suggéré que si nous quittions l'organisation, nous pourrions être responsables d'une nouvelle guerre mondiale : « L'isolationnisme n'a jamais bien servi ce pays. Nous avons toujours dû y retourner, et toujours à un coût beaucoup plus élevé. Les rangées de pierres tombales blanches dans les cimetières de guerre du Commonwealth, entretenus avec amour, témoignent silencieusement du prix que ce pays a payé pour aider à rétablir la paix et l'ordre en Europe. Pouvons-nous être si sûrs que la paix et la stabilité sur notre continent sont assurées sans l'ombre d'un doute ? Est-ce un risque à prendre ?" (6)

Ses opposants pourraient souligner que notre implication dans la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale n'a pas été causée par l'isolationnisme mais par l'engagement dans la politique européenne. Ce sont des alliances militaires avec d'autres pays européens qui nous ont amenés à nous impliquer dans ces deux conflits internationaux. C'était peut-être une bonne chose, mais ce n'était certainement pas de l'isolationnisme.

Simon Jenkins est allé plus loin dans l'histoire pour attaquer la théorie de Cameron : « La meilleure chose qui soit arrivée à l'Angleterre médiévale a été sa défaite dans la guerre de Cent Ans et la fin des ambitions anglaises sur le continent européen. La meilleure chose qui soit arrivée au XVIe siècle était le rejet par Henri VIII de la papauté paneuropéenne. La politique la plus sage de sa fille, Elizabeth I, était un isolationnisme si rigide qu'elle rejetait un prétendant continental après l'autre. La Grande-Bretagne a repoussé toutes les tentatives de la France et de l'Espagne pour restaurer le catholicisme européen, et accepté un monarque hollandais et un monarque allemand strictement sur la base de la souveraineté parlementaire britannique. » Il poursuit en disant qu'en 1734, Robert Walpole, le premier ministre britannique, pouvait fièrement dire à la reine Caroline : « Madame, il y a 50 000 hommes tués cette année en Europe, et pas un Anglais. (7)

Boris Johnson a également utilisé des exemples de l'histoire dans le but de persuader le public britannique de voter "Non" au référendum sur l'UE. S'adressant au Télégraphe du dimanche, Johnson a déclaré que l'histoire européenne avait vu des tentatives répétées de redécouvrir "l'âge d'or de la paix et de la prospérité sous les Romains". Johnson a déclaré au journal: "Napoléon, Hitler, diverses personnes ont essayé cela, et cela se termine tragiquement. L'UE est une tentative de le faire par différentes méthodes." (8)

Johnson aurait pu ajouter que ce n'est que lorsque Merkel, Napoléon et Hitler se sont dirigés vers l'est de l'Europe qu'ils ont eu des ennuis. Il aurait pu avoir raison sur les faits, mais comme Ken Livingstone, lorsqu'il a fait référence aux négociations d'Hitler avec les dirigeants sionistes en 1936, lorsqu'il a discuté de la controverse sur l'antisémitisme, cela ne s'est pas très bien passé. Comme l'a souligné un commentateur politique, « invoquer les fantômes d'Hitler et des nazis dans tout argument politique est une stratégie profondément dangereuse ». (9)

Ce ne sont pas seulement les politiciens qui sélectionnent des preuves de l'histoire pour soutenir un argument politique. Il en est de même des historiens qui, comme les politiques, ont une idéologie. Herbert R. Finberg a argumenté de manière convaincante : « L'histoire exempte de toutes valeurs ne peut pas être écrite. En effet, c'est un concept presque impossible à comprendre, car les hommes ne prendront guère la peine d'enquêter laborieusement sur quelque chose qu'ils n'accordent aucune valeur ». (dix)

L'historien E. H. Carr l'illustre dans son livre, Qu'est-ce que l'histoire (1961) : « Les faits ne sont vraiment pas du tout comme des poissons sur la dalle du poissonnier. de l'océan dans lequel il choisit de pêcher et du matériel qu'il choisit d'utiliser – ces deux facteurs étant, bien sûr, déterminés par le type de poisson qu'il veut attraper. L'histoire, c'est l'interprétation." (11)


Même les faits dont dispose l'historien posent problème. Par exemple, il a été dit que les gens vivant au 13ème siècle étaient dévotement religieux. Tous les faits dont nous disposons suggèrent que ce fut le cas. Geoffrey Barraclough, l'historien médiéval, a souligné que les faits à notre disposition ont été présélectionnés pour nous par des personnes qui y croyaient et voulaient que les autres le croient. L'historien est donc dépendant des historiens, scribes et chroniqueurs de l'époque. Barraclough soutient que « l'histoire que nous lisons, bien que basée sur des faits, n'est, à proprement parler, pas du tout factuelle, mais une série de jugements acceptés ». (12)

L'histoire est plus un art qu'une science. Un historien ne peut jamais être complètement objectif. Comme l'historien et théologien allemand Ernst Troeltsch l'a expliqué il y a de nombreuses années : « Nous tirons notre éthique de notre histoire et jugeons notre histoire par notre éthique. Les historiens sont des personnes importantes et jouent un rôle vital dans notre survie. Comme le soulignait H. G. Wells, qui en tant que romancier était animé par l'idéologie : « L'histoire humaine devient de plus en plus une course entre l'éducation et la catastrophe. (13)

En tant que jeune étudiant, je me souviens d'avoir une affiche sur mon mur sur le fait d'être historien. Il comprenait le proverbe africain : « Jusqu'à ce que le lion ait son propre historien, le récit de la chasse glorifiera toujours le chasseur. » C'est à cette époque que je me suis impliqué dans le mouvement des Ateliers d'histoire qui prônait « l'histoire d'en bas » et produisait ce qui est devenu l'« histoire des peuples ». Dans les premières années, cela signifiait principalement l'histoire de la classe ouvrière, mais au fil du temps, cela s'est élargi pour inclure la nouvelle histoire des femmes. Son fondateur, Raphaël Samuel, a appelé les historiens "à récupérer activement l'histoire des gens ordinaires et de leurs mouvements". (14)

Quand je suis entré dans l'enseignement, j'étais déterminé à encourager mes étudiants à étudier la vie des gens ordinaires ainsi que les noms bien connus de ceux qui nous ont gouvernés. Le premier matériel pédagogique que j'ai produit traitait de la vie des soldats servant dans les tranchées sur le front occidental. Bien sûr, aujourd'hui, cela n'a rien d'inhabituel, mais dans les années 1970, les manuels d'histoire abordaient le sujet de manière très différente.

Nous avons également examiné la vie des femmes pendant la guerre. Des personnes telles que Sylvia Pankhurst, Enid Bagnold, Mary Borden, Mary Allen, Chrystal Macmillan, Helen Gwynne-Vaughan, Dorothy Lawrence, Flora Sandes, Katharine Furse, Vera Brittain, Margaret McMillan, Elsie Inglis, Margaret Dawson, Florence Farmborough, Margery Corbett- Ashby, Eveline Haverfield, Selina Cooper, Helena Swanwick, Christabel Pankhurst, Margaret Storm Jameson et Hannah Mitchell (une liste complète peut être trouvée ici).

Tous les historiens sont d'accord sur des événements importants qui doivent être étudiés. Cependant, ils sont en désaccord sur la façon dont il est étudié. Par exemple, prenons le sujet de la guerre civile anglaise. Les historiens ont écrit des livres sur le sujet sans regarder en détail les groupes qui ont émergé pendant le conflit tels que les Levellers, Diggers et Ranters. Très peu d'historiens écrivant sur cette guerre mentionnent les noms de Katherine Chidley, Mary Overton et Elizabeth Lilburne, pourtant elles ont joué un rôle important dans les premiers combats pour la démocratie. Ce n'est pas comme si nous n'avions pas d'informations sur ces personnes. Des centaines de brochures ont survécu qui ont été écrites par ces radicaux. Nous savons ce qu'ils pensaient de la situation dans laquelle ils se trouvaient, mais les historiens ont ignoré leur voix pour des raisons idéologiques.

Un historien, comme un journaliste, sait que le moyen le plus efficace d'influencer l'opinion est de sélectionner et d'organiser les faits appropriés. Selon les mots d'E. Carr : « L'historien est nécessairement sélectif. La croyance en un noyau dur de faits historiques existant objectivement et indépendamment de l'interprétation des historiens est une erreur absurde, mais qu'il est très difficile d'éradiquer. (15)

Cette approche de l'histoire est loin d'être objective. Pour l'historien, le sujet est beaucoup trop important pour être ce genre d'étude. Si je n'avais pas d'opinions tranchées sur l'histoire, je ne pourrais jamais rassembler l'énergie nécessaire pour écrire un livre sur le sujet. Mon ancien professeur d'histoire, Arthur Marwick, citait Keith Thomas à propos de son historien : « La justification de toute étude historique doit être en fin de compte qu'elle renforce notre conscience de soi, nous permet de nous voir en perspective et nous aide vers cette plus grande liberté qui vient de la connaissance de soi. (16)

Au XIXe siècle, les historiens pensaient qu'il était possible d'écrire une histoire objective. John Dalberg-Acton a soutenu qu'il était possible d'écrire une histoire objective (il l'appelait « l'histoire ultime ») une fois que nous avions étudié toutes les sources disponibles. « C'est une occasion unique d'enregistrer, de la manière la plus utile au plus grand nombre, la plénitude du savoir que le XIXe siècle s'apprête à léguer... Par la division judicieuse du travail nous devrions pouvoir le faire, et apporter à chaque homme le dernier document et les conclusions les plus mûres de la recherche internationale. L'histoire ultime que nous ne pouvons pas avoir dans cette génération ; mais... maintenant que toutes les informations sont à portée de main, et que chaque problème est devenu capable de solution." (17)

Au siècle suivant, les historiens commencèrent à remettre en question le concept d'histoire objective. Le professeur Sir George Clark, a expliqué dans son introduction à La nouvelle histoire moderne de Cambridge (1957) que Lord Acton avait eu tort de croire en la possibilité de produire l'histoire « ultime » : « Les historiens d'une génération ultérieure ne s'attendent pas à une telle perspective. que la connaissance du passé a traversé un ou plusieurs esprits humains, a été traitée par eux, et ne peut donc pas consister en atomes élémentaires et impersonnels que rien ne peut altérer... puisque tous les jugements historiques impliquent des personnes et des points de vue, on est aussi bon qu'un autre et il n'y a pas de vérité historique objective." (18)

En tant qu'historiens, nous devons constamment reconsidérer notre passé. Christopher Hill, une autre figure importante de mon évolution en tant qu'historien, a un jour commenté : « L'histoire doit être réécrite à chaque génération, car bien que le passé ne change pas le présent, c'est le cas ; chaque génération pose de nouvelles questions sur le passé et découvre de nouveaux domaines. de sympathie alors qu'il revit différents aspects des expériences de ses prédécesseurs." (19)

L'historien est toujours confronté au problème d'être contrôlé par les faits disponibles. Carl L. Becker, a soutenu de manière controversée que « les faits de l'histoire n'existent pour aucun historien jusqu'à ce qu'il les crée ». (20) L'historien et les faits de l'histoire sont nécessaires l'un à l'autre. « L'historien sans ses faits est sans racines et futile ; les faits sans leur historien sont morts et dénués de sens ». La véritable fonction de l'historien est de « maîtriser le passé et de le comprendre comme la clé de la compréhension du présent ». (21)


L'histoire des Caraïbes est-elle la clé pour comprendre le monde moderne ?

Quatre éminents érudits examinent une question historique d'une énorme résonance contemporaine.

« Les Caraïbes sont devenues un foyer de rivalités entre Européens, un lieu où se sont déroulées des luttes impériales »

Carla Gardina Pestana, auteur de La conquête anglaise de la Jamaïque : la candidature d'Oliver Cromwell pour l'empire (Belknap Harvard, 2017).

Les Caraïbes ont inauguré le monde moderne. Plus tristement célèbre, c'était le site d'un esclavage racial à part entière - une horrible institution fondée sur la marchandisation des personnes en tant qu'objets d'exploitation - qui a été perpétré à une échelle massive. La population caribéenne se mélangeait non seulement aux Européens, aux Africains et aux Américains indigènes, mais abritait également une grande diversité au sein même de l'Europe. Tous les groupes qui ont traversé l'Atlantique depuis l'Europe sont venus aux Antilles, y installant des avant-postes coloniaux rivaux, mais aussi vivant ensemble dans des colonies spécifiques et atteignant des niveaux de diversité que l'on ne voit que dans la plus polyglotte des villes européennes.

Les Caraïbes sont devenues un foyer de rivalités entre Européens, un endroit où se livraient des combats impériaux. La valeur accordée à la région a favorisé ces luttes pour le pouvoir. La grande valeur des Caraïbes est née de deux faits qui ont également signalé sa centralité dans la modernité. C'était une passerelle pour l'argent extrait des Amériques, qui a financé l'empire mondial des Habsbourg et a alimenté une économie mondiale émergente vers la modernité. Et (avec le Brésil) c'était le lieu de la création d'économies de plantation basées sur l'esclavage racial. Ces économies de plantation ont été au cœur de la création du modèle d'exploitation économique de l'usine qui a fait des colonies de plantation les avoirs les plus précieux des colonisateurs européens au XVIIIe siècle, y compris à la fois le Saint-Domingue français et la Jamaïque britannique. Le sucre et l'argent ont également eu des effets dévastateurs sur l'environnement, un autre précurseur des économies modernes d'exploitation.

Tous ces éléments – l'esclavage racial, la diversité, la violence impériale pour atteindre la supériorité, l'exploitation économique oppressive à grande échelle et les profits stupéfiants qui en résultent – ​​ont annoncé l'avènement d'une réalité mondiale moderne, interconnectée, d'inégalité, de consommation de masse et de mépris de l'environnement. Ce n'est qu'en comprenant la place centrale des Caraïbes dans cette expérience que nous pourrons nous réconcilier avec les héritages avec lesquels nous nous débattons encore aujourd'hui.

« Les Caraïbes ont été le berceau de l’anticolonialisme moderne »

Marlene Daut, professeur d'études sur la diaspora africaine à l'Université de Virginie

Les Caraïbes ont été le berceau de l'anticolonialisme moderne. Habitée par l'homme depuis 5 000 ans avant JC, l'île d'Ayiti, rebaptisée La España par les Espagnols au XVe siècle, a été le site initial d'un conflit entre les colonisateurs espagnols et les occupants existants de la région. L'écrivain et homme politique haïtien du XIXe siècle, le baron de Vastey, a situé le modèle de l'indépendance haïtienne ultérieure dans la résistance des « premiers Haïtiens ».

Après l'apparition de Christophe Colomb sur Ayiti en 1492, l'exécution d'Anacaona, reine de Xaragua (l'une des cinq principales principautés d'Ayiti). En 1504, avec 300 Xaraguais, Anacaona a été contraint d'assister à une fête donnée par le gouverneur espagnol, Nicolás de Ovando. Elle a été arrêtée, accusée de trahison puis pendue. Son exécution a été suivie d'une guerre, au cours de laquelle les Espagnols ont massacré la quasi-totalité de la population des Xaraguais. Le mari d'Anacaona, Caonabo, était décédé huit ans plus tôt sur le navire sur lequel il était déporté vers l'Espagne.

Orphelin de guerre, le petit-neveu d'Anacaona et Caonabo, Enrique, est contraint à la servitude dans un couvent où il apprend à admirer le médecin espagnol Bartolomé de las Casas. Mais en 1519, maltraité en l'absence de son bienfaiteur, Enrique se révolta. Après avoir acquis des armes, il a convaincu des centaines d'autres Ayitiens, ainsi que des Africains réduits en esclavage, de se joindre à lui dans une révolte de 14 ans contre les Espagnols dans les montagnes de Bahoruco (aujourd'hui République dominicaine). En 1533, un nouveau gouverneur espagnol a été contraint de reconnaître l'autonomie d'Enrique dans ce qui est devenu le premier traité marron.

Les révolutionnaires haïtiens ont pris le manteau de l'anticolonialisme lorsque, dans leur déclaration d'indépendance de 1804, ils ont abandonné le nom de Saint-Domingue, donné à l'ouest de l'île par les Français en 1697, et ont déclaré qu'Haïti, nommé en l'honneur du l'histoire partagée par les Ayitiens et les Africains, serait définitivement libre d'esclavage. Leurs actions ont inspiré de nombreux anticolonialistes du XXe siècle, comme Aimé Césaire, qui a déclaré : « Haïti est le lieu où la négritude s'est levée pour la première fois et a proclamé qu'elle croyait en sa propre humanité.

« Les Caraïbes comptent à cause de l'esclavage et de son héritage »

Stephen Wilkinson, maître de conférences en politique et relations internationales à l'Université de Buckingham

Si vous deviez demander aux historiens une date à laquelle argumenter que la modernité a commencé, alors le 12 octobre 1492 serait un bon candidat. Car ce jour-là, lorsque les Arawaks ont « découvert » Colomb sur leur plage, ainsi a commencé l'histoire de « l'Occident », de la frontière et de l'Atlantique. Le voyage de Colomb était plus important que son arrivée. Car non seulement cela a dissipé l'idée que le monde était plat, mais lui et son équipage ont également prouvé la possibilité de traverser un océan au-delà de la vue de la terre. L'ère de l'exploration a commencé avant le départ de Colomb, mais avec ce voyage, il a ouvert l'ère européenne de la navigation et l'ère de l'empire maritime transocéanique.

Colomb a également commencé autre chose. Lors de son deuxième voyage, il a navigué avec à son bord des esclaves africains et des plants de canne à sucre. Le voyage fut ainsi le prototype des centaines de milliers qui suivirent, qui devinrent la source d'une accumulation de capital qui allait dominer le monde transatlantique pendant les 350 prochaines années. Les Caraïbes sont importantes à cause de l'esclavage et de son héritage. Le système de plantation, le moment mercantiliste, le colonialisme, la révolution industrielle, le consumérisme et tout ce que nous associons au monde moderne, y compris les notions de citoyenneté, de liberté individuelle, d'anticolonialisme et de construction nationale, remontent tous aux Caraïbes. Comme l'a montré la récente controverse sur les statues d'esclavagistes, contempler les Caraïbes dans l'histoire, c'est aborder les questions de qui nous sommes, ce que nous croyons et comment nous sommes arrivés ici.

Prenez Haïti. En 1804, les Haïtiens ont mené à bien la première révolte des esclaves de l'histoire et sont devenus le premier et, jusqu'à présent, le seul pays à s'identifier comme « Noir » avec la première constitution au monde qui reconnaissait les droits de tous ses citoyens, quelle que soit leur couleur. de leur peau. Comme C.L.R. James et Lillian Guerra l'ont souligné, Haïti a changé l'histoire en bouleversant ce que presque tout le monde dans le monde atlantique tenait pour acquis. Dans la plus étrange des bizarreries, 60 ans avant la déclaration d'émancipation aux États-Unis, c'est sur la même île des Caraïbes où Colomb a tout commencé que la lutte pour la libération du colonialisme et du racisme a eu sa première victoire.

« Au tournant du 20e siècle, les Caraïbes sont tombées sous l'emprise des États-Unis »

Ada Ferrer, Julius Silver Professeur d'histoire et d'études latino-américaines à l'Université de New York

La Caraïbe, archipel de premières, a une histoire conséquente. Ce fut le premier site du colonialisme européen, avec sa cavalcade de conquêtes violentes, de maladies, de dépossession, d'extraction et de génocide. Plus tard, il a servi de berceau à l'esclavage racial moderne. Sur les plus de dix millions de captifs africains emmenés dans le Nouveau Monde, près de la moitié ont débarqué dans les Caraïbes, principalement pour travailler dans le sucre. Le système a créé de vastes richesses pour ceux qui les revendiquaient comme propriété et pour les nations qui gouvernaient les îles.

Au tournant du 20e siècle, les Caraïbes sont tombées sous l'emprise d'une nouvelle puissance impériale, les États-Unis. Les interventions militaires sont devenues des occupations de routine qui duraient parfois des décennies. Ils ont protégé des investissements massifs, dans l'agriculture, l'exploitation minière et plus encore. Au milieu du siècle, des interventions et d'autres formes de pression plus subtiles protégeaient également le statut de superpuissance américaine. La confrontation la plus dramatique, concernant les missiles nucléaires soviétiques à Cuba, s'est produite dans les Caraïbes. Bien qu'il s'agisse d'un épisode de la guerre froide, il est né et s'est déroulé de la même manière qu'en raison de conflits plus anciens concernant le régime impérial et l'autodétermination qui remontaient à l'époque de l'esclavage.

Les Caraïbes ont également été le foyer des premiers défis de l'esclavage et du colonialisme. La Révolution haïtienne a été la deuxième révolution anticoloniale au monde. Mais c'était le premier fondé sur la lutte contre l'esclavage et le racisme, car ses dirigeants noirs ont annoncé au monde que les droits de l'homme étaient également leurs droits. Il a également produit la première émancipation moderne des esclaves au monde, initialement imposée aux autorités coloniales par les actions des esclaves. Les révolutions ultérieures à Cuba – celle du XIXe siècle contre l'Espagne et celle de 1959 – partageaient certains, sinon tous, de ses principes.

Les Caraïbes sont essentielles car elles contiennent des antécédents des structures d'exploitation qui continuent de façonner notre monde, comme le montrent clairement des projets récents retraçant les bénéfices de l'esclavage dans le présent. C'est également essentiel, car il a lancé certaines des tentatives les plus importantes pour défaire ces structures et leurs héritages. Enfin, il démontre que ces tentatives peuvent elles-mêmes produire de nouvelles formes de domination. Les histoires entrelacées du colonialisme et de l'esclavage et des luttes contre eux ont des survivances sans fin, en constante évolution.


Le récit alternatif de Marks

Aux fins de sa recherche alternative, Marks établit le récit historique alternatif. Son objectif premier est de libérer le lecteur de la vision occidentale du développement de l'histoire moderne. Pour Marks, ce récit donnera au lecteur une chance de définir des aspects vraiment significatifs du paradigme occidental, et non ceux que les historiens tentent d'imposer dans leurs travaux. Le lecteur pourra développer son point de vue sur l'évolution du monde, appliquer son esprit critique et suivre son bon sens. De plus, le récit alternatif aidera à évaluer notre connaissance globale de l'histoire du monde (Marc 10).


Harry Markowitz et la théorie moderne du portefeuille (MPT)

L'histoire raconte que Harry Markowitz, alors étudiant diplômé en recherche opérationnelle, cherchait un sujet pour sa thèse de doctorat. Une rencontre fortuite avec un agent de change dans une salle d'attente l'a poussé à écrire sur le marché. Lorsque Markowitz a lu le livre de John Burr Williams, il a été frappé par le fait qu'aucune considération n'était accordée au risque d'un investissement particulier.

Cela l'a inspiré à écrire "Portfolio Selection", un article publié pour la première fois dans le Mars 1952 Revue des Finances. Plutôt que de provoquer des vagues dans le monde financier, l'œuvre a langui sur les étagères poussiéreuses des bibliothèques pendant une décennie avant d'être redécouverte.

L'une des raisons pour lesquelles « Sélection du portefeuille » n'a pas suscité de réaction immédiate est que seules quatre des 14 pages contenaient du texte ou une discussion. Le reste était dominé par des graphiques et des griffonnages numériques. L'article prouvait mathématiquement deux vieux axiomes : « rien ne s'aventurait, rien ne gagnait » et « ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier ».

L'investisseur et la tolérance au risque

Les interprétations de l'article ont amené les gens à conclure que le risque, et non le meilleur prix, devrait être au cœur de tout portefeuille. De plus, une fois la tolérance au risque d'un investisseur établie, la constitution d'un portefeuille était un exercice consistant à intégrer les investissements dans la formule.

La « sélection de portefeuille » est souvent considérée sous le même angle que celle de Newton Philosophiae Naturalis Principia Mathematica- quelqu'un d'autre y aurait finalement pensé, mais ils ne l'auraient probablement pas fait aussi élégamment.

En 1990, le Dr Harry Markowitz a partagé le prix Nobel d'économie pour ses travaux sur la théorie moderne du portefeuille.


Ce qui rend la mondialisation possible, c'est la capacité et l'efficacité toujours croissantes de la façon dont les gens et les choses se déplacent et communiquent. Dans les années passées, les gens à travers le monde n'avaient pas la capacité de communiquer et ne pouvaient pas interagir sans difficulté. De nos jours, un téléphone, une messagerie instantanée, un fax ou une visioconférence peuvent facilement être utilisés pour connecter des personnes à travers le monde. De plus, toute personne disposant des fonds peut réserver un vol en avion et se présenter à l'autre bout du monde en quelques heures. En bref, le « frottement de la distance » est atténué et le monde commence à se rétrécir métaphoriquement.

Une augmentation générale de la sensibilisation, des opportunités et des technologies de transport a permis aux gens de se déplacer dans le monde à la recherche d'une nouvelle maison, d'un nouvel emploi ou de fuir un lieu dangereux. La plupart des migrations ont lieu à l'intérieur ou entre les pays en développement, peut-être parce que les niveaux de vie et les salaires inférieurs poussent les individus vers des endroits offrant de plus grandes chances de réussite économique.

De plus, le capital (l'argent) est déplacé à l'échelle mondiale avec la facilité des transferts électroniques et une augmentation des opportunités d'investissement perçues. Les pays en développement sont un endroit populaire pour les investisseurs pour placer leur capital en raison de l'énorme marge de croissance.


Histoire du monde moderne

Jetez un coup d'œil à la vidéo de présentation de Histoire du monde moderne:

Histoire du monde moderne offre un aperçu complet de l'histoire du monde du milieu du XVe siècle à nos jours. Des milliers d'entrées de sujets, de biographies, d'images, de vidéos et de diaporamas, de cartes et de graphiques, de sources primaires et de chronologies se combinent pour fournir une vue détaillée et comparative des personnes, des lieux, des événements et des idées qui ont défini l'histoire du monde moderne. Les centres thématiques ciblés présentent des entrées intéressantes, des termes de recherche, des documents et des cartes triés sur le volet par nos éditeurs pour aider les utilisateurs à trouver un point de départ pour leur recherche, ainsi que des vidéos et des présentations de diaporamas pour offrir une introduction visuelle aux époques et régions clés. Toutes les bases de données historiques de l'Infobase d'une collection sont entièrement consultables de manière croisée.

Points forts:

  • Couverture complète : Avec Histoire du monde moderne, les utilisateurs peuvent approfondir leurs sujets ou examiner différentes perspectives à travers des entrées d'événements et de sujets, des diaporamas, des sources primaires, des images, des vidéos adaptées aux tablettes/mobiles, des chronologies générales et spécifiques à un sujet, des biographies de personnes clés, des cartes et des graphiques originaux, et Suite.
  • Accès facile au contenu : Contenu présenté dans Histoire du monde moderne est trié sur le volet par nos rédacteurs pour éclairer la recherche et fournir des entrées guidées dans la base de données, ainsi que des liens pratiques vers des domaines clés se trouvent en haut de chaque page.
  • Centres thématiques à curation éditoriale :Histoire du monde moderne propose un contenu spécialement sélectionné sur différentes époques et thèmes de l'histoire, y compris des articles, des diaporamas partageables, des vidéos, des sources primaires, etc., qui fournit un point de départ pour la recherche. Les centres thématiques comprennent :
    • Afrique
    • Asie et Océanie
    • L'Europe 
    • Moyen-Orient
    • Les Amériques
    • Le premier âge mondial : 1450-1770
    • Une ère de révolutions : 1750-1914
    • Un demi-siècle de crise : 1900-1945
    • Promesses et paradoxes : 1945-présent.
    • Conseils pour analyser et comprendre les caricatures éditoriales, les sources primaires et les sources en ligne
    • Guides pour présenter la recherche, y compris éviter le plagiat, citer des sources, remplir une feuille de travail de source primaire, résumer des articles et rédiger des articles de recherche
    • Des outils pédagogiques, notamment des conseils sur la prévention du plagiat et l'utilisation de caricatures éditoriales en classe.

    Caractéristiques:

    • Recherche par tronc commun, national, état, provincial, organisation du baccalauréat international, cadre C3 pour les études sociales et normes AP du College Board pour trouver des articles corrélés
    • Des listes de sujets pratiques de A à Z peuvent être filtrées par Topic Center
    • Tag « nuages » pour tout le contenu, lien vers du matériel connexe
    • Chronologies consultables, y compris une chronologie générale détaillée, mise à jour mensuellement, ainsi que des chronologies régionales et spécifiques à une époque
    • Cartes et graphiques avec descriptions
    • Fil d'actualité Reuters® consultable en temps réel
    • Citations dynamiques aux formats MLA, Chicago et Harvard, avec les fonctionnalités d'exportation EasyBib et NoodleTools
    • Outil de lecture à haute voix
    • Possibilité pour les utilisateurs de définir des préférences pour la langue par défaut, le format de citation, le nombre de résultats de recherche et les normes définies pour les corrélations
    • Liens d'enregistrements persistants
    • Technologie d'aide à la recherche
    • Centre d'assistance consultable avec du matériel d'aide précieux, des conseils pratiques, des didacticiels et un chat d'aide en direct
    • Google Translate pour plus de 100 langues.

    Journal de la bibliothèque Meilleure base de données

    « ... particulièrement utile pour les enseignants et les bibliothécaires comme outil d'enseignement et de recherche. »
    Livres de référence américains Annuel

    « … simple à utiliser et contient une quantité substantielle d'informations, présentées de manière esthétique… Recommandé… »
    Revues de référence

    « ... [va] en profondeur... et présente des sources principales qui sont utiles et souvent nécessaires pour les missions."
    Journal de la bibliothèque

    "…fortement recommandé pour les petites et moyennes bibliothèques publiques, universitaires et scolaires…facile à utiliser…extrêmement convivial pour les étudiants."
    Liste de livres

    "...très utile...une magnifique mise à jour sur une base de données déjà superlative."
    VOYA

    « Le format… offre [s] un guichet unique pour l'utilisateur. »
    Avis de référence

    « ... offrent un accès en texte intégral à l'information... un ajout précieux aux collections de recherche électroniques de la plupart des bibliothèques. »
    KLIATT


    Les sept thèmes clés

    Cette caractéristique du programme d'études propose sept thèmes que les enseignants et les élèves peuvent explorer en relation avec l'une ou l'ensemble des grandes époques. Ces sept thèmes clés, dont chacun se concentre sur une sphère particulière de l'activité et de la pensée humaines, peuvent être englobés et liés à l'ensemble plus large Trois questions essentielles . Les classes d'histoire du monde peuvent, au cours de l'année scolaire, choisir de mettre l'accent sur un seul thème, quelques-uns d'entre eux ou les sept.

    Un bref essai présente chacun des thèmes clés. À la suite de chaque essai est un ensemble de neuf questions de discussion qui relient le thème clé à chacune des trois questions essentielles. Tous unités d'enseignement aux niveaux Paysage et Gros plan, comprend une section intitulée « Cette unité et les sept thèmes clés », qui identifie simplement les thèmes clés les plus pertinents pour le contenu de cette unité particulière. For teachers who wish to explore certain thematic lines throughout their course, the curriculum will include an index of teaching units relevant to each of the Key Themes. This feature remains to be developed.

    • Key Theme 1
      Patterns of Population
    • Key Theme 2
      Economic Networks and Exchange
    • Key Theme 3
      Uses and Abuses of Power
    • KeyTheme 4
      Haves and Have-Nots
    • KeyTheme 5
      Expressing Identity
    • KeyTheme 6
      Science, Technology, and the Environment
    • KeyTheme 7
      Spiritual Life and Moral Codes

    Educators use the word "theme" in several different ways. In World History for Us All a theme is defined as a topic that addresses a particular sphere of human activity over time. The major themes presented here concern broad aspects of change that have been enduringly important in the human experience.

    The teaching and learning framework of World History for Us All is fundamentally chronological. A premise of the curriculum is that historical learning works best when students begin their studies with remote eras and move forward, connecting patterns of cause and effect over time. Whether the scale of investigation is large or small, students are encouraged to analyze and understand the chronological relationships among events and to think about the full range of possible causes and effects of historical developments.

    On the other hand, world history education should also include study of issues and problems that have recurred over time. Attention to particular themes, whether in the political, economic, cultural, social, environmental, or other spheres, offers a way to connect the study of particular periods and regions of the world to exploration of enduring aspects of the human condition.

    This curriculum recommends that teachers and students select thematic questions to raise and discuss repeatedly in different ways throughout the school year. The goal is to encourage students to think more coherently, systematically, and comparatively about the past. By linking particular events, people, trends, and periods to questions about enduring aspects of the human experience, students may more successfully distill concrete meaning and significance from what they learn.

    The National Standards for World History includes this statement about thematic history:

    Here students identify and explore particular historical issues or problems over determined periods of time. For example, one unit of study might be concerned with urbanization in different societies from ancient to modern times, a second with slavery through the ages, and a third with nationalism in modern times. This approach allows students to explore a single issue in great depth, often one that has contemporary relevance. Teachers may want to consider, however, the hazards of separating or isolating particular phenomena from the wider historical context of the times. A useful compromise may be to choose a range of themes for emphasis but then weave them into chronological study based on one of the other three models.


    Modern Imperialism and its Impact

    Imperialism played a big part in the economies of large, industrial or militarily-powerful nations and even in the world economy in the last two centuries.

    In the 19th century, several countries in Europe, including Britain, Germany, France and others, created colonies in Africa, Asia and its islands in order to have control over the resources there. They accomplished this by using their military, politicking and businesses investments. Britain was the greatest European “empire” of the 19th century. It included Canada, Australia, New Zealand, India and several colonies in Africa and Asia. India rebelled against the British in 1857, like American colonists did in 1775. The British crushed the rebellion in India, unlike in America. The British built railroads, telegraphs, canals, harbors and had improved farming there. France, Germany and other European powers learned from this and “jumped on the bandwagon”, gaining colonies – mostly in Africa.

    American Imperialism

    Following the Spanish-American War in 1898, the United States saw the opportunity to gain colonies from the islands it conquered from Spain in the Caribbean Sea and the Pacific Ocean, including Cuba, Puerto Rico,Guam and the Philippines. Many people in these “empires” believed they could truly be a world power only by gaining colonies around the world.


    About Forging the Modern World a History Pdf Download

    In Forging the Modern World: A History, authors James Carter and Richard Warren offer an accessible explanation of key transformations in global economic, political, and ideological relationships since the sixteenth century. The book is distinct from most world history texts in three important ways. First, it explores the ways in which historians use and produce information. Each chapter delves deeply into one or two specific issues of historical inquiry related to the chapter theme, showing how new primary sources, methodologies, or intellectual trends have changed how we engage with the past. Second, it clearly explains the political, economic, and ideological concepts that students need to understand in order to compare events and trends across time and space. Finally, the chapters are organized around global historical themes, which are explored through an array of conceptual and comparative lenses. While the book chapters proceed chronologically, each chapter is written with some chronological overlap linking it to preceding and subsequent chapters. This strategy emphasizes the interconnectedness between the events and themes of one chapter and those of surrounding chapters. A companion website includes quiz questions and flash cards for each chapter and PowerPoint-based slides for instructors.

    introduction
    About the Authors

    Chapter 1: The Many Worlds of the 15th Century, 1405-1510
    1.1 “The staging post for companies of pilgrims from the Sudan and caravans of merchants
    going to Cairo.” Ibn Khaldun, Muqqadima, ca. 1378
    1.2 “Zheng He who had been sent to the various countries of the Western Ocean, returned.” Ming Veritable History, 1405-1431
    1.3 “There also came envoys from Riga, Iur’ev, Kolyvan, and Lübeck,” Treaty of Novgorod with the Hanseatic Towns, 1436
    1.4 “They exchanged gold until they depressed its value in Egypt.” Al-Umari, Mansa Musa’s Visit to Cairo, 1324.
    1.5 “If we were willing to barter for so many rubies, he would amply satisfy us.” The Itinerary of Ludovico Di Varthema of Bologna, 1510
    1.6 “They bring their pale gold and give it in exchange.” Ma Huan, Overall Survey of the Ocean’s Shores, 1433.

    Chapter 2: The New Global Interface: 1486-1639
    2.1 “We Shall Powerfully enter into your Country.” The Spanish Requirement, 1510
    2.2 “Whenever they chose to come, they would see who we were.” Letter of Hernán Cortés to King Charles V, 1520
    2.3 “They were like one who speaks a barbarous tongue.” Indigenous Accounts of the Conflict with Cortés, mid-16th century
    2.4 “The Spanish commonwealth will be gravely risked.” Letter of Viceroy of New Spain Luis de Velasco to Emperor Charles V, 1553
    2.5 “The Dutch Must Maintain their Right of Trade.” Hugo Grotius, The Freedom of the Seas, 1609
    2.6 “Japanese ships are strictly forbidden to leave for foreign countries.” Sakoku Edict, 1635

    Chapter 3: The Paradoxes of Early Modern Empire, 1501-1661
    3.1 “How things are in real life.” Niccolò Machiavelli, The Prince, 1513
    3.2 “With God’s help we sank and utterly destroyed one of the enemy’s galleons.” Seydi Ali Reis, The Mirror of Countries, 1557
    3.3 “Have mercy on these poor people! Let whoever can stab, smite, slay.” The Twelve Articles of the Upper Swabian Peasants and Martin Luther, Against the Murdering and Robbing Bands of Peasants, 1525
    3.4 “Only those who justly deserve to be punished should be punished.” Robert Bellarmine, The Office of a Christian Prince, 1618
    3.5 “Conquest tolerates not inaction.” Memoirs of Babur, ca. 1526
    3.6 “Everything from your own person up to the whole nation should be a matter of study.” Gu Yanwu, True Learning and On Bureaucratic Local Administration, ca. 1660

    Chapter 4: Production and Consumption in the First Global Economy, 1571- 1701
    4.1 “Some making a profit, others left bankrupt.” Elviya Celebi. The Book of Travels, ca. 1640-1681
    4.2 “A great harm not only to the service of God, but to the security and peace of our Kingdoms.” Affonso of Congo to the King of Portugal, 1526 and Advice to the King of Spain and Portugal on Slavery, ca. 1612
    4.3 “He pours out the Treasures of the Indies.” José de Acosta, Natural and Moral History of the Indies, 1590
    4.4 “Shall you grow to be a great tree.” The Burgomaster of Nagasaki to the Governor General of the Dutch East India Company, 1642
    4.5 “Prohibit the traffic in the above-mentioned merchandise from China.” Spanish Imperial Decrees, 1586
    4.6 “Gold and Silver Come at Length to be Swallowed up in Hindoustan.” François Bernier, Travels in the Mogul Empire, AD 1656-1668

    Chapter 5: Global War and Imperial Reform, 1655-1765
    5.1 “The reason why men enter into society is the preservation of their property.” John Locke, Two Treatises of Government, 1689
    5.2 “Discover as much as possible how to put ships to sea during a naval battle.” Peter the Great. Decrees, 1714 and 1724
    5.3 “Esteem most highly filial piety and brotherly submission,” The Sacred Edict of the Yongzheng Emperor, ca. 1723-35
    5.4 “They were resolved to regain their liberty if possible.” William Snelgrave. A New Account of Some Parts of Guinea and the Slave Trade, 1730
    5.5 “We fear the damage from a public disclosure.” Jorge Juan and Antonio de Ulloa, Discourse and Political Reflections on the Kingdom of Peru, 1749
    5.6 “Our hearty thanks for the care you take of us in supplying us with ammunition.” Meetings between a British General and Leaders of Mohawks, Oneidas and Tuscaroras, 1755-1756
    5.7 “The Sovereign is absolute.” Catherine II of Russia, Instructions for a New Law Code, 1767

    Chapter 6: A New Order for the Ages, 1755-1839
    6.1 “We hold these truths to be self-evident.” The U.S. Declaration of Independence, 1776
    6.2 “The state ought not to be considered as nothing better than a partnership agreement.” Edmund Burke, Reflections on the Revolution in France, 1790
    6.3 “Woman is born free and lives equal to man in her rights.” Olympe de Gouges, Declaration of the Rights of Woman and the Female Citizen, 1791
    6.4 “We will distance forever from this colony the horrible events.” Toussaint Louverture, Proclamation, 1801
    6.5 “I have simply been a mere plaything of the revolutionary storm.” Simón Bolívar. Address at the Congress of Angostura, 1819
    6.6 “Great revolutions are the work rather of principles than of bayonets.” Giuseppe Mazzini, Manifesto of Young Italy, 1831
    6.7 “The Benefit of a Good Administration.” The Rescript of Gülhane, 1839

    Chapter 7: The Engines of Industrialization, 1787-1868
    7.1 “The principle of the factory system then is, to substitute mechanical science for hand skill.” Andrew Ure, The Philosophy of Manufactures, 1835
    7.2 “I have wrought in the bowels of the earth thirty-three years.” The Condition and Treatment of the Children Employed in the Mines and Collieries, 1842
    7.3 “No exemptions from attacks of epidemic disease.” Edwin Chadwick, Report on the Sanitary Condition of the Labouring Population, 1842
    7.4 “The statutes of the heavenly dynasty cannot but be obeyed with fear and trembling!” Qian Long Emperor to King George III, 1793 and Letter from the High Imperial Commissioner Lin and his Colleagues to Queen Victoria of England, 1840
    7.5 “To carry the laws of the United States into Turkey and China.” Caleb Cushing, Opinion of the Attorney General, 1855
    7.6 “All lie stretched in the mud and dust, drenched in their own blood.” Henry Dunant, A
    Memory of Solferino, 1859 and Florence Nightingale, Letter to Sidney Herbert, 1855
    7.7 “The best adapted to all the crops cultivated in this country.” Solon Robinson, Guano: A Treatise of Practical Information, 1853

    Chapter 8: Modernity Organized, 1840-1889
    8.1 “Working Men of All Countries, Unite.” Karl Marx and Friedrich Engels, Manifesto of the Community Party, 1848
    8.2 “Paris in America.” Herbert H. Smith, Brazil, the Amazons, and the Coast, 1879
    8.3 “The history of mankind is a history of repeated injuries and usurpations on the part of man toward woman,” Elizabeth Cady Stanton, Declaration of Sentiments, 1848
    8.4 “Demand rights for women.” Flora Tristán, Workers’ Union, 1843. Sojourner Truth, Address to the First Annual Meeting of the American Equal Rights Association, 1867
    8.5 “Evil Customs of the Past Shall be Broken Off.” The Charter Oath (Japan), 1868 The Emancipation Manifesto (Russia), 1861
    8.6 “There are endless changes in the world.” Zeng Guofan and Li Hongzhang, Letter to the Zongli Yamen, 1871 and Xue Fucheng, Suggestions on Foreign Affairs, 1879
    8.7 “China is just the Opposite.” Li Gui, Glimpses of a Modern Society, 1876

    Chapter 9: Globalization and Its Discontents, 1878-1910
    9.1. “Take Up the White Man’s Burden.” Rudyard Kipling, The White Man’s Burden, 1899 and H. T. Johnson, “The Black Man’s Burden,” 1899
    9.2 “A matter of vital importance for Germany’s Development.” Friedrich Fabri, Does Germany Need Colonies?, 1879
    9.3 “What a pity she wasn’t born a lad.” Emmeline Pankhurst, My Own Story, 1914
    9.4 “One knows the futility of trying to prevent the onslaught of Western civilization.” Fukuzawa Yukichi, Goodbye Asia, 1885
    9.5 “Civilization is not an incurable disease, but it should never be forgotten that the English people are at present afflicted by it.” Mohandas K Gandhi, Hind Swaraj, 1909.
    9.6 “they thought it better for a man to die rather than live in such torment.” Oral histories of the Maji Maji Rising, 1967
    9.7 “Do Not Tell the White People about this.” Wovoka and the Ghost Dance, 1890

    Chapter 10: Total War and Mass Society, 1905-1928
    10.1 “the peoples of Asia have cherished the hope of shaking off the yoke of European oppression,” Sun Yat-sen, Speech on Pan-Asianism, 1924
    10.2 “Things will never be as they were.” Correspondence of Vera Brittain, 1915 and 1918
    10.3 “A free, open-minded, and absolutely impartial adjustment of all colonial claims.” Woodrow Wilson, Address to U.S. Congress, 1918 and Nguyen Ai Quoc (Ho Chi Minh), Letter to U.S. Secretary of State, 1919
    10.4 “The Nation shall at all times have the right to impose on private property.” The Constitution of Mexico, 1917
    10.5 “It is proved in the pamphlet that the war of 1914-18 was imperialist.” V.I. Lenin, Imperialism, The Highest Stage of Capitalism: A Popular Outline, 1917 and 1920
    10.6 “throughout history one of the constant features of social struggle has been the attempt to change relationships between the sexes,” Alexandra Kollontai, Sexual Relations and the Class Struggle, 1921
    10.7 “The Fascist conception of life stresses the importance of the State.” Benito Mussolini and Giovanni Gentile, Fascism: Doctrine and Institutions,1932

    Chapter 11: The Ongoing Crisis of Global Order, 1919-1948
    11.1 “Certainly a government needs power, it needs strength.”Adolf Hitler, Munich Speech of
    April 12, 1921
    11.2 “It is international morality which is at stake.” Haile Selassie, Speech to the League of Nations, 1936
    11.3 “They will sweep all the imperialists, warlords, corrupt officials, local tyrants and
    evil gentry into their graves.” Mao Zedong, Report on the Peasant Movement in Hunan,
    1927
    11.4 “When will it no longer be necessary to attach special weight to the word ‘woman'” Ding Ling, Thoughts on March 8 (International Women’s Day), 1942
    11.5 “Who is to blame for the condition of China?” Hirosi Saito, The Conflict in the Far East, 1939
    11.6 “The work of operating the gas chambers was carried out by a special Commando.” Primo Levi with Leonardo de Benedetti. Auschwitz Report, 1946
    11.7 “Our forces dare take their position beside any force in the world. Gen. Aung San, Address to the East West Association, 1945

    Chapter 12: Hot Wars, Cold Wars and Decolonization: 1942-1975
    12.1 “An iron curtain has descended across the Continent.” Winston Churchill, Address at Westminster College (Fulton, Missouri), 1946
    12.2 “Mr. Churchill and his friends bear a striking resemblance to Hitler.” Joseph Stalin Interview, 1946
    12.3 “Vietnam has the right to be a free and independent country.” Vietnamese Declaration of Independence, 1945
    12.4 “The equal and inalienable rights of all members of the human family.” United Nations Declaration of Human Rights, 1948
    12.5 “We cannot afford even to think of failure.” Kwame Nkrumah speeches, 1957 and 1962
    12.6 “We want to advance in the technological sphere and the scientific sphere rapidly.” Jawaharlal Nehru, Convocation Address, Indian Institute of Technology, 1956
    12.7 “Some governments still rest on the theory of racist superiority.” Indira Gandhi, “Martin
    Luther King” (Speech at the presentation of the Jawaharial Nehru Award for International Understanding to Coretta Scott King), 1969

    Chapter 13: The Many Worlds of the 21st Century, 1972-2012
    13.1 “We shall confront the world with our ideology.” Ayatollah Ruhollah Khomeini speech, 1980
    13.2 “Comrade Gorbachev recommended not to be deterred.” Memorandum of Conversation between Egon Krenz and Mikhail S. Gorbachev, 1989
    13.3 “An axis of evil.” George W. Bush, State of the Union Address, 2002 and Hugo Chávez, Address to the United Nations General Assembly, 2008
    13.4 “The backward glance leading to self-knowledge.” Mary Robinson, Keynote Address, International Conference on Hunger, 1995
    13.5 “The deepest roots of the problems of contemporary civilization lie in the sphere of the human spirit.” Václav Havel, Mahatma Gandhi Award Acceptance Speech, 2004 and Nigel Farage, Address to the UKIP Conference, 2013
    13.6 “People have not become more open-minded.” Sri Mulyani Indrawati, Commencement Address at the University of Virginia, 2016


    Is Caribbean History the Key to Understanding the Modern World?

    Working our way backwards, from the 21 st to the 19 th century, we end the semester with a discussion of the beginnings of the Haitian Revolution in the context of Évelyne Trouillot’s Rosalie L’Infâme.L'histoire aujourd'hui presents the viewpoints of various scholars. Marlene Daut’s section adds valuable information to our discussion, the often-overlooked participation of the indigenous populations (mentioned by your classmate Kaitlyn Wiehe in her presentation) in the Haitian Revolution. Here are excerpts read the full article in L'histoire aujourd'hui.

    ‘The Caribbean became a focal point of rivalries among Europeans, a location where imperial contests were fought’

    Carla Gardina Pestana, Author of The English Conquest of Jamaica: Oliver Cromwell’s Bid for Empire (Belknap Harvard, 2017).

    The Caribbean ushered in the modern world. Most infamously, it was the site of full-blown racial slavery – a horrific institution founded on the commodification of people as objects of exploitation – which was perpetrated on a massive scale. The Caribbean population intermixed not just European, African and indigenous American, but also housed a great diversity from within Europe itself. All the groups that crossed the Atlantic from Europe came to the West Indies, setting up rival colonial outposts, but also living together in specific colonies and achieving levels of diversity only seen in the most polyglot of European cities.

    The Caribbean became a focal point of rivalries among Europeans, a location where imperial contests were fought. The value placed on the region fostered these struggles for power. The Caribbean’s high value arose from two facts that also signalled its centrality to modernity. It was a gateway for the silver extracted from the Americas, which funded the Habsburgs’ worldwide empire and fuelled an emerging global economy toward modernity. And (along with Brazil) it was the locus for the creation of plantation economies based on racial slavery. These plantation economies were central to the creation of the factory model of economic exploitation which made the plantation colonies the most valuable holdings of European colonisers in the 18th century, including both French Saint-Domingue and British Jamaica. Sugar and silver had devastating environmental effects as well, another precursor of modern economies of exploitation.

    All these elements – racial slavery, diversity, imperial violence to achieve superiority, oppressive economic exploitation on a vast scale and the resulting astounding profits – heralded the advent of the modern, interconnected, global reality of inequality, mass consumption and disregard for the environment. Only by understanding the pivotal place of the Caribbean in this experience can we come to terms with the legacies that we still grapple with today.

    ‘The Caribbean was the birthplace of modern anti-colonialism’

    Marlene Daut, Professor of African Diaspora Studies at the University of Virginia

    The Caribbean was the birthplace of modern anti-colonialism. Inhabited by humans since 5,000 BC, the island of Ayiti, renamed La España by the Spanish in the 15th century, was the initial site of conflict between Spanish colonisers and the existing occupants of the region. The 19th-century Haitian writer and politician Baron de Vastey located the blueprint for later Haitian independence in the resistance of ‘the first Haitians’.

    After Columbus’ appearance on Ayiti in 1492, among the worst of the atrocities his men committed in the name of acquiring the gold residing in the island was the execution of Anacaona, Queen of Xaragua (one of Ayiti’s five main principalities). In 1504, along with 300 Xaraguans, Anacaona was coerced into attending a feast given by the Spanish governor, Nicolás de Ovando. She was arrested, accused of treason and then hanged. Her execution was followed by a war, during which the Spaniards massacred almost the entire population of Xaraguans. Anacaona’s husband, Caonabo, had died eight years earlier on the ship on which he was being deported to Spain.

    Orphaned by the war, Anacaona and Caonabo’s great nephew, Enrique, was forced into servitude at a convent where he learned to admire the Spanish doctor, Bartolomé de las Casas. But in 1519, mistreated in his benefactor’s absence, Enrique rebelled. After acquiring arms, he convinced hundreds of other Ayitians, as well as enslaved Africans, to join him in a 14-year revolt against the Spanish in the mountains of Bahoruco (now Dominican Republic). In 1533, a new Spanish governor was compelled to acknowledge Enrique’s autonomy in what became the first maroon treaty.

    The Haitian revolutionaries took up the mantle of anti-colonialism when in their 1804 declaration of independence they discarded the name of Saint-Domingue, given to the west of the island by the French in 1697, and declared that Haiti, named in honour of the history shared by Ayitians and Africans, would be permanently slavery free. Their actions provided inspiration for many 20th-century anti-colonialists, such as Aimé Césaire, who declared: ‘Haiti is where négritude stood up for the first time and proclaimed that it believed in its own humanity.’

    ‘At the turn of the 20th century, the Caribbean came under the sway of the United States’

    Ada Ferrer, Julius Silver Professor of History and Latin American Studies at New York University

    [. . .] The Caribbean was also home to the earliest challenges to slavery and colonialism. The Haitian Revolution was the second anti-colonial revolution in the world. But it was the first one founded on anti-slavery and anti-racism, as its Black leaders announced to the world that human rights were their rights, too. It also produced the world’s first modern slave emancipation, initially forced on colonial authorities by the actions of the enslaved. Later revolutions in Cuba – the 19th-century one against Spain and that of 1959 – shared some, if not all, of its principles.

    The Caribbean is key because it contains antecedents of the structures of exploitation that continue to shape our world, as recent projects tracing the profits of slavery into the present make clear. It is key, also, because it launched some of the most consequential attempts to undo those structures and their legacies. Finally, it demonstrates that those attempts can themselves produce new forms of domination. The intertwined histories of colonialism and slavery and of the struggles against them have never-ending, always evolving, afterlives.

    [Above: ‘Environs de Leogane et du Port Au Prince dans lsle de St. Domingue’ c.1764, Norman B. Leventhal Map Center, Boston Public Library.]


    Voir la vidéo: IOK Johdanto u0026 Luku 1 Osa 1


Commentaires:

  1. Makora

    Je confirme. C'était avec moi aussi. Nous pouvons communiquer sur ce thème. Ici ou à PM.

  2. Bemot

    le sujet incomparable ....

  3. Linly

    Je le comprends bien. Je peux aider à la décision de question. Ensemble nous pouvons arriver à la bonne réponse.

  4. Culbart

    Cela m'a étonné.

  5. Palti

    Bravo, il me semble, est la phrase admirable

  6. Akishura

    Merci beaucoup de l'avoir publié en bonne qualité ....... j'ai tellement attendu ......



Écrire un message