78th Fighter Group (USAAF)

78th Fighter Group (USAAF)


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

78th Fighter Group (USAAF)

Histoire - Livres - Aéronefs - Chronologie - Commandants - Bases principales - Unités composantes - Affecté à

Histoire

Le 78th Fighter Group a servi dans la huitième force aérienne de 1943 jusqu'à la fin de la guerre, soutenant la campagne dans le nord-ouest de l'Europe et l'avancée en Allemagne.

Le groupe fut constitué sous le nom de 78th Pursuit Group (Interceptor) le 13 janvier 1942 et activé le 9 février 1942. Il s'entraîna avec le P-38, avant de déménager en Grande-Bretagne en novembre-décembre 1942 pour rejoindre la Eighth Air Force.

Au début de la planification de l'opération Torch, le 78th et ses avions ont été affectés à une réserve de chasse générale, qui devait être détenue en Grande-Bretagne jusqu'à ce qu'ils soient nécessaires. Les pilotes et les avions du groupe ont ensuite été déplacés en Afrique après que les unités existantes prenant part à l'invasion aient commencé à manquer de P-38, qui avaient la portée nécessaire pour opérer sur les longues distances impliquées dans les combats.

Après avoir perdu ses P-38, le groupe se convertit au P-47 Thunderbolt.

Le 8 avril, le groupe est devenu officiellement opérationnel. Au début, il était utilisé pour effectuer des balayages de chasse au-dessus des côtes néerlandaises et françaises, principalement pour donner aux pilotes une expérience de combat.

Le groupe a été utilisé sur un large éventail de missions, y compris l'escorte de bombardiers, les attaques sur les aérodromes allemands et les liaisons de transport et les concentrations de troupes.

Du 20 au 25 février 1944, le groupe participa à la « Big Week », une série d'attaques contre la Luftwaffe et l'industrie aéronautique allemande. Il a participé aux préparatifs du débarquement du jour J, et a soutenu les débarquements eux-mêmes. En juillet, il a participé à la percée de St. Lo. En septembre, le groupe a participé à l'opération Market Garden et a reçu une distinction d'unité distinguée pour avoir escorté le bombardier et l'avion de transport de troupes et attaqué des cibles allemandes.

En décembre 1944, le groupe se convertit au P-51 Mustang. En décembre 1944-janvier 1945, le groupe participa à la bataille des Ardennes. Le groupe a reçu un deuxième DUC pour avoir détruit un grand nombre d'avions allemands lors d'une série d'attaques sur cinq bases de la Luftwaffe près de Prague et de Pilsen le 16 avril 1945.

Le groupe est retourné aux États-Unis en octobre 1945 et a été inactivé le 18 octobre.

Livres

En attente

Avion

1942-février 1943 : Lockheed P-38 Lightning
Avril 1943-décembre 1944 : Republic P-47 Thunderbolt
Décembre 1944-1945 : Mustang P-51 nord-américain

Chronologie

13 janvier 1942Constitué en 78e groupe de poursuite (intercepteur)
9 février 1942Activé
Mai 1942Redésigné 78th Fighter Group
novembre-décembre 1942Vers la Grande-Bretagne et la 8e armée de l'air
Octobre 1945Aux États-Unis
18 octobre 1945Inactivé

Commandants (avec date de nomination)

Col Arman Peterson : mai 1942
Lt Col Melvin F McNickle : juillet 1943
Col James J Stone Jr : 31 juillet 1943
Col Frederic C Gray Jr : 22 mai 1944
Lieutenant-colonel Olin E Gilbert : 29 janvier 1945
Col John D Landers : v. 22 février 1945
Lt Col Roy BCaviness : 1er juillet 1945-inconnu

Bases principales

Baer Field, Inde : 9 février 1942
Muroc, Californie : vers le 30 avril 1942
Hamilton Field, Californie : mai-novembre 1942
Goxhill, Angleterre : décembre 1942
Duxford, Angleterre : avril 1943-octobre 1945
Camp Kilmer, NJ : 16-18 octobre 1945

Unités composantes

82e : 1942-1945
83e : 1942-1945
84e : 1942-1945

Assigné à

Novembre-décembre 1942 à octobre 1945 : Eight Air Force
1943 : 65e Escadre de chasse ; VIIIe Commandement de chasseurs ; Huitième Armée de l'Air
1943-septembre 1944 : 66e escadre de chasse ; VIIIe Commandement de chasseurs ; Huitième Armée de l'Air
septembre 1944-fin 1945 : 66e escadre de chasse ; 3e division aérienne ; Huitième Armée de l'Air


78th Fighter Group (USAAF) - Histoire


HISTOIRE DU 78E ESCADRON DE CHASSE

LA SECONDE GUERRE MONDIALE

.

Le Major Jim Tapp est en train d'écrire une histoire du 78 e et m'a gracieusement permis de présenter une partie de cette histoire sur cette page. Aucune partie de ce texte ne peut être reproduite sans l'autorisation du Major Tapp qui peut être contacté via le webmaster

Pour voir la 78e chronologie de l'histoire, cliquez sur le P-51

Le 78th Aero Squadron a été activé à Waco, Texas, le 28 février 1918 et déplacé à Hicks Field, Texas à la même date. Le 23 juillet 1918, il fut rebaptisé Squadron A à Taliaferro Field, Texas. Avec d'autres escadrons, il a formé le détachement de l'école de pilotage sur ce terrain le 3 novembre 1918. Il a été reconstitué et consolidé avec le 78 e escadron d'observation et désigné le 78 e escadron de poursuite le 8 mai 1929 et affecté au 20 e groupe de poursuite. Il a été activé en tant que 78 e escadron de poursuite, 16 e groupe de poursuite le 1er avril 1930 à France Field dans la zone du canal. Il a déménagé à Albrook Field, CZ, le 15 octobre 1932. Il est devenu inactif le 1er septembre 1937. À Albrook, il a piloté des P-12. C'est à Albrook que la tête de serpent Bushmaster a été adoptée comme emblème. Le Bushmaster est un serpent venimeux très redouté en Amérique centrale. L'escadron a été réactivé à Wheeler Field, T. H. le 1er février 1940 avec le capitaine D. W. Jenkins comme commandant et Joseph A. Messaris était le premier sergent. Le premier pilote a été affecté le 1er mars 1940 et les premiers avions étaient une poignée de Boeing P-26 Pea Shooters à cockpit ouvert et le plus moderne Curtis Wright P-36 Hawks à aile basse à moteur radial ainsi que 2 OA-10 et 2 Entraîneurs avancés de l'AT-6 Harvard nord-américain. Le capitaine Jenkins était suivi du capitaine AJ Hanna. Sous lui, le nombre de pilotes est passé à 26. Le premier décès est survenu le 29 août 1940 lorsque le lieutenant Farris n'est pas revenu d'une mission. Le 6 janvier 1941, le lieutenant Weigel a été tué à la suite d'une collision aérienne avec le lieutenant Hanes. Le lieutenant Hanes s'est sauvé avec succès. Le 30 avril 1941, W. P. Fisher est devenu commandant et il a été suivi par W. R. Clingerman Jr. Le sergent-chef Richey est devenu premier sergent en juin 1941. L'augmentation des forces et des avions s'est poursuivie et les avions obsolètes ont été remplacés par des Curtis Wright P-40B. Le P-40B avait un moteur 12 cylindres V-12 Allison refroidi par liquide. Il disposait de deux mitrailleuses de calibre M-2 50 accessibles depuis le cockpit. Ces canons tiraient à travers l'hélice. Il avait également deux mitrailleuses de calibre 30 dans chaque aile. Le capitaine Clingerman était aux commandes le 7 décembre 1941 lorsque l'escadron et d'autres unités de la 14th Pursuit Wing furent attaqués à Wheeler Field. Tous les 17 avions P-40B de l'escadron ont été détruits ou endommagés. Le sergent Morris Stacy a été tué par un bombardement d'avions japonais et le caporal Vincent N. Horan a été tué par un fragment de bombe. À la suite d'un effort exceptionnel du personnel de l'escadron, quatre P-40 ont été réparés et pilotables le 8 décembre.

De nombreux incidents, humoristiques avec le recul, se sont produits ces jours mouvementés. Ken Sweet et étaient de garde sur la ligne de vol. Ils avaient reçu les mêmes cinq vieilles cartouches 30.06 qui avaient été utilisées pendant longtemps. Ken a dit que les balles étaient lâches dans l'enveloppe de l'obus. Ils ont tiré sur les avions japonais mais les obus avaient à peine assez d'énergie pour pousser les projectiles hors du canon. Avec les cinq cartouches dépensées, ils ont jeté les fusils de côté et Clyde Mortensen dit qu'il était sur le chemin de la ligne de vol avec le capitaine Clingerman qui a expliqué "Quelqu'un va vraiment attraper l'enfer pour ça".

L'escadron est alors dispersé à Wheeler et 30 hommes affectés à la défense au sol. Le reste de l'escadron a été mis au travail pour réhabiliter les bâtiments et les terrains. Le 1er février 1942, l'escadron fut transféré à la base aéronavale de Kaneohe et équipé d'Aircobras Bell P-39D à moteur central Allison. Le P-39D avait la même configuration de mitrailleuse que le P-40B mais avait également un canon Browning de 37 mm qui tirait à travers le moyeu de l'hélice. Le mouvement faisait partie de l'effort global pour disperser tous les avions de poursuite loin de Wheeler Field. Plus jamais le commandement ne serait pris au dépourvu. Tous les avions étaient désormais dispersés, bunkerisés et recouverts de filets de camouflage lorsque cela était possible. La maintenance majeure de l'avion a été effectuée la nuit, ce qui a entraîné des taux de commission très élevés (plus de 98 %). Les pilotes de 12 aéronefs ont effectué des alertes de salle prête chaque matin et soir et des alertes toute la journée tous les trois jours.

À Kaneohe, le 78e avion était conservé dans des bunkers le long du côté nord de la piste d'atterrissage ou sur un tapis près de l'extrémité ouest ou de décollage normal. Les bunkers avaient des murs de béton verticaux avec un certain hasard dans le placement des ouvertures pour éviter de présenter un ensemble multiple de cibles aux strafers ennemis. Des filets de camouflage étaient enfilés au sommet des bunkers. Un exemple de la robustesse de leur construction s'est produit une nuit alors que le groupe aérien s'exerçait à des atterrissages de nuit sur les porte-avions. Un Grumman F4F a reçu un signe de la main de l'officier de service d'atterrissage et s'est brisé vers la gauche au besoin et a heurté l'un des bunkers. Par miracle, le pilote, bien que grièvement blessé, a survécu. Le bunker, en revanche, avait à peine une égratignure. Les bunkers contenaient quatre P-40. L'ajustement était plutôt serré. Les camions-citernes ne pouvaient pas facilement entrer pour entretenir l'avion, donc deux ensembles de barils de 55 gallons ont été utilisés à cette fin. Le carburant devait bien sûr être pompé à la main. Lorsque l'avion partait en mission, le camion-citerne remplissait les barils. Cela a bien sûr également fourni une meilleure posture défensive.

L'escadron de chasse du groupe aérien lorsqu'il était à bord de la station était situé à l'extrémité ouest du tapis avec le 78e à côté. Les cabanes d'opérations, d'ingénierie, d'armement, d'approvisionnement, etc. se trouvaient toutes dans la région ainsi que le réfectoire. La salle de préparation et la cabane des opérations étaient les plus proches de la piste et juste à côté l'une de l'autre. L'avant de la salle de préparation avait des chaises et une table et l'arrière avait des couchettes à deux étages que les pilotes pouvaient utiliser lors des alertes matinales. Au-dessus de la porte, il y avait une cloche et un banc de quatre lumières. Ceux-ci étaient rouges, blancs, bleus et jaunes pour correspondre aux couleurs de vol. Lorsque le commis aux opérations recevait un appel de brouillage de Fighter Control, il allumait la sonnette et les lumières pour le vol des vols suivants. Le commis aux opérations adjoint sortait sur le porche de la cabane et sonnait l'appel de charge sur son clairon. Toute cette activité a déclenché une brusque poussée d'activité. Les pilotes décollaient en courant pour les bunkers à proximité ou le carry all et les chefs d'équipage qui étaient assis dans les cockpits et gardaient les moteurs au chaud démarraient les moteurs et sortaient sur l'aile où il tenait le parachute des pilotes harnais prêt pour le pilote d'entrer. Le bouclage s'est fait rapidement et l'avion a quitté les bunkers pour la piste ou le tapis. Le tapis Kaneohe était si large que quatre avions pouvaient décoller confortablement à la fois. Fighter Control a démarré une horloge lorsque notre commis aux opérations a pris l'appel et l'a arrêté lorsque le chef a appelé dans les airs à la radio. Ils donneraient aux escadrons un résumé mensuel de ces temps. Le 78e escadron a systématiquement pris les airs en moins de trois minutes et a toujours dirigé le commandement. Kaneohe était également un meilleur terrain de vol de nuit que la plupart des autres escadrons. En conséquence, on nous a donné beaucoup d'interceptions tôt le matin et de patrouilles aériennes de combat à l'aube (CAP). Nos ruées pour ceux-ci se produisaient généralement dans l'obscurité totale, en particulier avec les conditions d'interdiction strictes qui étaient imposées à tout le monde. Les CAP comprenaient toujours les trois vols de l'escadron tactique. C'était un peu effrayant d'arriver à votre bunker avec les quatre accessoires en rotation, mais avec seulement le mélange confus des lumières rouges, vertes et blanches tamisées. Il fallait être très prudent et s'assurer d'être bien orienté pour éviter de tomber sur un accessoire. Si vous aviez dormi dans l'un des lits superposés de la salle d'attente lorsque la bousculade a été déclenchée, il n'a fallu qu'un seul coup de fil pour vous donner l'insomnie dans la salle d'attente.

Les jours où l'escadron n'était pas en alerte toute la journée, des missions d'entraînement étaient effectuées. L'alerte du matin serait généralement terminée vers 08h00 selon la période de l'année. La plupart des alertes matinales étaient des vols ou des interceptions CAP. Celles-ci ont été suivies d'un petit-déjeuner au mess. Le programme de formation a démarré à ce moment-là. Il y avait généralement deux missions le matin et une l'après-midi. Leur contenu dépendait du niveau de formation des pilotes. Il y avait très peu d'afflux de nouveaux pilotes dans le commandement jusqu'à la fin juillet 1942. Les hauts dirigeants avaient décidé que le théâtre européen recevrait la priorité en raison de la situation désastreuse à laquelle il était confronté. Une situation désastreuse s'est également développée dans le Pacifique Sud-Ouest. Le premier afflux au 7th Fighter Command était constitué de pilotes qui s'étaient portés volontaires pour un combat immédiat dans des chasseurs. Ces personnes en étaient aux dernières étapes de leur formation dans les écoles de pilotage avancées. Ils ont été diplômés deux semaines plus tôt et envoyés au 311 th Fighter Squadron, 58th Fighter Group à Dale Mabry Field, Tallahassee, Floride. D'autres pilotes les ont rejoints là-bas. Un programme de vol intensif mais sans trop d'effet était à l'ordre du jour. Après un mois, ils ont été chargés à bord d'un train et envoyés à San Francisco où ils ont mis le cap sur Pearl Harbor à bord de l'USS Republic. Carrier Air Group 5 était également à bord du navire. À leur arrivée à Pearl, les gens ont été séparés et envoyés dans les différents escadrons du 7th Fighter Command. Le 78th Squadron de Kaneohe NAS a reçu 8 de ce premier contingent de nouveaux pilotes. Il s'agissait pour la plupart de membres de la classe du Gulf Coast Training Command du 42F. C'étaient Simonson, Tapp, Tennant, Wells, Wolf. En fin de compte, ils ont relevé des pilotes expérimentés de l'escadron qui ont été principalement envoyés à la 5th Air Force en Nouvelle-Guinée et un à la 8th Air Force en Europe. Certains des pilotes n'étaient que brièvement avec l'escadron, puis envoyés en Nouvelle-Guinée et d'autres à Midway pour rejoindre le 73e escadron de chasse qui a été affecté au Marine Air Group 22. Pendant la bataille de Midway, le VMF 222 a été assez bien décimé leurs Brewster Buffalos. n'étant pas à la hauteur des chasseurs aéronavals japonais. Le 73e a été chargé à bord du Saratoga et amené à mi-chemin à Midway. L'escadron a décollé du porte-avions et a atterri sur l'île de l'Est où se trouvait le MAG 22. Peu de temps après l'arrivée des pilotes de la 42F, un contingent de pilotes de la classe de commandement d'entraînement de la côte ouest de la 42G s'est joint au commandement. Le 78e a eu sa part de cette classe qui a été suivie peu après par un autre groupe 42G du Gulf Coast Training Command. Les deux commandes d'entraînement suivaient des horaires légèrement différents. Au même moment, le 78e Escadron a commencé à recevoir des P-40K en remplacement des anciens P-40B. Le K avait un peu plus de puissance mais surtout trois mitrailleuses de calibre 50 dans chaque aile, ce qui augmentait considérablement la puissance de feu.

©2001 78th Fighter Squadron Association Tous droits réservés Contactez-nous


Voir également

Remarques

  1. L'avion est Convair F-106A-90-CO Dart Serial 57-2504.
  2. Les avions sont (de bas en haut) Republic F-84D-10-RE Thunderjets 48-678, 48-667, 48-680, 48-657
  3. L'avion est Lockheed F-94C-1-LO série 59-641.
  4. ↑ Les numéros de série 56-772 et 56-776 de Lockheed F-104A-15-LO sont identifiables
  5. ↑ Le 1er décembre 1950, l'ADC est réactivé et assume la mission de défense aérienne de la ConAC
  6. ↑ Le projet Arrow a également réuni des groupes avec leurs escadrons traditionnels. Autobus, et al.

Citations

  1. 1.001.011.021.031.041.051.061.071.081.091.101.111.121.131.141.151.161.171.181.191.201.211.221.231.24 Maurer, Unités de combat, p. 142-144
  2. ↑ "Résumé, Histoire 78 Fighter Group mai 1942-mars 1943". Index de l'histoire de l'armée de l'air. Consulté le 11 mai 2012. Paramètre inconnu |deadurl= ignoré (aide) <templatestyles src="Module:Citation/CS1/styles.css"></templatestyles>
  3. ^ "Résumé, Présentation Histoire 78 Fighter Group". Index de l'histoire de l'armée de l'air. Consulté le 11 mai 2012. Paramètre inconnu |deadurl= ignoré (aide) <templatestyles src="Module:Citation/CS1/styles.css"></templatestyles> Cette source affirme également que le groupe a obtenu le premier triple as, mais n'identifie pas le pilote.
  4. ↑ "Résumé, History 78 Fighter Group, août 1944". Index de l'histoire de l'armée de l'air. Consulté le 11 mai 2012. Paramètre inconnu |deadurl= ignoré (aide) <templatestyles src="Module:Citation/CS1/styles.css"></templatestyles>
  5. ↑ "Résumé, History 78 Fighter Group, septembre 1944". Index de l'histoire de l'armée de l'air. Consulté le 11 mai 2012. Paramètre inconnu |deadurl= ignoré (aide) <templatestyles src="Module:Citation/CS1/styles.css"></templatestyles>
  6. ↑ "Résumé, History 78 Fighter Group, décembre 1948-déc 1949". Index de l'histoire de l'armée de l'air. Consulté le 11 mai 2012. Paramètre inconnu |deadurl= ignoré (aide) <templatestyles src="Module:Citation/CS1/styles.css"></templatestyles>
  7. Voir Accorder
  8. 8.08.1 Cornett & Johnson, p. 84
  9. ↑ Buss (éd), Sturm, Volan, & McMullen, p. 6
  10. ↑ Bailey, Carl E. (26 décembre 2007). "Fiche d'information 82 Escadron de cibles aériennes (ACC)". Agence de recherche historique de l'armée de l'air. Consulté le 10 mai 2012 . Paramètre inconnu |deadurl= ignoré (aide) <templatestyles src="Module:Citation/CS1/styles.css"></templatestyles>
  11. ↑ Bailey, Carl E. (8 mars 2010). "Fiche d'information 84 Escadron d'entraînement au pilotage (AETC)". Agence de recherche historique de l'armée de l'air. Consulté le 10 mai 2012 . Paramètre inconnu |deadurl= ignoré (aide) <templatestyles src="Module:Citation/CS1/styles.css"></templatestyles>
  12. ↑ 12.012.1 Numéro de station à Anderson

Bibliographie

 Cet article incorpore des documents du domaine public provenant de sites Web ou de documents de l'Agence de recherche historique de l'Air Force.


L'arrivée du 78e groupe de chasse à Duxford

Le 78th Fighter Group a été activé en janvier 1942 au milieu de l'expansion rapide de l'armée américaine qui s'est produite à la suite de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor et de l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale un peu plus d'un mois auparavant. En mai 1942, l'unité est agrandie et entraînée en Californie, composée des 82e, 83e et 84e escadrons de chasse et équipée de bimoteurs Lockheed P-38 Lightning.

En novembre suivant, le groupe a été expédié outre-mer en Angleterre et en décembre s'était installé dans l'ancienne station de la RAF Goxhill dans le Lincolnshire. A partir de fin janvier, le 78th commence à être équipé de Republic P-47 Thunderbolts, des chasseurs-bombardiers monomoteurs qui deviennent l'un des principaux chasseurs américains sur le théâtre d'opérations européen.

Au cours de cette même période, il a été décidé que le 78th serait temporairement déplacé vers la RAF Duxford dans le Cambridgeshire dans le cadre d'un effort plus large de la 8th Air Force des États-Unis pour rapprocher ses groupes de chasseurs des groupes de bombardiers, ou « grands amis », qu'ils seraient être chargé d'escorter. Fin mars, les hommes du 78e commencèrent à arriver et début avril, tout le groupe avait terminé son mouvement.

Station 357 (DX)

Station 357 (DX)

Duxford, créé par le Royal Flying Corps en 1918, était une base de chasse opérationnelle de la Royal Air Force depuis 1924 et avait la particularité d'être le siège du premier escadron (n° 19) à être équipé du nouveau Supermarine Spitfire. De juillet à septembre 1940, Duxford avait joué un rôle crucial dans la défense de la Grande-Bretagne contre l'assaut de la Luftwaffe et était la base de la célèbre « Aile Duxford » dirigée par Douglas Bader.

Juste avant l'arrivée du 78th Fighter Group, Duxford servait de base à l'Air Fighting Development Unit (AFDU) de la RAF, un établissement de recherche technique qui testait de nouveaux avions tels que le P-51 Mustang et développait des tactiques de combat.

Avec l'arrivée du 78th, Duxford a été officiellement désigné comme USAAF Station 357 (DX).

Dès le début, le luxe de Duxford est rapidement devenu évident pour les Américains, surtout par rapport à leurs logements basiques et à peine habitables à Goxhill. À Goxhill, le site était étendu de telle sorte que les baraquements froids et crasseux se trouvaient à deux milles des hangars d'avions et, pire encore, à un mille des toilettes et de toute eau courante.

Désormais, les Américains étaient logés dans des bâtiments en briques chauffées avec eau chaude, des installations de baignade et des installations de divertissement à proximité telles qu'un théâtre, des terrains de sport et un club des officiers avec un bar et des machines à sous.

« C'était comme le Grand Hôtel ! », se souvient Clark Clemons, un pilote du 84e Escadron de chasse arrivé plus tard dans la guerre. Les quartiers d'habitation étaient regroupés à proximité des hangars situés juste de l'autre côté de la route, tandis que la ligne de train LNER à Whittlesford pouvait emmener ceux qui avaient des laissez-passer de 48 heures vers les sites historiques et les pubs de Cambridge ou vers les lumières vives et les clubs de danse de Londres. .

Pour les rangs enrôlés, qui comprenaient ceux qui servaient d'équipe au sol, l'expérience n'était pas toujours aussi glamour. Certains étaient cantonnés dans de petites huttes avec juste un poêle pour se chauffer. « J'ai dû vivre dans les bidonvilles et nous sommes morts de froid en hiver », se souvient Harold Carlson, qui a été mécanicien puis commis. « [Nous] avions des pardessus et tout le reste sur le dessus de nos lits, et nous avions encore froid ».

Malgré ces difficultés, les hommes ont quand même réussi à rentrer chez eux à Duxford. « Les murs de la caserne étaient décorés de pin-ups telles que Betty Grable, Rita Hayworth, Lana Turner, Alexis Smith et les filles du calendrier de Varga … des groupes de danse populaires entendus sur la radio des forces armées ont aidé à se détendre après la journée », a rappelé le sergent-chef James Tudor. [extrait de « Eagles of Duxford » de Garry L Fry, 1991].


78e groupe de chasse

Hommage « volant » au 78th Fighter Group, ce P-47D fait partie de la « Fighter Collection » conservée à l'aérodrome de Duxford, Cambridgeshire, Royaume-Uni. Les inscriptions représentent le P-47D, « No Guts, No Glory » , un avion piloté par le lieutenant-colonel Ben Mayo du 82nd Squadron, 78th Fighter Group. (Source photo : John M. Dibbs)

Duxford 78th Fighter Group Association

La " Duxford 78th Fighter Group Association - WWII " a désigné ce site Web comme sa " page d'accueil officielle ".

Cette association a été fondée par des vétérans de l'USAAF, 78th Fighter Group, pour maintenir un point focal d'information pour ses membres, coordonner les activités de réunion et en général promouvoir la mémoire et l'honneur de cette unité de combat de la Seconde Guerre mondiale. Les pages de l'association comprennent :

2004 Réunion reprogrammée pour la Floride du 28 avril au 1er mai 2005

La réunion 2004 « Hurricane Delayed » de la 78th Fighter Group Association se tiendra à Kissimmee, en Floride, en avril. Cliquez ci-dessus pour plus d'informations et un formulaire d'inscription. Investissement en loi pinel

La Newsletter " Damier "
( Publications - Numéros antérieurs )
" Goxhill aujourd'hui "
" "Duxford Eagles", une nouvelle oeuvre de Nicolas Trudgian. Signée par Clark Clemons et Wayne Coleman"
" En souvenir de Jack C. Price "
" Chez Betty et Joyce "
" Souvenirs de Robert E. Smith des missions du 1-15-45 et du 2-22-45 "
Tableau de bord
(Un babillard est fourni aux vétérans et amis du 78e. Veuillez poster vos demandes de renseignements sur le « 78e groupe de chasseurs » ici !)

Rechercher sur le site Web : DMZ Dustoff
En raison de la grande quantité d'informations présentées sur ce site Web, il a été nécessaire d'installer un moteur de recherche. Nous espérons que cela aidera nos visiteurs à naviguer plus facilement et à localiser des informations spécifiques.

Section d'intérêt général
(Rapports et histoires d'intérêt général concernant le 78th Fighter Group)

Plus d'avions " Lost and Found " du 78th Fighter Group
( Avion perdu du 78ème récupéré grâce aux efforts d'archéologues aéronautiques dévoués )
" Le Seversky BT-8 "
(Un souvenir personnel / photos fournies par Jerry E. Brasher, 82nd Fighter Squadron)
" 8th Air Force Fighter Command, Documents officiels de formation "
("Long Reach" et "Down to Earth", publiés par le 8th Air Force Fighter Command traitaient des tactiques de chasseurs / chasseurs-bombardiers employées avec succès contre l'Allemagne dans l'ETO. Le format de ces documents comprenait des enquêtes personnelles de commandants de combat et de pilotes, y compris membres du 78th Fighter Group. )

" Les archives"
(Précédents articles de la " Section d'intérêt général " )
Résultats de recherche sur Internet pour les références du 78e groupe de chasseurs . . .
(On a récemment recherché sur Internet des références au 78th Fighter Group. En plus de localiser un certain nombre de sites de référence historiques, il était surprenant de trouver de nombreux articles et publications sur le Web concernant le personnel spécifique du 78th Fighter Group. Ces résultats sont publiés comme suit sur plusieurs pages avec les crédits sources et adresses Web appropriés.)

" Nous pensons qu'il est nécessaire d'inclure ces références sur le site " History and Tribute " car elles contribuent en partie à raconter l'histoire complète des " Eagles of Duxford ". "

T/Sgt. William Blystone, 82e Escadron de chasse, de 1942 à 1943, entretiens personnels

Lieutenant-colonel John D. Landers, escadron du quartier général, commandant de groupe, 2-22-45 à 6-28-45, biographie personnelle

2nd Lt. George C. Maitland, 83rd Fighter Squadron, 1-44 à 3-8-44, KIA, Rapport de projet de récupération du site du crash

2e lieutenant Frederick J. Regner, 83e Escadron de chasse, 3-27-45 à EOW, nécrologie

1er. Lt. Robert E. Wieland Jr., Quartier général de l'Escadron, 1942 à 1943, Site Web personnel / Article de journal

2nd Lt. Lloyd L. Eadline, 83rd Fighter Squadron, 10-15-44 à 2-24-45, KIA, Collingwood, NJ Memorial Site Web
Capitaine Robert E. Belliveau, 84th Fighter Squadron, 4-22-43 à 4-18-44, aux États-Unis, entrevue personnelle du projet des anciens combattants

1er. Lt. Cyril Thomas Bendorf, 84e Escadron de chasse, du 11-10-44 à EOW, rapport du projet de récupération du site du crash
2ème. Lieutenant Vernon Y. Jones, 82nd Fighter Squadron, du 11-43 au 2-10-44, KIA, Biographie personnelle
1er. Lt. John A. Kirk, 83rd Fighter Squadron, 11-30-44 à EOW, Modeling Club Article / Nécrologie
1er. Lieutenant William F. Neel, 82nd Fighter Squadron, du 2-16-43 au 1-24-44, MIA, biographie personnelle
1er. Lt. Hayden E. Richards, 82e Escadron de chasse, 5-44 à 9-44, aux États-Unis, entretien lors de la cérémonie du jour J, Duxford, 2004
2ème. Lt. Franklin B. Rességuie, 84th Fighter Squadron, 10-43 à 10-18-43, Evader, Critique de livre
1er. Lieutenant Grant M. Turley, 82e escadron de chasse, 11-43 au 3-6-44, KIA, biographie personnelle
1er. Lt. Neal Hepner, 84e Escadron de chasse, 3-28-45 à EOW, article de journal
1er. Lt. James B. Stallings, 84th Fighter Squadron, 4-6-44 à 9-6-44, aux États-Unis, entretien personnel / critique de livre


Histoire[modifier | modifier la source]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier la source]

Republic P-47C-2-RE Thunderbolts du 82e Escadron de chasse

North American P-51D-20-NA Mustang du 83rd Fighter Squadron

Le 78th Fighter Group a été activé à Baer Field, IN comme le 78e groupe de poursuite en janvier 1942, recevant son cadre du 14th Fighter Group. Ώ] et ​​redésigné en tant que groupe de chasse quatre mois plus tard. Il s'est d'abord entraîné au combat avec des P-38 et a servi dans le cadre de l'organisation de défense aérienne de la côte ouest. Il a déménagé en Angleterre en novembre 1942 et a été affecté à la huitième force aérienne. Le groupe perdit ses P-38 et la plupart de ses pilotes en février 1943 lorsqu'ils furent affectés à la Douzième Force Aérienne pour servir dans la campagne d'Afrique du Nord. ΐ]

Le groupe fut réaffecté à l'aérodrome de Duxford en avril 1943 et rééquipé de Republic P-47 Thunderbolts. ΐ] Les avions du groupe ont été identifiés par un motif en damier noir/blanc.--

Le groupe était composé des escadrons suivants :

Depuis Duxford, le 78e a effectué de nombreuses missions pour escorter des bombardiers Boeing B-17 Flying Fortress et Consolidated B-24 Liberator qui ont attaqué des industries, des chantiers et des quais sous-marins, des sites d'armes en V et d'autres cibles sur le continent. ΐ] En 1943, le groupe avait le premier as américain dans la Eighth Air Force. Le groupe a également remporté une victoire sur un chasseur à réaction allemand Messerschmitt Me-262. L'unité a également participé à des activités anti-aériennes et à de nombreuses occasions a mitraillé et bombardé en piqué des aérodromes, des trains, des véhicules, des barges, des remorqueurs, des écluses de canaux, des casernes et des troupes. ΐ]

En plus d'autres opérations, le 78e a participé à la campagne intensive contre l'armée de l'air allemande et l'industrie aéronautique pendant la Grande Semaine, du 20 au 25 février 1944 et a aidé à préparer la voie à l'invasion de la France. Le groupe soutient le débarquement de Normandie en juin 1944 et contribue à la percée de Saint-Lô en juillet. ΐ]

Le groupe s'est converti en P-51 Mustang nord-américains en décembre 1944 et a participé à la bataille des Ardennes, de décembre 1944 à janvier 1945. Il a également soutenu l'assaut aéroporté de l'autre côté du Rhin en mars.

Le 78th Fighter Group a reçu une Distinguished Unit Citation pour les activités liées à l'opération Market-Garden d'attaques terrestres et aéroportées combinées contre la Hollande en septembre 1944, lorsque le groupe a couvert des opérations de transport de troupes et de bombardement et effectué des missions de mitraillage et de bombardement en piqué. ΐ] Il a subi ses pertes les plus lourdes de la guerre dans cette opération. Γ] Le groupe a reçu un deuxième DUC pour avoir détruit de nombreux avions sur cinq aérodromes près de Prague et de Pilsen le 16 avril 1945. ΐ]

Le 78th Fighter Group est retourné au Camp Kilmer New Jersey et en octobre 1945 et a été inactivé le 18 octobre. ΐ]

Guerre froide[modifier | modifier la source]

78th Fighter-Interceptor Group Republic F-84B Thunderjets 1949 Les avions sont (de bas en haut) Republic F-84D-10-RE Thunderjet 48-678, 667, 680, 657

Lockheed F-94C-1-LO Starfire 59-641 du 84th Fighter Interceptor Squadron

Le 83d FIS exhibant leurs tout nouveaux Starfighters en 1958. Les Lockheed F-104A-15-LO Starfighters 56-0772 et 56-0776 sont identifiables

Convair F-106A-90-CO Delta Dart Série 57-2504 de la 84e FIS.

Occupation de l'Allemagne

Le 78th FG a été réactivé en Allemagne le 20 août 1946, remplaçant le 368th Fighter Group (qui a été inactivé, rebaptisé 136th Fighter Group et attribué à la Garde nationale) à la station AAF de Straubing, en Allemagne et a piloté l'ancien 368th P-47 Thunderbolts de l'aérodrome. Le groupe a été réactivé en raison de la politique de l'Air Force consistant à ne retenir que des groupes peu nombreux en service actif après la guerre.

En Allemagne, le groupe a été affecté aux forces aériennes des États-Unis dans le XIIe commandement aérien tactique d'Europe pour servir avec la force d'occupation. Le groupe a été affecté à la station AAF Straubing. Le groupe a été transféré, sans personnel ni équipement, à Mitchel Field, New York en juin 1947.

Défense aérienne des États-Unis

A Mitchel, le groupe est resté actif et a été affecté à l'Air Defence Command (ADC). Le groupe était composé d'un petit groupe de personnel, équipé de quelques Mustang P-51D. Le 16 novembre 1948, le 78th est réaffecté à Hamilton AFB, en Californie, où il est affecté à la quatrième force aérienne de l'ADC. A cette époque, la 78th Fighter Wing a été créée dans le cadre du plan Hobson, et le 78th Fighter Group est devenu la composante opérationnelle de l'escadre, contrôlant ses ressources de vol.

Le 1er mars 1949, le 78th Fighter Group a reçu le premier des nouveaux F-84 Thunderjets de production, Δ] avec ces avions allant aux 82d, 83d et 84th Fighter Squadrons. Les F-84 sont devenus problématiques avec des fissures apparaissant dans les longerons d'aile ou la peau à partir de septembre. Le groupe a perdu quatre avions dans des accidents à la fin de l'année.

Le 1er juillet 1949, l'Air Defence Command a été désactivé en tant que commandement majeur et le Continental Air Command (ConAC) a assumé la mission de défense aérienne. En janvier 1950, l'escadre et le groupe furent rebaptisés 78th Fighter-Interceptor Wing et 78e groupe de chasseurs-intercepteurs et les escadrons sont devenus des escadrons de chasseurs-intercepteurs (FIS). ΐ]

Avec le déclenchement de la guerre de Corée en juin 1950, le 78th Fighter Group était la seule unité ConAC F-84 restante avec un engagement de défense aérienne. Le groupe a perdu de nombreux membres du personnel qui ont été réaffectés aux unités de la Far East Air Force engagées dans le combat avec les unités déployées. Les pertes de personnel ont été remplacées par du personnel fédéralisé moins expérimenté de la Réserve de l'Air Force ou de la Garde nationale aérienne. At the same time, ConAC placed the 78th Fighter Group on 24/7 air defense alert status, with the three squadrons rotating among themselves for one day on and two days off alert periods.

Throughout this period, the F-84s remained problematic with wing integrity, the group having only 50 of its authorized 70 aircraft operational, as a third of its aircraft had been sent to Republic Aircraft or Air Materiel Command depots for repairs. This led to excess hours being put on the remaining aircraft, reducing their designed operational life. By the first quarter of 1951, the number of operational aircraft on station was reduced to 44, with only 34 actually being combat ready. The manpower shortage was worse, with only seven of the forty combat-rated pilots being available, the remainder being assigned Europe or combat duty in Korea.

In June 1951, the 78th Fighter-Interceptor Group received the first four F-89B Scorpions, as a replacement for the F-84 Thunderjets. The Scorpions were assigned to the 83d and 84th FIS, while the 82d FIS retained the best of the groups remaining F-84s, while the remainder were either shipped as replacement aircraft to South Korea or sent to Republic for refurbishing.

By the end of 1951, the 82d FIS stood alert during daylight hours while the other two squadrons rotated night and foul weather duties. The F-89s, however, were rushed into service too rapidly. There were not enough trained pilots and radar operators, and there were not enough maintenance personnel who knew the intricacies of the complex and troublesome Hughes E-1 fire control system. The in-service rate of the F-89B was appallingly low, and crashes were all too frequently.

Les 78th Fighter-Interceptor Group was inactivated along with the wing on 6 February 1952 along with its parent wing as part of a major ADC Ε] reorganization, which replaced fighter wings organized under the Hobson Plan with regional defense wings. Ζ] Its operational units were transferred to the 4702d Defense Wing and Hamilton was placed under the 566th Air Base Group. Η] Two of the inactivated 78th's squadrons moved as ADC dispersed its fighter force. The 82d FIS moved to Larson AFB, Washington and was reassigned to the 4703d Defense Wing the 83d FIS to Paine AFB, Washington and transferred to the 4704th Defense Wing. Only he 84th remained at Hamilton AFB.

The unit was reactivated in 1955 by replacing the 566th Air Defense Group Η] at Hamilton AFB as part of ADC's Project Arrow, which reactivated fighter units that had achieved distinction in the two word wars. ⎖] The 84th FIS, already at Hamilton was assigned to it and the Its 83d FIS returned without personnel or equipment to Hamilton and was reassigned to the group, taking over the personnel and equipment of the 325th FIS, which moved without personnel or equipment to Truax Field, Wisconsin. ⎗] The group also became the host for Hamilton AFB and was assigned a number of support organizations to fulfil this mission. On 18 October 1956, the 78th Fighter Wing was once again activated and the group transferred its maintenance and support functions to the wing. The group flew numerous interceptors for West Coast air defense until its inactivation on 1 February 1961 when group components were assigned directly to the 78th Fighter Wing as the 78th converted to the dual deputy organization.


Annonces

  • Le projet Wartime Memories existe depuis 21 ans. Si vous souhaitez nous soutenir, un don, aussi petit soit-il, serait très apprécié. Chaque année, nous devons collecter suffisamment de fonds pour payer notre hébergement Web et notre administration, sinon ce site disparaîtra du Web.
  • Vous cherchez de l'aide pour la recherche sur l'histoire familiale? Veuillez lire notre FAQ sur l'histoire familiale
  • Le projet Wartime Memories est géré par des bénévoles et ce site Web est financé par les dons de nos visiteurs. Si les informations ici vous ont été utiles ou si vous avez aimé accéder aux histoires, veuillez envisager de faire un don, aussi petit soit-il, ce serait très apprécié. Chaque année, nous devons collecter suffisamment de fonds pour payer notre hébergement Web, sinon ce site disparaîtra du la toile.

Si vous aimez ce site

S'il vous plaît envisager de faire un don.

16 juin 2021 - Veuillez noter que nous avons actuellement un important arriéré de matériel soumis, nos bénévoles y travaillent le plus rapidement possible et tous les noms, histoires et photos seront ajoutés au site. Si vous avez déjà soumis une histoire sur le site et que votre numéro de référence UID est supérieur à 255865, vos informations sont toujours dans la file d'attente, veuillez ne pas soumettre à nouveau sans nous contacter au préalable.

Nous sommes maintenant sur facebook. Aimez cette page pour recevoir nos mises à jour.

Si vous avez une question générale, veuillez la poster sur notre page Facebook.


Voir également

Remarques

  1. ^ Aircraft is Convair F-106A-90-CO Dart Serial 57-2504.
  2. ^ Aircraft are (bottom to top) Republic F-84D-10-RE Thunderjets 48-678, 48-667, 48-680, 48-657
  3. ^ Aircraft is Lockheed F-94C-1-LO Serial 59-641.
  4. ^ Lockheed F-104A-15-LO Serials 56-772 and 56-776 are identifiable
  5. ^ On 1 December 1950, ADC was reactivated and assumed the air defense mission from ConAC
  6. ^ Project Arrow also reunited groups with their traditional squadrons. Buss, et al.

Citations

  1. ^ unebceFghjejkjemmopqrstvousvwXoui Maurer, Combat Units, pp. 142–144
  2. ^"Abstract, History 78 Fighter Group May 1942 – Mar 1943" . Index de l'histoire de l'armée de l'air. Retrieved 11 May 2012 .
  3. ^"Abstract, Presentation History 78 Fighter Group" . Index de l'histoire de l'armée de l'air. Retrieved 11 May 2012 . This source also claims the group had the first triple ace, but does not identify the pilot.
  4. ^"Abstract, History 78 Fighter Group, Aug 1944" . Index de l'histoire de l'armée de l'air. Retrieved 11 May 2012 .
  5. ^"Abstract, History 78 Fighter Group, Sep 1944" . Index de l'histoire de l'armée de l'air. Retrieved 11 May 2012 .
  6. ^"Abstract, History 78 Fighter Group, Dec 1948 – Dec 1949" . Index de l'histoire de l'armée de l'air. Retrieved 11 May 2012 .
  7. ^Voir Accorder
  8. ^ uneb Cornett & Johnson, p. 84
  9. ^ Buss (ed), Sturm, Volan, & McMullen, p. 6
  10. ^ Bailey, Carl E. (26 December 2007). "Factsheet 82 Aerial Targets Squadron (ACC)" . Air Force Historical Research Agency . Retrieved 10 May 2012 .
  11. ^ Bailey, Carl E. (8 March 2010). "Factsheet 84 Flying Training Squadron (AETC)" . Air Force Historical Research Agency . Retrieved 10 May 2012 .
  12. ^ uneb Station number in Anderson

Bibliographie

  • Anderson, Capt. Barry (1985). Army Air Forces Stations: A Guide to the Stations Where U.S. Army Air Forces Personnel Served in the United Kingdom During World War II (PDF) . Maxwell AFB, AL: Research Division, USAF Historical Research Center. Archived from the original (PDF) on 4 March 2016 . Retrieved 7 July 2012 .
  • Buss, Lydus H.(ed), Sturm, Thomas A., Volan, Denys, and McMullen, Richard F., History of Continental Air Defense Command and Air Defense Command July to December 1955, Directorate of Historical Services, Air Defense Command, Ent AFB, CO, 1956
  • Cornett, Lloyd H Johnson, Mildred W (1980). A Handbook of Aerospace Defense Organization, 1946 – 1980 (PDF) . Peterson AFB, CO: Office of History, Aerospace Defense Center. p.㻔.
  • Freeman, Roger A. (1978) Airfields of the Eighth: Then and Now. After the Battle ISBNـ-900913-09-6
  • Grant, C. L. "The Development of Continental Air Defense to 1 September 1954, USAF Historical Study No. 126" (PDF) . Research Studies Institute, USAF Historical Division, Air University . Consulté le 17 août 2014.
  • Maurer, Maurer, éd. (1983) [1961]. Unités de combat de l'armée de l'air de la Seconde Guerre mondiale (PDF) (reprint ed.). Washington, DC : Bureau de l'histoire de l'armée de l'air. ISBN  0-912799-02-1 . LCCN� .
  • Ravenstein, Charles A. (1984). Air Force Combat Wings, Lineage & Honors Histories 1947-1977 . Washington, DC : Bureau de l'histoire de l'armée de l'air. ISBN  0-912799-12-9 .

78th Fighter Squadron [78th FS]

The 78th Fighter Squadron was inactivated on 30 June 2003, as part of the Air Force's FY 2003 force structure changes, leaving Shaw with three F-16CJ squadrons. The 78th Fighter Squadron activated on 01 January 1994, after having last been assigned to the 81st Tactical Fighter Wing at RAF Bentwaters, UK. The 20th Fighter Wing returned to Shaw AFB that same day, having spent more than 40 years in the United Kingdom. Its subordinate units from Royal Air Force Upper Heyford, England, including the 55th, 77th and 79th Fighter Squadrons, also activated at Shaw on that date after having been inactive for a brief period.

The 78th Fighter Squadron "Bushmasters" are a combat ready F-16C/D squadron tasked with air-to-air, air-to-surface and Suppression of Enemy Air Defenses missions as directed by the wing or component commander in support of friendly forces. The squadron maintains and operates Block 50 Mini-D variant F-16 Fighting Falcons in support of complex training and operational taskings, while maintaining proficiency in the employment of a full array of munitions and tactics. The squadron is one of four F-16 units assigned to the 20th Fighter Wing, Shaw Air Force Base, S.C., under the direction of Headquarters 9th Air Force/U.S. Central Command Air Forces and Headquarters Air Combat Command.

The squadron was organized on Feb. 28, 1918, as the 78th Aero Squadron at Waco Field, Texas, but was moved to Taliaferro Field, Texas, that same day. The squadron trained aircrews in the JN-4, JN-6 and S-4 aircraft for other flying squadrons. The unit was redesignated Squadron A on July 23, 1918, and was demobilized on Nov. 13, 1918.

On April 1, 1931, another 78th Squadron was assigned to the 20th Pursuit Group and attached to the 6th Composite Group. It was then activated at France Field in the Panama Canal Zone without any aircraft. The 78th moved within the Canal Zone to Albrook Field on Oct. 15, 1932, and began operating P-12 aircraft. The squadron was then assigned to the 3rd Attack Wing, but remained attached to the 6th Composite Group. However, the 78th was reassigned to the 16th Pursuit Group that December and remained in the Canal Zone. The War Department, realizing the existence of another 78th squadron, reconstituted and consolidated the squadrons on April 25, 1933. The squadron, unequipped with aircraft for nearly a year, was inactivated Sept. 1, 1937.

The squadron was redesignated the 78th Pursuit Squadron (Interceptor) and reactivated Feb. 1, 1940, at Wheeler Field, Territory of Hawaii. The 78th, now assigned to the 18th Pursuit Group, began flying operations with P-26 and P-36 aircraft, obtaining its people from the 18th. The squadron also participated in the Hawaiian Department maneuvers in June 1940. The 78th temporarily moved to Bellows Field for gunnery training in October 1941, returning to Wheeler Field a month prior to the Japanese attack on Pearl Harbor. The 78ths newly acquired P-40s were destroyed or damaged on the ground in the surprise attack on Dec. 7, 1941. By the next morning the squadron's maintainers had made four P-40s available for patrol duties. The squadron moved to Kaneohe Naval Air Station two days later as part of the defense-dispersal and to provide a smoother landing field while preparing for the arrival of 12 newly-received P-39s.

After the declaration of war, the squadron's principal mission was to train pilots for other combat units in the Pacific Theater. A ground echelon sailed from Honolulu on Jan. 12, 1943, to prepare for the arrival of the aircraft and pilots on Midway Island. The 78th's pilots then flew non-stop 1,100 nautical miles from Barking Sands, Kauai, to Midway, replacing the 73rd Squadron that was on patrol duty. The squadron continued to provide aerial defense for Midway until April 1943, when it returned to the Territory of Hawaii and was reassigned to the 15th Fighter Group.

Over the next 18 months the 78th moved to five bases throughout the Territory of Hawaii, finally arriving at Bellows Field on June 8, 1944. During that time the squadron converted to P-47s and began training for extreme long-range escort missions. That program continued through 1944 and was marked by the 78th's conversion to the P-51 Mustang at the end of the year.

During 1944, members of the 78th awaited transfer to a combat theater. A move in September 1944, was cancelled, however, new orders sent the squadron into combat with the 15th Fighter Group in January 1945. The first section of the squadron's ground echelon arrived at Iwo Jima on Feb. 19, during the invasion landings on the island. After the island was secured March 2, the first echelon disembarked and set up camp. The second ground echelon arrived three days later and were followed by the aircraft on March 8. The remaining squadron members arrived five days later. Almost immediately the squadron began flying combat patrol missions in support of the Marines on Iwo Jima. By the end of the month the squadron had begun flying missions against enemy airfields and other installations on islands in the Bonin Group.

On April 7, 1945, the 78th, along with other components of the 15th Fighter Group, flew their first escort missions to Japan, earning a Distinguished Unit Citation for escorting the B-29s that bombed the Masashino Plant aircraft factory at Nakajima near Tokyo. During the remaining months of the war the squadron flew fighter sweeps against Japanese airfields and escorted B-29s on long-range strikes.

The squadron remained on Iwo Jima until Nov. 25, 1945, at which time it returned, without people or equipment, to Bellows Field. The squadron absorbed the people and equipment of the 468th Fighter Squadron. The 78th moved to Wheeler Field Feb. 6, 1946, and inactivated nine months later on Oct. 15, 1946.

After an eight-year lapse, the squadron was redesignated the 78th Fighter-Interceptor Squadron and activated Nov. 1, 1952, at Royal Air Force Station Shepherds Grove, England. The squadron absorbed the members of the 116th Fighter-Interceptor Squadron, an Air National Guard unit which reverted to state control, and began flying F-86 aircraft. In April 1954, the squadron, flying F-84s, was redesignated a fighter-bomber squadron. The 78th operated from Royal Air Force Station Sculthorpe, England, from May 1956 until May 1957, when it returned to Shepherds Grove. The squadron was redesignated as a tactical fighter squadron in July 1958, and began flying F-101 aircraft from Royal Air Force Station Woodbridge, England.

The Squadron operated F-4s from 1965 until Jan. 1, 1979, when the 78th began preparing to operate the A-10 Thunderbolt II "Warthog." The first A-10 arrived in June, with the squadron becoming operational ready that November. The 78th operated A-10s not only from Woodbridge, but also from forward operating locations in West Germany. The squadron was inactivated May 15, 1992. The squadron was transferred back to the United States and reactivated here Jan. 3, 1994.

The 78th participated in seven deployments during 1994 flying a total of more than 4,200 sorties. The 78th was also instrumental in the 20th Fighter Wing's being awarded the Air Force Daedalian Award for 1994. The first three months of 1995 saw the 78th deployed to Southwest Asia (SWA) flying some 1,150 sorties and 3,293 flying hours over the "No-Fly Zone." This was the equivalent of nine months of flying compacted into a three-month period under very difficult desert conditions.

The 78th flew more F-16 fighter sorties (5,452) in 1996 than any other squadron in ACC. The "Bushmasters" flew 1,197 sorties in support of Operation SOUTHERN WATCH. In addition, the 78th flight demonstration team (9th AF F-16 Demo Team) performed 30 shows for an audience of more than four million people.

Squadron decorations and campaign streamers include the Distinguished Unit Citation Air Force Outstanding Unit Award and Central Pacific, Air Offensive Japan and air Combat Asiatic-Pacific Theater Campaign Streamers.


P-47 Unit Markings (1 Viewer)

I am researching the 78th Fighter Group USAAF flying P-47 Thunderbolts, initially from Goxhill and later from Duxford, during the first six months of 1943.

From a pilot's contemporary log book, I know that from 6-17 March he was flying aircraft identified by a 4-digit Serial Number. For example, 6218 equals 41-6218.
However, from 22 March - 9 April, he uses a 2-digit identifier, such as 22 or 24.
Then, from 11 April onwards, he uses a single-letter abbreviation of the conventional Squadron Code. So, for example, 41-6218 which equals MX-G would be recorded in the log book as G.

I understand the Serial Numbers and the Squadron Codes, but I am struggling with the 2-digit identifier. From the cover picture of "P-47 Thunderbolt at War" by Cory Graff, I see that 56th Fighter Group was using 2-digit identifiers. For example, the lead aircraft is "1" and the one behind is "24". I also note that the identifier of "1" is not based on the Serial Number, which is 16002 in this case.

Clearly, some squadrons appear to be using a 2-digit identifier for a short period, before adopting the more familar Squadron Codes (e.g. MX-G).

Will someone please clarify what was going on - either generally or with reference to 78th Fighter Group? Also, can anyone direct me to a source that correlates the 2-digit identifier back to the Serial Number (or Squadron Code)? Directions to more photographic examples would be good too.

Airframes

Benevolens Magister

Andrewd

Recruter

Many thank to Airframes for the great summary. I, too, would have expected the 2-digit identifier to match the last two digits of the Serial Number. But the attached photograph (based on 56th Fighter Group) is clearly not the case. The Serial Number of the lead aircraft is 16002, but the code on the fuselage is "1", rather than "2". And they are clearly not using the usual Squadron Codes (such as AB-C).

I'm still curious if someone can advise what was happening at the time, to drive this particular numbering system? Was it random? Was it seniority? Was it (as Airframes suggests) the dispersal site number? All ideas welcome.

Drgondog

Capitaine

I am researching the 78th Fighter Group USAAF flying P-47 Thunderbolts, initially from Goxhill and later from Duxford, during the first six months of 1943.

Recall that 78th FG came to ETO with P-38G's and flew them until they were all sent to North Africa by early February 13th - when they were then replaced with P-47C's at Goxhill - then moved to Duxford April 1-6, 1943

From a pilot's contemporary log book, I know that from 6-17 March he was flying aircraft identified by a 4-digit Serial Number. For example, 6218 equals 41-6218.
However, from 22 March - 9 April, he uses a 2-digit identifier, such as 22 or 24.

It is possible that these P-47s they were traing on had single and double digit numerical codes at Goxhill - but that would not be standard SOP once the Squadron Codes were applied (i.e MX*H - 82nd Squadron (MX), ship "H"). The serial number on this a/c was 16249. That was shorthand for P-47C-2RE 41-6249. "41" is the AAF Contract year and ALL tail serial numbers for contract year 1941 was "1".

Then, from 11 April onwards, he uses a single-letter abbreviation of the conventional Squadron Code. So, for example, 41-6218 which equals MX-G would be recorded in the log book as G.

That makes sense as they left their 'familiarization' P-47s at Goxhill and received all new P-47C's at Duxford in April, 1943.

I understand the Serial Numbers and the Squadron Codes, but I am struggling with the 2-digit identifier. From the cover picture of "P-47 Thunderbolt at War" by Cory Graff, I see that 56th Fighter Group was using 2-digit identifiers. For example, the lead aircraft is "1" and the one behind is "24". I also note that the identifier of "1" is not based on the Serial Number, which is 16002 in this case.

I suspect the 56th flew some of the same ships, although they flew to ETO with the ones assigned in US. Could have bee before the 56th was assigned ETO squadron recognition codes for their own P-47C.s.

Clearly, some squadrons appear to be using a 2-digit identifier for a short period, before adopting the more familar Squadron Codes (e.g. MX-G).

Will someone please clarify what was going on - either generally or with reference to 78th Fighter Group? Also, can anyone direct me to a source that correlates the 2-digit identifier back to the Serial Number (or Squadron Code)? Directions to more photographic examples would be good too.



Commentaires:

  1. Diondre

    Congratulations, I think this is a brilliant idea.

  2. Garaden

    Bien écrit.

  3. Russell

    Et bien sûr, nous souhaitons:

  4. Faezshura

    On mine, it not the best variant

  5. Kegor

    Il y a quelque chose. Merci pour l'explication.

  6. Myron

    Désolé pour mon intervention ... Je comprends cette question. Nous allons le prendre en compte.



Écrire un message