Documents - Historique

Documents - Historique


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Articles 1 à 30 et annexe
Le Pacte de la Société des Nations

L'ALLIANCE DE LA SOCIÉTÉ DES NATIONS.

LES HAUTES PARTIES CONTRACTANTES, Afin de promouvoir la coopération internationale et de
parvenir à la paix et à la sécurité internationales par l'acceptation des obligations de ne pas recourir à la guerre par le
prescription de relations ouvertes, justes et honorables entre les nations par l'établissement ferme de la
compréhension du droit international en tant que règle de conduite effective entre les gouvernements, et par la
le maintien de la justice et le respect scrupuleux de toutes les obligations conventionnelles dans les relations
peuples les uns avec les autres Acceptent ce Pacte de la Société des Nations.

ARTICLE 1.

Les Membres originaires de la Société des Nations seront ceux des Signataires nommés dans l'annexe au présent Pacte ainsi que ceux des autres Etats nommés dans l'Annexe qui adhéreront sans réserve au présent Pacte. Cette adhésion s'effectuera par une déclaration déposée
avec le Secrétariat dans les deux mois suivant l'entrée en vigueur du Pacte.
être envoyé à tous les autres membres de la Ligue. Tout État, Dominion ou Colonie pleinement autonome
non nommé dans l'annexe peut devenir membre de la Ligue si son admission est agréée par deux
tiers de l'Assemblée à condition qu'elle donne des garanties effectives de sa sincère intention de
respecter ses obligations internationales et accepter les règlements qui peuvent être prescrits par le
Ligue en ce qui concerne ses forces et ses armements militaires, navals et aériens. Tout membre de la Ligue
peut, après un préavis de deux ans de son intention, se retirer de la Ligue, à condition que tous
ses obligations internationales et toutes ses obligations en vertu du présent Pacte auront été remplies au
moment de son retrait.

ARTICLE 2.

L'action de la Société en vertu du présent Pacte sera effectuée par l'intermédiaire d'un
Assemblée et d'un Conseil, avec un Secrétariat permanent.

ARTICLE 3.

L'Assemblée se compose de représentants des Membres de la Société des Nations. L'Assemblée doit
se réunir à intervalles déterminés et de temps à autre selon les besoins au siège de la Ligue ou à
tout autre lieu qui pourra être décidé. L'Assemblée peut traiter lors de ses réunions de toute question
dans la sphère d'action de la Ligue ou affectant la paix du monde. Lors des réunions du
Assemblée, chaque Membre de la Ligue dispose d'une voix et ne peut avoir plus de trois
Représentants.

ARTICLE 4.

Le Conseil se compose de représentants des principales puissances alliées et associées,
avec les représentants de quatre autres Membres de la Société des Nations. Ces quatre membres du
La Ligue sera choisie par l'Assemblée de temps à autre à sa discrétion. Jusqu'au rendez-vous
des représentants des quatre Membres de la Société choisis en premier lieu par l'Assemblée,
Des représentants de la Belgique, du Brésil, de l'Espagne et de la Grèce sont membres du Conseil. Avec le
l'approbation de la majorité de l'Assemblée, le Conseil peut nommer des Membres supplémentaires de la Ligue
dont les Représentants sont toujours membres du Conseil ; le Conseil, avec la même approbation, peut
augmenter le nombre de Membres de la Ligue choisis par l'Assemblée pour être représentés au
le Conseil. Le Conseil se réunit de temps à autre selon les besoins, et au moins une fois par
année, au siège de la Ligue, ou à tout autre endroit qui pourra être décidé. Le Conseil peut
traiter lors de ses réunions de toute question relevant de la sphère d'action de la Ligue ou affectant la paix
du monde. Tout Membre de la Ligue non représenté au Conseil est invité à envoyer un
Représentant pour siéger en tant que membre à toute réunion du Conseil lors de l'examen des questions
affectant spécialement les intérêts de ce Membre de la Société des Nations. Lors des réunions du Conseil, chaque
Le membre de la Ligue représenté au Conseil dispose d'une voix et ne peut avoir plus de
un représentant.

ARTICLE 5.

Sauf disposition contraire expresse du présent Pacte ou des dispositions du présent Traité,
les décisions de toute réunion de l'Assemblée ou du Conseil nécessitent l'accord de tous les
Membres de la Ligue représentés à la réunion. Toutes les questions de procédure lors des réunions du
de l'Assemblée ou du Conseil, y compris la nomination de commissions chargées d'enquêter sur des
questions, sont réglés par l'Assemblée ou par le Conseil et peuvent être décidés à la majorité des
les Membres de la Ligue représentés à la réunion. La première réunion de l'Assemblée et de la
première réunion du Conseil est convoquée par le Président des États-Unis d'Amérique.

ARTICLE 6.

Le Secrétariat permanent sera établi au Siège de la Ligue. Le Secrétariat doit
comprend un secrétaire général et les secrétaires et le personnel nécessaires. Le premier secrétaire
Général est la personne nommée dans l'annexe ; par la suite, le Secrétaire général est nommé
par le Conseil avec l'approbation de la majorité de l'Assemblée. Les secrétaires et le personnel de la
Le Secrétariat est nommé par le Secrétaire général avec l'approbation du Conseil. Les
Le Secrétaire général agit en cette qualité à toutes les réunions de l'Assemblée et du Conseil. Les
les dépenses du Secrétariat sont à la charge des Membres de la Ligue conformément aux
répartition des dépenses du Bureau international de l'Union postale universelle.

ARTICLE 7.

Le siège de la Ligue est établi à Genève. Le Conseil peut à tout moment décider que le siège de
la Ligue sera établie ailleurs. Tous les postes sous ou en relation avec la Ligue,
y compris le Secrétariat, est ouvert également aux hommes et aux femmes. Représentants des Membres
de la Ligue et les fonctionnaires de la Ligue lorsqu'ils s'occupent des affaires de la Ligue jouissent
privilèges et immunités diplomatiques. Les bâtiments et autres biens occupés par la Ligue ou
ses agents ou par les représentants assistant à ses réunions sont inviolables.

ARTICLE 8.

Les Membres de la Société des Nations reconnaissent que le maintien de la paix exige la réduction des
armements nationaux jusqu'au point le plus bas compatible avec la sécurité nationale et l'application par
action commune des obligations internationales. Le Conseil, compte tenu de la situation géographique
situation et les circonstances de chaque État, formule des plans pour cette réduction pour la
considération et action des divers gouvernements. Ces plans sont sujets à réexamen
et révision au moins tous les dix ans. Après que ces plans auront été adoptés par les différents
gouvernements, les limites des armements qui y sont fixées ne seront pas dépassées sans le concours
du Conseil. Les Membres de la Société conviennent que la fabrication par l'entreprise privée de
munitions et engins de guerre est sujet à de graves objections. Le Conseil avisera comment le mal
les effets liés à une telle fabrication peuvent être évités, compte dûment tenu des nécessités de
les Membres de la Société qui ne sont pas en mesure de fabriquer les munitions et ustensiles de
guerre nécessaire à leur sécurité. Les Membres de la Ligue s'engagent à échanger pleinement et franchement
informations sur l'ampleur de leurs armements, leurs programmes militaires, navals et aériens et les
l'état de celles de leurs industries qui sont adaptables à des fins de guerre.

ARTICLE 9.

Une Commission permanente est constituée pour conseiller le Conseil sur l'exécution des
dispositions des articles 1 et 8 et sur les questions militaires, navales et aériennes en général.

ARTICLE 10.

Les Membres de la Société s'engagent à respecter et à préserver contre les agressions extérieures les
l'intégrité territoriale et l'indépendance politique existante de tous les Membres de la Ligue. En cas de
une telle agression ou en cas de menace ou de danger d'une telle agression, le Conseil avisera
les moyens par lesquels cette obligation doit être remplie.

ARTICLE 11.

Toute guerre ou menace de guerre, affectant immédiatement ou non l'un des Membres de la Ligue,
est par la présente déclarée un sujet de préoccupation pour l'ensemble de la Ligue, et la Ligue prendra toute mesure qui
peut être considéré comme sage et efficace pour sauvegarder la paix des nations. Dans le cas d'une telle urgence
le cas échéant, le Secrétaire général, à la demande de tout Membre de la Ligue,
convoquer une réunion du Conseil. Il est également déclaré être le droit amical de chaque membre de la
Ligue de porter à l'attention de l'Assemblée ou du Conseil toute circonstance quelle qu'elle soit
affectant les relations internationales qui menace de troubler la paix internationale ou le bon
l'entente entre les nations dont dépend la paix.

ARTICLE 12.

Les Membres de la Ligue conviennent que s'il s'élevait entre eux un différend susceptible d'entraîner
à une rupture, ils soumettront l'affaire soit à l'arbitrage, soit à l'enquête du Conseil, et ils
ne s'engagent en aucun cas à recourir à la guerre avant trois mois après la sentence des arbitres ou le rapport de
le Conseil. Dans tous les cas, en vertu du présent article, la sentence des arbitres sera rendue dans un délai
délai raisonnable, et le rapport du Conseil est présenté dans les six mois suivant la présentation
du litige.

ARTICLE 13.

Les Membres de la Ligue conviennent que chaque fois qu'un différend surgira entre eux qu'ils
reconnaître comme apte à être soumis à l'arbitrage et qui ne peut être réglé de manière satisfaisante par
diplomatie, ils soumettront l'ensemble de la matière à l'arbitrage. Différends sur l'interprétation
d'un traité, quant à toute question de droit international, quant à l'existence de tout fait qui, si
établie constituerait une violation de toute obligation internationale, ou quant à l'étendue et la nature
de la réparation à effectuer ou d'une telle violation, sont déclarés parmi ceux qui sont généralement
apte à être soumis à l'arbitrage. Pour l'examen d'un tel litige, le tribunal de
l'arbitrage auquel l'affaire est renvoyée est le tribunal agréé par les parties au différend ou
stipulées dans toute convention existant entre elles. Les Membres de la Ligue conviennent qu'ils
exécuter en toute bonne foi toute sentence qui pourrait être rendue, et qu'ils ne recourront pas à la guerre
contre un Membre de la Ligue qui s'y conforme. En cas de non-exécution
une telle sentence, le Conseil propose les mesures à prendre pour y donner effet.

ARTICLE 14.

Le Conseil formule et soumet aux Membres de la Ligue pour adoption des plans pour la
création d'une Cour permanente de justice internationale. La Cour est compétente pour entendre
et régler tout différend de caractère international que les parties lui soumettent. Les
La Cour peut également donner un avis consultatif sur tout différend ou question qui lui est soumis par le Conseil
ou par l'Assemblée.

ARTICLE 15.

S'il devait surgir entre les Membres de la Société un différend susceptible d'entraîner une rupture, qui
n'est pas soumis à l'arbitrage conformément à l'article 13, les Membres de la Ligue conviennent que
ils soumettront la question au Conseil. Toute partie au différend peut effectuer cette soumission par
notifier l'existence du différend au Secrétaire Général, qui prendra toutes les mesures nécessaires
dispositions pour une enquête approfondie et son examen. A cet effet, les parties à la
différend communiquera au Secrétaire général, dans les plus brefs délais, les exposés de leur cause
avec tous les faits et documents pertinents, et le Conseil peut immédiatement en ordonner la publication.
Le Conseil s'efforcera de régler le différend et, si ces efforts sont couronnés de succès,
une déclaration est rendue publique donnant ces faits et explications concernant le différend et la
les modalités de règlement de celui-ci que le Conseil jugera appropriées. Si le différend n'est pas ainsi réglé,
le Conseil, soit à l'unanimité, soit à la majorité, établit et publie un rapport contenant une
exposé des faits du litige et des recommandations jugées justes et appropriées dans
à cet égard Tout Membre de la Société représenté au Conseil peut rendre publique une déclaration
des faits du litige et de ses conclusions à ce sujet. Si un rapport du Conseil est
à l'unanimité des membres de celui-ci autres que les représentants d'un ou plusieurs des
parties au différend, les Membres de la Ligue conviennent qu'ils n'entreront en guerre avec aucune partie
au différend qui est conforme aux recommandations du rapport. Si le Conseil ne parvient pas à un
rapport approuvé à l'unanimité par ses membres, autres que les représentants de
une ou plusieurs des parties au différend, les Membres de la Ligue se réservent le droit
prendre les mesures qu'ils jugeront nécessaires au maintien du droit et de la justice. Si la
différend entre les parties est invoqué par l'une d'elles et est considéré par le Conseil comme résultant d'un
matière qui, en vertu du droit international, relève uniquement de la compétence nationale de cette partie, le Conseil
en fera rapport et ne fera aucune recommandation quant à son règlement. Le Conseil peut en tout cas
en vertu de cet article, renvoyer le différend à l'Assemblée. Le différend est ainsi soumis à la demande de
l'une ou l'autre des parties au différend, à condition que cette demande soit faite dans les quatorze jours suivant la
soumission du différend au Conseil. Dans tous les cas déférés à l'Assemblée, toutes les dispositions du
le présent article et de l'article 12 relatif à l'action et aux compétences du Conseil s'appliquent au
l'action et les pouvoirs de l'Assemblée, à condition qu'un rapport fait par l'Assemblée, s'il est approuvé en
par les représentants des Membres de la Société représentés au Conseil et d'un
majorité des autres Membres de la Société, à l'exclusion dans chaque cas des Représentants de la
parties au différend ont la même valeur qu'un rapport du Conseil approuvé par tous les
membres de celui-ci autres que les représentants d'une ou plusieurs des parties au différend.

ARTICLE 16.

Si un Membre de la Société recourt à la guerre en méconnaissance de ses engagements en vertu des articles 12, 13,
ou 15, il sera ipso facto réputé avoir commis un acte de guerre contre tous les autres Membres de la
League, qui s'engagent par les présentes à la soumettre immédiatement à la rupture de toute relation commerciale ou financière
relations, l'interdiction de tout rapport entre leurs nations et les ressortissants de la
État en rupture de pacte, et la prévention de tous les rapports financiers, commerciaux ou personnels
entre les ressortissants de l'Etat violant le pacte et les ressortissants de tout autre Etat, qu'il s'agisse d'un
Membre de la Ligue ou non. Il appartiendra au Conseil, dans ce cas, de recommander au
plusieurs gouvernements se sont demandé quelle force militaire, navale ou aérienne efficace les membres de la
La Ligue contribuera solidairement aux forces armées qui seront utilisées pour protéger les pactes de la
Ligue. Les Membres de la Ligue conviennent, en outre, qu'ils se soutiendront mutuellement dans
les mesures financières et économiques qui sont prises en vertu du présent article, afin de minimiser les
la perte et les inconvénients résultant des mesures ci-dessus, et qu'ils se soutiendront mutuellement
un autre à résister à toute mesure spéciale visant l'un d'entre eux par la rupture de l'alliance
État, et qu'ils prendront les mesures nécessaires pour permettre le passage sur leur territoire aux
forces de l'un des Membres de la Société qui coopèrent pour protéger les pactes de la
Ligue. Tout membre de la Ligue qui a violé un pacte de la Ligue peut être déclaré
ne plus être membre de la Société des Nations par un vote du Conseil approuvé par le
Des représentants de tous les autres Membres de la Société qui y sont représentés.

ARTICLE 17.

En cas de différend entre un Membre de la Société des Nations et un Etat qui n'est pas Membre de la
Ligue, ou entre des États non membres de la Ligue, le ou les États, non membres de la
La Ligue est invitée à accepter les obligations d'être membre de la Ligue aux fins de
différend, aux conditions que le Conseil jugera justes. Si une telle invitation est acceptée, le
les dispositions des articles 12 à 16 inclus seront appliquées avec les modifications jugées
nécessaire par le Conseil. Dès qu'une telle invitation est donnée, le Conseil institue immédiatement
une enquête sur les circonstances du différend et recommander les mesures qui peuvent sembler les meilleures et
plus efficace dans les circonstances. Si un État ainsi invité refuse d'accepter les obligations de
l'adhésion à la Ligue aux fins d'un tel différend, et doit recourir à la guerre contre un
Membre de la Société des Nations, les dispositions de l'article 16 sont applicables à l'encontre de l'Etat qui prend
une telle action. Si les deux parties au différend, lorsqu'elles y sont invitées, refusent d'accepter les obligations de
l'adhésion à la Ligue aux fins d'un tel différend, le Conseil peut prendre de telles mesures et
faire des recommandations qui empêcheront les hostilités et aboutiront au règlement de la
contestation.

ARTICLE 18.

Tout traité ou engagement international conclu ci-après par un Membre de la Société
être immédiatement enregistré auprès du Secrétariat et publié dans les plus brefs délais par celui-ci. Non
ce traité ou engagement international est obligatoire jusqu'à ce qu'il soit enregistré.

ARTICLE 19.

L'Assemblée peut de temps à autre conseiller le réexamen par les Membres de la Ligue des
traités devenus inapplicables et la prise en considération des conditions internationales dont
la continuation pourrait mettre en danger la paix du monde.

ARTICLE 20.

Les Membres de la Ligue conviennent solidairement que ce Pacte est accepté comme abrogeant toutes
obligations ou accords entre eux qui sont incompatibles avec les termes de ceux-ci, et solennellement
s'engagent à ne plus prendre par la suite d'engagements incompatibles avec les termes de celui-ci.
Au cas où un Membre de la Ligue, avant de devenir Membre de la Ligue, aurait
contracté des obligations incompatibles avec les termes du présent Pacte, il est du devoir de ces
Membre de prendre des mesures immédiates pour obtenir sa libération de ces obligations.

ARTICLE 21.

Aucune disposition du présent Pacte ne sera réputée affecter la validité des engagements internationaux, tels que
comme des traités d'arbitrage ou des accords régionaux comme la doctrine Monroe, pour assurer la
maintien de la paix.

ARTICLE 22.

Aux colonies et territoires qui, à la suite de la dernière guerre, ont cessé d'être sous la souveraineté des États qui les gouvernaient autrefois et qui sont habités par des peuples qui ne sont pas encore capables de se suffire à eux-mêmes dans les conditions difficiles du monde moderne, il devrait être appliqué le principe selon lequel le bien-être et le développement de ces peuples constituent une confiance sacrée de la civilisation et que les garanties de l'exercice de cette confiance devraient être incorporées dans cette
Engagement. La meilleure méthode pour donner effet à ce principe est que la tutelle de ces
peuples devraient être confiés à des nations avancées qui, en raison de leurs ressources, de leur expérience
ou leur position géographique peut le mieux assumer cette responsabilité, et qui sont disposés à accepter
et que cette tutelle soit exercée par eux en qualité de mandataires au nom de la Ligue. Les
caractère du mandat doit différer selon le stade de développement du peuple, le
situation géographique du territoire, ses conditions économiques et autres circonstances similaires.
Certaines communautés appartenant autrefois à l'Empire turc ont atteint un stade de développement
où leur existence en tant que nations indépendantes peut être provisoirement reconnue sous réserve de la
prestation de conseils administratifs et d'assistance par un mandataire jusqu'à ce qu'il soit en mesure de
rester seul. Les souhaits de ces communautés doivent être une considération principale dans le choix des
le Mandataire. D'autres peuples, notamment ceux d'Afrique centrale, sont à un stade tel que la
Le mandataire doit être chargé de l'administration du territoire dans des conditions qui
garantir la liberté de conscience et de religion, sous réserve uniquement du maintien de l'ordre public et
morale, l'interdiction des abus tels que la traite des esclaves, le trafic d'armes et le trafic d'alcool, et
l'empêchement de l'établissement de fortifications ou de bases militaires et navales et de
formation des indigènes à d'autres fins que la police et la défense du territoire, et
garantir l'égalité des chances pour les échanges et le commerce des autres Membres de la Société des Nations. Il y a
territoires, tels que le Sud-Ouest africain et certaines îles du Pacifique Sud, qui, en raison de la
faible densité de leur population, ou leur petite taille, ou leur éloignement des centres de
civilisation, ou leur contiguïté géographique avec le territoire du Mandataire, et d'autres
circonstances, peut être mieux administré en vertu des lois du Mandataire en tant que partie intégrante de son
territoire, sous réserve des garanties susmentionnées dans l'intérêt de la population autochtone. Dans
chaque cas de mandat, le Mandataire remet au Conseil un rapport annuel en référence à la
territoire confié à sa charge. Le degré d'autorité, de contrôle ou d'administration à exercer
par le Mandataire sera, s'il n'a pas été préalablement convenu par les Membres de la Ligue, être explicitement
défini dans chaque cas par le Conseil. Une Commission permanente sera constituée pour recevoir et
examiner les rapports annuels des Mandataires et conseiller le Conseil sur toutes les questions relatives à la
respect des mandats.

ARTICLE 23.

Sous réserve et conformément aux dispositions des conventions internationales existantes ou à venir
être convenu, les Membres de la Ligue : (a) s'efforceront d'assurer et de maintenir des
conditions de travail humaines pour les hommes, les femmes et les enfants, à la fois dans leur propre pays et dans tous
pays auxquels s'étendent leurs relations commerciales et industrielles et, à cette fin,
établir et maintenir les organisations internationales nécessaires; (b) s'engager à garantir juste
traitement des habitants indigènes des territoires sous leur contrôle; © confiera à la Ligue
le contrôle général de l'exécution des accords relatifs à la traite des femmes et
les enfants et le trafic d'opium et d'autres drogues dangereuses ; (d) confiera à la Ligue
surveillance générale du commerce des armes et des munitions avec les pays dans lesquels le contrôle des
ce trafic est nécessaire dans l'intérêt commun ; (e) prendra des dispositions pour sécuriser et maintenir
liberté de communication et de transit et traitement équitable du commerce de tous les Membres
de la Ligue. A cet égard, les besoins particuliers des régions dévastées pendant la guerre de
1914-1918 doit être pris en compte; (f) s'efforcera de prendre des mesures en matière de droit international
préoccupation pour la prévention et le contrôle des maladies.

ARTICLE 24.

Il sera placé sous la direction de la Ligue tous les bureaux internationaux déjà établis
par des traités généraux si les parties à ces traités y consentent. Tous ces bureaux internationaux et tous
les commissions de réglementation des questions d'intérêt international ci-après constituées sont
placé sous la direction de la Ligue. Dans toutes les questions d'intérêt international qui sont réglementées
par des conventions générales mais qui ne sont pas placées sous le contrôle de bureaux internationaux ou
commissions, le Secrétariat de la Ligue, sous réserve de l'assentiment du Conseil et s'il le désire
par les parties, recueille et diffuse toutes les informations pertinentes et prête toute autre assistance
ce qui peut être nécessaire ou souhaitable. Le Conseil peut inclure dans les dépenses de la
Secrétariat les dépenses de tout bureau ou commission placé sous la direction du
Ligue.

ARTICLE 25.

Les Membres de la Ligue conviennent d'encourager et de promouvoir l'établissement et la coopération de
organisations nationales volontaires de la Croix-Rouge dûment autorisées ayant pour but l'amélioration de
la santé, la prévention des maladies et l'atténuation des souffrances dans le monde.

ARTICLE 26.

Les amendements au présent Pacte prendront effet lorsqu'ils seront ratifiés par les Membres de la Ligue dont
représentants composent le Conseil et à la majorité des Membres de la Société dont
Des représentants composent l'Assemblée. Aucun de ces amendements ne lie un membre de la Ligue
ce qui signifie qu'il s'y oppose, mais dans ce cas, il cessera d'être Membre de la Société des Nations.

ANNEXE.

I. MEMBRES ORIGINAUX DE LA SOCIÉTÉ DES NATIONS SIGNATAIRES DU TRAITÉ
DE PAIX.

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE, BELGIQUE, BOLIVIE, BRÉSIL, EMPIRE BRITANNIQUE,
CANADA, AUSTRALIE, AFRIQUE DU SUD, NOUVELLE-ZÉLANDE, INDE, CHINE, CUBA,
ÉQUATEUR, FRANCE, GRÈCE, GUATEMALA, HAITITI, HEDJAZ, HONDURAS, ITALIE,
JAPON, LIBÉRIA, NICARAGUA, PANAMA, PÉROU, POLOGNE, PORTUGAL, ROUMANIE,
ÉTAT SERB-CROATE-SLOVÈNE, SIAM, TCHÉCO-SLOVAQUIE, URUGUAY

ETATS INVITES A ACCEDER A L'ALLIANCE.

RÉPUBLIQUE ARGENTINE, CHILI, COLOMBIE, DANEMARK, PAYS-BAS, NORVÈGE,
PARAGUAY, PERSE, SALVADOR, ESPAGNE, SUÈDE, SUISSE, VENEZUELA.

II. PREMIER SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA SOCIÉTÉ DES NATIONS.

L'honorable Sir James Eric Drummond, K.C.M.G., C.B.

Articles 27-30 Frontières de l'Allemagne PARTIE II.

LIMITES DE L'ALLEMAGNE.

ARTICLE 27.

Les frontières de l'Allemagne seront déterminées comme suit :

1. Avec la Belgique :

Du point commun aux trois frontières de la Belgique, de la Hollande et de l'Allemagne et dans une direction méridionale
direction : la limite nord-est de l'ancien territoire de Moresnet' neutre puis la limite orientale
limite du Kreis d'Eupen, puis frontière entre la Belgique et le Kreis de Montjoie, puis
la limite nord-est et est du Kreis de Malmedy jusqu'à sa jonction avec la frontière de
Luxembourg.

2. Avec le Luxembourg :

La frontière du 3 août 1914, jusqu'à sa jonction avec la frontière de France du 18 juillet 1870.

3. Avec la France :

La frontière du 18 juillet 1870, du Luxembourg à la Suisse avec les réserves faites à l'article
48 de la section IV (Bassin de la Sarre) de la partie III.

4. Avec la Suisse :

La frontière actuelle.

5. Avec l'Autriche.

La frontière du 3 août 1914 de la Suisse à la Tchécoslovaquie telle que définie ci-après.

6. Avec la Tchéco-Slovaquie :

La frontière du 3 août 1914 entre l'Allemagne et l'Autriche depuis sa jonction avec l'ancienne
limite administrative séparant la Bohême et la province de Haute-Autriche jusqu'au nord de
le saillant de l'ancienne province de Silésie autrichienne situé à environ 8 kilomètres à l'est de Neustadt.

7. Avec la Pologne :

Du point défini ci-dessus jusqu'à un point à fixer au sol à environ 2 kilomètres à l'est de
Lorzendorf : la frontière telle qu'elle sera fixée conformément à l'article 88 du présent traité ; de là
en direction nord jusqu'au point où la frontière administrative de la Posnanie traverse le fleuve
Bartsch : une ligne à fixer au sol partant des lieux suivants en Pologne : Skorischau,
Reichthal, Trembatschau, Kunzendorf, Schleise, Gross Koscl, Schreibersdorf, Rippin,
Furstlich-Niefken, Pawelau, Tscheschen, Konradau, Johallnisdorf, Modzenowe, Bogdaj et en
Allemagne : Lorzendorf, Kaulwitz, Glausche, Dalbersdorf, Reesewitz, Stradam, Gross Wartenberg,
Kraschen, Neu Mittelwalde, Domaslawitz, Wedelsdorf, Tscheschen Hammer ; de là le
limite administrative de la Posnanie vers le nord-ouest jusqu'au point où elle coupe le Rawitsch-
chemin de fer Herrnstadt; de là jusqu'au point où la frontière administrative de la Posnanie coupe la
Route Reisen-Tschirnau : une ligne à fixer au sol passant à l'ouest de Triebusch et Gabel et
à l'est de Saborwitz; de là la limite administrative de la Posnanie jusqu'à sa jonction avec la
limite administrative du Kreis de Fraustadt; de là dans une direction nord-ouest jusqu'à un point
être choisi sur la route entre les villages d'Unruhstadt et de Kopnitz : une ligne à fixer sur le
terrain passant à l'ouest de Geyersdorf, Brenno, Fehlen, Altkloster, Klebel, et à l'est d'Ulbersdorf,
Buchwald, Ilgen, Weine, Lupitze, Schwenten : de là en direction nord jusqu'à l'extrême nord
pointe du lac Chlop : une ligne à fixer au sol suivant la ligne médiane des lacs ; les
ville et la gare de Bentschen cependant (y compris la jonction des lignes
Schwiebus-Bentschen et Zullichau-Bentschen) restant sur le territoire polonais ; de là dans un
direction nord-est jusqu'au point de jonction des limites du Kreise de Schwerin,
Birnbaum et Meseritz : une ligne à fixer sur le terrain passant à l'est de Betsche ; de là dans un
vers le nord la limite séparant le Kreise de Schwerin et Birnbaum, puis dans un
vers l'est la limite nord de la Posnanie jusqu'au point où elle coupe la rivière Netze;
de là en amont jusqu'à son confluent avec la Kaddow : le cours de la Netze ; de là en amont jusqu'à un
point à choisir à environ 6 kilomètres au sud-est de Schneidemuhl : le cours du Kuddow ; de là
vers le nord-est jusqu'au point le plus méridional du rentant de la limite nord de la Posnanie
environ 5 kilomètres à l'ouest de Stahren : une ligne à fixer au sol partant du
Chemin de fer SchneidemuhlKonitz dans cette zone entièrement en territoire allemand; de là la limite de
la Posnanie vers le nord-est jusqu'à la pointe du saillant qu'elle fait à environ 15 kilomètres à l'est de Flatow ;
de là vers le nord-est jusqu'au point où la rivière Kamionka rencontre la limite sud de la
Kreis de Konitz à environ 3 kilomètres au nord-est de Grunau : une ligne à fixer au sol partant
les lieux suivants en Pologne : Jasdrowo, Gr. Lutau, Kl. Lutau, Wittkau, et en Allemagne : Gr.
Butzig, Cziskowo, Battrow, Bock, Grunau ; de là, en direction nord, la limite entre
le Kreise de Konitz et de Schlochau jusqu'au point où cette limite coupe la rivière Brahe ; de là à
un point sur la frontière de la Poméranie à 15 kilomètres à l'est de Rummelsburg : une ligne à fixer sur le
sol partant des localités suivantes en Pologne : Konarzin, Kelpin, Adl. Briesen, et en Allemagne :
Sampohl, Neuguth, Steinfort, Gr. Peterkau; puis la limite de la Poméranie en direction est
jusqu'à sa jonction avec la limite entre le Kreise de Konitz et Schlochau; de là vers le nord
la frontière entre la Poméranie et la Prusse occidentale jusqu'au point sur la rivière Rheda environ 3
kilomètres au nord-ouest de Gohra où cette rivière est rejointe par un affluent du nord-ouest ; de là
à un point à choisir dans le coude de la rivière Piasnitz à environ 1 1/2 kilomètre au nord-ouest de
Warschkau : une ligne à fixer au sol ; de là cette rivière en aval, puis la ligne médiane de
Le lac de Zarnowitz, puis l'ancienne frontière de la Prusse occidentale à la mer Baltique. 8. Avec le Danemark :

La frontière telle qu'elle sera fixée conformément aux articles 109 à III du titre III, section XII
(Schleswig).

ARTICLE 28.

Les limites de la Prusse orientale, avec les réserves faites à la section IX (Prusse orientale) de la partie III,
sera déterminé comme suit : à partir d'un point sur la côte de la mer Baltique à environ 1 1/2 kilomètre
au nord de l'église de Probbernau dans une direction d'environ 159° Est par rapport au Nord vrai : une ligne à fixer sur
le sol sur environ 2 kilomètres ; de là en ligne droite jusqu'au feu au détour de l'Elbing
Canal à environ 54° 19 1/2' de latitude nord, 19° 26' de longitude à l'est de Greenwich; de là à
l'embouchure la plus à l'est de la rivière Nogat à un gisement d'environ 209° est par rapport au nord vrai;
de là en remontant le cours de la rivière Nogat jusqu'au point où cette dernière quitte la Vistule
(Weichsel) ; de là, le principal canal de navigation de la Vistule, puis la limite sud
of the Kreis of Marienwerder, then that of the Kreis of Rosenberg eastwards to the point where it
meets the old boundary of East Prussia, thence the old boundary between East and West Prussia,
then the boundary between the Kreise of Osterode and Neidenburg, then the course of the river
Skottau downstream, then the course of the Neide upstream to a point situated about 5 kilometres
west of Bialutten being the nearest point to the old frontier of Russia; thence in an easterly direction
to a point immediately south of the intersection of the road Neidenburg-Mlava with the old frontier
of Russia: a line to be fixed on the ground passing north of Bialutten; thence the old frontier of
Russia to a point east of Schmalleningken, then the principal channel of navigation of the Niemen
(Memel) downstream, then the Skierwieth arm of the delta to the Kurisches Haff; thence a straight
line to the point where the eastern shore of the Kurische Nehrung meets the administrative boundary
about 4 kilometres south-west of Nidden; thence this administrative boundary to the western shore
of the Kurische Nehrung.

ARTICLE 29.

The boundaries as described above are drawn in red on a one-in-a- million map which is annexed to
the present Treaty (Map No. 1). [See Introduction.] In the case of any discrepancies between the
text of the Treaty and this map or any other map which may be annexed, the text will be final.

ARTICLE 30.

In the case of boundaries which are defined by a waterway, the terms "course" and "channel" used
in the present Treaty signify: in the case of non-navigable rivers, the median line of the waterway or
of its principal arm, and, in the case of navigable rivers, the median line of the principal channel of
navigation It will rest with the Boundary Commissions provided by the present Treaty to specify in
each case whether the frontier line shall follow any changes of the course or channel which may
take place or whether it shall be definitely fixed by the position of the course or channel at the time
when the present Treaty comes into force.


View previous versions of Office files

Version history in Office only works for files stored in OneDrive or SharePoint in Microsoft 365. For more info, see Save a document to your OneDrive.

Open the file you want to view.

Cliquez sur Déposer > Info > Version history.

Select a version to open it in a separate window.

If you want to restore a previous version you've opened, select Restore.

Open the file you want to view.

Aller à Déposer > Histoire.

Noter: Si vous ne voyez pas Histoire on your navigation pane it's possible that you actually have a subscription version of Office. Sélectionnez le Info button on the navigation pane and see if you can access Version History there.

Select a version to open it in a separate window.

Open the file you want to view.

If you're using Microsoft 365 for Mac, select the name of the document on the title bar of the application, then select Browse Version History.

If you're using Office 2016 or 2019 for Mac, select Déposer > Browse Version History.

Select a version to open it in a separate window.

Open the file you want to view.

Aller à Déposer > Info > Historique des versions.

Select a version to open it.

If you want to restore a previous version you've opened, select Restore.

Noter: If you sign in with a personal Microsoft account, you can retrieve the last 25 versions. If you sign in with a work or school account, the number of versions will depend on your library configuration.

SharePoint in Microsoft 365 versioning

If you work in a SharePoint in Microsoft 365 environment you have some powerful versioning tools at your fingertips. SharePoint in Microsoft 365 libraries offer version tracking, sharing, and recycle bin storage when you delete something. For more info on versioning in SharePoint in Microsoft 365, see:


How to turn on printed documents history on your Windows 10 computer

1. In the search bar at the bottom-left of your screen, type "Event Viewer." Click on the Event Viewer icon when it appears.

2. Click the arrow next to "Applications and Services Logs" in the left sidebar.

3. In the expanded menu, click to expand "Microsoft."

4. Click to expand "Windows."

5. The list that appears is ordered alphabetically. Scroll down to "P" and click "PrintService."

6. Right-click on "Operational" and select "Properties."

8. When finished, click "Apply," then click "OK" when the changes are finished applying.


Document history for Amazon EKS

The following table describes the major updates and new features for the Amazon EKS User Guide. We also update the documentation frequently to address the feedback that you send us.

A list of all Amazon EKS IAM managed policies and changes that have been made to them since June 17, 2021.

You can now use security groups for pods with Fargate, in addition to using them with Amazon EC2 nodes.

Amazon EKS can now help you manage the CoreDNS and kubeproxy Amazon EKS add-ons for your cluster.

Added Kubernetes version 1.20 support for new clusters and version upgrades.

You can now use the AWS Load Balancer Controller to create Elastic Load Balancers using instance or IP targets.

Amazon EKS now supports adding note taints to managed node groups.

Amazon EKS now supports adding envelope encryption to existing clusters.

Added Kubernetes version 1.19 support for new clusters and version upgrades.

OIDC identity providers can be used with, or as an alternative to AWS Identity and Access Management (IAM).

You can now view details about your managed, self-managed, and Fargate nodes and your deployed Kubernetes workloads in the AWS Management Console.

You can now deploy multiple Spot or On-Demand Instance types to a managed node group.

You can manage add-ons yourself, or let Amazon EKS control the launch and version of an add-on through the Amazon EKS API for clusters running Kubernetes version 1.18 with platform version eks.3 or later.

You can now share an AWS Application Load Balancer across multiple Kubernetes Ingresses. In the past, you had to deploy a separate Application Load Balancer for each Ingress.

You can now deploy a network load balancer (NLB) with IP targets. This enables you to use an NLB to load balance network traffic to Fargate pods and directly to pods running on Amazon EC2 nodes.

Added Kubernetes version 1.18 support for new clusters and version upgrades.

You can now specify a custom CIDR block that Kubernetes will assign service IP addresses from.

You can now associate different security groups to some of the individual pods running on many Amazon EC2 instance types.

You can now deploy nodes running Bottlerocket .

You can now launch Arm nodes in managed and self-managed node groups.

You can now deploy a managed node group using an Amazon EC2 launch template. The launch template can specify a custom AMI, if you choose.

You can now use Amazon EFS with AWS Fargate.

New platform version with security fixes and enhancements, including UDP support for services of type LoadBalancer when using NLB with Kubernetes 1.15 or later. For more information, see the Allow UDP for AWS NLB issue on GitHub.

Amazon EKS Region expansion

Amazon EKS is now available in the Africa (Cape Town) ( af-south-1 ) and Europe (Milan) ( eu-south-1 ) Regions.

AWS Fargate provides CloudWatch usage metrics which provide visibility into your accounts usage of Fargate On-Demand resources.

Added Kubernetes version 1.17 support for new clusters and version upgrades.

You can create and manage App Mesh resources from within Kubernetes. The controller also automatically injects the Envoy proxy and init containers into pods that you deploy.

You can add Amazon EC2 Inf1 nodes to your cluster.

Amazon EKS Region expansion

Amazon EKS is now available in the AWS GovCloud (US-East) ( us-gov-east-1 ) and AWS GovCloud (US-West) ( us-gov-west-1 ) Regions.

Kubernetes version 1.12 is no longer supported on Amazon EKS. Please update any 1.12 clusters to version 1.13 or higher in order to avoid service interruption.

Added Kubernetes version 1.16 support for new clusters and version upgrades.

Added the AWSServiceRoleForAmazonEKS service-linked role.

Added Kubernetes version 1.15 support for new clusters and version upgrades.

Amazon EKS Region expansion

Amazon EKS is now available in the Beijing ( cn-north-1 ) and Ningxia ( cn-northwest-1 ) Regions.

Added topic for installing the Amazon FSx for Lustre CSI Driver on Kubernetes 1.14 Amazon EKS clusters.

Amazon EKS now enables you to restrict the CIDR ranges that can communicate to the public access endpoint of the Kubernetes API server.

Amazon EKS now enables you to resolve the private access endpoint of the Kubernetes API server from outside of a VPC.

Amazon EKS now supports creating clusters on AWS Outposts.

Amazon EKS Kubernetes clusters now support running pods on Fargate.

Amazon EKS Region expansion

Amazon EKS is now available in the Canada (Central) ( ca-central-1 ) Region.

Amazon EKS managed node groups automate the provisioning and lifecycle management of nodes (Amazon EC2 instances) for Amazon EKS Kubernetes clusters.

New platform versions to address CVE-2019-11253 .

Kubernetes version 1.11 is no longer supported on Amazon EKS. Please update any 1.11 clusters to version 1.12 or higher in order to avoid service interruption.

Amazon EKS Region expansion

Amazon EKS is now available in the South America (São Paulo) ( sa-east-1 ) Region.

Amazon EKS clusters running Kubernetes version 1.14 now support Windows workloads.

Added a chapter to cover some of the different types of Kubernetes autoscaling that are supported on Amazon EKS clusters.

Updated topic for installing the Kubernetes Dashboard on Amazon EKS clusters to use the beta 2.0 version.

Added topic for installing the Amazon EFS CSI Driver on Kubernetes 1.14 Amazon EKS clusters.

Added topic for retrieving the Amazon EKS optimized AMI ID using an Amazon EC2 Systems Manager parameter. The parameter eliminates the need for you to look up AMI IDs.

Manage tagging of your Amazon EKS clusters.

Added topic for installing the Amazon EBS CSI driver on Kubernetes 1.14 Amazon EKS clusters.

Amazon EKS has updated the Amazon EKS optimized AMI to address CVE-2019-9512 and CVE-2019-9514 .

Amazon EKS discontinued support for Kubernetes version 1.11 on November 4, 2019.

Added Kubernetes version 1.14 support for new clusters and version upgrades.

With IAM roles for service accounts on Amazon EKS clusters, you can associate an IAM role with a Kubernetes service account. With this feature, you no longer need to provide extended permissions to the node IAM role so that pods on that node can call AWS APIs.

Amazon EKS Region expansion

Amazon EKS is now available in the Middle East (Bahrain) ( me-south-1 ) Region.

Amazon EKS Region expansion

Amazon EKS is now available in the Asia Pacific (Hong Kong) ( ap-east-1 ) Region.

Kubernetes version 1.10 is no longer supported on Amazon EKS. Please update any 1.10 clusters to version 1.11 or higher in order to avoid service interruption.

The AWS ALB Ingress Controller for Kubernetes is a controller that triggers the creation of an Application Load Balancer when ingress resources are created.

Removing unnecessary kubectl binary from AMIs.

Added Kubernetes version 1.13 support for new clusters and version upgrades.

Amazon EKS has updated the Amazon EKS optimized AMI to address the vulnerabilities described in AWS-2019-005 .

Amazon EKS stopped supporting Kubernetes version 1.10 on July 22, 2019.

New platform version for Kubernetes 1.11 and 1.10 clusters to support custom DNS names in the Kubelet certificate and improve etcd performance.

This getting started guide helps you to install all of the required resources to get started with Amazon EKS using eksctl , a simple command line utility for creating and managing Kubernetes clusters on Amazon EKS.

The aws eks get-token command was added to the AWS CLI so that you no longer need to install the AWS IAM Authenticator for Kubernetes to create client security tokens for cluster API server communication. Upgrade your AWS CLI installation to the latest version to take advantage of this new functionality. For more information, see Installing the AWS Command Line Interface in the AWS Command Line Interface User Guide.

New platform version for Kubernetes 1.12 clusters to support custom DNS names in the Kubelet certificate and improve etcd performance. This fixes a bug that caused node Kubelet daemons to request a new certificate every few seconds.

Added topic for deploying Prometheus to your Amazon EKS cluster.

Amazon EKS control plane logging makes it easy for you to secure and run your clusters by providing audit and diagnostic logs directly from the Amazon EKS control plane to CloudWatch Logs in your account.

Added Kubernetes version 1.12 support for new clusters and version upgrades.

Added documentation for getting started with App Mesh and Kubernetes.

Added documentation for disabling public access for your Amazon EKS cluster's Kubernetes API server endpoint.

The Kubernetes Metrics Server is an aggregator of resource usage data in your cluster.

These open source projects extend the functionality of Kubernetes clusters running on AWS, including clusters managed by Amazon EKS.

The helm package manager for Kubernetes helps you install and manage applications on your Kubernetes cluster. This topic helps you install and run the helm and tiller binaries locally so that you can install and manage charts using the helm CLI on your local system.

New platform version updating Amazon EKS Kubernetes 1.11 clusters to patch level 1.11.8 to address CVE-2019-1002100 .

Amazon EKS has increased the number of clusters that you can create in a Region from 3 to 50.

Amazon EKS Region expansion

Amazon EKS is now available in the Europe (London) ( eu-west-2 ), Europe (Paris) ( eu-west-3 ), and Asia Pacific (Mumbai) ( ap-south-1 ) Regions.

Amazon EKS has updated the Amazon EKS optimized AMI to address the vulnerability described in ALAS-2019-1156 .

Amazon EKS has updated the Amazon EKS optimized AMI to address the CVEs referenced in ALAS2-2019-1141 .

Amazon EKS Region expansion

Amazon EKS is now available in the Asia Pacific (Seoul) ( ap-northeast-2 ) Region.

Amazon EKS region expansion

Amazon EKS is now available in the following additional regions: Europe (Frankfurt) ( eu-central-1 ), Asia Pacific (Tokyo) ( ap-northeast-1 ), Asia Pacific (Singapore) ( ap-southeast-1 ), and Asia Pacific (Sydney) ( ap-southeast-2 ).

Amazon EKS Region expansion

Amazon EKS is now available in the Europe (Stockholm) ( eu-north-1 ) Region.

New platform version updating Kubernetes to patch level 1.10.11 to address CVE-2018-1002105 .

The Application Load Balancer ingress controller releases version 1.0.0 with formal support from AWS.

The Amazon VPC CNI plugin for Kubernetes version 1.2.1 now supports custom network configuration for secondary pod network interfaces.

Amazon EKS platform version 1.10-eks.2 now supports MutatingAdmissionWebhook and ValidatingAdmissionWebhook admission controllers.

Canonical has partnered with Amazon EKS to create node AMIs that you can use in your clusters.

Amazon EKS has added the update-kubeconfig to the AWS CLI to simplify the process of creating a kubeconfig file for accessing your cluster.

Amazon EKS has updated the Amazon EKS optimized AMIs (with and without GPU support) to provide various security fixes and AMI optimizations.

Amazon EKS Region expansion

Amazon EKS is now available in the Europe (Ireland) ( eu-west-1 ) region.

Amazon EKS has updated the Amazon EKS optimized AMI to use a new AWS CloudFormation node template and bootstrap script . In addition, a new Amazon EKS optimized AMI with GPU support is available.

Amazon EKS has updated the Amazon EKS optimized AMI to address the CVEs referenced in ALAS2-2018-1058 .

Amazon EKS has open-sourced the build scripts that are used to build the Amazon EKS optimized AMI. These build scripts are now available on GitHub.


Documents - History

Figure 15.70. Document History dialog

The History Dialog displays the list of the documents you have opened in previous sessions. It is more complete than the list you get with the “ Open Recent ” command.

4.3.1. Activating the Dialog

The “ History ” dialog is a dockable dialog see the section Section 2.3, “Dialogs and Docking” for help on manipulating it.

From an image menu: Windows → Dockable Dialogs → Document History .

From the Tab menu in any dockable dialog by clicking on and selecting Add Tab → Document History .

From the image Menu bar through: File → Open Recent → Document History .

4.3.2. Using the Document History dialog

The scroll bar allows you to browse all images you have opened before.

In the Tab menu for the “ Document History ” dialog, you can choose between View as Grid and View as List . In Grid mode, the documents are laid out in a rectangular array. In List mode, they are lined up vertically, with each row showing a thumbnail of the contents of the image, its name, and its pixel dimensions.

Ctrl + F opens a search field. See View as List View as Grid

Use the Open the selected entry button or Open Image command of the dialog's context menu, to open the image you have selected. Avec le Décalage key pressed, it raises an image hidden behind others. Avec le Ctrl key pressed, it opens the Open Image dialog.

Use the Remove the selected entry button or Remove Entry command of the dialog's context menu, to remove an image from the History dialog. The image is removed from the recently open images list also. But the image itself is not deleted.

Use the Clear the entire file history button or Clear History command of the dialog's context menu, to remove all the files from the history.

Use the Recreate Preview button or Recreate Preview command of the dialog's context menu, to update preview in case of change. Avec Décalage key pressed, it acts on all previews. Avec Ctrl key pressed, previews that correspond to files that can't be found out, are deleted.


How To Check Your Printed Documents History On Windows 10

There will be many instances when it is useful to know what has been printed from a certain computer. You can find out everything that you’re about to print and you will also know how to view what you’ve already printed — whether it was recent or a long time ago.

You can also check to see if anyone else has been printing from your computer without your permission.

How To Access Your Print Queue

Viewing your print queue allows you to see the document that you’re about to print. This comes in handy if you think you’ve accidentally sent the wrong file to your print queue.

If you did send the wrong file to your printing list, you will end up wasting time, ink, and paper. The solution? Check your print queue to be 100% certain.

  • First, press the Windows button and search for Printers & scanners. Once it shows up, launch this.

  • Then select the name of your printer. Click on it to open a menu just under it. Then choose Open queue.

  • Une fois que vous cliquez Open queue, a window will pop up. There, you will see a list of what’s about to go through your printer. You will also get to view a recent print job.

The print queue provides you with all the information that you need regarding the documents that are and were on your queue. This includes the Document Name, Status, et Size.

How To View Your Recent Print History

Even though your printer’s queue lets you view print jobs, it’s limited to recent documents. If you want a complete log of all recently printed documents, you’re out of luck. You can’t count on your printer’s queue for this.

But luckily, there’s a workaround. Instead of going to your printer’s queue, you can turn to the Event Manager.

  • Type in eventvwr.msc. Then click d'accord. Doing this will confirm the action and run the task.

This grants access to the Event Viewer. This program allows you (and all the administrators and users of your computer) to access event logs on a remote machine.

While using Courir is easy, there is an alternative. That is to launch Event Viewer directly from the start menu.

  • Once you expand les fenêtres, you will reveal lots of items. Fortunately, this list is alphabetical and therefore makes the hunt easy. So scroll down to ‘P’ and find PrintService. Then select this option.

  • Choisir Operational. Right-click on it and from the selection, go with Propriétés.

  • There, go to the Général tab. Look for Enable logging. Beside it is a box for that allows relevant information to be recorded.

  • Once you’re done, click Appliquer. Then hit d'accord to save the changes and close the window.

From this point on, you will have a record of future print jobs. Anytime you want, you can view this record.

  • To see it in action, simply launch the PrintService folder. Right-click on it and select Open Saved Log.

  • Once you open this, you will see a list of logs from the moment you enabled logging. Or you can just launch Event Viewer and select Open Saved Log.

How To Check Your Printing History

Enabling your system to record future printing jobs is one useful function. But what if you want to look back on what you have already printed since the beginning of time?

If you’re on Windows 10, it’s not going to be a problem. Just follow these simple steps.

  • There, scroll down to the Related settings section. Next, you need to fire up Print server properties.

  • On this tab, you can check your spool folder. You should also check the boxes that say the following: Show informational notifications for local printers et Show informational notifications for network printers.
  • To save the changes, click Appliquer. Now, select d'accord.

Christopher Jan Benitez is a freelance writer for hire who provides actionable and useful web content to small businesses and startups. In his spare time, he religiously watches professional wrestling and finds solace in listening to '80s speed metal. Read Christopher's Full Bio


1 Correct Answer

Please sure you have kept "Attach audit report to completed documents" to "Always".

Thank you, Aadesh. I have selected "Always" in this section but the Document History is sent as a separate document and not included in the signed document. Is there another selection I need to make to have Document History be included as the last page(s) of the signed document?

When I select Account Settings, I only see Signature Preferences and External Archive. I don't see the rest of the list items here.

Please be informed this feature is only available in Adobe Sign Business & Enterprise accont. And I suppose you are logged into an Individual account.

Please click on the (?) Symbol at the top right corner of your account & open a support ticket or chat, our technical support team will help you to make the required changes throught the backend tool.

This used to work for professional adobe sign accounts. I remember having documents with the audit trail attached. When was this ability removed from the Adobe Acrobat Pro subscribers?

Ok, I did a little more digging. Thankfully the audit trail page at the end of the document IS available still to Adobe Acrobat Professional subscribers when they use Adobe Sign (send for Signature)!

After all parties sign a document using Adobe Sign, an email is sent to the appropriate parties containing the completed document as an online link AND as an attachment in the email . The audit trail page is only included in the document itself when viewing the file that is attached in the email . If the user attempts to view the file using the online link, then the audit trail page will not be available.

This is a screenshot of a document being previewed using the online web link. It will only show the audit trail in a separate scrollable window pane , or in the downloadable " audit report " but not in the actual document .

However, when the file is downloaded FROM THE EMAIL that is sent the audit trail will be at the end of the document (the last page).


1944&mdashServiceman&rsquos Readjustment Act

Millions of servicemen returning from World War II faced financial and employment challenges: there were too many men looking for work for the number of jobs available. FDR signed the Serviceman&rsquos Readjustment Act, more commonly known as the GI Bill, as a way to alleviate some of the problems.

The Serviceman&rsquos Readjustment Act is largely responsible for the economic boom of the 1950s. Veterans were able to attend college and enter the middle class at rates far faster than any generation before or since. Housing allowances caused a sharp increase in home ownership, and a rosy economic future led to the baby boom.


This collection includes more than 1,300 documents consisting of national estimates, intelligence memo, daily updates, and summaries of foreign media concerning developments on the Korean Peninsula during 1947 - 1954. The release of this collection, which coincides with the 60th anniversary of the start of the war, makes available to the public the largest collection of Agency documents released on this issue. The release of these documents is in conjunction with the conference, "New Documents and New Histories: Twenty-First Century Perspectives on the Korean War," co-hosted by the Harry S. Truman Presidential Library and the CIA in Independence, Missouri.

The Czechoslovak crisis began in January 1968. The Czech communist leadership embarked on a program of dramatic liberalization of the political, economic, and social orders. These reforms triggered increasing Soviet concerns culminating in the invasion of 21 August 1969. This collection of documents pertains to these issues, the responses and analysis of this event in history.


Voir la vidéo: Histoire La Vie des Savants du Moyen-Age


Commentaires:

  1. Delroy

    Désolé, j'ai pensé, et supprime les messages

  2. Rikard

    À mon avis, vous vous trompez. Écrivez-moi dans PM, nous parlerons.

  3. Brajora

    Je pense que vous n'avez pas raison. Entrez, nous en discuterons.

  4. Harden

    Il est impossible de discuter sans fin



Écrire un message